Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Chine : même les porteurs de masques peuvent être identifiés, selon une société de reconnaissance faciale
    Une intelligence artificielle aurait fourni les premières alertes sur l'épidémie du coronavirus de Wuhan,
    se servant du big data pour suivre et anticiper la propagation des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde

    En Chine, l'épidémie de coronavirus s'est déclarée le mois dernier dans la ville de Wuhan, dans le centre du pays. Selon l'OMS, les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal. Le bilan du coronavirus continue à grimper en Chine, qui recense dimanche 56 morts et près de 2 000 personnes contaminées, selon les autorités, au lendemain de l'avertissement du président Xi Jinping sur une accélération de la propagation du coronavirus. L'épidémie a atteint la France et l'Australie, malgré le renforcement des mesures prises pour tenter d'enrayer sa propagation.

    Le 9 janvier, l'Organisation mondiale de la santé a informé le public de la nouvelle souche de coronavirus qui avait été signalé à Wuhan. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDc) des États-Unis avaient fait passer le mot quelques jours plus tôt, le 6 janvier. Mais une plateforme canadienne de surveillance de la santé les avait pris de vitesse, informant ses clients sur l'épidémie le 31 décembre.

    BlueDot utilise un algorithme basé sur l'IA qui parcourt les reportages en langue étrangère, des publications parlant de maladies animales et végétales et les déclarations officielles pour avertir ses clients afin d'éviter les zones dangereuses comme Wuhan.

    La vitesse est importante lors d'une épidémie, et les responsables chinois n'ont pas de bons antécédents en matière de partage d'informations sur les maladies, la pollution de l'air ou les catastrophes naturelles. Néanmoins, les responsables de la santé publique de l'OMS et du CDC doivent compter sur ces mêmes responsables de la santé pour leur propre surveillance des maladies. Alors peut-être qu'une IA peut y arriver plus rapidement. « Nous savons que les gouvernements ne sont pas obligés de fournir des informations en temps opportun », déclare Kamran Khan, fondateur et PDG de BlueDot. « Nous pouvons prendre des nouvelles d'éventuelles épidémies, de petits murmures sur des forums ou des blogs sont parfois des indices soulignant que des événements inhabituels sont en cours ».

    Khan a expliqué que l'algorithme n'utilise pas les publications sur les réseaux sociaux parce que ces données sont trop confuses. Mais il a une astuce dans son sac : l'accès aux données de billetterie des compagnies aériennes mondiales qui peuvent aider à prédire où et quand les résidents infectés se dirigeront ensuite. Il a correctement prédit que le virus passerait de Wuhan à Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo dans les jours suivants son apparition initiale.


    Le big data

    Khan, qui travaillait comme spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital à Toronto pendant l'épidémie de SRAS de 2003, rêvait de trouver une meilleure façon de suivre les maladies. Ce virus a commencé dans la province de Chine et s'est propagé à Hong Kong puis à Toronto, où il a tué 44 personnes. « Il y a un peu de déjà vu en ce moment », a indiqué Khan à propos de l'épidémie de coronavirus aujourd'hui. « En 2003, j'ai vu le virus envahir la ville et paralyser l'hôpital. Il y avait une énorme fatigue physique et mentale, et je me suis dit : "il ne faut plus que cela recommence" ».

    Des schémas de vol mondiaux à l'apprentissage des noms des patients individuels, les scientifiques affirment qu'ils ont plus de moyens de surveiller les maladies infectieuses que jamais. Ces informations sont tirées des nouvelles technologies basées sur les données, de l'amélioration de la communication entre les agences de santé publique et de la transparence accrue dans la notification des infections.

    Mais comme notre monde interconnecté a facilité le partage d'informations, il a également multiplié les possibilités de propagation des virus, a noté Kamran Khan.

