Je suis tombé sur le lien que tu as évoqué, Carhiboux. Même si ça ne me concerne pas aujourd'hui, rien ne dit qu'on me fasse une proposition qui fasse mettre en pause ou arrêter définitivement ma carrière de freelance.

Je suis assez embêté car j'ai l'impression que c'est en l'état des propositions, un peu comme des devis. Dans les deux solutions dans ton lien, Offre de contrat et Promesse unilatérale, les deux propositions sont arrêtés dans le temps, et candidat et recruteur peuvent se rétracter tant que les deux parties n'ont pas adhéré (enfin, a priori le recruteur a déjà adhéré de son côté, et attend la réponse du candidat, mais tant qu'il n'a pas répondu il peut se rétracter). Mais du coup une fois accepté, est-ce que ça devient vraiment un Contrat de Travail ? Celui-ci est censé être actif à partir du jour J. Bref je m'interroge plus sur "l'état légal" dans lequel est Athlon64.

Rappelons aussi quelques éléments :
- Un appel aux prud'hommes n'est ni facile, ni rapide, ni dénué de travail. Il y a deux ou trois ans fleurissait sur le forum des posts dans lesquels pour un tout et un rien on appelait aux prud'hommes comme on appelle un service après-vente ou une association de consommateurs. NON, il faut payer l'avocat si on en prend un, donc ne pas le faire pour des choses dérisoires.
- Mais ce n'est pas parce que les sommes ne sont pas élevés qu'il ne faut pas rebrousser chemin. D'autres exemples sur les forums de membres qui ont eu gain de cause pour six mois de salaires, bien sûr que ça vaut le coup, mais il faut la gniaque.
- Un procès aux prud'hommes ne donne pas forcément le résultat qu'on veut, c'est comme dans les films... ça dépend de beaucoup de paramètres. Il y a eu un post il y a quelques mois où un des membres du forum a raconté qu'il avait toutes les pièces produites mais comme l'employeur l'avait mal déclaré aux URSSAF, ça bloquait le procès... et vous pensez vraiment que l'employeur va aller signer ce papier rétroactivement pour se mettre une épée de Damoclès ?

Bref ce sont des décisions difficiles que seul tout un chacun peut faire, comme dit Carhiboux.