Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Après un léger retard, Google lance finalement son site web dédié aux informations relatives au COVID-19
    L’annonce par Trump du projet de Google visant à créer un site Web pour combattre la pandémie de Covid-19
    Aux USA surprend tout le monde, y compris Google

    Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue récemment, le président américain Donald Trump – qui a été accusé de minimiser la crise de santé qui frappe actuellement le monde – et des officiels américains ont qualifié d’urgence nationale la pandémie de coronavirus liée au COVID-19. Trump et Deborah Birx, la coordinatrice du gouvernement US pour la réponse au coronavirus, ont, par ailleurs, annoncé que Google était en train de mettre en place un site Web qui pourrait éventuellement plus tard constituer le cœur de la stratégie d’endiguement de cette crise sanitaire aux États-Unis. D’après eux, le géant de la recherche en ligne allait rapidement créer un site Web afin d’aider à déterminer si les individus ont besoin d’un test de coronavirus ou non, puis les rediriger vers le centre de test le plus proche si besoin est.


    Quelques heures après cette sortie médiatique de l’administration Trump, Google s’est fendu d’un commentaire expliquant qu’il a simplement affecté certains de ses ingénieurs qui s’étaient portés volontaires à un projet mené par une autre filiale d’Alphabet visant à mettre en place une plateforme en ligne pour aider à optimiser le processus de dépistage (y compris à augmenter le nombre de tests de dépistage) et à faciliter l’identification des personnes infectées par le COVID-19.

    « ;En réalité, le projet n’en est qu’aux premiers stades de développement, et (il) prévoit d’effectuer des tests dans la région de la baie, avec l’espoir de s’étendre plus largement avec le temps ;», a confié le département de communication de Google dans une déclaration sur Twitter.


    Reuters a rapporté que c’est Verily (anciennement Google Life Sciences), une filiale d’Alphabet basée à San Francisco et spécialisée dans la recherche sur les sciences de la vie, qui est derrière ce projet ou du moins qui est en charge de la réalisation du portail en ligne, précisant que le site Web n’est même encore pas prêt à être testé dans la zone où est prévue son déploiement initial (à savoir la région de la baie de Californie).

    Trump a assuré que des millions de kits de dépistage de virus seraient disponibles pour soutenir les efforts de lutte contre COVID-19, tout en précisant qu’il ne pensait pas qu’il en faudrait autant. Il a affirmé que 1700 ingénieurs de Google travaillaient sur le site Web, lors de son allocution, alors que ce chiffre correspond en fait au nombre d’employés qui se sont portés volontaires chez Google pour construire des outils de lutte contre le coronavirus. Un mémo de Sundar Pichai fournit plus de détails sur ce qui est réellement en train d’être créé :

    « ;À mesure que de nouveaux kits de test sont disponibles, les planificateurs cherchent à mettre au point un moyen pour les organismes de santé publique et de soins de santé de rediriger les gens vers notre site Web de référence, où les personnes à haut risque peuvent être orientées vers des sites de test en fonction des dernières directives des autorités de santé publique ;».

    Au moment de la rédaction de cet article, l’administration Trump n’a toujours pas précisé quel était son véritable plan pour combattre la pandémie de coronavirus liée au COVID-19. Étant donné que de hauts responsables de cette administration impliqués dans la conception du plan de lutte contre cette pandémie ont agi comme si le fameux site Web de Verily était prêt à être utilisé et constituait un élément clé de leur stratégie, il leur faudra peut-être un certain temps pour en élaborer un nouveau.


    Les cas confirmés de coronavirus aux États-Unis sont passés à plus de 2 ;100, même avec des tests peu nombreux, et le nombre de décès est passé à au moins 48. La Virginie-Occidentale était le seul État à avoir signalé un cas connu de virus vendredi soir. Les États-Unis sont confrontés à la perspective d’une croissance exponentielle de ces chiffres, comme ce fut le cas en Chine, en Italie, en Corée du Sud et dans d’autres pays.

    Donald Trump a annoncé que la finalisation des négociations entre le Congrès et son administration va permettre de débloquer une enveloppe de 50 milliards de dollars pour lutter contre l’épidémie de coronavirus en expansion. Il aurait, par ailleurs, pris des mesures pour donner aux médecins et aux hôpitaux une plus grande souplesse pour réagir face à la crise, notamment en facilitant le traitement des personnes à distance et pour faire en sorte que « ;les Américains qui travaillent dur ne perdent pas leurs indemnités parce qu’ils doivent être chez eux ;».

    Ces mesures comprennent deux semaines de congé de maladie payé et jusqu’à trois mois de congé familial et médical payé, des allocations chômage améliorées, des tests de dépistage gratuits, y compris pour les personnes qui ne sont pas assurées, une aide alimentaire supplémentaire et des fonds fédéraux pour Medicaid.

    Sources : Youtube, Reuters, Twitter, CNBC, New York Times

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre expert
    Trump qui disait il y a quelque temps c'est juste une grippe ...
    Mon Covid Tracker alias Coronavirus : https://covid.ovh/

  3. #3
    Membre du Club
    Moi, je me pose toujours la question de savoir comment ce gars est devenu milliardaire et président des Etats-Unis d'Amérique du Nord quand on entend son débit de connerie à la minute ?

  4. #4
    Membre habitué
    Les États-Unis sont touchés dans un 3ème temps, ils ont eu le temps de voir la Chine et l'Europe faire face au Covid-19.
    Donc on peut penser qu'avec ce recul ils vont mieux gérer.
    Trump est une grande gueule, beauf et réac qui a un tempérament de fonceur, mais il n'est pas totalement stupide (devenu milliardaire ) et est entouré de gens plus sérieux que lui qui sauront (lui faire) prendre des bonnes décisions.

  5. #5
    Modérateur

    Citation Envoyé par bk417 Voir le message
    il n'est pas totalement stupide (devenu milliardaire )
    alors là je t'arrête, faut pas dire de conneries non plus. Il n'est pas devenu milliardaire, il est juste bien né et a hérité.

    Tu connais beaucoup de parents qui en 1968 filent un million de dollar de l'époque à leur rejeton de 22 ans pour qu'il s'assume et fasse joujou ?
    Donc, tu ne peux pas parler d'une réussite insolente de Donald Trump, l'empire familial a été bâti par son père Fred Trump. Lui est juste resté dans la continuité et s'est quand même ramassé quelques belles gamelles.
    # Dans la Création, tout est permis mais tout n'est pas utile...

  6. #6
    Expert éminent sénior
    On ne va tout de même pas importer la connerie américaine, que ce soit d'un côté comme de l'autre ?


    Non, le Coronavirus n'est si dangereux que cela, et a une constitution très "faible" (le savon ou le gel hydro-alcolique en vient à bout très facilement). Paniquer ou propager cette panique est juste stupide et irresponsable. Pas la peine de vider les rayons des supermarchés ou de se rendre aux urgences dès la moindre petite chose (comportement à éviter d'ailleurs).

