Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #81
    Candidat au Club
    Antichambre de la betise
    A vous lire je m'apercois que je suis dans l'antichambre de la betises.
    Reliser les livres d'histoires, vous verrez que c'est l'occident qui a principalement copié l'asie.
    C'est l'occident qui c'est approprié les richesse des autres.
    Quand aux EU ils n'ont absoluement aucune decouverte de base a leur actif. Societe trop recente.

  2. #82
    Membre averti
    Citation Envoyé par valery-95 Voir le message
    A vous lire je m'apercois que je suis dans l'antichambre de la betises.
    Reliser les livres d'histoires, vous verrez que c'est l'occident qui a principalement copié l'asie.
    C'est l'occident qui c'est approprié les richesse des autres.
    Quand aux EU ils n'ont absoluement aucune decouverte de base a leur actif. Societe trop recente.
    est ce que tu sais lire au moins ?
    à quel moment on évoque des découvertes de base ?

  3. #83
    Chroniqueur Actualités

    Larry Ellison, a fait don de 250 000 $ à un PAC quelques jours avant l'annonce de l'accord avec TikTok
    Le fondateur d'Oracle, Larry Ellison, a fait don de 250 000 $ à un comité d'action politique pro-Lindsey Graham
    quelques heures avant que son entreprise annonce être parvenue à un accord avec TikTok

    Aux États-Unis, un PAC (Political Action Committee ou Comité d’action politique) est le nom communément utilisé pour désigner, indépendamment de sa taille, une organisation privée qui collecte de l’argent pour influencer des élections ou des législations, en particulier au niveau fédéral.

    Les conditions qui déterminent si une organisation est classée comme PAC sont fixées par la loi de l'État et par la loi fédérale. Ainsi, selon la loi sur les campagnes électorales fédérales (Federal Election Campaign Act), une organisation reçoit le statut de « comité politique » si elle reçoit des dons ou si elle effectue des dépenses au-delà de 1 000 dollars dans le but d'influencer une élection fédérale.

    Les dons à destination des PAC fédéraux sont limités à 5 000 dollars par personne. Pour les comités d'action politique réputés indépendants des partis politiques et des candidats aux élections, les plafonds de dons sont abolis et ils sont appelés des super PAC.

    Le PDG d'Oracle, Larry Ellison, a fait don de 250 000 $ à un super PAC soutenant la campagne de réélection du sénateur Lindsey Graham (Républicaine – Caroline du Sud) alors que son entreprise se rapprochait d'une position convoitée de partenaire technologique américain de TikTok.

    Les documents de la Federal Electoral Commission (la FEC – en français commission électorale fédérale - désigne une agence réglementaire indépendante des États-Unis chargée d'administrer et de faire appliquer la loi sur le financement des élections fédérales dans ce pays) montrent qu'Ellison a fait le don de 250 000 $ au super PAC Security is Strength le 14 septembre. Le super PAC Security is Strength a acheté des publicités exclusivement pour soutenir les ambitions politiques de Graham, y compris sa campagne présidentielle de 2015 et sa candidature actuelle à la réélection du Sénat américain.


    Il s’agit d’un don exceptionnellement important pour Ellison, qui a également fait un don de 5200 $ au Graham’s Majority Fund en janvier. Le moment de ce don plus important est également remarquable, à peine quelques heures après qu'Oracle a officiellement annoncé qu'il avait été choisi comme partenaire technologique de TikTok pour ses opérations aux États-Unis, devançant Microsoft dans un processus d'appel d'offres de haut niveau pour sauvegarder les activités américaines de l’application vidéo populaire.

    TikTok a suscité des inquiétudes bipartites en raison de son propriétaire qui est la société chinoise ByteDance. Les responsables américains craignaient que l'entreprise ne partage les données des utilisateurs avec le gouvernement chinois. TikTok a longtemps nié les allégations.

    Au cours de l'été, le président Donald Trump a eu l’application en ligne de mire. En août, il a fini par publier deux décrets ciblant WeChat et TikTok dont l’objectif était de forcer TikTok à céder ses activités américaines sous peine d’être fermé aux États-Unis. Une interdiction de téléchargement de TikTok, annoncée par le département du Commerce en septembre, a été interrompue à la fin du mois dernier par un juge fédéral quelques heures seulement avant son entrée en vigueur.

