Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Stop Hate for Profit : le PDG d'un groupe de publicité déclare que le boycott de Facebook est un tournant
    Stop Hate for Profit : Mark Zuckerberg a perdu 7 milliards de dollars de sa fortune tandis que des grands annonceurs comme Coca-Cola
    ont décidé de cesser les campagnes publicitaires sur sa plateforme pendant 30 jours

    Mark Zuckerberg a perdu 7 milliards de dollars de sa fortune tandis que de grands annonceurs comme Coca-Cola ont décidé de cesser leurs campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux pendant 30 jours

    La société Coca-Cola interrompt toutes les publicités numériques sur les plateformes de médias sociaux dans le monde pendant au moins 30 jours à compter du 1er juillet, a annoncé vendredi soir l’entreprise de soda.

    Cette décision fait partie d'un boycott plus large de Facebook et Instagram organisé par la Ligue anti-diffamation, la NAACP et d'autres organisations appelées la campagne « Stop Hate For Profit ». Coca-Cola va plus loin que certaines de ces sociétés et interdit toutes les publicités à l'échelle mondiale sur les plateformes de médias sociaux, pas seulement Facebook et Instagram. Cela suggérerait que le boycott frapperait Twitter, YouTube et d'autres plateformes également.

    Ce boycott de Facebook par de grands annonceurs a eu un impact sur le cours des actions de Facebook ainsi que sur la fortune personnelle du PDG Mark Zuckerberg. Suite à l’annonce de Coca-Cola, la valeur nette de Mark Zuckerberg était en baisse de 7,21 milliards de dollars samedi, tandis que le cours de l'action de Facebook a chuté de plus de 8 % à la fin de la journée de vendredi.

    Sur le mot de rassemblement, nous pouvons lire :

    « Que feriez-vous avec 70 milliards de dollars ?

    « Nous savons ce que Facebook a fait.

    « Ils ont permis l'incitation à la violence contre les manifestants luttant pour la justice raciale en Amérique dans le sillage de George Floyd, Breonna Taylor, Tony McDade, Ahmaud Arbery, Rayshard Brooks et tant d'autres.

    « Ils ont nommé Breitbart News une "source d'informations fiable" et ont fait de The Daily Caller un "vérificateur des faits", bien que les deux publications aient des antécédents de travail avec des nationalistes blancs connus.

    « Ils ont fermé les yeux sur la répression flagrante des électeurs sur leur plateforme.

    « Pourraient-ils protéger et soutenir les utilisateurs noirs ? Pourraient-ils qualifier la négation de l'Holocauste de haine ? Pourraient-ils aider à sortir le vote ?

    « Ils le pouvaient absolument. Mais ils choisissent activement de ne pas le faire.

    « 99 % des 70 milliards de dollars de Facebook proviennent de la publicité.

    « Avec qui les annonceurs tiendront-ils ?

    « Envoyons un message puissant à Facebook : vos profits ne valent jamais la promotion de la haine, du fanatisme, du racisme, de l’antisémitisme et de la violence ».

    La campagne #StopHateforProfit a été lancée le 19 juin après la mort de George Floyd qui a été tué par des policiers de Minneapolis et des protestations mondiales qui ont suivi. Plus précisément après le refus de Facebook de supprimer un message du président Donald Trump, qui a menacé les manifestants de violence. Trump a écrit dans son article, « lorsque le pillage commence, les tirs commencent » et a également qualifié les manifestants de « voyous ». Facebook a donc refusé de prendre des mesures sur cette publication de Trump qui semblait menacer les manifestants de tirs.


    James Quincey, PDG de Coca-Cola, a déclaré : « Il n'y a pas de place pour le racisme dans le monde et il n'y a pas de place pour le racisme sur les réseaux sociaux. The Coca-Cola Company suspendra la publicité payante sur toutes les plateformes de médias sociaux dans le monde pendant au moins 30 jours. Nous prendrons ce temps pour réévaluer nos politiques publicitaires afin de déterminer si des révisions sont nécessaires. Nous attendons également une plus grande responsabilité et transparence de la part de nos partenaires des médias sociaux ».

    La campagne pousse les principaux annonceurs à repenser leurs dépenses publicitaires sur Facebook jusqu'à ce qu'elle applique des politiques de modération plus strictes.

    De grandes sociétés, dont Unilever, Hershey Co, The North Face, Verizon et bien d'autres, ont interrompu ou cessé leur publicité sur Facebook et d'autres plateformes de médias sociaux au cours de la semaine dernière. Par exemple la multinationale des boissons Diageo a déclaré qu'elle « suspendrait la publicité payante à l'échelle mondiale sur les principales plateformes de médias sociaux » à compter du 1er juillet.

    Déjà quelques résultats ?

    Et la manœuvre semble porter ses fruits. Vendredi soir, Zuckerberg a annoncé une série de mesures. Par exemple, le réseau social va commencer à étiqueter les publications de politiciens qui enfreignent ses règles, mais sont suffisamment « dignes d'intérêt » pour rester sur la plateforme. C'est un changement important, étant donné que l'entreprise a jusqu'à présent totalement refusé de modérer la rhétorique des politiciens.

    Mark Zuckerberg a expliqué :

    « Une poignée de fois par an, nous laissons du contenu qui autrement violerait nos politiques si la valeur d'intérêt public l'emporte sur le risque de préjudice. Souvent, voir le discours des politiciens est dans l'intérêt public, et de la même manière que les médias rapporteront ce qu'un politicien dit, nous pensons que les gens devraient généralement pouvoir le voir par eux-mêmes sur nos plateformes.

