Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Trois travailleurs sur quatre ne veulent pas retourner au bureau à plein temps
    Trois travailleurs sur quatre ne veulent pas retourner au bureau à plein temps,
    d'après une enquête qui note qu'un mode hybride entre le télétravail et le travail en présentiel serait salutaire pour les entreprises

    La pandémie de COVID-19 a contraint des millions de personnes dans le monde à rester chez elles. En conséquence, plus d'employés que jamais travaillent à distance.

    Pour certains, cette nouvelle façon de travailler est un soulagement bienvenu; plus de navettes, plus de distractions et un équilibre travail-vie personnelle sensiblement amélioré. Pour d'autres, cependant, ce passage du jour au lendemain au travail à distance constitue un défi majeur. De nombreuses entreprises, dans tous les secteurs, n'ont pas mis en œuvre de stratégies de travail flexibles ou à distance et doivent rapidement mettre en place de nouvelles mesures pour leurs effectifs, souvent sans expérience comparable préalable.

    Les entreprises qui ont longtemps soutenu leurs efforts de transformation numérique sont confrontées à des problèmes similaires. Pour certaines qui permettaient auparavant aux employés de bénéficier de la flexibilité du travail à domicile, seule une petite partie de la base d'employés travaillera probablement à distance à la fois. La transition vers un travail à distance à grande échelle est très difficile non seulement du point de vue des processus, mais aussi sur le plan culturel.

    Dans certains endroits et dans certaines industries, le travail à domicile est considéré comme une excuse pour les employés qui accompliraient moins de tâches en raison du manque de supervision ou de microgestion, et d'autres s'inquiètent du manque de communication en personne qui accompagne le travail à distance et pourrait avoir un effet négatif impact sur l'innovation et la culture d'entreprise.

    Pouvoir trouver le juste milieu

    Quelle que soit la difficulté, une chose est claire : nous ne reviendrons jamais à la normale telle que nous la connaissons, en particulier en ce qui concerne notre façon de travailler. Une workforce plus agile et flexible est l'avenir, et elle apportera des avantages majeurs d'un point de vue culturel et économique.

    C’est en tout cas ce que pense un nouveau rapport réalisé par la société de gestion des accès Okta auprès de 6000 employés de bureau à travers l'Europe qui a révélé que seul un répondant sur quatre au Royaume-Uni souhaite retourner sur le lieu de travail cinq jours par semaine.

    Cependant, seule une minorité d'employés souhaite un régime de travail à distance (17%). Le scénario idéal est plutôt un modèle flexible, dans lequel le personnel pourrait travailler à domicile à temps partiel.


    Jesper Frederiksen, directeur général de la région EMEA à Okta, a déclaré que l'entreprise testait une initiative de « travail dynamique » depuis l'année dernière, ce qui correspond au concept d'un hybride entre le travail à distance et le travail de bureau. Avant la pandémie, dans le bureau d'Okta à Londres, les employés restaient chez eux par défaut et réservaient leur table via une application s'ils souhaitaient entrer au bureau. Le bâtiment de l'entreprise ne fournit en fait que des capacités pour environ les deux tiers du personnel.

    « Au départ, beaucoup de gens restaient attachés au lieu de travail, mais une fois qu'ils y sont entrés, ils ont réalisé que cela fonctionnait plutôt bien », a déclaré Frederiksen. « C'est devenu une validation du fait que le travail dynamique est une bonne idée. Les employés veulent avoir la flexibilité de choisir l'option qui leur convient le mieux ».

    Le télétravail, pas vraiment au goût de tout le monde

    La réduction du temps de déplacement, la diminution des distractions liées au bureau et même, dans certains cas, la perspective de s'éloigner davantage du lieu de travail et de s'installer dans des zones moins surpeuplées gagnent clairement de nombreux employés, du moins semble-t-il.

    De plus, certains travailleurs ont plus de mal à trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée lorsque le travail et la vie se déroulent dans le même espace. Une étude distincte réalisée par le fournisseur de communications cloud 8x8 a montré que près de la moitié des employés britanniques se sentaient plus stressés que lorsqu'ils étaient au bureau, et qu'il était difficile de « se déconnecter », car la frontière entre le bureau et la vie à la maison s'estompe grâce à la surcharge numérique. Un certain nombre de répondants (18 %) ont même déclaré qu'ils consacraient plus d'heures depuis le passage au télétravail.

    « Nous apprenons tous et nous nous améliorerons tous », a déclaré Frederiksen. « Nous avons certainement beaucoup appris au cours des huit dernières semaines. Les réunions doivent être plus courtes, vous devez prévoir des pauses, laisser les gens se promener. Nous devons structurer le travail différemment ».

