Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Difficulté à recruter de bons développeurs : et si le problème venait de la description de poste ?
    Difficulté à recruter de bons développeurs : le problème vient peut-être de la description de poste plutôt que d'une pénurie de talents,
    selon une enquête

    Actuellement, les entreprises rencontrent des difficultés à recruter des développeurs qualifiés alors que le nombre d'offres d'emploi ne cesse d'augmenter. En effet, dans leur procédure de recrutement, ces entreprises reçoivent souvent des candidatures au profil qui ne correspondent pas à leurs attentes.

    Mais cette difficulté à trouver de bons profils serait-elle synonyme de pénurie de talents ou d'un processus de recrutement trop sélectif ?

    Pour le développeur Timothy Mugayi, la description de poste serait le principal problème. « D'après mon expérience passée et de simples observations, il existe un grand nombre de programmeurs non traditionnels qui sont autodidactes, qui ne sont pas titulaires d'un diplôme traditionnel en informatique, mais qui peuvent très bien faire le travail. La plupart des programmeurs avec qui je travaille ne sont pas issus d'un tel milieu, mais sont autodidactes ou se sont lancés dans le domaine grâce à une certification. Certains de ces programmeurs ont un talent inexploité qui peut être utilisé car ils peuvent être réceptifs à l'apprentissage et n'ont généralement jamais eu l'occasion de montrer leurs talents juste parce qu'ils ne répondaient pas aux critères de filtrage basés sur l'éducation », explique-t-il.

    D'ailleurs, un récent sondage, réalisé auprès de plus de 20 000 développeurs, indique que 34,6 % d'entre eux sont autodidactes et que 21,7 % n'ont pas de qualification formelle.


    Réponses à la question « Comment avez-vous appris à coder ? », posée auprès des développeurs
    Source : sondage Codingame



    Réponses à la question « Quel est votre niveau de qualification actuel ? », posée auprès des développeurs
    Source : sondage Codingame

    D'un autre côté, certains candidats inscrivent des compétences qu'ils n'ont pas dans leur curriculum vitae afin d'être sélectionnés par les recruteurs. Ces derniers seront ainsi induits en erreur et vont perdre du temps et de l'argent en recrutant un profil qui ne correspond pas à leurs attentes.

    « La réalité que nous devons tous accepter est qu'une offre d'emploi ne décrit pas une personne réelle. Elle décrit un idéal fictif et souvent irréaliste que la plupart des entreprises ne trouveront pas. Le processus d'embauche reste très humain, il ne faut pas l'oublier. Il y a d'autres facteurs dont nous devons tenir compte lorsque nous recherchons des talents et élaborons des descriptions de poste, comme l'empathie, la réceptivité, la confiance et la passion », poursuit Timothy Mugaiy.

    Par ailleurs, sachant que le premier critère influençant le choix d'un candidat à l'embauche reste le salaire, un profil expérimenté aura plus de possibilités à choisir un emploi raisonnablement rémunéré. Ainsi, un recruteur exigeant qui propose un salaire modeste par rapport à d'autres aura des difficultés à trouver une personne correspondant à ces attentes.

    Sources : Timothy Mugayi

    Et vous ?

    Selon vous, quel processus de recrutement devrait suivre les entreprises afin de trouver les bons profils ?

    Voir aussi :

    La difficulté à recruter de bons ingénieurs en informatique résulte-t-elle de la baisse générale du niveau scolaire, notamment, en maths et en sciences ?
    Emploi développeur : dans quel pays est-on le mieux payé en tant qu'acteur de la filière web ? Une étude d'une firme anglaise donne des pistes
    Les développeurs Back-end sont mieux payés que les développeurs Full Stack selon une étude de talent.io. Rester généraliste ou se spécialiser ?
    Les langages de programmation et les emplois de développeur qui rapportent le plus selon une étude. Outre le salaire, les développeurs recherchent aussi des options de travail plus flexibles
    La pénurie mondiale de talents est désormais le principal risque émergent pour les organisations, d'après une étude menée par Gartner
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Axel Lecomte Voir le message

    Par ailleurs, sachant que le premier critère influençant le choix d'un candidat à l'embauche reste le salaire, un profil expérimenté aura plus de possibilités à choisir un emploi raisonnablement rémunéré. Ainsi, un recruteur exigeant qui propose un salaire modeste par rapport à d'autres aura des difficultés à trouver une personne correspondant à ces attentes.

    je crois surtout que la vrai raison se trouve à la fin de l'article.

    si une entreprise n'arrive pas a recruter un bon développeur c'est que le salaire n'est pas en adéquation avec l'exigence de l'entreprise.
    Plus on cherche un emploie qualifié, du "talent" pour reprendre l'article plus il faudra mettre la main à la poche.

    j'aimerais bien connaitre le poste recherché et surtout le salaire proposé par ces boites qui ont des difficultés à recruter...