    Comme l'ont noté les médias américains, Graham, qui est actuellement dans une course houleuse à la réélection, aurait joué un rôle déterminant dans l'accord. Cependant, il n'est pas clair s'il a été spécifiquement impliqué dans l’orientation du choix de l'entreprise désignée pour acquérir une participation dans la populaire application vidéo.

    « Si TikTok est sauvé, vous pouvez me remercier », a déclaré le républicain de Caroline du Sud dans une interview accordée à Vanity Fair en août. Durant la même interview, Graham a déclaré qu'il avait personnellement appelé Trump pour lui suggérer de trouver une entreprise américaine pour acheter la plateforme afin de remédier aux préoccupations de l'administration concernant les relations de l'application avec la Chine. « Laissez Microsoft ou quelqu'un d’autre l'acheter, remettez-le entre les mains des Américains et permettez à la plateforme de survivre et de prospérer parce que beaucoup de gens l'apprécient », aurait conseillé le sénateur Graham à Trump au cours de l'été.


    Suite à l'annonce de l'accord avec Oracle, Trump a déclaré qu'il avait donné sa « bénédiction » à l'accord, bien que les détails de l'accord aient été confus depuis sa première annonce le mois dernier. Suite à son annonce, Graham a tweeté son soutien à l'accord : « Grande décision du président Trump d'approuver la vente de TikTok à Oracle et Walmart. Idéal pour les consommateurs américains qui sont protégés du Parti communiste chinois. » Il a poursuivi: « Bien joué, Monsieur le Président. »

    Dans une déclaration, TikTok en a un peu plus dit sur la manière dont le nouvel accord répond aux préoccupations du président en matière de sécurité :

    « Nous sommes heureux que la proposition de TikTok, Oracle et Walmart résoudra les problèmes de sécurité de l’administration américaine et réglera les questions concernant l’avenir de TikTok aux États-Unis.

    « Dans le cadre de cet accord, Oracle deviendra le fournisseur de technologie de confiance, responsable de l'hébergement de toutes les données des utilisateurs américains et de la sécurisation des systèmes informatiques associés pour s’assurer que les exigences américaines en matière de sécurité nationale soient pleinement satisfaites. Nous travaillons actuellement avec Walmart sur un partenariat commercial. Les deux sociétés participeront à un tour de financement avant introduction en bourse de TikTok Global dans lequel elles pourront prendre jusqu'à 20% de participation cumulée dans l'entreprise. Nous allons également maintenir le siège de TikTok Global aux États-Unis, tandis que nous apporterons 25 000 emplois à travers le pays ».

    Le PDG d'Oracle, Safra Catz, a déclaré samedi dans un communiqué de presse qu'Oracle deviendrait un investisseur minoritaire dans TikTok Global et serait le « fournisseur de technologie cloud sécurisé » de TikTok dans le cadre de l'accord.

    « Oracle va rapidement déployer, mettre à l'échelle et exploiter rapidement les systèmes TikTok dans Oracle Cloud », a déclaré Catz. « Nous sommes convaincus à cent pour cent de notre capacité à fournir un environnement hautement sécurisé à TikTok et à garantir la confidentialité des données aux utilisateurs américains de TikTok et aux utilisateurs du monde entier. »

    Sources : FEC, Vanity Fair

    Voir aussi :

    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain
    Télétravail : 60 % des salariés français préféreraient parler de leurs problèmes de stress et d'anxiété à un robot plutôt qu'à leur manager, selon un rapport d'Oracle
    La confrontation de Google et d'Oracle devant la Cour suprême ne s'est pas très bien passée pour l'éditeur d'Android, les juges semblent prêts à envisager les droits d'auteur sur les API
    L'algorithme ou la technologie de TikTok ne sera pas transféré dans le cadre de l'accord de vente de son activité US, Oracle devrait plutôt vérifier le code source
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #84
    Chroniqueur Actualités

    USA : un juge fédéral déclare que l'interdiction de TikTok causerait un "préjudice" aux créateurs de contenu
    USA : un juge fédéral déclare que l'interdiction de TikTok causerait un "préjudice irréparable" aux créateurs de contenu,
    TikTok obtient un nouveau sursis grâce à l'intervention de trois influenceurs

    L'administration Trump s'acharne toujours contre TikTok de ByteDance et WeChat de Tencent Holdings, pour des raisons liées à la sécurité nationale. Mais le vent ne semble pas tourner en faveur du président US, car son ordonnance, qui devrait entrer en vigueur le 12 novembre, pour interdire les deux applications chinoises vient d'être bloquée par un juge fédéral de Pennsylvanie. Le juge estime que les créateurs de contenu qui utilisent TikTok pour gagner leur vie subiraient un "préjudice irréparable" si l'interdiction devait être appliquée.

