Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #41
    Rédacteur/Modérateur

    D’autre part, il y en a qui pense que les efforts de l’administration Trump pour forcer la vente des activités américaines de TikTok à une entreprise nationale mettent à mal la liberté sur Internet.
    Que penser de la censure ouverte et revendiquée par la Chine : Internet limité (Firewall national), fermetures arbitraires de sites, propagande d'Etat, censure, et je ne parle même pas des emprisonnements ou "disparitions" d'opposants ou journalistes.
    Cela n'empêche pas de toujours rester vigilant sur le comportement du gouvernement US envers Internet, mais il y a un gouffre avec les pratiques de la Chine.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  2. #42
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    il y a un gouffre avec les pratiques de la Chine.
    Ils sont moins subtil en Chine, là-bas la censure est net, alors qu'avec les entreprises US, c'est plus discret, les algorithmes mettent certaines idées en avant et en masquent d'autres.
    Il y a un pratique qui s'appelle le Shadow banning.
    Quelque part c'est moins fourbe en Chine. La démocratie c'est une dictature présenté par une hôtesse sexy au lieu d'un homme en uniforme.

    C'est quand même dingue que les USA veulent contrôler tout ce qui a du succès. Alors que TikTok va probablement finir comme MySpace, CaraMail, Lycos, etc.
    Les USA veulent défendre leurs intérêts car leur leadership n'est plus très net, la Chine est peut-être déjà la première puissance économique mondiale.
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #43
    Chroniqueuse Actualités

    La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée
    La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée,
    les autorités chinoises craignent qu'une vente ne fasse "apparaître" ByteDance et la Chine comme "faibles"

    Le président Donald Trump a déclaré jeudi dernier qu'il ne prévoyait pas de prolonger le délai imparti à ByteDance pour vendre la branche américaine de TikTok, le processus étant toujours entaché d'incertitude. Trump a déclaré à plusieurs reprises que la date limite pour la vente de l'application est le 15 septembre 2020, bien que ce ne soit pas la date stipulée dans l'un des deux décrets que son administration a émis en août.

    Le premier décret, qui interdit aux sociétés américaines de faire des transactions avec la société chinoise ou ses filiales, donnait une date limite au 20 septembre. Le second, dont la date limite est le 12 novembre, exige que Bytedance vende TikTok pour des raisons de sécurité nationale. Microsoft et Oracle sont parmi les prétendants aux actifs américains de TikTok. Des opérations au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie font également partie de l'accord.

    Le 31 juillet, Trump a déclaré pour la première fois aux journalistes qu'il prévoyait d'interdire TikTok aux États-Unis dans les 24 heures. Mais le 3 août, après que Microsoft ait révélé qu'il était en pourparlers pour acheter des parties de TikTok, Trump a déclaré qu'il donnerait à ByteDance 45 jours pour vendre à un acheteur américain. Puis, le 6 août, Trump a publié un décret interdisant les transactions avec ByteDance et ses filiales dans un délai de 45 jours, soit le 20 septembre.


    Qui doit approuver un accord ?

    ByteDance et les acheteurs potentiels de TikTok doivent proposer un accord acceptable pour le Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis, un groupe inter-agences. L'administration de Trump ne veut pas que ByteDance ait un intérêt continu dans TikTok, et s'attend à ce qu'une entreprise technologique soit le principal investisseur dans la courte application vidéo. Le ministère chinois du commerce a rejoint la partie le 28 août avec une liste révisée de contrôle des exportations de technologies qui, selon les experts, lui permettrait de contrôler toute transaction de TikTok.

    Cela signifie que l'approbation de Pékin sera probablement nécessaire aussi, ce dont beaucoup d'observateurs doutent qu'il se produise immédiatement. Les règles stipulent qu'il peut falloir jusqu'à 30 jours pour obtenir l'approbation préliminaire d'exporter la technologie. La semaine dernière, lorsqu'on lui a demandé quel impact les règles pourraient avoir sur l'accord TikTok, le ministère chinois du commerce a répondu que les changements réglementaires ne visaient pas des entreprises spécifiques, mais a réaffirmé leur droit à faire appliquer les règles.

    Cependant, Pékin s'oppose à la vente forcée des opérations américaines de TikTok par son propriétaire chinois ByteDance et préférerait voir la courte application vidéo fermée aux Etats-Unis, ont déclaré vendredi trois personnes ayant une connaissance directe de la question. Les responsables chinois estiment qu'une vente forcée ferait apparaître ByteDance et la Chine comme faibles face à la pression de Washington, ont déclaré les sources, s'exprimant sous réserve d'anonymat compte tenu de la sensibilité de la situation.

    ByteDance a déclaré à Reuters que le gouvernement chinois ne lui avait jamais suggéré de fermer TikTok aux États-Unis ou sur tout autre marché. Deux des sources ont déclaré que la Chine est prête à utiliser les révisions qu'elle a apportées à une liste d'exportations de technologies le 28 août pour retarder tout accord conclu par ByteDance, si elle devait le faire.

    Interrogé vendredi sur Trump et TikTok, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lors d'un point de presse régulier que les États-Unis abusaient du concept de sécurité nationale, et les a exhortés à cesser d'opprimer les entreprises étrangères.

    Si aucun accord n'est conclu d'ici septembre ?

    Si le délai n'est pas prolongé, les transactions avec TikTok seront interdites, bien que la nature exacte de ces transactions n'ait pas été précisée. Le décret pourrait rendre la publicité sur la plateforme illégale et TikTok a préparé les annonceurs à un tel résultat. Les États-Unis vont probablement interdire le téléchargement de TikTok à partir des app stores, a rapporté Reuters.

    Cependant, il n'est pas clair si certaines transactions peuvent être interdites qui empêcheraient les utilisateurs qui ont déjà téléchargé TikTok de l'utiliser. Face à une interdiction en Inde, TikTok a choisi de se fermer volontairement.

    TIKTOK a-t-il d'autres options ?

    TikTok et ByteDance ont intenté un procès à la cour fédérale de Los Angeles le 24 août dernier contre le décret de Trump, le qualifiant de prétexte pour alimenter la rhétorique anti-chinoise. Le 14 août, l'administration Trump a publié un autre décret exigeant de ByteDance qu'il cède ses intérêts dans les opérations de partage vidéo de l'application TikTok aux États-Unis dans un délai de 90 jours. Cela suggère une date limite du 12 novembre. Le second décret ne dit pas ce qui pourrait se passer si ByteDance ne s'exécute pas.


    Source : Reuters

    Et vous ?

    Quelle analyse faites-vous de la situation ?

    Voir aussi :

    TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump qui interdit ses transactions avec les États-Unis

    TikTok s'apprête à poursuivre l'administration Trump suite à la publication par cette dernière de deux décrets l'interdisant aux USA, l'appli entend évoquer l'anti-constitutionnalité de la mesure

    ByteDance propose de céder TikTok US suite aux menaces de Donald Trump d'interdire l'application aux États-Unis, l’avenir de TikTok est de plus en plus incertain dans le pays

    TikTok a secrètement recueilli les données des utilisateurs pendant 18 mois en se servant d'un moyen interdit par Google

    TikTok, une application de partage de vidéos courtes, est accusée d'avoir secrètement recueilli des données d'utilisateurs et de les avoir envoyé à la Chine
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #44
    Chroniqueur Actualités

    TikTok révèle des détails sur le fonctionnement de son algorithme à 3 jours de l’échéance fixée par Trump
    TikTok révèle des détails secrets sur le fonctionnement de son algorithme
    alors que l’échéance fixée par Trump pour la vente de l’activité américaine de l’entreprise est dans trois jours

    Au milieu du tumulte, TikTok semble espérer que la suite des événements se déroule autrement. Mercredi, l’entreprise a révélé certains des rouages insaisissables de son algorithme “très prisé” qui maintient des centaines de millions d'utilisateurs dans le monde entier accrochés à l'application vidéo virale. L’algorithme est qualifié de très prisé parce que c’est ce code qui lui a permis, en seulement 2 ans d’existence, d'engranger près de 700 millions d’utilisateurs et de devenir une entreprise avec une remarquable valorisation située entre 20 à 30 milliards de dollars.

    ByteDance, la maison mère de TikTok, fait face à une injonction des plus difficiles de ces dernières années. Donald Trump l’oblige à vendre les parts américaines de TikTok à une entreprise locale sous peine de voir le réseau social de partage de vidéos courtes complètement interdit dans le pays. La date butoir est fixée pour ce 15 septembre et l’on n’entend toujours que des rumeurs d’une possible vente à Microsoft. En plus, Trump a déclaré ce jeudi qu'il ne prévoyait pas de prolonger le délai imparti à ByteDance pour vendre la branche américaine de TikTok.

