Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Des fabricants de disques durs ont introduit les disques de type SMR dans les modèles standards en CMR
    Des fabricants de disques durs ont introduit les disques de type SMR dans les modèles standards en CMR,
    réduisant ainsi les performances des périphériques

    Les disques durs utilisent différents formats de stockage de données selon l’usage auquel ils sont destinés. Il y a, entre autres, la technologie SMR (Shingled Magnetic Recording) et la technologie CMR (Conventional Magnetic Recording). Mais récemment, une polémique a éclaté au sein de la communauté selon laquelle les fournisseurs de stockage ont commencé à expédier des disques SMR en lieu et place des anciens disques CMR. Des fournisseurs comme Western Digital, Seagate et Toshiba sont les premiers noms cités pour avoir fait une telle chose.

    Le SMR est une technologie qui permet aux vendeurs de bénéficier de densités de stockage plus élevées, en mettant en place une capacité de stockage plus importante sur le même nombre de plateaux, ou moins de plateaux, pour la même quantité de To. Avant le scandale, la technologie n'était utilisée que sur les très gros disques durs, qui étaient généralement marqués comme disques d'archivage. En plus de capacités plus élevées, le SMR est associé à des performances d'E/S aléatoires beaucoup plus faibles que celles offertes par les disques CMR.

    En outre, il s’avère aussi que la technologie SMR est la plus lente des trois les plus populaires de l’industrie (Perpendicular Magnetic Recording (PMR) et Conventional Magnetic Recording). En pratique, un disque dur SMR se destine surtout aux usages WORM (write-once-read-many), par exemple pour le stockage à froid et l’archivage dans un NAS, les tâches de lecture intensives n’étant pas tellement affectées par le fonctionnement du SMR. Mais, selon certains commentaires sur zfs-discuss d’où la polémique est partie, les problèmes ne s’arrêtent pas là.


    Les supports de stockage SMR, outre des performances réduites, souffrent aussi de problèmes de compatibilités, particulièrement dans les configurations RAID et avec un système de fichier ZFS. Pour cela, certains constructeurs recommandent de ne pas mélanger les types de disques durs, par exemple SMR et PMR, au sein d’un même système. Cela dit, l’on ne peut pas suivre cette recommandation si l'on n’a aucune idée du type du disque dur auquel on a à faire. Ceux qui utilisent clandestinement le SMR partout ne l'indiquent nulle part sur leurs dispositifs.

    La pratique s’est répandue du fait que les disques durs du type SMR ont été discrètement introduits dans les gammes comportant déjà une majorité de modèles standards en CMR, bien plus rapides. Ainsi, parmi les constructeurs déjà identifiés qui ont usé de cette pratique, il y a Western Digital (WD) chez qui des références SMR ont été découvertes incognito dans la série WD Red dédiée au NAS, sous la forme de variantes pour toutes les capacités entre 6 To et 2 To. Beaucoup ont déclaré ensuite qu’ils comprennent désormais la raison des problèmes qu’ils ont toujours eus avec certains disques durs de WD.

    WD a reconnu les faits et a livré une déclaration pour s’expliquer sur le sujet qui fâche. « Tous nos disques WD Red sont conçus pour satisfaire ou excéder les exigences de performance et les spécifications des charges de travail NAS courantes des petites entreprises et des particuliers. Nous travaillons en étroite collaboration avec les principaux fournisseurs de NAS pour garantir que les disques durs WD Red de toutes capacités sont largement compatibles avec les systèmes hôtes », a déclaré la société avant de préciser les disques durs qui sont véritablement concernés.


    « Actuellement, les disques WD Red 2 TB-6TB de Western Digital sont des disques SMR gérés par le périphérique (DMSMR). Les WD Red 8 TB-14TB sont basés sur le CMR-WD », a-t-elle précisé. Chez le fournisseur Seagate, deux modèles de disques sont concernés, le modèle Barracuda et le modèle Desktop HDD. À son niveau également, Seagate n’a mentionné nulle part qu’il a utilisé la technologie SMR au sein de ces deux modèles.

    Toshiba a aussi confirmé qu’il a utilisé le SMR pour certains de ces disques durs destinés aux ordinateurs de bureau. Chez lui aussi, plusieurs modèles seraient concernés. On peut citer : les modèles 4 To et 6 To de la série P300 (génération DT02), les MQ04 2,5 pouces de 1 et 2 To pour mobile, et plusieurs modèles L200. Comme les deux autres, Toshiba n’a pas mentionné l’usage du SMR sur aucune fiche technique de ces modèles.

    Sources : Blocks & Files (1, 3), zfs-discuss

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Seagate annonce la conception d'un disque dur HAMR de 16 To, la plus grande capacité jamais atteinte sur un disque dur de 3,5 pouces

    Quels sont les modèles de disques durs les moins défaillants ? Backblaze nous livre ses statistiques pour le premier trimestre 2018

    La FSF envoie à Microsoft un disque dur vide pour récupérer le code source de Windows 7 et demande à l'entreprise de tenir aux engagements qu'elle a pris envers la communauté du logiciel libre

    Stockage : bientôt des disques durs de 40 To minimum grâce à des avancées avec la technologie MAMR
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Dans les années 90 il y avait eu une augmentation de la capacité des disque durs un peu similaire à celle que vous décrivez dans votre article Il en avait résulté un manque très certain de fiabilité de ces disques notamment avec l'apparition d'un nombre incroyable de bads secteurs après quelques temps d'utilisation seulement. Nous avons tous besoins de disques fiables de sorte à en pas perdre nos données, nous avons également besoin de pouvoir acheter du matériel sans avoir à nous poser des question relative à la compatibilité de celui-ci avec nos systèmes. Le commun des mortels ne sera pas faire la différence entre ces deux types de disques. Moi même si je n'avais été averti par votre article j'aurais pu me faire avoir... Fabriquer des disques trop bon marchés même si apparemment ils offrent de grandes capacités n'est pas une bonne idée, elle porte préjudice aux consommateurs, puis aux fabricants eux mêmes qui vont perdre leurs clients difficilement acquis sur un marché ou la concurrence fait rage...