    Citation Envoyé par Axel Lecomte Voir le message

    Il y a d'autres facteurs dont nous devons tenir compte lorsque nous recherchons des talents et élaborons des descriptions de poste, comme l'empathie, la réceptivité, la confiance et la passion », poursuit Timothy Mugaiy.
    de mon expérience personnel, la 1ere qualité que je cherche c'est la faculté de la personne à travailler en équipe.
    j'en ai connue qui étaient très doué sur le plan technique mais qui ne savais pas travaillé en équipe, ils faisaient des taches qu'ils voulaient sans en parler à personne. Même si le reste de l'équipe leurs disait que c'est pas prioritaire qu'il finir sa avant ils continuaient.
    je préfère des personnes moins compétente pour le coup mais qui savent travailler en équipe que ce genre de personne.

  3. #3
    Membre averti
    Pour le vivre (le fiston démarre dans la vie active) et l'avoir vécu (en tant que recruteur),

    Le problème se situerait plutôt sur le contenu de la formation :

    Survol d'un grand nombre de langage pour finalement ne pas en maîtriser un.
    Augmentation des heures de mathématiques (orientées statistiques). qui ne font pas forcement de bon ou mauvais développeurs.

    J'ai regardé les offres d'emploi avec le terme développeur. c'est devenu un terme fourre-tout... :

    Développeur "Full Stack" (pour du web par exemple)
    SQL,C++,Windev,...
    et si vous êtes capable d'administrer un serveur (Linux ou Windows) c'est un plus.


    Bon courage aux gamins ( j'estime que les "vieux" avec l'expérience ont moins de soucis)

  4. #4
    Modérateur

    Citation Envoyé par rupteur Voir le message

    Le problème se situerait plutôt sur le contenu de la formation :

    Survol d'un grand nombre de langage pour finalement ne pas en maîtriser un.
    Augmentation des heures de mathématiques (orientées statistiques). qui ne font pas forcement de bon ou mauvais développeurs.
    Pour moi c'est pas ça le problème. C'est acté que quand tu sors de l'école tu n'es de toute manière bon à rien (j'exagère à peine) et que maîtriser un langage prend plusieurs années d'expérience. Il faut à minima 6 mois à un jeune diplômé pour être réellement efficace. Je pense qu'au contraire voir beaucoup de chose leur permet d'être réceptif au changement et de ne pas s’empatter dans une technos dès la sortie de l'école.

    Les problèmes de recrutement viennent plutôt selon moi :
    - Des profils recherchés : Ninja full stack C++ PHP Android Iphone Assembleur , des notions de compta et RH serait un plus. 20K€/an , et on à une super salle de pause. J'exagère à peine , le mouton à 5 pattes n'existe pas
    - Des salaires proposés : Dans l'ensemble de le développeur est vu comme un simple technicien , malgré son diplôme travail d’ingénierie. Si on compare les rémunérations des commerciaux et des dév par exemple ça n'a rien à voir.
    - Des nouveaux diplômés : L'époque des mecs passionnés qui s'amuse plus qu'il ne travail , qui recherche le défis technique est révolue. La plus part des jeunes sont là parce que c'est un secteur qui recrute et plus par passion. Du coup il sont beaucoup plus exigeants sur les conditions de travail (c'est pas un reproche mais une constatation).
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  5. #5
    Membre éclairé
    Fausse question : si une fiche de poste qui espère attirer un dev expérimenté ne l'attire pas, c'est probablement parce que ces dev expérimentés sentent les problèmes à plein nez sur la réalité du job à partir de la fiche de description (+salaire évidemment).

    Alors on pourrait retravailler la fiche de poste pour attirer les dev expérimentés, sauf que si la réalité du job ne change pas, ça ne les fera pas rester.

