Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #401
    Membre régulier
    Je brasse, tu brasses,...
    Dans le contexte actuel, la mission des managers qui nous gouvernent est triple :
    • Favoriser le business des entreprises pharmaceutiques (vaccin à venir).
    • Ralentir la grogne montante depuis de nombreux mois.
    • Se protéger au mieux d'éventuelles conséquences juridiques.


    Leur bidule est un ingrédient du 3ème point qui, comme le reste, ne sert à rien, ce qui constitue un moindre mal.

  2. #402
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par brulain Voir le message
    • Favoriser le business des entreprises pharmaceutiques (vaccin à venir).
    Plein d'industries ont souffert (tourisme, bars, concerts, festivals, boite de nuit, culture , etc), les gouvernements pensent qu'un vaccin serait la solution miracle qui permettrait un retour à la normal.
    Il me semble que le SARS-CoV-1 et le MERS-CoV ont disparu avant que les vaccins ne soient prêt.
    On pourrait peut-être arrêter se délire de masque et de distanciation sociale sans que ça provoque une saturation des lits de réanimation.

    Aujourd'hui on voit bien que plein de gens sont malades alors qu'ils n'ont aucun symptôme, ça veut dire que la maladie n'est pas si méchante que ça...
    Et de toute façon qui respecte réellement le protocole ? Est-ce que vous détruisez votre masque en papier 4h après l'avoir sortie de sa boite ? Normalement il ne faut pas l'enlever, le remettre, le ranger dans sa boite à gant ou dans sa poche, etc.

    Citation Envoyé par brulain Voir le message
    • Ralentir la grogne montante depuis de nombreux mois.
    Le confinement a bien calmé tout le monde.
    Mais c'est vrai que les mouvements de contestation pourraient gagner des membres à cause de l'aggravation de la crise économique.
    Devoir porter un masque au bureau ça ne risque pas de calmer les gens qui bossent dans un bureau... Ça casse les pieds comme on dit dans le jargon.

    Citation Envoyé par brulain Voir le message
    ne sert à rien
    À Singapour et à Taiwan ce genre de technologie a un peu aidé.
    Ça peut être utile de recevoir un message qui te prévient que t'as été en contact avec des gens qui viennent d'être déclaré positives, comme ça tu vas te faire tester, si t'es positif tu t'isoles sinon tu continues ta vie normalement.

    En France c'était la catastrophe, il n'y avait pas de test, pas de masque, donc on ne pouvait que confiner tout le monde pour gagner du temps (ce qui est vraiment nul comme bricolage, mais on ne pouvait pas faire mieux malheureusement ).
    Les échecs permettent d'apprendre et de s'améliorer, la France va retenir des leçons ^^
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #403
    Membre averti
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Êtes-vous en accord avec l’avis selon lequel l’installation de StopCovid sur la base du volontariat est pour beaucoup dans l’explication de son échec ?
    Suivi de la propagation du coronavirus par smartphones : qu’est-ce qui n’a pas marché selon vous ? Quels sont les facteurs qui expliquent cet échec
    En admettant qu'il soit possible d'obliger les gens à installer l'application (quid des gens qui n'ont pas de smartphones, par choix ou par contrainte ?), ça n'aurait vraiment eu d'effet que si les gens se soumettaient au bon vouloir de l'Etat, ce qui est loin d'être le cas en Europe (heureusement, d'ailleurs). Une obligation aurait très probablement provoqué une réactance de la part des gens, qui auraient trouvé des combines (comme désactiver le Bluetooth, l'installer sur un vieux smartphone secondaire qui reste bien sagement à la maison).
    De plus, l'application n'est pas vraiment fiable, soulève certaines questions sur son implémentation douteuse et choque par le coût de sa maintenance. Si on veut chercher des causes de son échec, je proposerais plutôt de chercher de ce côté-là.