  3. #3
    Membre éprouvé
    Pognon !
    Encore une fois, le GRAND CAPITAL essaie de la mettre aux consommateurs. Et ça mène à des catastrophes. On a déjà les déboires d'Intel incapable de progresser dans son design. On a déjà les déboires de Boeing avec son 737 Max. Maintenant, il va falloir qu'on regarde DE NOUVEAU des benchmarks vachement pointus pour savoir quel disque dur mettre dans nos NAS, et il faudra en regarder plusieurs pour être sûr que le testeur ne s'est pas fait acheter, ou qu'une valise de billets n'a pas transité entre le fabricant de disque dur et le fabricant de NAS pour certifier un disque qui ne le mérite pas...
    Mais jusqu'où s'arrêteront-ils ?

  4. #4
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Des fournisseurs comme Western Digital, Seagate et Toshiba sont les premiers noms cités pour avoir fait une telle chose.
    et presque les derniers. Les seuls ou presque, quoi ! Samsung est zappé -- pourquoi ?

    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    Le commun des mortels ne sera pas faire la différence entre ces deux types de disques.
    ne saura pas, du verbe savoir, et pas du verbe être

    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    Moi-même, si je n'avais été averti par votre article j'aurais pu me faire avoir...
    Mais tu t'es fait avoir, comme nous tous.

    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    […] sur un marché où la concurrence fait rage...
    Savamment organisée par les constructeurs eux-mêmes.

    Si on fait référence à cette page, on verra qu'il n'y a que 4 fabricants, donc la news en a presque fait le tour et nous sommes tous bien b41sés.

    Je reprends l'image, mais lisez l'article dont je donne le lien.
    Il a à vivre sa vie comme ça et il est mûr sur ce mur se creusant la tête : peutêtre qu'il peut être sûr, etc.
    Oui, je milite pour l'orthographe et le respect du trait d'union à l'impératif.
    Après avoir posté, relisez-vous ! Et en cas d'erreur ou d'oubli, il existe un bouton « Modifier », à utiliser sans modération
    On a des lois pour protéger les remboursements aux faiseurs d’argent. On n’en a pas pour empêcher un être humain de mourir de misère.
    Mes 2 cts,
    --
    jp

  5. #5
    Membre régulier
    Arnaques industrielles
    Il faut que les gens portent plainte, et qu'ils font buzzer ce genre d'affaires

  6. #6
    Membre émérite
    J'ai eu la grande surprise d'avoir des difficultés à trouver quel techno était employé dans le modèle de disque lors de mes derniers achats (environ 6 mois). Après plusieurs recherches sans succès sur la datasheet des-dit modèles, j'ai présumé que puisque SMR est nouveau et étant mis en avant depuis des années pour ces gains de densité, il serait forcément mentionné si employé... me permettant d'éviter ces modèles.
    Mais non, finalement ils n'en font ni la publicité, ni mention dans la doc'.

    Cette attitude me laisse penser qu'ils emploient une techno immature, et préfèrent cacher sa présence pour ne pas lui porter préjudice si des défauts majeurs apparaissent sur ces-dit modèles.
    Je ne vois pas qu'elle autre raison pourrait pousser des concurrents à ne pas utiliser un argument technologique (à part un accord de concurrence, mais ça me parait trop peu probable).

    Quelqu'un aurait-il une meilleure explication ?
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  7. #7
    Membre confirmé
    C'est sûr que l'enfumage des constructeurs autour des disfonctionnements des configurations RAID mérite d'être largement dénoncé.

    Cependant pour les autres usages je ne pense pas.

    Les performances d'E/S doivent bien être précisées. Donc tu ne peux pas être "surpris" qu'ils soient moins rapide à cause de la techno cachée derrière.

    De plus aujourd'hui quiconque cherche un peu d'efficacité utilisera un SSD. Il ne reste donc aux DD comme principale usage : l'archivages - ce qui est justement la fonction du type SMR.

  8. #8
    Membre éprouvé
    Faire gaffe aux références
    Je viens de consulter le datasheet de chez Western Digital pour les cavia blue à cette adresse :
    https://documents.westerndigital.com...879-771436.pdf
    Cette fiche produit n'indique ni le nombre de plateaux, ni la technologie de magnétisation, ni la vitesse en écriture...
    D'après les infos dans l'article, dans celui d'ars technica, et dans cette fiche produit, il me semble que l'information à regarder, c'est la 3ème lettre de la référence. Je me suis posé la question parce que je viens d'acheter 2 disques WD40EZRZ pour mon nouveau NAS.
    Les disques SMR étant beaucoup plus lents, WD se rattrape en mettant plus de cache : 256 MB pour un SMR contre 64 MB pour un disque standard. Donc EZRZ c'est caviar blue en technologie "normale" et EZAZ c'est caviar blue en technologie SMR.
    J'en grince des dents parce que si le EZAZ avait été disponible, j'aurais pris ce modèle à cause de sa mémoire cache 8 fois plus élevée et je me serais fait avoir.

###raw>template_hook.ano_emploi###