    « D'une part, le monde change rapidement, où les maladies émergent et se propagent plus rapidement », a remarqué Khan. « D'un autre côté, nous avons de plus en plus accès à des données que nous pouvons utiliser... pour générer des informations et les diffuser plus rapidement que les maladies ne se propagent. »


    Après avoir testé plusieurs programmes prédictifs, Khan a lancé BlueDot en 2014 et a levé 9,4 millions de dollars en financement de capital-risque. La société affirme qu'elle « utilise l'analyse du big data pour suivre et anticiper la propagation des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde ». L'entreprise compte maintenant 40 employés, des médecins et des développeurs qui conçoivent le programme d'analyse de surveillance des maladies, qui utilise des techniques de traitement en langage naturel et d'apprentissage automatique pour parcourir les reportages en 65 langues, ainsi que les données des compagnies aériennes et les rapports d'épidémies de maladies animales. « Ce que nous avons fait, c'est utiliser le traitement du langage naturel et l'apprentissage automatique pour entraîner ce moteur afin qu'il puisse faire la différence et reconnaître s'il s'agit d'une épidémie d'anthrax en Mongolie et non d'une réunion du groupe de heavy metal Anthrax », a expliqué Kahn.

    Une fois le tri automatisé des données terminé, l'analyse humaine prend le relais. Les épidémiologistes vérifient que les conclusions ont un sens d'un point de vue scientifique, puis un rapport est envoyé aux clients du gouvernement, des entreprises et de la santé publique.

    Les rapports de BlueDot sont ensuite envoyés aux responsables de la santé publique dans une douzaine de pays (y compris aux États-Unis et au Canada), aux compagnies aériennes et aux hôpitaux de première ligne où les patients infectés pourraient se retrouver. BlueDot ne vend pas ses données au grand public, mais ils y travaillent, précise Khan.

    BlueDot partage ses analyses avec ses clients des secteurs privé et public pour les tenir informés des derniers développements à mesure qu'une épidémie évolue, afin qu'ils puissent coordonner leur réponse, a expliqué Khan. Cependant, il admet que chaque prédiction s'accompagne d'un certain degré d'incertitude. Par exemple, les chercheurs reconstituent toujours l'ampleur de l'épidémie de coronavirus et l'efficacité avec laquelle le virus est transmis d'une personne à l'autre.

    Il ne s'agit pas de la première entreprise à rechercher une solution finale pour les responsables de la santé publique, mais ils espèrent faire mieux que Google Flu Trends, qui a pris sa retraite après avoir sous-estimé la gravité de la saison de la grippe de 2013 de 140 %. BlueDot a prédit avec succès l'emplacement de l'épidémie de Zika dans le sud de la Floride dans une publication dans la revue médicale britannique The Lancet.

    En savoir plus sur BlueDot

    Source : déclarations de Kan, levée de fonds BlueDot

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Mais une plateforme canadienne de surveillance de la santé les avait pris de vitesse, informant ses clients sur l'épidémie le 31 décembre.
    Donc quand la société BlueDot repère un danger pour l'humanité (si l'on en croit les médias de tout poil), elle garde l'info pour ses seules clients... Le reste du monde peut crever?

    Source : déclarations de Kan, levée de fonds BlueDot
    Là, c'est le "pompon"!!! La source de cette info fracassante est la communication de BlueDot pour sa "levée de fonds".

    Il n'y a pas quelqu'un à qui cela pose un problème???


    PS:
    Pour info, le vilain virus chinois qui fait la "une" des médias et qui préoccupe tellement nos gouvernants que l'on a droit à la ministre de la santé Buzin 3 fois par jour à la télé a fait à ce jour 80 morts! La simple grippe annuelle dont personne ne parle est responsable de la mort de 15'000 personnes/an en France!!!

  3. #3
    Membre régulier
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Donc quand la société BlueDot repère un danger pour l'humanité (si l'on en croit les médias de tout poil), elle garde l'info pour ses seules clients... Le reste du monde peut crever?



    Là, c'est le "pompon"!!! La source de cette info fracassante est la communication de BlueDot pour sa "levée de fonds".

    Il n'y a pas quelqu'un à qui cela pose un problème???


