Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Lutte contre la désinformation : Facebook vient d'échouer à son tout premier audit sur les droits civils
    Facebook vient d'échouer à son tout premier audit sur les droits civils,
    L'entreprise n'est pas prête à s'attaquer à la "haine vitriolique" sur sa plateforme, d’après les militants des droits civils

    Après les élections présidentielles en 2016, Facebook a été accusé d’avoir influencé les résultats du scrutin américain en faveur de l’actuel président, Donald Trump, en permettant la diffusion de la désinformation sur sa plateforme de réseau social. À l’approche des élections 2020, un nouveau rapport d’audit sur les droits civils du réseau social craint que les mêmes résultats se produisent. Selon le rapport accablant, les échecs répétés de la société à traiter le discours de haine et la désinformation qui sévissent sur sa plateforme ont laissé l'élection présidentielle de 2020 largement ouverte à l'interférence du président Donald Trump.

    Depuis des années, des entreprises comme Facebook et Twitter disent qu’elles font leurs meilleurs efforts afin d’éradiquer ce phénomène de leur plateforme numérique, mais le constat est que les fausses nouvelles et les messages de haine continuent de se propager en ligne. Facebook a cédé à la pression des groupes d'activistes du monde entier et a accepté un audit sur la façon dont la société traite les questions de droits civils telles que les discours de haine, l'interférence électorale et la désinformation.


    Le rapport du tout premier audit commandé par Facebook il y a deux ans – dans le cadre de sa réponse à une série de critiques sur des questions telles que la confidentialité des données, la suppression des votes, l'incitation à la violence et le manque de transparence de la publicité politique – a été rendu public mercredi, et il ne milite pas en faveur du géant des réseaux sociaux. Selon le rapport, le réseau social n'a pas fait assez pour protéger les utilisateurs contre la discrimination, les mensonges et l'incitation à la violence.

    L’audit de 100 pages a été mené par les avocates et expertes en droits civils Laura Murphy et Megan Cacace. Les décisions de Facebook d'autoriser les publications controversées du président Donald Trump ont établi un « terrible précédent » qui pourrait permettre à la plateforme d'être « armée pour réprimer le vote », a constaté le rapport d’audit externe sur les droits civils. Les auditeurs ont mis en évidence un système à deux niveaux dans lequel les commentaires du président Trump sur Facebook concernant la sécurité des bulletins de vote par correspondance et ses menaces envers les manifestants ne sont pas modérés, même s'ils violent les propres politiques de l'entreprise en matière de discours de haine et de désinformation.

    « Facebook a fait des choix de politiques et de leur mise en œuvre qui laissent notre élection exposée à l'ingérence du président et d'autres personnes qui cherchent à utiliser la désinformation pour semer la confusion et réprimer le vote », indique le rapport.

    Selon l’audit, le géant des médias sociaux a également échoué à plusieurs reprises à répondre de manière adéquate aux préoccupations soulevées par les groupes de défense des droits concernant les discours de haine et la désinformation ciblant les minorités et les groupes religieux. En effet, malgré ses nombreuses promesses publiques de faire mieux, il n'a jamais réussi à faire mieux. Le rapport décrit une « série de progrès et de revers » sur Facebook, sur tous les plans, de la partialité des algorithmes de l'entreprise à la modération de son contenu.

    « Bien que le processus d'audit ait été significatif et ait conduit à des améliorations significatives de la plateforme, nous avons également vu l'entreprise prendre des décisions douloureuses au cours des neuf derniers mois, avec des conséquences dans le monde réel qui sont de sérieux revers pour les droits civils », indique le rapport.

    Les conclusions de ce rapport interviennent alors que Facebook est confronté à un nombre croissant de critiques qui disent qu'il doit faire plus pour combattre le racisme et les discours de haine sur sa plateforme. Plus de 900 annonceurs, dont de grandes marques comme Coca-Cola Co et Unilever Plc, se sont joints à un boycott lancé par de grands groupes de défense des droits civils américains, dont la Ligue anti-diffamation (l'ADL) et la NAACP, pour faire pression sur Facebook afin qu'il prenne des mesures concrètes pour bloquer les discours de haine.

    « De nombreux membres de la communauté des droits civils sont découragés, frustrés et en colère après des années d'engagement où ils ont imploré l'entreprise de faire plus pour faire progresser l'égalité et lutter contre la discrimination, tout en préservant la liberté d'expression », ont écrit les auditeurs.