    « Mais surtout, vous devez avoir une configuration technologique qui signifie qu'il n'y a absolument aucune différence entre votre productivité et votre accès en raison de votre position », a-t-il poursuivi.


    À bien des égards, les difficultés auxquelles certains travailleurs ont dû faire face lorsqu’ils sont passés au télétravail sont dues à un manque de préparation. Plus de la moitié des employés britanniques n'avaient jamais travaillé à domicile avant la pandémie et certaines entreprises ont eu du mal à leur fournir les outils appropriés pour effectuer leur travail efficacement. Par exemple, un répondant sur trois a déclaré que son entreprise ne les avait pas équipés du matériel nécessaire, comme un ordinateur portable ou un emplacement pour le mettre, et une proportion similaire a déclaré qu'elle ne pouvait pas accéder aux logiciels clés au début de la pandémie, et ne pouvait donc pas être productive à domicile.

    Cela est particulièrement vrai pour certains secteurs, comme l'industrie manufacturière (59 %), la construction (62 %) et l'immobilier (66 %), qui dépendent depuis longtemps fortement d'un environnement de travail traditionnel.


    C'est la même chose à travers l'Europe. Par exemple, 64 % et 65 % de ceux qui travaillent respectivement dans l'industrie manufacturière en France et en Allemagne doivent travailler dans un bureau physique cinq jours par semaine, ainsi que 82 % et 49 % de ceux du secteur immobilier. Le passage à ce régime strict a sans aucun doute posé des défis, en particulier pour les entreprises qui n'avaient pas auparavant mis en œuvre un processus de travail à domicile à grande échelle. Alors que la transformation numérique a été au premier plan des stratégies de nombreuses organisations au cours des dernières années, certaines entreprises - en particulier celles des secteurs à forte intensité numérique - sont toujours à la traîne.

    Néanmoins, le plus gros obstacle a été d'ordre culturel. Bien que la majorité des travailleurs se disent parfaitement à l'aise avec les réunions virtuelles, la plupart d'entre eux trouvent également que la communication et la collaboration avec leurs collègues ont été affectées depuis le confinement. Par exemple, près de 60 % des travailleurs britanniques interrogés par Okta disent que les conversations en personne avec leurs collègues leur manquent.


    Un mode hybride entre le télétravail et le travail en présentiel

    Bien que seule une minorité d'employés veuille retourner au bureau à temps plein, une proportion tout aussi faible de personnel a choisi d’être totalement en télétravail. Les entreprises devront faire preuve de flexibilité pour répondre aux différents besoins de leurs employés au moment de la réouverture des lieux de travail.

    Pour Frederiksen d'Okta, la solution réside dans un hybride entre à distance et sur site. Il voit le bureau du futur comme un bel endroit où aller, mais pour une bonne raison : vous avez une réunion, vous avez besoin de conseils, etc. Ce ne sera pas un endroit où vous vous rendrez tous les jours.

    Facebook a récemment déclaré à ses employés que la plupart d'entre eux pouvaient continuer à travailler à domicile jusqu'à la fin de l'année. Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a pour sa part déjà annoncé que le personnel de l'entreprise aurait le choix de s'en tenir au travail à distance en permanence, même après la réouverture complète des bureaux.

    Selon Frederiksen, Okta n'a pas l'intention de retourner au bureau « de si tôt ». Bien que le bâtiment de l'entreprise puisse ouvrir lorsque le gouvernement donnera le feu vert aux entreprises, il ne sera pas prévu que le personnel revienne. « Le génie est sorti de la bouteille », a conclu Frederiksen. « Il sera très difficile pour les organisations de réimposer un trajet de cinq jours par semaine. Vous ne pouvez pas annuler cette expérience ».


    Le télétravail, en fait, sert bien certains travailleurs : les recherches d'Okta ont montré que parmi les répondants qui ont déclaré « prospérer » dans leur nouvel environnement, un peu plus de la moitié ont déclaré que leur productivité avait augmenté grâce au temps libre supplémentaire dans leur journée. Moins de distractions à la maison ont également conduit certains travailleurs à se concentrer davantage sur leur travail.

    Le travail à domicile, dans certains cas, est associé à un travail moins intense et à un manque de supervision; mais cette vision devient rapidement une chose du passé. Obligés de déplacer leurs employés vers le travail à distance, les employeurs ont compris que le télétravail n'est pas une excuse pour être moins productif, du moins aux yeux de leur personnel. Plus d'un tiers des travailleurs britanniques ont déclaré que la perception qu’avait la hiérarchie des employés ne faisant pas suffisamment de travail à domicile s'était améliorée.