    L'affaire n'est plus à présenter, ByteDance lutte contre l'administration Trump depuis plusieurs mois pour maintenir TikTok sur le marché US, et si possible pour ne pas vendre l'activité américaine de l'application. Après une première victoire en septembre, TikTok a gagné une autre bataille vendredi dernier. Plus précisément, dans ce cas, la communauté américaine de TikTok a gagné une bataille, car le procès dont il s'agit n'a pas été mené par l'entreprise elle-même, mais par des utilisateurs de la plateforme. Il s'agit en effet d'un groupe de créateurs de TikTok qui utilisent l'application pour communiquer avec leurs millions d'abonnés.

    Le groupe est composé de trois influenceurs, dont le demandeur Douglas Marland avec 2,7 millions d'abonnés sur TikTok ; Alec Chambers avec 1,8 million d'abonnés ; et Cosette Rinab qui a 2,3 millions d'abonnés. Selon les documents du procès, ces derniers réalisent des vidéos pour des marques de mode, gagnant entre 5 000 et 10 000 dollars par vidéo. Ils ont fait valoir qu'ils perdraient l'accès à leurs abonnés en cas d'interdiction, ainsi que les "opportunités professionnelles offertes par TikTok". En d'autres termes, ils perdraient le parrainage de leur marque, c'est-à-dire leurs revenus.





    Le juge a soutenu leur argument selon lequel les vidéos de TikTok constituent des "supports d'information", qui sont protégés par la loi applicable. « Les courtes vidéos créées et échangées sur TikTok sont expressives et instructives, et sont analogues aux "films", "œuvres d'art", "photographies" et "fils de presse" expressément protégés par la loi sur les pouvoirs économiques d'urgence internationale », a écrit le juge Wendy Beetlestone du tribunal de district américain pour l'est de la Pennsylvanie dans le document.

    Hilary McQuaide, une porte-parole de TikTok, a déclaré que la société était "profondément émue" par le soutien des créateurs. « Nous soutenons notre communauté de créateurs en continuant à partager leurs voix, à la fois par le biais de la plateforme et des options légales qui leur sont offertes, et nous nous engageons à continuer à leur offrir un foyer pour le faire », a-t-elle fait savoir dans une déclaration.

    TikTok gagne une nouvelle bataille, mais la guerre avec l'administration Trump continue

    Qualifiée de menace contre la sécurité nationale, Trump a publié un premier décret en août dernier pour bannir l'application TikTok. Ce décret donnait au ministère du Commerce 45 jours pour mettre en place une liste d'actions interdites. Le ministère du Commerce l'a fait, interdisant tout nouveau téléchargement de TikTok après le 20 septembre et interdisant presque toutes les autres fonctionnalités de TikTok après le 12 novembre. Mais TikTok a intenté un procès contre l'interdiction et a obtenu en premier un sursis d'un juge fédéral pour la date limite de septembre.

    En effet, le juge Carl Nichols de la Cour de district des États-Unis de l'État de Washington a émis une injonction interdisant l'entrée en vigueur de l'interdiction du 27 septembre. Le juge Nichols faisait savoir que l'administration Trump avait probablement outrepassé son autorité légale en promulguant l'interdiction. Le blocage du vendredi marque donc une nouvelle défaite pour l'administration Trump dans ses efforts de longue haleine pour interdire TikTok aux États-Unis. Cela dit, ByteDance, la société mère de TikTok, pourrait encore être contrainte de vendre une partie de ses activités à une société américaine.

    « Nous sommes heureux que le juge ait bloqué cette interdiction, qui dépasse l'autorité du président en vertu de la loi sur les pouvoirs économiques d'urgence internationale, à savoir des parties de la loi qui reflètent l'engagement profond de notre nation en faveur de la liberté d'expression », a déclaré Ambika Kumar Doran, avocat principal du groupe qui a intenté le procès. Ce sursis laisse penser que TikTok est dans le clair pour le moment puisque l'interdiction imminente est maintenant en suspens.

    Cela dit, rien n'empêche l'administration Trump de revenir avec une autre tactique. Elle peut toujours lancer une nouvelle tentative d'interdiction. Par contre, beaucoup pensent que les chances que cela aboutisse sont minces, car elles sont jusque-là soutenues par de vagues préoccupations de sécurité nationale. En outre, certains aussi qu'il est fort probable que d'autres juges d'autres États adoptent la position du juge Beetlestone.

