Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
    fiables pour l'UE?
    Les pays de l'UE non pas trop le choix, ils ne veulent pas entrer en conflit avec les USA alors ils se soumettent.
    Et de toute façon il n'y a pas d'alternative.
    Il n'y a pas d'équivalent français à Twitter, Facebook, Windows, Android, etc.
    Keith Flint 1969 - 2019

  2. #22
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
    Windows, Facebook, Twitter, Google, Android, Whatsapp sont des apps fiables pour l'UE?
    Et est-ce que l'UE est fiable???

    Quand enfin des politiques prennent leur responsabilités et imposent 13 milliards d'euro d'amende à Apple pour leur magouilles leur évitant de payer leurs impôts sur le bénéfice, voilà qu'un juge d'un tribunal de l'UE annule la sanction...

    Les dirigeants de Apple en rient encore!!!

  3. #23
    Rédacteur/Modérateur

    Au moins on a Qwant, le Google français...
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  4. #24
    Membre régulier
    Donc maintenant on a le nom de leur prochaine cible wechat, un service de messagerie basique menace la sécurité américaine... Qu'il le retire du store l'apk sera toujours disponible sur apkpure ou appgalery de Huawei...

  5. #25
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    Au moins on a Qwant
    Ainsi que Dailymotion le YouTube français.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ainsi que Dailymotion le YouTube français.
    Dire que Dailymotion est français ne veut pas dire grand chose:

    1. Dailymotion appartient à 100% à Vivendi

    2. Vivendi, côtée en bourse, appartient à 40% à des groupes français (eux-mêmes avec un actionnariat non- français), 4% à l'américain Black Rock et 56% à des actionnaires venant du monde entier!

    3. On peut tout au plus dire "Dailymotion, société créée à l'origine en France"

  7. #27
    Chroniqueur Actualités

    Trump publie deux décrets pour interdire les transactions américaines avec TikTok et WeChat dans les 45 jours
    Trump publie deux décrets visant à interdire les transactions américaines avec TikTok et WeChat dans les 45 jours,
    évoquant le motif de la sécurité nationale

    Le président américain Donald Trump a publié des décrets visant à interdire les transactions américaines avec WeChat, l'application de messagerie appartenant à Tencent Holdings, et ByteDance, propriétaire de TikTok, dans les 45 jours, décrivant les entreprises chinoises comme des menaces pour la sécurité nationale.

    Le décret sur la lutte contre la menace posée par TikTok indique ce qui suit à propos de l'application : « TikTok capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs, y compris Internet et d'autres informations sur l'activité du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains - permettant potentiellement à la Chine de suivre les emplacements des employés et des sous-traitants fédéraux, de constituer des dossiers d'informations personnelles pour le chantage et de mener de l'espionnage d'entreprise. »

    Les raisons avancées dans le décret sur la lutte contre la menace posée par WeChat sont les suivantes : « WeChat capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains. En outre, l'application capture les informations personnelles et exclusives des ressortissants chinois en visite aux États-Unis, permettant ainsi au Parti communiste chinois de disposer d'un mécanisme pour garder un œil sur les citoyens chinois qui pourraient profiter des avantages d'une société libre pour la première fois de leur vie. »

    Les décrets indiquent chacun que les États-Unis « doivent prendre des mesures agressives » contre les propriétaires de chaque application « pour protéger notre sécurité nationale ».


    La Chine s'oppose aux décrets présidentiels américains concernant Tiktok et Wechat

    Les décrets du président intensifient la répression de son administration contre les groupes technologiques chinois et ont suscité une forte réponse de Pékin. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a condamné vendredi la décision de Trump, qualifiant ces décrets « d'abus de pouvoir » et « d'intimidation pure et simple ».

    Le ministère chinois des Affaires étrangères s'oppose fermement aux décrets annoncés par le président américain Donald Trump interdisant les transactions américaines avec les propriétaires chinois de l'application de messagerie WeChat et de l'application de partage de vidéos TikTok, a déclaré Pékin vendredi. Pékin défendra les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises et les États-Unis devraient supporter les conséquences de leurs actions, a déclaré le porte-parole du ministère Wang Wenbin aux journalistes lors d'un briefing quotidien, sans donner de détails.

    « Les États-Unis utilisent la sécurité nationale comme excuse et utilisent le pouvoir de l'État pour opprimer les entreprises non américaines. C'est juste une pratique hégémonique. La Chine s'y oppose fermement », a-t-il déclaré.

    Les ordres exécutifs américains, qui entreront en vigueur dans 45 jours, interviennent après que l'administration Trump a annoncé ses efforts pour purger les applications chinoises «non fiables» des réseaux numériques américains et a qualifié WeChat (contrôlé par Tencent Holdings Ltd) et TikTok (de ByteDance) de « menaces importantes ».

    Wang a déclaré que les États-Unis sacrifiaient les intérêts des utilisateurs et des entreprises et se livraient à des manipulations politiques et à l'oppression, ajoutant qu'ils « ne perdraient leur place morale qu'avec une image endommagée et un déficit de confiance ».


    La réaction de TikTok

    TikTok, l'application de messagerie vidéo devenue l'une des plus téléchargées au monde, s'est déclarée « choquée » et a menacé de poursuites judiciaires.

    ByteDance, le propriétaire de Tiktok, avait déjà entamé des discussions avec Microsoft sur la vente des activités de TikTok aux États-Unis et dans plusieurs autres pays. Les décrets en vigueur accordent aux parties un délai de 45 jours pour conclure un accord. Un décret émis par Trump interdira toute transaction entre des particuliers ou des entreprises basés aux États-Unis et ByteDance. Le second interdit toute transaction avec Tencent qui concerne WeChat.

    La définition de « transaction » sera clarifiée par le secrétaire au Commerce, également dans 45 jours, selon l'annonce de la Maison-Blanche. Trump a émis les décrets en vertu des pouvoirs contenus dans la loi de 1977 sur les pouvoirs économiques d'urgence internationaux.

    L'administration américaine a élargi la portée de sa répression contre la technologie chinoise. Cette semaine, le département d'État a publié les détails d'une initiative de réseau « propre » pour agir contre Pékin sur plusieurs fronts allant de l'utilisation d'applications au stockage sur le cloud.

    Trump a accusé TikTok et WeChat dans le décret d'être des outils d'espionnage permettant à Pékin d'espionner les États-Unis alors qu'ils capturaient d'énormes quantités de données utilisateur. En outre, Trump a déclaré que les deux applications sont utilisées à des fins de propagande, car elles censureraient « le contenu que le Parti communiste chinois juge politiquement sensible et peuvent également être utilisées pour des campagnes de désinformation au profit du Parti communiste chinois ».

    Le décret obligera probablement les magasins d'applications américains, y compris ceux de Google et d'Apple, à supprimer TikTok et WeChat. Il est difficile de savoir si l'utilisation ou le téléchargement des applications sera interdit aux États-Unis après 45 jours, selon des experts juridiques.

    « Les impacts spécifiques ne sont pas encore connus et sont soumis à des réglementations à émettre par le Département du Commerce... Les restrictions peuvent affecter la capacité des Américains à utiliser ces applications ou entraîner d'autres restrictions plus adaptées », a déclaré Nicholas Turner, un Hong Avocat basé à Kong dans le cabinet d'avocats Steptoe & Johnson.