    PS:
    Pour info, le vilain virus chinois qui fait la "une" des médias et qui préoccupe tellement nos gouvernants que l'on a droit à la ministre de la santé Buzin 3 fois par jour à la télé a fait à ce jour 80 morts! La simple grippe annuelle dont personne ne parle est responsable de la mort de 15'000 personnes/an en France!!!
    Moui, c'est pas totalement faux. Mais 15 000 morts pour combien de cas bénins ? Quand on parle d'épidémiologie, il ne faut surtout pas sous-estimer le ratio.

    Pas le temps de trouver des vrais chiffre, mais mettons qu'il y ai 15 000 morts pour 1 000 000 000 de malade, le ratio est de 0.000015
    Là, disons qu'on est 80 morts pour 3000 malades, le ratio est de 0.02667

    Ca change complétement la donne et si on endigue pas le problème, qu'on se retrouve avec une épidémie similaire en nombre de malade avec la grippe...

  4. #4
    Membre actif
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message

    Pour info, le vilain virus chinois qui fait la "une" des médias et qui préoccupe tellement nos gouvernants que l'on a droit à la ministre de la santé Buzin 3 fois par jour à la télé a fait à ce jour 80 morts! La simple grippe annuelle dont personne ne parle est responsable de la mort de 15'000 personnes/an en France!!!
    Si tu veux comparer, alors il faut tout comparer.

    La grippe saisonnière, c'est 2 à 8 millions de personnes touchées en France chaque année, faisant 10 000 à 15 000 décès, donc un taux de mortalité compris entre 0.002 et 0.005
    Les derniers chiffres du coronavirus sont de près de 2 744 personnes touchées et 80 morts, soit un taux de mortalité de 34.3 (edit: 0.029 )!


    Mais je te concède ce point : les médias en font beaucoup trop...

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Sebajuste Voir le message
    Si tu veux comparer, alors il faut tout comparer.

    La grippe saisonnière, c'est 2 à 8 millions de personnes touchées en France chaque année, faisant 10 000 à 15 000 décès, donc un taux de mortalité compris entre 0.002 et 0.005
    Les derniers chiffres du coronavirus sont de près de 2 744 personnes touchées et 80 morts, soit un taux de mortalité de 34.3 !
    80 morts sur 2744 touchés = 34.3 ????

    C'est quoi l'unité de ton beau calcul? En tout cas pas des pourcents...

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message


    Pas le temps de trouver des vrais chiffre, mais mettons qu'il y ai 15 000 morts pour 1 000 000 000 de malade, le ratio est de 0.000015
    Il n'y a pas de vrais chiffres parce que tout le monde s'en fout. On a que des estimations qui vont de 12 à 16 milles morts/an pour la France

    Dans le lien ci-dessous, on peut lire...

    Ainsi, après l'épidémie 2017/2018, la surmortalité hivernale toute cause confondues avait été estimée à 17.900. En revanche l’excès de mortalité attribuable à la grippe a été estimé à 12.980.
    http://www.francesoir.fr/lifestyle-v...france-en-2019

  7. #7
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Là, c'est le "pompon"!!! La source de cette info fracassante est la communication de BlueDot pour sa "levée de fonds".

    Il n'y a pas quelqu'un à qui cela pose un problème???
    Moi ça me pose aucun problème, c'est une source informative que j'ai pris la peine de lire contrairement à toi et ma conclusion, c'est qu'elle sans aucune valeur ajoutée sur le sujet en cours

    -VX

  8. #8
    Membre actif
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    80 morts sur 2744 touchés = 34.3 ????

    C'est quoi l'unité de ton beau calcul? En tout cas pas des pourcents...
    Mea cupla, erreur de copié collé... C'était 0.029. J'ai édité mon post au dessus.


    Après correction, le taux de mortalité pour 100 000 personnes contaminées est de :

    - 2900 du à ce nouveau virus
    - entre 2 et 5 pour la grippe saisonnière

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Alors peut-être qu'une IA peut y arriver plus rapidement. « Nous savons que les gouvernements ne sont pas obligés de fournir des informations en temps opportun », déclare Kamran Khan, fondateur et PDG de BlueDot. « Nous pouvons prendre des nouvelles d'éventuelles épidémies, de petits murmures sur des forums ou des blogs sont parfois des indices soulignant que des événements inhabituels sont en cours ».

