Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Membre expérimenté
    Bonjour,

    Franchement il n'y a pas besoin de caméra ou autre dispositif espion pour savoir qui travaille ou non. Il suffit de regarder les livrables. De plus avec le versioning on peut savoir qui travaille bien ou non.

    A+
    La connaissance ne sert que si elle est partagée.
    http://ms2i.net

  2. #22
    Membre averti
    Les prix de sneek.io :
    Pro

    £ 6 +VAT if applicable
    Per user, per month billed annually.
    Or £7 billing monthly.
    Get all Free features, plus:

    Instant 1 click video
    Full screen video
    Chat head video
    Group video chats
    Busy mode urgent alerts
    Screen sharing
    Admin Interval Control
    Admin Snap Pixelation Control
    Slack integration
    Instant Support

    Donc c'est comme Teams mais avec une possibilité de surveillance vidéo continue sur la journée ?
    C'est bien la peine de mettre ses salariés en télétravail - bon le virus est là, mais ne reviendra sans doute pas, car le prochain confinement sera comme la Bombe A sur Nagasaki; la première c'est le résultat du confinement actuel - pour les espionner ainsi à domicile, donc dans un lieu privé, mais qui devient par la force des choses un lieu d'exercice de leur profession : je serai curieux d'avoir l'avis d'avocats du travail sur ce sujet...

    https://demarchesadministratives.fr/...s-des-salaries

    La vidéosurveillance rassure tant les particuliers que les employeurs. Toutefois, dans le milieu professionnel, l’utilisation de ce dispositif est soumise à des règles très strictes dictées par la CNIL. Tout manquement pourrait entraîner des sanctions importantes.

    Les salariés ne peuvent pas être filmés en continu

    Le but de la vidéosurveillance n’est pas de contrôler les employés, mais d’assurer la sécurité des biens et des personnes. En ce sens, braquer une caméra en continu sur un salarié est formellement interdit par la loi, car cela est une entrave à la vie privée. Une entreprise utilisant ses caméras de vidéosurveillance pour surveiller son personnel peut coûter cher à l’employeur.

    La Commission nationale de l’informatique et des libertés a fait savoir le 18 juin dernier, avoir sanctionné Uniontrad Compagny. Il s’agit d’une entreprise de 9 salariés, spécialisée dans la traduction de documents. En effet, entre 2013 et 2017, les employés de cette petite entreprise avaient porté plusieurs réclamations à la CNIL, car ils étaient filmés en continu sur leur poste de travail. Après deux rappels à l’ordre à l’amiable, Uniontrad Compagny n’avait toujours pas légalisé l’utilisation de sa vidéosurveillance. Son PDG a alors écopé de 20 000 euros d’amende.

    Comment utiliser la vidéosurveillance en entreprise ;?

    Dès lors que le dispositif de vidéosurveillance est installé dans un environnement professionnel, les employés doivent être mis au courant. Cela se fait généralement par une note interne, mais également par l’affichage de panneaux indiquant la vidéosurveillance dans les bâtiments. Plusieurs données sont indispensables, comme :

    l’installation des caméras et le nom de la personne en charge
    le motif du recours à la vidéosurveillance
    la durée de conservation des images
    la possibilité de contacter la CNIL en cas de réclamation
    la procédure à suivre pour obtenir l’accès aux enregistrements concernant les salariés
    D’autre part, à aucun moment les caméras de vidéosurveillance ne doivent filmer un employé en particulier ou un poste de travail de façon continue. Elles sont généralement placées aux entrées et sorties des bâtiments, mais aussi sur les issues de secours, sur les voies de circulation, ou dans les entrepôts stockant de la marchandise.

    Différentes formalités sont indispensables côté employeur, afin d’être en règle. Elles varient si l’entreprise reçoit du public ou pas, etc.

    Les limites des caméras de vidéosurveillance dans le cadre professionnel

    Installer une caméra de surveillance dans un bureau filmant sans interruption les employés est formellement interdit. Il en va de même sur les zones de pause ou de repos, les toilettes et les locaux des délégués syndicaux. Les caméras de vidéosurveillance ne peuvent filmer que des bureaux ou des machines, mais en aucun cas les employés.