    « Le téléchargement de l'application est plus susceptible d'être interdit, car il implique la signature d'un accord d'utilisation avec les entreprises, ce qui est une transaction par définition », a déclaré Ye Jun, associé du cabinet d'avocats Getech Law, basé à Chicago, spécialisé dans le droit des sociétés et le droit des brevets. « Il est plus difficile d’interdire l’utilisation des applications. Si les utilisateurs les ont déjà sur leur téléphone, il est presque impossible de leur demander de les supprimer ou de cesser de les utiliser, à moins que les États-Unis ne parviennent à créer un "excellent pare-feu" pour les bloquer une fois pour tout », a ajouté Ye.

    La dernière décision de l'administration exercera également une pression supplémentaire sur ByteDance pour qu'elle parvienne à un accord avec Microsoft. Trump a déclaré la semaine dernière que si les opérations américaines de TikTok n'étaient pas reprises par une société américaine d'ici le 15 septembre, l'application serait interdite dans le pays.

    TikTok a déclaré vendredi : « Depuis près d'un an, nous cherchons à collaborer de bonne foi avec le gouvernement américain pour apporter une solution constructive aux préoccupations qui ont été exprimées. Ce que nous avons plutôt rencontré, c'est que l'Administration n'a prêté aucune attention aux faits, dicté les termes d'un accord sans passer par des processus juridiques standard, et essayé de s'insérer dans les négociations entre entreprises privées. » La société a déclaré qu'elle « poursuivrait tous les recours dont nous disposons afin de garantir que l'état de droit ne soit pas écarté et que notre société et nos utilisateurs soient traités équitablement - sinon par l'administration, puis par les tribunaux américains ».

    Le fondateur et PDG de ByteDance, Zhang Yiming, a déclaré mardi dans une lettre interne de l'entreprise que le véritable objectif du gouvernement américain avait toujours été d'interdire l'application au lieu de « forcer la vente de TikTok ».

    TikTok a été très populaire parmi les jeunes utilisateurs de médias sociaux de génération Z aux États-Unis, où l'application avait été installée 180 millions de fois début juillet, selon les données de la société d'études de marché Sensor Tower, dans un pays de 328 millions d'habitants. Bien que WeChat n'ait pas une base d'utilisateurs aussi large aux États-Unis que TikTok (des 279 millions de téléchargements de l'application à l'étranger au cours des six dernières années, les États-Unis ont contribué pour moins de 7 %, soit 19 millions) il est utilisé par de nombreux Chinois vivant outre-mer comme un outil de communication personnelle et professionnelle.

    Cependant, Trump a déclaré que le parti communiste chinois utilisait l'application pour « garder un œil sur les citoyens chinois qui pourraient profiter des avantages d'une société libre pour la première fois de leur vie. »

    TikTok pire que Facebook en matière de collecte de données ?

    En juillet, le secrétaire d'État Mike Pompeo a déclaré à Fox News que les Américains ne devraient utiliser TikTok que « si vous voulez que vos informations privées soient entre les mains du Parti communiste chinois ». Ce n’est pas seulement l’administration du Parti républicain qui se déchaîne; le Comité national démocrate a également averti le personnel de la campagne de ne pas utiliser TikTok sur leurs téléphones de travail, citant la quantité de données collectées.

    TikTok collecte beaucoup de données personnelles, mais ce n'est rien de plus que ce que Facebook et d'autres réseaux sociaux collectent également. La différence entre TikTok et Facebook est que Facebook est tenu d'avoir une grande transparence dans le processus par lequel il communique les informations à différents gouvernements. Et plus précisément, Facebook ne communique pas de données au gouvernement chinois.

    En fin de compte, le différend le plus épineux en matière de confidentialité de 2020 ne concerne pas du tout la confidentialité ou la technologie ; il s'agit de la Chine. La question « Facebook est-il meilleur, pire ou identique à TikTok ? » est plus ou moins la même chose que « Les États-Unis sont-ils meilleurs, pires ou identiques à la Chine ? »

    Alors les États-Unis se sont-ils engagés dans une guerre qu'ils ne peuvent pas gagner et dans laquelle ils n'auraient même pas dû se lancer en premier lieu ? Avant de répondre à cette question, il serait intéressant de rappeler tout de même qu'en 2017, la Chine a ratifié une loi sur le renseignement national qui impose à toutes les compagnies chinoises de coopérer avec le gouvernement dans le contexte de sécurité nationale.

    Source : décrets présidentiels (1, 2), Reuters

    Et vous ?

    Que pensez-vous des mesures prises par Donald Trump ?
    Un moyen de forcer la vente de TikTok à Microsoft sous les 45 jours ?
    Que pensez-vous de la réaction de la Chine ? De celle de TikTok ?
    Les États-Unis se sont-ils engagés dans une guerre qu'ils ne peuvent pas gagner et dans laquelle ils n'auraient même pas dû se lancer en premier lieu ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #28
    Rédacteur/Modérateur

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Dire que Dailymotion est français ne veut pas dire grand chose:

    1. Dailymotion appartient à 100% à Vivendi

    2. Vivendi, côtée en bourse, appartient à 40% à des groupes français (eux-mêmes avec un actionnariat non- français), 4% à l'américain Black Rock et 56% à des actionnaires venant du monde entier!

    3. On peut tout au plus dire "Dailymotion, société créée à l'origine en France"
    Tout à fait. Alors que Qwant et bien français puisque subventionné par le contribuable français.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  9. #29
    Membre régulier
    "si vous voulez que vos informations privées soient entre les mains du Parti communiste chinois" !
    C'est sûr, vaut mieux qu'elles restent entre les mains des entreprises américaines #Facebook #Twitter

  10. #30
    Inactif  
    Citation Envoyé par Acheumeuneu Voir le message
    "si vous voulez que vos informations privées soient entre les mains du Parti communiste chinois" !
    C'est sûr, vaut mieux qu'elles restent entre les mains des entreprises américaines #Facebook #Twitter
    Très honnêtement, il a parfaitement raison.

    On peut critiquer l'Amérique et sa surveillance de masse, mais au moins les données ne seront pas utilisée pour faire chanter les auteurs de messages dissidents en menaçant sa famille restée en Chine, ou en la faisant disparaître.

    SI je pose un pied en Amérique, en ayant critiqué l'Amérique, je risque rien... en Chine.. je n'oserais même pas entrer, même dans la zone internationale d'un aéroport pour une simple correspondance.


    Même pour des données qui pourraient fortement intéresser les Américains, je préfères que ça tombe dans leurs mains, que dans les mains des chinois. Même si bien évidemment, je préférerais ne donner à personne ces données.

  11. #31
    Chroniqueur Actualités

    TikTok va poursuivre l’administration Trump suite à la publication de deux décrets l'interdisant aux USA
    TikTok s’apprête à poursuivre l’administration Trump suite à la publication par cette dernière de deux décrets l’interdisant aux USA
    L’appli entend évoquer l’anti-constitutionnalité de la mesure

    Les responsables de TikTok l’ont clairement fait savoir en réponse à la publication par l'administration Trump de deux décrets l’interdisant aux USA : « nous épuiserons tous les recours dont nous disposons afin de garantir que l’état de droit ne soit pas écarté et que notre société et nos utilisateurs soient traités équitablement par les tribunaux américains si l’administration s’y refuse. » L’application de partage de vidéos basée en Chine entend appuyer sur un certain nombre de leviers dont : l’absence de preuves de collusion avec le gouvernement chinois et l’anti-constitutionnalité de la mesure.