    Cependant, alors qu’un atout important de ByteDance est en jeu, TikTok, de son côté, essaie de faire la lumière sur le code de son algorithme. Lors d’un appel avec des journalistes de Axios mercredi, les dirigeants de TikTok ont déclaré qu'ils révélaient les détails de leur algorithme et de leurs pratiques en matière de données afin de dissiper certains mythes et les rumeurs sur la société. En effet, les dirigeants de TikTok ont offert aux journalistes une visite virtuelle de leur nouveau “centre de transparence” à Los Angeles, avant de parler de l’algorithme en lui-même.


    « Nous sommes une société de deux ans qui fonctionne avec les attentes d'une entreprise de dix ans », explique Michael Beckerman, vice-président de TikTok en charge de la politique publique américaine. « Nous n'avons en effet pas eu l'occasion de grandir à l’âge d’or d'Internet, une époque où les entreprises technologiques ne pouvaient pas faire de mal. Nous avons grandi à l'ère du techlash (forte réaction à l’encontre des grandes sociétés technologiques), où il y a assez de scepticisme à l'égard des plateformes, de la façon dont elles modèrent le contenu et du fonctionnement de leurs algorithmes », a-t-il poursuivi.

    À la question de savoir la façon dont l’algorithme fonctionne, les cadres de TikTok ont déclaré que l’algorithme se sert de l'apprentissage automatique pour déterminer les contenus avec lesquels un utilisateur de l’application est le plus susceptible de s'engager et de les lui servir encore et encore, en recherchant des vidéos qui sont similaires ou qui sont appréciées par des personnes ayant des préférences d'utilisateurs similaires. Plus en détail, ils ont déclaré que lorsque les utilisateurs ouvrent TikTok pour la première fois, ils voient apparaître 8 vidéos populaires présentant différentes tendances.

    Après ce premier contact, l'algorithme continuera à servir à l'utilisateur de nouvelles itérations de 8 vidéos en se référant aux premières vidéos avec lesquelles l'utilisateur s’est engagé et de ce qu'il fait. Il identifie des vidéos similaires à celles qui ont engagé l’utilisateur grâce aux informations vidéo, qui peuvent inclure des détails comme des légendes, des hashtags ou des sons. Les recommandations tiennent également compte des paramètres du dispositif et du compte de l'utilisateur, qui comprennent des données telles que la langue préférée, le pays et le type de dispositif.

    Une fois que TikTok a recueilli suffisamment de données sur l'utilisateur, l'application est capable de cartographier les préférences d'un utilisateur par rapport à des utilisateurs similaires et de les rassembler en “groupes”. Simultanément, il rassemble également les vidéos en “grappes” basées sur des thèmes similaires, comme le basket-ball ou les lapins. En outre, grâce à l'apprentissage automatique, l'algorithme sert les vidéos aux utilisateurs en fonction de leur proximité avec d'autres groupes d'utilisateurs et du contenu qu'ils aiment.

    La logique de TikTok vise à éviter les redondances qui pourraient ennuyer l'utilisateur, comme le fait de voir plusieurs vidéos avec la même musique ou provenant du même créateur. D’après TikTok, sa capacité à cerner les préférences des utilisateurs est due au fait que son algorithme peut produire des “bulles de filtrage”, renforçant les préférences existantes des utilisateurs plutôt que de simplement leur montrer des contenus plus variés, d'élargir leurs horizons ou de leur offrir des points de vue opposés. L’entreprise a déclaré qu'elle étudie les bulles de filtres pour plusieurs raisons.

    Il s’agit notamment de leur durée de vie et la façon dont un utilisateur les rencontre, pour mieux les briser si nécessaire. Les cadres de la société ont ajouté que comme les bulles de filtre peuvent servir à renforcer les théories de conspiration, les canulars et autres informations erronées, les équipes produits et politiques de TikTok étudient quels comptes et informations vidéo (thèmes, hashtags, légendes, son, etc.) sont susceptibles d’être liés à la désinformation. Une action de modération est ensuite entreprise.

    Selon ces derniers, les vidéos ou les créateurs liés à la désinformation sont envoyés aux réviseurs de contenu de la société afin qu'ils puissent les gérer avant qu'ils ne soient distribués aux utilisateurs sur le flux principal, qui est appelé la page “Pour vous”. Le briefing a également permis de faire le point sur les pratiques de TikTok en matière de collecte des données, de confidentialité et de sécurité. L'entreprise affirme qu'elle essaie de trier et de prévenir les incidents sur sa plateforme avant qu'ils ne se produisent.

    Elle le fait en s'efforçant de détecter les schémas de problèmes avant qu'ils ne se propagent. De même, le responsable de la sécurité de TikTok, Roland Cloutier, a déclaré que TikTok prévoyait d'engager plus de 100 experts en données, sécurité et confidentialité d'ici la fin de l'année aux États-Unis. Il a également déclaré que la société va construire un centre de surveillance, de réponse et d'investigation à Washington D.C. pour détecter activement et répondre en temps réel aux incidents critiques. Toutes ces pratiques liées à la transparence sont mises en place par TikTok dans un but précis.

    Selon Beckerman, ces efforts de transparence visent en effet à positionner l'entreprise comme un leader dans la Silicon Valley. « Nous envisageons de prendre une position de leader et en apprendre plus aux gens sur la façon dont l'application fonctionne », a-t-il déclaré. « Pour nous, nous sommes nouveaux, et nous voulons le faire parce que nous n'avons rien à cacher. Plus nous parlons et rencontrons les législateurs, plus ils sont à l'aise avec le produit. C'est comme ça que ça devrait être », a-t-il terminé. Toutefois, TikTok est bien parti pour être éjecté du marché US.

    Une chose à noter cependant, c’est la position de la Chine par rapport à la vente de l’activité américaine de TikTok. Pékin s'oppose à cette vente et préférerait voir TikTok fermé aux États-Unis, selon des personnes proches du dossier. S’exprimant en anonymat, ces dernières ont également déclaré que les autorités chinoises sont certaines du fait qu'une vente forcée ferait apparaître ByteDance Ltd et la Chine comme faibles face à la pression de Washington. ByteDance a d’ailleurs déclaré que Pékin ne lui avait jamais suggéré de fermer TikTok aux États-Unis ou sur tout autre marché.

    Source : TikTok

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    ByteDance va-t-il risquer de perdre le marché américain après celui de l’Inde Donald Trump va-t-il faire volte-face ?

    Voir aussi

    La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée, les autorités chinoises craignent qu'une vente ne fasse "apparaître" ByteDance et la Chine comme "faibles"

    Trump publie deux décrets visant à interdire les transactions américaines avec TikTok et WeChat dans les 45 jours, évoquant le motif de la sécurité nationale

    Microsoft confirme l'existence de pourparlers pour le rachat de TikTok USA, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande et entend conclure un accord d'ici le 15 septembre

    La vente potentielle des activités américaines de TikTok pourrait nécessiter l'aval de Pékin, suite à une mise à jour des règles chinoises en matière d'exportation

    L'Inde bannit plus de 100 applications développées par des entreprises chinoises parmi lesquelles PUBG et WeChat, après avoir banni TikTok et 58 autres applications chinoises
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #45
    Membre régulier
    Je comprend pas pourquoi il persiste à montrer patte blanche... C'est pas la sécurité le problème c'est que les usa ne supporte pas d'être second...

  6. #46
    Chroniqueuse Actualités

    Donald Trump a exécuté ses menaces d'interdire Tiktok aux États-Unis, ne se souvient plus de l’échéance
    Donald Trump a exécuté ses menaces d'interdire Tiktok aux États-Unis, en donnant un délai pour la vente de l'application,
    mais il ne se souvient plus de la véritable échéance

    Le président Donald Trump a déclaré jeudi dernier qu'il ne prévoyait pas de prolonger le délai imparti à ByteDance pour vendre la branche américaine de TikTok, le processus étant toujours entaché d'incertitude. Trump a déclaré à plusieurs reprises que la date limite pour la vente de l’application est le 15 septembre 2020, bien que ce ne soit pas la date stipulée dans l'un des deux décrets que son administration a émis en août.


    Trump a effectivement signé un décret début août exigeant que l'application Tiktok rompe ses liens avec sa société mère chinoise, ByteDance, sous peine d'être interdite aux États-Unis. Mais il ne semble pas savoir exactement à quelle échéance il s'est fixé, d'après ce qu'il a déclaré lors de son entretien avec les journalistes jeudi soir. « Nous allons soit fermer TikTok dans ce pays pour des raisons de sécurité, soit le vendre », a déclaré Trump en attendant un vol pour l'un de ses meetings de réélection.

    Interrogé sur une éventuelle prolongation de la date limite de TikTok pour trouver de nouveaux propriétaires, Trump a répondu : « Je ne prolonge pas les délais. Non, c'est le 15 septembre. Il n'y aura pas de prolongation de la date limite de TikTok ».


    Il y a juste quelques problèmes. Tout d'abord, Trump a déjà approuvé une prolongation du délai initial. Et ni la date initiale ni la date limite prolongée ne tombent le 15 septembre. Le 6 août dernier en effet, Trump a signé un décret visant TikTok. Ce décret interdisait à quiconque aux États-Unis de faire des affaires avec ByteDance, la société mère basée en Chine, en raison de problèmes de sécurité potentiels impliquant le gouvernement chinois. Trump a donné à TikTok 45 jours pour trouver un acheteur basé aux États-Unis. Quarante-cinq jours à partir du 6 août n'est pas le 15 septembre. C'est le 20 septembre.