    De même, il est stupide de vouloir se faire tester si on a ou non le coronavirus, dans les deux cas, il faut rester chez soit. En revanche, si on est un professionnel de santé ou si on représente un profil à risque, ainsi que des symptômes, là, oui, les tests sont utiles.

    Il est encore plus stupide d'appeler le 15 ou d'aller aux urgences pour rien, engorgeant ces services et empêchant les personnes qui en ont réellement besoin d'y accéder.


    Le problème n'est pas lié à la dangerosité du virus (dont la mortalité est en ce moment très faible comparé à d'autres éléments), mais à la capacité des hôpitaux. Le but est de retarder la progression du virus afin de l'étaler dans le temps, pour à la fois nous laisser le temps de mettre en place les protocoles de soins, mais aussi pour diminuer le nombre de malades à un instant t, afin d'avoir les ressources nécessaires pour les traiter.



    Certaines franges de la droite américaine ne sont pas très intelligentes… mais ce n'est pas une raison pour se mettre à leur niveau et propager des rumeurs, des déformations de la réalités, ou des mensonges, comme le fait la gauche américaine, qui est pourtant censée être "meilleure".
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  7. #7
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    On ne va tout de même pas importer la connerie américaine, que ce soit d'un côté comme de l'autre ?


    Non, le Coronavirus n'est si dangereux que cela, et a une constitution très "faible" (le savon ou le gel hydro-alcolique en vient à bout très facilement). Paniquer ou propager cette panique est juste stupide et irresponsable. Pas la peine de vider les rayons des supermarchés ou de se rendre aux urgences dès la moindre petite chose (comportement à éviter d'ailleurs).

    De même, il est stupide de vouloir se faire tester si on a ou non le coronavirus, dans les deux cas, il faut rester chez soit. En revanche, si on est un professionnel de santé ou si on représente un profil à risque, ainsi que des symptômes, là, oui, les tests sont utiles.

    Il est encore plus stupide d'appeler le 15 ou d'aller aux urgences pour rien, engorgeant ces services et empêchant les personnes qui en ont réellement besoin d'y accéder.

    Le problème n'est pas lié à la dangerosité du virus (dont la mortalité est en ce moment très faible comparé à d'autres éléments), mais à la capacité des hôpitaux. Le but est de retarder la progression du virus afin de l'étaler dans le temps, pour à la fois nous laisser le temps de mettre en place les protocoles de soins, mais aussi pour diminuer le nombre de malades à un instant t, afin d'avoir les ressources nécessaires pour les traiter.

    Certaines franges de la droite américaine ne sont pas très intelligentes… mais ce n'est pas une raison pour se mettre à leur niveau et propager des rumeurs, des déformations de la réalités, ou des mensonges, comme le fait la gauche américaine, qui est pourtant censée être "meilleure".
    Donc : Il y a des mouvements de panique (comme partout, pas que les état-unis en parenthèses) et on doit en conclure que tes opposants politiquement idéologiques dans le sens général sont aussi mauvais («à leur niveau») qu'une minorité non spécifiés politiquement idéologiquement pour avoir dit des choses (lesquelles?).

    Outre le fait que je plussoie l'appel hors sujet avec l'article à ne pas céder au mouvement de panique, je pense qu'on a pas besoin non plus de profiter de la pandémie pour lancer des aboiements inutilement partisans (que tu reconnais toi-même importer des états-unis : « franges de la droite américaine »).

  8. #8
    Membre confirmé
    Qu’en pensez-vous ?

    Que les décisionnaire US ne sont vraiment pas des lumière sur ce coup là.

    La preuve en chiffre (d'après l'article) :
    - 2100 cas (dépisté) dont moins de 48 mort (soit quoi ? 47.5 cas de morts avérés ).
    Hors je rappelle qu'aux US le dépistage est cher (~3K$) & payant.
    Je vous laisse donc devinez qui ce fait dépister et je vous laisse imaginer le delta entre cas détecter et cas réel.
    On peut en déduire que le gouv US ne sait donc pas qu'elle est la situation réel chez lui.

    - Les États-Unis sont confrontés à la perspective d’une croissance exponentielle de ces chiffres, comme ce fut le cas en Chine, en Italie, en Corée du Sud et dans d’autres pays.
    D'autant plus que pour la Chine et apparemment les USA, soit les pays aux plus forte démographies, on sais que les chiffres annoncés sont très en dessous de la réalité.
    Ce n'est donc pas "une perspective", mais un fait.
    Il y aura une croissance exponentiel des chiffre dans tous les cas.

    - L'administration Trump et le Congrès ont débloqués une enveloppe de 50 milliards de dollars pour lutter contre l’épidémie de coronavirus en expansion.
    Très bien, mais quand on constate qu'il n'ont aucun plan et que leurs chiffres sont très probablement en dessous de la réalité, la question qui me vient là tout de suite, c'est pourquoi faire ?

    - L'administration Trump et le Congrès, ont prise des mesure comprenant :
    - deux semaines de congé de maladie payé => Donc à condition d'avoir effectivement des congé maladie, ce qui n'est pas la norme.
    - jusqu’à trois mois de congé familial et médical payé => Même chose, ne couvre qu'une infime partie de la population
    - des allocations chômage améliorées => Idem
    - des tests de dépistage gratuits, y compris pour les personnes qui ne sont pas assurées => Combien & Où ? à 3K$ le test et au vu des autres mesures, 50Md$ ça fait tout de suite pas beaucoup.
    - une aide alimentaire supplémentaire => Combien, Où, Qui, Combien de temps ?
    - des fonds fédéraux pour Medicaid. => Donc par État et de toute façon, le gouvernement en place veux l'abolir.

    Et comme l'a écrit @Neckara, le virus en lui même n'est pas si dangereux que ça, par contre la psychose qu'il entraine est démesuré et ça c'est probablement plus dangereux que le virus.

  9. #9
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par laerne Voir le message
    Donc : Il y a des mouvements de panique (comme partout, pas que les état-unis en parenthèses) et on doit en conclure que tes opposants politiquement idéologiques dans le sens général sont aussi mauvais («à leur niveau») qu'une minorité non spécifiés politiquement idéologiquement pour avoir dit des choses (lesquelles?).
    Il est vrai que la situation américaine n'est pas forcément bien connue en France.

    Grossièrement, et depuis l'investiture de Trump, tout est bon pour lui casser du sucre sur le dos. Le problème est que le moindre prétexte est pris pour cela, jusqu'à déformer la vérité ou mentir. Derrière, les médias Français reprennent certaines de ces bêtises sans la moindre vérification.


    Il y a déjà assez de critiques qu'on peut formuler à l'égard de Trump pour ne pas avoir besoin d'en inventer davantage.
    C'est d'ailleurs une des raisons qui m'ont fait arrêté de regarder le journal d'Arté, e.g. à se moquer gratuitement de sa coiffure, dans un total hors sujet avec l'actualité. C'est d'un niveau assez minable.

    Ça c'est pour le peu qui nous arrive en France, mais aux US, le niveau de gaminerie à ce sujet est assez élevé.
    Certains en viennent à publiquement affirmer espérer une crise économique afin d'avoir un prétexte pour blâmer Trump. .