    L’entreprise de traduction filmait un bureau de 6 traducteurs en continu, sans afficher la présence de caméras de vidéosurveillance. D’autre part, les postes de travail n’avaient aucun mot de passe et les employés avaient accès à une messagerie professionnelle partagée, protégée par un seul et unique mot de passe.

    En juillet 2018, la CNIL a mis la société en demeure de respecter la loi du 6 janvier 1978 en modifiant l’angle de prise de vue de la caméra de vidéosurveillance. Elle a également imposé à la hiérarchie d’informer les salariés de la présence du dispositif sur site et d’attribuer un mot de passe par personne, tout comme un accès à une messagerie sécurisée personnalisé.

    Pour autant, après un second contrôle trois mois plus tard, la CNIL n’a pu observer de changements satisfaisants et a engagé une procédure de sanction.


    Il faut un peu se renseigner avant de raconter n'importe quoi...
    Dans le cas du télétravail, ce qui est possible avec sneek.io, s'il était utilisé en France, serait de permettre à l'employeur de filmer - même si ce sont des captures d'écrans, mais répétées toutes les 5 mn, soit 96 pour une journée de 8h de travail (on arrondit) - dans un domicile privé, captures qui peuvent éventuellement assimilées par un Tribunal comme une vidéo-surveillance en continue...

  3. #23
    Membre éprouvé
    Si un employeur ne peut pas quantifier le travail fourni par ses salariés au résultat obtenu, je me demande pourquoi il les a engagés...

  4. #24
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    Si un employeur ne peut pas quantifier le travail fourni par ses salariés au résultat obtenu, je me demande pourquoi il les a engagés...
    Et comment tu quantifie le travail, e.g. de sysadmins ? Sur quelles métriques ?
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  5. #25
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Et comment tu quantifie le travail, e.g. de sysadmins ? Sur quelles métriques ?
    Le système fonctionne ? Les mises à jour sont faites ? La sécurité contrôlée ? Les données à l'abri ? La redondance assurée dans les délais fixés ? La veille technologique assurée ? Les procédures explicites ? Les cas d'urgence documentés ? Les courts-circuits évoqués pour quand il faut faire vite ? Ben tu peux te rendormir, d'un œil... Je me fiche qu'il te faille un jour ou une heure pour assurer un certain niveau de service. Je ne tolérerais pas une panne ou défaillance prévisible.
    C'est ça, ma métrique. Quand tu es malin, tu donnes un coup de collier pour mettre les choses d'équerre, puis tu peux jouer à Tetris toute la journée, le mois où l'année, le job est fait.

  6. #26
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    Le système fonctionne ? Les mises à jour sont faites ? La sécurité contrôlée ? Les données à l'abri ? La redondance assurée dans les délais fixés ? La veille technologique assurée ? Les procédures explicites ? Les cas d'urgence documentés ? Les courts-circuits évoqués pour quand il faut faire vite ? Ben tu peux te rendormir, d'un œil... Je me fiche qu'il te faille un jour ou une heure pour assurer un certain niveau de service. Je ne tolérerais pas une panne ou défaillance prévisible.
    C'est ça, ma métrique.
    C'est une évaluation qualitative, pas quantitative… ma question reste entière.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  7. #27
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    C'est une évaluation qualitative, pas quantitative… ma question reste entière.
    La question est : Pourquoi le travail ?

    Si c'est juste pour assurer un revenu, par contrainte et obligation, une sorte de rituel social qui garantit une certaine disponibilité, une présence, contre des ressources, la question n'a pas de solution sous cette forme.
    Si le travail est la participation de bonne volonté à une structure vivante destinée à long terme à pérenniser l'espèce en lui donnant de meilleurs moyens de survivre, la question est résolue dès lors que la fonction confiée au travailleur est remplie.
    Personne n'empêche un travailleur de se poser plus de questions que celles de son cahier des charges, de s'impliquer plus avant. Si le système fonctionne, les résultats qu'il obtiendra seront pris en compte lors de sa rétribution.
    Personnellement, je trouve consternant ces gens qui ne voient le "boulot" que comme une contrainte, une affliction, qui sépare leur naissance de leur retraite, ce moment où ils seront enfin libres d'exprimer pleinement tout le talent qu'ils auront soigneusement épargné pour surtout ne pas que quiconque d'autre "puisse en profiter" au long de leur vie active.
    Si on n'arrive pas à établir une relation professionnelle patron-employé (ou cadre-subordonné) basée sur la confiance et le respect mutuels, on se prépare une vie bien frustrante.