    Trump a déjà fait référence à une date antérieure au 15 septembre lorsqu'il a discuté d'une date limite pour l'acquisition de TikTok. « J'ai fixé une date aux alentours du 15 septembre, date à laquelle l’application sera hors service aux États-Unis », a déclaré Trump quelques jours avant de signer le décret. On peut peut-être lui accorder le bénéfice du doute et se dire que ce sera vers le 15 septembre. Bien sûr, d'accord. Sauf que Trump a signé un autre décret environ une semaine après le précédent, prolongeant le délai de TikTok à 90 jours... Jusqu'en novembre.

    Donald Trump, le président des États-Unis d'Amérique, est la personne qui a imposé un ultimatum à TikTok : coupez les liens avec votre société mère chinoise, Bytedance, et vendez à une organisation basée aux États-Unis ou votre application vidéo virale sera interdite aux États-Unis. Il semble tout à fait raisonnable pour Trump de savoir exactement à quelle date tombe cette échéance. C'est un détail qui semble assez important.

    Il y a de fortes chances que le président Trump se réveille le matin du 15 septembre et déclare que TikTok est interdit... même si ce n'est pas le cas. Ou peut-être qu'aucune de ces dates n'a d'importance. TikTok poursuit actuellement l'administration Trump pour cette interdiction. Les experts juridiques se demandent si le gouvernement américain a même la possibilité d'interdire l'application. La Chine a laissé entendre qu'elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour bloquer une acquisition.

    Une chose est claire cependant : pour l'instant, l'avenir de TikTok aux États-Unis est très incertain. Car si le délai n'est pas prolongé, les transactions avec TikTok seront interdites, bien que la nature exacte de ces transactions n'ait pas été précisée. Le décret pourrait rendre la publicité sur la plateforme illégale et TikTok a préparé les annonceurs à un tel résultat. Les États-Unis vont probablement interdire le téléchargement de TikTok à partir des app stores. Cependant, il n'est pas clair si certaines transactions interdites pourraient empêcher les utilisateurs qui ont déjà téléchargé TikTok de l'utiliser.

    Et vous ?

    Que vous inspire l’attitude de Donald Trump ?

    À votre avis fera-t-il volte-face ou pas ?

    Voir aussi:

    La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée, les autorités chinoises craignent qu'une vente ne fasse "apparaître" ByteDance et la Chine comme "faibles"

    Trump publie deux décrets visant à interdire les transactions américaines avec TikTok et WeChat dans les 45 jours, évoquant le motif de la sécurité nationale

    Microsoft confirme l'existence de pourparlers pour le rachat de TikTok USA, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande et entend conclure un accord d'ici le 15 septembre

    La vente potentielle des activités américaines de TikTok pourrait nécessiter l'aval de Pékin, suite à une mise à jour des règles chinoises en matière d'exportation

    L'Inde bannit plus de 100 applications développées par des entreprises chinoises parmi lesquelles PUBG et WeChat, après avoir banni TikTok et 58 autres applications chinoises
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #47
    Expert confirmé
    On peut dire bouffon ?
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  8. #48
    Chroniqueur Actualités

    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de l'application
    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok,
    et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain

    Microsoft n'est plus dans la course pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok

    Ce qui était annoncé comme une vente imminente n’aura pas lieu en fin de compte. ByteDance ne vendra pas les opérations américaines de TikTok à Microsoft. La décision laisse alors Oracle seul sur le banc des potentiels acheteurs connus jusqu’ici pour l’application et certains médias américains et chinois ont rapporté dimanche que ByteDance avait désigné ce dernier comme son “partenaire technologique”. Cependant, l’offre d’Oracle pour racheter TikTok n’a pas été publiquement acceptée par la société Internet chinoise. À quoi doit-on s’attendre dans les jours à venir ?

    L’avenir de TikTok sur le marché US est très incertain. Alors que beaucoup s’attendaient à une vente à Microsoft, à son niveau, ByteDance n’envisage pas cette possibilité et l’a fait savoir dimanche à l’entreprise. « ByteDance nous a fait savoir ce jour qu'ils ne vendraient pas les activités américaines de TikTok à Microsoft. Nous sommes convaincus que notre proposition aurait été bonne pour les utilisateurs de TikTok, tout en protégeant les intérêts de la sécurité nationale », a annoncé Microsoft dimanche dans un billet de blogue sur son site Web officiel.

    « Pour ce faire, nous aurions apporté des changements importants pour garantir que le service réponde aux normes les plus élevées en matière de sécurité, de respect de la vie privée, de sécurité en ligne et de lutte contre la désinformation, et nous avons clairement énoncé ces principes dans notre déclaration du mois d'août. Nous attendons avec impatience de voir comment le service évoluera dans ces domaines importants », a-t-il fini. Si Microsoft est maintenant hors-jeu, il reste toutefois un autre acteur dans la danse, dont la position dans ces pourparlers est quelque peu floue.

    ByteDance désigne Oracle comme partenaire technologique

    Aucune déclaration n’a été faite par ByteDance pour expliquer ce pour quoi l’offre de Microsoft a été refusée. Par contre, des sources impliquées dans les négociations d'acquisition de TikTok ont déclaré au New York Times (NYT) que le propriétaire du réseau social a désigné Oracle comme son partenaire technologique dans le cadre de ses opérations américaines. Ce choix ne permet pas de savoir si Oracle prendrait aussi une participation majoritaire dans la société (TikTok). Cela conduirait peut-être l’administration Trump à ne pas interdire l’application.


    En effet, ce choix semble stratégique, car contrairement à de nombreuses autres entreprises technologiques, Oracle a cultivé des liens étroits avec l'administration Trump. À titre d’exemple, son fondateur, Larry Ellison, a organisé une collecte de fonds pour Trump cette année, et son directeur général, Safra Catz, a fait partie de l'équipe de transition du président et a fréquemment visité la Maison-Blanche. De même, le mois passé, Trump a déclaré qu'il soutiendrait l'achat de TikTok par Oracle. Il a qualifié Oracle de “grande entreprise”, estimant qu’il pourrait gérer TikTok avec succès.

    « Je suis persuadé qu'Oracle serait certainement quelqu'un qui pourrait s'en charger », a-t-il déclaré. Les relations d'Oracle avec l'administration Trump ont fait l'objet d'un examen minutieux. En août, un dénonciateur du ministère du Travail a déclaré que Eugene Scalia, le secrétaire au travail de Trump, était intervenu dans une affaire de discrimination salariale dans laquelle la société était impliquée. Si cette appellation d’Oracle prête déjà à confusion, CGTN, la chaîne anglaise publique chinoise d’informations en a fait une autre qui l’est encore plus.

    Des sources proches du dossier lui auraient déclaré que ByteDance ne va pas vendre à Microsoft ni à Oracle et la société ne donnera pas non plus le code source à des acheteurs américains. Notons que la semaine dernière, les dirigeants de TikTok ont partiellement levé le voile sur la manière dont l’algorithme de l’application fonctionnait. C’est notamment ce code qui est à l’origine des inquiétudes de Washington sur l’application. À ce sujet, dans une interview, Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, a déclaré qu'en étudiant TikTok, il a identifié deux menaces potentielles.

    D’après ses dires, ces menaces seraient liées à la sécurité. La première est que les autorités chinoises puissent se servir des lois de sécurité nationale existantes et nouvelles pour revendiquer des données des utilisateurs à TikTok. Selon Smith, TikTok traque tout ce que ses centaines de millions d'utilisateurs regardent pour leur faire parvenir davantage de vidéos et d'autres matériels. Étant donné que les utilisateurs ne peuvent pas se soustraire à ce suivi, la seule solution serait de transférer les données sur les Américains vers des serveurs qui se trouvent aux États-Unis.

    À ce propos, il s’avère que TikTok utilise à l’heure actuelle un important serveur localisé en Virginie, mais sauvegarde une partie de ses données à Singapour, et l’on peut se demander si les autorités chinoises pourraient accéder à l'un de ces énormes pools de données d'utilisateurs. L’on estime aussi que Microsoft aurait hébergé ces données aux États-Unis, et, selon toute vraisemblance, Oracle aussi. Concernant la deuxième menace, Smith a déclaré qu’il s’agit de la désinformation, une vulnérabilité qui aurait aussi été identifiée par des chercheurs australiens.

    Selon lui, la seule façon de s'assurer que les ingénieurs chinois de TikTok ne concevaient pas un code et des algorithmes qui affecteraient ce que les utilisateurs voyaient, ou ne voyaient pas, serait que Microsoft reprenne le code et les algorithmes. Cela dit, le voilà à présent éjecté de la course. Par ailleurs, la série d'événements rapides de dimanche est arrivée au moment où l'horloge tourne sur le décret de Trump, qui a déclaré que TikTok devait essentiellement conclure un accord pour vendre ses activités américaines avant le 15 septembre ou risquer d'être bloqué aux États-Unis.