  4. #404
    Membre expérimenté
    A si il y a eu les résultats voulu. La boite du bon copain qui a eu ça en charge c'est fait un max de blé dessus et si je ne me plante a même surfacturé les serveurs.

  5. #405
    Futur Membre du Club
    Pour avoir essayer d'utiliser leur application, il y a aussi 2 points qui sont rédhibitoire pour l'utilisation d'un par le plus grand nombre (point de vue sans prise en compte du risque de divulgation de données personnelles)
    • Désactivation régulière et automatique de l'application, il faut régulièrement la réactiver.
    • Et pendant plus de 10 jours après une période de fonctionnement normal (environ 1 semaine), lorsque je cliquais sur le bouton "j'active StopCovid", j'avais systématiquement un message du genre: "impossible d'activer StopCovid. StopCovid est victime de son succès". Au bout de 10 jour, j'avais une application morte sur le téléphone à laquelle je ne m'intéressais plus... du coup poubelle.

  6. #406
    Membre averti
    mon porte-monaie de contribuable crache à la figure des opportunistes de service pour qui cette application , au destin pourtant évident , a été un tremplin , une mane financière ou une mane politique.

    je suis par principe contre la violence, mais au vu des dessous évoqués dans cette affaire , je pense que les payeurs ont le droit d'être haineux !

  7. #407
    Membre émérite
    Comme dit précédemment, les raisons de l'échec sont :
    - le manque de transparence de l'application
    - l'opacité du coté serveur (qui est centralisé, non distribué)
    - le comportement douteux du développement --> audit de conformité, puis abus de modification à outrance après avoir communiqué les résultats de l'audit.
    - coût incohérent du système (ou en tout cas, mal argumenté)
    ...
    et surtout :
    - la défiance et méfiance du peuple envers son gouvernement
    Je suppose que le facteur principal de comparaison d'adoption entre les pays, est lié à la défiance et de méfiance du peuple envers son gouvernement.
    Je constate également , qu'aucun pays au monde n'a pû dépasser le 1/4 de la population en terme d'ACTIVATION ...et bien évidemment, le chiffre sur les utilisateurs uniques sont passés sous la porte, ainsi que le nombre d'utilisateurs simultanés ...ou à minima le nombre d'utilisateur unique par semaines sur telle ou telle période.

    Bref, mon étonnement est que finalement, même les néophytes ont boudé cette appli... et je suis curieux de savoir pour quelles raisons.
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  8. #408
    Responsable
    Office & Excel

    Citation Envoyé par Steinvikel Voir le message
    [...]
    Je pense que tu as évoqué la raison principale: la perte quasi totale de confiance envers les gouvernements.

    La crise du covid a été, et est toujours, un immense terrain de test de l'asservissement de la population. Dans une de nos provinces belges (sorte de niveau de pouvoir inutile et coûteux à l'échelle du confetti belge), le gouverneur provincial (sorte de petit potentat local inutile et grassement payé) a décidé que tout le monde devait avoir un masque sur soi , pas forcément le porter, mais l'avoir à sa disposition, sous peine d'amende salée.

    Que ce masque traîne dans le fond de ta poche tout chiffonné, sale, etc, et donc soit inefficace voire potentiellement source de plus de problèmes que de solutions, ce nuisible inutile s'en fout, il veut que tu puisses montrer ton masque à un policier. Les dérives étatiques de cette "crise sanitaire" sont immenses, et la méfiance, toujours légitime, envers ceux qui gouvernent s'est muée en un rejet pur et simple des institutions.
    "Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" (Voltaire)
    ---------------
    Mes remarques et critiques sont purement techniques. Ne les prenez jamais pour des attaques personnelles...
    Une fois pour toutes, je donne mon avis. Je ne vais pas le répéter à chaque message...
    Si je propose une solution générique sur votre solution spécifique, c'est parce que, fainéant de nature, je privilégie le réutilisable...
    Le VBA ne palliera jamais une mauvaise conception de classeur ou un manque de connaissances des outils natifs d'Excel...
    Ce ne sont pas des bonnes pratiques parce que ce sont les miennes, ce sont les miennes parce que ce sont des bonnes pratiques
    VBA pour Excel? Pensez D'ABORD en EXCEL avant de penser en VBA...
    ---------------

  9. #409
    Membre émérite
    Le rejet n'était-il pas déjà présent avant ?