    La plainte de TikTok fera l’objet de dépôt au niveau fédéral devant le tribunal de district américain pour le district sud de la Californie. La procédure sera lancée dès mardi si l’on en croit de récents développements à ce sujet.

    Interrogée sur la question de la possible collusion entre ByteDance et le gouvernement chinois, la CIA a répondu qu’ « il est possible que les autorités chinoises du renseignement interceptent des données ou utilisent l'application pour s'introduire dans les smartphones. Mais il n'y a aucune preuve qu'elles l'ont fait, malgré les appels du président Trump et du secrétaire d'État Mike Pompeo pour neutraliser une menace provenant de la présence de l'application sur des millions d'appareils américains. » Le manque de preuves de coopération avec le gouvernement chinois : c’est l’un des arguments que les responsables de TikTok entendent mettre en avant. Une redite du positionnement des responsables de la plateforme exprimé dans un récent billet de blog : « Nous avons clairement indiqué que TikTok n'a jamais partagé les données des utilisateurs avec le gouvernement chinois, ni censuré le contenu à sa demande. » Toutefois, « en vertu d'une loi chinoise introduite en 2017, les entreprises ont l'obligation de soutenir et de coopérer avec le travail de renseignement national du pays », rapporte Reuters.

    De façon traditionnelle dans le cadre d’affaires similaires, si un gouvernement vient à lancer une investigation, il en informe l'entreprise en lui remettant une citation à comparaître ou un autre type d'avis exigeant une réponse aux allégations de faute ou de malversation. Il arrive aussi que des enquêteurs appellent les représentants de l'entreprise pour une réunion confidentielle au sujet d'une mesure d'exécution imminente. Cette procédure n’a pas été respectée, d’après le retour de l’équipe d’avocats de TikTok. Dit autrement, l’administration Trump n’a pas permis aux responsables de l’application de partage de vidéos d’exercer leur droit de réponse.

    Enfin, Trump a émis les décrets en vertu des pouvoirs contenus dans la loi de 1977 sur les pouvoirs économiques d'urgence internationaux. Seulement, il semble que la loi américaine fixe des limites à l’utilisation de ce levier par le président. Par exemple, il ne peut pas être utilisé pour réglementer ou interdire les communications personnelles ou le partage de films et d'autres formes de médias. Or, le partage de vidéos est bien la filière dans laquelle se trouve TikTok. C’est également un argument sur lequel les responsables de l’application comptent s’appuyer.



    Si le Congrès estime que le président a utilisé injustement les pouvoirs économiques d'urgence, les législateurs peuvent annuler l'ordonnance au travers de l’adoption d’une résolution. Mais tout retour en arrière de la part du Congrès est peu probable, car le scepticisme quant aux liens potentiels du Parti communiste chinois avec les entreprises technologiques du pays a recueilli le soutien des partis démocrate et républicain. En sus, le Sénat a, il y a peu, adopté par un vote unanime un projet de loi interdisant le TikTok sur tous les appareils émis par le gouvernement.

    Les décrets publiés par l’administration Trump entrent en application dans les 45 jours. Passé cette période, toute transaction entre un citoyen américain et ByteDance – la société mère de TikTok – tombera sera sanctionnée. Des amendes allant jusqu’à 300 000 dollars sont prévues pour les tiers surpris en train de faire affaire avec TikTok. De plus, les contrevenants intentionnels pourraient même être poursuivis au pénal. La bataille juridique s’annonce bien complexe pour TikTok quand on sait que les décrets pourraient également empêcher l’entreprise de s’appuyer sur des avocats américains.

    Microsoft a déjà confirmé l’existence de pourparlers pour le rachat de TikTok USA, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande. Le dossier suit son cours et d’avis d’observateurs, la publication des décrets d’interdiction de TikTok est une manœuvre du gouvernement US pour mettre la pression afin que la transaction se fasse dans les plus brefs délais.

    Source : Reuters, NPR

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Quelles sont les leçons que l’Europe doit tirer de ces développements ?

    Voir aussi :

    TikTok, une application de partage de vidéos courtes, est accusée d'avoir secrètement recueilli des données d'utilisateurs, et de les avoir envoyé à la Chine
    Les États-Unis envisagent de bannir les applications chinoises de la catégorie "média social" comme Tik Tok, indiquant qu'elles partagent des informations avec le gouvernement chinois
    L'Inde décide de bloquer TikTok ainsi que 58 autres applications chinoises, évoquant un comportement malveillant quant à la collecte des données de ses citoyens
    L'application TikTok pourrait être vendue à des investisseurs américains, afin de la protéger d'une éventuelle interdiction générale américaine
    Le PDG de TikTok, Kevin Mayer, critique Facebook pour des attaques déguisées en patriotisme, par l'intermédiaire d'une note de blog
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #32
    Rédacteur/Modérateur

    Dans la mesure où selon le bon vouloir du gouvernement Chinois, ByteDance ou toute entreprise chinoise soit obligée de coopérer et fournir des renseignements d'ordre privé, qu'elle ait déjà collaboré ou pas ne change rien. Ca reste une faille dans la sécurité d'un Etat et dans la protection de ses citoyens.

    Il est amusant qu'une entreprise de droit Chinois entreprenne une action en justice pour faire valoir ses droits, alors qu'en Chine, elle n'aurait qu'à fermer sa gueule, pardonnez moi la vulgarité de l'expression.

    Bien sûr, on pourra rétorquer qu'au petit jeu de l'espionnage, les Américains de ne sont pas en reste, les Français non plus d'ailleurs et toute autre nation ayant des intérêts à défendre et à promouvoir.

    Néanmoins, la menace par rapport à la Chine n'est pas symétrique. Les USA restent un état de droit, peut-être un peu trop des fois, où on parle même du gouvernement des Juges, et où être avocat est très rémunérateur, mais il faut bien réfléchir à ce qu'on veut. Veut-on un état de non droit ?
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  13. #33
    Chroniqueur Actualités

    Twitter serait intéressé par le rachat des opérations américaines de TikTok
    Twitter serait intéressé par le rachat des opérations américaines de TikTok,
    le réseau social a déjà entamé les pourparlers pour un éventuel regroupement

    Twitter a eu des discussions préliminaires sur un « regroupement » avec TikTok, a rapporté le Wall Street Journal, faisant de la plateforme de médias sociaux le dernier prétendant possible pour la populaire application de partage de vidéos. Comme le note le WSJ, il n'est pas clair si Twitter poursuivrait une éventuelle acquisition de TikTok, et un tel accord aurait de gros obstacles.

    Le plus gros défi de tout accord est le décret de l'administration Trump du 6 août ; à cette date, le président américain a signé un décret interdisant, dans quarante-cinq jours, toute transaction « des personnes sous juridiction américaine » avec ByteDance, la maison mère de TikTok, évoquant une « urgence nationale » au sujet de l’application de vidéos légères. Cette interdiction prendra donc effet dans 45 jours. L’administration considère l’application appartenant à des Chinois comme une menace potentielle pour la sécurité, malgré l’absence de preuve indiquant que ByteDance ou TikTok ont ​​jamais partagé les données des Américains avec le gouvernement chinois.

