Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueuse Actualités

    Amazon, Google et Wish retirent de leurs plateformes les produits néonazis des sites web
    Amazon, Google et Wish retirent de leurs plateformes web les produits néonazis et les articles de la suprématie blanche,
    après une enquête de BBC Click

    Les géants de la vente en ligne Amazon, Google et Wish ont finalement supprimé les produits néonazis et de suprématie blanche précédemment vendus sur leurs sites. Ce changement intervient après une enquête de Click, un programme télévisé hebdomadaire de la BBC couvrant les actualités technologiques et les développements récents dans le monde de la technologie et d'Internet. Ces trois sociétés avaient une règle interdisant la vente de produits racistes sur leurs sites, mais malgré cela, la BBC a pu rapidement faire des recherches et trouver des livres néonazis, des drapeaux de la suprématie blanche et des produits du Ku Klux Klang proposés sur chacune des plateformes.

    Plus intéressant encore, après avoir cliqué sur un de ces produits, les algorithmes de Amazon et de Wish ont fait des suggestions de marchandises "similaires", proposant des articles plus controversés encore à acheter. Un produit notamment en vente sur Amazon était un drapeau blanc-suprémaciste mettant en évidence une croix celtique, qui, selon la Ligue anti-diffamation, est « l'un des symboles blancs-suprémacistes les plus courants ». Les critiques du produit étaient particulièrement intéressantes. Une critique, publiée en juin, avait noté que « c'est un drapeau néonazi. Amazon ne devrait pas en profiter ». Pourtant, un autre acheteur a commenté en disant que le drapeau serait « bon pour les parades » et a remercié Amazon de « l'avoir rendu possible ». Au bas de la liste des drapeaux de Amazon, il y avait une recommandation pour un autre drapeau controversé, portant les mêmes symboles que les drapeaux portés par le tireur de Christchurch lorsqu'il a tué 51 personnes dans des mosquées en Nouvelle-Zélande l'année dernière. Les produits litigieux ont maintenant été retirés.


    Wish, la société de commerce électronique fondée en 2010 par Piotr Szulczewski, a également été contactée par la BBC qui a noté la présence sur le site de produits ayant pour thème le Ku Klux Klang, notamment une cagoule et une croix celtique. Wish a également retiré ces articles après l'enquête de la BBC. Les sites contenaient également des offres de produits Boogaloo, en lien avec le mouvement d'extrême droite antigouvernemental qui tolère le terrorisme. Ces articles ont également été retirés des sites web.

    Les trois dirigeants du commerce électronique ont chacun fait une déclaration dans laquelle ils ont dit avoir rectifié le problème. « Les produits en question ne sont plus disponibles et nous avons pris des mesures contre les mauvais acteurs qui ont offert les produits et violé nos politiques », a déclaré Amazon à la BBC. Google a fait un commentaire en disant : « Nous n'autorisons pas les annonces ou les produits vendus sur nos plateformes qui affichent des contenus choquants ou qui encouragent la haine. Nous appliquons ces politiques avec vigueur et prenons des mesures lorsque nous constatons qu'elles sont violées ». Un représentant de Wish a déclaré à la BBC que l’entreprise « travaillait dur pour retirer ces articles et prenait des mesures supplémentaires pour empêcher que de tels articles ne réapparaissent ».

    Dans le même ordre d’idée, Facebook a récemment interdit plusieurs comptes liés au mouvement boogaloo. L'entreprise de médias sociaux a pour la première fois désigné un sous-ensemble d'adeptes du boogaloo comme une organisation dangereuse, les marquant pour les mêmes sanctions que Facebook applique à 250 groupes et organisations de suprématie blanche qu'elle catégorise comme soutenant le terrorisme dans le monde, a noté Reuters. Pour lutter contre le racisme, Twitter a supprimé de son code et de sa programmation des mots tels que blacklist, master et slave. « Un langage inclusif joue un rôle essentiel pour favoriser un environnement où chacun a sa place. Sur Twitter, le langage que nous utilisons dans notre code ne reflète pas nos valeurs en tant qu'entreprise et ne représente pas les personnes que nous servons. Nous voulons changer cela », a déclaré Twitter.


    Source : BBC News

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Linux (5.8) intègre désormais un guide terminologique inclusif qui bannit l'usage de termes comme slave et blacklist, pour lutter contre le racisme dans le monde de l'informatique

    Voici pourquoi des centaines de mathématiciens boycottent la technologie de "police prédictive". Certains qualifient ces algorithmes de « vernis scientifique pour le racisme »

    L'équipe du langage Go retire les termes "whitelist", "blacklist", "master" et "slave" de sa documentation et de sa base de code parce qu'ils véhiculent des stéréotypes raciaux

    Amazon annonce que la police ne pourra pas utiliser sa technologie de reconnaissance faciale pendant un an, suite aux manifestations liées à la mort de George Floyd
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre du Club
    Où s'arrête la folie et quand vient la fin
    Du coup ils vont faire de même avec toutes les autres formes de suprémacisme j'imagine? C'est sûrque c'est les attentats de suprémacistes blancs qui ont tué le plus dernièrement...