    Source : Document de la Cour (PDF)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Un juge bloque les restrictions de WeChat par Trump pour des questions de liberté d'expression, l'application est une « place publique virtuelle »

    TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump, qui interdit ses transactions avec les États-Unis

    Un juge américain met fin à l'interdiction de nouveaux téléchargements de TikTok par l'administration de Trump, l'interdiction aurait pris effet dimanche à minuit

    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #85
    Chroniqueur Actualités

    TikTok dit que l'administration Trump a oublié la tentative de l'interdire et aimerait savoir ce qu'il en est
    TikTok affirme que l'administration Trump a oublié la tentative de l'interdire et aimerait savoir ce qu'il en est,
    Alors que la dernière échéance pour bloquer l’application est imminente

    ByteDance, la société chinoise qui a développé TikTok, a fait appel mardi devant une cour d'appel fédérale afin d'annuler une ordonnance administrative de Donald Trump qui exige que la société se sépare des activités américaines de sa populaire plateforme TikTok. L'ordonnance doit entrer en vigueur le jeudi. Mais ByteDance affirme que cela fait des semaines qu'il n'a pas entendu le Comité gouvernemental sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS) parler du plan de ByteDance pour répondre aux préoccupations du gouvernement sans devoir fermer TikTok aux États-Unis.

    Le président Trump a été très occupé par sa campagne de réélection et, dernièrement, par des contestations judiciaires après avoir perdu aux élections. Mais le monde continue de tourner et le président des États-Unis a beaucoup à faire en dehors des élections. En voici un exemple : TikTok aimerait savoir ce qui se passe avec la menace de l'administration Trump de l'interdire. Les responsables de l'application ont déposé une requête auprès d'une cour d'appel américaine pour demander une révision des actions de l'administration Trump.


    La raison de la démarche de ByteDance : la date limite fixée par l'administration Trump pour la vente de l'application TikTok approche à grands pas et pourtant ByteDance affirme n'avoir pas eu de nouvelles de l'administration depuis des semaines. Le CFIUS, l'agence chargée d'examiner les éventuels problèmes de sécurité nationale liés aux investissements étrangers, a affirmé que la société mère de TikTok basée en Chine représentait une menace pour les États-Unis en raison de problèmes de sécurité potentiels liés au gouvernement chinois. L'administration Trump a donc lancé un ultimatum à Bytedance en août : vendez TikTok ou nous interdirons l'application aux États-Unis.

    Le CFIUS a fixé la date limite du 12 novembre, aujourd’hui, pour que TikTok se dessaisisse de « tous les actifs ou biens corporels ou incorporels, où qu'ils se trouvent, utilisés pour permettre ou soutenir l'exploitation de l'application TikTok par ByteDance aux États-Unis ». TikTok dit avoir demandé une prolongation de 30 jours qui était prévue dans l'ordonnance de CFIUS, mais n'a reçu aucune communication à ce sujet. Il n'est pas clair ce qui se passerait réellement si le délai était dépassé.

    TikTok a tenté d'acquiescer aux demandes de Trump. La société a accepté de vendre une part minoritaire de l'entreprise et de former un « partenariat technologique » avec la société américaine Oracle, dont le cofondateur, Larry Ellison, est un partisan du président Trump. Ces changements ont été conçus pour répondre aux préoccupations du gouvernement qui craint que les utilisateurs américains de TikTok soient soumis à la surveillance du gouvernement chinois ou à d'autres ingérences. Si cela devrait satisfaire le CFIUS, l'accord entre TikTok et Oracle n'a pas encore été conclu.

    « Depuis un an, TikTok s'est engagé activement et de bonne foi avec le CFIUS pour répondre à ses préoccupations en matière de sécurité nationale, même si nous ne sommes pas d'accord avec son évaluation », a déclaré TikTok dans un communiqué de presse. « Depuis que le président a donné son approbation préliminaire à notre proposition pour répondre à ces préoccupations, nous avons proposé des solutions détaillées pour finaliser cet accord, mais nous n'avons reçu aucun retour d'information substantiel sur notre vaste cadre de sécurité et de protection des données ».

    Pour éviter une mauvaise surprise le jeudi, ByteDance a donc demandé à la Cour d'appel de circuit de Washington de se prononcer sur la question, avant qu’il ne soit trop tard.

