Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Licences open source 2020 : les licences permissives en croissance continue, selon un rapport
    Licences open source 2020 : les licences permissives en croissance continue, tandis que les licences copyleft connaissent un lent déclin,
    Selon un rapport

    Au fur et à mesure que les organisations de tous les secteurs ont progressivement adopté l'utilisation de l’open source, certains projets de l’open source sont devenus de grandes entreprises, ramenant au premier plan le débat sur cette catégorie de licence. Alors qu’une année prend fin et qu’une nouvelle commence, l’équipe de recherche de WhiteSource, une plateforme de gestion de la sécurité et de la conformité des licences open source, a recueilli des données dans sa base de données, pour savoir quelles étaient les licences open source les plus populaires en 2019.

    L’analyse des informations, qui comprennent plus de 4 millions de pacquages et 130 millions de fichiers open source couvrant plus de 200 langages de programmation, a montré que l'utilisation des licences open source permissives continue d'augmenter, tandis que l'utilisation des licences copyleft, et de la famille GPL en particulier, continue de diminuer. Les résultats ont révélé que la licence MIT conserve la tête du top 10 des licences open source les plus utilisées. Les informations ont également permis à l’équipe de recherche de WhiteSource de prévoir la tendance d’utilisation en 2020.


    Croissance continue des licences open source permissives

    Une licence open source permissive est une licence open source qui impose des restrictions minimales sur la manière dont les autres peuvent utiliser les composants open source. Ce type de licence permet divers degrés de liberté pour utiliser, modifier et redistribuer le code source ouvert, autorisant son utilisation dans des travaux dérivés propriétaires et n'exigeant presque rien en retour.

    Selon WhiteSource, l'utilisation de cette catégorie de licences open source est toujours en hausse, et poursuit la tendance observée depuis 2018. Selon les données de 2019, 67 % des composants open source ont des licences permissives. Ce qui représente une augmentation de 3 % par rapport aux 64 % de l'année précédente. Seulement 33 % des 10 licences open source les plus populaires sont des licences copyleft, contre 36 % en 2018 et 59 % en 2012. Ces chiffres montrent que les développeurs et les organisations continuent à préférer les licences permissives, a estimé l’équipe.

    Parmi les licences open sources permissives, les licences MIT et Apache 2.0 occupent à nouveau la première et la deuxième place dans le top 10 des licences open source les plus populaires de l'année 2019 de WhiteSource. Toutes deux ayant acquis 1 % par rapport à l'année d’avant.


    Le rapport de WhiteSource attribue cette tendance à l'augmentation continue de l'utilisation de l’open source. L'open source est devenu un courant dominant, et la communauté de l'open source est adoptée et soutenue par la communauté des logiciels commerciaux. Selon l’équipe de recherche, « Avec des sociétés comme Microsoft et Google qui soutiennent certains grands projets de logiciels libres, la mentalité "nous" contre "eux" qui régnait aux premiers jours de l'open source est révolue depuis longtemps. Dans l'intérêt de cette large coopération et pour encourager l'utilisation de l’open source, des licences permissives sont en train de gagner du terrain ».

    Pour rappel, Microsoft a atteint la conformité OpenChain 2.0 en décembre dernier. La société avait rejoint le projet OpenChain en tant que membre Platinum plus tôt en 2019, afin de contribuer au développement de meilleures pratiques et à la définition de normes pour la conformité des logiciels open source, afin que ses clients aient encore plus de choix et la possibilité de relier Microsoft et d’autres technologies dans des environnements hétérogènes. La décision de Microsoft de rejoindre l’OpenChain est venue après celle de plusieurs autres grandes entreprises qui ont également rejoint le projet au cours de la même année, notamment Uber, Google et Facebook.

    WhiteSource explique aussi la croissance de l’open source permissive par le fait que les utilisateurs choisissent les composants avec les licences qui semblent avoir moins de conditions. Les composants open source de cette catégorie semblant offrir à tous une solution simple, en réduisant au minimum les problèmes de conformité des licences de logiciels open source pour les services juridiques.

