Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Les voitures autonomes ne pourraient empêcher qu'un tiers des accidents aux États-Unis
    Les voitures autonomes ne pourraient empêcher qu'un tiers des accidents aux États-Unis
    selon une récente étude

    Vous avez certainement entendu comment les voitures autonomes ont été vantées ces dernières années. Elles ont été présentées comme étant un moyen efficace d’éliminer les décès dus aux accidents de circulation. Seulement, une récente étude publiée jeudi dernier nous fait savoir qu’en réalité, ces voitures autonomes ne pourraient probablement empêcher qu'un tiers de tous les accidents de la route aux États-Unis. Les chercheurs ont constaté que les accidents restants ne peuvent pas être empêchés par ces voitures puisque ceux-ci sont causés par des erreurs incapables d’être gérées par les systèmes de conduite autonome.

    Cette étude a été menée par l'Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), un groupe de recherche financé par les assureurs américains. Dans le but d’estimer le nombre d'accidents qui pourraient continuer de se produire si les voitures autonomes sont conçues pour prendre les mêmes décisions que les humains, les chercheurs ont analysé plus de 5000 accidents. Ces accidents sont ceux qui avaient été déclarés par la police dans le cadre de l'enquête nationale sur les causes des accidents de véhicules à moteur.

    Selon les calculs de l'étude, 72 % des accidents analysés étaient évitables si on prenait en compte ceux causés par l’excès de vitesse et la violation des règles de circulation. Toutefois, certains restaient inévitables, tels que ceux causés par une panne de véhicule comme une éruption ou un essieu cassé. Les chercheurs ont été en mesure de séparer les facteurs liés au conducteur qui ont contribué aux accidents. Il s’agit principalement des erreurs dans la prise de décision, les prévisions et les performances, ainsi que les erreurs dues à l’incapacité du conducteur.


    Il faut garder à l’esprit qu’un système de conduite autonome ne corrigera pas ces erreurs automatiquement. Pour illustrer cela, les chercheurs ont cité l'exemple de la collision mortelle d'un véhicule Uber avec la piétonne Elaine Herzberg en 2018. On se souvient que le système de conduite autonome de la voiture avait non seulement eu du mal à détecter initialement Herzberg, mais n'avait pas non plus pu prédire où elle allait et n'avait donc pas effectué la manœuvre d'évitement nécessaire qui lui aurait sauvé la vie.

    La conclusion faite par l’IIHS est celle selon laquelle le taux d'accidents ne diminuerait que si les voitures autonomes accordaient la priorité à la sécurité par rapport aux préférences des conducteurs. C’est ce qu’a d’ailleurs déclaré Alexandra Mueller, chercheuse scientifique à l'IIHS et auteure principale de l'étude : « Notre analyse montre qu'il sera crucial pour les concepteurs de donner la priorité à la sécurité sur les préférences du conducteur si les véhicules autonomes doivent tenir leur promesse d'être plus sûrs que les conducteurs humains ».

    Une fois que tous ces points essentiels qui sont les causes réelles d’accidents ont été bien déterminés, il revient aux concepteurs de faire en sorte que ces voitures autonomes y apportent des solutions. Dans le cas contraire, elles n’auront pas vraiment changé les choses. C’est clairement ce qu’a déclaré Jessica Cicchino, vice-présidente de la recherche de l'IIHS et coauteure de l'étude : « Notre objectif était de montrer que si vous ne traitez pas ces problèmes, les voitures autonomes n'apporteront pas d'énormes avantages en termes de sécurité ».

    Source : IIHS

    Et vous ?

    Comment appréciez-vous les conclusions de cette étude ?

    Voir aussi :

    Un dirigeant de Volkswagen affirme que les voitures autonomes de niveau 5 (conduite entièrement autonome) n'arriveront peut-être jamais. Toutefois, le niveau 4 lui semble réalisable
    Les gens qui en savent plus sur la conduite autonome font davantage confiance à la technologie, selon une enquête
    Un ingénieur d'Apple mort dans l'accident de son véhicule Tesla s'était déjà plaint du logiciel Autopilot et de ses dysfonctionnements, après l'application d'une mise à jour
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre du Club
    Je suis septique quand a leur seulement un tier des accident auraient pu être évité. Elle dit clairement que 72% des accidents sont du a des causes tel qu'un exccès de vitesse ou a un non respect des règles de circulation. Les voitures autonomes ne sont-elles pas sensées être justement plus respectuseuse de ces règles? Ce qui éviterait donc 72% des accidents si on suis son résonemment.

  3. #3
    Membre expérimenté
    Oui pas faux en effet. Faudrait il y voir qu'on nous a un peux bourré le mou sur les capacité de ces voitures?