    Khan a expliqué que l'algorithme n'utilise pas les publications sur les réseaux sociaux parce que ces données sont trop confuses. Mais il a une astuce dans son sac : l'accès aux données de billetterie des compagnies aériennes mondiales qui peuvent aider à prédire où et quand les résidents infectés se dirigeront ensuite. Il a correctement prédit que le virus passerait de Wuhan à Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo dans les jours suivants son apparition initiale.
    C'est pas si impressionnant que ça comme système finalement, ça fait du big data en regardant les blogs et les forums et après ça regarde où voyagent les gens.
    Il y a des gens qui depuis la Chine vont en Thaïlande, en Corée du Sud, à Taiwan ou au Japon, c'était assez facile à prédire.

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Donc quand la société BlueDot repère un danger pour l'humanité (si l'on en croit les médias de tout poil), elle garde l'info pour ses seules clients... Le reste du monde peut crever?
    L'algorithme n'a pas anticipé qu'une nouvelle maladie dangereuse allait apparaître à Wuhan, il a juste vu qu'il y avait une maladie infectieuse (comme un rhum ou la gastro).
    L'algorithme a probablement du voir l'épidémie de gastro de nouvel an en France.

    ====
    En ce moment tout les pays sont à fond, l'état d'alerte est maximale.
    Il faut attendre quelque mois pour voir comment ça va évoluer, mais peut-être que la maladie ne touchera pas des centaines de millions de personnes.
    Si ça se trouve dans 6 mois il n'y aura plus personne d'infecté et il n'y aura pas eu des milliers de morts.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #10
    Nouveau membre du Club
    statistiquement ...
    statistiquement, trouver des cas parmi les petites centaines de passagers dans les avions de rapatriés, signifie que rapporter à des millions de personnes ... et compte-tenu des gigantesques mesures prises, vraiment, les nombres détectés et publiés de malades chinois semblent considérablement minorés ! le problème de pandémie provient alors de la croissance exponentielle à partir du taux de contamination, de la durée de contamination, etc... Dans les entreprises notamment, le risque infectieux peut être particulièrement élevé dans les milieux confinés de travail comme les bureaux ou ateliers mal aérés : mesures de prévention et de protection du personnel en cas d’ épidémie avérée ! : http://www.officiel-prevention.com/s...amp;dossid=556

  11. #11
    Membre confirmé
    2 sites pour suivre l'évolution du nCoV-2019:
    https://gisanddata.maps.arcgis.com/a...23467b48e9ecf6 : 12024 infectés confirmés, 259 morts, 287 guéris.
    https://ncov.dxy.cn/ncovh5/view/pneumonia : 12032 infectés confirmés, 17998 cas suspects (Chine seulement), 259 morts, 284 guéris (site chinois)
    Sur Twitter aussi : https://twitter.com/hashtag/wuhan?lang=fr
    L'Institut Pasteur a réussi à isoler les souches du #nCoV19 déctecté en France. Le virus peut être mis en culture ce qui permet de trouver un traitement. Le vaccin sera disponible d'ici 20 mois
    (https://twitter.com/Conflits_FR). Ah ben 20 mois quand même...

  12. #12
    Membre confirmé
    2 sites pour suivre l'évolution du nCoV-2019:
    https://gisanddata.maps.arcgis.com/a...23467b48e9ecf6 : 12024 infectés confirmés, 259 morts, 287 guéris.
    https://ncov.dxy.cn/ncovh5/view/pneumonia : 12032 infectés confirmés, 17998 cas suspects (Chine seulement), 259 morts, 284 guéris (site chinois)
    Sur Twitter aussi : https://twitter.com/hashtag/wuhan?lang=fr
    L'Institut Pasteur a réussi à isoler les souches du #nCoV19 déctecté en France. Le virus peut être mis en culture ce qui permet de trouver un traitement. Le vaccin sera disponible d'ici 20 mois
    (https://twitter.com/Conflits_FR). Ah ben 20 mois quand même...

