Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Amazon aurait exploité les données de vendeurs tiers sur sa plateforme pour lancer des produits concurrents
    Amazon aurait exploité les données de vendeurs tiers sur sa plateforme pour lancer des produits concurrents,
    une pratique qui va à l'encontre des politiques de l'entreprise

    Le géant de la vente en ligne Amazon utilise des informations sur des vendeurs tiers pour concevoir et vendre des produits concurrents sous ses marques maison, selon d'anciens employés et selon des documents internes. Cette pratique non autorisée va à l'encontre des politiques d'Amazon et entre même en conflit avec ce que la société a déclaré au Congrès américain. « Nous n'utilisons pas directement les données des vendeurs individuels pour faire concurrence aux entreprises sur notre plateforme » avait déclaré Nate Sutton, un avocat général adjoint d'Amazon aux législateurs en juillet.

    La société, qui a fait l'objet d'un examen minutieux de la part du gouvernement américain notamment en matière de concurrence, a déclaré que les employés qui s'appuient sur les données de ses vendeurs indépendants pour lancer des produits de marque maison compétitifs violaient ses politiques, a rapporté le Wall Street Journal.

    Un porte-parole d'Amazon a ajouté dans une déclaration qu'il est « incorrect de dire qu'Amazon a intentionnellement induit en erreur dans notre témoignage » au Congrès. « Nous interdisons strictement aux employés d'utiliser des données non publiques spécifiques au vendeur pour déterminer les produits de marque privée à lancer », a assuré un porte-parole.

    Et d’ajouter que bien que la société ne pense pas que les affirmations soient exactes, « nous prenons ces allégations très au sérieux et avons lancé une enquête interne ».

    Des produits qui ne représentent qu'un pour cent des 158 milliards de dollars de ventes au détail annuelles

    Les activités de marques privées d'Amazon comprennent 45 marques qui vendent environ 243 000 produits, des batteries AmazonBasics aux meubles Stone & Beam. Selon la société, ces produits ne représentent que 1 % de ses 158 milliards de dollars de ventes au détail annuelles. Ce total n'inclut pas les appareils Amazon tels que le haut-parleur assistant personnel Echo, le liseuse Kindle et la caméra de sonnette Ring.

    D’ailleurs, Jeff Bezos a récemment réfuté les accusations de pratiques anticoncurrentielles en utilisant l’argument suivant : si Amazon favorisait systématiquement ses propres marques, la part des ventes réalisées par les vendeurs tiers sur la plateforme n’aurait pas crû régulièrement pour atteindre aujourd’hui 58 % de son chiffre d’affaires.

    Plus de 20 anciens employés de l'entreprise de marque privée d'Amazon se sont présentés pour accuser le détaillant d'utiliser les données de tiers, qui ont également été mentionnées dans des documents internes de l'entreprise, rapporte le Wall Street Journal.

    Ces informations peuvent être utilisées pour décider quelles fonctionnalités copier chez un produit d'un concurrent, ou si cela vaut même la peine de se lancer dans le segment. Les données peuvent également aider à déterminer le potentiel de gain d'un produit de marque maison, estiment des personnes qui connaissent la pratique, parmi lesquels un employé actuel et d'anciens employés d’Amazon.

    Le Wall Street Journal cite le cas précis de Fortem. Cette PME new-yorkaise a lancé, en octobre 2016, un casier de rangement pour coffre de voiture qui a connu un grand succès dans sa catégorie. Un employé d’Amazon a produit un rapport listant 25 informations différentes sur cet article, dont son prix moyen sur douze mois, la commission d’Amazon, les dépenses de la marque en publicité sur la plateforme ou les coûts de livraison, détaille le journal.


    Ces informations ont aidé Amazon à positionner une offre concurrente : en octobre 2019, Amazon Basics a lancé trois casiers proches de celui de Fortem. Le Wall Street Journal mentionne un scénario similaire avec les coussins de chaise de bureau de la marque Upper Echelon Products.

    Ce genre d’utilisation d’informations sur un produit précis est « une procédure standard » dans l’élaboration des nouveautés des marques d’Amazon, raconte l’employé qui a transmis les données sur Fortem. Un autre ex-salarié affirme que les cadres d’Amazon qui tirent profit de ce genre de données concurrentielles ont conscience que ce n’est pas autorisé officiellement.

