Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Membre expert
    Citation Envoyé par foetus Voir le message
    Oui

    Mais après vérification, il y a un serveur qui va t'envoyer les notifications. Qui s'occupe de ce serveur l'opérateur téléphonique ? la société qui développe l'application ? un prestataire ?
    Et donc, l'application va bien recevoir un "identifiant unique" de ce serveur. Et donc comment ce serveur envoie les notifications Est-ce qu'il stocke ton numéro de téléphone ? ton adresse IP ? autre ?
    En l'occurrence je pense l'etat va gerer le serveur en effet. Pour recevoir une notification push, il n'y a pas besoin de fournir un numero de telephone, je ne sais pas comment ca marche exactement par telephone, mais ca doit etre ton telephone qui s'inscrit a un webhoock, donc oui le telephone doit avoir un marqueur unique (probablement la gestion de token ect...) mais par forcement d'information personnelle.

    Personnellement, si la CNIL donne son accord, je ne vois pas le soucie, meme si seule, l'application ne sert pas a grand-chose...
    Ce post à été écrit par un panda
    Apollo 11 - AGC revue de code
    -- qwerty keybord

  2. #162
    Membre habitué
    On peut très bien avoir un serveur qui stocke la liste des ID en contact avec une personne contaminé (sans le lien avec cette personne), et une clé d’authentification.

    Lorsque l’on est détecté contaminé, le service de soins récupère les ID en contact (en local sur le téléphone) et prévient le serveur pour changer l’état de ces ID.

    L’application connue par son ID et authentifiée par une clé demande régulièrement au serveur «*ai-je été en contact*», et le serveur répond sans même connaître d’informations personnelles si ce n’est l’ID.

  3. #163
    Expert éminent
    Citation Envoyé par MarieKisSlaJoue Voir le message
    Personnellement, si la CNIL donne son accord, je ne vois pas le soucie
    Il semble qu'elle ait été particulièrement laxiste sur certains sujets liés au RGPD, et donc aux données personnelles.
    https://www.laquadrature.net/2020/03...t-aux-cookies/
    https://www.laquadrature.net/2020/03...r-la-pandemie/

    Du coup, elle ne fait plus office de garde fou sérieux pour certains.
    Site perso
    Recommandations pour débattre sainement

    Références récurrentes :
    The Cambridge Handbook of Expertise and Expert Performance
    L’Art d’avoir toujours raison (ou ce qu'il faut éviter pour pas que je vous saute à la gorge {^_^})

  4. #164
    Chroniqueur Actualités

    Snowden avertit que les États utilisent le coronavirus pour construire « l’architecture de l’oppression »
    Snowden avertit que les gouvernements utilisent le coronavirus pour construire « ;l’architecture de l’oppression ;»,
    et prédit que les mesures prises pour lutter contre le COVID-19 vont persister longtemps

    Depuis des années, des experts ne manquent pas d’évoquer des menaces de pandémie mondiale. En 2015 par exemple, Bill Gates, le cofondateur de fondation Bill & Melinda Gates, a déclaré lors de la conférence TED 2015 que « ;si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes au cours des prochaines décennies, il s’agira très probablement d’un virus hautement infectieux plutôt qu’une guerre. Pas des missiles, mais des microbes ;».

    Bill Gates ajouta que cela pourrait être dû en partie au fait que « ;nous avons investi énormément dans des moyens de dissuasion nucléaire. Mais nous avons en fait investi très peu dans un système pour arrêter une épidémie ;». Et de conclure lors de son discours que « ;nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie ;».