    La gauche américaine se targue d'une certaine vertu, contrastant très fortement avec leurs actions et comportements.
    Il suffit que Trump dise blanc pour que ses opposants disent noir.


    En soit, il a raison de dire que le Coronavirus est "comme la grippe". Pour la plupart des personnes, c'est bénin, contrairement pour les personnes à risques qui, comme pour la grippe, peuvent avoir des répercutions sévères sur leur santé. Le tout est, entre autre, d'éviter la panique qui risque de faire beaucoup de dégâts, voire même peut accélérer la progression de la maladie.

    On a pas grand chose à craindre, ni même beaucoup à faire, juste se laver les mains régulièrement, porter un masque si on est malade, etc. des choses qu'on nous répète depuis des années, et qu'on est censé faire au quotidien, pas juste quand il y a des virus qui se baladent. La situation évoluant, les lieux de regroupements ont été fermés, pour éviter une propagation trop rapide du virus.


    Le problème est que comme Trump a dit initialement "comme la grippe", tous ses opposants se sont évertués à le contredire, poussant même un peu trop loin dans l'autre sens. Et comme les opposants disent "pas comme la grippe", les opposants de ses opposants, par effets de réactances, poussent dans l'autre direction. Et ceux qui sont au milieu se font taper des deux côtés, par la gauche parce qu'ils ne paniquent pas, et par la droite, parce qu'ils respectent des règles d'hygiènes basiques.


    Il faut comprendre que la politique américaine est bien plus radicalisée qu'en France.

    Citation Envoyé par laerne Voir le message
    Outre le fait que je plussoie l'appel hors sujet avec l'article à ne pas céder au mouvement de panique, je pense qu'on a pas besoin non plus de profiter de la pandémie pour lancer des aboiements inutilement partisans (que tu reconnais toi-même importer des états-unis : « franges de la droite américaine »).
    Justement, c'est le problème. Tout est prétexte pour envoyer des piques, et ça m'énerve à la longue.
    On a dès la première phrase une pique contre Trump, qui n'est pas nécessaire à l'actualité, et l'oriente.

    En effet, si certains l'accusent de ne pas en faire assez, ma main à coupé que d'autres l'accusent de l'inverse. Et quel que soit l'action que tu fais, tu auras toujours des personnes pour t'accuser de ne pas en faire assez, ou de trop en faire. Il faut aussi se rappeler la crise du H1N1/H5N1 en France, où on avait accusé notre ministre de la Santé de l'époque de trop en avoir fait, ce qui est assez facile après coup.

    La parenthèse ne contient donc en soit aucune information pertinente. C'est aussi assez flou, car l'accusation est seulement évoquée et pas explicité e.g. on ne nous dit pas e.g. ce qu'il aurait pu faire, et n'a pas fait.

    C'est aussi potentiellement un double standard, où on va être plus critique des actions de Trump, parce qu'on ne l'aime pas, alors qu'on l'a été beaucoup moins des actions d'Obama, parce qu'en France, on l'aimait bien. C'est juste ridicule.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  10. #10
    Membre habitué
    Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
    alors là je t'arrête, faut pas dire de conneries non plus. Il n'est pas devenu milliardaire, il est juste bien né et a hérité.

    Tu connais beaucoup de parents qui en 1968 filent un million de dollar de l'époque à leur rejeton de 22 ans pour qu'il s'assume et fasse joujou ?
    Donc, tu ne peux pas parler d'une réussite insolente de Donald Trump, l'empire familial a été bâti par son père Fred Trump. Lui est juste resté dans la continuité et s'est quand même ramassé quelques belles gamelles.
    ah, j'ai cru comprendre qu'il a bâti sa fortune de lui même, j'ignorais cela. Merci pour l'info.

  11. #11
    Membre habitué
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    On ne va tout de même pas importer la connerie américaine, que ce soit d'un côté comme de l'autre ?

    pour à la fois nous laisser le temps de mettre en place les protocoles de soins

    Tu as dis "nous" ? Mais... qui... est ... tu ?

  12. #12
    Chroniqueur Actualités

    Le PDG de Google annonce le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le coronavirus
    Le PDG de Google annonce le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le virus,
    Qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus

    Après la polémique en fin de la semaine dernière sur un travail de Google annoncé par le président américain qui pourrait éventuellement plus tard constituer le cœur de la stratégie d’endiguement de la crise sanitaire aux États-Unis, Google a clarifié les choses par la suite, et il y a au moins deux efforts différents. Google a déclaré dans un billet de blog le dimanche qu’il lancera lundi un site Web qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus, que les officiels américains ont qualifié d’urgence nationale.

    Le géant américain de l’Internet a aussi déclaré dans un tweet qu'il travaillait avec le gouvernement américain pour développer un site Web national qui aiderait les Américains à répondre à leurs questions sur les symptômes, les facteurs de risque et les tests du coronavirus. « Nous sommes pleinement alignés et continuons à travailler avec le gouvernement américain pour contenir la propagation de Covid-19, informer les citoyens et protéger la santé de nos communautés », a déclaré Google dans sa déclaration sur Twitter.


    Verily, une filiale d’Alphabet basée à San Francisco et spécialisée dans la recherche sur les sciences de la vie, avait aussi déclaré dans un tweet le samedi qu’il travaillait sur un outil de facilitation de l’identification des personnes infectées par le Covid-19. « Nous sommes en train de développer un outil pour aider au triage des individus pour les tests Covid-19. Verily en est aux premiers stades de son développement et prévoit de lancer les tests dans la région de la baie, avec l'espoir de les étendre plus largement au fil du temps ».

    Ce site Web en question est donc un projet distinct du site de test et de triage construit par la société sœur de Google, Verily, qui sera également mis en ligne lundi, selon Reuters. C’est ce que Google et le PDG d'Alphabet Sundar Pichai ont dit dimanche dans une mise à jour du blog de Google qui décrit les efforts de la société. Le PDG de Google y a dissipé une partie de la confusion et a décrit le travail que l'entreprise fait pour fournir plus d'informations sur le coronavirus à ses utilisateurs, ainsi que le travail que l'unité des sciences de la vie d'Alphabet Verily fait pour construire un site de dépistage pour la région de la baie et peut-être pour un éventuel déploiement national.


    Vendredi, le président Donald Trump a déclaré que Google construisait un site Web à l'échelle nationale pour coordonner un effort massif visant à aider davantage d'Américains à se faire tester pour le virus. Le président Donald Trump avait remercié Google pour avoir développé ce travail. Lors de son allocution, M. Trump a affirmé que 1700 ingénieurs de Google travaillaient sur le site Web, alors que ce chiffre correspond en fait au nombre d’employés qui se sont portés volontaires chez Google pour construire des outils de lutte contre le coronavirus.