    Ce n'est pas seulement une perception : une récente enquête réalisée par le cabinet de conseil Valoir a montré que le travail à distance n'a eu qu'un faible impact négatif sur la productivité dans le cadre de COVID-19. Selon le rapport, en moyenne, la productivité du travail n'a diminué que de 1 % au cours des deux derniers mois. Le nombre, cependant, double à 2 % pour ceux qui travaillent à domicile avec des enfants et passe à 3 % pour ceux qui travaillent seuls.

    La façon dont les employés gèrent le passage soudain au travail à distance dépend fortement du contexte. Les recherches d'Okta ont montré qu'un certain nombre de personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient incapables de bien travailler tout en devant partager l'espace et s'occuper des enfants, par exemple. Dans les grandes villes comme Londres, les appartements exigus et le manque d'espace extérieur peuvent rapidement rendre le télétravail improductif.

    Source : rapport

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur cette approche du travail (l'hybride entre le télétravail et le travail en présentiel) ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre confirmé
    Hello,

    Exceptées les circonstances il a démarré, c'est un véritable plaisir ce télétravail imposé. Je n'ai eu aucun souci technologique ou organisationnel. Et c'est c'est vrai que je me vois mal revenir à temps plein au bureau. Bon ce n'est pas d'actualité dans l'immédiat, mais tôt ou tard il faudra malheureusement bien, sauf bonne surprise. Mais j'en doute.

    Normalement, je suis placé dans les meilleures conditions qui soient pour du télétravail :

    - installation personnelle confortable (logistique et technique - fibre),
    - j'ai assez d'expérience pour savoir m'organiser, même si comme tout le monde je peux faire des erreurs.
    - je travaille, comme mes collègues, à distance pour les clients de ma société. Clairement je ne vois pas l'utilité de se déplacer pour venir travailler, toujours à distance ... les clients viennent rarement ...
    - j'ai l'habitude de travailler avec des équipes distantes.

    Après, je ne suis pas très haut "gradé" dans ma société de l'IT, où en général c'est le haut de la hiérarchie qui peut partir en télétravail. Ca commence à bouger cependant. J'espère que le mouvement va s'accélérer, y compris pour les "sans grades" ...

    En tout cas, je ne comprendrais pas qu'après ces mois passés à télétravailler, on ne nous donne pas le choix que le télétravail devienne la règle, et les jours de présence sur site l'exception, ou du moins soient moins nombreux. Par exemple, 1 ou 2j par semaine sur site, et 3 ou 4j en télétravail. Garder un lien avec l'entreprise est primordial, mais ces moments de liens doivent correspondre à des véritables moments partagés de travail en groupe, pour des formations, ou éventuellement pour des rencontres clients, ou voire à la demande suivant les circonstances (démarrage d'un nouveau projet, contact RH, etc ... )

    Voilà, c'est tout mon espoir ... que j'espère ne pas voir déçu

  3. #3
    Membre éprouvé
    moi je n'ai juste plus envie du tout de retourner au bureau, je me sens trop bien chez moi en famille et puis le virus me fait peur, on est mieux chez nous à l'heure actuelle.

  4. #4
    Membre régulier
    Eh bien, pas moi, je préfère le télétravail hybride, c'est toujours un plaisir de sortir le vélo tous les matins ou presque pour aller au bureau...entre autres. Il faut laisser le choix aux gens de faire le TT

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par noremorse Voir le message
    Eh bien, pas moi, je préfère le télétravail hybride, c'est toujours un plaisir de sortir le vélo tous les matins ou presque pour aller au bureau...entre autres. Il faut laisser le choix aux gens de faire le TT
    Pareil. Eviter le petit qui demande à jouer toutes les 5 minutes, ou madame qui vient toutes les demi-heures demander à faire du shopping, ça n'a pas de prix. Mais je conçois que ceux qui ont de bonnes conditions en redemandent.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Depuis que je suis en télétravail, je travaille beaucoup plus. Comme je ne rentre plus vraiment du bureau, je continue de relever les mails et de traiter des demandes souvent bien après avoir fini journée. Et pourtant je n'aurais aucune hésitation à rester dans cette situation définitivement. Sans la fatigue de passer 1h dans les transports, de quitter le domicile à 6h parce que passé 6h30 c'est le début des bouchons sur ma route, le bruit des collègues, travailler est presque plaisant, j'ai enfin la tête libre pour réfléchir et être efficace.
    Citation Envoyé par Un expert en programmation
    D'ailleurs il croit toujours que le JS c'est de la POO