    Comme Bill Gates, Edward Snowden, le lanceur d’alerte qui a mis à nu en 2013 les opérations de surveillance menées par la NSA, vient de déclarer lors d’une interview donnée par visioconférence que « ;tous les universitaires, tous les chercheurs qui ont examiné cette question savaient que cela allait arriver ;». « ;Il n’y a rien de plus prévisible qu’une pandémie dans un monde où nous vivons les uns sur les autres dans des villes surpeuplées et polluées ;». « ;Même les agences de renseignement [le savaient], je peux vous le dire de première main, car elles lisaient les rapports qui prévoyaient la pandémie ;», dénonce Edward Snowden. C’est à croire que ces gouvernements n’ont pas vraiment pris ces alertes au sérieux. Conséquence, le monde entier fait les frais d’une pandémie incontrôlable qui fait tomber chaque jour des hommes, des femmes et même des enfants par centaines.

    Pour faire face à la pandémie, la Chine qui a été le premier à être touché a dû mettre en place des mesures très strictes qui lui ont permis de sortir de cette crise sanitaire. Entre autres mesures, nous avons par exemple le confinement, mais aussi des actes de répression contre les contrevenants et le renforcement de la censure sur internet. En quelque trois mois, les mesures prises par la Chine auraient permis de maîtriser la progression du virus au sein de la population, à en croire les chiffres publiés par les autorités chinoises. Pour une population de plus d’un milliard d’habitants, la Chine a rapporté seulement 81 ;907 cas confirmés de malades du virus pour 3 ;336 décès et 77 ;455 guérisons. En France, pour une population qui est estimée à un peu plus de 67 millions d’habitants, l’on enregistre actuellement 112 ;950 cas de personnes contaminées pour 13 ;197 décès et 24 ;932 guérisons. En Belgique, pour une population de 11,46 millions d’habitants, l’on enregistre présentement 26 ;667 personnes contaminées, 3 ;019 décès et 5 ;568 guérisons. En Suisse, pour 8,57 millions d’habitants, l’on a pour l’instant 24 ;551 contaminés, 1 ;002 décès et 11 ;100 guérisons. Sur la base de ces chiffres, l’on pourrait se dire que les régimes autocratiques sont mieux armés que les régimes démocratiques pour gérer cette crise. Pour Snowden, cela n’est pas vrai. Même si la Chine peut faire des choses que la France, les États-Unis, l’Angleterre, etc. ne peuvent pas faire, pour lui, cela ne signifie pas que ce que font les pays autocratiques est en fait plus efficace.

    Si pour le lanceur d'alerte, les mesures que la Chine a utilisées ne sont pas aussi efficaces, le fait que la propagation du virus a été maîtrisée en Chine a attiré l’attention de nombreux pays. Plusieurs gouvernements n’ont pas hésité à demander conseil et à suivre le modèle de la Chine en commençant par confiner les gens. D’autres pays sont allés plus loin en commençant à faire usage d’applications de contact tracing (suivi des personnes pour les avertir assez tôt d’un risque de contagion lorsqu’elles ont été exposées à une personne classée comme contaminée). Et à mesure que la crise sanitaire s’intensifie, chaque gouvernement n’hésite pas à user des moyens qu’il juge adéquats pour s’en sortir. Pour éviter le cafouillage au niveau des applications de contact tracing, l’UE a appelé à la mise en œuvre d’une application de suivi paneuropéenne.

    Analysant les mesures prises dans l’urgence pour faire face à la pandémie, Joseph Cannataci, le rapporteur spécial des Nations unies, a mis en garde les États en déclarant que « ;les dictatures et les sociétés autoritaires commencent souvent face à une menace ;». Et d’ajouter que « ;c’est pourquoi il est important d’être vigilant aujourd’hui et de ne pas céder toutes nos libertés ;».

    Edward Snowden est également de cet avis et déclare qu’à « ;mesure que l’autoritarisme se répand, que les lois d’urgence se multiplient, que nous sacrifions nos droits, nous sacrifions également notre capacité à arrêter le glissement dans un monde moins libéral et moins libre ;».


    « ;Croyez-vous vraiment que lorsque la première vague, la deuxième vague, la 16e vague du coronavirus sera oubliée depuis longtemps, ces capacités ne seront pas conservées ;? Que ces ensembles de données ne seront pas conservés ;? Peu importe comment il est utilisé, ce qui est construit est l’architecture de l’oppression ;», avertit Snowden.