    « Comme d'autres détaillants, nous examinons les données de vente et de stockage pour offrir à nos clients la meilleure expérience possible », a déclaré la société dans un communiqué. « Cependant, nous interdisons strictement à nos employés d'utiliser des données non publiques spécifiques au vendeur pour déterminer les produits de marque maison à lancer ».

    Amazon fait déjà l'objet de plusieurs enquêtes antitrust

    L'année dernière, Amazon a fait l'objet d'une enquête par le plus haut responsable de l'application des lois antitrust de l'Union européenne, qui a déclaré qu'il examinait le double rôle de la société : vendre des produits de marque maison et exploiter un marché tiers en même temps. Des membres du Congrès, ainsi que des fonctionnaires du ministère de la Justice et de la Federal Trade Commission, mènent également des enquêtes antitrust sur Amazon et d'autres grandes entreprises technologiques.

    Les enquêtes sur Amazon visent spécifiquement à déterminer si l’entreprise utilise sa taille et sa plateforme comme un avantage qu’elle prendrait sur les fournisseurs de son site. La société a contesté cette hypothèse.


    Amazon assure avoir des règles empêchant les dirigeants de marques maison d'exploiter ses données de vendeur indépendant. Mais d'anciens employés et un travailleur actuel ont déclaré au Wall Street Journal que ces règles n'étaient pas appliquées de manière uniforme.

    Les anciens employés ont déclaré qu'il existait des moyens de contourner les règles et qu'il était même courant de discuter de l'utilisation des données lors des réunions auxquelles ils assistaient.

    « Nous savions que nous ne devrions pas », a déclaré un ancien membre du personnel qui avait accès aux données. « Mais en même temps, nous fabriquons des produits de marque Amazon et nous voulons qu'ils se vendent ».

    Certains dirigeants auraient eu accès à des données contenant des informations exclusives qu'ils ont utilisées pour rechercher les articles les plus vendus contre lesquels ils pourraient vouloir rivaliser, y compris sur des vendeurs individuels sur le site Web d'Amazon. S'ils se voyaient refuser l'accès, les dirigeants pouvaient demander un rapport contenant les informations aux analystes de l'entreprise, expliquent les anciens travailleurs.

    D'autres fois, les données agrégées d'un vendeur individuel pouvaient être utilisées, avancent des anciens employés. Selon Amazon, les données agrégées proviennent de deux vendeurs ou plus. En raison de l'ampleur du marché d'Amazon, certains produits peuvent avoir plusieurs fournisseurs.

    Amazon a déclaré que les employés peuvent consulter les données collectées lorsqu'un produit n'a qu'un seul vendeur et que le détaillant vend des versions retournées ou endommagées du produit en liquidation.

    Source : Wall Street Journal

    Voir aussi :

    L'UE lance une enquête antitrust contre Amazon pour son utilisation des données des vendeurs dans la sélection des gagnants de la « boîte d'achat »
    Les USA envisagent une importante enquête antitrust sur Apple, Amazon, Google et Facebook, une menace qui fait chuter le prix des actions

    Et vous ?

    Cela vous semble-t-il crédible ?
    Si oui, qu'en pensez-vous ?
    Si non, dans quelle mesure ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Cela vous semble-t-il crédible ?

    Oui, très crédible et pas vraiment surprenant.

    Si oui, qu'en pensez-vous ?

    J'en pense, qu'a l'échelle d'Amazon, utiliser les informations qu'il possède sur les vendeurs tiers, revient à faire une étude de marché continue pour rien et que par conséquent, ça leur octroie évidemment un avantage concurrentiel énorme par rapport aux autres vendeurs qui n'ont de fait, pas accès à ces donnés.

    Mais bon, ce n'est pas comme si c'était le premier à le faire.
    Toutes les boites US ayants un quasi-monopole ou étant les 1eres dans leurs domaines, on des "pratiques internes" identique qui vont systématiquement à l'encontre de leurs "politique interne".
    Mais il faut pouvoir ce défendre au cas où, c'est on jamais .
    MS, Intel, Apple, Amazon, Google, ...etc, ce n'est ni nouveau ni surprenant de leurs parts, la place et trop bonne pour être partagé.
    C'est également ce type de pratique qui a induit la création des systèmes de "propriétés intellectuel" actuel.

    Maintenant, on peut se poser la question de pourquoi les politiques affichent leurs visages de vierge effarouché, alors que c'est une pratique constaté depuis près d'un demie siècle chez leurs grandes entreprises ?

  3. #3
    Membre du Club
    Ca vous étonne ?