    Cependant, il règne également une confusion sur le délai fixé par Trump. Le président a en effet annoncé la date du 15 septembre, mais cette date ne figure dans aucun des deux décrets que son administration a émis au mois d’août. De son côté, plusieurs rapports estiment que la Chine préférerait voir TikTok fermé aux États-Unis plutôt que de le vendre, selon des gens proches du dossier dans le pays. Les autorités chinoises considéreraient qu’une vente forcée de l’application sous la pression US ferait apparaître ByteDance et la Chine comme faibles.


    Sources : Déclaration de Microsoft, WSJ

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Donald Trump a exécuté ses menaces d'interdire Tiktok aux États-Unis, en donnant un délai pour la vente de l'application, mais il ne se souvient plus de la véritable échéance

    Trump publie deux décrets visant à interdire les transactions américaines avec TikTok et WeChat dans les 45 jours, évoquant le motif de la sécurité nationale

    Microsoft confirme l'existence de pourparlers pour le rachat de TikTok USA, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande et entend conclure un accord d'ici le 15 septembre

    La vente potentielle des activités américaines de TikTok pourrait nécessiter l'aval de Pékin, suite à une mise à jour des règles chinoises en matière d'exportation

    TikTok révèle des détails secrets sur le fonctionnement de son algorithme, alors que l'échéance fixée par Trump pour la vente de l'activité américaine de l'entreprise est dans trois jours
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #49
    Chroniqueuse Actualités

    L'accord de TikTok avec Oracle ne rime à rien !
    L'accord de TikTok avec Oracle ne rime à rien !
    L'ajout d'un "partenaire technologique de confiance" ne répond qu'à une petite partie des préoccupations en matière de sécurité nationale

    Dimanche soir, c'est-à-dire deux jours seulement avant la date limite fixée par Microsoft, l'accord TikTok a finalement été conclu. Oracle prendra la direction des opérations américaines de TikTok, après que la société mère chinoise ByteDance ait refusé une offre plus ambitieuse de Microsoft. Lundi matin, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a confirmé l'accord et a déclaré qu'il serait présenté au président Trump avec une recommandation plus tard dans la semaine. Mais à moins d'une catastrophe complète, TikTok continuera à opérer aux États-Unis. Aussi étranges que soient les détails, les 1400 employés américains de TikTok et les dizaines de millions d'utilisateurs américains ont poussé un soupir de soulagement hier.


    Mais la vente de dernière minute est étrange à plusieurs égards, pour commencer, ce n'est pas du tout une vente. Après des mois d'insistance pour que TikTok sépare ses activités américaines de la propriété chinoise, nous nous contentons désormais d'un vague partenariat entre Oracle et l'entreprise américaine TikTok. On ne sait pas encore exactement ce qu'implique le statut de "partenaire technologique de confiance" de Oracle, mais ce n'est définitivement pas une vente, et il est peu probable que Oracle reprenne des opérations importantes des bureaux américains de TikTok. La version de Microsoft aurait entièrement séparé TikTok de l'Europe et de l'Asie, mais la version d'Oracle laisse l'accord pratiquement intact. TikTok US restera le même que le TikTok coréen et le TikTok nigérian ; il est juste question de trouver une baby-sitter supplémentaire. Il s'agit donc moins d'une vente que d'un hébergement de luxe. Cela permet à Trump de dire qu'il a résolu le problème, sans pour autant faire grand-chose d'autre.

    Microsoft a souligné ce point dans sa déclaration officielle annonçant qu'il n'avait pas été choisi. « Nous aurions apporté des changements importants pour garantir que le service réponde aux normes les plus élevées en matière de sécurité, de respect de la vie privée, de sécurité en ligne et de lutte contre la désinformation. Nous attendons avec impatience de voir comment le service évoluera dans ces domaines importants », a déclaré la société dans un billet de blog.

    Le message implicite est clair : nous voulions changer TikTok, mais pour ce qui est de le rendre réellement sûr ByteDance a dit non. Rien n'indique que le partenariat de Oracle apporte ces changements, ce qui rend l'ensemble de l'affaire plutôt suspecte. « Un accord dans lequel Oracle reprend l'hébergement sans code source et des changements opérationnels significatifs ne répondrait à aucune des préoccupations légitimes concernant TikTok et l'acceptation d'un tel accord par la Maison Blanche démontrerait que cet exercice est une pure escroquerie », a déclaré l'ancien responsable de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, sur Twitter.

    Le fait que Oracle reprenne l'hébergement américain de TikTok ne résout qu'une partie du problème. Cela signifie que la Chine ne peut pas siphonner directement les données des utilisateurs, mais cela n'aurait probablement pas pu se faire avant, étant donné le siège américain de l'application. Le statut de partenaire de confiance de Oracle pourrait inclure des audits de code, mais tant que l'entreprise n'écrira pas le code, il sera difficile d'empêcher ByteDance de faire de la contrebande de logiciels malveillants s'il le souhaite. Oracle ne réécrira pas l'algorithme de TikTok et ne s'occupera pas de la modération, il sera donc tout aussi facile pour ByteDance de pousser la propagande chinoise ou de censurer les messages embarrassants. Oracle sera un contractant plutôt qu'une filiale, mais il n'est pas certain que cela les rendra moins vulnérables aux pressions ou aux subterfuges.

    Le grand gagnant est Oracle, qui sera vraisemblablement grassement payé par TikTok pour ses services de partenariat de confiance et pour avoir fait disparaître tout ce cauchemar. Oracle est une entreprise de logiciels d'infrastructure et d'informatique en cloud, qui a généralement été supplantée par des acteurs plus importants comme Microsoft et Amazon. Dans le même temps, Larry Ellison, co-fondateur et président d'Oracle, a soutenu ouvertement Trump dans la Silicon Valley, organisant une collecte de fonds pour le président dans son enceinte de Palm Springs en février et déclarant à Forbes en avril : « Je le soutiens et je veux qu'il réussisse ». Compte tenu des antécédents du président, il sera difficile d'écarter la crainte qu'il n'ait confié un contrat tranquille à un allié politique au lieu de prendre au sérieux les questions de sécurité nationale.

    La perspective initiale d'un rachat par les États-Unis s'est compliquée la semaine dernière, après que la Chine a imposé des contrôles à l'exportation sur des algorithmes comme celui qui alimente la page "For You" de TikTok. De récents rapports ont suggéré que ByteDance n'était tout simplement pas intéressé par une vente et préférait que l'application soit fermée plutôt que de voir les parties américaines se scinder et être vendues. Il est difficile de savoir si c'était une position réelle ou simplement une tactique de négociation, mais le résultat est le même : la Chine a bluffé. Un autre dirigeant aurait pu pousser plus fort pour une vente complète ou trouver un compromis qui répondrait davantage aux préoccupations de sécurité nationale - mais en constatant que le drame s'était retourné contre lui, il semble que Trump ait simplement plié la main et soit passé à autre chose.

    C'est une fin mitigée, mais les choses pourraient être pires. TikTok courait le risque réel d'être fermé aux États-Unis, ce qui semble peu probable à présent. Le département du Trésor était prêt à bloquer les transactions américaines vers ByteDance à partir du 20 septembre (c'est-à-dire dimanche prochain). Et en l'absence d'un quelconque compromis, TikTok aurait pu facilement devenir un dommage collatéral dans la querelle de Trump avec la Chine. Cela aurait été un abus de pouvoir flagrant, comme je l'ai écrit le mois dernier, et c'est une bonne chose que nous l'ayons évité.

    Quoi qu'il en soi, nous n'en sommes encore qu'au début d'un long combat sur la technologie chinoise : à quel point nous pouvons lui faire confiance et à quel point nous pouvons nous permettre de ne pas le faire ? Ce combat est plus important que TikTok ou Trump.


    Sources : Twitter (1,2), Déclaration de Microsoft

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok, et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain

    Donald Trump a exécuté ses menaces d'interdire Tiktok aux États-Unis, en donnant un délai pour la vente de l'application, mais il ne se souvient plus de la véritable échéance

    Microsoft confirme l'existence de pourparlers pour le rachat de TikTok USA, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande et entend conclure un accord d'ici le 15 septembre

    La vente potentielle des activités américaines de TikTok pourrait nécessiter l'aval de Pékin, suite à une mise à jour des règles chinoises en matière d'exportation

    TikTok révèle des détails secrets sur le fonctionnement de son algorithme, alors que l'échéance fixée par Trump pour la vente de l'activité américaine de l'entreprise est dans trois jours
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #50
    Membre du Club
    oracle brouillé
    Ma 1ere réaction était de me dire : logique... oracle etait deja ridicule avec java..
    mais bon apres reflection je me suis dit que j'abuse de traiter tiktok avec tant de dédain....
    dans les 2 cas c'est pour les gosses et les ados..
    sinon pour etre encore plus ridicule oracle pourrait aussi s'investir dans python mais je pense qu'ils leurs reste un peu de dignité...