    La semaine dernière, Trump s’est dit ouvert au rachat de TikTok par un groupe américain avant le 15 septembre, mais a prévenu que le service serait interdit sur le sol américain si aucune transaction n’avait lieu d’ici là. « TikTok capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs, y compris Internet et d'autres informations sur l'activité du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains - permettant potentiellement à la Chine de suivre les emplacements des employés et des sous-traitants fédéraux, de constituer des dossiers d'informations personnelles pour le chantage et de mener de l'espionnage d'entreprise », justifie le décret. Donald Trump a donc donné son feu vert à une acquisition des activités américaines, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises de TikTok par Microsoft, à condition qu’un « grand pourcentage » du montant de la transaction soit versé à l’État, sous prétexte que son gouvernement rendait l’acquisition possible.

    Microsoft est la seule entreprise à ce jour à avoir reconnu publiquement qu'elle était en pourparlers avec le propriétaire de TikTok, ByteDance, pour une éventuelle acquisition (déclaration qu'elle a faite dans un billet de blog en début de mois, indiquant que son PDG Satya Nadella avait parlé au président Trump d'une éventuelle acquisition de TikTok). Pour être plus précis, Microsoft a manifesté son intérêt pour l’acquisition des activités américaines, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises de TikTok. Selon le quotidien, Twitter estime encourir moins de risques que Microsoft de se faire épingler pour abus de position dominante dans ce dossier en raison de sa taille nettement inférieure. Mais sa taille le défavorise en matière de trésorerie puisque Twitter ne dispose pas d'autant d'argent que Microsoft et ne pourra pas tenir la longueur dans un achat éventuel, faisant donc de Microsoft le favori de tout accord.

    Tout accord avec Twitter impliquerait les opérations américaines de TikTok, selon le WSJ.


    Twitter a une valeur boursière proche de 30 milliards de dollars, soit à peu près l'équivalent de la valorisation des actifs de TikTok à céder, ce qui implique que la firme américaine devra lever des fonds pour financer un éventuel accord. Aux yeux d'Erik Gordon, enseignant à l'université du Michigan, le réseau social aura de grandes difficultés à « réunir suffisamment de fonds pour acquérir ne serait-ce que les opérations de TikTok aux États-Unis. Il n'a pas suffisamment de capacités d'emprunt ».

    « Si (Twitter) tente de réunir un groupe d'investisseurs, les conditions seront lourdes. Les propres actionnaires de Twitter pourraient préférer que la direction se concentre sur les opérations existantes », a-t-il ajouté.

    D'après une source, la société de capitaux privés Silver Lake, l'un des actionnaires de Twitter, est disposée à contribuer au financement d'un accord potentiel.

    TikTok a déclaré qu'il prévoyait de contester le décret de l'administration Trump. Les responsables de TikTok l’ont clairement fait savoir en réponse à la publication par l'administration Trump de deux décrets l’interdisant aux USA : « nous épuiserons tous les recours dont nous disposons afin de garantir que l’état de droit ne soit pas écarté et que notre société et nos utilisateurs soient traités équitablement par les tribunaux américains si l’administration s’y refuse. » L’application de partage de vidéos basée en Chine entend appuyer sur un certain nombre de leviers dont : l’absence de preuves de collusion avec le gouvernement chinois et l’anti-constitutionnalité de la mesure. La plainte de TikTok fera l’objet de dépôt au niveau fédéral devant le tribunal de district américain pour le district sud de la Californie. La procédure sera lancée dès mardi si l’on en croit de récents développements à ce sujet.

    Source : Wall Street Journal
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #34
    Membre averti
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    Dans la mesure où selon le bon vouloir du gouvernement Chinois, ByteDance ou toute entreprise chinoise soit obligée de coopérer et fournir des renseignements d'ordre privé, qu'elle ait déjà collaboré ou pas ne change rien. Ca reste une faille dans la sécurité d'un Etat et dans la protection de ses citoyens.
    Il faut lire l'article avant de commenter.
    Pour ceuy qui ont passé ces dernières années dans une grotte, je les informe qu'il y a une guerre commercial depuis 2 ans et demi USA/Chine.

    Bref depuis deux et demi tous les 3 mois, Trump balance n'importe quoi et ce sans aucune preuve contre les entreprises chinoise.

    TikTok et Wechat (qui sont dans les stores officiels et avec leurs serveurs US) ont été audités par des dizaines de boites, les dirigeant des GAFA devant le congrès ont dit qu'il n'y avait aucun problème (à part Zuk qui a botté en touche), bref ces application n'ont pas de comportement anormal, n'exfiltre pas de données inhabituelles et fonctionne comme Facebook, Instagram ou Snapchat.

    Sans compter que le décret de Trump est anticonstitutionnel, il a lke droit de le faire certe mais devant un tribunal il va être annulé (comme avec l'histoire avec les migrants).

    Ce que cherche l'administration Trump en dehors de sa stupide confrontation c'est la balkanisation d'internet. D'ailleurs il a commencé en mettant fin à la neutralité du net le 11 juin 2018.

  15. #35
    Membre extrêmement actif
    @yahiko, ce que tu décrit est un "Etat judiciarisé", absolument pas un "Etat de droit".
    Si ont suis ta définition, la Chine est un "Etat de droit" au même titre que les USA ou la France ou tous les autres pays d'ailleurs.
    Tous les Etats reposent sur le "droit", que ce soit des dictatures ou des démocraties, c'est la définition même d'un Etat.

    @Refuznik, Internet n'a jamais était neutre, puisqu'il n'a jamais était créé pour offrir cette garantie.
    Internet à était créé pour être résilient, point.
    Interconnecter des réseaux entre eux n'abstrait pas par magie de leur gestion interne, au contraire même, les politiques des réseaux composant internet ce cumule entre elles.
    Internet est un réseau hiérarchique dans sa structure, donc toutes règles définit en amont aura des répercussions en avals.

  16. #36
    Chroniqueur Actualités

    Oracle entre dans la course de l'acquisition des activités américaines de TikTok
    Oracle entre dans la course de l'acquisition des activités américaines de TikTok,
    comme Microsoft, l'entreprise voudrait également acquérir ses activités en Australie et en Nouvelle-Zélande

    Alors que le gouvernement américain sévit durement contre TikTok, l'application de médias sociaux en plein essor semble n'avoir d'autre choix que de vendre son opération américaine au plus offrant. Microsoft est devenu le pionnier pour l'acquisition de l'application, mais il semble que la grande enseigne de la technologie ne prévoie pas de s'arrêter là. Elle a exprimé un vif intérêt pour l’achat des participations de TikTok en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada également. En fait, selon un récent rapport, Microsoft souhaite acquérir l’ensemble de l’opération anglophone de TikTok.

    Suite à un décret présidentiel américain, il ne reste plus que quatre semaines à TikTok avant que la date limite ne soit atteinte et que l’entreprise se trouve obligée de cesser ses opérations aux États-Unis à moins de se laisser racheter. La pression est forte et l'application de médias sociaux se bat à bien des égards pour sa survie. Microsoft est bien sûr le favori de cette opération d'acquisition de l'application étant donné les vastes ressources à sa disposition que l’entreprise peut utiliser pour amener TikTok à un tout autre niveau.

    Twitter a également eu des discussions préliminaires sur un « regroupement » avec TikTok.