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Amazon se serait servi de son fonds d'investissement Alexa pour écraser la concurrence
    Amazon aurait investi dans des startups via son fonds Alexa,
    pour obtenir des données sur leurs technologies et lancer des produits concurrents

    Amazon a utilisé son fonds d'investissement pour investir dans les startups pour fabriquer ses propres produits concurrents, selon un nouveau rapport de Dana Mattioli et Cara Lombardo du Wall Street Journal. Le Journal s'est entretenu avec plus de deux douzaines de fondateurs de startups, d'investisseurs et de conseillers, qui ont déclaré qu'Amazon avait rencontré ou investi dans leurs entreprises, pour ensuite créer ses propres produits qui étaient directement en concurrence avec eux. Les produits fabriqués par Amazon ont souvent écrasé la concurrence, selon le Journal.

    Le Journal a découvert plusieurs exemples d'investissements d'Amazon menant au développement de produits en interne. LivingSocial, un site Web de transactions, a déclaré au Journal qu'après qu'Amazon ait pris une participation de 30% dans l'entreprise, il a commencé à demander des tonnes de données à l'entreprise, à embaucher des employés et à contacter les clients de LivingSocial pour proposer de meilleures offres.

    Dans un autre exemple, des investisseurs du fonds Alexa ont acheté des parts dans la startup Nucleus, qui fabriquait un appareil de communication vidéo à destination des domiciles. Huit mois plus tard, après avoir eu accès aux plans et aux données financières de Nucleus, Amazon a annoncé l'Echo Show, un appareil compatible Alexa avec un grand écran vidéo. Les ventes de l'appareil grand public de Nucleus ont rapidement diminué et la société s'est depuis tournée vers le marché de la santé, rapporte le Journal. Amazon a ensuite versé à Nucleus 5 millions de dollars pour le règlement du litige, mais n'a admis aucun acte répréhensible, selon le rapport.

    D'autres sociétés, comme DefinedCrowd, Vocalife et Ubi (qui fabriquaient un haut-parleur à commande vocale similaire à l'Echo) ont également déclaré au Journal qu'Amazon les avait rencontrées ou investi dans elles, puis semblaient plus tard utiliser leur technologie. Le Journal explique que lorsque le fonds de capital-risque d'Amazon.com a investi dans DefinedCrowd, il a eu accès aux finances de la startup technologique et à d'autres informations confidentielles. Près de quatre ans plus tard, en avril, l'unité de cloud computing d'Amazon a lancé un produit d'intelligence artificielle qui fait presque exactement ce que fait DefinedCrowd, selon ce qu'a déclaré la fondatrice et directrice générale de DefinedCrowd, Daniela Braga. La nouvelle offre d'Amazon Web Services, appelée A2I, est en concurrence directe « avec l'un de nos produits de base » qui recueille et étiquette les données, a-t-elle indiqué. Après avoir vu l'annonce A2I, Braga a limité l'accès du fonds Amazon aux données de son entreprise et dilué sa participation de 90 % en levant plus de capitaux.


    Dans certains cas, la décision d'Amazon de lancer un produit concurrent a dévasté l'entreprise dans laquelle elle investissait. Dans d'autres cas, Amazon s'est entretenu avec des startups au sujet de rachats potentiels, a cherché à comprendre le fonctionnement de leur technologie, puis a refusé d'investir et a ensuite introduit des produits similaires de marque Amazon, selon certains entrepreneurs et investisseurs. Dès lors, il n'était pas rare pour les petites entreprises de réalisé qu'elles ne pouvaient plus rivaliser dans l'espace et d'être obligées de réduire leurs effectifs ou de fermer boutique. « Nous avons fini par brûler nos liquidités et avons dû réduire la plus grande partie de la société », a déclaré Leor Grebler, qui a créé le haut-parleur à commande vocale Ubi, un prédécesseur d'Echo, au Wall Street Journal.

    Un porte-parole d'Amazon a déclaré que la société n'utilisait pas les informations confidentielles que les entreprises partageaient avec elle pour créer des produits concurrents. « Depuis 26 ans, nous avons été les pionniers de nombreuses fonctionnalités, produits et même de toutes nouvelles catégories. D'amazon.com lui-même à Kindle en passant par Echo et AWS, peu d'entreprises peuvent revendiquer un bilan d'innovation qui rivalise avec celui d'Amazon », a déclaré un porte-parole d'Amazon. « Malheureusement, il y aura toujours des parties intéressées qui se plaignent plutôt que de construire. Tout litige légitime concernant la propriété intellectuelle est correctement résolu devant les tribunaux ».