    La licence open source du MIT continue la course au sommet du top 10

    Selon le rapport, la licence du MIT, avec 27 %, reste en tête de la liste des licences open source les plus populaires. Cette tendance ne devrait surprendre personne, selon le rapport, car la licence est en hausse sur GitHub depuis 2015. Les développeurs choisissent la licence du MIT parce qu’« elle est courte et pertinente. Elle indique aux utilisateurs en aval ce qu'ils ne peuvent pas faire, elle inclut une notice de copyright (paternité) et elle rejette les garanties implicites (acheteur, attention). Il s'agit clairement d'une licence optimisée pour les développeurs. Vous n'avez pas besoin d'un diplôme en droit pour la comprendre, et la mise en œuvre est simple », a déclaré Ben Balter, avocat, développeur open source et directeur de la gestion des produits chez GitHub.


    Selon le site choosealicense.com de GitHub, la licence du MIT « permet aux gens de faire ce qu'ils veulent avec votre code, à condition qu'ils vous renvoient l'attribution et ne vous tiennent pas pour responsable ». Il y a deux ans, Facebook a très publiquement remplacé la licence de React par une licence du MIT, d’après WhiteSource. D'autres projets open source populaires sous licence MIT sont Angular.js, rails, et .NET Core.

    La licence Apache 2.0 continue également sa croissance

    En 2019, la popularité de la licence permissive Apache 2.0 a continué de croître, en gagnant 1 % et en conservant la deuxième position avec 23 %. En 2017, selon le classement de WhiteSource, la licence Apache 2.0 a bouleversé les choses en faisant un bond à la deuxième place de la liste des 10 meilleures licences open source, remplaçant la licence copyleft GPL 3.0.

    Selon le rapport, la licence Apache 2.0 exige la préservation des droits d'auteur et des notices de licence, prévoit l'octroi exprès de droits de brevet et permet de distribuer les œuvres sous licence, les modifications et les œuvres de plus grande envergure sous des conditions différentes et sans code source. Apache 2.0 est la licence d'un certain nombre de projets open source populaires, y compris Kubernetes, Swift et PDF.js.


    Le lent déclin des licences open source GNU GPL

    L’utilisation des licences copyleft GPLv3 et GPLv2 a baissé de nouveau en 2019, d’après WhiteSource. La GPLv3 est toujours en troisième position, mais elle a encore perdu 3 % pour s’établir à 13 %, contre 16 % en 2018. La GPLv2 a également conservé sa quatrième place, conservant les 10 % depuis 2018. Les licences GPL v3.0, GPL v2.0 et LGPLv2.1, qui sont toutes arrivées dans le top 10, ont obtenu un total de 28 % de toutes les licences du top 10, ce qui marque un déclin continu de la popularité de la famille des licences GNU GPL. Selon le rapport, cette tendance devrait continuer dans les années à venir.

    Selon les conditions des licences GPL, lorsque les utilisateurs incorporent un composant sous l’une des licences de cette catégorie, ils doivent en publier le code source, ainsi que les droits de modification et de distribution de l'ensemble du code. Il faut noter que le code source doit également être publié sous la même licence GPL. Selon le rapport, bien que de nombreux codes source ont été mis à disposition depuis lors, les chiffres montrent que la GNU GPL est évitée par de nombreuses entités commerciales qui prennent une place beaucoup plus centrale dans la communauté du logiciel libre d'année en année.


    Que réserve l’avenir pour les licences open source en 2020 ?

    Les développeurs et les organisations commerciales choisissent les composants open source qui leur permettent de créer des produits qui peuvent prospérer dans l'écosystème open source. Avec la richesse des licences open source existantes, il semble que les utilisateurs choisissent les plus permissives, qui contiennent moins d'exigences et de restrictions, d’après le rapport.