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    (.../...)
    - Des profils recherchés : Ninja full stack C++ PHP Android Iphone Assembleur , des notions de compta et RH serait un plus. 20K€/an , et on à une super salle de pause. J'exagère à peine , le mouton à 5 pattes n'existe pas
    (.../...)
    - Des nouveaux diplômés : L'époque des mecs passionnés qui s'amuse plus qu'il ne travail , qui recherche le défis technique est révolue. La plus part des jeunes sont là parce que c'est un secteur qui recrute et plus par passion. Du coup il sont beaucoup plus exigeants sur les conditions de travail (c'est pas un reproche mais une constatation).
    ça rejoint ce que je disait dans mon post sur les salaires à Montpellier; la chasseuse de tête avait mis une annonce pour trois postes de moutons à 5 pattes(testeur manuel, scripteur de test automatique, environnement international, assez de maîtrise théorique du sujet pour évangéliser les foules, profonde connaissance fonctionnelle du milieu médical et hospitalier, etc...). J'ai les 5 pattes en question. Mais "ah oui, mais c'est une startup, ils ne peuvent pas allonger plus de 40. Bon, vous êtes à plus de 50 et c'est légitime vu votre profil et votre expérience. Mais je vais raccourcir l'entretien, ça ne sert à rien - mon client ne pourra pas s'aligner."

    Ce qui explique pourquoi, même si j'ai répondu très en retard à son contact(vacances à la montagne coupé de tout), les trois postes étaient toujours à pourvoir. Ils risquent de le rester longtemps. Soit ils ne prennent que des débutants - et ils s'exposent à lors au erreurs que moi j'ai fait étant débutant, sans avoir le filet d'expérimentés qui a empêché mes erreurs de faire trop de dégâts. Soit ils revoient leurs budget(le moins probable). Soit ils restent sans équipe qualité du tout(et bonjour les bugs).

    Et ces gens là vont chialer auprès du gouvernement qu'on ne trouve pas de gens à recruter. Et le gouvernement(comme les précédents) va les écouter. Et prendre des mesures ineptes faute de comprendre la situation.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  7. #7
    Membre éclairé
    Faisant passer des entretiens de recrutement, je constate que le niveau à la sortie des écoles "d'informatique" est très variable... La plupart ont un vernis de développement (il savent pisser de la ligne de code) sans comprendre la finalité ou les limites de ce qu'ils font... Ce qui induit souvent des algorithmes mal réfléchis, peu évolutifs et qui supportent mal la montée en volumétrie.... Je me souviens d'un master de chimie qui a fait une spécialisation informatique en dernière année et qui a débarqué développeur: la notion de complexité algorithmique lui était totalement étranger...
    Aujourd'hui on forme des développeurs en grand nombre via des formations incomplètes pour boucher les trous mais le prix à payer : une dette technique qui est en augmentation constante :-(

  8. #8
    Membre régulier
    Moi non plus, je ne saurai pas expliqué la notion de complexité algorithmique et pourtant j'ai 24 ans de métier de développeur. Et si je ne sais pas (ou plus), je sais que je pourrai chercher sur le net toutes explications nécessaires

  9. #9
    Membre régulier
    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    - Des nouveaux diplômés : L'époque des mecs passionnés qui s'amuse plus qu'il ne travail , qui recherche le défis technique est révolue. La plus part des jeunes sont là parce que c'est un secteur qui recrute et plus par passion. Du coup il sont beaucoup plus exigeants sur les conditions de travail (c'est pas un reproche mais une constatation).
    Faut dire qu'on s'amuse de moins en moins en développant. C'est devenu de plus en plus cadré, codifié, les dead-lines sont les plus serrés possible. Le client veut un résultat comme il l'imagine au pixel prés. On a quasiment aucune marge de manœuvre pour innover ou tester des trucs, même pour une simple formation de quelques jours il faut parfois se battre bec et ongles. Pour couronner le tout, la plupart des projets sur lesquels j'ai bossé, j'avais l'intime conviction qu'ils ne serviraient pas au final (parce que trop mal foutu faute de temps/specs ou parce qu'ils ne répondaient a aucun besoin, juste a une "idée révolutionnaire" du client).

    Dans ces conditions, pourquoi accepter un bas salaire ?

    A titre personnel, je serais prêt à faire une croix sur quelques k$ si c'est pour avoir la certitude que je vais bosser sur un projet utile en ayant un peu de latitude dans mes développements.

  10. #10
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Pour moi c'est pas ça le problème. C'est acté que quand tu sors de l'école tu n'es de toute manière bon à rien (j'exagère à peine) et que maîtriser un langage prend plusieurs années d'expérience. Il faut à minima 6 mois à un jeune diplômé pour être réellement efficace. Je pense qu'au contraire voir beaucoup de chose leur permet d'être réceptif au changement et de ne pas s’empatter dans une technos dès la sortie de l'école.