    Oracle Corp a également discuté avec certains des investisseurs du propriétaire chinois de TikTok, ByteDance, dans la poursuite d'une offre pour les opérations de l’application en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande, selon des personnes familières avec le sujet.

    Cette décision représenterait un départ stratégique pour Oracle, qui s'adresse principalement aux entreprises et génère l'essentiel de ses ventes à partir d'offres cloud et de licences logicielles.

    Son cofondateur et président, Larry Ellison, est l'un des rares hauts responsables technologiques à soutenir ouvertement le président Donald Trump, qui a ordonné à ByteDance de céder TikTok évoquant des préoccupations concernant la sécurité des données personnelles des consommateurs américains : « TikTok capture automatiquement de vastes étendues d'informations de ses utilisateurs, y compris Internet et d'autres informations sur l'activité du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d'accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains - permettant potentiellement à la Chine de suivre les emplacements des employés et des sous-traitants fédéraux, de constituer des dossiers d'informations personnelles pour le chantage et de mener de l'espionnage d'entreprise ».

    Oracle travaille avec certains des investisseurs de ByteDance, y compris General Atlantic et Sequoia Capital, pour faire une offre pour les actifs TikTok pour contrer l’offre concurrente de Microsoft Corp, ont déclaré les sources, s'exprimant sous couvert d'anonymat.

    Pour Oracle, qui ne possède pour l’heure aucune entreprise dans les médias sociaux, cette acquisition pourrait être une nouvelle voie de croissance porteuse. Notons que durant le quatrième trimestre de son année fiscale, l’entreprise a observé une baisse de 6% de ses revenus qui se sont chiffrés à 10,4 milliards de dollars. Cette perte de vitesse peut être imputable à la concurrence sur le cloud notamment par des services comme Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud, dans une moindre mesure, qui dominent largement ce marché. L’entreprise semble donc vouloir trouver une porte pour explorer un nouveau marché.

    Source : Financial Times
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #37
    Chroniqueuse Actualités

    TikTok va poursuivre l'administration Trump
    TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump
    qui interdit ses transactions avec les États-Unis

    Le 6 août dernier, le président américain Donald Trump a publié des décrets visant à interdire les transactions américaines avec WeChat, l'application de messagerie appartenant à Tencent Holdings, et ByteDance, propriétaire de TikTok, dans les 45 jours, décrivant les entreprises chinoises comme des menaces pour la sécurité nationale.

    Selon Reuters, TikTok prévoit de faire valoir que le fait que le décret s'appuie sur l'International Emergency Economic Powers Act le prive d'une procédure régulière. Le média social devrait également contester sa classification par la Maison Blanche comme menace pour la sécurité nationale. Cette contestation intervient alors que la société poursuit ses discussions avec des sociétés comme Microsoft sur la vente de ses activités aux États-Unis.

    Si TikTok est surtout connu pour ses courtes vidéos de danse, qui prennent souvent une tournure virale au milieu des adolescents, les responsables américains ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les informations sur les utilisateurs pourraient être transmises au gouvernement communiste chinois. Trump affirme qu'il existe des « preuves crédibles » que TikTok représente une menace pour la sécurité, ce que l'entreprise nie catégoriquement, qualifiant cette affirmation de « rumeurs et de désinformation ». TikTok a déclaré qu'il n'avait jamais fourni de données d'utilisateurs à la Chine et qu'il ne le ferait pas, même si on le lui demandait.


    Il n'a pas été immédiatement possible de savoir quel tribunal TikTok prévoit de saisir pour intenter son procès. L'entreprise avait précédemment déclaré qu'elle étudiait ses options juridiques, et ses employés préparaient également leur propre procès.

    Selon CNBC, TikTok s'efforce actuellement de garantir que ses employés continuent à être payés même si elle est interdite aux États-Unis. Un porte-parole a également confirmé samedi à CNBC que l'entreprise prépare une contestation contre Trump. « Même si nous ne sommes pas du tout d'accord avec les préoccupations de l'administration, depuis près d'un an, nous avons cherché à nous engager de bonne foi pour apporter une solution constructive », a déclaré le porte-parole.

    « Nous avons plutôt constaté un manque de procédure régulière, car l'administration n'a pas prêté attention aux faits et a essayé de s'immiscer dans les négociations entre entreprises privées. Pour garantir que l'État de droit prévaut et que notre entreprise et nos utilisateurs sont traités équitablement, nous n'avons pas d'autre choix que de contester le décret par le biais du système judiciaire », a-t-il ajouté.

    Trump a également publié un autre décret relatif à l'application mobile le 14 août, qui donnait à ByteDance 90 jours pour se défaire des activités américaines de TikTok. ByteDance a progressé dans ses discussions avec des acquéreurs potentiels, dont Microsoft Corp et Oracle. Certains des investisseurs américains de ByteDance pourraient également se joindre à l'offre gagnante. Trump a déclaré qu'il soutiendrait les efforts de Microsoft pour racheter les activités américaines de TikTok si le gouvernement américain obtenait une partie substantielle des recettes.

    La contestation juridique de TikTok ne protégerait pas ByteDance de l'obligation de céder l'application aux États-Unis. En effet, elle ne concerne pas l'ordonnance du 14 août sur la vente de TikTok, qui n'est pas soumise à un contrôle judiciaire. Cependant, cette décision montre que ByteDance cherche à déployer toutes les munitions légales à sa disposition pour empêcher que les négociations sur la vente de TikTok ne se transforment en vente au rabais. L'administration Trump a intensifié ses efforts pour débarrasser les réseaux numériques américains de ce qu'elle considère comme des applications chinoises « non fiables ».

    Au-delà de TikTok, Trump a également émis une ordonnance qui interdirait les transactions avec WeChat de Tencent Holding. Samedi, certains utilisateurs de WeChat basés aux États-Unis ont annoncé qu'ils poursuivaient également Trump dans le but de bloquer un décret qui, selon eux, interdirait effectivement l'accès aux États-Unis à l'application de messagerie chinoise très populaire.

    La plainte, déposée vendredi à San Francisco, est portée par l'Alliance américaine des utilisateurs de WeChat, une organisation à but non lucratif, et par plusieurs personnes qui disent compter sur l'application pour leur travail, leur culte et pour rester en contact avec leurs proches en Chine. Les plaignants ont déclaré qu'ils n'étaient pas affiliés à WeChat, ni à sa société mère, Tencent Holdings.

    Dans le cadre de ce procès, ils ont demandé à un juge de la Cour fédérale d'empêcher l'application du décret de Trump, affirmant qu'il violerait la liberté d'expression, le libre exercice de la religion et d'autres droits constitutionnels de ses utilisateurs américains. « Nous pensons qu'il est dans l'intérêt du premier amendement de fournir un accès continu à cette application et à ses fonctionnalités à la communauté sino-américaine », a déclaré samedi Michael Bien, l'un des avocats des plaignants.

    TikTok compte désormais plus de 100 millions d'utilisateurs mensuels aux États-Unis et a été téléchargé 2 milliards de fois dans le monde. WeChat, qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs, est moins connu que TikTok par les Américains qui n'ont pas de connexion avec la Chine. La société de recherche mobile Sensor Tower estime à environ 19 millions le nombre de téléchargements de l'application aux États-Unis.

    Sources : CNBC, Reuters (1,2)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur ce conflit ?
    Que pensez-vous de l'avenir de TikTok aux États-Unis ?