    Selon l’équipe de recherche de WhiteSource, au fur et à mesure que l'utilisation de l'open source se développe, les organisations sont en train de réfléchir à la manière d'adopter la communauté open source et de mettre à jour leurs modèles commerciaux pour rester en tête. WhiteSource recommande aux organisations de respecter leur part du marché et de s'assurer qu'elles savent quelles licences open source elles utilisent et qu'elles respectent leurs exigences.

    De même, la communauté open source fait de son mieux pour s'assurer que l'open source est facile à adopter et à s’y conformer. Toutefois, le rapport prévoit que la tendance au déclin de la famille des licences GNU GPL devrait continuer en 2020.

    Un commentateur du rapport croit que le succès des licences permissives repose sur le fait que les entreprises ont tendance à ouvrir leurs bibliothèques open source qu’elles veulent toujours pouvoir incorporer dans leurs produits propriétaires. En outre, selon lui, « la proportion de logiciels sous licence de type "copyleft" n'a pas diminué, mais seulement que la proportion de logiciels sous licence permissive a augmenté ».

    Source : WhiteSource

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Que pensez-vous des raisons fournies par le rapport de la croissance des licences permissives et du déclin des licences copyleft ?
    Que pensez-vous de l’avenir de l’open source ?

    Lire aussi

    Linux (et l'open source) sera confronté à deux problèmes en 2020 selon Bryan Lunduke, un ancien membre du conseil d'administration d'openSUSE
    Emploi : l'open source est un domaine porteur, mais les talents restent une denrée rare,, révèle l'Open Source Jobs Report de 2016
    L'open source souffre-t-il d'un problème du « travail gratuit » ? Oui, selon Havoc Pennington
    Microsoft a atteint la conformité OpenChain 2.0 pour l'open source, qui assure que ses logiciels libres respectent les normes de conformité de licence open source
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

    Qu’en pensez-vous ?
    Que c'est plutôt une bonne nouvelle.

    Cependant, le taux d'utilisation de telle ou telle licence n'est pas le seul facteur important.
    L'important est aussi QUI ou quel produit l'utilise.

    Si j'écris un notepad sous une licence ultra-hyper-permissive, tout le monde sans moque un peu.
    Mais même s'il ne restait que GNU/Linux sous licence GPL, ça ferait toujours un gros et important morceau de l'open-source.
    --
    vanquish

  3. #3
    Rédacteur/Modérateur

    pacquages
    Je pensais pas que c'était un mot français, mais en fait si... Par contre ça veut pas du tout dire ce que le contexte laisse entendre. C'est "l'action de pacquer", variante de "paquer", qui signifie "Trier et arranger des poissons salés dans des barils pour les transporter."

    Perso je suis pas partisan de traduire systématiquement tous les termes anglophones. Tout le monde (en tout cas dans le milieu des développeurs) comprend le terme "package". Si on veut absolument traduire, "paquet" ou "paquetage" peuvent à la rigueur faire l'affaire.

  4. #4
    Modérateur

    Franchement les licences copyleft c'est une vraie plaie.
    Déjà d'un point de vue légale , si y'a pas un expert en licence dans l'entreprise on ne sait jamais réellement ce qu'on à le droit ou pas de faire.
    Est ce que je peux compiler en static , dois je rester en dynamique , tout mon code devient il open source ? bref c'est compliqué

    C'est très bien quand on développe de l'open source mais dès qu'on est dans du propriétaire ça devient très compliqué à utiliser.

    Pour finir, aujourd'hui, qui à réellement l'envie et les moyen de faire appliquer les licences copyleft ? Des trucs GPL utilisés sans divulgation des sources par exemple, il y'en à partout , tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose.

    Les licences qui peuvent être intéressantes (pour leur auteur) c'est celles qui oblige la publications des modifications apporté à du code OS. Ça permet par exemple à certaines lib de profiter de contribution importante qui n'auraient pas forcément été répercutée sans celà.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  5. #5
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    Franchement les licences copyleft c'est une vraie plaie.
    Merci pour ceux qui choisissent cette licence pour publier leurs sources.