    Source : YouTube

    Et vous ?

    Comment jugez-vous les mesures prises par les gouvernements pour lutter contre la propagation du coronavirus ;?

    Pensez-vous que les mesures comme le suivi des personnes prises aujourd’hui sont en train de construire une société d’oppression ;?

    Voir aussi

    Poutine prend des précautions contre le coronavirus alors que le Kremlin dévoile une application de suivi qui risque de transformer Moscou en « ;camp de concentration numérique ;»
    La Chine promulgue une nouvelle loi qui interdit aux internautes de publier du contenu négatif, elle pourrait être utilisée pour censurer les actualités sur le coronavirus
    Le coronavirus fait sortir de l’ombre l’état de surveillance de la Chine, les sociétés d’IA se targuant de pouvoir identifier dans la rue des personnes ayant même une faible fièvre, selon un rapport
    « ;Les dictatures naissent souvent face à une menace ;» : un expert de l’ONU met en garde contre une menace à long terme pour la vie privée, dans le cadre de la surveillance du coronavirus
    Big Brother à l’ère du coronavirus — plus de 100 groupes alertent contre une extension de la surveillance : « ;Nous vivons un temps extraordinaire, mais les droits de l’homme s’appliquent toujours ;»
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #165
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
    Edward Snowden est également de cet avis et déclare qu’à « ;mesure que l’autoritarisme se répand, que les lois d’urgence se multiplient, que nous sacrifions nos droits, nous sacrifions également notre capacité à arrêter le glissement dans un monde moins libéral et moins libre ;».
    Ouais c'est fort possible qu'après la crise du SARS-CoV-2 les peuples soient moins libre.
    Les gouvernements ont besoin de devenir plus autoritaire pour survivre, parce que vu la violence de la crise économique qui arrive, ça pourrait finir en révolution. Donc il faut de quoi pouvoir faire taire n'importe quel individu.
    Les prochaines années ne vont pas être géniales... Le niveau de vie des peuples va probablement chuter.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #166
    Membre expert
    à en croire les chiffres publiés par les autorités chinoises.
    Le premier probleme est la, peut-on reellement croire les chiffres le Chine ? Personnellement je ne pense pas.
    Je suis d'accord sur le fait qu'il faut faire attention a ne pas faire passer n'importe quoi comme lois qui pourrai dans le futur se retourner contre nous meme. Mais on est en meme temps je pense tous interieurement partage. Nous vivons une epoque formidable ou la technologie permet de faire des choses incroyables, et tres utile au bien etre de la societe. Mais a chaque fois le pouvoir et l'argent semble venir corrompre cette formidable utopie qu'on pourrai créer (merci des liens concernant la CNIL...) C'est deseprant...
    Ce post à été écrit par un panda
    Apollo 11 - AGC revue de code
    -- qwerty keybord

  7. #167
    Membre extrêmement actif
    Ah voilà le bon Snowden!

    Profitant de cette période de confinement, je vous invite à lire le livre de Snowden (Titre: Mémoire vive, je crois).

    Et là, il faut avouer que le personnage semble peu crédible:

    On a un mec qui dit être, aussi bien du côté de sa mère que de son père, en lignée directe des fondateurs des USA. Si, si, il est le descendant direct des colons du MayFlower (le bateau qui amène les 1er colons en 1620!!!)

    On a un mec qui nous explique ces premiers émois face à l'ordinateur de papa au salon à l'age où il a 4 à 5 ans. Perso, je ne me rappèle même pas du jouet préféré que j'utilisais à cet âge (mais bon, je ne suis pas un "génie" tel que Monsieur Snowden)

    On a un mec qui nous explique comment il a espionné l'Agence internationale de l'énergie atomique à Genève en Suisse... Pas de bol, cette agence se trouve en réalité à Vienne en Autriche

    etc...

