Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    « Je suis un mannequin et je sais que l'IA va bientôt prendre mon travail », a déclaré Sinead Bovell
    « Je suis un mannequin et je sais que l'intelligence artificielle va bientôt prendre mon travail », a déclaré Sinead Bovell
    d’autres domaines liés à la mode seraient également menacés

    La menace de l’intelligence artificielle (IA) sur les emplois s’intensifie au fur et à mesure qu’elle se développe. Plusieurs études stipulent que des milliers d’emplois pourraient très bien disparaître au profit de l’IA avant la fin de cette décennie, et cela dans tous les domaines d'activité. Sinead Bovell, mannequin, a déclaré que l’IA avance à une vitesse grand V et à cette allure, elle lui prendra son job dans très peu de temps. De même, d’autres domaines liés à la mode sont également concernés. À l’avenir, l’IA pourrait par exemple remplacer les influenceurs d’Instagram.

    De nombreux progrès ont été faits dans le domaine de l’IA au cours de ces dernières années, que ce soit dans l’apprentissage automatique, les réseaux de neurones, l’apprentissage profond et d’autres techniques. Ainsi, des mannequins numériques à l’instar de Miquela Sousa et de Shudu, mis en place par des artistes et des informaticiens, de faux instagramers et de nombreux autres profils virtuels ont fait leur apparition. Ces derniers ne se sont pas contentés de faire partie du lot, mais ils suscitent l’admiration de millions de personnes à travers le monde qui les suivent.

    Dans le cas particulier des mannequins virtuels, malgré le fait qu’ils soient des constructions numériques en 3D, ils ont réussi à pénétrer dans l'industrie de la mode sous tous les angles. Certains ont même été engagés par des agences de mannequins traditionnelles. C’est le cas par exemple de Miquela, un mannequin américain de 19 ans, influenceur et maintenant musicien, qui a accumulé plus de 2 millions d'abonnés sur Instagram. Elle a également collaboré avec les marques Prada et Givenchy, a été présentée dans une vidéo de Calvin Klein avec Bella Hadid, etc.


    Sinead Bovell

    Selon Sinead Bovell, Miquela, comme Shudu, est une image générée par ordinateur (CGI), et non une IA pour l’instant. Toutefois, les choses ne devraient plus tarder à changer. Elle affirme avoir travaillé pour plusieurs entreprises comme le géant allemand du commerce électronique Zalando qui vient de publier des documents de recherche sur la façon de relier les deux mondes. Un point important est que les créateurs de ces modèles ne les conçoivent pas seulement comme des avatars, mais ils leur donnent aussi des histoires, des personnalités et des causes entières à défendre.

    Cependant, si ces mannequins défendent des causes, ils ne font que répéter des phrases déjà prérédigées, ils n’ont pas une personnalité. Cela suscite des problèmes majeurs de transparence et d'authenticité, car les croyances et les opinions n'appartiennent pas réellement aux modèles numériques, mais à leurs créateurs. Il est fréquent de voir qu’ils n’arrivent pas réellement à s'identifier aux expériences et aux groupes auxquels ces modèles prétendent appartenir (c'est-à-dire les personnes de couleur, les LGBTQ, etc.). Alors ont-ils le droit de s'exprimer sur ces questions ?

    À titre illustratif, le compte Instagram de Miquela Sousa a été piraté en 2018 au profit d’un autre mannequin virtuel Bermuda. Ensuite, celui-ci s’est affiché comme étant pro-Trump, pro-armes et anti-avortement. Mais en fin de compte, il s’est avéré qu’il ne s’agissait que d’un buzz, car les deux mannequins numériques ont été fabriqués par la même société. En outre, ces questions mises à part, Bovell a affirmé que les mannequins virtuels ont leurs avantages, dont certains sont difficiles à contester. Ces avantages se situent également à plusieurs niveaux.

    Tout d'abord, les mannequins virtuels réduisent considérablement l'empreinte écologique associée aux séances de photos et à la mise sur le marché de vêtements. Elle a déclaré qu’il n'est pas rare qu'un mannequin photographie plus de 50 tenues en une seule journée pour une séance de commerce électronique, et beaucoup de ces échantillons finissent dans les décharges. L'utilisation de mannequins 3D permettrait d'éliminer tout cela. Selon son analyse, cela est possible, car une importante partie de la chaîne d'approvisionnement peut désormais se faire dans un ordinateur.

    Ensuite, la rentabilité est également un autre de leurs avantages. Les mannequins numériques peuvent fonctionner sur plusieurs “tournages” en même temps, et ils nécessitent une équipe nettement plus réduite pour faire un tournage, seule la présence du créateur numérique est requise. Par ailleurs, Bovell estime que la raison la plus convaincante pour laquelle les modèles numériques pourraient devenir la norme est peut-être qu'ils sont le symbole ultime de l'individualité et de l'inclusion.

    « Et si, chaque fois que vous faites des achats en ligne, vous pouviez vous voir dans les vêtements ? Littéralement. Si les algorithmes étaient alimentés avec suffisamment de données sur nous en tant qu'individus, ils pourraient générer un contenu nous présentant, chacun d'entre nous, comme des mannequins. Ou, de manière moins radicale, et si les algorithmes commençaient à apprendre sur quels mannequins virtuels nous avons le plus tendance à cliquer et à personnaliser numériquement les campagnes pour toujours inclure ces personnages ? », a-t-elle déclaré.