    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    Déjà d'un point de vue légale , si y'a pas un expert en licence dans l'entreprise on ne sait jamais réellement ce qu'on à le droit ou pas de faire.
    Est ce que je peux compiler en statique , dois je rester en dynamique , tout mon code devient il open source ? bref c'est compliqué
    Tout est compliqué quand on ne lit pas la documentation, mais dès qu'on lit la documentation cela devient limpide.

    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    C'est très bien quand on développe de l'open source mais dès qu'on est dans du propriétaire ça devient très compliqué à utiliser.
    L'intérêt d'utiliser une licence copyleft, c'est que ça reste en open source et que personne ne peut s'attribuer ton travail. Ensuite rien ne t'oblige à utiliser un logiciel sous licence copyleft, tu peux aussi le redévelopper toi même.

    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    Pour finir, aujourd'hui, qui à réellement l'envie et les moyen de faire appliquer les licences copyleft ? Des trucs GPL utilisés sans divulgation des sources par exemple, il y'en à partout , tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose.
    Des précédents existent. Mais bon des personnes qui ne respectent pas la loi, y a en partout, tous les jours des automobilistes grillent des feux rouges, tous les jours des internautes pirates des films, etc. Si on suit ton raisonnement, on ne va pas bien loin.

    Citation Envoyé par grunk Voir le message

    Les licences qui peuvent être intéressantes (pour leur auteur) c'est celles qui obligent la publication des modifications apportées à du code OS. Ça permet par exemple à certaines lib de profiter de contribution importante qui n'auraient pas forcément été répercutée sans cela.
    Donc si je suis ton raisonnement le licences copyleft c'est une vraie plaie, sauf celle qui obligent les modifications apportées à du code open source, donc des licences copyleft en fait ?

    À lire Pourquoi j’utilise la licence GPL ou les états d’âme d’un développeur

  6. #6
    Membre expert
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Donc si je suis ton raisonnement le licences copyleft c'est une vraie plaie, sauf celle qui obligent les modifications apportées à du code open source, donc des licences copyleft en fait ?
    je pense que le propos est : obliger à rendre public les modifs/améliorations/etc. de la lib open source que tu utilises, MAIS sans avoir d'autres conséquences sur ton propre code.

  7. #7
    Rédacteur/Modérateur

    Mon avis perso : l'OpenSource c'est bien donc pas hésiter a en faire quand on peut, mais les license qui te forcent a les adopter puis qui contaminent tout ton code et ce sur quoi tu bosses, c'est mal. Ça tient plus du mouvement politique et idéologique qu'autre chose, et c'est bien que que je peux reprocher a la FSF.
    Merci de penser au tag quand une réponse a été apportée à votre question. Aucune réponse ne sera donnée à des messages privés portant sur des questions d'ordre technique. Les forums sont là pour que vous y postiez publiquement vos problèmes.

    suivez mon blog sur Développez.

    Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the universe is winning. ~ Rich Cook

  8. #8
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Franchement les licences copyleft c'est une vraie plaie.
    Déjà d'un point de vue légale , si y'a pas un expert en licence dans l'entreprise on ne sait jamais réellement ce qu'on à le droit ou pas de faire.
    Est ce que je peux compiler en static , dois je rester en dynamique , tout mon code devient il open source ? bref c'est compliqué

    C'est très bien quand on développe de l'open source mais dès qu'on est dans du propriétaire ça devient très compliqué à utiliser.

    Pour finir, aujourd'hui, qui à réellement l'envie et les moyen de faire appliquer les licences copyleft ? Des trucs GPL utilisés sans divulgation des sources par exemple, il y'en à partout , tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose.