    Aussi Google même si Google travaille sur des efforts en ce moment, mais il ne faut pas 1 700 ingénieurs pour construire le site Web dont parle le géant américain dans sur blog. Reuters rapporte que les actions d'Alphabet ont clôturé en hausse de plus de 9 % après l'annonce faite vendredi par le président Trump.

    Samedi, le vice-président Pence a clarifié un peu la situation en disant que Google aurait une version pilote du site de dépistage prête pour un test dans la région de la baie lundi : « Je sais que Google a publié une déclaration selon laquelle ils prévoient de lancer un site Web », a déclaré M. Pence. « Je pense qu'ils ont donné une date de lundi 16 mars et nous travaillons littéralement 24 heures sur 24 et je sais que toute notre équipe travaille sur le partenariat public et privé. Je ne pourrais pas être plus reconnaissant envers tous les gens qui travaillent dur chez Google et qui aident à mettre en place ce site Web ».

    Alors que le Covid-19 se propage rapidement dans le pays, la pression s'est accrue sur les responsables américains pour qu'ils augmentent et améliorent les tests de dépistage de ce virus. En effet, le coronavirus a atteint presque tous les États américains, contraint à fermer des écoles et forcé l'annulation de milliers d'événements sportifs, de conférences et de concerts dans le cadre des efforts déployés pour enrayer sa propagation en empêchant les Américains de se regrouper dans de grandes foules. Google a annoncé le calendrier du nouveau site Web pour aider à contrer le coronavirus qui continue à faire des victimes dans le monde entier.

    Aider les gens à trouver des informations utiles et lutter contre la désinformation

    Google travaille avec les autorités américaines pour développer son nouveau site Web dédié à l'éducation, à la prévention et aux ressources consacrées au Covid-19 à l'échelle nationale. « Cela comprend les meilleures pratiques en matière de prévention, des liens vers des informations faisant autorité de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Centers for Disease Control (CDC), ainsi que des conseils et des outils utiles de Google pour les particuliers, les enseignants et les entreprises. Nous déploierons une version initiale du site Web tard le lundi 16 mars et nous continuerons de l'améliorer et de le mettre à jour avec davantage de ressources sur une base continue », lit-on dans le billet de blog.

    Google met également à contribution ses produits, notamment Search, Maps et YouTube, pour aider les gens à trouver des informations opportunes et utiles relatives à la pandémie. Sur la page d'accueil de Google, la société fait la promotion de « la campagne "Do the Five" pour sensibiliser les gens aux mesures simples qu'ils peuvent prendre pour ralentir la propagation de la maladie, selon l'OMS ». D’après Google, au cours des 24 premières heures, sa promotion a déjà atteint des millions de personnes aux États-Unis. Google déclare qu’il utilise également la page d'accueil de YouTube pour diriger les utilisateurs vers des vidéos du CDC ou d'autres agences de santé publique localement pertinentes.


    En plus de faire la promotion d'informations utiles, Google protège les internautes contre les fausses nouvelles qui circulent sur Internet à propos du virus. « Nous supprimons également la désinformation sur Covid-19 sur YouTube, Google Maps, nos plateformes de développement comme Play, et dans les annonces. Sur YouTube, nous avons retiré des milliers de vidéos liées à des informations dangereuses ou trompeuses sur le coronavirus, et nous continuons à retirer les vidéos qui font la promotion de méthodes non éprouvées sur le plan médical pour prévenir le coronavirus au lieu de chercher à obtenir un traitement médical. Sur Google Maps, nos systèmes d'examen automatisé et manuel continuent de retirer les contenus faux et préjudiciables tels que les faux examens et les informations trompeuses sur les lieux de soins », a expliqué Sundar Pichai.

    Mark Zuckerberg et Bill Gates ont aussi contribué à la lutte contre la pandémie du coronavirus la semaine dernière. Mark Zuckerberg et son organisation CZI Biohub ont annoncé qu'ils achèteraient deux machines de diagnostic clinique pour quadrupler la capacité de tester et de diagnostiquer les cas possibles de la maladie dans la région de la baie de San Francisco. La Fondation Bill et Melinda Gates a également déclaré qu'elle allait financer ses propres kits de dépistage que les habitants de Seattle peuvent utiliser chez eux et envoyer pour analyse.

    Finalement, si Google et Verily travaillaient déjà sur ces projets, le président n’avait donc pas donné d’information erronée de la création d’un site Web. Mais, selon un commentateur, ce qui s’est passé c’est qu’après la polémique, « Google n'a pas voulu contrarier le président américain en exercice et le gouvernement fédéral et ils ont donc accepté de construire un site ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Source : Google

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Que pensez vous des plateformes de Google et Verily pour lutter contre le coronavirus ?

    Lire aussi

    L'annonce par Trump du projet de Google visant à créer un site Web pour combattre la pandémie de Covid-19 aux USA surprend tout le monde, y compris Google
    Mark Zuckerberg et Bill Gates interviennent-ils sur le coronavirus là où le gouvernement aurait échoué ? Les milliardaires de la technologie pourraient changer le discours les concernant
    Pour l'Iran, la réponse à l'épidémie du coronavirus est de couper l'Internet, une initiative du gouvernement pour garder la mainmise sur le récit de l'épidémie
    Alors que la désinformation sur le coronavirus inonde Facebook et Twitter, pour Elon Musk « la panique autour du coronavirus est stupide »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #13
    Chroniqueur Actualités

    Le site Web d’Alphabet pour le dépistage et l'analyse des nouveaux cas de coronavirus est désormais en ligne
    Le site Web d’Alphabet, société mère de Google, pour le dépistage et l'analyse des nouveaux cas de coronavirus est désormais en ligne,
    Et ouvre ses portes dans deux comtés de la Californie

    Google a apporté des précisions dans un article de blog dimanche sur l’activité de Verily, la branche d’Alphabet qui se concentre sur la santé et les sciences de la vie, concernant la lutte contre le coronavirus. Sundar Pichai, le PDG de Google a déclaré que la filiale travaillait en collaboration avec les autorités sanitaires locales et fédérales de l'État de Californie pour aider à établir des sites de dépistage dans la région de la baie de San Francisco, et sur un outil en ligne pour accroître le dépistage des risques et les tests pour les personnes à haut risque de Covid-19. L’outil Web est désormais en ligne comme l’avait indiqué le géant américain de l’Internet.

    La société sœur de Google, Verily, a lancé tard dimanche un site Web qui invite les adultes du nord de la Californie à répondre à des questions sur leur santé et leurs voyages récents, ce qui pourrait leur permettre de passer un test gratuit de dépistage du coronavirus. « Si vous souhaitez vous faire dépister pour la Covid-19, remplissez un questionnaire en ligne basé sur les directives des responsables de la santé publique. En fonction des réponses et de la disponibilité des rendez-vous pour le test, vous saurez si vous êtes admissible au test dans le cadre de ce programme à l'heure actuelle », lit-on sur le nouveau site Web de Verily.