    « Nous allons bientôt commencer à étiqueter une partie du contenu que nous laissons de côté, car il est jugé digne d'intérêt, afin que les gens puissent savoir quand c'est le cas. Nous allons permettre aux gens de partager ce contenu pour le condamner, tout comme nous le faisons avec d'autres contenus problématiques, car c'est une partie importante de la façon dont nous discutons de ce qui est acceptable dans notre société - mais nous ajouterons une invite pour dire aux gens que le contenu qu'ils partagent peut enfreindre nos politiques.

    « Pour clarifier un point: il n'y a pas d'exemption de pertinence pour le contenu qui incite à la violence ou à la suppression du vote. Même si un politicien ou un fonctionnaire le dit, si nous déterminons que le contenu peut conduire à la violence ou priver les gens de leur droit de vote, nous retirerons ce contenu. De même, il n'y a aucune exception pour les politiciens dans les politiques que j'annonce ici aujourd'hui ».

    Facebook va également imposer de nouvelles restrictions sur le contenu haineux dans les publicités, interdisant explicitement les publicités qui encouragent les divisions raciales. Plus précisément, la nouvelle politique « interdira les allégations selon lesquelles des personnes d'une race, d'une origine ethnique, d'une origine nationale, d'une appartenance religieuse, d'une caste, d'une orientation sexuelle, d'une identité de genre ou d'un statut d'immigration spécifique menacent la sécurité physique, la santé ou la survie d'autrui ». La politique restreindra également les publicités exprimant le mépris des immigrants ou des réfugiés.

    Toutefois, les nouvelles restrictions s'appliquent uniquement aux publicités et n'affecteront pas les publications sans promotion payante.

    « Facebook donne aux gens une voix, et cela est vrai en particulier pour des personnes dont la voix ne portait pas autant et qui n’avaient pas autant de possibilités pour partager leurs propres expériences », a déclaré Zuckerberg. « Il est vraiment important que nous nous assurions que nos plateformes respectent ces principes ».

    À l’approche des présidentielles américaines, la plupart des mesures annoncées par Mark Zuckerberg concernent le vote.

    Si le boycott peut créer une vague de mauvaise presse pour Facebook et Instagram, il est peu probable que le fait que les principaux annonceurs suspendent leurs dépenses publicitaires pendant un mois ait un effet substantiel sur les résultats de Facebook, car la majorité des revenus publicitaires de l'entreprise proviennent des annonces à réponse directe issues des petites et moyennes entreprises.

    « Nous investissons des milliards de dollars chaque année pour assurer la sécurité de notre communauté et travailler en permanence avec des experts externes pour revoir et mettre à jour nos politiques », a déclaré un porte-parole de Facebook. « Nous nous sommes ouverts à un audit des droits civiques, et nous avons banni 250 organisations suprémacistes blanches de Facebook et Instagram. Les investissements que nous avons faits dans l'IA signifient que nous trouvons près de 90 % du discours de haine que nous prenons des mesures avant que les utilisateurs nous le signalent, tandis qu'un récent rapport de l'UE a révélé que Facebook a évalué plus de rapports de discours de haine en 24 heures que Twitter et YouTube. Nous savons que nous avons encore du travail à faire et nous continuerons de travailler avec des groupes de défense des droits civiques , GARM et d'autres experts pour développer encore plus d'outils, de technologies et de politiques afin de poursuivre ce combat. »

    Sources : Stop Hate for Profit, Coca-Cola , Facebook, ADL

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative contre Facebook ?
    Que pensez-vous des propositions de Mark Zuckerberg ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre régulier
    MDR de chez MDR ! Coca-Cola le moralisateur, celui-là même qui assèche les sources d'eau potable dans plusieurs pays... Mais quelles bandes de trouduc !!

  3. #3
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Acheumeuneu Voir le message
    MDR de chez MDR ! Coca-Cola le moralisateur, celui-là même qui assèche les sources d'eau potable dans plusieurs pays... Mais quelles bandes de trouduc !!
    la raison elle est bien plus prosaïque que ça et plus terre-à-terre que l'on pense.

    Puisqu'il y a un ralentissement de l'économie mondiale si ce n'est une crise éco mondiale les grandes entreprises comme Coca-cola sont contraintes de se lancer dans des stratégies de réductions de coût.
    Pour un litre coca-cola mettons à un euro combien paie-t-on pour le marketing,combien paie-t-on pour la production ?

    Ensuite coca-cola qui ne paie pas pour faire de la pub ça finit par se chiffrer par millions si ce n'est par milliards d'économies pour Coca-Cola.

    Donc pour ce qui est du racisme affiché il a bon dos le racisme...
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  4. #4
    Rédacteur/Modérateur

    Le tout en se faisant un joli coup de pub au passage, gratuit lui !
    Pensez à consulter la FAQ ou les cours et tutoriels de la section C++.
    Un peu de programmation réseau ?
    Aucune aide via MP ne sera dispensée. Merci d'utiliser les forums prévus à cet effet.

  5. #5
    Membre confirmé
    De la grèce antique jusqu'à aujourd'hui, le messager recevra soit la gloire ou la condamnation d'un message qu'il ne fait que transporter.

  6. #6
    Membre averti
    C'est beau ce jeu de "Qui tient les couilles de l'autre" entre politiques, reseaux sociaux, medias et publicitaires.
    Apparemment tout le monde a les mains prises.

    Bon coca qui a besoin de pub, alors que leur logo est quasi deja sur la lune....
    "Pourquoi faire compliqué......quand on peut faire simple......"