    Les problèmes de recrutement viennent plutôt selon moi :
    - Des profils recherchés : Ninja full stack C++ PHP Android Iphone Assembleur , des notions de compta et RH serait un plus. 20K€/an , et on à une super salle de pause. J'exagère à peine , le mouton à 5 pattes n'existe pas
    - Des salaires proposés : Dans l'ensemble de le développeur est vu comme un simple technicien , malgré son diplôme travail d’ingénierie. Si on compare les rémunérations des commerciaux et des dév par exemple ça n'a rien à voir.
    - Des nouveaux diplômés : L'époque des mecs passionnés qui s'amuse plus qu'il ne travail , qui recherche le défis technique est révolue. La plus part des jeunes sont là parce que c'est un secteur qui recrute et plus par passion. Du coup il sont beaucoup plus exigeants sur les conditions de travail (c'est pas un reproche mais une constatation).
    C'est moins cas dev + admin sys + BDD admin + bonnes notions compta (je suis sûrement + fort que les comptas de ma boite ), RH, finance, etc. Par contre je prends pas à - 60k en province et 80-90k en RP .

  11. #11
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    ça rejoint ce que je disait dans mon post sur les salaires à Montpellier; la chasseuse de tête avait mis une annonce pour trois postes de moutons à 5 pattes(testeur manuel, scripteur de test automatique, environnement international, assez de maîtrise théorique du sujet pour évangéliser les foules, profonde connaissance fonctionnelle du milieu médical et hospitalier, etc...). J'ai les 5 pattes en question. Mais "ah oui, mais c'est une startup, ils ne peuvent pas allonger plus de 40. Bon, vous êtes à plus de 50 et c'est légitime vu votre profil et votre expérience. Mais je vais raccourcir l'entretien, ça ne sert à rien - mon client ne pourra pas s'aligner."

    Ce qui explique pourquoi, même si j'ai répondu très en retard à son contact(vacances à la montagne coupé de tout), les trois postes étaient toujours à pourvoir. Ils risquent de le rester longtemps. Soit ils ne prennent que des débutants - et ils s'exposent à lors au erreurs que moi j'ai fait étant débutant, sans avoir le filet d'expérimentés qui a empêché mes erreurs de faire trop de dégâts. Soit ils revoient leurs budget(le moins probable). Soit ils restent sans équipe qualité du tout(et bonjour les bugs).

    Et ces gens là vont chialer auprès du gouvernement qu'on ne trouve pas de gens à recruter. Et le gouvernement(comme les précédents) va les écouter. Et prendre des mesures ineptes faute de comprendre la situation.
    C'est un peu comme ça dans bcp de taff, paie de merde pour postes difficiles (serveur, BTP ou autres métiers manuels), on se plaint qu'on trouve pas et on va chercher des immigrés de pays + pauvres et qui ensuite se font insulter par les adeptes du RN .

  12. #12
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
    Faisant passer des entretiens de recrutement, je constate que le niveau à la sortie des écoles "d'informatique" est très variable... La plupart ont un vernis de développement (il savent pisser de la ligne de code) sans comprendre la finalité ou les limites de ce qu'ils font... Ce qui induit souvent des algorithmes mal réfléchis, peu évolutifs et qui supportent mal la montée en volumétrie.... Je me souviens d'un master de chimie qui a fait une spécialisation informatique en dernière année et qui a débarqué développeur: la notion de complexité algorithmique lui était totalement étranger...
    Aujourd'hui on forme des développeurs en grand nombre via des formations incomplètes pour boucher les trous mais le prix à payer : une dette technique qui est en augmentation constante :-(
    Oui bien-sur les étudiants qui prennent pas de décisions ont créés la dette technique.

    J'ai presque envie de troller et dire que la dette technique vient des dinosaures proches de la retraite qui restent dans leur zone de confort au détriment de refactos et nouveaux projets sous peine de se rendre moins indispensables ou par pure fainéantise intellectuelle.

  13. #13
    Membre éprouvé
    Encore un faut problème, pour excuser le niveau de nullité de ces entreprises !!!
    Sans oublier, la considération que portes ces entreprises, pour les candidats.
    Je veux un bac+5 !!
    Pourquoi ??
    Parce que je peux le facturer 3x plus chère au client !!!
    Ne pas savoir n’est pas une faute si l’on cherche à combler ses lacunes.

    "Il n'y a pas d'obstacles infranchissables , il y a des volontés plus ou moins énergiques voilà tous" Jules Vernes

  14. #14
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par denisys Voir le message
    Encore un faut problème, pour excuser le niveau de nullité de ces entreprises !!!
    Sans oublier, la considération que portes ces entreprises, pour les candidats.
    Je veux un bac+5 !!
    Pourquoi ??
    Parce que je peux le facturer 3x plus chère au client !!!
    Ça à la limite c'est plutôt compréhensible. Quand ton business model c'est de faire du TJM pas du bon code sur un truc de pointe, on peut comprendre que l'ESN privilégie les CV + vendeurs. Elle fait simplement un calcul sur salaire le + bas à payer et + de facilité à staffer. Il en va de sa survie.