    Ca, plus le continuel manque de transparence, alimente une éxacerbation de ce rejet.

    C'est con comme le Monde, mais ça ne vient pas de la dernière pluie. ^^'
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  10. #410
    Chroniqueur Actualités

    Application StopCovid : clôture de la mise en demeure à l’encontre du ministère des Solidarités et de la Santé
    Application StopCovid : clôture de la mise en demeure à l’encontre du ministère des Solidarités et de la Santé,
    Les préoccupations de la CNIL ont été prises en compte dans les nouvelles mesures

    La Présidente de la CNIL avait rendu publique, le 20 juillet 2020, une décision de mise en demeure à l’encontre du ministère des Solidarités et de la Santé concernant le traitement des données personnelles mis en œuvre dans le cadre de l’application StopCovid France. En effet, après des opérations de contrôles réalisées par la CNIL au mois de juin, la Commission a relevé plusieurs manquements aux dispositions du RGPD et à la loi Informatique et Libertés. Cependant, les éléments de réponse apportés par le ministère au cours du mois d’août ont permis de démontrer que les manquements constatés lors du contrôle avaient cessé.

    Le ministère a en effet pris les mesures nécessaires pour se mettre en conformité avec les injonctions de la mise en demeure. C’est ainsi que le 3 septembre 2020, la Présidente de la CNIL a décidé de procéder à la clôture de la mise en demeure adressée au ministère des Solidarités et de la Santé. « Au regard des éléments de réponse apportés, je vous informe que j’ai décidé de procéder à la clôture de votre dossier ainsi que de la procédure de contrôle n° 2020-097C », a déclaré, dans un communiqué, l’autorité administrative indépendante française.


    Pour combattre la pandémie du covid-19 et surtout réussir la stratégie de déconfinement menée par le gouvernement, le ministère français des Solidarités et de la Santé a proposé, depuis début juin dans PlayStore de Google et App Store d’Apple, une application dénommée StopCovid France, disponible pour les smartphones tournant sur iOS et Android.

    StopCovid est une application mobile de recherche des contacts déployée dans le cadre de la pandémie de Covid-19 en France et destinée à avertir d'une éventuelle transmission avec une personne infectée. StopCovid France permet à chaque utilisateur d'enregistrer un historique de contacts avec d'autres utilisateurs, c'est-à-dire une information relative à la proximité entre deux terminaux mobiles. Elle permet à l'utilisateur de se déclarer diagnostiqué ou dépisté au virus SARS-CoV 2. Elle permet également aux utilisateurs d'être informés qu'ils ont été à proximité d'au moins un autre utilisateur diagnostiqué positif.

    Le téléchargement et l'utilisation de l’application reposent sur une démarche volontaire de la part de l'utilisateur. StopCovid France fonctionne grâce à la conservation de l'historique de proximité, constitué des pseudonymes émis par les smartphones via la technologie Bluetooth à basse consommation. En pratique, une fois installée et les fonctionnalités activées, l'application émet des messages Bluetooth spécifiques et en reçoit en provenance d'autres smartphones sur lesquels elle a été installée et activée.

    Les manquements relevés par la CNIL en Juillet

    L’agence publique CNIL a procédé à trois opérations de contrôles de l’Application au cours du mois de juin dernier. Bien que ces contrôles avaient permis de constater que le fonctionnement de l’application StopCovid respectait pour l’essentiel les exigences de protection de la vie privée et des données personnelles des utilisateurs, la CNIL avait néanmoins relevé plusieurs manquements aux dispositions du RGPD et à la loi Informatique et Libertés.