  8. #28
    Expert éminent sénior
    Tu ne réponds pas à ma question.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  9. #29
    Responsable Systèmes

    Personne n'empêche un travailleur de se poser plus de questions que celles de son cahier des charges, de s'impliquer plus avant
    Je dirais que ça dépend des boites. Dans certaines, faire plus sera considéré comme normal et le salarié ne sera même pas remercié. Et pire, la prise d'initiative ayant entrainé des tracasserie génèrera au mieux des remontrances. Dans ce cas de figure, la non prise d'initiative être compréhensible.


    Personnellement, je trouve consternant ces gens qui ne voient le "boulot" que comme une contrainte, une affliction, qui sépare leur naissance de leur retraite
    Encore une fois, quand tu fais un boulot mal paye, sans perspective d’évolution, ou tu n'es pas considéré, je pense que le boulot est une contrainte.

    Si on n'arrive pas à établir une relation professionnelle patron-employé (ou cadre-subordonné) basée sur la confiance et le respect mutuels, on se prépare une vie bien frustrante.
    C'est effectivement le problème, regardes ce qui se dit d'Amazon.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  10. #30
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message

    Encore une fois, quand tu fais un boulot mal paye, sans perspective d’évolution, ou tu n'es pas considéré, je pense que le boulot est une contrainte.
    .
    On est d'accord, et dans l'idéal, c'est à ce moment qu'il faut changer et aller voir ailleurs.

    La question était la quantification d'une activité, j'ai restreint le champ à ce que j'ai connu (30 ans...), à un domaine que j'ai contribué à développer en entreprise.

    Il est clair que ça n'avait rien à voir avec une routine, un cahier des charges encyclopédique, des horaires fixes et des primes à la performance. A cette époque, de toutes façons, la rémunération était "suffisante" ! C'est aussi en partie ce point qui a permis l'explosion de l'informatique en général : Une bonne proportion des gens de l'info ne comptaient pas trop leurs heures, était très bien payés de toutes façons, étaient venus à l'info par hasard et s'y sont trouvés bien ensuite.
    On était loin des parcours formatés actuels, où certains semblent caresser l'espoir que, parce qu'ils ont appris tel framework un jour, ils vont pouvoir partir à la retraite sans avoir rien vu d'autre...
    Mais dans nos professions, je ne pense pas qu'il soit possible de quantifier raisonnablement l'activité. La seule mesure vraie est le comportement du système dans son ensemble, son adaptabilité, sa résilience. Ce qui implique que quelle que soit la forme du travail, il doit se faire en équipe puisque la défaillance d'un secteur impact le reste.
    Alors que le gars en télétravail passe son temps à faire des réussites (ou la bringue) mais fournisse en temps, en heure et en qualité parce qu'il travaille extrêmement vite lorsqu'il s'y met (j'en ai connu un), ça me convient parfaitement. Je préfère nettement cela à cet autre, qui faisait ses 8h30 par jour ponctuellement en faisant semblant de tapoter sur son clavier mais qui, au final, n'a jamais produit que de la merde (et des dizaines de milliers de lignes) avant de se faire virer...

  11. #31
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    C'est une évaluation qualitative, pas quantitative… ma question reste entière.
    Arrêtez de rêver.

    La quantité, tout le monde connait : exemple de la malbouffe en très grande quantité de production...

    La qualité : vous ne semblez pas prendre l'importante de ce métrique.

    Pourtant la valeur ajoutée est bien là : cela fonctionne correctement et réalise ce qu'on demande, alors même si le travail a été fait par une "fée" et d'un coup de "baguette magique", ce n'est pas grave.

    Et puis si un employé fait un travail en 2 heures alors que tout le monde le fait en une journée (à qualité égale bien-sur), tant mieux : cela prouve que c'est un bon employé et qu'il faut le garder.