    « Face à de nouvelles demandes continuelles et à l'absence de clarté sur l'acceptation des solutions que nous proposons, nous avons demandé la prolongation de 30 jours qui est expressément autorisée dans l'ordonnance du 14 août », poursuit la déclaration de TikTok. « Aujourd'hui, avec l'imminence de l'échéance du 12 novembre fixée par le CFIUS et sans prolongation, nous n'avons pas d'autre choix que de déposer une requête au tribunal pour défendre nos droits et ceux de nos plus de 1 500 employés aux États-Unis. Nous restons déterminés à travailler avec l'administration - comme nous l'avons toujours fait - pour résoudre les problèmes qu'elle a soulevés, mais notre défi juridique aujourd'hui est une protection pour garantir que ces discussions puissent avoir lieu ».


    Les arguments juridiques de ByteDance pour empêcher le blocage rétroactif de l'acquisition de Musical.ly

    Le président Trump a en fait émis deux ordonnances différentes visant à interdire TikTok, l'une le 6 août et l'autre le 14 août. Mais ces deux ordonnances n'ont pas eu beaucoup de succès devant les tribunaux jusqu'à présent. Un juge fédéral a bloqué l'exécution de la première ordonnance en septembre. En effet, le juge Carl Nichols de la Cour de district des États-Unis de l'État de Washington a émis une injonction interdisant l'entrée en vigueur de l'interdiction du 27 septembre (tout nouveau téléchargement de TikTok ne devrait plus être possible après cette date). Le juge Nichols faisait savoir que l'administration Trump avait probablement outrepassé son autorité légale en promulguant l'interdiction.

    Le mois dernier, un juge fédéral de Pennsylvanie a bloqué l'exécution de la deuxième ordonnance en réponse à un procès intenté par plusieurs utilisateurs de TikTok. Un groupe d’influenceurs a fait valoir qu'ils perdraient l'accès à leurs abonnés en cas d'interdiction de l’application, ainsi que les « opportunités professionnelles offertes par TikTok ». Le juge a estimé que les créateurs de contenu qui utilisent TikTok pour gagner leur vie subiraient un « préjudice irréparable » si l'interdiction devait être appliquée.

    La contestation par TikTok de l'ordonnance du 14 août est en cours devant un juge de première instance à Washington, mais TikTok cherche maintenant à faire remonter sa contestation jusqu'au niveau de la cour d'appel.

    En 2017, ByteDance a acquis une société de partage de vidéos appelée Musical.ly et l'a rebaptisée TikTok. Le président Trump affirme qu'il a le pouvoir de bloquer rétroactivement l'acquisition de Musical.ly et de forcer ainsi ByteDance à se séparer ou à arrêter toutes les activités de TikTok aux États-Unis. Mais ByteDance soutient que l'ordonnance de cession de Trump dépasse le pouvoir du président de contrôler les fusions impliquant des sociétés étrangères.

    ByteDance soutient dans ses arguments que le gouvernement surestime le rôle de Musical.ly dans la création de TikTok. La société affirme avoir lancé TikTok avant d'acquérir Musical.ly et que des aspects clés de la technologie de TikTok, notamment son puissant algorithme de recommandation, ont été développés en interne, et non acquis de Musical.ly.

    Le développeur de TikTok indique également que la grande majorité des utilisateurs actuels de l’application de photo populaire ont été acquis après l'acquisition de Musical.ly. ByteDance soutient donc que même si le président a le pouvoir de forcer le désinvestissement de Musical.ly, cela ne justifierait pas de forcer ByteDance à se séparer de TikTok ou à le fermer complètement.

    L’entreprise chinoise de nouvelles technologies accuse également l'administration de Trump de ne pas avoir sérieusement pris en compte les propositions de ByteDance pour répondre aux préoccupations du gouvernement, y compris sa proposition de vendre une part de la société à Oracle.

    Tout cela signifie que le sort de TikTok est encore en jeu dans le pays. TikTok ne sera probablement pas contraint à une cession immédiate pendant que les tribunaux examineront les contestations judiciaires de la société. Si ByteDance peut faire traîner la procédure jusqu'en janvier, elle pourrait trouver que la nouvelle administration Biden est plus accommodante, même si le président élu Joe Biden n'a pas encore dit s'il poursuivra la guerre de Trump contre TikTok ou s'il adoptera une approche plus indulgente.