    Le président américain Donald Trump avait remercié Google vendredi pour avoir développé un site Web qui, selon lui, aiderait les gens à déterminer s'ils ont besoin d'un test de dépistage du coronavirus. Même si le président américain Donald Trump avait, selon le New York Times, auparavant surestimé le concept et déclaré que Google comptait 1 700 ingénieurs travaillant sur le projet, l’outil de Verily utile pour les citoyens inquiets est disponible aux Etats-Unis. Verily a déclaré qu'elle avait travaillé avec certains employés de Google pour développer le nouveau site Web, selon Reuters.

    Le site Web indique également que Verily travaille « avec le bureau du gouverneur de Californie pour diriger les personnes à haut risque vers les nouveaux centres de dépistage des comtés de San Mateo et Santa Clara », parfois en appelant directement ces utilisateurs pour fixer des rendez-vous de dépistage, a rapporté Reuters. Toutefois, la société informe les utilisateurs que les personnes présentant des symptômes du virus grippal sont censées consulter un médecin directement plutôt que de passer par le système de Verily.

    La maladie qui altère le système respiratoire s'est propagée ces dernières semaines dans des pays du monde entier, entraînant l'annulation d'événements, l'interdiction de rassemblements de masse, le verrouillage des villes, la fermeture de pubs et de restaurants, et des recommandations d'auto-isolement pour ceux qui pensent avoir contracté le virus. Selon un article de Reuters publié aujourd’hui, plus de 162 000 personnes ont été infectées par le nouveau coronavirus et plus de 6 000 personnes sont mortes de la maladie qu'il provoque, le Covid-19.

    Selon le site Web consacré à la lutte contre le coronavirus, pour pouvoir être testés, les utilisateurs doivent également être âgés de plus de 18 ans, ils doivent pouvoir parler et lire l'anglais, et ils doivent être prêts à signer des formulaires d'autorisation qui donnent à Verily le droit d'utiliser leurs informations dans le cadre de la recherche clinique du Project Baseline.

    Les questions portent notamment sur l'essoufflement, la fièvre et d'autres symptômes. Les personnes qui se qualifient pour les tests peuvent prendre rendez-vous pour un test gratuit. Verily n'est actuellement en mesure d'offrir ces services qu'aux résidents californiens des comtés de San Mateo et de Santa Clara, mais l'organisation déclare qu'elle « travaille à étendre rapidement les tests de toutes les manières possibles ».

    Un compte Google est requis pour l’enregistrement sur le site Web : des préoccupations liées aux données utilisateurs

    Le processus d’enregistrement sur le site Web rend un compte Google obligatoire pour les personnes désireuses de faire leur test. Selon Reuters, cette exigence a suscité quelques critiques sur les médias sociaux, les futurs utilisateurs du site s’inquiétant de ce que leurs activités Google pourraient être liées à leurs données sur le nouvel outil en ligne. Mais Google a dit dans une déclaration que « Vos données recueillies par Verily dans le cadre du programme de test ne seront jamais jointes à celles stockées dans les produits Google sans votre autorisation explicite ».


    Les réponses des personnes interrogées seront conservées dans une base de données Google chiffrée, dont l'accès est restreint et contrôlé. Les données seraient partagées avec les autorités sanitaires, mais ne seraient jamais « jointes à vos données stockées dans les produits Google sans votre autorisation explicite », a déclaré Verily. La société a ajouté que les données ne seront pas partagées avec les annonceurs, les assurances ou les prestataires médicaux. En outre, Verily a déclaré que les données soumises par les utilisateurs ne seraient utilisées à des fins de recherche qu'avec leur permission, bien qu'il puisse demander cette permission à l'avenir.

    Les Américains s’inquiètent de la vie privée même en cette période d’urgence sanitaire. En Chine, l’avènement du coronavirus a fait exploser les solutions de reconnaissance faciale au point que même le port d'un masque n'empêchera plus l’identification par les caméras de reconnaissance faciale. La société Hanwang Technology Ltd, basée à Pékin, a déclaré plus tôt ce mois avoir mis au point une technologie capable de reconnaître les personnes même lorsqu'elles portent un masque, selon Reuters.

    Selon Reuters, la réaction des citoyens chinois face à cette nouvelle technologie n'était pas immédiatement évidente. En ce qui concerne les autres outils de surveillance utilisés dans la lutte contre le coronavirus, les médias sociaux ont suscité quelques récriminations, mais la plupart des gens semblent accepter une intrusion supplémentaire, voire l'adopter, comme moyen de faire face à l'urgence sanitaire, a rapporté Reuters.

    Dans un article Reuters publié en février, l'épidémiologiste chinois Li Lanjuan, dans une interview accordée à la chaîne publique chinoise CCTV, a déclaré : « À l'ère du big data et de l'Internet, le flux de chaque personne peut être clairement vu. Nous sommes donc différents de l'époque du sras maintenant », en comparant l'épidémie à un virus qui a tué 800 personnes en 2003. « Avec ces nouvelles technologies, nous devrions les utiliser pleinement pour trouver la source de l'infection et la contenir », a-t-il ajouté.

    Dans le cadre de lutte contre le Covid-19, Microsoft a également lancé un portail Web, un tableau de bord qui rassemble les numéros de cas dans le monde entier en se basant sur des sources de données telles que l'OMS, les CDC et l'ECDC.

    Source : Project Baseline

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’outil Web d’Alphabet ?

    Lire aussi

    Le PDG de Google annonce le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le virus, qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus
    L'annonce par Trump du projet de Google visant à créer un site Web pour combattre la pandémie de Covid-19 aux USA surprend tout le monde, y compris Google
    Chine : même les porteurs de masques peuvent être identifiés, selon une société chinoise de reconnaissance faciale
    Coronavirus : le moteur de recherche Bing de Microsoft lance une page de suivi de l'évolution de la pandémie, en s'appuyant sur 4 sources
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #14
    Chroniqueur Actualités

    Déclaration conjointe de Facebook, Reddit, Google, Twitter, YouTube sur la désinformation concernant Covid-19
    Déclaration conjointe de Facebook, Reddit, Google, Twitter, YouTube sur la désinformation concernant le Covid-19 :
    « Nous invitons d'autres entreprises à se joindre à nous »

    Alors que la désinformation sur le coronavirus se propage à un rythme effréné sur les plateformes des réseaux sociaux comme le virus lui-même à travers le monde, plusieurs des plus grandes sociétés de médias sociaux du monde ont annoncé qu'elles collaboraient pour lutter contre la désinformation concernant la pandémie du coronavirus et la maladie Covid-19 sur leur plateforme numérique, selon une déclaration commune publiée lundi sur le site Web de Facebook. Parmi les cosignataires de la déclaration, nous avons Facebook, Google et sa filiale YouTube, Microsoft et sa filiale LinkedIn, Reddit et Twitter.

    « Nous travaillons en étroite collaboration sur les efforts de réponse à Covid-19 », peut-on lire dans la déclaration commune. « Nous aidons des millions de personnes à rester connectées tout en luttant conjointement contre la fraude et la désinformation sur le virus, en augmentant le contenu faisant autorité sur nos plateformes et en partageant les mises à jour essentielles en coordination avec les agences gouvernementales de santé du monde entier », indique la déclaration. Les cosignataires ont ajouté que « Nous invitons d'autres entreprises à se joindre à nous dans nos efforts pour maintenir la santé et la sécurité de nos communautés ».