    Amazon aurait exploité les données de vendeurs tiers sur sa plateforme pour lancer des produits concurrents

    En avril, le Wall Street Journal a révélé qu'Amazon utilise des informations sur des vendeurs tiers pour concevoir et vendre des produits concurrents sous ses marques maison, s'appuyant sur des informations divulguées par d'anciens employés, mais aussi des documents internes. Cette pratique non autorisée va à l'encontre des politiques d'Amazon et entre même en conflit avec ce que la société a déclaré au Congrès américain. « Nous n'utilisons pas directement les données des vendeurs individuels pour faire concurrence aux entreprises sur notre plateforme » avait déclaré Nate Sutton, un avocat général adjoint d'Amazon aux législateurs en juillet 2019.

    Plus de 20 anciens employés de l'entreprise de marque privée d'Amazon se sont présentés pour accuser le détaillant d'utiliser les données de tiers, qui ont également été mentionnées dans des documents internes de l'entreprise, rapporte le Wall Street Journal. Ces informations peuvent être utilisées pour décider quelles fonctionnalités copier chez un produit d'un concurrent, ou si cela vaut même la peine de se lancer dans le segment. Les données peuvent également aider à déterminer le potentiel de gain d'un produit de marque maison, estiment des personnes qui connaissent la pratique, parmi lesquels un employé actuel et d'anciens employés d’Amazon.


    Le Wall Street Journal cite le cas précis de Fortem. Cette PME new-yorkaise a lancé, en octobre 2016, un casier de rangement pour coffre de voiture qui a connu un grand succès dans sa catégorie. Un employé d’Amazon a produit un rapport listant 25 informations différentes sur cet article, dont son prix moyen sur douze mois, la commission d’Amazon, les dépenses de la marque en publicité sur la plateforme ou les coûts de livraison, détaille le Journal. Ces informations ont aidé Amazon à positionner une offre concurrente : en octobre 2019, Amazon Basics a lancé trois casiers proches de celui de Fortem. Le Wall Street Journal mentionne un scénario similaire avec les coussins de chaise de bureau de la marque Upper Echelon Products.

    Traiter avec Amazon est souvent une arme à double tranchant pour les entrepreneurs. La taille et la présence d'Amazon dans de nombreux secteurs, notamment le cloud computing, les appareils électroniques et la logistique, peuvent rendre son travail bénéfique. Mais révéler trop d'informations pourrait exposer les entreprises à des risques concurrentiels.

    Le rapport du Journal intervient alors qu'Amazon fait face à un examen minutieux des comportements potentiellement anticoncurrentiels. Le comité judiciaire de la Chambre organise lundi une audience antitrust à laquelle le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, et d'autres dirigeants de la technologie de premier plan témoigneront.

    La Federal Trade Commission étudie également des « centaines » d'acquisitions par Amazon et d'autres entreprises technologiques pour déterminer si elles ont obtenu des avantages injustes en achetant des « concurrents naissants ». La FTC s'est également entretenue avec des vendeurs sur la plateforme d'Amazon après l'enquête du Wall Street Journal d'avril qui a révélé qu'Amazon utilisait des données de fournisseurs tiers pour lancer des produits concurrents.

    Source : WSJ

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ? Cela vous semble-t-il crédible ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre régulier
    C'est pas ça qu'on appel le capitalisme ?
    Les plus forts écrasé les plus faibles. Qu'est ce qui est étonnant ?
    Est ce illégal ? Amazon va vous dire non.
    Est ce moral? Perso, je dirais non, mais mon voisin va peut être dire oui, la morale ce n'est pas la légalité.
    Donc Amazon ce sont des gros c.. mais pas illégaux.
    Si tu ne sais pas: demande, si tu sais, partage.

  6. #6
    Membre expérimenté
    Est e que les startup n'ont pas été inventé pour ça? On laisse des entrepreneurs prendre tout les risque et les coups pour la racheter si effectivement elle est viable. C'est tout bénéf pour les grosse entreprise.

  7. #7
    Membre expert
    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Est e que les startup n'ont pas été inventé pour ça? On laisse des entrepreneurs prendre tout les risque et les coups pour la racheter si effectivement elle est viable. C'est tout bénéf pour les grosse entreprise.
    La il n'est pas question de rachat, juste les gars copient leur travail et le vendent moins chère ...