  11. #51
    Chroniqueur Actualités

    Pour la Chine, la vente de TikTok serait la preuve que les USA se livrent à une "intimidation économique"
    Pour la Chine, la vente de TikTok serait la preuve que les USA se livrent à une "intimidation économique"
    alors que TikTok s’apprête à devenir une entreprise américaine autonome

    Très incertain ces dernières semaines, l’avenir de TikTok aux États-Unis se dessine peu à peu depuis ce lundi. ByteDance, le propriétaire de TikTok, a choisi Oracle comme son “partenaire technologique” américain et les deux entreprises investiront dans une nouvelle société autonome avec le nom de TikTok Global, qui succédera à TikTok et qui aura son siège social aux États-Unis afin d’éviter l’interdiction de l’application dans le pays. La Chine a déclaré de son côté que la vente de TikTok est la preuve irréfutable que les États-Unis se livrent à une “intimidation économique”.

    ByteDance a refusé l’offre faite par Microsoft et a misé sur un partenariat avec Oracle pour tenter de maintenir TikTok sur le marché américain. Il ne vendra pas à Oracle, au contraire, ce dernier sera actionnaire minoritaire dans la nouvelle entreprise qui verra le jour très prochainement si l’accord est approuvé par les autorités de régulation américaines. Ces détails ont été révélés hier par le média britannique Financial Times. Le média indique que ByteDance est sur le point de placer les activités mondiales de TikTok dans une nouvelle société dont le siège social sera aux États-Unis.

    Selon les termes de l’accord, Oracle aura une participation dans l'ensemble de TikTok et pas seulement dans les opérations américaines. ByteDance de son côté sera l'actionnaire majoritaire de la nouvelle entité. Et la nouvelle qui pourrait étonner plus d’un est la présence de Walmart dans cet accord. Selon le rapport, le détaillant mondial, qui avait proposé une offre conjointe avec Microsoft, détiendrait également une participation minoritaire. Les personnes informées des discussions ont toutefois souligné que les détails exacts sont susceptibles d'être modifiés avant l’annonce officielle.

    Toujours selon ces sources, la nouvelle entité qui a été annoncée aura un contrôle indépendant et sera gérée indépendamment de ByteDance. La société chinoise continuera à collaborer avec TikTok à l'échelle mondiale et gardera le contrôle du puissant algorithme qui maintient l'engagement des utilisateurs en prédisant le type de vidéos qu'ils apprécieront. Selon ces dernières, Oracle va traiter indépendamment les données américaines de TikTok et éventuellement les données du monde entier. Les données américaines seront gérées et stockées aux États-Unis pour répondre aux préoccupations de sécurité nationale dans ce pays.


    Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor américain, a confirmé à CNBC lundi que ByteDance s'était effectivement engagé à créer TikTok Global en tant que société basée aux États-Unis. Mnuchin n'a pas discuté des détails de la transaction, mais a mentionné qu'Oracle est un “partenaire technologique de confiance”. Il a ajouté qu'Oracle a fait « de nombreuses représentations pour les questions liées à la sécurité nationale ainsi que la promesse de créer TikTok Global en tant que société basée aux États-Unis avec 20.000 nouveaux emplois ». La proposition a été renvoyée au Trésor, car c'est là que siège le Comité des investissements étrangers dans le pays, ou CFIUS.

    Le CFIUS est une entité avec des membres appartenant à une douzaine d'agences différentes. Il effectue des examens de sécurité nationale sur les transactions dans lesquelles une société étrangère acquiert toute ou partie d'une entreprise américaine. La proposition d’Oracle est en quelque sorte l'inverse, une entreprise américaine investit dans une société étrangère, et pourrait ne pas être normalement examinée par le CFIUS. Toutefois, il y a lieu de rappeler que la commission a été fortement impliquée dans toute la saga TikTok jusqu'à présent.

    L'automne dernier, le CFIUS a entamé un examen rétroactif de TikTok, qui a été créé lorsque ByteDance a racheté la société américaine Musical.ly et lui a ensuite donné une nouvelle image. L’administration Trump a mis fin à cette révision le 14 août par un décret et a fait valoir que l'acquisition de Musical.ly représentait effectivement une menace à la sécurité nationale. Ainsi, la Maison-Blanche a interdit l'acquisition en exigeant que le CFIUS supervise une sorte de processus de désinvestissement. Cependant, il faut reconnaître que ByteDance a su bien placer ses coups sur l’échiquier.

    Le CFIUS pourrait avoir du mal à continuer d’intervenir dans cette affaire. « Rien de cette transaction n'est habituel. Elle semble être entre les mains des politiciens plutôt que dans celles du personnel professionnel du CFIUS », a déclaré Paul Marquardt, avocat spécialisé dans les questions liées à la réglementation au sein du cabinet Cleary Gottlieb Steen & Hamilton. « Ce qui est inédit ici, c'est le caractère public et politique du processus, et la poursuite des négociations après l'émission d'un ordre de cession ». Alors, ByteDance a-t-il trouvé le bon moyen de rester maître de sa création ?

    ByteDance espère également que la collecte de fonds de Larry Ellison pour Trump et le soutien du directeur général d'Oracle, Safra Catz, à l'équipe de transition de Trump il y a quatre ans, augmenteront ses chances. En outre, Financial Times a ajouté que des personnes impliquées dans le dossier ont déclaré que l'offre de ByteDance de créer une nouvelle entité basée aux États-Unis et la promesse de créer 20 000 emplois seraient probablement bien accueillies par Trump en année électorale, et au moment ou plusieurs Américains ont perdu leurs emplois à cause du Covid.

    Selon des analystes, il est peu probable que la Maison-Blanche refuse l’offre de ByteDance. Par contre, si la transaction échoue, il y a de fortes chances que TikTok ferme aux États-Unis puisque ByteDance n’est pas en mesure de céder entièrement TikTok, notamment la technologie derrière le réseau social, à une entreprise non chinoise. Cela en raison des nouvelles règles restrictives sur les exportations de technologies, qui empêchent ByteDance et les autres sociétés chinoises de vendre leurs algorithmes à des sociétés non chinoises. D’ailleurs, Pékin ne digère pas du tout cette vente.

    La Chine accuse les USA de “harcèlement économique”

    Selon Bloomberg et d’autres médias américains, un haut cadre de Pékin a accusé les États-Unis, qui ont forcé la vente de TikTok pour des raisons de sécurité nationale, de “harcèlement économique”, tout en dénonçant les restrictions imposées par l'UE à la société Huawei dans des commentaires. Celui-ci aurait également déclaré que la Chine considère les agissements étrangers envers ses sociétés comme un traitement injuste de la part des gouvernements occidentaux. Ces déclarations montrent que le climat des affaires pourrait plus se compliquer entre le pays et l’occident.

    « Ce qui s'est passé avec TikTok aux États-Unis est un exemple typique de possession coercitive », a déclaré le chef de la mission chinoise auprès de l'UE, Zhang Ming. « Certains politiciens américains essaient de construire un réseau soi-disant propre sous le couvert de l'équité et de la réciprocité et bla, bla, bla », a déclaré Zhang dans une interview à Bloomberg TV. « Ce n'est rien d'autre qu'une intimidation économique », a-t-il ajouté. Notons que les commentaires de Zhang représentent un refrain souvent répété de Pékin, qui a accusé Washington de cibler Huawei sans preuve et a qualifié la vente forcée de TikTok de « vol sanctionné par l'État ». Si la transaction est susceptible de plaire à Washington, ce n’est peut-être pas encore fini.

    L'offre d'Oracle est très surveillée et devra passer un examen sur la sécurité nationale et obtenir l’approbation de Trump. Dans le même ordre, les termes de l'accord pourraient également nécessiter l'aval de la Chine et beaucoup craignent que Pékin refuse l’accord. Des personnes proches du dossier en Chine ont en effet confié aux journalistes que Pékin préfère voir TikTok fermer aux États-Unis plutôt que de céder à cette intimidation.

    Source : Financial Times

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    L'accord de TikTok avec Oracle ne rime à rien ! L'ajout d'un "partenaire technologique de confiance" ne répond qu'à une petite partie des préoccupations en matière de sécurité nationale

    TikTok révèle des détails secrets sur le fonctionnement de son algorithme, alors que l'échéance fixée par Trump pour la vente de l'activité américaine de l'entreprise est dans trois jours

    Donald Trump a exécuté ses menaces d'interdire Tiktok aux États-Unis, en donnant un délai pour la vente de l'application, mais il ne se souvient plus de la véritable échéance

    ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain

    Oracle entre dans la course pour l'acquisition des activités américaines de TikTok, l'entreprise voudrait également acquérir ses activités en Australie et en Nouvelle-Zélande comme Microsoft
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #52
    Chroniqueur Actualités

    TikTok et WeChat seront supprimés de Google Play et App Store US le 20 septembre
    TikTok et WeChat seront supprimés des App Store US le 20 septembre
    le ministère US du commerce annonce une série de mesures qui seront appliquées pour empêcher les applications de fonctionner

    Fin novembre, TikTok a été accusé d'avoir transféré des données privées d'utilisateurs à des serveurs en Chine, malgré l'assurance donnée par la société qu'elle n'y stocke pas de données personnelles. Une demande de recours collectif a alors été déposée à la Cour fédérale de Californie, affirmant que TikTok a récolté illégalement et secrètement de grandes quantités de données personnelles d'utilisateurs identifiables et les a envoyées en Chine. La plainte concerne également ByteDance, sa société mère.