    Voir aussi :

    TikTok s'apprête à poursuivre l'administration Trump suite à la publication par cette dernière de deux décrets l'interdisant aux USA. L'appli entend évoquer l'anti-constitutionnalité de la mesure

    ByteDance propose de céder TikTok US suite aux menaces de Donald Trump d'interdire l'application aux États-Unis, l’avenir de TikTok est de plus en plus incertain dans le pays

    TikTok a secrètement recueilli les données des utilisateurs pendant 18 mois, en se servant d'un moyen interdit par Google

    TikTok, une application de partage de vidéos courtes, est accusée d'avoir secrètement recueilli des données d'utilisateurs, et de les avoir envoyé à la Chine
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #38
    Chroniqueur Actualités

    Mark Zuckerberg serait à l’origine des tensions entre Washington et Pékin au sujet de TikTok
    Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, serait à l’origine des tensions entre Washington et Pékin au sujet de TikTok,
    selon un rapport

    Mark Zuckerberg est-il à l’origine des tensions entre Washington et Pékin au sujet de TikTok ? Oui, selon un rapport publié ce dimanche par le Wall Street Journal (WSJ). Le rapport estime que lors de son tête-à-tête avec Donald Trump en automne dernier à la Maison Blanche, Zuckerberg a clairement notifié au président que la vraie menace ne vient pas de Facebook, mais plutôt des entreprises technologiques chinoises dont la croissance et la puissance, commencent à être fortement remarquées. Il aurait dit à Trump que la répression de ces entreprises devrait être plus une priorité que de restreindre Facebook.

    L’on se pose toujours la question de savoir comment Facebook a fait pour apaiser aussi rapidement [URL="https://www.developpez.com/actu/197054/"]les grandes inquiétudes de Washington{/URL] par rapport à la vie privée et à la confidentialité des données personnelles des utilisateurs de sa plateforme. Le nouveau rapport du WSJ allègue en effet que Facebook a juste fait campagne pour que le président se concentre sur une autre cible. Ce qui a bien marché puisque, même si certaines enquêtes antitrust pèsent toujours sur lui, les entreprises chinoises sont la cible d’une colère sans précédent du gouvernement américain.

    Selon le WSJ, lorsque Mark Zuckerberg a prononcé un discours sur la liberté d'expression à Washington à l'automne dernier, il y avait aussi un autre objectif : tirer la sonnette d'alarme sur la menace des entreprises technologiques chinoises et, plus précisément, sur la populaire application de partage de vidéos TikTok. Mark Zuckerberg a déclaré aux étudiants de l’université de Georgetown que TikTok ne partageait pas l'engagement de Facebook en faveur de la liberté d'expression et représente un risque pour les valeurs américaines et la suprématie technologique.


    Selon des personnes connaissant bien le sujet, Zuckerberg a martelé ce message en coulisses lors de réunions avec des fonctionnaires et des législateurs pendant le voyage d'octobre et au cours d'une visite séparée à Washington quelques semaines plus tôt. En fait, lors d'un dîner privé à la Maison Blanche fin octobre 2019, Zuckerberg aurait fait valoir auprès du président Trump que la montée des sociétés Internet chinoises menaçait les entreprises américaines et que cela devait être plus préoccupant que la question de la domination de Facebook.

    Le WSJ a rapporté que toujours selon ces mêmes personnes, le PDG de 36 ans a parlé de TikTok en particulier lors de réunions avec plusieurs sénateurs. Ensuite, fin octobre, le sénateur Tom Cotton, ayant rencontré Zuckerberg en septembre, et le sénateur Chuck Schumer ont adressé une lettre aux responsables des services de renseignement pour demander une enquête sur TikTok. Le gouvernement a également ouvert peu après une enquête de sécurité nationale sur la société, et au printemps, Trump a commencé à menacer d'interdire complètement l'application.

    Ce mois-ci, il a signé un décret exigeant que le propriétaire chinois de TikTok, ByteDance Ltd, se sépare de ses activités américaines. TikTok est-il réellement coupable des allégations qui sont portées contre lui ou Facebook a-t-il simplement trouvé le moyen d’inciter le gouvernement à se débarrasser de la concurrence pour lui ? À part ces faits, Facebook a aussi créé un groupe de défense, appelé American Edge, qui a commencé à diffuser des publicités vantant les mérites des entreprises technologiques américaines pour leur contribution à la puissance économique.

    Le groupe vante aussi la participation des entreprises américaines à la sécurité nationale et à l'influence culturelle des États-Unis. Selon les données du Center for Responsive Politics, Facebook aurait consacré plus d'argent au lobbying plus que toute autre entreprise au cours du premier semestre de cette année. En 2018, en revanche, elle s'est classée huitième parmi les entreprises. Interrogé sur la rencontre entre Trump et Zuckerberg, un porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que l’administration s'est engagée à protéger le peuple américain contre toutes les menaces.

    Ces menaces comprennent les menaces liées à la cybernétique pour les infrastructures critiques, la santé et la sécurité publiques, ainsi que la sécurité économique et nationale. Du côté de l’entreprise, un porte-parole de Facebook, Andy Stone, a dit que Zuckerberg ne se souvenait pas d'avoir discuté de TikTok pendant le dîner. Selon lui, les commentaires du PDG au sujet de TikTok étaient liés à la campagne de Facebook visant à atténuer les menaces antitrust et réglementaires en soulignant l'importance de Facebook pour la prééminence technologique des États-Unis.

    Toutefois, il a ajouté ce qui suit : « Notre point de vue sur la Chine a été clair : nous devons être compétitifs. À mesure que les entreprises et l'influence chinoises se sont développées, le risque d'un Internet mondial basé sur leurs valeurs, et non sur les nôtres, s'est accru ». Lors d'une réunion d'employés ce mois-ci, Mark Zuckerberg aurait qualifié le décret pris par le président Donald Trump contre TikTok d'indésirable, car le préjudice global d'une telle décision pourrait l'emporter sur tout gain à court terme pour Facebook.

    TikTok détient plus de 100 millions d'utilisateurs aux États-Unis et est devenu la plus grande menace pour la domination de Facebook sur les médias sociaux parce que le mélange de vidéos de danse et de gaffes de l'application a fait sensation parmi les jeunes du monde entier. Selon le cabinet de recherche Sensor Tower, TikTok est devenue l'application la plus téléchargée en un seul trimestre au cours du premier trimestre 2020. En comparaison, Facebook comptait 256 millions d'utilisateurs mensuels aux États-Unis et au Canada à la fin du mois de juin.

    « TikTok est passé de l'état de quasi rien à quelque chose de très important sur les principaux marchés occidentaux au cours des deux dernières années », a fait remarquer Brian Wieser, président mondial de l'intelligence économique chez GroupM, une unité de WPP PLC. Afin de contrer cette montée, l'unité Instagram de Facebook a lancé ce mois-ci sa propre fonction de partage de vidéos courtes, appelée Reels, et tente de débaucher les créateurs de TikTok en payant certains utilisateurs s'ils publient des vidéos exclusivement sur le nouveau service, il reste à savoir si l’approche portera ses fruits.