    Les licences qui peuvent être intéressantes (pour leur auteur) c'est celles qui oblige la publications des modifications apporté à du code OS. Ça permet par exemple à certaines lib de profiter de contribution importante qui n'auraient pas forcément été répercutée sans celà.
    Le droit français ne reconnais que la GPL , un point c 'est tout pour la publication , financement , je renvoi . à la https://cpu.dascritch.net/post/2020/01/16/Ex0125-Financer-du-logiciel-libre De toute façon , on peu très bien faire payer" l ' accès aux sources , donc pas si libre que ça

  9. #9
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Tout est compliqué quand on ne lit pas la documentation, mais dès qu'on lit la documentation cela devient limpide.
    J'irai pas jusqu'à dire limpide Exemple concret : un appareil électronique qui utilise une lib dynamique en LGPLv3 (Qt...) dans son soft embarqué, doit-il donner accès à certaines parties de sa stack ?

    Il se dit que le principe de la LGPL implique que l'utilisateur doit etre libre de remplacer la lib par la sienne s'il le souhaite. Et que donc il doit pouvoir le faire si c'est techniquement possible sur un appareil embarqué (anti tivoization). Et que donc il faut documenter comment flasher un nouveau soft sur l'appareil que l'on vend si cela est techniquement possible de le mettre à jour. Et donc cela pose des questions sur la capacité à sécuriser (protéger une caméra connectée contre le piratage) et certifier les appareils sensibles (secteur médical par exemple) si ces derniers embarquent de la LGPL. Et donc cette règle est en fait restreinte à certaines classes de produits ("User Product"), et pas à d'autres. Le produit de mon entreprise entre-t-il dans cette catégorie ? Ben là il te faut un avocat compétent qui comprenne aussi les subtilités du code source (linking, header only file, ...)

    C'est pourquoi dès qu'on parle de ces sujets on tomber cite sur l’acronyme "IANAL" pour "I am not a lawyer". Pour entendre un avocat expert du sujet :
    https://www.qt.io/blog/2016/06/23/wh...t-the-gnu-lgpl

    Mais tout ça concerne le monde compilé. Pour du javascript qui au final est envoyé sous forme de source au navigateur du client, tous ça relève de la prise de tête inutile. D'où à mon avis le succès de la licence MIT (mettre du CSS en GPL c'est proche du ridicule).

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Perso j'aime bien le GPL elle oblige à donner les sources et à permettre à tout un chacun de les modifier.
    Le gros avantage est la réutilisation, ce qui permet un développement rapide.

    GPL peut englober du codes Apache.

    Si on veut utiliser une lib MIT, le projet reste en GPL, il faut juste scinder les parties utilisant les parties MIT [ en théorie ]

    Par contre quand on veut faire du commercial, c'est là que beaucoup se cassent les dents car ils voudraient utiliser les lib gratuites sans fournir leurs sources!!
    Dans ce cas, il n'ya qu'une solution: utilisez du code strictement propriétaire...
    Si la réponse vous a aidé, pensez à cliquer sur +1

  11. #11
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
    Perso j'aime bien le GPL elle oblige à donner les sources et à permettre à tout un chacun de les modifier.
    Le gros avantage est la réutilisation, ce qui permet un développement rapide.
    Ca peut prêter confusion formulé ainsi. Une MIT ou une BSD permet à tout un chacun d'intégrer et modifier le code source avec plus de flexibilité que la GPL. Donc sur cet aspect là, la GPL est en fait une des licenses qui facilite le moins la réutilisation d'un code ouvert. Car son objectif est que la GPL bénéficie à la GPL, là où les autres licences sont plus en mode "je partage mon code sans trop me prendre la tête avec".

    Les détracteurs de la GPL arguent que l'open source n'est pas quelque chose qui se force, mais une démarche volontaire. Et la pratique semble leur donner raison : beaucoup de libs sous MIT / BSD reçoivent des patchs de la part d'entreprises qui les utilisent dans leur code propriétaire. Simplement parce qu'elles ont intérêt à ce que la prochaine version de la lib de logs qu'elles utilisent ne contienne pas à nouveau le bug qu'elles ont identifié ou corrigé en interne.

