Comment la pandémie a-t-elle contribué à accélérer les stratégies « cloud first » au sein des entreprises ?
Celles-ci envisagent désormais le cloud pour plus d'applications

Les données de marché du Synergy Research Group suggèrent que 2019 a été une étape importante dans l’industrie des TIC et que, pour la première fois, en une année, les entreprises ont dépensé plus d'argent pour les services d'infrastructure cloud que pour le matériel et les logiciels des centres de données. Les dépenses totales pour les services d'infrastructure cloud ont atteint 97 milliards de dollars, en hausse de 38 % d'une année sur l'autre, tandis que les dépenses totales pour le matériel et les logiciels des centres de données ont atteint 93 milliards de dollars en 2019, soit une augmentation de seulement 1 % par rapport à 2018.


Cela signifie que de nombreuses entreprises qui possédaient, effectuaient les maintenances et géraient historiquement leurs propres opérations informatiques dans leur propre centre de données évoluent désormais dans la manière dont elles soutiennent leurs opérations commerciales en passant progressivement au cloud.

En outre, le cloud continue d'être le fondement sur lequel reposent les efforts de transformation numérique de la plupart des organisations, avec plus de huit entreprises sur dix considérant le cloud comme important ou crucial pour leurs stratégies numériques.

Quelles sont les principales raisons qui sous-tendent ce passage au cloud ? Une grande partie est basée sur le besoin des organisations modernes d'une plus grande agilité et flexibilité. Il n'y a jamais eu une meilleure illustration de cette demande que ce qui a été observé au cours de cette pandémie de COVID-19, car les entreprises ont été obligées de demander aux employés de travailler depuis leur domicile.

De même, de plus en plus d’employés souhaitent aujourd'hui pouvoir travailler de n'importe où et collaborer avec des collègues aussi facilement qu'ils le feraient en personne. Même avant que COVID-19 ne se traduise par la hausse du travail à distance presque du jour au lendemain, un nombre croissant de chefs d'entreprise ont compris l'importance du travail flexible. Selon les chiffres communiqués par International Workspace Group, à l'échelle mondiale, 50 % des employés travaillent en dehors du siège de leur bureau principal pendant au moins 2,5 jours par semaine, 85 % déclarant que la productivité a augmenté dans leur entreprise grâce à une plus grande flexibilité. De plus, plus de 16 % des entreprises dans le monde n'engagent désormais que des équipes distantes. Le cloud permet à cette liberté de fonctionner à distance.


Cependant, jusqu'à récemment, les organisations ne considéraient historiquement que le développement et le déploiement de nouvelles applications pour le cloud, en adoptant une approche « cloud first ». Mais maintenant, accéléré par les exigences de la main-d'œuvre moderne combinée aux effets continus de COVID-19, nombreuses sont celles qui se tournent vers une approche plus prononcée. Il n’est pas exclu, dans les mois et les années à venir, que nous observions de plus en plus d'organisations adopter des technologies pour le télétravail étant donné que la période de confinement aura été un cas d’école et que des conclusions sur l’efficacité d’un tel système pourraient être tirées.

Une opportunité pour l'industrie du cloud ?

Les entreprises envisagent désormais le Cloud computing pour plus d'applications, y compris celles existantes. La raison en est simple : les entreprises se concentrent sur la réduction des coûts et l'élimination de la dépendance à l'égard d'un centre de données physique est une prochaine étape logique dans la poursuite de cette tendance à long terme. Depuis que les clients achètent de la technologie pour soutenir leurs activités, ils l'utilisent pour réduire les coûts et accélérer les délais de commercialisation dans le centre de données. Les capacités technologiques, notamment la virtualisation des serveurs et du stockage, ont amélioré la capacité des services informatiques à répondre rapidement aux secteurs d'activité. Mais, avec le temps, la capacité des nouvelles technologies à réduire davantage les coûts et les délais de commercialisation diminue.

Ceci est le résultat de la demande croissante des clients pour plus de ressources applicatives, de meilleures performances et la fréquence croissante des tâches administratives telles que les correctifs de divers composants et la planification de la fin de vie ou des mises à niveau des performances. De même, comme mentionné précédemment, avec une main-d'œuvre mondiale ayant de plus en plus besoin d'accéder à leurs applications de n'importe où, cela alimente également la demande. Alors que les entreprises ont atteint ce point d'inflexion de rendements décroissants, elles ont tourné leur stratégie vers le cloud comme la prochaine frontière de l'efficacité informatique, se tournant donc vers cette nouvelle approche du cloud dans la poursuite de leur stratégie.

Mais aujourd'hui, il existe des centaines, voire des milliers, de services cloud disponibles pour les organisations. Dans de nombreux cas, les capacités du service, ajustées au coût, sont celles qui importent le plus aux décideurs par rapport à l'infrastructure elle-même. Par exemple, l'infrastructure sous-jacente qui prend en charge les logiciels d'entreprise courants tels que Salesforce, Microsoft Office 365, est rarement examinée, car les produits sont approuvés uniquement en fonction de la réputation de la marque.

Mais dans le cas d'organisations déplaçant leurs applications existantes vers le cloud pour l'hébergement de production (IaaS), la sauvegarde (sauvegarde en tant que service) ou la récupération après sinistre (DRaaS), la plateforme sous-jacente doit être vérifiée pour garantir que les besoins de l'application seront satisfaits. Pour ce faire, les organisations doivent examiner les capacités au niveau de la plateforme. C'est là que les ressources technologiques achetées se réunissent pour offrir les performances, la sécurité, la conformité et la connectivité des applications, et bien plus encore, du service sélectionné. En fin de compte, ce sont ces ressources consommées qui ont un impact direct sur le coût du service.

Alors que de plus en plus de clients adoptent le cloud pour une plus grande partie de leurs charges de travail, les exigences variables de ces charges de travail peuvent conduire à des compromis en termes de coûts par rapport aux performances, ce qui va à l'encontre des principaux objectifs des entreprises lors de leur sortie du centre de données et dans le cloud. Par conséquent, les clients doivent comprendre les capacités globales d'un fournisseur de cloud computing tôt pour éviter les attentes manquées à l'avenir, car il est clair que tous les fournisseurs IaaS ne sont pas identiques.

Ainsi, alors que les organisations se lancent dans cette approche plus prononcée vers le cloud, dès le départ elles doivent entreprendre d’examiner soigneusement leurs propres exigences et le type de fournisseur IaaS cloud qui répondra le mieux à leurs besoins, maintenant et dans les années à venir.

Sources : Synergy Research Group , International Workplace Group

Et vous ?

Comment pouvez-vous expliquer le fait que, pour la première fois, les entreprises aient dépensé plus d'argent sur les services cloud que pour les centres de données ?
Pensez-vous que la crise sanitaire actuelle est un catalyseur pour les stratégies orientées cloud en entreprise ?
Si oui, dans quelle mesure ? Si non, pourquoi ?

Lire aussi

Les cours et tutoriels pour apprendre le Cloud computing
Cloud computing - le tutoriel pour débutant
Le forum Cloud computing