  8. #168
    Futur Membre du Club
    On a un mec qui nous explique comment il a espionné l'Agence internationale de l'énergie atomique à Genève en Suisse... Pas de bol, cette agence se trouve en réalité à Vienne en Autriche
    Votre affirmation est fausse. Il existe une bureau de liaison de l'AIEA à Genève. Cette information est pourtant vérifiable sur le site de l'AIEA: https://www.iaea.org/fr/contact !

    Les deux autres arguments, bien que peu effectivement probables, ne sont pas vérifiables...

  9. #169
    Chroniqueur Actualités

    Pourquoi le projet français d’application StopCovid fera très probablement un bide ?
    Pourquoi le projet français d’application StopCovid fera très probablement un bide ?
    Voici quelques pistes de réflexion

    Tout est parti d'une annonce du secrétaire d’État au Numérique, Cédric O, qui a révélé au journal Le Monde que le gouvernement travaille d’ores et déjà sur une application mobile dénommée StopCovid : « Le gouvernement a décidé de lancer le projet StopCovid afin de développer une application qui pourrait limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission ». « L’idée serait de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner », explique-t-il.

    Le secrétaire d'État n'a pas oublié d'expliquer le fonctionnement de StopCovid. Le projet s'appuie sur la technologie Bluetooth, qui permet aux smartphones d'identifier des appareils à proximité (écouteurs, enceintes, imprimantes...) et non le recueil de données de géolocalisation. « L'application ne géolocalisera pas les personnes. Elle retracera l'historique des relations sociales qui ont eu lieu dans les jours précédents, sans permettre aucune consultation extérieure ni transmettre aucune donnée », explique le secrétaire d'État.

    Lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique L'application peut s'avérer utile, mais rencontre aussi quelques obstacles techniques. StopCovid fera très probablement un bide à cause de plusieurs raisons.

    StopCovid est optionnel

    D'abord, l'application est optionnelle. À chacun d'installer StopCovid de façon volontaire. Son utilisation se ferait sur la base du volontariat, afin de respecter le cadre du RGPD. De ce fait, l'on pourrait se demander, combien de personnes accepteraient de s’en servir ? À ce propos, un sondage réalisé par une équipe de recherche de l’université britannique d’Oxford qui travaille justement sur ce type d’application pour lutter contre la pandémie révèle qu'une nette majorité de Français seraient favorables à l’utilisation d’une application enregistrant leurs interactions sociales et les avertissant s’ils ont été en contact avec une personne malade du Covid-19, ou prévenant ceux qu’ils ont côtoyés s’ils sont eux-mêmes infectés.


    Selon le sondage, ils seraient près de 48 % des personnes interrogées à l’installer « sans aucun doute » et 31 % à le faire « probablement », un pourcentage qui n’évolue guère avec l’âge. 79 % de la population pourraient donc installer l'application, mais c’est du déclaratoire. Un gap est à prévoir entre ce qui est affirmé et effectivement fait. Dans tous les cas, l’échantillon de la population serait modeste (1000) et donc peu pertinent. Aussi, ces résultats sont de toute façon à prendre avec des pincettes, selon les auteurs du sondage : «  nous n’avons pu discuter le mode de fonctionnement et l’installation de l’application qu’en termes très généraux, alors que les détails précis de mise en œuvre pourraient grandement affecter les décisions d’installation ». Une polémique autour de StopCovid pourrait en outre diminuer son adoption.

    Tout le monde ne dispose pas de smartphones

    Ensuite, une autre problématique est que tout le monde n'a pas de smartphones. Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie l’évalue à 77 % dans une enquête de 2019. Par conséquent, il y a 23 % de la population qui utilisent soit un téléphone mobile qui n'est pas smartphone, soit qui n’en a pas. C'est un pourcentage considérable qui regroupe près de 16 millions d’individus. Il y a aussi le cas des personnes (13 millions environ) qui ne savent pas se servir des outils numériques et qui pourraient avoir du mal à faire fonctionner StopCovid.