    La Présidente avait donc mis en demeure le ministère de mettre l’application Stopcovid en conformité dans le délai d’un mois sur les points suivants :

    • Veiller à ce que la nouvelle version de l’application, qui permet de n’envoyer que l’historique de proximité, soit généralisée ;
    • Compléter l’information fournie aux utilisateurs de l’application sur les destinataires de ces données, sur les opérations de lecture des informations présentes sur les équipements terminaux (réalisées via la technologie recaptcha) et le droit de refuser ces opérations de lecture ;
    • Compléter le contrat de sous-traitance conclu entre le ministère et INRIA conformément aux exigences du RGPD ;
    • Compléter l’analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) sur des traitements de données réalisés à des fins de sécurité.

    Du fait de la présence de données médicales, donc sensibles, dans ce projet, le ministère de la Santé a été désigné comme responsable légal du traitement, et donc l’interlocuteur de la CNIL. En juillet, l’agence avait également demandé au gouvernement de se prononcer quant à l’efficacité de l’application dans la lutte contre l’épidémie. Le gendarme des données personnelles a rappelé dans son communiqué à l’époque que « cette mise en demeure n’est pas une sanction. Aucune suite ne sera donnée à cette procédure si le ministère des Solidarités et de la Santé se conforme au RGPD et à la loi Informatique et Libertés dans le délai imparti ».

    StopCovid France a beaucoup été critiquée, à la fois sur son principe et sur les choix techniques faits par le gouvernement. Le Premier ministre français, Jean Castex, a lui-même reconnu lors d’une interview en août que « StopCovid n'a pas obtenu les résultats espérés ». « Nous savions par avance que tester grandeur nature, pour la première fois, un tel outil dans le cadre de cette épidémie serait particulièrement difficile. Et je vous fais observer que nous ne sommes pas le seul pays à faire ce constat. Ce n’est pas l’outil majeur de lutte contre la pandémie, j’en conviens volontiers », a-t-il ajouté.


    Les nouvelles mesures prises pour la mise en conformité de StopCovid France

    Un premier point de mise en conformité de l’application concerne les versions de StopCovid. Selon la CNIL, les utilisateurs disposant de la première version de l’application (v1.0) se voient désormais afficher un écran de mise à jour les empêchant d’activer l’application ou de remonter leurs données de contact sans procéder à une mise à jour préalable. Cette première version de StopCovid ne contenait aucun filtrage local de l’historique des contacts, le filtrage s’effectuant au niveau du serveur central.

    Suite à la mise en demeure, la nouvelle version de l’application (v1.1) impose quant à elle un préfiltrage de l’historique des contacts de l’utilisateur au niveau du téléphone. En conséquence, il est désormais impossible que l’intégralité de l’historique des contacts de l’utilisateur remonte vers le serveur central, sans préfiltrage au niveau du téléphone, d’après l’agence publique.

    Dans une seconde mesure prise par le ministère de la Santé, le système n’a plus recours au système de « reCaptcha » proposé par la société américaine Google. Le captcha est un outil qui vérifie qu’une application ou un service est bien utilisé par une personne, et non pas un programme. Il n’y a donc plus d’opérations de lecture et d’écriture sur le terminal en lien avec cette technologie, même pour les utilisateurs de la première version de l’application (v1.0).

    Le ministère a aussi indiqué dans les mentions d’information fournies aux utilisateurs de l’application que c’est l’INRIA qui est le destinataire des données personnelles. Le ministère a également complété les clauses de son contrat de sous-traitance avec INRIA, afin qu’y figure l’ensemble des informations exigées par le RGPD. Enfin, l'analyse d'impact relative à la protection des données de l’application StopCovid a bien été complétée s’agissant des mesures de sécurité permettant de prévenir certaines attaques informatiques. Cette mesure a été prise suite à la polémique sur la collecte des adresses IP, nécessaire dans une optique de sécurité.