  3. #3
    Membre habitué
    Citation Envoyé par Sikarii Voir le message
    Du coup ils vont faire de même avec toutes les autres formes de suprémacisme j'imagine? C'est sûrque c'est les attentats de suprémacistes blancs qui ont tué le plus dernièrement...
    J'avoue ne pas très bien comprendre non plus cette mode qui consiste à s'en prendre aux blancs.
    A part provoquer de la haine par dessus ce qui l'étais déjà, tel que les suprématistes ...

    En même temps, si les médias arrêtais de faire croire que blanc = colon, esclavagiste, opportuniste et manipulateur.
    Il y a surement un intérêt derrière cela, mais si c'est le cas, je n'en vois pas l'intérêt

  4. #4
    Membre du Club
    Citation Envoyé par ElementaryJoe Voir le message
    J'avoue ne pas très bien comprendre non plus cette mode qui consiste à s'en prendre aux blancs.
    A part provoquer de la haine par dessus ce qui l'étais déjà, tel que les suprématistes ...

    En même temps, si les médias arrêtais de faire croire que blanc = colon, esclavagiste, opportuniste et manipulateur.
    Il y a surement un intérêt derrière cela, mais si c'est le cas, je n'en vois pas l'intérêt
    le climat est tellement anxiogène, il faut bien un bouc émissaire, pas de bol c'est tombé sur les blancs ce coup-ci soi-disant parce qu'on opprimait tout le monde avant... Les discours fallacieux de l'antiracisme et du "progressisme" ont rendu les gens biaisés et les font devenir ce contre quoi ils se battent, c'est à dire des racistes réactionnaires.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
    Plus intéressant encore, après avoir cliqué sur un de ces produits, les algorithmes de Amazon et de Wish ont fait des suggestions de marchandises "similaires", proposant des articles plus controversés encore à acheter. Un produit notamment en vente sur Amazon était un drapeau blanc-suprémaciste mettant en évidence une croix celtique, qui, selon la Ligue anti-diffamation, est « l'un des symboles blancs-suprémacistes les plus courants ». Les critiques du produit étaient particulièrement intéressantes. Une critique, publiée en juin, avait noté que « c'est un drapeau néonazi. Amazon ne devrait pas en profiter ». Pourtant, un autre acheteur a commenté en disant que le drapeau serait « bon pour les parades » et a remercié Amazon de « l'avoir rendu possible ». Au bas de la liste des drapeaux de Amazon, il y avait une recommandation pour un autre drapeau controversé, portant les mêmes symboles que les drapeaux portés par le tireur de Christchurch lorsqu'il a tué 51 personnes dans des mosquées en Nouvelle-Zélande l'année dernière. Les produits litigieux ont maintenant été retirés.
    Il y a un parallèle à faire avec les pubs sur les vidéos YouTube de Daesh.
    Ads Shown Before YouTube ISIS Videos Catch Companies Off-Guard

    Là à cause des algorithmes, Amazon propose au client "vous êtes intéressé par cet objet controversé, voici d'autres objets encore plus controversés". Les algorithmes YouTube monétisaient n'importe quoi sans contrôle, maintenant les algorithmes doivent décider si c'est une vidéo Ad Friendly ou pas. Les marques n'aiment pas être lié à des choses négatives... Si tu dis "World Trade Center" dans une vidéo, elle ne sera probablement pas monétisé.

    Amazon veut donner une bonne image, donc il va falloir virer tout ce qui est homophobe, raciste, sexiste, etc.
    Parce qu'il y a des gens qui sont rapidement offusqué et qui ont un gros pouvoir de nuisance, les grosses entreprises veulent éviter les bad-buzz.

    Citation Envoyé par Sikarii Voir le message
    C'est sûrque c'est les attentats de suprémacistes blancs qui ont tué le plus dernièrement...
    La procédure pour faire virer des articles d'Amazon c'est de faire un scandale sur Twitter.
    Si tu vois un ouvrage pro terroristes ou suprématiste il faut le signaler et si le message est retweeté, Amazon va le virer.

    De toute façon ce n'est pas une grande idée de commander des articles Néo Nazis ou du Ku Klux Klan sur Amazon...
    Les clients se retrouvent cataloguer dans une mauvaise catégorie.
    D'ailleurs l'historien ou le sociologue qui fait de la recherche dans le domaine des groupes suprématistes peut être amalgamer dans le mauvais groupe.
    Ou alors il faut équilibrer le truc : acheter un livre anti juif et un livre pro juif, un livre anti blanc et un livre pro blanc, et là peut-être que les algorithmes vont comprendre le motif (pattern).

    Si un jour le gouvernement part en guerre contre les blancs racistes, il peut demander à Amazon la liste des gens qui ont acheté des articles louches. Il suffit de créer une loi.