    « Alors, qu'est-ce que tout cela signifie pour les mannequins vivants et respirants ? On peut dire sans risque de se tromper que nous devrons nous préparer à une main-d'œuvre changeante comme tout le monde. Nous devrons faire preuve de compétences telles que l'adaptabilité et l'intelligence créative pour nous assurer que nous aussi nous pourrons soutenir le passage au numérique », a-t-elle conclu.

    Source : Sinead Bovell

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    L'IA menacerait-elle votre emploi aussi ?

    Voir aussi

    Une IA génère des images de corps entiers de personnes qui n'existent pas avec des modèles et des tenues photoréalistes

    Les applications de rencontres ont besoin de femmes. Les annonceurs ont besoin de diversité, les entreprises d'IA proposent une solution : des visages générés par ordinateur

    Google développe une IA capable de reconnaître et isoler une voix dans une foule, une aptitude réservée auparavant aux humains

    Ce site montre des portraits de visages humains générés par une IA. Aucun d'entre eux n'est réel, actualisez la page pour en voir un nouveau
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    « Et si, chaque fois que vous faites des achats en ligne, vous pouviez vous voir dans les vêtements ? Littéralement. Si les algorithmes étaient alimentés avec suffisamment de données sur nous en tant qu'individus, ils pourraient générer un contenu nous présentant, chacun d'entre nous, comme des mannequins. Ou, de manière moins radicale, et si les algorithmes commençaient à apprendre sur quels mannequins virtuels nous avons le plus tendance à cliquer et à personnaliser numériquement les campagnes pour toujours inclure ces personnages ? », a-t-elle déclaré.
    Cette phrase me fait peur. Est-ce vraiment un besoin fondamental ? Somme nous vraiment dans l'incapacité de pouvoir nous projeter avec des vêtements portée par d'autres puis essayés en cabine? Franchement, alimenter des algorithmes pour pouvoir avoir seulement une vue 3d de moi avec un vêtement, au secours. Cette phrase est la manière Novlang de nous vendre un énième procédé pour nous flinguer encore un peu plus le cerveau pour nous présenter des choses auxquelles ont ne sera pas capable de résister. Où est le libre arbitre si les sociétés de publicités et commerciales nous connaissent mieux que nous même?

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Faire le lien entre "mannequinat" et "intelligence artificielle", c'est plutôt osé en cette période où les féministes aboient et manifestent dans la rue au moindre mot équivoque sorti de son contexte.

    Je vais oser un commentaire qui va immanquablement être libellé de "sexiste" par les susdites féministes en furie: "N'ait aucune crainte ma chère Sinead Bovell, tu seras toujours plus agréable à regarder qu'une intelligence artificielle!"

  4. #4
    Membre éclairé
    Elle marque un bon point pour la suggestion de mannequin qui nous ferait plus cliquer, en plus ce mannequin pourrait très bien être un projection de nous même un peu arranger mais pas trop pour que ça fasse vendre plus.


    vous pouviez vous voir dans les vêtements ? Littéralement. Si les algorithmes étaient alimentés avec suffisamment de données sur nous en tant qu'individus, ils pourraient générer un contenu nous présentant, chacun d'entre nous, comme des mannequins
    Là non, je ne vois pas le rapport entre l'IA et une projection de moi-même en 3D.

    Je veux dire, tout ce que tu aurais à faire, c'est utiliser un appareil qui permet de générer une image 3D de moi-même, pouvoir l'utiliser sur le site web pour qu'il puisse projeter tes vêtements sur ces données et c'est terminé. Pas besoin d'IA pour ça , et une IA qui devine tout mon physique au mm près sans aucune base que ce que je clique en vêtement, je n'y crois pas trop (et non je n'ai pas de webcam ). Evidemment si l'IA du magasin vient de google sur lequel j'ai mon mail et qu'il a relié ça avec des photos privée ou publique, c'est une autre histoire, mais ça c'est pour la RPGD.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    La révolution que l'ia met en oeuvre au grès de ces progrès est différente de la révolution industrielle connu avec l'avènement du plastique. Parce que cette révolution ne nécessite pas de déployés de machine pour l'exploiter, qu'elle utilise le matériel, data center et ordinateur, existant, que ceux ci sont désormais majoritairement disponible en entreprise, à tout le moins les terminaux, qu'elle est accompagnée de l’accroissement des réseaux permettant l’exécution à distance et la communication dématérialisé, mais aussi que cette révolution s'accomplit dans un monde qui à mûrit des structures et des organisations de tailles mondiales aux influences prédominantes dans les politique publique, alors, il faut tenter de percevoir la possible fulgurance des impacts que le déploiement de ces technologies auront sur nos économies et modèles sociaux.

    Une technologie n'est qu'une technologie au même titre qu'une arme n'est jamais responsable des actes de son porteur. A ce titre `La menace de l’intelligence artificielle` n'est pas un défaut de la technologie, celle ci en a déjà suffisamment (imprécisions, couts énergétique), mais bien un défaut de politique économique et sociale car c'est par le constat de l'echec de ces politiques à remplir les objectifs qu'elles se sont assignées, particulièrement, de manière dogmatique et irréfléchie, que les effets néfaste d'une telle révolution s'appliqueront.

  6. #6
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par scandinave Voir le message
    Cette phrase me fait peur
    Pourquoi ?? Au contraire ce serait super pratique d'éviter des heures d'aller retour entre les rayons et les cabines d'essayage.

  7. #7
    Membre expérimenté
    Super ! Bientôt la fin des meurtres par anorexie imposée !!!!

  8. #8
    Futur Membre du Club
    fortune
    Mince ! elles vont plus pouvoir se caser avec des footballeurs fortunés ...

###raw>template_hook.ano_emploi###