  8. #8
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par youtpout978 Voir le message
    La il n'est pas question de rachat, juste les gars copient leur travail et le vendent moins chère ...
    Oui pas faux en effet,

  9. #9
    Membre habitué
    Très banale venant d'Amazon.
    Elle s'y est prise de la même façon pour tuer le géant Toys"R"Us. Et c'était il y a près de 20 ans déjà!

  10. #10
    Chroniqueur Actualités

    eff Bezos déclare qu’il ne peut pas garantir que les employés d’Amazon n’ont pas accès aux données de vendeurs
    Face au Congrès américain, Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, déclare qu’il ne peut pas garantir que les employés d’Amazon n’ont pas accès aux données des vendeurs tiers
    pour favoriser les produits de son entreprise

    Quand on a atteint le sommet de la pyramide, il faut batailler pour y rester. Cet ordre de pensée est aussi vrai pour les personnes physiques que morales, mais la différence se fera au niveau des moyens utilisés pour atteindre ses objectifs. Ce mercredi, le Congrès américain (précisément le sous-comité judiciaire de la Chambre sur le droit antitrust) a auditionné les grands patrons de la Silicon Valley par vidéoconférence, notamment Jeff Bezos (le PDG d’Amazon), Mark Zuckerberg (le PDG de Facebook), Sundar Pichai (le PDG de Google) et Tim Cook (le PDG d’Apple) sur les soupçons d’abus de position dominante imputée aux différentes entreprises pour se maintenir ou maintenir en tête ou leurs produits face à la concurrence.

    Lors de l’audience, les membres du Congrès n’ont pas usé de rhétoriques pour tirer les vers du nez de ces dirigeants. Concernant particulièrement Amazon, les membres du Congrès sont revenus sur la politique d’Amazon interdisant l’accès aux données de vente des vendeurs indépendants par ses employés pour développer des produits concurrents. La représentante Pramila Jayapal, qui représente la région de Seattle où travaillent de nombreux employés d’Amazon, a ouvertement demandé à Jeff Bezos « ;est-ce qu’Amazon accède et utilise les données des vendeurs lors de la prise de décisions commerciales ;? ;», tout en s’appuyant sur un article du Wall Street Journal qui a rendu publics les témoignages d’anciens employés et d’un employé actuel d’Amazon qui déclaraient que l’entreprise utilise les données propriétaires des concurrents à ses propres fins.

    Pour cette question fermée, l’on s’attendrait à ce que le PDG d’Amazon réponde directement par la négative, mais ce ne fut pas le cas. En effet, Jeff Bezos a déclaré ceci : « ;Ce que je peux vous dire, c’est que nous avons une politique contre l’utilisation de données spécifiques aux vendeurs pour aider notre entreprise de marque privée ;», « ;mais je ne peux pas vous garantir que cette politique n’a jamais été violée ;». Concernant la référence à l’article du Wall Street Journal, Bezos a déclaré : « ;Je connais l’article du Wall Street Journal dont vous parlez, et nous continuons à l’examiner très attentivement. Je ne suis pas encore convaincu que nous sommes allés au fond des choses et nous allons continuer à l’examiner. Ce n’est pas aussi facile que vous le pensez, car certaines des sources de l’article sont anonymes, mais nous continuons à l’examiner. ;»

    Dans son article, le Wall Street Journal a soutenu les employés d’Amazon « ;avaient accès à des données contenant des informations exclusives qu’ils utilisaient pour rechercher des articles les plus vendus avec lesquels ils pourraient vouloir concurrencer, y compris sur des vendeurs individuels sur le site Web d’Amazon ;», une pratique en contradiction avec les politiques déclarées de l’entreprise. L’an dernier, c’est le Washington Post qui a montré à travers une enquête qu’Amazon positionne ses propres produits avec des prix inférieurs juste au-dessus du bouton de validation de l’achat. L’acheteur qui souhaite évidemment payer moins cher pour une qualité similaire ou meilleure est généralement tenté de choisir le produit d’Amazon.

    Il faut souligner que ce n’est pas la première fois qu’Amazon est interrogé sur cette affaire. Un an plus tôt et un peu plus tôt dans ce mois, Amazon avait déjà déclaré devant le même comité qu’il n’utilisait pas les données de vendeurs tiers agrégées à travers sa plateforme de vente en ligne, et considérés comme propriétaires, pour déterminer les nouveaux produits à lancer. Si c’était le cas, non seulement Amazon risquerait de payer de lourdes amendes, mais verrait la confiance que les clients lui accordent s’envoler avec ses bénéfices.