    « Les mesures prises par le ministère des Solidarités et de la Santé quant à l’information des utilisateurs de l’application, aux clauses du contrat de sous-traitance avec INRIA et au contenu de l’AIPD sont conformes aux injonctions de la mise en demeure », a dit la CNIL dans son communiqué.

    Après ces mises à jour, la Présidente de la CNIL a considéré que le ministère des Solidarités et de la Santé s’était mis en conformité avec le RGPD et la loi Informatique et Libertés, et a décidé de procéder à la clôture de la procédure.

    Source : CNIL

    Et vous ?

    Quels commentaires faites-vous des nouvelles mesures prises par le ministère des Solidarités et de la Santé ?
    Pensez-vous que ces mesures permettront à l’application StopCovid France d’être massivement utilisée ?

    Voir aussi :

    StopCovid : la CNIL relève plusieurs irrégularités sur l'application, et donne un mois au ministère des Solidarités et de la Santé pour corriger les différents problèmes
    StopCovid : l'association anticorruption ANTICOR s'interroge sur le coût de maintenance de l'application, et alerte le parquet national financier sur des soupçons de favoritisme
    fleche: Covid-19 : seuls 3,1 % des Français ont téléchargé l'application StopCovid, selon une étude de Sensor Tower
    « StopCovid n'a pas obtenu les résultats espérés », reconnaît le Premier ministre français, Jean Castex, qui évoque le défaut de communication autour de l'application comme cause de son échec
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #411
    Membre actif
    Pas où, mais avec qui !
    Si leur appli ne permet pas de géolocaliser, elle permet au moins de savoir avec qui on traîne.
    Si 2 téléphones restent "liés" plus de 15 minutes, c'est que les personnes sont ensemble.

    Et rien que ça, ça me suffit pour ne pas installer l'appli. Je n'ai plus confiance en mon gouvernement depuis Tchernobyl !
    Les Masques ? Y en a pas. Ca tombe bien, c'est inutile et vous ne savez pas les porter bande de crétins.
    Les masques ? Ca y est, y en a ! C'est obligatoire de les porter !

    Notre gouvernement ne sait faire que ne nous mentir, et ce depuis que je suis tout petit...

  12. #412
    Membre actif
    Je trouve que publier un nouvel article (avec peu d'informations nouvelles) sur une question qui a été largement commentée par de nombreux intervenants depuis la mois de mars sent un peu le réchauffé.
    Commenter sur le fond revient à répéter les mêmes arguments. Pour ma part je me contenterai de me réjouir qu'une appli aussi douteuse ait fait un bide et je la considère comme enterrée.
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

  13. #413
    Membre régulier
    Définition légale du risque de contamination
    C'est peut-être l'occasion de rappeler qu'il existe en France une définition légale du risque de contamination. Le décret paru au JORF du 31 mai, précisément pour StopCovid, précise qu'il y a risque sous deux conditions : moins de 1 m et pendant plus de 15 mn.
    Ceci a d'ailleurs été confirmé par Salomon : « « Ce n’est pas quelqu’un que vous croisez ou que vous contrôlez sur un trottoir qui vous contamine. Il faut être à moins de 1 mètre en face à face, pendant environ un quart d’heure » (Jérôme Salomon, visioconférence avec le directeur général de la Santé, pour qu'il rassure les policiers (31 août 2020)).
    Il y a donc beaucoup de surenchère injustifiée, en particulier concernant le port du masque à l'extérieur.