  7. #7
    Chroniqueur Actualités

    Stop Hate for Profit : Zuckerberg déclare que Facebook ne va pas changer son approche sur quoi que ce soit
    Stop Hate for Profit : Zuckerberg déclare que Facebook ne va pas changer son approche sur quoi que ce soit
    « à cause d'une menace sur un petit pourcentage de nos revenus »

    La Ligue anti-diffamation, la NAACP et d'autres organisations ont initié la campagne « Stop Hate For Profit » qui vise à demander aux grands annonceurs d’arrêter les campagnes publicitaires sur Facebook pendant un mois. Et d’expliquer :

    « Ils ont permis l'incitation à la violence contre les manifestants luttant pour la justice raciale en Amérique dans le sillage de George Floyd, Breonna Taylor, Tony McDade, Ahmaud Arbery, Rayshard Brooks et tant d'autres. Ils ont nommé Breitbart News une "source d'informations fiable" et ont fait de The Daily Caller un "vérificateur des faits", bien que les deux publications aient des antécédents de travail avec des nationalistes blancs connus. Ils ont fermé les yeux sur la répression flagrante des électeurs sur leur plateforme ».

    La campagne #StopHateforProfit a été lancée le 19 juin après la mort de George Floyd qui a été tué par des policiers de Minneapolis et des protestations mondiales qui ont suivi. Facebook avait alors refusé de prendre des mesures face à un message du président Donald Trump, qui a menacé les manifestants de violence : « lorsque le pillage commence, les tirs commencent ».

    Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré la semaine dernière à ses employés que la société ne changerait pas son approche en matière de discours de haine, même si des dizaines d'annonceurs boycottaient la plateforme, a rapporté mercredi The Information.

    « Nous n'allons pas changer nos politiques ou notre approche sur quoi que ce soit à cause d'une menace sur un petit pourcentage de nos revenus, ou sur n'importe quel pourcentage de nos revenus », a déclaré Zuckerberg lors d'une discussion en ligne vendredi, selon The Information.

    « Je suppose que tous ces annonceurs seront de retour sur la plateforme bien assez tôt », a-t-il déclaré, selon le même média, ajoutant que le boycott était un « problème de réputation et de partenariat » plutôt qu'un problème financier, car la plupart des revenus de Facebook proviennent des petites entreprises et non des grandes marques.


    Facebook a vu 60 milliards de dollars de valeur marchande effacés en seulement deux jours plus tôt cette semaine alors que de grandes marques se sont jointes au boycott, mais ses actions ont largement rebondi depuis lors.

    Plus de 600 entreprises, y compris de grandes marques telles que Coca-Cola, Ford, Starbucks, Verizon, Adidas et Unilever, ont retiré des publicités de la plateforme de médias sociaux dans le cadre de cette campagne.

    Vendredi, alors que le boycott prenait de l'ampleur, Facebook a déclaré qu'il apposerait des étiquettes sur les messages « dignes d'intérêt » de politiciens qui violaient ses politiques de discours de haine et qu’il renforçait ses règles pour les annonceurs.

    Les dirigeants de Facebook ont également tenté, lors de multiples discussions privées, de répondre aux préoccupations des annonceurs, mais ces discussions ont finalement échoué, les annonceurs estimant que les efforts de Facebook « n’étaient pas significatifs » et les organisateurs du boycott exigeant que Zuckerberg y assiste personnellement car « il est l'autorité ultime ».

    Les commentaires de Zuckerberg vendredi suggèrent qu'il a peut-être déjà pris sa décision, et il semble laisser entendre que le boycott pourrait en fait se retourner contre lui : « Si quelqu'un vous menace pour vous obliger à faire quelque chose, cela vous met en fait dans une boîte où, à certains égards, il est encore plus difficile de faire ce qu'il veut parce que cela va ressembler à de la capitulation et cela envoie le mauvais message parce que d’autres seront tentés de faire pareil ».

    Un représentant de Facebook a déclaré : « Nous prenons ces questions très au sérieux et respectons les commentaires de nos partenaires. Nous faisons de réels progrès en évitant les discours de haine sur notre plateforme, et nous ne bénéficions pas de ce type de contenu. Cependant, comme nous l'avons dit, nous apportons des changements de politique basés sur des principes et non sur des pressions sur les revenus ».

    Le réseau social a confirmé que les commentaires de son PDG rapportés par The Information sont exacts et a également annoncé un nouveau développement : Mark Zuckerberg va rencontrer les dirigeants de la NAACP, de Color of Change et de l'Anti-Defamation League. Une information confirmée par le représentant de l'ADL, Todd Gutnick.

    Les annonceurs qui ont récemment rejoint le mouvement

    Starbucks Corp

    La chaîne de café américaine a déclaré qu'elle suspendrait la publicité sur toutes les plateformes de médias sociaux pendant qu'elle poursuit les discussions en interne, avec les partenaires des médias et les organisations de défense des droits civiques.

    Unilever Plc

    La société de biens de consommation a déclaré qu'elle cesserait de faire de la publicité sur Facebook, Instagram et Twitter aux États-Unis pour le reste de l'année, citant « des dissensions et des discours de haine pendant cette période électorale polarisée aux États-Unis ».

    Adidas AG

    Le géant allemand des vêtements de sport a déclaré que lui et sa filiale Reebok suspendaient la publicité sur Facebook et Instagram dans le monde entier en juillet.

    Coca-Cola Co

    Le fabricant de boissons suspendra la publicité payante sur toutes les plateformes de médias sociaux dans le monde pendant au moins 30 jours, a déclaré le directeur général James Quincey dans un communiqué.

    Merck & Co

    Le fabricant de médicaments a déclaré qu'il arrêtait les publicités sur Facebook et Instagram et surveillait les mesures prises par Facebook.

    Target Corp

    Le détaillant a déclaré qu'il suspendait toutes les publicités sur Facebook et Instagram tout au long du mois de juillet et qu'il réévaluait ses plans pour le reste de l'année.