    La GPL est très pertinente pour des logiciels à part entière, genre base de données, etc... Car c'est clair que ça fout le boules de voir une boite commercial vampiriser tout un soft développé en open source sans rien partager en retour. Mais pour ce qui est d'une lib réutilisable, la (L)GPL diminue fortement le nombre d'utilisateurs potentiels de cette lib. Et par extension celui des contributions. Quelqu'un a des exemples de libs GPL ayant un gros succès ?

  12. #12
    Membre émérite
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Franchement les licences copyleft c'est une vraie plaie.
    Déjà d'un point de vue légale , si y'a pas un expert en licence dans l'entreprise on ne sait jamais réellement ce qu'on à le droit ou pas de faire.
    (...)
    C'est très bien quand on développe de l'open source mais dès qu'on est dans du propriétaire ça devient très compliqué à utiliser.
    Citation Envoyé par bouye Voir le message
    Mon avis perso : l'OpenSource c'est bien donc pas hésiter a en faire quand on peut, mais les license qui te forcent a les adopter puis qui contaminent tout ton code et ce sur quoi tu bosses, c'est mal. Ça tient plus du mouvement politique et idéologique qu'autre chose, et c'est bien que que je peux reprocher a la FSF.
    Et vivre dans une société qui t'impose a appliquer ses lois, et les utiliser à ton tour, est-ce mal ? est-ce politique, ou idéologique ?
    Le principe fondamental du copyleft est de s’assurer que les degrés de liberté inscrit dans la licence ne "s'amoindrissent" pas dans le temps. Quel intérêt d'opter pour une licence qui interdit à tes concurrents de faire de l'argent avec, si du jour au lendemain ils peuvent faire sauter/modifier la clause pour le faire en toute légalité ?
    C'est pour lutter contre ce genre de magouille que le copyleft à vu le jour. Et les licences permettant de garantir certaines libertés sont alors désignées "libres".

    Un rapprochement que l'on peut faire avec la GNU GPL, c'est la "Constitution" d'un pays. Ces deux documents restreignent les possibilités d'action de tout un chacun, afin de pouvoir garantir en contrepartie un maximum de libertés, dont celles jugés "fondamentales". En France, seule un juge peut porter atteinte à une liberté fondamentale d'un individu (ex: avoir accès à internet est une condition pour pouvoir user pleinement de sa liberté d'expression"). Le fait de garantir l'accès au code-source, permet d'user pleinement de sa liberté d'étudier, et de modifier, et d'utiliser (difficile de dépanner quand diagnostiquer devient difficile).

    NB: la GPL n'assure l'accès au code que lorsque le logiciel vous est distribué ! (gratuitement ou non, si je me souvient bien)

    La "viralité" (qui a plusieurs utilités) est un inconvénient majeur pour la transition d'un monde fondamentalement concurrentiel et propriétaire, à un monde fondamentalement communautaire et ouvert. C'est pourquoi la GNU LGPL a vu le jour : c'est la copie conforme de la GNU GPL, mais débarrassé de sa viralité.
    Donc le copyleft c'est "mal" quand c'est "mal choisi", autrement c'est d'une utilité vitale pour bon nombre de projets qui ont besoin "d'assurances" pour rassurer ou fiabiliser leur avenir.

    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Des trucs GPL utilisés sans divulgation des sources par exemple, il y'en à partout , tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose.
    "tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose." --> c'est con, la première chose à faire c'est les dénoncer, et ça ne coûte rien.