    Ce n'est pas non plus la première fois que le président Trump semble avoir oublié son interdiction de TikTok. Il avait déjà affirmé que la date limite de vente de TikTok était en septembre, alors qu'il avait signé un décret prolongeant le délai de vente de la société jusqu'en novembre.

    Source : Document d’appel

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous?
    TikTok sera-t-elle interdite ce jeudi ?
    Que se passera-t-il pour TikTok, selon vous, si l’affaire arrive au niveau de la nouvelle administration Biden ?

    Voir aussi :

    USA : un juge fédéral déclare que l'interdiction de TikTok causerait un "préjudice irréparable" aux créateurs de contenu, TikTok obtient un nouveau sursis grâce à l'intervention de trois influenceurs
    Pour la Chine, la vente de TikTok serait la preuve que les USA se livrent à une "intimidation économique", alors que TikTok s'apprête à devenir une entreprise américaine autonome
    Mike Pompeo : l'administration Trump veut retirer les applications chinoises « non fiables » comme TikTok et WeChat des App Stores américains, dans un nouvel effort baptisé "Clean Network"
    Après le bannissement de TikTok par Trump, la Chine prépare des mesures similaires. Pékin a publié une série de règles qui pourraient lui permettre d'arrêter les activités d'entreprises étrangères
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #86
    Membre habitué
    Qu’en pensez-vous?
    Ça me fait trop rire... J'imagine que Trump ne peut gérer qu'un seul sujet polémique à la fois, et ces jours-ci ce n'est pas de TikTok dont il est question...

  7. #87
    Chroniqueur Actualités

    L'administration Trump suspend l'interdiction de TikTok qu'elle semblait avoir oubliée
    L'administration Trump suspend l'interdiction de TikTok qu'elle semblait avoir oubliée,
    Les utilisateurs US peuvent toujours télécharger et recevoir les mises à jour de l’application après jeudi

    Le sort de l’application TikTok aux États-Unis est en suspens, mais au moins les utilisateurs aux États-Unis peuvent encore la télécharger et installer les correctifs. Le ministère américain du Commerce a suspendu l'application d'un décret qui aurait obligé la populaire application vidéo TikTok à suspendre toutes les opérations américaines à partir de minuit jeudi dernier, a rapporté le Wall Street Journal. Il s'agit d'un aveu tacite que l'interdiction proposée n'est en fait plus particulièrement importante pour l'administration Trump.

    Le ministère américain de la Justice a déclaré avoir fait appel de l'ordonnance du 30 octobre d'un juge de Pennsylvanie qui empêchait le gouvernement d'imposer des restrictions sur l'application TikTok de partage de vidéos courtes appartenant à l’entreprise chinoise ByteDance, qui devaient prendre effet jeudi. L'ordonnance du mois d'août du Département du Commerce aurait interdit les transactions avec TikTok, dont ByteDance avait prévenu qu'il interdirait effectivement l'utilisation de TikTok aux États-Unis.


    Mais la Maison-Blanche ne semblait pas particulièrement pressée d'appliquer l'ordre de cession du 14 août qui ordonnait à ByteDance de vendre TikTok avant jeudi. L'administration Trump n'a pas fait d'efforts immédiats pour faire appliquer cet ordre, même s'il n'était pas clair que le gouvernement accéderait officiellement à une demande de ByteDance de prolonger le délai de vente.

    Le président Donald Trump a signé au cours de l'année deux décrets relatifs à TikTok. Le premier, le 6 août, a déclaré l'application comme étant une urgence nationale. L'administration Trump soutient que TikTok pose des problèmes de sécurité nationale, car les données personnelles collectées sur 100 millions d'Américains qui utilisent l'application pourraient être obtenues par le gouvernement chinois. TikTok nie ces allégations.

    Un second décret, publié une semaine plus tard, a donné 90 jours à ByteDance, la société mère de TikTok, pour céder l'application à un propriétaire américain. Ce délai est tombé jeudi 12 novembre. Et bien que ByteDance n'ait encore cédé aucune partie de TikTok, elle a conclu avec Oracle un accord que la Maison-Blanche semblait plus ou moins accepter après son annonce en septembre.

    ByteDance est en pourparlers pour un accord avec Walmart et Oracle pour transférer les actifs américains de TikTok dans une nouvelle entité appelée TikTok Global. L'accord avait reçu la "bénédiction" du président Trump en septembre. La société a déclaré mardi qu'elle avait demandé une prolongation de 30 jours du délai de cession pour finaliser les conditions.

