Les gens qui en savent plus sur la conduite autonome font davantage confiance à la technologie,
selon une enquête

Waymo, Tesla et d’autres entreprises technologiques travaillent à relever le challenge de la voiture entièrement autonome. Des progrès ont été faits pour favoriser la conduite autonome ces dernières années, mais certains faits démontrent qu’il y a encore énormément de travail à accomplir pour arriver à un résultat probant. Selon les résultats d’une nouvelle enquête de Partners for Automated Vehicle Education (PAVE) publiée cette semaine, la majorité des Américains ne font pas confiance à la conduite autonome et plusieurs ne ressentent pas l’envie de monter dans l'une de ces voitures.

Partners for Automated Vehicle Education (PAVE) est une coalition d'institutions industrielles à but non lucratif et universitaires qui s’est fixé pour but d’informer et d’éduquer le public et les décideurs sur les faits en rapport avec les véhicules automatisés pour pouvoir les aider à participer pleinement à la définition de l'avenir des routes et autoroutes. Pour mener son enquête, PAVE a interrogé 1200 Américains au début de l'année sur la confiance qu'ils placent dans la conduite autonome. Ainsi, l’enquête a révélé que les voitures autonomes ont un réel problème d'image publique.


PAVE a remarqué qu’une grande majorité des Américains continuent à se méfier des véhicules entièrement autonomes, mais que l'éducation et l'expérience de première main sur la technologie de conduite automatisée peuvent conduire à une plus grande confiance. Selon le rapport de PAVE, 48 % des répondants ont déclaré qu'ils ne “monteraient jamais dans un taxi ou un véhicule de covoiturage conduit de façon autonome”. Pour finir, un peu plus de 20 % des personnes interrogées par le cabinet pensent que les véhicules autonomes ne seront jamais sûrs et 18 % pensent le contraire.

En outre, les nombreux accidents survenus ces dernières années et impliquant ces types de voitures ne profitent pas forcément à l’industrie. À titre illustratif, il y a la mort d’une piétonne en 2018 renversée par l'un des véhicules autonomes d'Uber, un accident dans lequel l’entreprise n’a pas été inquiétée et la justice n’a pas reconnu la responsabilité pénale d’Uber. Il y a aussi la série de conducteurs tués lors de l'utilisation du pilote automatique de Tesla. Toutefois, l’enquête a révélé qu’un grand nombre d’Américains ne sont pas au courant de ces faits, mais ils se méfient quand même.


Cinquante-et-un pour cent ont déclaré ne rien savoir du tout sur la mort d'Elaine Herzberg en Arizona et 37 % ont déclaré n'en savoir que peu sur cette affaire. Un nombre similaire de personnes ont déclaré ne rien savoir du tout (49 %) ou très peu (38 %) sur la mort d’un pilote en utilisant la fonction Autopilot de sa voiture Tesla. Par contre, ceux qui ont déclaré en savoir beaucoup sur ces décès étaient plus susceptibles de dire dans l'enquête qu'ils pensaient que les véhicules autonomes étaient désormais sûrs. Alors, comment changer ces opinions ?

Selon les données de l'étude, un tour dans un robotaxi pourrait faire changer certains de ces esprits. Trois personnes sur cinq ont déclaré qu'ils feraient davantage confiance aux véhicules autonomes s'ils comprenaient mieux leur fonctionnement. Ensuite, 58 % ont déclaré qu'une expérience de première main, c'est-à-dire faire un tour dans une voiture à propulsion autonome les amènerait à faire davantage confiance à la technologie. Il est clair qu’à l’étape actuelle, les voitures ne sont pas autonomes. Il n’existe en effet que des systèmes d’aide à la conduite humaine.


Dans le cas de Tesla par exemple, l’entreprise n'a pas cessé de demander à son public de toujours rester attentif derrière leurs volants, même quand ils possèdent la version la plus avancée de l’Autopilot. Selon cette enquête de PAVE, beaucoup plus d'Américains font confiance à ce que l'on appelle les systèmes avancés d'aide à la conduite, ou ADAS. Ce sont des systèmes tels que le pilote automatique de Tesla et le Super Cruise de General Motors, mais aussi des technologies comme le freinage automatique d'urgence, la surveillance de l'angle mort et l'aide au stationnement.

Sur les 1200 répondants à l’étude, au moins 678 ont déclaré posséder un véhicule équipé d'un ADAS, et les trois quarts d'entre elles ont déclaré qu'ils “se sentiront plus en sécurité sur la route lorsqu’ils sauront que la plupart des autres véhicules sont aussi équipés de dispositifs de sécurité améliorés”, et le même nombre a déclaré qu'elles étaient impatientes de voir quelles nouvelles caractéristiques de sécurité seraient intégrées dans leur prochain véhicule. La majorité des personnes qui ont été interrogées se sont montrées sceptiques par rapport aux termes généraux.

Nous avons par exemple les termes : “véhicule autonome”, “voiture sans conducteur” et “voiture à conduite autonome”. Près d'une personne sur deux (48 %) a déclaré que les systèmes de sécurité de son véhicule lui avaient évité une collision. D’autres personnes interrogées sur cette même question ont évoqué d'autres systèmes comme les freins antiblocage. Par ailleurs, les conducteurs qui possèdent des voitures équipées d'un système d'avertissement de collision frontale (FCW) et d'autres systèmes sont plus enclins à croire que des véhicules autonomes sûrs seraient disponibles d’ici dix ans.

Quant à la question de savoir s’il est envisageable d’avoir une voiture entièrement autonome à l’heure actuelle, certains ont répondu oui. C’est le cas de 59 % des personnes ayant un système de stationnement à distance, de 47 % de celles ayant un système de surveillance du conducteur et de 44 % de celles ayant un système de freinage d'urgence automatique. En effet, cette question démontre que les gens ne suivent pas du tout l’actualité sur ce type de voiture ou qu'ils sont simplement très mal informés sur l’autonomie des voitures actuellement disponibles sur le marché.

Pour finir, PAVE note qu'il y a probablement beaucoup de confusion parmi les conducteurs, car 38 % des personnes interrogées ont déclaré posséder un véhicule avec un régulateur de vitesse adaptatif alors que la prévalence réelle du marché en 2018 n'était que de 12 %. Et 39 % ont déclaré être troublés par les différents noms utilisés pour commercialiser les fonctions ADAS. Dans ses conclusions, PAVE a déclaré que la confusion entre les systèmes ADAS et la conduite autonome « est incroyablement dangereuse et mérite une attention immédiate ». Par ailleurs, l'organisation suggère que l'industrie devrait simplifier et standardiser les façons dont elle discute et décrit ces caractéristiques et technologies.

Source : Rapport de l’étude

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ou pas ?
Faites-vous confiance à la conduite autonome ou pas ? Pourquoi ?
Parviendra-t-on à une conduite entièrement autonome selon vous ?

Voir aussi

La responsabilité pénale d'Uber n'est pas engagée dans la mort de la femme fauchée par l'un de ses véhicules autonomes, selon une décision de justice

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot

Openpilot, un agent de conduite autonome open source qui assure les fonctions de régulateur de vitesse et d'assistance au maintien de la trajectoire

Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci

Un dirigeant de Volkswagen affirme que les voitures autonomes de niveau 5 (conduite entièrement autonome) n'arriveront peut-être jamais. Toutefois, le niveau 4 lui semble réalisable