Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Les investisseurs d'Activision Blizzard s'opposent à la rémunération excessive du PDG de l'entreprise
    Les investisseurs d'Activision Blizzard s'opposent à la rémunération excessive de Robert Kotick, PDG de l'entreprise
    Activision défend le salaire de Kotick en citant la bonne performance des actions de l'entreprise

    Le fonds d'investissement CtW, un actionnaire d'Activision Blizzard, une entreprise américaine de développement et d'édition de jeux vidéo, dénonce cette semaine la rémunération élevée Bobby Kotick, PDG d'Activision Blizzard. Cette décision précède le vote des actionnaires sur la rémunération des dirigeants prévu le 11 juin prochain. « Au cours des quatre dernières années, le PDG d'Activision Blizzard, Robert Kotick, a reçu plus de 20 millions de dollars d'actions / options combinées par an », écrit le groupe d'investissement CtW dans une lettre déposée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) cette semaine.

    CtW, qui travaille avec des fonds de pension parrainés par les syndicats pour dénoncer « le comportement irresponsable et contraire à l'éthique des entreprises et la rémunération excessive des dirigeants », a déclaré que la rémunération excessive de Kotick est particulièrement préoccupante à la lumière de la vague de près de 800 licenciements que l'entreprise a déployés en 2019. Ces licenciements ont été mis en œuvre dans le cadre de l'annonce de "résultats record en 2018" pour Activision et se seraient concentrés sur des "équipes de non-développement" qui n'étaient plus nécessaires.


    Robert Kotick, PDG d'Activision Blizzard

    Pour CtW, Activision Blizzard trouve plusieurs façons d'enrichir inutilement son PDG. Le groupe d'investissement critique le salaire du PDG en ces termes : « Au cours des quatre dernières années, le PDG d'Activision Blizzard, Robert Kotick, a reçu plus de 20 millions de dollars d'actions / options combinées par an. Ces subventions en actions ont toujours été supérieures au salaire total (la somme du salaire de base, de la prime annuelle et de la rémunération en actions) des PDG de sociétés similaires. Plus précisément, au cours des quatre dernières années, Kotick a reçu 96,5 millions de dollars cumulativement en attributions combinées d'actions et d'options seulement ».

    « En seulement 2019, il a reçu plus de 28 millions de dollars en capitaux propres combinés, consistant principalement en options (plus de 20 millions de dollars). Bien que les subventions en actions qui dépassent le salaire total des entreprises homologues soient répréhensibles dans la plupart des cas, cela est particulièrement préoccupant dans ce cas, car les employés d'Activision Blizzard sont confrontés à l'insécurité de l'emploi à la suite de licenciements de 800 employés en 2019 et gagnent généralement moins du tiers de 1 % des revenus du PDG, avec certains employés, comme un développeur junior, qui gagnent moins de 40 000 $ par an tout en vivant dans des zones à coût élevé comme le sud de la Californie ».

    Dans une déclaration fournie à GameSpot, un porte-parole d'Activision Blizzard a défendu le taux de rémunération de Kotick, soulignant que la capitalisation boursière totale d'Activision Blizzard est passée de moins de 10 millions de dollars à plus de 53 milliards de dollars sous la direction de Kotick. « Pendant le mandat de Kotick, qui est le PDG qui a le plus duré à son poste dans une société de technologie cotée en bourse, la capitalisation boursière d'Activision Blizzard est passée de moins de 10 millions de dollars à plus de 53 milliards de dollars ».

    Il poursuit en disant qu’« au cours des cinq dernières années, le cours de l'action d'Activision Blizzard a surpassé le S&P 500 de plus de 120 % et au cours des 20 dernières années, sous la direction de Kotick, le cours de l'action d'Activision Blizzard a surpassé le S&P 500 de plus de 11 000 %. Plus de 90 % de la rémunération de Kotick est basée sur la performance, et il a livré une valeur exceptionnelle pour les actionnaires d'Activision Blizzard. Nos taux de dilution des actions restent parmi les plus bas de notre groupe de pairs ».

    Sources : Lettre de CtW, Activision Blizzard

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Activision Blizzard supprime 800 emplois en 2019 malgré un chiffre d'affaires record en 2018 pour se consacrer au développement de ses franchises

    Une enquête révèle comment Activision Blizzard a placé des milliards de dollars de bénéfices dans les paradis fiscaux

    Call of Duty : Activision Blizzard remporte le procès qui l'oppose au constructeur des Humvees, qui ont été incorporés dans la série de jeux vidéo et dans des produits dérivés sans autorisation

    Activision a déposé un brevet sur un système de matchmaking pour optimiser les microtransactions
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Ouais s'il n'y avait pas les licenciements pourquoi pas, mais là est ce éthique ?

    J'ai un pote qui a connu ça, société américaine, bon salaire, équipe de commerciaux + développeurs en France. Une fois les produits adaptés à la France ça a dégraissé sec de 80 ils sont passés à 10. Au temps de de l’opulence ils payaient une Jaguar au meilleur commerciaux comme cadeau de fin d'année.

    Là c'est un peu pareil, une fois les produits faits tu vires les non indispensables.

  3. #3
    Membre confirmé
    Cet article oublie de préciser que cette "vague de licenciement" était en fait une réorientation de l'entreprise. Les 900 postes perdus dans l'administratif, le E-SPORT et le support, ont été compensés par des embauches dans le développement pour accélérer l'arrivée de nouveaux jeux. C'était donc une stratégie d'entreprise basée sur une saine gestion, pas une sale optimisation financière.

  4. #4
    Membre éprouvé
    si on considère que ces 800 personnes était payé 70000$ par ans (un bon salaire au us), cela coûtait 56 millions à la boite/ans, donc en gros si on vire ce type on sauve 400 emploies ?

  5. #5
    Inactif  
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    si on considère que ces 800 personnes était payé 70000$ par ans (un bon salaire au us), cela coûtait 56 millions à la boite/ans, donc en gros si on vire ce type on sauve 400 emploies ?
    Pas si son remplaçant est "pire" que lui.


    Si comme le dit michel, c'était une ré-orientation de l'entreprise, il est difficile de conserver des postes où les employés n'auraient plus rien à faire.

  6. #6
    Membre éclairé
    De mémoire, Kotick est aussi l'investigateur du rachat d'Activision-Blizzard alors détenu par Vivendi et détient par la même une part non négligeable des actions initiales (et donc les plus fortes, j'ai compris le système de la capitalisation boursière).

    Il fait parti, comme le PDG d'Electronic Arts, des patrons jugés trop payés pour ce qu'ils font (et inutilement payés, du coup). Faut dire que plutôt que ronger leur os, ils préfèrent dégraisser les effectifs.

###raw>template_hook.ano_emploi###