    D’après la plainte, en plus d'avoir collecté du contenu utilisateur tel que des vidéos sans leur consentement, TikTok a aussi des politiques de confidentialité « ambiguës ». Elle soulève des inquiétudes quant au fait que les données recueillies par TikTok pourraient être utilisées pour identifier, profiler et suivre les utilisateurs aux États-Unis. Selon la plainte, l'entreprise utiliserait ces données pour vendre des publicités ciblées.

    C'est dans ce contexte qu'en juillet 2020, le secrétaire d'État Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis envisageaient « certainement » d'interdire les applications de médias sociaux chinois, y compris TikTok, suggérant qu'ils partageaient des informations avec le gouvernement chinois (bien entendu l'entreprise a très vite contesté cette accusation).

    Par la suite, début août, le président américain Donald Trump a publié des décrets visant à interdire les transactions américaines avec WeChat, l'application de messagerie appartenant à Tencent Holdings, et ByteDance, propriétaire de TikTok, dans les 45 jours, décrivant les entreprises chinoises comme des menaces pour la sécurité nationale.

    Le décret sur la lutte contre la menace posée par TikTok indique ce qui suit à propos de l'application : « TikTok capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs, y compris Internet et d'autres informations sur l'activité du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains - permettant potentiellement à la Chine de suivre les emplacements des employés et des sous-traitants fédéraux, de constituer des dossiers d'informations personnelles pour le chantage et de mener de l'espionnage d'entreprise. »

    Les raisons avancées dans le décret sur la lutte contre la menace posée par WeChat sont les suivantes : « WeChat capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains. En outre, l'application capture les informations personnelles et exclusives des ressortissants chinois en visite aux États-Unis, permettant ainsi au Parti communiste chinois de disposer d'un mécanisme pour garder un œil sur les citoyens chinois qui pourraient profiter des avantages d'une société libre pour la première fois de leur vie. »


    Le ministère américain du Commerce indique que la mesure prendra effet le dimanche 20 septembre 2020

    En réponse aux ordres exécutifs du président Trump signés le 6 août 2020, le ministère du Commerce a annoncé aujourd'hui des interdictions sur les transactions relatives aux applications mobiles WeChat et TikTok pour « protéger la sécurité nationale des États-Unis ».

    Dans sa communication, le ministère précise que « le Parti communiste chinois (PCC) a démontré qu’il dispose de moyens et de motifs d'utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des États-Unis. Les interdictions annoncées aujourd'hui, lorsqu'elles sont combinées, protègent les utilisateurs aux États-Unis en supprimant l'accès à ces applications et en réduisant considérablement leur fonctionnalité ».

    « Les actions d’aujourd’hui prouvent une fois de plus que le président Trump fera tout ce qui est en son pouvoir pour garantir notre sécurité nationale et protéger les Américains contre les menaces du Parti communiste chinois», a déclaré le secrétaire du département américain du Commerce, Wilbur Ross. « Sous la direction du président, nous avons pris des mesures importantes pour lutter contre la collecte malveillante par la Chine de données personnelles de citoyens américains, tout en promouvant nos valeurs nationales, nos normes démocratiques fondées sur des règles et l'application agressive des lois et règlements américains. »

    Selon le ministère : « bien que les menaces posées par WeChat et TikTok ne soient pas identiques, elles sont similaires. Chacune collecte de vastes étendues de données auprès des utilisateurs, y compris l'activité du réseau, les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Chacune est un participant actif à la fusion civilo-militaire de la Chine et est soumise à une coopération obligatoire avec les services de renseignement du PCC. Cette combinaison entraîne l'utilisation de WeChat et TikTok créant des risques inacceptables pour notre sécurité nationale ».

    À compter du 20 septembre 2020, les transactions suivantes sont interdites:
    • Toute fourniture de service pour distribuer ou maintenir les applications mobiles WeChat ou TikTok, le code constitutif ou les mises à jour d'applications via une boutique d'applications mobiles en ligne aux États-Unis (en clair, les consommateurs aux États-Unis ne seront plus autorisés à télécharger TikTok ou WeChat depuis un magasin d'applications américain à partir de dimanche) ;
    • Toute fourniture de services via l'application mobile WeChat dans le but de transférer des fonds ou de traiter des paiements aux États-Unis.

    À compter du 20 septembre 2020, pour WeChat et à partir du 12 novembre 2020, pour TikTok, les transactions suivantes sont interdites:
    • Toute fourniture de services d'hébergement Internet permettant le fonctionnement ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute fourniture de services de réseau de diffusion de contenu permettant le fonctionnement ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute fourniture directement contractée ou organisée de services de transit Internet ou de peering permettant la fonction ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute utilisation du code, des fonctions ou des services constitutifs de l'application mobile dans le fonctionnement de logiciels ou de services développés et/ou accessibles aux États-Unis.

    En clair, non seulement les magasins d'applications ne seront pas autorisés à permettre de nouveaux téléchargements, mais les services d'hébergement Internet et les services de réseau de diffusion de contenu doivent également s’abstenir de « permettre le fonctionnement ou l'optimisation » des applications, et « des services de transit Internet ou de peering directement sous contrat ou organisés » sera également interdit. Ces interdictions entreront cependant en vigueur pour TikTok à partir du 12 novembre, après l'élection présidentielle américaine.

    Toutes les plateformes devront également s'abstenir de fournir des services via WeChat spécifiquement qui permettent à quiconque de transférer des fonds ou de traiter des paiements aux États-Unis.

    Le ministère prévient que « Toute autre transaction prohibitive relative à WeChat ou TikTok pourra être identifiée à une date ultérieure. Si le gouvernement américain détermine que le comportement illicite de WeChat ou de TikTok est reproduit par une autre application en dehors du champ d'application de ces décrets, le président a le pouvoir de déterminer si des ordres supplémentaires peuvent être appropriés pour traiter de telles activités. Le président a prévu jusqu'au 12 novembre pour résoudre les problèmes de sécurité nationale posés par TikTok. Si tel est le cas, les interdictions énoncées dans cet ordre peuvent être levées ».

    Source : ministère américain du Commerce

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ces différentes mesures ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #53
    Membre averti
    Le gouvernement américain montre ainsi qu'il aurait bien voulu que TikTok soit racheté par Microsoft. En plus, Microsoft transforme en or tout ce qu'il achète, regardez Skype. La confiance numérique envers ce logiciel est nettement plus importante, avec le passage d'un bancal peer to peer sans contrôle vers un système centralisé et contrôlé par un serveur américain, et la suppression régulière de fonctions enchante particulièrement les utilisateurs, car cela les aide à se concentrer sur l'essentiel.

  14. #54
    Membre expert
    Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
    Le gouvernement américain montre ainsi qu'il aurait bien voulu que TikTok soit racheté par Microsoft. En plus, Microsoft transforme en or tout ce qu'il achète, regardez Skype. La confiance numérique envers ce logiciel est nettement plus importante, avec le passage d'un bancal peer to peer sans contrôle vers un système centralisé et contrôlé par un serveur américain, et la suppression régulière de fonctions enchante particulièrement les utilisateurs, car cela les aide à se concentrer sur l'essentiel.
    J'adore les interventions de Fleur Anémique !!!!

    Microsoft n'a fait que transformer Skype en une grosse merde dont le bulletin de décès finira par arriver au profit de Teams ! (qui n'est pas mieux par certains aspects)

  15. #55
    Membre habitué
    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    J'adore les interventions de Fleur Anémique !!!!

    Microsoft n'a fait que transformer Skype en une grosse merde dont le bulletin de décès finira par arriver au profit de Teams ! (qui n'est pas mieux par certains aspects)


    Aaaa, j'ignorais que Skype était une entreprise à la base et que Microsoft en avait pris possession.

  16. #56
    Membre extrêmement actif
    Que pensez-vous de ces différentes mesures ?

    Puisque le gouvernement US prend ce type de sanctions envers la Chine, pourquoi estiment-il que l'Europe ne devrait pas leurs en vouloir pour exactement les même faits ?

    Chine / USA / Russie / Europe même combat.
    Du coup j’estime que la politique du miroir devrait s'appliquer automatiquement et que l'on devrait imposer les mêmes sanctions aux boites US coupables (avéré et récidiviste qui plus est) des même faits.