    Il faudrait aussi un dépistage massif et régulier de la population pour connaître ceux qui sont testés positifs au covid-19 afin d'identifier et d'alerter ceux qui sont entrés en contact avec eux via StopCovid. Or, cela requiert une logistique et un approvisionnement en matériels et en solutions biologiques que la France ne parvient pas encore à assurer à grande échelle dans tout le pays. Il y a aussi le problème de la fiabilité des tests. Si une personne est testée négative alors qu'elle est en réalité positive, il risquerait alors d’infecter son voisinage. À l’inverse, un faux positif aurait pour effet de créer des alertes dans StopCovid pour rien.

    L'application soulève également des problèmes de confidentialité

    À travers une série de 8 questions, le Computational privacy group, un groupe de recherche sur les risques pour la vie privée découlant des ensembles de données comportementales à grande échelle, tire la sonnette d'alarme sur le fait que la collecte à grande échelle de données d'utilisateurs peut rapidement conduire à une surveillance de masse. Le Comité national pilote d'éthique du numérique a aussi mené des réflexions sur le sujet et présente le contexte et développe deux points spécifiques. D’une part les questionnements éthiques liés à l’usage des outils numériques dans le cadre d’actions de fraternité, et d’autre part celui des enjeux éthiques liés aux suivis numériques pour la gestion de la pandémie.

    Quelques problèmes d'ordre technique se posent aussi

    La technologie Bluetooth sur laquelle se base l'application StopCovid ne serait pas suffisamment précise pour permettre de mesurer si l'on se trouvait à plus (ou moins) des deux mètres de distanciation sociale recommandés par les autorités sanitaires, sa portée pouvant aller de moins d'un mètre à près de 400 mètres. La qualité du signal aussi dépendrait du terminal utilisé, de sa batterie et de ses composants, et autres.

    StopCovid ne pourrait pas non plus se baser sur le GPS de toute façon, cette piste semble être déjà écartée. Des analystes de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), dont la mission est de "défendre et préserver les droits et libertés individuelles", ont fait un récapitulatif de leurs discussions avec des ingénieurs et responsables de plusieurs des principales entreprises américaines ayant des connaissances sur les données de géolocalisation.

    Les antennes relais seraient trop imprécises. Les données GPS, censées être précises au mètre près, le sont plutôt à 5 ou 20 mètres, à l'extérieur et par temps clair. Elles ne fonctionneraient pas à l'intérieur ni à proximité, des immeubles, dans les grandes villes, ou quand il fait mauvais temps. Google reconnaît que les mécanismes de récolte de données d’Android ou de Maps ne sont « pas construits pour fournir des enregistrements robustes et de haute qualité à des fins médicales et ne peuvent être adaptés à cette fin ».

    Sources : Center for Open Science, CCNE, ACLU

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Selon vous, l'application StopCovid est-elle vraiment une solution à la pandémie ?
    Que pensez-vous des difficultés d'ordre technique relevées ?
    Que suggéreriez-vous pour le développement de StopCovid ?

    Voir aussi

    StopCovid : quelle serait l'utilité de l'application de traçage qu'étudie le gouvernement français ? Quels obstacles techniques sont rencontrés ? Voici quelques éléments de réponses

    StopCovid : la France travaille sur une application qui va tracer l'historique des contacts avec les malades, mais la piste de la géolocalisation est écartée

    Les Français devront rester libres de ne pas installer l'application de tracking StopCovid, juge la CNIL qui ajoute que le fait de refuser l'application n'aurait aucune conséquence préjudiciable
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #170
    Membre actif
    Citation Envoyé par floyer Voir le message
    On peut très bien avoir un serveur qui stocke la liste des ID en contact avec une personne contaminé (sans le lien avec cette personne), et une clé d’authentification.