    Le mois dernier, ces groupes de défense des droits civils ont organisé un boycott massif des publicités sur Facebook en réponse à l’inaction de Facebook face aux messages controversés du président Donald Trump. De multiples discussions avec les dirigeants de Facebook ont finalement échoué, les organisateurs du boycott ayant exigé que Zuckerberg y assiste personnellement, car « il est l'autorité ultime », a rapporté Reuters.

    Un système à deux vitesses de Facebook qui pourrait avoir des effets désastreux sur les prochaines élections américaines

    Ces derniers mois, le PDG de Facebook a marqué un certain soutien à la liberté d'expression qui s'est traduit par sa décision de ne pas retirer ou de ne pas signaler les commentaires incendiaires du président Trump, qui a menacé les manifestants du mouvement Black Lives Matter dans un message sur Facebook. La société a déclaré en juin qu'elle n'avait pas touché au message parce qu'il n'avait pas violé sa politique en matière de violence et d'incitation. « Une poignée de fois par an, nous laissons du contenu qui autrement violerait nos politiques si la valeur d'intérêt public l'emporte sur le risque de préjudice ».

    Mais plutôt que de créer des conditions équitables, les politiques de Zuckerberg ont pour résultat un système à deux vitesses où les utilisateurs ordinaires sont traités différemment des politiciens, une situation qui pourrait avoir des effets désastreux sur l'issue des élections de novembre, ont averti les auditeurs.

    La société a adopté une approche non interventionniste du discours politique par rapport à ses rivaux, notamment en laissant intacts les messages de Trump ces dernières semaines, messages qui ont été signalés par son rival Twitter pour mensonges et incitation à la violence. Un tweet de Trump, étiqueté par Twitter comme violant sa politique contre la « glorification de la violence », a déclaré : « Aux moindres difficultés et nous prendrons le contrôle, mais quand les pillages commencent, les tirs commencent ».

    « Lorsque cela signifie que les hommes politiques puissants n'ont pas à respecter les mêmes règles que tout le monde, une hiérarchie des discours est créée qui privilégie certaines voix par rapport à des voix moins puissantes », note le rapport. « Facebook a été beaucoup trop réticent à adopter des règles strictes pour limiter la désinformation et la répression d'électeurs. À moins de cinq mois d'une élection présidentielle, les auditeurs ne comprennent pas pourquoi Facebook n'a pas saisi l'urgence ».


    C’est aussi la position de la coalition des groupes de défense de droits civils après une réunion tenue mardi en ligne avec le PDG Mark Zuckerberg, la directrice des opérations Sheryl Sandberg, et le directeur des produits Chris Cox, pour tenter de répondre à leurs préoccupations concernant la politique de Facebook en matière de discours de haine. À l'issue de cette réunion d'une heure qui a eu lieu sur Zoom, les militants ont qualifié cette rencontre de « déception ». « Il était très clair lors de notre réunion d'aujourd'hui que Mark Zuckerberg et l'équipe de Facebook ne sont pas encore prêts à aborder la haine vitriolique sur leur plateforme », a déclaré la campagne dans une déclaration après la réunion.

    « Aujourd'hui, nous avons vu peu de choses et entendu à peu près rien », a déclaré Jonathan Greenblatt, PDG de l'ADL, dans un appel aux journalistes mardi, en ajoutant : « Nous n'avons pas obtenu d'engagements, de calendriers ou de résultats clairs. Nous nous attendions à des détails, et ce n'est pas ce que nous avons entendu », a-t-il dit selon Business Insider.

    Facebook ne mettra pas toutes les recommandations des auditeurs en œuvre

    L’entreprise n'a pas immédiatement indiqué les mesures spécifiques qu'elle allait prendre en réponse aux conclusions du rapport, mais a publié une déclaration attribuée à Sheryl Sandberg, décrivant l'audit comme un « processus vraiment important pour notre société ». « L'audit a examiné un large éventail de questions relatives aux droits civils, y compris nos politiques contre la haine. Il n'y a pas de solution miracle à ces questions - et il ne devrait pas y en avoir », a déclaré Sandberg. « Ce qui est devenu de plus en plus clair, c'est que nous avons encore un long chemin à parcourir ».