    Ford Motor Co

    Le constructeur automobile américain a déclaré qu'il suspendrait la publicité sur toutes les plateformes de médias sociaux aux États-Unis pendant 30 jours, ajoutant qu'il évaluerait également ces dépenses dans d'autres régions.

    HP Inc

    Le fabricant d'ordinateurs a déclaré qu'il arrêtait la publicité américaine sur Facebook jusqu'à ce que la plateforme mette en place des garanties plus solides contre le contenu répréhensible. Il a ajouté qu'il revoyait sa stratégie de médias sociaux sur tous les marchés et plateformes.


    Lululemon Athletica Inc

    Le fabricant de yogawear a déclaré qu'il suspendrait la publicité payante sur Facebook et Instagram.

    Levi Strauss & Co

    Le fabricant de denim a déclaré que sa filiale Dockers suspendrait toutes les publicités sur Facebook et Instagram, appelant la société de médias sociaux à prendre des mesures pour mettre fin à la désinformation et aux discours de haine.

    Beiersdorf AG

    Le fabricant de crème Nivea a déclaré qu'il suspendait les publicités de toutes ses marques sur Facebook et Instagram tout au long du mois de juillet.

    Chipotle Mexican Grill Inc

    Chipotle a déclaré qu'il suspendait temporairement la publicité payante sur Facebook et Instagram à partir du 1er juillet.

    Diageo Plc

    Le plus grand fabricant de spiritueux au monde suspendra toutes les publicités payantes à l'échelle mondiale sur les principales plateformes de médias sociaux à partir du 1er juillet.

    Clorox Co

    Le fabricant d'agents de blanchiment a déclaré qu'il arrêterait les dépenses publicitaires avec Facebook jusqu'en décembre.

    Verizon Communications Inc

    L'opérateur de télécommunications a déclaré qu'il suspendait la publicité jusqu'à ce que Facebook crée « une solution acceptable qui nous met à l'aise ».

    The North Face

    L’unité de VF Corp a déclaré qu'elle se retirerait de toutes les plateformes appartenant à Facebook.

    Ben & Jerry’s

    Le fabricant de glaces a déclaré qu'il suspendrait toutes les publicités payantes sur Facebook et Instagram aux États-Unis à compter du 1er juillet.

    Magnolia Pictures

    Le distributeur de films et le studio sont devenus la première entreprise hollywoodienne à rejoindre le mouvement. La société a déclaré dans un tweet qu'elle cesserait de faire de la publicité sur Facebook et Instagram, à compter de fin juillet au moins.

    Patagonia

    La marque a déclaré qu'elle diffuserait toutes les publicités sur Facebook et Instagram au moins jusqu’à fin juillet.

    Sources : The Information, liste des entités impliquées dans le boycott, Pantagonia, Starbucks, Lululemon Athletica Inc, Levi’s
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #8
    Inactif  
    Je propose de boycotter les entreprises qui veulent boycotter...

  9. #9
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Je propose de boycotter les entreprises qui veulent boycotter...
    C'est pas illégal en France ?

    Ça me rappel juste les appels au boycott des produits israéliens ils y a quelques année, je me souvient qu'il y avais des débats là dessus sur la légalité de l'appel au boycott en France car considéré comme discriminatoire envers le groupe de personnes qui représente la/les entreprise(s) ciblée(s).

  10. #10
    Inactif  
    Citation Envoyé par strato35 Voir le message
    C'est pas illégal en France ?
    Non, ce n'est pas illégal.

    Citation Envoyé par strato35 Voir le message
    Ça me rappel juste les appels au boycott des produits israéliens ils y a quelques année, je me souvient qu'il y avais des débats là dessus sur la légalité de l'appel au boycott en France car considéré comme discriminatoire envers le groupe de personnes qui représente la/les entreprise(s) ciblée(s).
    Je ne suis pas au courant pour la France, mais en Amérique, ils avaient eu ce problème.

    Mais le problème n'était pas des individus/citoyens, mais des "fonctionnaires". Le problème étant que lorsque tu es fonctionnaire, tu représente l'État, donc tu ne peux pas faire n'importe quoi.

  11. #11
    Membre actif
    Pour le coup je suis assez d'accord avec lui. Ces marques surf sur la vague juste pour ce faire bien voir. Comme le dis l'adage : "on ne négocie pas avec les terroristes".

    Les plateformes comme Facebook ou Instagram ne font que mettre en relation des gens. Encore une fois on ne s'attaque pas à la racine du problème mais seulement a un de ses symptômes.

  12. #12
    Membre habitué
    Et une quenelle, une pour la bien-pensance !

  13. #13
    Membre éprouvé
    Cela confirme mon opinion sur la censure. Économiquement, c'est une source d'emmerdement. Parce que dès que vous censurez, vous vous mettez à dos une partie de votre clientèle pour des sujets que vous ne connaissez pas forcément bien. Si vous tranchez en faveur du groupe B, le groupe A sera insulté. Si vous tranchez en faveur du groupe A, c'est le groupe B qui sera insulté. Donc quelque soit le choix que la modération fait, la plateforme sort perdante de l'histoire.