  17. #57
    Expert confirmé
    Et ce qui devait arriver arriva : représailles chinoises.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  18. #58
    Membre confirmé
    Quand on voit le contenu tout pourri qui circule sur TipTok, cest des micros-videos d'humour amateur qui ont justement vocation à être le plus partagé possible... 'Attention TipTok vole vos infos' lol.

  19. #59
    Chroniqueur Actualités

    L'administration Trump prolonge d'une semaine l'application du décret visant à bannir TikTok aux USA
    L'administration Trump prolonge d'une semaine l'application du décret visant à bannir TikTok aux USA
    Trump approuve « dans son concept » le partenariat de TikTok et d’Oracle alors que son co-fondateur a levé des fonds pour sa campagne

    « À la lumière des récents développements positifs, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, sur ordre du président Trump, retardera l'interdiction des transactions identifiées conformément au décret 13942, lié à l'application mobile TikTok qui aurait été effective le dimanche 20 septembre 2020, jusqu'au 27 septembre ».

    C’est par ce communiqué que le ministère américain du Commerce a annoncé prolonger d’une semaine le délai d’application du décret publié vendredi qui devait obliger Apple et Google à supprimer de leurs vitrines de téléchargement les applications TikTok et WeChat. En clair, c’est désormais à la date du dimanche 27 septembre que ces mesures seront appliquées :
    • Toute fourniture de service pour distribuer ou maintenir les applications mobiles WeChat ou TikTok, le code constitutif ou les mises à jour d'applications via une boutique d'applications mobiles en ligne aux États-Unis.
    • Toute fourniture de services via l'application mobile WeChat dans le but de transférer des fonds ou de traiter des paiements aux États-Unis.

    À compter du 27 septembre 2020, pour WeChat et à partir du 12 novembre 2020, pour TikTok, les transactions suivantes sont interdites:
    • Toute fourniture de services d'hébergement Internet permettant le fonctionnement ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute fourniture de services de réseau de diffusion de contenu permettant le fonctionnement ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute fourniture directement contractée ou organisée de services de transit Internet ou de peering permettant la fonction ou l'optimisation de l'application mobile aux États-Unis;
    • Toute utilisation du code, des fonctions ou des services constitutifs de l'application mobile dans le fonctionnement de logiciels ou de services développés et/ou accessibles aux États-Unis.

    Rappelons que des sources impliquées dans les négociations d'acquisition de TikTok ont déclaré au New York Times (NYT) que le propriétaire du réseau social a désigné Oracle comme son partenaire technologique dans le cadre de ses opérations américaines. Une personne informée sur la question a déclaré que le retard donnait à ByteDance (le propriétaire de TikTok) Oracle et Walmart le temps de finaliser l'accord afin de créer une nouvelle société appelée TikTok Global pour gérer les opérations américaines de TikTok.


    Trump a déclaré avoir approuvé « dans son concept » l’offre d’Oracle

    De son côté, le président Trump a déclaré avoir approuvé « dans son concept » l'offre d'Oracle pour TikTok. « J'ai donné ma bénédiction à l'accord », a déclaré Trump à des journalistes devant la Maison Blanche samedi alors qu'il partait pour un rassemblement en Caroline du Nord. « J'ai approuvé l'accord dans son concept ».

    Certains observateurs n’ont pas hésité à rappeler que Larry Ellison, le co-fondateur d’Oracle qui a passé le flambeau de la direction de la société en 2014, a lancé en février une collecte de fonds pour la campagne de réélection du président sortant Donald Trump. Il a émis des tickets d’une valeur de 100 000 et de 250 000 dollars.

    Selon la description faite de l’événement, pour 100 000 dollars, les supporters de Donald Trump pourront jouer au golf avec lui et poser pour une photo avec lui. Dans le cas d’un don de 250 000 dollars, les donateurs pourront participer à une table ronde avec le président en plus de la sortie au golf et de la séance de photos. L'invitation à l'événement a aussi précisé que les recettes seront utilisées pour soutenir la Convention nationale républicaine et les sections du GOP des États, en plus de financer la candidature de Trump à la réélection.

    Ellison a déclaré à Forbes que s'il avait dit à Trump qu'il pouvait utiliser la propriété, Ellison lui-même n'était pas présent. Pourtant, la collecte de fonds a déclenché des réactions négatives et des protestations parmi les employés d'Oracle, qui ont déclaré que l'association d'Ellison avec Trump « porte atteinte à la culture de notre entreprise ».

    Ellison a précisé à Forbes que s'il soutenait le président actuellement en fonction, il n'avait jamais donné d'argent à la campagne de Trump, indiquant qu’il allait toujours supporter quiconque serait Président en fonction. Il a cependant aidé Trump à collecter des fonds.


    En quoi cet accord répond aux préoccupations de sécurité ?

    Dans sa déclaration ce weekend, TikTok en a un peu plus dit sur la manière dont le nouvel accord répond aux préoccupations du président en matière de sécurité :

    « Nous sommes heureux que la proposition de TikTok, Oracle et Walmart résoudra les problèmes de sécurité de l’administration américaine et réglera les questions concernant l’avenir de TikTok aux États-Unis.

    « Dans le cadre de cet accord, Oracle deviendra le fournisseur de technologie de confiance, responsable de l'hébergement de toutes les données des utilisateurs américains et de la sécurisation des systèmes informatiques associés pour s’assurer que les exigences américaines en matière de sécurité nationale soient pleinement satisfaites. Nous travaillons actuellement avec Walmart sur un partenariat commercial. Les deux sociétés participeront à un tour de financement avant introduction en bourse de TikTok Global dans lequel elles pourront prendre jusqu'à 20% de participation cumulée dans l'entreprise. Nous allons également maintenir le siège de TikTok Global aux États-Unis, tandis que nous apporterons 25 000 emplois à travers le pays ».

    Le réseau social n’a pas hésité à faire jouer la séquence émotion :

    « TikTok a gagné le cœur de centaines de millions de personnes dans le monde, parmi lesquelles 100 millions d’Américains parce qu’il est le terrain du divertissement, de la connexion et de l’expression. Nous nous réjouissons à l’idée de voir des individus transformer leur créativité sur TikTok en carrières prospères, les petites entreprises s’appuyer sur TikTok pour atteindre des clients durant cette pandémie et les familles qui ont pu trouver de la joie via notre plateforme ».

    Un porte-parole de Walmart a déclaré qu'il y avait « encore du travail à faire sur les accords finaux », mais la société a provisoirement accepté d'acheter 7,5% de TikTok Global « et de conclure des accords commerciaux pour fournir nos services de commerce électronique, d'exécution, de paiements et autres services omnicanaux à TikTok Global ». Le PDG de Walmart, Doug McMillon, serait également l'un des cinq membres du conseil d'administration de la société nouvellement créée, a ajouté le porte-parole, et la société travaillerait à une introduction en bourse aux États-Unis au cours de l'année prochaine.

    Le PDG d'Oracle, Safra Catz, a déclaré samedi dans un communiqué de presse qu'Oracle deviendrait un investisseur minoritaire dans TikTok Global et serait le « fournisseur de technologie cloud sécurisé » de TikTok dans le cadre de l'accord.

    « Oracle va rapidement déployer, mettre à l'échelle et exploiter rapidement les systèmes TikTok dans Oracle Cloud », a déclaré Catz. « Nous sommes convaincus à cent pour cent de notre capacité à fournir un environnement hautement sécurisé à TikTok et à garantir la confidentialité des données aux utilisateurs américains de TikTok et aux utilisateurs du monde entier. »

    Le gouvernement chinois doit approuver toute transaction pour qu'elle puisse aller de l'avant. En effet, fin août, pour la première fois en 12 ans, le ministère chinois du Commerce a publié des modifications dans sa liste de technologies qui ne peuvent pas être exportées et/ou nécessitent un permis pour être cédées à l'étranger. Ainsi, les entités américaines intéressées par le rachat des activités US de TikTok pourraient se voir refuser la vente ou faire face à un processus d’achat long et pénible dans l’optique de les décourager.

    Sources : ministère américain du Commerce, communiqué TikTok
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #60
    Chroniqueur Actualités

    Après le bannissement de TikTok par Trump, la Chine prépare des mesures similaires
    Après le bannissement de TikTok par Trump, la Chine prépare des mesures similaires
    Pékin a publié une série de règles qui pourraient lui permettre d'arrêter les activités d'entreprises étrangères sous le motif de la sécurité nationale

    Pékin a décidé samedi son intention de créer une liste noire d'entreprises étrangères considérées comme menaçant sa sécurité nationale ou agissant contre les intérêts commerciaux chinois. Cette liste noire, dont le contenu n'a pas été évoqué, semblait être une mesure de représailles à la décision de l'administration Trump de bannir les applications chinoises TikTok et WeChat des App Store américains dimanche.

    Les tensions entre Pékin et Washington se sont intensifiées ces derniers mois, accélérant une spirale descendante dans les relations économiques et diplomatiques. La confrontation englobe désormais les politiques des deux pays en matière de commerce et de technologie, ainsi que sur Taiwan, Hong Kong, les droits de l’homme et d’autres sujets.