    Citation Envoyé par darklinux Voir le message
    Le droit français ne reconnais que la GPL , un point c'est tout pour la publication , financement , je renvoi à la https://cpu.dascritch.net/post/2020/01/16/Ex0125-Financer-du-logiciel-libre De toute façon , on peu très bien faire payer" l ' accès aux sources , donc pas si libre que ça
    C'est un peu gros comme argument... pour commencer, le cadre juridique concernant le droit logiciel (propriété intellectuelle, droit d'auteur, brevet, etc.) existe depuis un bon paquet d'années, et concernant les licences spécifiquement, les seules licences que peut employer un acteur public français pour ses données open data sont : la licence ODbL (à copyleft), et la Licence Ouverte” (non copyleft). Ce qui ajoute 2 licences, rien que pour les data. ^^'
    Bien évidement le droit français reconnait tout un tas de licences, peut importe leurs origines, se qui compte c'est leur conformisation juridique pour être valide ...et il y a un tas de contexte qui permet de licencier "implicitement" une oeuvre par des béquilles juridiques induites (ex: La GNU Verbatim (GNU Mot pour mot))
    NB : Ce n’est pas une licence à proprement parlé, elle présente le même usage que GNU APL (mais interdit la modification). Elle se présente comme ceci*:
    Verbatim copying and distribution of this entire article are permitted worldwide, without royalty, in any medium, provided this notice is preserved.
    NB: GNU APL --> GNU All Permissive Licence ...comme quoi, bien que la FSF (R.M. Stallman) ait démarré assez radical, elle a par la suite proposé des solutions plus pragmatique (en terme de besoin du professionnel) aportant leur lots de compromis (viralité en moins, cohabitation propriétaire, tout est permis...)

    Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
    Et donc cette règle est en fait restreinte à certaines classes de produits ("User Product"), et pas à d'autres. Le produit de mon entreprise entre-t-il dans cette catégorie ? Ben là il te faut un avocat compétent qui comprenne aussi les subtilités du code source (linking, header only file, ...) .
    Là on est dans de la fabrique logicielle... si l'on regarde ailleur, la même problématique survient chez tous fabricants, dès lors qu'il touche une grande clientèle (les contrats grossissent, une équipe de droit est soit crée, soit "prestaté", des conflits clients sont traités ou anticipés, etc.).

    Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
    Perso j'aime bien le GPL
    (...)
    Par contre quand on veut faire du commercial, c'est là que beaucoup se cassent les dents car ils voudraient utiliser les lib gratuites sans fournir leurs sources !!
    Dans ce cas, il n'y a qu'une solution : utilisez du code strictement propriétaire...
    *ou très permissif.





    Qu’en pensez-vous ?

    "Une licence open source permissive est une licence open source qui impose des restrictions minimales sur la manière dont les autres peuvent utiliser les composants open source."
    cette définition convient aux deux types de licences non ?

    "67 % des composants open source ont des licences permissives."
    parmis ce pourcentage, combien de points est publié sous double-licence ? et combien de points est publié sous double-licence, dont une copyleft ?

    pour parler d'évolution d'une situation, il faut :
    - définir quel est observateur
    - établir le contexte de départ
    - établir le contexte de fin
    - donner les différents constats
    - donner les explications donnant du sens aux chiffres utilisés (la manière dont ils ont été générés)
    Car sinon, on peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres, peut importe leur source.


    "Les développeurs choisissent la licence du MIT parce qu’« elle est courte et pertinente."
    en claire, courte et concise = moins de cas a gerer + clarté = préférence sur les garantie que peux offrir son produit comme plus-value ...triste réalité. =/


    Que pensez-vous des raisons fournies par le rapport de la croissance des licences permissives et du déclin des licences copyleft ?

    "WhiteSource explique aussi la croissance de l’open source permissive par le fait que les utilisateurs choisissent les composants avec les licences qui semblent avoir moins de conditions. (...) en réduisant au minimum les problèmes de conformité"
    --> quand on choisi la solution de facilité, il y a toujours un contre-coups court-terme ET long-terme.
    certains produits se sont vu détronnés par des solutions présentants plus de confiance/garantie morale (comme les échanges mail/sms sécurisé).
    d'autres ont fini par perdre en qualité, peu réactif, trop long à corriger leur failles ...finalement moins compétitif d'une certaine manière.