  15. #15
    Modérateur

    Citation Envoyé par NoPr0n Voir le message
    Faut dire qu'on s'amuse de moins en moins en développant. C'est devenu de plus en plus cadré, codifié, les dead-lines sont les plus serrés possible. Le client veut un résultat comme il l'imagine au pixel prés. On a quasiment aucune marge de manœuvre pour innover ou tester des trucs, même pour une simple formation de quelques jours il faut parfois se battre bec et ongles. Pour couronner le tout, la plupart des projets sur lesquels j'ai bossé, j'avais l'intime conviction qu'ils ne serviraient pas au final (parce que trop mal foutu faute de temps/specs ou parce qu'ils ne répondaient a aucun besoin, juste a une "idée révolutionnaire" du client).
    Ca c'est plus une problématique lié à la régie/presta.
    Perso je travail chez un éditeur et j'ai pas du tout ce problème.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  16. #16
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Ca c'est plus une problématique lié à la régie/presta.
    Perso je travail chez un éditeur et j'ai pas du tout ce problème.
    J'ai été presta en régie chez un éditeur...
    Mais bon il est vrai que le résultat devait être plus direct. Même si du coup tu as d'autres formes d'effets pervers.
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

  17. #17
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par noremorse Voir le message
    Moi non plus, je ne saurai pas expliqué la notion de complexité algorithmique et pourtant j'ai 24 ans de métier de développeur. Et si je ne sais pas (ou plus), je sais que je pourrai chercher sur le net toutes explications nécessaires
    La complexité algorithmique, c'est le fait qu'un algorithme ait une complexité en O(1), en O(log n), en O(n), en O(n log n), en O(n ^ 2), etc. Ce n'est pas fondamentalement grave d'oublier que le terme "complexité algorithmique" se rapporte à ça. Par contre, si tu ne connais pas cette notion à 24 ans d'expérience, c'est qu'il y a un problème.

  18. #18
    Membre averti
    Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
    La complexité algorithmique, c'est le fait qu'un algorithme ait une complexité en O(1), en O(log n), en O(n), en O(n log n), en O(n ^ 2), etc. Ce n'est pas fondamentalement grave d'oublier que le terme "complexité algorithmique" se rapporte à ça. Par contre, si tu ne connais pas cette notion à 24 ans d'expérience, c'est qu'il y a un problème.
    Ou pas, le point important dans toute la discussion est que l'informatique c'est ultra vaste. Nous qui sommes du métier on se perd facilement, alors les RH/Patrons ....
    Petite anecdote personnelle, mon ancien patron confondait java et javascript, du coup il venait me proposer des postes chez des clients avec du javascript alors que je ne connais pas le langage.

    Cela ne me choque pas de ne pas tout connaître, la complexité algorithmique c'est utile dans certains cas, mais dans la très grande majorité on s'en passe. En revanche, savoir que cela existe est indispensable pour savoir comment réagir le moment venu. C'est une subtilité plus que difficile à saisir pour les personnes donneuses d'ordres.
    Estrade Maxime

  19. #19
    Membre extrêmement actif
    Que les Guignols des ressources humaines cessent d'utiliser ce terme "Talents" qui ne sert qu'a valoriser leur petites personnes et qu'ils se mettent à sérieusement faire leur travail:

    1. Ne pas chercher le mouton à 5 pattes (le gars de 20 ans acceptant un salaire de misère tout en ayant une expérience de 10 ans sur une centaine de technologies toutes vieilles de moins de 5 ans!)

    2. Connaître le métier pour lequel ils cherchent un "talent". Quand on a un RH qui aligne les mots clé pour décrire le profil recherché sans en connaître la signification du premier d'entre-eux et qui s'occupe aussi bien de l'engagement du mec qui passe l'aspirateur dans les bureaux que du développeur spécialisé dans une techno pointue, il ne faut pas s'étonner qu'il a de la peine à trouver le "talent" recherché.

    3. Ne pas se limiter à trouver un "talent" correspondant à toutes ses exigences, mais privilégier la formation

  20. #20
    Membre régulier
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Ca c'est plus une problématique lié à la régie/presta.
    Tout a fait. Mais les agences de régie/presta ça reste une très grosse part du marché du développement et je pense que c'est une bonne partie de ces fameuses boitent qui se plaignent du manque de développeurs.

###raw>template_hook.ano_emploi###