    Lorsque l’on est détecté contaminé, le service de soins récupère les ID en contact (en local sur le téléphone) et prévient le serveur pour changer l’état de ces ID.

    L’application connue par son ID et authentifiée par une clé demande régulièrement au serveur «*ai-je été en contact*», et le serveur répond sans même connaître d’informations personnelles si ce n’est l’ID.
    Tu n'as pas besoin de serveur pour stocke la liste des contact.
    on peut faire d'un maniéré simple et qui garanti l'aonymat.
    tu télécharge depuis un serveur un liste id unique que tu vas utilise dans ton téléphone ( un id est valable 5 minutes ).
    tu enregistre l'id de tout personne avec qui tu est contact.

    Si un personne est malade , elle publie sur un serveur sa liste ID utilisé (pas celle des contacts) . Ton téléphone la récupére et il fait le check. on es prévenu sans que d'autre personne soient au courant.

  11. #171
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Profitant de cette période de confinement, je vous invite à lire le livre de Snowden (Titre: Mémoire vive, je crois).
    Très bon livre en effet.

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    On a un mec qui dit être, aussi bien du côté de sa mère que de son père, en lignée directe des fondateurs des USA. Si, si, il est le descendant direct des colons du MayFlower (le bateau qui amène les 1er colons en 1620!!!)
    En 300 ans, on peut estimer qu'il y a eu 12 générations (25 ans/générations). Si on estime 2 enfants par générations (sachant qu'à l'époque les familles étaient bien plus nombreuses), cela fait ~30 000 000 descendants (estimation très grossière) par passager du MayFlower. Si on compte qu'il en possédait 102, on a un chiffre assez énorme de descendant pour notre estimation très grossière.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mayflo...ur_descendance
    Liste évidemment non exhaustive, des millions d'Américains possédant un ou plusieurs passagers du Mayflower parmi leurs ancêtres.
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    On a un mec qui nous explique ces premiers émois face à l'ordinateur de papa au salon à l'age où il a 4 à 5 ans. Perso, je ne me rappèle même pas du jouet préféré que j'utilisais à cet âge (mais bon, je ne suis pas un "génie" tel que Monsieur Snowden)
    Personnellement, j'ai des souvenirs de maternelle (donc ~ de 3 à 5 ans).
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  12. #172
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Tout le monde ne dispose pas de smartphones
    ça oui c'est une évidence.
    Notamment chez les seniors , les personnes agées de plus de 70ans ; la majorité ne doit pas avoir de smartphone.
    Or mauvaise pioche c'est la population de personnes qui est la plus susceptible de contracter le virus
    Citation Envoyé par miaous Voir le message
    Tu n'as pas besoin de serveur pour stocke la liste des contact.
    [..]
    tu télécharge depuis un serveur un liste id unique que tu vas utilise dans ton téléphone ( un id est valable 5 minutes ).
    eeeh première ligne de votre intervention vous écrivez qu' il n'y pas besoin de serveur.
    3ième ligne il faut se connecter à un serveur.
    Y-a-t-il une chose que je n'ai pas compris ?
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  13. #173
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Tout le monde ne dispose pas de smartphones
    ça oui c'est une évidence.
    Il y a des personnes qui aujourd'hui n'ont pas encore de smartphones ? Nan mais allô quoi ?




    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Notamment chez les seniors , les personnes agées de plus de 70ans ; la majorité ne doit pas avoir de smartphone.
    En même temps, ce ne sont pas nécessairement ceux qui sont les plus actifs.


    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Or mauvaise pioche c'est la population de personnes qui est la plus susceptible de contracter le virus
    Non.