    Maintenant, il récolte les fruits qu'il a semé. Et cela ne fait que commencé. La purge pré-électoral des opinions de droite sur Youtube, Facebook et Twitter va provoquer l'arrivée de nouvelle loi qu'ils ne vont pas aimées.
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  14. #14
    Chroniqueur Actualités

    Stop Hate for Profit : le PDG d'un groupe de publicité déclare que le boycott de Facebook est un tournant
    Stop Hate for Profit : le PDG d'un grand groupe de publicité déclare que le boycott de Facebook est un tournant,
    Car cela changera la façon dont les entreprises percevaient les médias sociaux

    De grands annonceurs comme Coca-Cola ont décidé de cesser leurs campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux pendant 30 jours à compter du 1er juillet 2020. Cette décision fait partie d'un boycott plus large de Facebook et Instagram appelé campagne « Stop Hate For Profit » initiée par la Ligue anti-diffamation, la NAACP et d'autres organisations. Facebook a décidé quelques modifications sur sa plateforme de réseau social, mais les annonceurs les ont trouvées insignifiantes. D’après Stephan Loerke, directeur général de la Fédération mondiale des annonceurs, ces grands annonceurs ne reviendront probablement pas tant que de réels changements n'auront pas été apportés, selon CNBC.

    Les initiateurs de la campagne #StopHateforProfit, lancée le 19 juin après la mort de George Floyd et les protestations mondiales qui ont suivi, ont expliqué : « Ils ont permis l'incitation à la violence contre les manifestants luttant pour la justice raciale en Amérique dans le sillage de George Floyd, Breonna Taylor, Tony McDade, Ahmaud Arbery, Rayshard Brooks et tant d'autres. Ils ont nommé Breitbart News une "source d'informations fiable" et ont fait de The Daily Caller un "vérificateur des faits", bien que les deux publications aient des antécédents de travail avec des nationalistes blancs connus. Ils ont fermé les yeux sur la répression flagrante des électeurs sur leur plateforme ».


    En fin juin, alors que le boycott prenait de l'ampleur, Facebook a déclaré qu'il apposerait des étiquettes sur les messages « dignes d'intérêt » de politiciens qui violaient ses politiques de discours de haine et qu’il renforçait ses règles pour les annonceurs. Bien que ce changement soit important, étant donné que l'entreprise a, dès le départ, refusé totalement de modérer la rhétorique des politiciens, les discussions ont finalement échoué, les annonceurs estimant que les efforts de Facebook « n’étaient pas significatifs » et les organisateurs du boycott exigeant que Zuckerberg y assiste personnellement car « il est l'autorité ultime ».

    Cette semaine, The Information a rapporté que le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré la semaine dernière à ses employés, lors d'une discussion en ligne, que la société ne changerait pas son approche en matière de discours de haine, même si des dizaines d'annonceurs boycottaient la plateforme. « Je suppose que tous ces annonceurs seront de retour sur la plateforme bien assez tôt », a déclaré Zuckerberg, selon le même média.

    Mais lors d’une interview accordée à CNBC vendredi, Stephan Loerke, directeur général de la Fédération mondiale des annonceurs (WFA), a estimé que les nombreuses grandes marques qui ont publiquement cessé de faire de la publicité sur les médias sociaux ne reviendront probablement pas tant que de réels changements n'auront pas été apportés. « Je ne vois pas ces grandes marques revenir si aucun changement structurel n'a eu lieu », a déclaré Loerke. « C'est ce que je pense sur la base de mes conversations avec elles », a-t-il ajouté.

    La pause des grandes marques annonce un changement dans la façon dont les entreprises percevaient les médias sociaux

    Selon WFA, les 120 membres qui constituent le groupe commercial, y compris PepsiCo, P&G et Diageo, représentent 90 % des dépenses mondiales en communication marketing, a rapporté CNBC. Lors d’une récente enquête menée auprès de 58 de ses membres, la Fédération a constaté que 31 % des répondants avaient déjà décidé de ne pas faire de publicité dans les médias sociaux ou étaient susceptibles de le faire. 41 % ont déclaré qu'elles étaient indécises et 29 % ont déclaré qu'il était peu probable ou qu'elles ne prévoyaient pas de s'abstenir.

    Cette enquête est intervenue alors que les principaux annonceurs, d'Unilever à Starbucks en passant par Coca-Cola Co et autres, ont annoncé divers degrés de pause dans leurs budgets de publicité sur les médias sociaux, suite à la campagne #StopHateForProfit qui incite les annonceurs à boycotter Facebook pour le mois de juillet.


    Selon The Information, Zuckerberg a aussi déclaré la semaine dernière que le boycott était un « problème de réputation et de partenariat » plutôt qu'un problème financier, car la plupart des revenus de Facebook proviennent des petites entreprises et non des grandes marques.

    Lors de l’interview avec CNBC, Loerke a reconnu que des pauses temporaires ne risquaient pas de nuire financièrement à Facebook, mais qu'elles annonçaient un changement radical dans la façon dont les entreprises percevaient les médias sociaux. Il a ajouté que même les entreprises qui ne font pas de pause ont dit qu'elles étaient déterminées à trouver des solutions aux problèmes posés par les médias sociaux.

    « Si les grandes marques se retirent comme elles semblent le faire pendant un mois, ou quelques mois, cela ne va probablement pas faire une grande différence dans les revenus de Facebook », a déclaré Loerke. « Je pense que le point de vue, que ces marques expriment, a un certain poids dans l'industrie, et je pense qu'à plus long terme, cela aura une importance pour les plateformes de médias sociaux », a-t-il ajouté.

    Selon CNBC, Loerke ne pense pas que les marques se contenteront de revenir sur la plateforme si aucun changement n'est fait. « D'après les conversations que j'ai eues avec les marques, celles qui sont allées en public pour déclarer qu'elles allaient faire une pause sont très conscientes qu'elles ont fait ces déclarations publiquement. Et elles sont également très conscientes que les mêmes médias qui ont pris note de cette décision poseront des questions le jour où elles recommenceront », a-t-il déclaré. « Je pense que les marques qui ont été publiques sont sérieuses dans leur volonté de conduire le changement collectivement ».