    De nombreuses actions récentes des États-Unis ont incité la Chine à réagir. L’Armée populaire de libération a envoyé 19 avions de combat et bombardiers dans le détroit de Taiwan samedi et 18 la veille pour protester contre une visite dans l’île démocratique, que la Chine revendique comme son territoire, par un haut responsable du Département d’État.

    En plus d'interdire TikTok et WeChat, l'administration Trump a empêché des dizaines d'entreprises chinoises d'acheter des produits américains. Le département du commerce a ajouté l’année dernière la grande enseigne technologique chinoise Huawei à son « Entity List », ce qui a limité la capacité de la société à utiliser des puces, des logiciels et d’autres technologies d’origine américaine.

    Le ministère chinois du Commerce a publié samedi des règles décrivant une « liste d'entités non fiables » similaire, bien qu'il n'ait pas nommé d'entreprises ou d'individus spécifiques qui seraient inclus.

    Les règles, qui sont entrées en vigueur immédiatement, indiquent que les entités étrangères figurant sur la liste pourraient se voir interdire d'exporter ou d'importer quoi que ce soit de Chine ou d'investir dans le pays. Les entreprises pourraient également se voir infliger une amende et leurs employés pourraient être empêchés d'entrer en Chine ou d'y travailler. Il en va de même pour ceux qui disposent déjà d'un permis de travail, d'un titre de séjour ou de résidence, tous ces documents pourraient être révoqués. Les entreprises concernées pourraient ne plus avoir la possibilité de faire entrer dans le pays tout actif qui leur servirait dans leurs activités (personnel, véhicules de fonction, etc.).

    La Chine indique par ailleurs que la liste des mesures n'est pas exhaustive ; d'autres mesures pourraient être prises si elles s'avèrent « nécessaires »


    La Chine condamne les actions de l'administration Trump contre WeChat et TikTok

    Dans une déclaration distincte samedi, le ministère du Commerce a condamné les actions de l'administration Trump contre WeChat et TikTok, affirmant qu'un tel agissement avait nui à l'image des États-Unis en tant que destination des investissements étrangers :

    « Les États-Unis ont interdit les transactions connexes avec les applications mobiles WeChat et TikTok pour des raisons de "sécurité nationale", portant gravement atteinte aux droits et intérêts légitimes des entreprises concernées et perturbant l'ordre normal du marché. La Chine s'y oppose fermement.

    « Sans preuves, les États-Unis ont utilisé à plusieurs reprises le pouvoir national pour "chasser" et supprimer les deux sociétés susmentionnées pour des raisons injustifiées, perturbant gravement les activités commerciales normales des entreprises et sapant la confiance des investisseurs internationaux dans l'environnement d'investissement américain. Détruire l'ordre économique et commercial international n'est pas normal.

    « La Chine exhorte les États-Unis à abandonner l'intimidation, à cesser immédiatement les actes répréhensibles et à maintenir sérieusement des règles et un ordre internationaux justes et transparents. Si les États-Unis insistent pour suivre leur propre chemin, la Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises ».

    La Chine est le plus grand fabricant mondial et domine l’offre mondiale d’une longue liste de produits dont les États-Unis ont besoin, notamment des métaux pour l’électronique grand public. Mais la menace de Pékin de réduire les exportations pourrait nuire à la propre réputation de la Chine en tant que fournisseur fiable.

    Les multinationales ont fait de la Chine leur base de production afin de produire des marchandises rapidement, à moindre coût et efficacement. Les investissements étrangers en Chine ont non seulement créé des dizaines de millions d'emplois dans le pays, mais ont également élargi son savoir-faire technologique.

    Ker Gibbs, le président de la Chambre de commerce américaine de Shanghai, a exprimé sa méfiance face aux nouvelles règles samedi, tout en soulignant que les entreprises américaines étaient déterminées à rester en Chine. « Chaque partie doit protéger ses propres intérêts en matière de sécurité, mais les entreprises ont besoin d'un environnement sûr et fiable pour continuer à investir », a-t-il déclaré.

    Dans un article que le ministère chinois du Commerce a publié samedi sur son site Web, Liao Shiping, professeur à l'Université normale de Pékin, a déclaré que la liste noire ne signifiait pas que la Chine fermait son marché intérieur. « Face à la propagation du protectionnisme et à la baisse continue des investissements internationaux dans le monde, la Chine ne cesse de continuer à élargir la libéralisation », a déclaré Liao.

    Le gouvernement chinois a lancé pour la première fois l'idée d'une liste d'entités non fiables l'année dernière, après que l'administration Trump a mis Huawei sur sa propre liste noire. Des responsables américains ont accusé Huawei d'avoir volé des secrets commerciaux et d'encourager l'espionnage par Pékin, ce que la société nie.

    Depuis lors, le département du commerce a ajouté une variété d'autres organisations chinoises à sa liste, y compris des fabricants de matériel de surveillance et des entreprises aidant l'armée chinoise à construire des îles artificielles dans la mer de Chine méridionale contestée.


    Des entreprises qui auraient beaucoup à perdre si la Chine venait à les ajouter dans sa liste noire

    L’administration Trump a considérablement intensifié la lutte technologique entre les États-Unis et la Chine vendredi en définissant un calendrier pour réduire les activités de TikTok et WeChat aux États-Unis. Le président Trump avait publié des décrets visant les deux applications le mois dernier, affirmant que des données qu'elle recueille sur les Américains seraient accessibles au gouvernement chinois.

    La société mère de TikTok, ByteDance, a depuis entamé des pourparlers avec Oracle et d’autres sociétés américaines au sujet d’une éventuelle acquisition et d’un partenariat. Samedi, TikTok en a un peu plus dit sur la manière dont le nouvel accord répond aux préoccupations du président en matière de sécurité :

    « Nous sommes heureux que la proposition de TikTok, Oracle et Walmart résoudra les problèmes de sécurité de l’administration américaine et réglera les questions concernant l’avenir de TikTok aux États-Unis.

    « Dans le cadre de cet accord, Oracle deviendra le fournisseur de technologie de confiance, responsable de l'hébergement de toutes les données des utilisateurs américains et de la sécurisation des systèmes informatiques associés pour s’assurer que les exigences américaines en matière de sécurité nationale soient pleinement satisfaites. Nous travaillons actuellement avec Walmart sur un partenariat commercial. Les deux sociétés participeront à un tour de financement avant introduction en bourse de TikTok Global dans lequel elles pourront prendre jusqu'à 20% de participation cumulée dans l'entreprise. Nous allons également maintenir le siège de TikTok Global aux États-Unis, tandis que nous apporterons 25 000 emplois à travers le pays ».

    De son côté, le président Trump a déclaré avoir approuvé « dans son concept » l'offre d'Oracle pour TikTok. « J'ai donné ma bénédiction à l'accord », a déclaré Trump à des journalistes devant la Maison Blanche samedi alors qu'il partait pour un rassemblement en Caroline du Nord. « J'ai approuvé l'accord dans son concept ».

    WeChat, une application de messagerie, de médias sociaux et de paiement omniprésente en Chine, devrait être largement inutilisable aux États-Unis après dimanche 27 septembre. Cela pourrait priver les Américains ayant des liens familiaux, commerciaux ou éducatifs en Chine d'un outil clé pour communiquer avec les gens à travers le Pacifique. La Chine a longtemps bloqué de nombreux services Internet occidentaux, notamment Facebook et Google.


    D'autres entreprises étrangères ont beaucoup à perdre si la Chine décide de les ajouter à sa nouvelle liste noire.

    Apple, par exemple, assemble la plupart de ses produits dans le pays. L’année dernière, la région de la Grande Chine représentait un sixième des ventes de l’entreprise. En juillet, Apple a commencé à assembler l’un de ses appareils phares, l’iPhone 11, dans l’usine Foxconn près de Chennai. C'est la première fois qu'Apple demande à un partenaire d'assemblage de produire le modèle d'iPhone de la génération actuelle en Inde.

    Un petit lot d'iPhone 11 assemblés localement a déjà été expédié dans des magasins de vente au détail, mais le rendement de production est actuellement limité. La production sera intensifiée par étapes et Apple pourrait envisager d'exporter l'iPhone 11 « fabriqué » en Inde. La production locale des modèles actuels d’iPhone 11 illustre l’engagement supplémentaire d’Apple en Inde, le deuxième marché mondial de smartphones, alors qu’elle explore des moyens de réduire sa dépendance à la Chine, qui produit la grande majorité des modèles d’iPhone d’aujourd’hui.

    Tesla a récemment ouvert une usine automobile géante à Shanghai. L'année dernière, la Chine a accusé FedEx d'avoir retardé les expéditions effectuées par Huawei après que le géant de la technologie ait été mis sur liste noire, ce qui a incité les médias d'État à suggérer que Pékin place la société de livraison sur toute liste d'entités non fiables.

    Sources : ministère chinois du commerce (mesures), ministère chinois du commerce (commentaire sur les actions de l'administration Trump), ministère chinois du commerce (professeur Liao Shiping)
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###