    J'ai connu une situation un jour dans une société. J'étais le premier informaticien employé qui arrivait à tenir les délais (et oui cela m'est arrivé une fois dans ma vie). Quand mon responsable c'est aperçu de cela, il ne m'a pas félicité. Il a voulu me donner une partie de travail d'un collègue et m'a reproché de ne pas faire plus d'heures que mon contrat de travail prévoyait (en restant plus tard le soir). Je lui ai demandé donc de me payer plus, il a refusé. J'ai refusé de prendre le travail des autres (il faut savoir partager dans la vie et ne pas tout garder pour soi). Il n'a pas été content mais il m'a quand même gardé car j'étais encore en période d'essai. A la fin de la période d'essai, j'avais un autre job et j'ai quitté mon cher patron...

    A+
    La connaissance ne sert que si elle est partagée.
    http://ms2i.net

  12. #32
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
    Arrêtez de rêver.


    Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
    Pourtant la valeur ajoutée est bien là : cela fonctionne correctement et réalise ce qu'on demande, alors même si le travail a été fait par une "fée" et d'un coup de "baguette magique", ce n'est pas grave.
    Et comment tu quantifies cela ?

    Comment tu mets un chiffre…
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  13. #33
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message



    Et comment tu quantifies cela ?

    Comment tu mets un chiffre…
    Vas à l'université et tu pourras apprendre tout cela.

    Bonne journée.
    La connaissance ne sert que si elle est partagée.
    http://ms2i.net

  14. #34
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
    Vas à l'université et tu pourras apprendre tout cela.

    Bonne journée.


    Je suis celui qui fait les cours à l'université, banane.



    La problématique de fixer une métrique quantitative de "performance" est loin d'être triviale. D'autant plus pour ce genre d'activités.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  15. #35
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    Si un employeur ne peut pas quantifier le travail fourni par ses salariés au résultat obtenu, je me demande pourquoi il les a engagés...
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Et comment tu quantifie le travail, e.g. de sysadmins ? Sur quelles métriques ?
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    C'est ça, ma métrique.
    Vous ne parlez pas la même langue.

    TJ1985 a utilisé le mot quantifier dans le sens évaluer, pas forcément en chiffres.
    Neckara a compris quantifier dans le sens évaluer et exprimer en chiffres, ce qui est d'ailleurs conforme à ce que dit le dictionnaire :
    QUANTIFIER, verbe trans.
    A. − Attribuer une quantité, une valeur quantitative à (une chose concrète ou abstraite); évaluer et exprimer en chiffres.
    Source : https://www.cnrtl.fr/definition/quantifier

    Je vois aussi un malentendu sur l'usage du mot métrique. Ce n'est pas un simple synonyme de critère d'évaluation. Il y a aussi les idées de mesure, de quantité, de nombre.

  16. #36
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
    TJ1985 a utilisé le mot quantifier dans le sens évaluer, pas forcément en chiffres.
    Je ne connaissais pas cet usage du mot.

    Je suis allé vérifier sur le dictionnaire de l'Académie, Wikitionnaire, et Larousse, j'ai pas l'impression que cet usage soit accepté.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  17. #37
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Je ne connaissais pas cet usage du mot.
    Je ne pense pas avoir vu cet usage avant moi non plus, mais je l'ai déduit en lisant le message de TJ1985 de 08h07.
    En général, même les mots ayant un sens précis ont tendance à être utilisés dans des sens qui leurs sont proches, mais différents du sens de départ.

  18. #38
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message


    Je suis celui qui fait les cours à l'université, banane.



    La problématique de fixer une métrique quantitative de "performance" est loin d'être triviale. D'autant plus pour ce genre d'activités.
    Déjà je ne t'ai pas qualifié de banane.

    De plus, si tu fais LES COURS DE L'UNIVERSITE tu es très bon : ENSEIGNANT-CHERCHEUR au minimum... Alors tes propos ne laissent pas parait tout ton SAVOIR MAGISTRAL.

    Mes respects, bon seigneur...
    La connaissance ne sert que si elle est partagée.
    http://ms2i.net