    Les blancs (en particulier les hommes hétérosexuels) ne peuvent pas lutter pour leur droits. Un homme blanc n'a pas le droit de se plaindre en tant qu'homme blanc.
    Par contre y'en a qui peuvent faire ça :
    Festival en partie réservé aux femmes noires à Paris : la polémique ne s’éteint pas

    Imaginez une manifestation d'homme blanc hétérosexuel qui se plaignent d'être constamment stigmatisé et montré comme le problème principal actuellement.
    De toute façon homme/femme, blanc/noir, hétérosexuel/homosexuel ne sont pas des vrais catégories, ce sont des groupes fictif pour diviser la population.
    La seule division réelle c'est pauvre VS riche et on peut tous se considérer pauvre par rapport au 1% les plus riches.
    On n'a pas de pouvoir, on subit, on est tous dans le même bateau et ceux qui sont en haut de la pyramide font en sorte qu'on se tape dessus au lieu de réfléchir à la vraie racine du mal (banques, grosses entreprises, médias, politiciens).

    On est tous dans le même bateau et on est tous victime du même système.
    Ton sexe, ta couleur, ton orientation sexuelle ne change rien.
    Quoi qu'il y a de la discrimination positive :
    Etats-Unis : les candidats à l'université ont-ils un «bonus» ou un «malus» de points selon leur origine ?
    En réalité, l’étude régulièrement citée comme la plus complète sur le sujet (et d’où sont issus les chiffres de France 2) a été réalisée par des chercheurs de Princeton, qui ont calculé que les étudiants acceptés dans les meilleures universités américaines avaient obtenu des résultats au SAT (l’un des critères pris en compte dans les candidatures) très différents selon leur «race». Ainsi, les personnes d’origine asiatique avaient en général un score supérieur de 140 points (sur 1600) au SAT par rapport aux blancs, tandis que les hispaniques étaient acceptés avec 130 points de moins, et les Afro-Américains avec 310 points de moins. Cela signifie que la note qu’ils avaient obtenue à cet examen avait été tempérée par d’autres critères.

    Le reportage de France 2 est donc erroné, et il est encore plus faux de dire qu’Obama avait instauré ces bonus-malus. L’ancien président avait simplement incité les universités à mettre en place la discrimination positive. Par ailleurs, dans une infographie publiée l’été dernier, le New York Times notait que malgré cette politique les noirs et les hispaniques étaient encore plus sous-représentés dans les meilleures universités américaines qu’il y a 35 ans.

    En résumé, si selon une étude, les personnes d’origine asiatique qui intègrent les meilleures universités sont reçues, en moyenne, avec 140 points de plus que les blancs sur un des critères retenus, cela ne signifie pas pour autant que l’administration Obama avait mis en place des bonus et malus appliqués automatiquement aux étudiants selon leur origine. L’ancien président avait publié plusieurs directives incitant les universités à instaurer des politiques de discrimination positive, et qui viennent d’être annulées par le ministre de la justice de Trump.
    Bon là à la limite ça va, l'idée de dire "on va prendre des boursiers pour qu'il n'y ait pas 100% de bourgeois" :
    Discrimination positive des étudiants, une révolution à bas bruit
    Et pourtant, le principe d’un coup de pouce aux classes sociales les plus défavorisées est en train de s’installer, à bas bruit, dans l’enseignement supérieur. Parcoursup, le système d’affectation des lycéens après le bac, agit comme une petite révolution. Voilà deux sessions qu’est appliqué un « pourcentage minimal de bacheliers retenus bénéficiaires d’une bourse nationale de lycée », lié à la part de boursiers parmi les candidats, à l’entrée des universités, des classes préparatoires, en STS et en IUT. L’an prochain, ces taux seront mis en place dans les instituts d’études politiques de région. A Sciences Po Paris, ce sera en 2021. La discrimination positive en direction des boursiers, instaurée par la loi orientation et réussite des étudiants promulguée en 2018, est à l’œuvre, sans levée de boucliers.
    C'est plus facile pour un riche d'être fort à l'école, il peut avoir des professeurs particuliers, on peut le mettre dans des écoles très cher, à la maison il y a probablement plus de culture, plus de voyages, etc.

    Il y a des femmes qui se méfient de la discrimination positive :
    French Tech : "La discrimination positive dessert la cause des femmes"
    Savez-vous pourquoi je me méfie profondément de la discrimination positive ? Parce que sous le couvert d'aider les femmes, elle ne fait que les dévaloriser. Elle fait peser le soupçon insupportable que la réussite d'une femme est plus due aux avantages dont lui fait bénéficier son sexe qu'à ses compétences réelles. Elle instille une intolérable suspicion sur toutes les femmes qui ont connu le succès à force de travail, de courage et d'énergie : « Ont-elles été injustement aidées ? », « leur succès est-il dû à des mises en avant artificielles ? », « est-elle là parce qu'elle le mérite, ou parce qu'elle remplit le quota ? » Le doute est là. Insupportable. C'est pourquoi cette politique pernicieuse m'irrite autant : sous prétexte d'aider et de valoriser les femmes, elle ne fait que les desservir.
    Keith Flint 1969 - 2019

###raw>template_hook.ano_emploi###