    La question s'est transformée de la « sécurité de la marque » à la « sécurité sociétale »

    Selon CNBC, depuis des années, les annonceurs font pression sur les plateformes pour qu'elles fassent le ménage. Le média a cité l’exemple de 2017 où le quotidien britannique The Times a publié un rapport sur les publicités de grandes marques apparaissant sur les sites de haine et à proximité des vidéos YouTube créées par des partisans de groupes terroristes. À partir de cette publication, le géant des biens de consommation Procter & Gamble avait suspendu sa publicité sur YouTube pendant plus d'un an, après que ses publicités aient été trouvées à côté de vidéos extrémistes, a rapporté CNBC.

    Mais selon Loerke, il ne s’agit plus de la « sécurité de la marque », mais dorénavant de la « sécurité sociétale », probablement à cause de certains événements qui ont lieu sur les médias sociaux ces dernières années. L'année dernière, Facebook, Twitter et d’autres plateformes ont fait l’objet de diffusion d'une fusillade de plus de 50 personnes à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Une autre fusillade à proximité d'une synagogue à Halle, en Allemagne, a été amplifiée l'année dernière lorsqu'une vidéo de cette fusillade est apparue sur le site de streaming vidéo Twitch.

    Et comme une grande partie du Web est financée par les annonceurs, selon CNBC, l’action des grandes marques crée un tournant, selon Loerke, en passant d'une ère où les médias sont axés sur l'efficacité et la portée à une ère où l'allocation des dépenses médiatiques a une dimension stratégique. « La façon dont vous répartissez vos dépenses médiatiques, l'endroit où vous placez vos annonces, parle de votre entreprise », dit-il. « Nous sommes passés de la sécurité de la marque à celle, je pense, de la société ».

    Mais selon Loerke, la façon dont les marques procèdent actuellement, chacune ayant ses propres politiques, valeurs et outils, est inefficace. « Cela conduit à une multitude d'opérateurs qui agissent de bonne foi, mais un système qui est tout simplement non évolutif et inefficace », a-t-il déclaré. « La seule façon de remédier à cela est de trouver un système et de mettre en place un système qui soit transversal à l'écosystème, qui permettra aux propriétaires de marques de faire des choix éclairés sur l'endroit où ils mettent leurs annonces ».

    Pour cela, Loerke propose que le contenu soit « normalisé, afin d'harmoniser, par exemple, la définition du "discours de haine" entre les entités ; les données doivent être collectées sur les incidents de discours de haine et autres contenus préjudiciables de manière unifiée ; une vérification par des tiers est nécessaire au lieu de données autodéclarées ; et des outils qui fonctionnent dans tout l'écosystème et qui permettent aux marques d'agir en fonction de leurs valeurs », a rapporté CNBC.

    Loerke a déclaré à CNBC que les plateformes de médias sociaux ont déjà travaillé l’année dernière avec l'Alliance mondiale pour des médias responsables créée par la Fédération mondiale des annonceurs afin de s'attaquer à ces problèmes.

    « Je pense que le fait que la pression augmente et que la visibilité publique de cette question a atteint le niveau qu'elle a atteint aujourd'hui va contribuer à accélérer notre effort », a-t-il déclaré. Mais, selon un commentateur, affaiblir Facebook équivaudrait à rendre Google « exponentiellement plus puissant ». Et vous, que pensez-vous de l’action des grandes marques ?

    Source : CNBC

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’action des grandes marques ?
    Pensez-vous que Facebook cédera et apportera des changements structurels comme le veulent ces marques ?
    Pensez-vous que les annonceurs maintiendront la pause jusqu’à ce que les réseaux sociaux fassent des changements significatifs ?

    Voir aussi :

    Stop Hate for Profit : Mark Zuckerberg a perdu 7 milliards de dollars de sa fortune, des grands annonceurs ayant décidé de cesser les campagnes publicitaires sur sa plateforme pour 30 jours
    Stop Hate for Profit : Zuckerberg déclare que Facebook ne va pas changer son approche sur quoi que ce soit « à cause d'une menace sur un petit pourcentage de nos revenus »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #15
    Inactif  
    Je pense que certaines personnes devraient être envoyées en Chine, ça leur ferait peut-être changer d'avis.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Ils ont nommé Breitbart News une "source d'informations fiable" et ont fait de The Daily Caller un "vérificateur des faits", bien que les deux publications aient des antécédents de travail avec des nationalistes blancs connus.
    Extra-ordinaire.

    D'où le fait de travailler avec les nationalistes blancs rendraient leur information moins fiable ou diminuerait leur capacité de vérifier les faits ? Bien au contraire, c'est en allant les voir, en travaillant avec eux, qu'ils peuvent savoir quelle est leur idéologie et leurs revendications, et ainsi représenter fidèlement la réalité dans leurs articles de presse.


    Vouloir boycotter des entreprises qui "soutiennent" des entreprises qui interview des personnes qu'ils n'aiment pas politiquement, c'est quand même complètement fou et fachisant.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Ils ont fermé les yeux sur la répression flagrante des électeurs sur leur plateforme
    ???

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Bien que ce changement soit important, étant donné que l'entreprise a, dès le départ, refusé totalement de modérer la rhétorique des politiciens,
    Ce qui est bien normal ! On vit dans une démocratie, pas en Russie que diable !
    On ne va pas censurer des politiciens juste parce que ce qu'ils nous disent ne nous plaît pas. Et s'il y a besoin de les censurer... c'est peut-être que ce qu'ils disent n'est pas si faux que ça, non ?