    "Les développeurs et les organisations commerciales choisissent les composants open source qui leur permettent de créer des produits qui peuvent prospérer dans l'écosystème open source."
    oui et non, certaines sont choisie avant tout pour séduire par le vent en poupe du "open-source = ethical" et s'assurer une rente exclusive. Alors que d'autres cherches la pérennité du projet, et d'autres, en plus, la pérennité des libertés.


    Que pensez-vous de l’avenir de l’open source ?

    "L'open-source" à un grand avenir devant lui, tout l'ancien modèle économique y vois la solution la plus viable pour préserver ses rentes avec le moins d'incertitude, le plus de contrôle.
    Mais le "libre" qui répond à d'autres problématiques (dont certaines sont communes), ne risque pas de disparaitre non plus. Ils sera peut-être relativement éclipsé par la banalité de l'open-source, mais sera toujours debout sur ses deux pieds à servir là où il est "nécessaire".

    De la même manière qu'un débutant n'emploie pas C++ CMS pour un site web qui explose tout le monde question performance (bien trop de contraintes dont on peut se passer, pour un résultat non vital), un développeur se passera volontier de licence libre.
    En revanche, dans certains secteurs, il ne serait pas impossible de voir certaines niches se convertir entièrement à la GPL (l'anonymat peut être, ou la sécurité). Mais je ne voit pas cela survenir avant une cinquantaine d'années (au rythme où vont les choses).

    Mon sentiment est que les balbutiements on eu lieu en 70-80, et que l'on constate un mouvement de masse 50 ans après. L'arriver d'un internet accessible ayant émergé en 2000, la diffusion de masse à commencé à s'accelérer depuis seulement 20 ans. On peut donc supporser, s'il on est optimiste, que la conversion de ces niches évoqués plus haut, aient lieu avant une cinquantaine d'années, car gouverné par des problématique technique avant tout.

    fin du pamphlet ^^'
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  13. #13
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Steinvikel Voir le message
    "tout le monde le sait , mais personne n'y fait grand chose." --> c'est con, la première chose à faire c'est les dénoncer, et ça ne coûte rien.
    A noter qu'il y a quand même eu des cas où les boites ont du ouvrir leur code. Je pense à Microsoft qui avait sous traité le développement d'un utilitaire pour rendre une clé USB bootable à partir du DVD Windows.
    c'est pourquoi il y a des boites spécialisées dans l'analyse de code source pour détecter l'utilisation de code GPL (genre Black Duck).

  14. #14
    Membre émérite
    oui ...qu'ils se sont empressé d'abandonner. x)
    Tout comme Google avec Waze (GPS) --> rachat de la concurrence , puis fait sauter la GPLv2 par des brevets ...ce contre quoi ce protège la GPLv3 depuis.
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  15. #15
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
    Quelqu'un a des exemples de libs GPL ayant un gros succès ?
    Qt ?

  16. #16
    Membre actif
    Dommage qu'ils ne parlent pas que de l evolution des pourcentages et pas de celle en valeur absolue.
    C est peut etre simplement qu il y a plus de nouveaux projets utilisant les licences Open-Source que Libres du fait de la conversion de certaines grandes entreprises

  17. #17
    Membre émérite
    oui, en plus du fait qu'il y a 20ans beaucoups ne jugerait que par le modèle propriétaire, alors que maintenant, le coté "transparent" est primordial pour pénétrer un marcher déjà établit.
    La transparence sert 3 buts :
    1) s'approprier des valeurs éthiques pour se valoriser en comparaisons des concurrents
    2) présenter des facilités pour les différents acteurs souhaitant contribuer
    3) favoriser sa visibilité !!

    Maintenant les entreprises embrassent volontiers le FLOSS (Free/Libre & open-Source Softwares) pour pénétrer le marché, puis une fois établi, ils retournent leurs veste. Et les rachats et fusions apportent eux aussi leur lot de revirements.

    exemple : UltraDefrag qui était sous licence GNU GPLv2 jusqu'à sa version 7, puis passe en propriétaire à partir de la version 8.
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

###raw>template_hook.ano_emploi###