    Ce sont ceux qui ont le plus de chances de mourir du virus ou d'avoir des complications. Tout le monde a les mêmes "chances" de contracter le virus.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  14. #174
    Membre actif
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    ça oui c'est une évidence.
    Notamment chez les seniors , les personnes agées de plus de 70ans ; la majorité ne doit pas avoir de smartphone.
    Or mauvaise pioche c'est la population de personnes qui est la plus susceptible de contracter le virus
    eeeh première ligne de votre intervention vous écrivez qu' il n'y pas besoin de serveur.
    3ième ligne il faut se connecter à un serveur.
    Y-a-t-il une chose que je n'ai pas compris ?
    je n'ai pas été clair , tu n'as pas besoin de serveur qui stocke la connexion de A avec B .
    il faut juste que B soit informé que A a été testé positif après avoir été en contact avec A. si tu as l'info que A et X sont positif , A va t'interesse car tu a été en contatc avec lui, par contre X avec qui tu n'as pas de contact tu t'en fous.

  15. #175
    Rédacteur

    A mon sens, il y aurait une opportunité à saisir si cela permettait, en toute anonymat, d'alimenter la modélisation de la pandémie (circulation du virus - REX des behaviors vertueux et toxiques…)
    Néanmoins, l'anonymat risque de rendre moins pertinentes les raw data qui remontent des smartphones. En effet, le sexe est par exemple un facteur très important pour mesurer l'impact du comportement (femme moins touchées que les homme).
    Je pense qu'il serait intéressant de connaitre les options de modélisation retenues par le gouvernement.
    Développeur Java
    Site Web

  16. #176
    Membre habitué
    @miaous : effectivement c’est encore mieux

    Je comprends la remarque «*tout le monde n’a pas un smartphone*», mais le but est de rendre un taux de reproduction (R) inférieur à 1... chaque mesure (masque, distantiation sociale, lingette désinfectante dans les supermarchés...) peut avoir son rôle à jouer. Le traçage (avec dépistage et confinement sélectif) ne peut qu’aider même avec ses défauts. Si cela peut contribuer à éviter une deuxième vague, vu les conséquences, cela vaut le coût de mettre les chances de notre côté.

  17. #177
    Expert éminent
    J'ai vu une émission qui en parle et la question qui tue est : Que fait-on si on reçoit l'alerte "vous avez été en contact avec 1 personne atteinte du COVID-19" ?

    On rentre chez soi et on reste confiné Il me semble qu'en Corée du Sud, la personne se rend à un "drive-in" tests


    Citation Envoyé par miaous Voir le message
    je n'ai pas été clair , tu n'as pas besoin de serveur qui stocke la connexion de A avec B .
    il faut juste que B soit informé que A a été testé positif après avoir été en contact avec A. si tu as l'info que A et X sont positif , A va t'interesse car tu a été en contatc avec lui, par contre X avec qui tu n'as pas de contact tu t'en fous.
    C'est + ou - ce que disait @floyer : il faut mettre en place un système "pull" pour éviter de s'inscrire à un serveur pour recevoir la notification ("push") afin de garantir l'anonymat. Mais quid de la consommation de la bande passante sur téléphone mobile ?

  18. #178
    Membre habitué
    @foetus : chaque téléphone récupère très régulièrement sa messagerie. Là un mécanisme type pull ne va pas changer grand chose, surtout que l’on n’est pas à une heure près alors que les contacts ont entre 0 et 14j d’ancienneté.

    Mais c’est vrai qu’interroger l’état de tous ses contacts (protocole proposé par miaous : sont-ils positifs ?) entraîne plus de débit qu’interroger son propre état (ce que j’avais décrit avant : ai-je été en contact avec une personne contaminée ?).

    Comme je l’ai évoqué, l’application sur smartphone n’a d’intérêt qu’avec une organisation offrant des tests. Sinon l’intérêt est nul.

  19. #179
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Non.
    Ce sont ceux qui ont le plus de chances de mourir du virus ou d'avoir des complications.
    c'est pourtant ce que je voulais écrire, non ?
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  20. #180
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    c'est pourtant ce que je voulais écrire, non ?
    Ce que tu voulais écrire peut-être, mais pas ce que tu as écris.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/