    Selon un article du Wall Street Journal publié jeudi, le ministère du Commerce a déclaré que les ordonnances contre TikTok sont en suspens « en attendant de nouveaux développements juridiques » dans le cadre de multiples procès. Le Département du Commerce aurait déclaré le 1er novembre qu'il se conformerait à l'ordonnance du juge Wendy Beetlestone bloquant l'interdiction, mais a déclaré qu'il « défendrait vigoureusement » ses actions. TikTok n'avait pas immédiatement commenté l'appel du gouvernement au troisième Circuit américain de l'injonction du juge du 30 octobre, selon Reuters.

    Beetlestone a interdit à l'agence fédérale d'interdire l'hébergement de données aux États-Unis pour TikTok, les services de livraison de contenu et autres transactions techniques. Beetlestone a écrit que « les propres descriptions du gouvernement de la menace pour la sécurité nationale posée par l'application TikTok sont formulées dans des hypothèses ».

    Dans son appel de mardi devant la cour fédérale, ByteDance a déclaré qu'il a respecté sa part de l'accord - maintenant, il faut juste que le gouvernement américain se souvienne de ce qui se passe.

    « Depuis un an, TikTok s'est engagé activement et de bonne foi avec le CFIUS pour répondre à ses préoccupations de sécurité nationale, même si nous ne sommes pas d'accord avec son évaluation », a déclaré TikTok mardi dans un communiqué. Le CFIUS est le Comité gouvernemental chargé d’examiner les investissements étrangers aux États-Unis. « Depuis que le président a donné son approbation préliminaire à notre proposition pour répondre à ces préoccupations, nous avons proposé des solutions détaillées pour finaliser cet accord, mais nous n'avons reçu aucun retour d'information substantiel sur notre vaste cadre de sécurité et de protection de la vie privée », a ajouté TikTok.

    Les ordonnances de l’administration Trump d’interdire TikTok n’ont jusqu’à présent pas connu beaucoup de succès

    Pendant ce temps, grâce à toutes ces actions en justice en cours, l'administration Trump s'est vue interdire de mettre en vigueur jeudi une partie de ses interdictions de TikTok. Un groupe de créateurs de contenu qui gagnent leur vie en utilisant TikTok a également porté plainte contre l'administration, alléguant que l'interdiction allait fondamentalement détruire leurs moyens de subsistance. Fin octobre, le juge Wendy Beetlestone a donné son accord, estimant qu'une fermeture causerait aux créateurs « une perte économique significative et irrécupérable » et accordant une injonction contre l'interdiction.

    Avant cette dernière injonction du juge sur laquelle s’est alignée l’administration Trump, TikTok a intenté une action en justice contre le gouvernement peu après la signature des décrets en août. Le 27 septembre, le juge Carl Nichols du tribunal de District américain pour le District de Columbia a émis une injonction préliminaire dans le procès qui a empêché le Département de Commerce d'ordonner aux app stores d’Apple et de Google de supprimer TikTok pour le téléchargement par les nouveaux utilisateurs.

    Selon Reuters, le Département du Trésor américain a déclaré mercredi qu'il souhaitait une résolution des problèmes de sécurité nationale qu'il avait soulevés à propos de TikTok avant la date limite de cession fixée à jeudi. Un porte-parole du Trésor n'a pas fait de commentaire jeudi à a demande de Reuters.

    Source : The New York Times

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ce nouveau report de l’interdiction de TikTok aux États-Unis ?
    Pensez-vous que l’administration Trump tient toujours à interdire l’application ?

    Voir aussi :

    TikTok affirme que l'administration Trump a oublié la tentative de l'interdire et aimerait savoir ce qu'il en est, alors que la dernière échéance pour bloquer l'application est imminente
    USA : un juge fédéral déclare que l'interdiction de TikTok causerait un "préjudice irréparable" aux créateurs de contenu, TikTok obtient un nouveau sursis grâce à l'intervention de trois influenceurs
    Un juge américain met fin à l'interdiction de nouveaux téléchargements de TikTok par l'administration de Trump, l'interdiction aurait pris effet dimanche à minuit
    Un juge bloque les restrictions de WeChat par Trump pour des questions de liberté d'expression, l'application est une « place publique virtuelle »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #88
    Membre régulier
    Citation Envoyé par koyosama Voir le message
    Je ne dirais pas que c'est faux mais il faut remettre les choses dans son contexte. Si t'a suivi les cours d'histoire et géographie, tu verras que tout le monde a copier a tout le monde. Les gaulois sont devenus des gallo-romains en copiant sur le model romain, meme si c'est une tactique des romains de l’antiquité. La renaissance a pompe sur les grec antiques, les romains de l’antiquité se sont carement servi dans le savoir grec.