    « Nous n'apporterons pas tous les changements qu'ils demandent, mais nous mettrons en pratique un plus grand nombre de leurs propositions. Nous avons commencé à le faire - et nous prenons de nouveaux engagements aujourd'hui », a dit Sandberg.

    Elle a déclaré que Facebook embaucherait un leader des droits civils, comme cela a été discuté précédemment avec les leaders du boycott publicitaire. Lors de la réunion, les groupes ont discuté de 10 demandes avec Facebook, y compris l'embauche d'un cadre de niveau C ayant une expertise en matière de droits civils. Selon les militants, Facebook n'a que partiellement abordé la question de l'embauche d'un expert en droits civils et « n'a pas tenté » de répondre aux autres demandes, ont déclaré les groupes selon Business Insider.

    Les auditeurs ont également mis en avant le discours de haine anti-musulman, soulignant que Facebook oriente les utilisateurs vers des posts de plus en plus dangereux promouvant le nationalisme blanc. « Facebook permet la violence et le génocide contre les musulmans », a déclaré Farhana Khera, la directrice exécutive de Muslim Advocates, à propos des conclusions du rapport sur le site du groupe. « Nous n'avons pas le temps pour d'autres promesses vides et des exercices de collecte de données futiles. Nous avons besoin d'action. Facebook doit, enfin, assumer la responsabilité de la haine qu'il a déchaînée sur le monde ».

    Les organisations à l'origine du vaste boycott publicitaire contre Facebook, sorties "déçues" de la réunion de mardi, sont encore plus déterminées à galvaniser les centaines de marques qui demandent au réseau social de mieux lutter contre les contenus haineux et nocifs.

    « Je suis très déçue que Facebook continue de refuser de se montrer responsable vis-à-vis de ses utilisateurs, de ses annonceurs et de la société en général », a assené, après la réunion, Jessica Gonzalez, coprésidente de l'association Free Press. « J'espérais voir de l'humilité et une réflexion profonde sur l'influence disproportionnée de Facebook sur l'opinion publique, les croyances et les comportements, ainsi que sur les nombreux torts qu'il a causés dans la vraie vie. Au lieu de quoi nous avons eu droit à plus de dialogue et pas d'action », a-t-elle dit dans un communiqué.

    Les organisations veulent également remettre en cause le modèle économique de Facebook, fondé sur le ciblage publicitaire à très grande échelle. « Leur cœur de métier c'est de garder nos pupilles vissées vers leur plateforme », s'est indignée Jessica Gonzales. Elles reprochent au réseau de n'agir que sous pression externe, et souvent quand c'est trop tard. Le groupe de justice raciale Color Of Change, qui a poussé Facebook à faire un audit et aidé à organiser le boycott publicitaire, a déclaré que le rapport a correctement évalué l'approche de la société comme « incrémentielle et contre-productive ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Sources : Rapport d’audit, Facebook

    Et vous ?

    Que pensez-vous du rapport ? Tous les points pertinents ont-ils été pris en compte par les auditeurs selon vous ?
    Facebook ne mettra pas en œuvre toutes les recommandations du rapport. Quels commentaires en faites-vous ?
    Pensez-vous que le boycott publicitaire tiendra tant que Facebook ne fait pas des changements significatifs ?

    Voir aussi :

    Stop Hate for Profit : le PDG d'un grand groupe de publicité déclare que le boycott de Facebook est un tournant, car cela changera la façon dont les entreprises percevaient les médias sociaux
    À l'approche de la présidentielle américaine, Facebook interdit la plupart des deepfake de sa plateforme, mais les politiciens trouvent cette mesure très légère face à la désinformation en ligne
    Un cadre de Facebook déclare que la société était pour des raisons insoupçonnées responsable de l'élection de Trump en 2016 et qu'il ne faudrait pas qu'elle use de stratagèmes pour le stopper en 2020
    Déclaration conjointe de Facebook, Reddit, Google, Twitter, YouTube sur la désinformation concernant le Covid-19 : « Nous invitons d'autres entreprises à se joindre à nous »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    A quand la même énergie pour que FB bloque enfin les contenues pédopornographique qui traine sur sa plateforme ? Pour que FB alerte enfin la police lorsque des utilisateurs balance des nudes ou font des propositions sexuelle à des mineurs ? Et j'en passe...

###raw>template_hook.ano_emploi###