    Source : The Wall Street Journal

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump qui interdit ses transactions avec les États-Unis

    ByteDance propose de céder TikTok US suite aux menaces de Donald Trump d'interdire l'application aux États-Unis, l’avenir de TikTok est de plus en plus incertain dans le pays

    Anonymous fait campagne contre TikTok : « supprimer ce logiciel espion chinois maintenant », a déclaré le collectif hacktiviste sur son compte Twitter

    Scandale C.A : Mark Zuckerberg fait parvenir une copie du témoignage qu'il fera demain à son audition devant le Congrès. Quelques points clés

    Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #39
    Chroniqueur Actualités

    Le PDG de TikTok démissionne, Microsoft et Walmart annoncent un partenariat pour acquérir son activité US
    Kevin Mayer, le PDG de TikTok, démissionne alors que Microsoft et Walmart annoncent un partenariat
    pour acheter l'activité américaine de l'entreprise

    L’administration Trump continue de faire pression sur TikTok et du côté de ce dernier, certains commencent déjà à quitter le navire. Selon un courrier interne de TikTok consulté par Financial Time, le PDG, Kevin Mayer, a donné sa démission cette semaine, seulement trois mois après avoir rejoint le réseau social. Ainsi, il abandonne les siens à un moment où TikTok serait très proche de vendre son activité américaine à Microsoft et Walmart. Ce dernier est entré dans la danse seulement quelques heures après que Mayer a annoncé sa démission.

    « Ces dernières semaines, alors que le climat politique a fortement changé, j'ai mené une réflexion importante sur ce que les changements structurels de l'entreprise vont nécessiter, et ce que cela signifie pour le rôle mondial auquel j'ai souscrit », a confié Mayer à ses employés mercredi dernier dans un courrier électronique auquel Financial Time a eu accès. « Dans ce contexte, et comme nous espérons parvenir à une résolution très bientôt, c'est avec le cœur lourd que je voulais vous faire savoir que j'ai décidé de quitter l'entreprise », a-t-il ajouté.

    En effet, les derniers mois n’ont pas été des meilleurs pour TikTok. Il fait l’objet d’une impressionnante pression de la part des États-Unis visant à le forcer à vendre son activité américaine à une entreprise nationale, une action qui empiète sur le rôle de Mayer. Celui-ci a loué les efforts des employés, en disant « qu'il n'y a aucun doute que l'avenir [de TikTok] est incroyablement brillant ». Mais en même temps, il a dit être sûr que le rôle pour lequel il a signé, y compris la gestion de TikTok sur le plan mondial, sera très différent à la suite de cette vente.


    Kevin Mayer

    Pour rappel, Kevin Mayer a rejoint TikTok en juin. Avant cela, il était l'un des principaux dirigeants de Disney, chez qui il a dirigé avec succès le lancement du service de streaming Disney+. En février, alors que plusieurs le jugeaient le mieux placé pour être le prochain PDG, il a été inopinément remplacé par Bob Chapek pour succéder au PDG sortant de Disney, Bob Iger. Trois mois plus tard, il a annoncé qu'il prenait la direction de TikTok, ce qui a donné lieu à des dizaines d'articles sur la croissance fulgurante de TikTok et sur son potentiel à devenir une force médiatique importante.

    Cela dit, le tumulte autour de lui ne lui laisse pas le champ libre pour exécuter pleinement sa mission de dirigeant. « Nous reconnaissons que la dynamique politique de ces derniers mois a fortement modifié l'étendue du rôle de Kevin et nous respectons pleinement sa décision », a déclaré un porte-parole de TikTok dans une déclaration au sujet du départ de Mayer. « Nous le remercions pour le temps qu'il a passé dans l'entreprise et lui souhaitons bonne chance ». Selon le rapport de Financial Time, Vanessa Pappas, directrice générale de TikTok, prendra le poste par intérim.

    Par ailleurs, depuis le déclenchement de l’action américaine contre l’entreprise chinoise, les principaux acteurs ayant entamé des pourparlers avec ByteDance, le propriétaire de TikTok, sont Microsoft et Oracle. À ce jour, plusieurs rapports révèlent que l’entreprise est plus proche de vendre à Microsoft qu’aux autres intéressés. Le détaillant américain Walmart s’est sûrement également aperçu que la balance pesait plus du côté de la firme de Redmond puisqu’il a annoncé cette semaine qu'il se joignait à Microsoft dans une offre pour les actifs américains de TikTok.

    Selon Reuters, ByteDance a l'intention de démarrer des pourparlers exclusifs avec un soumissionnaire dans les prochaines 24 à 48 heures et de conclure un accord d'ici le 15 septembre. Le média londonien rapporte que Walmart est persuadé qu’un partenariat tripartite serait une bonne chose. « Nous sommes convaincus qu'un partenariat entre Walmart et Microsoft répondrait à la fois aux attentes des utilisateurs américains de TikTok et aux préoccupations des autorités américaines de régulation », a annoncé Walmart dans un communiqué.

    Walmart a loué l'intégration par TikTok des capacités de commerce électronique et de publicité sur d'autres marchés. Plus précisément, un tel accord aiderait Walmart à atteindre ses clients par le biais de canaux de vente à la fois virtuels et physiques et à développer son marché en ligne et ses activités publicitaires. Les parts de Walmart ont augmenté de 6 % à la suite de cette déclaration. Outre le marché américain, ByteDance est aussi confronté au même défi en Inde, mais Zhang Yiming, le fondateur et PDG de ByteDance, a dit qu’il s’employait à rapidement résoudre ces problèmes.

    Selon ses dires, Mayer a rejoint l'entreprise au moment où celle-ci « entrait dans une période qui est sans doute la plus difficile de sa vie ». « Il n'est jamais facile d'arriver à un poste de direction dans une entreprise qui évolue aussi rapidement que nous, et les circonstances qui ont suivi son arrivée ont rendu la chose d'autant plus complexe », a déclaré Zhang. Pour l’heure, ByteDance doit vendre les opérations de TikTok en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande, des ventes qui pourraient valoir entre 25 et 30 milliards de dollars, selon les experts.

    Au milieu de la méfiance croissante entre Washington et Pékin, c’est les entreprises chinoises, à l’instar de Huawei et de TikTok, qui semblent actuellement payer le prix fort. De son côté, TikTok a intenté une action en justice contre l'administration Trump, qui le classe comme une menace pour la sécurité nationale. « L'administration [Trump] a ignoré nos efforts considérables pour répondre à ses préoccupations, ce que nous avons fait pleinement et de bonne foi », a déclaré TikTok dans un communiqué de presse la semaine passée.

    « Nous ne prenons pas les poursuites contre le gouvernement à la légère. Cependant, nous pensons que nous n'avons pas d'autre choix que de prendre des mesures pour protéger nos droits, ainsi que ceux de notre communauté et de nos employés », a ajouté l’entreprise. D’autre part, il y en a qui pense que les efforts de l’administration Trump pour forcer la vente des activités américaines de TikTok à une entreprise nationale mettent à mal la liberté sur Internet. « Si les États-Unis interdisaient TikTok, ce serait le début d’une plus sérieuse balkanisation d’Internet », estime Eva Galperin, directrice de la cybersécurité à l’Electronic Frontier Foundation.