    Je me rappelle de Tesla qui s'est fait prendre son idée par Thomas Edison. Pourquoi on a tous la meme médecine, pourquoi on a tous le meme savoir de l'histoire, pourquoi on est américanise. Parce que un moment un autre les idées ont convergence soit violemment, soit indirectement, soit directement. L'informatique cela vient d'ou d’après toi.

    Les artistes volent et les genies se l’approprie. Tu vas pas me dire que les toutes les idées d'Apple sortent de Steve job quand meme. Aussi humiliant soit-il c'est a notre tour d'apprendre un peu, j'ai dit un tout peu (sinon je vais me faire taper) du model chinois. Le problème du model c'est pas qu'il pique, nous aussi on a pique la bombe nucléaire aux américains. Il faut arrêter le clivage occidentaux/orientaux c'est du pur racisme. Le problème du model chinois c'est qu'il est chinois et personne ne sait lire chinois donc on peut pas rien en faire, c'est dans un sens c'est juste sa le problème.

    Mais les traiter de voleur et surtout sortir le mot occidentaux, c'est du pure racisme. Franchement, ils ont droit au savoir comme tout le monde. La connaissance devrait être sans limite et accessible, tu vas pas dire qu'on leur pas piquer la poudre a canon, le papier, la soie, les pates et d'autres ... Cela nous a fait un bon d'un siècle en avant quand meme, c'est tout ses technos qu'on a ose coloniser le monde. Rappelle moi la période de l'histoire pourquoi on faisait des voyages en mer a l’époque de Christophe Colomb. C’était principalement pour aller en Chine. En plus vu comment les occidentaux les ont coloniser et humilier, je pense que c'est Karma qui travaille un peu. Tout voler, sérieusement, il faut reviser votre histoire. En plus c'est notre faute, dans les écoles en Chine il apprennent qu'il faut innover ou mourir, tu m’étonnes qu'ils sont en mode turbo.

    Et je suis content qu'il copie un peu notre mode de fonctionnement, j'ai pas envie de voir deux Russie. Y'en un ouvert au monde l'autre moins. La paix dans le monde est plus proche si tout le monde fonctionnait pareil. Les Etats Unis ont profiter de la migration aussi, tout le monde exploite tout le monde. Apres celui qui a la plus grosse c'est une autre histoire. Perso en la Chine qui reste dans son coin et les Etats Unis qui nous donne des ordres, je pense qu'on se fait niquer grave des deux cotes de toute façon.

    Apres on va leur reprocher de ne pas faire pareil roh. Ce que je veux dire c'est que on est l'ere USA/Chine et que sa fait mal de voir qu'on est qu'un petit pays qui rien dire, c'est fini la colonisation, exactement de ce que j'ai pense des anglais quand ils ont quitter l'Europe, C'est un petit pays et c'est tout. Apres on devient naif et puis c'est tout. La Chine a été puissante a une époque, cela me choque pas que l’impérialisme change de cote du jour au lendemain. Pardon mais c'est la loi de la civilisation.

    Vous pouvez sortir tout les pensées que vous voulez mais sortir cette phrase a cette époque, on vaut mieux que sa.

    Si tu sors la suprématie des occidentaux, tu crois que c'est quoi le discours des chinois. Au XXIeme siècle on pense encore a la suprématie des races. C'est pas comme ci les Etats Unis sont en plein BlackMatter. Les gars évolue, s'il vous plait. Des idées et technologies qui se font voler cela arrive a tout le monde. Je crois d'ailleurs c'est un des principes de entrepreneuriat aujourd’hui ou alors on appelle cela la disruption.

    Franchement tiktok, le vole de technologie c'est quoi, que dalle.
    Trouver du racisme ici, il faut être un champion.
    Tu as oublié de le traiter aussi de facho, misogyne et homophobe pour être complet.
    Et dénoncer le racisme alors que tu écris un roman juste pour affirmer que les chinois ont le droit car ils sont gentils mais que les occidentaux qui ont fait la même chose sont de méchants blancs …

###raw>template_hook.ano_emploi###