    Lors de l’interrogation qui a eu lieu il y a quelques heures, Pramila Jayapal a encore insisté sur le fait que les faits reprochés à l’entreprise sont réels. Elle ajouta que « ;le comité a interrogé des employés qui disent que ces violations se produisent généralement ;». Et d’enfoncer le clou en affirmant ceci : « ;vous pouvez donc définir les règles du jeu pour vos concurrents, mais ne pas vraiment suivre ces mêmes règles pour vous-même ;». Le président du comité, le représentant David N. Cicilline a pour sa part interrogé Bezos sur une entreprise de vêtements qui fabrique des produits pour les travailleurs de la construction et des pompiers. Cette entreprise a accusé Amazon d’avoir volé son idée. L’entreprise s’est retrouvée en concurrence avec Amazon, qui a soudainement fabriqué un produit identique et l’a vendu à un prix que l’entreprise de vêtements estimait ne pas être rentable. Ses ventes sont tombées « ;à zéro du jour au lendemain ;», a déclaré Cicilline.

    Jamie Raskin a également abondé dans le même sens que les autres et a interrogé Bezos sur le fait que les haut-parleurs Amazon Echo inciteraient les utilisateurs à acheter les batteries de marque Amazon alors que ces derniers seraient tentés d’acheter des batteries d’autres marques. À ces allégations, Bezos a rétorqué qu’il ne savait pas si le service vocal Alexa qui fonctionne sur ses haut-parleurs Echo était « ;formé ;» pour promouvoir les produits de marque privée d’Amazon, mais a reconnu que l’entreprise présente ses produits sur la plateforme de vente en ligne d’une manière que les vendeurs tiers ne peuvent pas. « ;Je suis sûr qu’il y a des cas où nous faisons la promotion de nos propres produits ;», a déclaré Bezos, qualifiant cela de « ;pratique courante dans les affaires ;».


    Un autre sujet également difficile pour Bezos à donner des éléments de réponse sans compromettre son entreprise fut celui des objets contrefaits et volés vendus sur Amazon marketplace. Après plusieurs hésitations, le boss d’Amazon a reconnu que ces produits sont vendus sur sa plateforme, mais a suggéré en fin de compte que le Congrès adopte des lois plus strictes contre les fraudeurs. « ;J’encouragerais cet organisme à adopter des sanctions plus strictes pour les contrefacteurs et à augmenter les ressources des forces de l’ordre pour s’attaquer aux contrefacteurs ;», a déclaré Bezos.


    Nous rappelons que l’an dernier, l’Union européenne a ouvert une enquête antitrust contre Amazon pour s’assurer que l’entreprise n’utilise pas sa position pour favoriser ses propres produits dans la sélection des vendeurs pouvant utiliser la « ;boîte d’achat ;».


    Source : Washington Post, CNN

    Et vous ?

    Quels sentiments vous suggèrent les déclarations de Jeff Bezos ;?

    Pensez-vous qu’admettre à demi-mot qu’Amazon aurait triché pour favoriser ses propres produits pourrait avoir des conséquences sur l’attractivité de la plateforme de vente en ligne ;?

    Voir aussi

    Antitrust : l’UE ouvre une enquête sur la manière dont Amazon exploite les données collectées au cours des transactions
    Amazon aurait exploité les données de vendeurs tiers sur sa plateforme pour lancer des produits concurrents, une pratique qui va à l’encontre des politiques de l’entreprise
    Le nouvel avantage compétitif d’Amazon : faire passer ses propres produits en premier, soulevant ainsi des inquiétudes en matière de concurrence
    L’UE lance une enquête antitrust contre Amazon pour son utilisation des données des vendeurs dans la sélection des gagnants de la « ;boîte d’achat ;»
    Les e-mails d’Apple, Facebook, Amazon, Google, Google exigés dans l’enquête du panel de la Chambre des États-Unis, pour élucider leurs pratiques commerciales et leurs acquisitions antérieures
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #11
    Membre confirmé
    le ver était dans le fruit
    Bientôt les employés des services de cloud (comme le leur) vont peut être admettre qu'ils peuvent avoir la tentation de lire les données que leurs concurrents hébergent chez eux, ou peut être même qu'ils travaillent main dans la main avec le renseignement économique.

###raw>template_hook.ano_emploi###