    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Mais lors d’une interview accordée à CNBC vendredi, Stephan Loerke, directeur général de la Fédération mondiale des annonceurs (WFA), a estimé que les nombreuses grandes marques qui ont publiquement cessé de faire de la publicité sur les médias sociaux ne reviendront probablement pas tant que de réels changements n'auront pas été apportés.
    Et bien que ces marques coulent, et on pourra s'en réjouir.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Mais selon Loerke, il ne s’agit plus de la « sécurité de la marque », mais dorénavant de la « sécurité sociétale », probablement à cause de certains événements qui ont lieu sur les médias sociaux ces dernières années. L'année dernière, Facebook, Twitter et d’autres plateformes ont fait l’objet de diffusion d'une fusillade de plus de 50 personnes à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Une autre fusillade à proximité d'une synagogue à Halle, en Allemagne, a été amplifiée l'année dernière lorsqu'une vidéo de cette fusillade est apparue sur le site de streaming vidéo Twitch.
    Ne soyons pas ridicules. Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui ont provoqué ce fusillades, elles n'ont été que le médium par laquelle la vidéo à circulée. Cela aurait pu être sur Youtube, via du P2P, ou n'importe quoi d'autre.

    Ensuite, on me dira comment une fusillade a été amplifiée par le simple fait de la parution d'une vidéo...

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    « Nous sommes passés de la sécurité de la marque à celle, je pense, de la société ».
    Foutage de gueule, ils ne protègent pas la société, ils l'attaquent, piétinant nos valeurs démocratiques et nos libertés.

  16. #16
    Inactif  
    <troll>
    Et sinon, c'est quand qu'on boycott toutes les entreprises qui ont soutenues BLM ?

    </troll>

  17. #17
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Acheumeuneu Voir le message
    MDR de chez MDR ! Coca-Cola le moralisateur, celui-là même qui assèche les sources d'eau potable dans plusieurs pays... Mais quelles bandes de trouduc !!
    Et c'est là leur moindre défaut. Ils ont tué pas mal de syndicalistes en Amsud, aussi. Ils ont inventé Fanta pour contourner le blocus de L'Allemagne nazie (bon, ça, c'est plus ancien). Et j'en passe.

    Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
    De la grèce antique jusqu'à aujourd'hui, le messager recevra soit la gloire ou la condamnation d'un message qu'il ne fait que transporter.
    Le message est immonde, mais en effet, Facebook n'est qu'un moyen de transport. Ce ne sont pas eux qui ont mis le message dans la cargaison. Ils ont bien des choses à se reprocher, mais ce n'est pas pour ça qu'on vient leur chercher des noises. J'ai presque envie de dire "comme d'habitude".

    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    (.../...)
    D'où le fait de travailler avec les nationalistes blancs rendraient leur information moins fiable ou diminuerait leur capacité de vérifier les faits ? Bien au contraire, c'est en allant les voir, en travaillant avec eux, qu'ils peuvent savoir quelle est leur idéologie et leurs revendications, et ainsi représenter fidèlement la réalité dans leurs articles de presse.(.../...)
    Disons que c'est une presse ouvertement partisane. C'est un problème plus large aux USA : depuis la disparition du "fair act", les médias sont tous ouvertement propagandistes. On a un peu ça en France, mais absolument pas avec cette ampleur. Le Figaro, par exemple, est un média ouvertement conservateur, mais quand les faits ne sont pas gentils avec la doxa conservatrice, ils ont quand même droit de cité. Avec une couverture faible certes, mais on les trouve quand même. Je ne partage pas leur ligne éditoriale, mais ils sont très fiables sur les faits - j'aime bien y vérifier les faits et ignorer soigneusement leur analyse. Tu prends les médias conservateurs américains(Fox ou Bretibart, je ne connais pas le daily caller), et tu y trouves des faits ouvertement faux et répétés en boucle (Le COVID est une invention des gauchistes, Hillary Clinton a tué et violé des bébés dans la cave d'une pizzéria, Obama est un musulman athée.....). C'est quand même ennuyeux.

    Et comme je le disais ci-dessus, il existe une bonne raison de taper sur ces gens-là - mais ce n'est pas celle qui est avancée. Ca aussi, c'est ennuyeux.

    (et tu vas sans doute me dire "et les médias de gauche" - ils ont leurs problèmes aussi, et je te laisse le soin de les démonter. Je dis juste que les médias américains de droite sur lesquels on tape en ce moment sont indéfendables)
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  18. #18
    Inactif  
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    Et tu y trouves des faits ouvertement faux et répétés en boucle (Le COVID est une invention des gauchistes, Hillary Clinton a tué et violé des bébés dans la cave d'une pizzéria, Obama est un musulman athée.....). C'est quand même ennuyeux.
    Pour le coup, l'affirmation que le "COVID est une invention des gauchistes", est une fausse information relayée par les gauchiste, issue d'une déformation de ce que Trump a dit.

    Pour la pizzagate, en effet Fox et Bretibart en parlent... mais j'ai pas l'impression qu'ils en donnent crédit de ce que je trouve rapidement :
    https://www.foxnews.com/politics/how...c-pizza-parlor
    https://www.breitbart.com/news/man-f...te-conspiracy/

    Le Pizzagate a plus été "populaire" sur 4chan/reddit. D'ailleurs, Fox aurait participé au débunk si j'en crois Wikipédia :
    Cette théorie a été rapidement sujette au debunking de journalistes du New York Times, de Fox News, ou encore des services de police du district de Columbia, ces derniers la qualifiant de « fictive »41,5, sans toutefois parvenir à mettre un terme à la propagation de ces fausses informations42.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pizzagate


    Pour Obama et l'Islam, j'ai l'impression que c'est encore une déformation de ce qui a été dit (malheureusement, c'est un peu plus dur de trouver des sources).
    https://www.foxnews.com/transcript/b...bama-and-islam

    Ils ne disent pas qu'Obama est musulman, mais qu'il a un biais envers l'Islam, notamment parce qu'il a de la famille croyante. Ce qui ne veut pas dire qu'il est lui-même croyant.



