Google rend disponible sur Firefox son extension open source Lighthouse
pour aider les développeurs à améliorer l'expérience utilisateur

Depuis le 14 février, Google ouvre l’une de ses extensions les plus populaires au navigateur Mozilla Firefox, une extension utilisée désormais par plus de 400 000 utilisateurs. C’est probablement une forte contribution de Google pour l’amélioration des cadres de travail des développeurs Web qui utilisent ce navigateur open source. En effet, il ne faut pas oublier que Lighthouse offre la possibilité de tester les performances du navigateur dans l’affichage des pages Web considérées.


L'extension Lighthouse de Google disponible sur Firefox

En fait, Lighthouse fonctionne via l’API PageSpeed Insights de Google, une extension intégrée à Google Chrome depuis 2016. Avec l’ouverture de cette extension pour Firefox, l’API peut générer un rapport incluant des données en temps réel sur l’expérience des utilisateurs du navigateur de Mozilla. Parmi ces données, il y a des informations, sous forme de score allant de 0 à 100, concernant la vitesse de chargement de la page considérée, les éventuels éléments susceptibles de réduire les performances, l’accessibilité et le référencement de cette page. Le rapport ainsi généré offre également des recommandations aux développeurs pour l’amélioration des performances de la page ainsi que de sa compatibilité/conformité avec notamment Google Chrome. Cela pourrait être particulièrement utile pour l’optimisation d’un site Web, notamment pour les pages contenant des annonces.

Par cette ouverture, Google affiche une volonté d’aider les développeurs dans l’amélioration des performances des applications et des pages Web, tout en promouvant les meilleures pratiques dans ce domaine. Par ailleurs, ce sont les URL publiques qui peuvent être auditées par cet outil via le navigateur Firefox.

Cette nouvelle pourrait étonner le public car, si la fondation Mozilla revendiquait 270 millions d’utilisateurs de son navigateur une décennie plus tôt, celui-ci est en perte de vitesse actuellement, au profit de son rival Google Chrome qui ne cesse de grignoter des parts de marché. Désormais, selon des chiffres de StatCounter en 2019, le navigateur de Google (avec 67 %) de parts de marché devance de loin Firefox (qui ne dispose que de 9 %). Les chiffres ont probablement été bouleversés, surtout par le développement de la navigation sur internet à travers les appareils mobiles. Tout de même, force est de reconnaitre l’importance à ne point négliger de Mozilla Firefox qui continue à être soutenue par une grande communauté de développeurs.

Tout cela s’insère bien entendu dans la bataille entre les navigateurs de Google et de Microsoft, avec notamment la promotion faite vis-à-vis de Microsoft Edge. L’on se rappelle de la mise en concurrence constatée entre ce navigateur et celui de Mozilla lors de l’émergence de Windows 10 sur le marché. Google, à travers cette ouverture de l’une de ses extensions phares, Lighthouse pour Mozilla Firefox, veut certainement insister sur le rapprochement avec ce dernier, de manière à maintenir la place de Google Chrome, aussi bien auprès du grand public qu’aux yeux des développeurs. Certes, Chrome s’impose comme le navigateur de référence depuis qu’il a supplanté Internet Explorer en 2016 ; mais, le navigateur de Google arrive certainement à maturité, avec une croissance en ralenti, sous-tendue par une poignée de navigateurs concurrents qui luttent pour leur survie.

En conclusion, il se pourrait que la stratégie de Google de fournir une version de Lighthouse pour Mozilla Firefox soit une tentative de choisir ce dernier comme son propre concurrent, et ainsi d’éliminer du marché tous les autres navigateurs.

Source : Mozilla.org, Google Developers, GitHub


Et vous ?

Pensez-vous que Google fournira également d’autres versions de son Lighthouse pour d’autres navigateurs ?

Que dire de l’avenir du marché des navigateurs Web ?


Voir aussi :

Pourquoi les développeurs d'extensions préfèrent Chrome à Firefox

Google veut mettre en place un système permettant d'identifier et d'étiqueter les sites Web. Qui se chargent rapidement ou lentement sur Chrome

Google Search va utiliser la vitesse de téléchargement d'une page sur mobile comme un facteur de classement à partir de juillet 2018

La part de marché de Firefox augmente pour la deuxième fois consécutive en 2 mois. Le navigateur libre pourrait-il survivre auprès de Chrome ?

Après Chrome, c'est au tour de Firefox d'apporter le lazy loading d'images en natif dans son navigateur