    Lors d'un discours prononcé à la conférence de Munich sur la sécurité le 15 février, près d'un mois avant que l'OMS ne déclare officiellement Covid-19 comme une pandémie, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré que la désinformation est aussi dangereuse que le Covid-19. « Nous ne luttons pas seulement contre une épidémie, nous luttons contre une infodémie. Les fausses nouvelles se propagent plus rapidement et plus facilement que ce virus, et sont tout aussi dangereuses », a-t-il déclaré.

    La déclaration commune des plus grandes entreprises technologiques des États-Unis intervient alors que le directeur de la technologie des États-Unis, Michael Kratsios, a tenu une réunion à distance avec des représentants de ces entreprises la semaine dernière, sur la manière de coordonner les divers efforts liés au Covid-19, y compris la lutte contre la désinformation. Selon le Washington Post, la Maison-Blanche avait demandé l'aide de Google, Facebook, Amazon, Microsoft, Apple, IBM, Cisco et Twitter dans le cadre de la lutte contre la pandémie qui continue de faire des morts à travers le monde entier. Toutes les entreprises qui ont participé à la réunion n’ont pas signé la déclaration commune du lundi soir.

    Reuters a rapporté que les États-Unis ont connu une forte augmentation des cas de virus avec plus de 3 500 personnes infectées et au moins 74 morts, selon l'université Johns Hopkins et les agences de santé publique. Mais pendant que le virus a atteint de plus en plus de pays, la désinformation liée sévit également sur les plateformes Internet depuis le début de l'épidémie en décembre dernier. Les entreprises technologiques ont été plus proactives que d'habitude dans la lutte contre les canulars et autres abus, comme les faux traitements contre les coronavirus, les fausses méthodes de test et les autres allégations inexactes ou trompeuses qui se sont répandues sur leurs plateformes. Mais le problème s'est révélé sans précédent par sa complexité et son ampleur.

    Les mesures contre la désinformation annoncées par les grandes entreprises de la technologie

    La déclaration commune ne mentionne pas la nature de l’effort commun de la big tech américaine, mais plusieurs plateformes numériques ont déjà annoncé certaines mesures pour contrer l’« infodémie » liée au virus qui a été découvert en Chine. Selon Business Insider, Facebook et Twitter ont pris des mesures pour interdire les contenus sur le coronavirus qui pourraient causer des dommages, les deux plateformes disent vouloir mettre en avant les informations des agences gouvernementales dans les recherches de termes liés au coronavirus.

    Un porte-parole de Twitter a fait part de la mise à jour de la stratégie de l'entreprise en matière de surveillance des tweets pendant l'épidémie, notamment « en examinant les règles de Twitter dans le contexte de Covid-19 et en considérant les façons dont elles pourraient devoir évoluer pour tenir compte du comportement des nouveaux comptes ». Twitter compte également commencer à fournir aux organisations non gouvernementales des crédits publicitaires pour stimuler les campagnes de santé publique et a averti que leurs efforts de modération élevés pourraient entraîner certaines "erreurs" de mise en œuvre.


    Quant à Facebook, ses efforts pour lutter contre la désinformation sur virus ont inclus des cartes d'information sur les plateformes Instagram et Facebook, qui redirigent vers des sources comme l'Organisation mondiale de la santé ou les autorités sanitaires locales.

    Google a annoncé plus tôt ce mois la mise en place d'une équipe de réponse aux incidents liés au coronavirus, qui fonctionnera 24 heures sur 24 et qui s'efforcera de supprimer les informations erronées des résultats de recherche et de YouTube, tout en promouvant les informations exactes des organismes de santé. Dimanche, la société sœur de Google, Verily, a publié un site Web non encore terminé qu’elle continuera d’étendre, et qui est destiné à diriger les Américains vers des lieux de test, après que le président Donald Trump l'ait annoncé prématurément quelques jours plus tôt.

    Google a annoncé dimanche qu’il travaillait aussi avec les autorités américaines pour développer un nouveau site Web dédié à l'éducation, à la prévention et aux ressources consacrées au Covid-19 à l'échelle nationale. Le site comprendra les meilleures pratiques en matière de prévention, des liens vers des informations faisant autorité de l'OMS et du Centers for Disease Control (CDC), ainsi que des conseils et des outils utiles de Google pour les particuliers, les enseignants et les entreprises.

    Mais pour l’heure, le volume de fausses nouvelles intentionnelles continue de mettre à l'épreuve la capacité de l'industrie à limiter efficacement la propagation de la désinformation liée à la maladie. Avant même que l'épidémie de Covid-19, Facebook, Google, Twitter et d'autres étaient déjà sous le feu des législateurs et d'autres critiques qui soutenaient que les entreprises ne faisaient pas assez pour éradiquer les contenus nuisibles et trompeurs dans d'autres contextes comme le terrorisme, le cyberharcèlement et les publicités politiques.

    Par ailleurs, lundi, la Maison-Blanche a été contrainte de démentir une rumeur circulant sur les médias sociaux selon laquelle le président Donald Trump envisageait un confinement national pour stopper la propagation du Covid-19. Les fausses nouvelles de la fermeture du métro de New York et une fausse liste de conseils médicaux censés provenir de l'université de Stanford sont parmi une vague de désinformation quasi constante qui se propage sur Amazon, Twitter, YouTube et d'autres plateformes numériques.

    Une commentatrice dit qu’elle apprécie l’effort conjoint des grandes entreprises américaines, mais les mesures de suppression des informations constituent une erreur de leur part. « Bien que j'apprécie l'effort et le fait que les réseaux prennent enfin la responsabilité sociale de contrôler les fausses nouvelles, il est également dangereux qu'ils interdisent maintenant l'information, car à Hong Kong, nous avons réussi à contenir le virus en diffusant des nouvelles sur les masques faciaux, et en menant une grève sociale pour forcer le gouvernement à fermer les frontières afin de limiter la propagation du virus », a-t-elle écrit. « C'est grâce aux réseaux sociaux et au pouvoir de l'information », a-t-elle ajouté. Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Sources : Déclaration commune, Google, Facebook, Tweet

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la déclaration commune des grandes entreprises de la technologie ?
    Que pensez-vous des mesures de lutte contre la désinformation annoncées par les sociétés, y compris les mesures de suppression des informations erronées ?
    Pensez-vous qu’elles parviendront à réduire le volume des fausses nouvelles en ligne ?

    Lire aussi

    L'annonce par Trump du projet de Google visant à créer un site Web pour combattre la pandémie de Covid-19 aux USA surprend tout le monde, y compris Google
    Alors que la désinformation sur le coronavirus inonde Facebook et Twitter, pour Elon Musk « la panique autour du coronavirus est stupide »
    Coronavirus : le moteur de recherche Bing de Microsoft lance une page de suivi de l'évolution de la pandémie, en s'appuyant sur 4 sources
    Le PDG de Google annonce le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le virus, qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #15
    Membre régulier
    Cette union autour d'un combat commun ne peut être que saluée.