    Selon elle, l’excuse de la menace contre la sécurité nationale émise par Trump ne permet pas un pouvoir illimité. Galperin pense qu’il ne peut pas simplement décider qu’une chose représente une menace à la sécurité nationale américaine et le faire bannir du pays. « Il doit venir à bout du droit au premier amendement de TikTok de distribuer son code en vertu de la liberté d’expression, mais également du droit d’Apple et Google de distribuer TikTok dans leurs magasins d’applications », a-t-elle confié au micro du journal Le Monde.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump qui interdit ses transactions avec les États-Unis

    TikTok s'apprête à poursuivre l'administration Trump suite à la publication par cette dernière de deux décrets l'interdisant aux USA, l'appli entend évoquer l'anti-constitutionnalité de la mesure

    ByteDance propose de céder TikTok US suite aux menaces de Donald Trump d'interdire l'application aux États-Unis, l’avenir de TikTok est de plus en plus incertain dans le pays

    TikTok a secrètement recueilli les données des utilisateurs pendant 18 mois en se servant d'un moyen interdit par Google

    TikTok, une application de partage de vidéos courtes, est accusée d'avoir secrètement recueilli des données d'utilisateurs et de les avoir envoyé à la Chine
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #40
    Chroniqueur Actualités

    Une MàJ des règles chinoises en matière d'exportation pourrait mettre à mal la vente de TikTok
    La vente potentielle des activités américaines de TikTok pourrait nécessiter l'aval de Pékin,
    suite à une mise à jour des règles chinoises en matière d'exportation

    Les nouvelles règles décidées par la Chine sur les exportations dans le domaine de la technologie ont pour conséquence que la vente par Bytedance des activités de TikTok aux États-Unis pourrait nécessiter l’aval de Pékin, a déclaré un expert chinois en relations commerciales sur un média d’Etat.

    En effet, vendredi, pour la première fois en 12 ans, le ministère chinois du Commerce a publié des modifications dans sa liste de technologies qui ne peuvent pas être exportées et/ou nécessitent un permis pour être cédées à l'étranger.

    ByteDance, la société mère de TikTok, devra se conformer à ces nouvelles procédures d'approbation. En tant qu'entreprise à croissance rapide, ByteDance dispose de nombreuses technologies de pointe dans l'intelligence artificielle et d'autres domaines, et certaines technologies peuvent avoir été couvertes par l’ajustement de ces règles, a expliqué le professeur Cui Fan de l'Université des affaires internationales et de l'économie internationale à Xinhua dans une interview.

    Le ministère chinois du Commerce a ajouté 23 éléments à la liste des technologies concernées. Il peut falloir jusqu’à 30 jours pour obtenir un accord préliminaire en vue d’exporter une technologie.

    Le professeur pointe en particulier deux nouveaux éléments qui ont été ajoutés dans la catégorie des technologies de traitement de l'information comme étant pertinents dans l'accord sur la vente des activités américaines de TikTok. Il s’agissait notamment de «technologie de service de transmission d'informations personnalisée basée sur l'analyse des données » et de « technologie d'interface interactive d'intelligence artificielle ».

    Ce qui pourrait signifier que Microsoft, Oracle ainsi que d'autres entités américaines intéressées par le rachat des activités US de TikTok pourraient se voir refuser la vente ou faire face à un processus d’achat long et pénible dans l’optique de les décourager.


    Il faut dire que la Chine est extrêmement fière de TikTok, car le service est la première application de l'Empire du Milieu autre qu'un jeu à vraiment marquer la culture occidentale. Les médias d'État utilisent ce succès comme un exemple d'entreprises chinoises capables d'égaler n'importe quelle nation ou entreprise.

    Rendu à ce niveau, les spéculations sont nombreuses.

    La Chine pourrait décider de faire supporter à ByteDance la douleur de ne pas pouvoir vendre ses opérations américaines, continuer à célébrer le succès de TikTok et expliquer son retrait des marchés étrangers comme une mesure défensive nécessaire. Comme TikTok n'opère pas en Chine, le public national pourrait accepter cette explication.

    Ou la Chine pourrait décider de laisser ByteDance vendre, mais faire traîner le processus en lançant une série d’examens qui obligeraient Microsoft, Oracle et d’autres entités à patienter dans l’attente d’un accord. La Chine pourrait même attendre au-delà de la date limite imposée par le président Trump.

    La Chine pourrait vouloir simplement montrer aux États-Unis et au reste du monde que les contrôles à l'exportation qu'ils ont utilisés pour rendre la vie difficile à Huawei peuvent jouer dans les deux sens.

    Les actions des prétendants américains de TikTok Microsoft Corp, Oracle Corp et Walmart Inc ont chuté lundi après que la décision de la Chine de restreindre certaines exportations de technologies ait suscité des craintes que Pékin ne bloque tout accord pour les actifs américains de l'application vidéo.

    La direction de TikTok a déclaré dans une note aux employés plus tôt la semaine dernière que la société « allait rapidement trouver des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le monde, en particulier aux États-Unis et en Inde ».

    Les changements apportés aux règles d'exportation de la Chine interviennent moins d'une semaine après que Kevin Mayar, ancien PDG de TikTok qui n’aura été en fonction que trois mois, a déclaré dans sa lettre de démission au personnel que la société s'attendait à « parvenir à une résolution très prochainement ».

    « Ces dernières semaines, alors que le climat politique a fortement changé, j'ai mené une réflexion importante sur ce que les changements structurels de l'entreprise vont nécessiter, et ce que cela signifie pour le rôle mondial auquel j'ai souscrit », a confié Mayer à ses employés mercredi dernier dans un courrier électronique auquel Financial Time a eu accès. « Dans ce contexte, et comme nous espérons parvenir à une résolution très bientôt, c'est avec le cœur lourd que je voulais vous faire savoir que j'ai décidé de quitter l'entreprise », a-t-il ajouté.

    Au milieu de la méfiance croissante entre Washington et Pékin, ce sont les entreprises chinoises, à l’instar de Huawei et de TikTok, qui semblent actuellement payer le prix fort. De son côté, TikTok a intenté une action en justice contre l'administration Trump, qui le classe comme une menace pour la sécurité nationale. « L'administration [Trump] a ignoré nos efforts considérables pour répondre à ses préoccupations, ce que nous avons fait pleinement et de bonne foi », a déclaré TikTok dans un communiqué de presse il y a quelques jours.

    « Nous ne prenons pas les poursuites contre le gouvernement à la légère. Cependant, nous pensons que nous n'avons pas d'autre choix que de prendre des mesures pour protéger nos droits, ainsi que ceux de notre communauté et de nos employés », a ajouté l’entreprise. D’autre part, il y en a qui pense que les efforts de l’administration Trump pour forcer la vente des activités américaines de TikTok à une entreprise nationale mettent à mal la liberté sur Internet. « Si les États-Unis venaient à bannir TikTok, ce serait le début d’une plus sérieuse balkanisation d’Internet », estime Eva Galperin, directrice de la cybersécurité à l’Electronic Frontier Foundation.

    Selon elle, l’excuse de la menace contre la sécurité nationale émise par Trump ne permet pas un pouvoir illimité. Galperin pense qu’il ne peut pas simplement décider qu’une chose représente une menace à la sécurité nationale américaine et la faire bannir du pays. « Il doit venir à bout du droit au premier amendement de TikTok de distribuer son code en vertu de la liberté d’expression, mais également du droit d’Apple et Google de distribuer TikTok dans leurs magasins d’applications », a-t-elle confié

    Source : Xinhua, déclaration du ministère chinois du Commerce

    Et vous ?

    Quelle analyse faites-vous de ces nouvelles règles ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###