  4. #4
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par SimonKenoby Voir le message
    Je suis septique quand a leur seulement un tier des accident auraient pu être évité. Elle dit clairement que 72% des accidents sont du a des causes tel qu'un exccès de vitesse ou a un non respect des règles de circulation. Les voitures autonomes ne sont-elles pas sensées être justement plus respectuseuse de ces règles? Ce qui éviterait donc 72% des accidents si on suis son résonemment.
    il faut aussi prendre en compte les cas suivant:
    1) on peux supposer que les voitures autonome vont introduire de nouveau accidents
    2) Meme si la personne a bu/était fatigué/respectait les distance de sécurité et limitation de vitesse l'accident aurait t'il pu etre évité ?
    Peut on affirmer que 100% des accidents "du a l'alcool" ne se serait pas produit si la personne n'avais pas bu ?

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Oui pas faux en effet. Faudrait il y voir qu'on nous a un peux bourré le mou sur les capacité de ces voitures?
    oui c'est comme les antibiotique, c'est pas automatique.
    la tesla n'es que au niveau 2 (sur 6 de la conduite autonome) il me semble, c'est pas une voiture autonome elle nécessite l'attention du conducteur meme sur autoroute.
    Personne aujourd'hui ne peut affirmer qu'il soit d’ailleurs possible d'atteindre le niveau 4 (voiture 100% autonome peu importe l'endroit sur terre), le pilote automatique dans les avions existe depuis des décennies et pourtant il faut toujours en 2020 un pilote et 1 copilote, on a juste réussie a virer le mécanicien de bord jusqu’à aujourd'hui.
    Parceque l'ia fonctionne bien dans les bonnes conditions mais quand y'a un probleme c'est soit le pilote qui prend de mauvaises décisions soit c'est le pilote automatique qui n'es pas capable de gérer la situation, le pilote automatique n'es pas capable d'ammérir par exemple (en cas de panne sèche)

  5. #5
    Membre chevronné
    D'autant plus que d'après un récent article, les voitures autonomes peuvent provoquer des accident qui n'arriveraient pas avec un conducteur sobre au volant.

  6. #6
    Membre actif
    Ca n'enlève rien à l'utilité de la voiture autonome. Bien sûr le grand public va débattre ad vitam eternam sur la question de la mortalité routière, mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg.

    Le premier avantage de la voiture autonome, c'est qu'elle fait pivoter les constructeurs automobile de vendeurs de voitures à prestataires de service de transport (Pourquoi croyez vous que Uber monte son propre système ?). Il y a bien plus à gagner pour un constructeur de vendre du transport plutôt que des voitures.

    Le deuxième avantage est au niveau des assurances. ce qui coûte cher aux assurances, ce sont les petits accidents du quotidien, pas les morts. Ici aussi la voiture autonome a ses avantages.

    Donc ce qui dit ici, ne change pas grand chose. De plus, la question de la fiabilité des voitures sera aussi résolue, en grande partie, le jour où les constructeurs feront des voitures qu'ils opéreront eux-mêmes. Aujourd'hui les voitures, comme le reste, sont sujettes à l'obsolescence programmée. On sait très bien faire des voitures qui tiennent des millions de kilomètres, mais cela a peut d'intérêt pour les constructeurs. Si demain, ils deviennent opérateurs, les voitures seront soudainement beaucoup plus fiables...

  7. #7
    Membre éclairé
    oui mais le consommateur est il gagnant ? dans un monde ou la voiture d'occasion perd facilement 50% de sa valeur en quelque année pas sur...
    enfin je dis ca mais y'a de plus en plus de francais qui "loue" leurs voiture au lieu de la payer cash, je ne comprends pas l'interet économique quand ma voiture je l'ai payé 800e cash il y'a 5ans et j'ai mis que 2000e de réparation dessus en tous.
    et le comblent c'ets qu'il sont content d'avoir des voitures neuve sans panne mais pleure quand ils doivent emmener leurs voiture en révision chaque année chez le constructeur et que sa leur coute un bras le simple changement du filtre a air

    Pourtant je suis ingénieur, j'ai un salaire largement supérieure au salaire médian francias mais je comprends pas comment on dépenser 35000e dans une zoé par exemple, je sais que c'est un choix de vie mais BFMTV nous dis chaque jour que c'est la crise et que les francais n'ont plus de pouvoir d'achat. Cela dit BFMTV me dis aussi qu'il y'a une pénurie d'emploie dans l'informatique, je devais peut être changer mes sources

    BREF moi jamais je n'accepterais cela, je suis pas pigeon. J'ai un excellent garagiste de campagne qui coute pas cher et une tres bonne voiture de 400000km qui roule très bien et me coute pas cher, mon gros problème aux contrôle technique c'est la pollution... a chaque fois je dois acheter un produit magique à 30e pour ne plus la faire polluer je jour du contrôle