    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    (et tu vas sans doute me dire "et les médias de gauche" - ils ont leurs problèmes aussi, et je te laisse le soin de les démonter. Je dis juste que les médias américains de droite sur lesquels on tape en ce moment sont indéfendables)
    Personnellement, tous les médias, même français, sont indéfendables pour moi, vu l'incompétence dont ils font preuves à longueur de journée.

    Le problème que j'ai est double :
    • si les média "de gauche" sont indéfendables eux aussi, pourquoi ne s'attaquent-on qu'à ceux "de droite" ?
    • les exemples montrés ne semblent pas être "vrai".


    Donc j'ai plus l'impression qu'on s'attaque à eux, non pas réellement du fait de leur mauvaise qualité, mais bien parce qu'ils sont "de droite". Quitte à déformer ce qui est dit, afin d'avoir un prétexte à les dénoncer ensuite.

    Je n'ai donc pas l'impression que cela est motivé par la recherche de la vérité, mais plus par un tribalisme primaire.

  19. #19
    Expert éminent sénior
    Il faut se méfier du site web de Fox. Il ne reflète pas ce qui se dit dans les émissions. Il est bien plus respectable. Dès le début du Covid, le site web avaient une explication du danger, et sur comment s'en protéger. Leurs données étaient un peu datées, mais pas scandaleuses du tout. Mais le site web de Fox n'a pas l'influence de ses émissions de télé. J'ai oublié le nom des commentateurs, mais si l'une de leurs vedettes faisait profil bas sur le sujet, l'autre était en attaque 100% sur les gauchistes (et les chinois). D'ailleurs, ils avaient même mesuré que le taux de contamination variait (moins qu'on aurait pu le croire, mais quand même) entre les aficionados de l'un ou de l'autre (qui ont des démographies très proches, pourtant, ce qui exclut quasiment d'autres raisons). Je n'ai plus le lien sous la main - et une partie de mes infos vient de gens qui ont regardé les émissions (et qui étaient choqués de constater qu'un de leurs pires ennemis évitait de dire des conneries sur le sujet - l'autre, par contre, correspondait bien au stéréotype qu'ils avaient imaginé).
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  20. #20
    Inactif  
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    Il faut se méfier du site web de Fox. Il ne reflète pas ce qui se dit dans les émissions.
    Fair enough.

    Pour être franc, ce n'est pas le genre d'émission que je suis.

    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    l'autre était en attaque 100% sur les gauchistes (et les chinois).
    En même temps...

    Trump ferme la frontière avec la Chine, les gauchistes lui tombent dessus parce que c'est raciste. Puis quelques temps plus tard, les même lui tombent dessus parce qu'il n'a pas fait assez.

    Les gauchistes disent qu'il faut rester chez soit, porter le masque et tout... et quand les manifestations BLM ont débuté, c'est comme si le Coronavirus avait disparu.

    Des personnes manifestent de quelques abus de je-ne-sais-plus-quel politicien qui profite du confinement... c'est tourné en dérision par les gauchistes. Certains ouvriers veulent aller travailler, parce que sans travail... ben plus de bouffe et plus de toits (il ne faut pas oublier qu'en Amérique, beaucoup vivent à crédit, et que les protections sociales sont très loin des nôtres), pareil tourné en dérision.

    Des politiques qui te disent de porter le masque, respecter la distanciation sociale, qui s'affiche avec, donnent des leçons, juste pour bien se faire voir... puis à d'autres moments oublient tout.

    On avait aussi ceux qui comparaient le chiffres de l'Amérique (quand ils étaient encore "petits") à ceux de pays comme la France pour dire que ohlala c'est la catastrophe en Amérique, juste afin d'avoir le prétexte pour taper Trump... ce qui est bien évidemment malhonnête car il faut rapporter cela à la population, ainsi qu'à la politique de tests. Et depuis que les chiffres ont explosés en Amérique, là ils ont commencé à comparer avec l'UE... En même temps ça aurait été trop grillé d'avoir une différence aussi énorme entre l'Amérique et la France.

    Les chinois ont aussi menti à plusieurs reprises, fait disparaître certains lanceurs d'alerte, ont empêché Taïwan de parler à l'OMS (?).


    Bref, il y a tout de même matière à taper. Surtout quand la gauche se drape d'une vertu, "faut pas tuer mémé"... mais l'abandonne dès que ça l'arrange (arrivée des manifestations BLM). Ou les chinois qui sortent leur vidéo de propagande "on vous a prévenu dès le début, vous avez pas écoutés, nous on a tout fait correctement dès le début et y'a plus de Coronavirus chez nous".

    Et tu sais que c'est le genre d'hypocrisie que j’abhorre.

    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    D'ailleurs, ils avaient même mesuré que le taux de contamination variait (moins qu'on aurait pu le croire, mais quand même) entre les aficionados de l'un ou de l'autre (qui ont des démographies très proches, pourtant, ce qui exclut quasiment d'autres raisons).
    Après, si les démographies sont similaires mais pas identiques, tu peux avoir pas mal de raisons pour lesquelles le taux de contamination varie. Ne serait-ce que la politique de test de la zone.

    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    Je n'ai plus le lien sous la main - et une partie de mes infos vient de gens qui ont regardé les émissions (et qui étaient choqués de constater qu'un de leurs pires ennemis évitait de dire des conneries sur le sujet - l'autre, par contre, correspondait bien au stéréotype qu'ils avaient imaginé).
    Je veux bien croire que certains disent des conneries en effet.

    Par contre attention aussi à l'effet de téléphone arabe. ^^

###raw>template_hook.ano_emploi###