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Google repousse le lancement de son site web d'informations sur le coronavirus à la fin de la semaine
    Google repousse le lancement de son site web d'informations sur le coronavirus à la fin de la semaine
    le temps de doter celui-ci d’informations à jour

    Dimanche dernier, dans un billet de blog, le PDG de Google a annoncé le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le virus, qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus. Alors qu'on s'attendait à voir le site être mis en ligne, Google a fait savoir lundi soir, qu'il ne lancerait pas le site tant que celui-ci ne fournirait pas aux utilisateurs des informations supplémentaires qui ne sont pas encore disponibles.

    Il est vrai que beaucoup de choses se sont passées au cours des dernières 24h et Google veut certainement prendre plus de temps pour s'assurer d'avoir les informations à jour avant de les mettre à la disposition du public. Il faut également savoir que jusqu'à l'annonce faite par le président Trump la semaine dernière, Google n'avait pas prévu dans ses projets, de faire un tel site. Et lorsque Donald Trump en parlait vendredi dernier, il semble qu'il ait quelque peu exagéré sur ce que devrait faire ce site. En réalité, il a confondu le site d'information national que devrait faire Google, avec Verily, une plateforme d'auto-évaluation à petite échelle développée par une autre filiale d'Alphabet.


    Vérily a récemment annoncé le lancement d'un site web qui vise à guider les utilisateurs directement vers les lieux de test, mais uniquement pour les Californiens vivant dans et autour de la baie de San Francisco. Verily a déclaré espérer étendre son outil, mais n'a pas publié de calendrier pour son déploiement. Pendant ce temps, le site sur lequel travaille Google devrait afficher des informations sur la façon dont les Américains peuvent accéder au dépistage et, séparément, répertorier d'autres informations sur les sites de test locaux.

    « Les orientations locales et nationales évoluant rapidement, Google continuera de travailler avec les agences et les autorités compétentes pour déployer un site web plus tard cette semaine qui fournira des informations faisant autorité aux personnes aux États-Unis, y compris sur le dépistage et les tests », a déclaré Google. La société attend également plus d'informations sur les sites de test locaux, qui restent en constante évolution à mesure que la capacité de test américaine se développe. Une fois que toutes les informations disponibles, Google a fait savoir qu'elles seront mises à la disposition du public à travers sa suite de services.

    Google indique par ailleurs que son intention est de rendre ce site d'information disponible à l'échelle nationale et commencera par l'anglais américain, bien que l'espagnol suivra, tout comme un déploiement plus international. En attendant que tout cela soit fait, il est recommandé de continuer d'observer les règles d'hygiène prescrites par les autorités sanitaires afin de ralentir la propagation de la pandémie.

    Source : CNN

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Que pensez vous des plateformes de Google et Verily pour lutter contre le coronavirus ?

    Voir aussi :

    Le PDG de Google annonce le lancement pour lundi d'un site national d'information sur le virus, qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus
    L'annonce par Trump du projet de Google visant à créer un site Web pour combattre la pandémie de Covid-19 aux USA surprend tout le monde, y compris Google
    Alors que la désinformation sur le coronavirus inonde Facebook et Twitter pour Elon Musk « la panique autour du coronavirus est stupide »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #17
    Membre du Club
    Covid 19 et grippe
    Assimiler le Covid 19 à une (forte) grippe constitue une erreur grave du point de vue sanitaire. En France, sans action rigoureuse pour limiter sa propagation, les projections indiquaient une mortalité liée au Covid 19 de 300 000 à 500 000 personnes. Soit une augmentation annuelle de nombre de mort de +75%. La grippe saisonnière tue environ 8000 à 12000 personnes chaque année et tuerait probablement le double sans vaccination. On est donc très très loin du Covid 19. Jamais, la Chine n'aurait pris des mesures aussi désastreuses pour son économie si le gouvernement chinois n'était pas persuadé du caractère potentiellement dévastateur de cette maladie.

  18. #18
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
    En France, sans action rigoureuse pour limiter sa propagation, les projections indiquaient une mortalité liée au Covid 19 de 300 000 à 500 000 personnes. Soit une augmentation annuelle de nombre de mort de +75%.
    50% à 83% d'après tes chiffres, et en prenant 600 000 morts annuels.
    Ton chiffre de +75% est donc exact, si les projections le sont.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortal...3%A9_en_France


    Il ne faut pas aussi oublier plusieurs choses. Déjà, à ma connaissance, on ne connait pas le nombre de porteurs sains. Cela peut grandement faire varier la létalité du virus, ainsi que les estimations.

    Ensuite, il y a des profils plus à risques que d'autres, dont certaines sont en fin de vies. Or, ce n'est pas parce qu'il y a e.g. 300 000 morts liés au Covid 19 qu'il y aura 300 000 morts supplémentaires. Et si on veut pinailler davantage avec les mesures de confinements, on risque de diminuer fortement le nombre de e.g. morts routiers.

    Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
    La grippe saisonnière tue environ 8000 à 12000 personnes chaque année et tuerait probablement le double sans vaccination. On est donc très très loin du Covid 19. Jamais, la Chine n'aurait pris des mesures aussi désastreuses pour son économie si le gouvernement chinois n'était pas persuadé du caractère potentiellement dévastateur de cette maladie.
    Attention, le Coronavirus a deux "versions".

    La "version" initiale, avant mutation, était moins dangereuse.



    Et puis sérieusement, faut arrêter de vous plaindre tout le temps… on nous offre enfin une solution pour l'écologie et les retraites, on boost le télétravail, on a plus de temps à s'occuper des nôtres, et vous n'êtes toujours pas content…
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  19. #19
    Chroniqueur Actualités

    Après un léger retard, Google lance finalement son site web dédié aux informations relatives au COVID-19
    Google lance son site web dédié aux informations relatives au COVID-19 après un léger retard,
    et apporte une expérience plus complète sur le sujet dans Recherche

    Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue récemment, le président américain Donald Trump – qui a été accusé de minimiser la crise de santé qui frappe actuellement le monde – et des officiels américains ont qualifié d’urgence nationale la pandémie de coronavirus liée au COVID-19. Trump et Deborah Birx, la coordinatrice du gouvernement US pour la réponse au coronavirus, ont, par ailleurs, annoncé que Google était en train de mettre en place un site Web qui pourrait éventuellement plus tard constituer le cœur de la stratégie d’endiguement de cette crise sanitaire aux États-Unis. D’après eux, le géant de la recherche en ligne allait rapidement créer un site Web afin d’aider à déterminer si les individus ont besoin d’un test de coronavirus ou non, puis les rediriger vers le centre de test le plus proche si besoin est.