  7. #7
    Membre éclairé
    depuis que suis ne télétravail je suis moins stressé, j'ai plus le chef derrière mon dos, je me lève plus tard dans le calme et la sérénité, avec ma famille dans ma maison, je bois mon café et je vais dans mon bureau en pyjama avec un très bon fauteuil, de bon écrans... le reve.
    et je "bosse moins", ce que je faisait avant en 1 journée, je le termine au 3/4 de la journée, ce qui me laisse 2-3h de temps libre, idéal pour se former, faire de vielle technologique et tester des trucs pour le produit dans le quelle je travail, je ne faisait pas ça avant... enfin beaucoup moins, je suis plus épanouie et plus détendue, merci covid19 d'avoir rendu ma vie meilleur.

    et sinon en milieu de journée mes collègues et moi n'hésitons pas a nous appeler pour se marrer comme avant, c'est plus en présentiel mais c'est pareil. On arrive a bien maintenir une bonne ambiance.

    Je redoute le jour ou tout redeviendra comme avant
    Je sais pas si je suis plus ou moins productif et je m'en fou car ce dont je suis sur c'est que j'ai une vie plus saine

  8. #8
    Membre du Club
    Mais aussi arrêtons d'être trop individuel, pensons à la planète, et le télétravail, peut y contribuer, cela ne fait pas tout mais c'est mieux, que les mesurettes politiques concernant l'écologie.
    La croissance infinie dans un monde fini n'est pas possible (Aurélien Barrau)

  9. #9
    Membre averti
    Les gens ont compris qu'aller au travail ne les empeche pas de vivre, tant que les finances sont correctes.
    Et ils y ont pris gout 😅😅😅



    Allons nous transformer tous ces grands bureaux vides en hopitaux a present ? 😂
    "Pourquoi faire compliqué......quand on peut faire simple......"

  10. #10
    Membre actif
    Internet rural
    C'est bien beau le télétravail, encore faut-il du réseau dans nos campagnes ...
    De la réflexion, naît l'action ...

  11. #11
    Membre averti
    Citation Envoyé par epsilon68 Voir le message
    moi je n'ai juste plus envie du tout de retourner au bureau, je me sens trop bien chez moi en famille et puis le virus me fait peur, on est mieux chez nous à l'heure actuelle.
    Vous avez peur du virus ?
    Mais vous rigolez ou quoi ? Vous êtes sérieux ?
    Vous n'auriez pas peur du Cancer, hein dites-moi voir ?
    Vous n'auriez pas peur des accidents automobiles / deux roues / trois roues, etc...?
    Vous n'auriez pas peur de la gastro-entérite ?
    Vous n'auriez pas peur de la grippe ?
    Vous allez donc rester cloîtré chez vous ?
    Quelle triste vie.
    La propagande marche à fond sur certains...
    https://lilianeheldkhawam.com/2020/0...-vincent-held/
    La semaine dernière, le médecin chargé de la gestion de l’épidémie en Suisse, Daniel Koch, nous révélait subitement que « sur le plan épidémiologique, la fermeture des écoles n’était pas une nécessité ». Un aveu sidérant, lâché en prime time sur la chaîne publique RTS. Selon lui, il s’agissait avant tout de « faire de la pédagogie« , de « faire comprendre la situation à la population« … En clair : faire peur aux citoyens.

    A 1’18 de la vidéo https://www.rts.ch/play/tv/19h30/vid...;startTime=118.

    Ah ben merde, fermer les écoles (suisses) n'était PAS du tout nécessaire, mais cela a été fait malgré tout...

  12. #12
    Membre averti
    Citation Envoyé par Denis la Malice Voir le message
    C'est bien beau le télétravail, encore faut-il du réseau dans nos campagnes ...
    Ah oui ! Et pas de l'ADSL asthmatique en plus, de la fibre optique, et qui tienne la charge.

  13. #13
    Membre à l'essai
    Pour avoir eu à dépanner mes collègues en télétravail, on a constaté que ceux qui avaient le plus de souci étaient bien plus les collègues qui habitent en région parisienne. Il n'y a pas de problème particulier dans les villages à la campagne. La plupart ont la fibre, sont sur le point d'avoir la fibre, et ont généralement un ADSL correct. Le souci en région parisienne est qu'avec la densité de population les réseaux ont pu se retrouver saturés. A la campagne, beaucoup de personnes qui se sont retrouvés en confinement n'ont pas forcément été en télétravail et ont préparés leurs jardins (du coup moins de bande passante utilisée pour la TV, jeux, ou télétravail)...

    C'est en tout cas ce que j'ai clairement pu constaté chez nous.