  14. #414
    Membre actif
    [Envoyé par erreur version incomplète, voir message suivant]
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

  15. #415
    Membre actif
    Citation Envoyé par sebastiano Voir le message
    Forcément, on te montre les endroits touristiques. Plus de touriste = plus personne.[...]
    Par contre, va faire un tour sur un quai de Seine, dans les rues des quartiers d'habitation, aux abords des parcs etc... il y a du monde.]
    Il faudrait quand même tenir compte de la date du message de Ryu2000 (24/3/2020). Pendant le confinement, de nombreux lieux étaient évidemment peu fréquentés, même si les photos montrent des cas extrêmes.
    Pendant les semaines qui ont suivi le confinement (et même en Juillet-août du fait des congés) on pouvait constater une situation intermédiaire avec nettement moins de gens que d'habitude par exemple dans le métro à Paris aux heures de pointe.
    Mais cet effet s'atténue du plus en plus et il n'est plus rare de voir des gens quasiment "entassés" sans prise de distance suffisante dans les métros (ou même récemment une fois dans un ascenseur RATP). Beaucoup de gens ne veulent pas attendre (un temps indéterminé) un métro peu chargé et certains sont assez impatients pour ne même pas attendre le métro suivant ou le retour de l'ascenseur.

    La commodité (et peut-être le stress des transports) l'emportent par moments sur les précautions.
    De même on voit souvent plusieurs personnes attablées ensemble, sans masque, ce qui est inévitable si on boit ou mange. Là c'est la convivialité qui l'emporte sur la prudence. Ce qui peut se comprendre.
    Malgré tout, globalement, la majorité des gens sont bien plus prudents que dans le passé. Si on remonte un peu loin, au Moyen-Âge, certains bravaient délibérément le risque de la peste (sans commune mesure avec le risque actuel), ce qui ne serait guère plausible aujourd'hui.
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

  16. #416
    Membre actif
    Citation Envoyé par MClerc Voir le message
    [...]Le décret paru au JORF du 31 mai, précisément pour StopCovid, précise qu'il y a risque sous deux conditions : moins de 1 m et pendant plus de 15 mn.
    Ceci a d'ailleurs été confirmé par Salomon : « « Ce n’est pas quelqu’un que vous croisez ou que vous contrôlez sur un trottoir qui vous contamine. Il faut être à moins de 1 mètre en face à face, pendant environ un quart d’heure » (Jérôme Salomon, visioconférence avec le directeur général de la Santé, pour qu'il rassure les policiers (31 août 2020)).
    Il ne faudrait quand même pas confondre décisions et déclarations officielles simplistes avec la réalité objective, d'ailleurs difficile à connaître et très variable selon les circonstances.
    Il est évident que le risque ne disparaît pas à 1m05 (ou plus) ou avec 14mn de proximité (ou moins), ce qui ridiculise la formule "Il faut être ...". Le risque diminue progressivement en fonction de la distance et dépend de façon cruciale d'autres facteurs. Par exemple être face à face ou dos à dos à la même distance est complètement différent quand au risque, vu la direction du souffle.

    Le principe de base (méprisant) des "zautorités" est "les gens sont cons, faisons simple" (et même simpliste).
    Les applications concrètes aussi sont parfois folkloriques, excessives ou illogiques. Par exemple dans le métro parisien, les sièges abattants sont tous condamnés (on ne sait pourquoi) ... et souvent juste devant (sous le siège s'il était ouvert) il y a le macaron indiquant une place debout recommandée . C'est tellement absurde que personne ne respecte cette interdiction, y compris moi s'il n'y a personne trop près. Et on ne tient aucun compte de la fatigue ou des gens âgés ou autres qui ne peuvent pas rester longtemps debout.

    On pourrait faire un long catalogue des décisions régaliennes absurdes liées au COVID 19, comme à l'époque du confinement, la règle d'une limite de 1 km y compris à la campagne (parfois loin des magasins), ou actuellement les amendes pour non port du masque dans des endroits déserts.
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

  17. #417
    Expert éminent
    Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
    Le principe de base (méprisant) des "zautorités" est "les gens sont cons, faisons simple" (et même simpliste).
    Je ne vois pas en quoi simplifier les cas est méprisant...
    On le fait tous les jours dans tous les domaines en technique quand on parle à des managers/commerciaux/clients/ect.

    Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
    Les applications concrètes aussi sont parfois folkloriques, excessives ou illogiques. Par exemple dans le métro parisien, les sièges abattants sont tous condamnés (on ne sait pourquoi)
    Pour éviter d'avoir à les désinfecter à chaque station, car on se doute bien que personne ne passera un coup de lingette dessus après chaque utilisation.
    Pas du tout le même principe pour les sièges non amovibles car il n'y a pas besoin d'utiliser ses mains pour s'y assoir.

    « Toujours se souvenir que la majorité des ennuis viennent de l'espace occupé entre la chaise et l'écran de l'ordinateur. »
    « Le watchdog aboie, les tests passent »

  18. #418
    Membre actif
    Citation Envoyé par transgohan Voir le message
    Pour éviter d'avoir à les désinfecter à chaque station, car on se doute bien que personne ne passera un coup de lingette dessus après chaque utilisation.
    Pas du tout le même principe pour les sièges non amovibles car il n'y a pas besoin d'utiliser ses mains pour s'y assoir.
    Précaution illusoire et excessive, car sinon il faudrait, sur le même principe :
    - interdire de toucher les rampes des escaliers (avec risques de chute à la clé, voire impossibilité pour certains) ou mettre quelqu'un devant chaque rampe pour passer régulièrement un désinfectant.
    - de même, mettre un portier devant chaque porte d'établissement ouvert au public (et je ne parle pas des toilettes).

    Il y a nécessairement des compromis tenant compte du maintien d'un mode de vie à peu près normal, sinon les problèmes pratiques (et psychologiques) finissent par être pires que la maladie. Aucune mesure acceptable ne permet d'empêcher toute transmission.

    Bon, nous avons quand échappé quand même au pire, c'est à dire la possibilité envisagée un temps de confiner à domicile les personnes de plus de 65 ans (c'est à dire non productives, selon la logique caractéristique du pouvoir actuel).
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

  19. #419
    Expert éminent
    Citation Envoyé par Christian_B Voir le message
    Précaution illusoire et excessive, car sinon il faudrait, sur le même principe :
    - interdire de toucher les rampes des escaliers (avec risques de chute à la clé, voire impossibilité pour certains) ou mettre quelqu'un devant chaque rampe pour passer régulièrement un désinfectant.
    - de même, mettre un portier devant chaque porte d'établissement ouvert au public (et je ne parle pas des toilettes).
    Je garde tes comparaisons et j'hyperbole.
    Tu préfères simplement traverser une salle remplie de gaz, ou bien y rester 15 minutes avant d'en sortir ?

    « Toujours se souvenir que la majorité des ennuis viennent de l'espace occupé entre la chaise et l'écran de l'ordinateur. »
    « Le watchdog aboie, les tests passent »

  20. #420
    Membre actif
    Citation Envoyé par transgohan Voir le message
    Je ne vois pas en quoi simplifier les cas est méprisant...
    On le fait tous les jours dans tous les domaines en technique quand on parle à des managers/commerciaux/clients/ect.
    Ça dépend. Réduire des notions techniques complexes à des principes simplifiés mais essentiellement justes est une chose. Supposer que la plupart des gens ne peuvent pas comprendre que le risque varie progressivement selon la distance (ce qui est intuitif) en est une autre.
    Pour moi, plus les directives sont simplifiées parfois jusqu'à l'absurdité, par exemple prévoir de mettre des amendes à une personne sans masque y compris dans un lieu désert ou laisser entendre qu'être à 50 cm de quelqu'un pendant 5 mn n'est pas risqué, moins elles sont prises au sérieux. Heureusement la majorité des gens adaptent leur comportement aux circonstances (quoique selon une appréciation et une rigueur variable d'une personne à l'autre).
    Linux Mint 20 64-bits Mate
    1984 est passé, les émules de Big Brother nous surveillent.

###raw>template_hook.ano_emploi###