    Comme nous l'avons appris les jours suivants, ce n'était pas vrai. La société sœur de Google, Verily (anciennement Google Life Sciences, une filiale d’Alphabet basée à San Francisco et spécialisée dans la recherche sur les sciences de la vie), a lancé un tel site, mais uniquement pour la Région de la baie de San Francisco et, semble-t-il, n'a offert des tests qu'à un très petit nombre de personnes. En effet, dans une déclaration sur Twitter, le département de communication de Google a confié : « ;En réalité, le projet n’en est qu’aux premiers stades de développement, et (il) prévoit d’effectuer des tests dans la région de la baie, avec l’espoir de s’étendre plus largement avec le temps ;».


    Google a tout de même assuré qu'il allait lancer un tel site Web : dans un billet de blog, le PDG de Google a annoncé le lancement d'un site national d'information sur le virus, qui fournira des informations actualisées sur l'éducation et la prévention du coronavirus. Après un petit retard (le lancement était prévu pour le 16 mars), le site Web a finalement été lancé.

    Le site Web dédié

    L’éditeur a expliqué que :

    « Depuis le début de l'année, l'intérêt pour la recherche de COVID-19 n'a cessé de croître dans le monde entier. À l'heure actuelle, la maladie est le plus grand sujet que les gens recherchent dans le monde, dépassant même certaines des requêtes les plus courantes et les plus cohérentes que nous voyons dans la recherche.

    « Comme cette crise de santé publique est devenue une pandémie, les besoins en information continuent de changer, variant d'une région à l'autre. Lorsque COVID-19 a été déclaré urgence de santé publique par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fin janvier, nous avons lancé une alerte SOS contenant des ressources et des informations de sécurité de l'OMS, ainsi que les dernières nouvelles. L'alerte a été lancée en 25 langues dans des dizaines de pays, et des personnes dans plus de 50 pays peuvent accéder aux conseils de santé publique localisés des autorités sanitaires ».

    Concernant son site Web, Google a déclaré :

    « Aux États-Unis, les personnes qui recherchent des soins d'urgence, des hôpitaux et d'autres services médicaux dans Search ou Maps verront une alerte leur rappelant la recommandation du CDC pour les personnes symptomatiques afin d'éviter de surcharger les systèmes de santé et d'augmenter le risque d'exposition.

    « Alors que le coronavirus devient un défi dans un plus grand nombre de communautés et que les autorités du monde entier développent de nouveaux conseils et outils pour lutter contre la pandémie, nous continuerons à trouver plus d'occasions de connecter les gens avec des informations clés pour assurer leur sécurité, celle de leur famille et celle de leur communauté ».


    Google a insisté sur le fait que les informations proviennent de source qui font autorité comme l’OMS ou les CDC.

    Le site a été conçu avec un souci pour l’accessibilité, par exemple avec les polices plus grandes que Google utilise habituellement.

    Le site Web contient des vidéos en ASL, une carte mondiale montrant les cas confirmés par pays et de nombreuses informations sur les autres projets de Google, ainsi que des vidéos YouTube réconfortantes.

    Cependant, en lisant la description, vous remarquerez qu'elle n'inclut pas ce que Trump a initialement promis lors de son discours.

    Une amélioration de la recherche sur le COVID-19 sur Google

    Parallèlement au site Web et, ce qui est potentiellement plus important, Google commencera à fournir des cartes d'informations plus perfectionnées aux personnes qui recherchent des termes liés au coronavirus. Il y aura des onglets d'informations pour les symptômes, la prévention, la statique mondiale et les informations pertinentes localement. Cela ressemblera un peu à ceci:


    « Alors que nous continuons de voir les besoins en information des personnes augmenter, nous introduisons une expérience plus complète pour COVID-19 dans Recherche, offrant un accès facile aux informations faisant autorité des autorités sanitaires, ainsi que de nouvelles données et visualisations. Ce nouveau format organise la page de résultats de recherche pour aider les gens à naviguer facilement dans les informations et les ressources, et il permettra également d'ajouter plus d'informations au fil du temps au fur et à mesure qu'elles deviennent disponibles.

    « En plus des liens vers des ressources utiles des autorités sanitaires nationales et locales, les gens trouveront également un carrousel de comptes Twitter d'organisations civiques locales et des autorités sanitaires pour les aider à se connecter aux dernières orientations locales telles qu'elles sont partagées. Nous avons également introduit une fonctionnalité pour faire ressortir certaines des questions les plus courantes sur la pandémie, avec des extraits pertinents provenant de l'OMS et des Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

    « Pour aider les gens à suivre les dernières informations sur la propagation de la maladie, nous ajoutons des modules avec des statistiques et une carte montrant la prévalence du COVID-19 dans les pays du monde entier. Cette nouvelle expérience COVID-19 sur la recherche sera déployée dans les prochains jours en anglais aux États-Unis, et nous prévoyons d'ajouter plus d'informations et d'étendre bientôt à d'autres langues et pays ».

    De nombreuses grandes entreprises technologiques font des efforts pour fournir un soutien lié aux coronavirus, mais aucune d'entre elles n'est en mesure de résoudre certains des plus grands problèmes de la pandémie : l'accès aux tests et la crise imminente des infrastructures de soins de santé.

    À un moment donné dans le futur, Google pourrait en fait fournir un questionnaire et des informations sur les lieux de tests locaux aux conducteurs. Mais un porte-parole a déclaré que l'entreprise ne le ferait pas tant qu'il n'y aurait pas d'informations fiables et faisant autorité sur ces sites.

    Aller sur le site dédié de Google

    Source : Google

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #20
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message

    Et puis sérieusement, faut arrêter de vous plaindre tout le temps… on nous offre enfin une solution pour l'écologie et les retraites, on boost le télétravail, on a plus de temps à s'occuper des nôtres, et vous n'êtes toujours pas content…
    sans vouloir passer pour un gros c**, j'oublie pas que y'a des gens qui souffres et qui meurt chaque jours a cause de cette épidémie mais de mon coté j'ai le sentiment de mieux vivre.
    je dors plus car plus de transport le matin, et la journée je suis en télé travail et je vois plus mes gosses et ma femme.
    J'habite à la campagne et le soir et le midi on fait pleins de trucs ensemble, barbecue, jardin, jeux de société...etc.

    Donc pour moi cette épidémie je le vis comme une bénédiction et sa me fait chier de penser au jours ou je vais retrouver une vie "normal".
    le seul point noir c'est que l'on peut plus le week-end aller se promener loin de chez moi en voiture mais du coup on fait du vtt dansla foret à 500m de chez moi.

    mais j'oublie pas que plein de gens vivent dans des cage à lapin de 9m2, avec un couple bancal qui s’engueule, mais aussi des gens qui peuvent plus bosser et son pas/moins payé ou qui bosse trop.



    mais les gens doivent essayer de voir les bon caté, c'est le moment de passer du temps avec sa femme et ces gosses et de faire des choses différente que d'habitude, ne plus perdre son temps dans les transports et super marché et apprendre à faire du piano/violon, du jardinage, de la cuisine, des jeux de société, regarder le dessous des cartes, que sais je encore.

    cette épidémie moi je la vois comme une chance pour vivre autrement et a vivre mieux !