  13. #13
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par jpiotrowski Voir le message
    Ah ben 20 mois quand même...
    Il y a des infectés qui ont déjà guéri :
    Coronavirus : 135 cas de guérison répertoriés en Chine
    À mon avis il va y avoir beaucoup plus d'infectés qui vont guérir que d'infectés qui vont mourir.

    Cette maladie ressemble à une grippe, plein de gens ont un système immunitaire suffisamment efficace pour s'en débarrasser. Est-ce que chaque année vous vous faite vacciner contre la nouvelle grippe ?
    Ceux qui sont morts n'étaient pas super en forme :
    Des victimes âgées, déjà malades... Le profil des personnes mortes du coronavirus en Chine
    A ce jour, tous les morts ayant péri sous l'atteinte du coronavirus sont concentrés en Chine. Pour le moment, la très grande majorité des trépas surviennent dans une situation de vulnérabilité du patient. Il y a quelques jours, alors que le bilan s'élevait encore à 41 morts, le journal local Shanghai Observer soulignait l'âge avancée de la plupart, et détaillait: 35 des morts dépassaient les 60 ans pour un âge médian de 70 ans.
    Si vous avez une alimentation équilibré et une bonne hygiène de vie, vous n'avez pas à vous inquiétez. Votre organisme va combattre le coronavirus sans problème.
    Au contraire si votre système immunitaire et compromis, ben tant pis ! Vous pourriez mourir de n'importe quoi de toute façon.
    Keith Flint 1969 - 2019

  14. #14
    Nouveau membre du Club
    J'ai vu, j'ai vuuuu......
    Oui, avec Madame Irma, et sa boule de cristal, je savais (mais à #~^@]$% d'euros la séance), je savais qu'il allait y avoir une épidémie....
    Car Madame Irma fait du big-data cristalin, pour beaucoup moins cher.
    Soyons sérieux quelques minutes. Blue Dot tente de faire de la prédiction d'épidémie, en parcourant les infos diffusées dans le monde en 65 langues, avec un ensemble d'algorithmes (inconnus), suivant une logique purement commerciale (seuls ses clients payants sont informés), et travaille pour améliorer son dispositif. C'est merveilleux, comme le système de pré-crime en cours de développement aux USA, et testé en France depuis plusieurs années, fondé sur les données pénales et judiciaires des intéressés. C'est chouette.
    Tout comme on peut prévoir que ceux dont les carrières sont les plus compliquées (chomage, refus d'embauche, licenciement, formations imposées, etc...), seront ceux dont les retraites seront les plus faibles. Vous savez les travailleurs pauvres (venez faire une visite dans le Pays de Gex, où les loyers sont suisses, et les salaires chinois), ceux dont personne ne parle, ceux dont même les syndicats se moquent.
    Alors la prédiction d'une épidémie, faut aussi d'abord avoir un premier malade, déclaré, vérifié, et surtout analysé (vous savez, on regarde de quoi il est atteint, ou mort). Et là, Blue Dot, va pouvoir faire une prédiction de la maladie (une fois que ça a commencé, parce qu'avant, ...), oui avant ben Blue Dot peut rien prédire.
    Blue Dot fait juste de la collecte de données, puis analyse ce qui est, et enfin rend son rapport. Mais pas de données préalables, pas de 'prédiction'. Sauf que prédiction implique de dire avant, de prévoir ce qui va arriver. Et là, ben rien. Aucun système ne voit vraiment avant que ça n'arrive, ou alors en se basant sur des modèles compliqués (genre météo, ou cours de la bourse), qui comportent un taux d'erreurs à croissance géométrique (j'ai demandé à un statisticien professionnel, il a bien rigolé).
    Blue Dot c'est juste une boule de cristal félée de plus.

  15. #15
    Chroniqueur Actualités

    Le coronavirus fait sortir de l'ombre l'état de surveillance de la Chine
    Le coronavirus fait sortir de l'ombre l'état de surveillance de la Chine,
    Les sociétés d'IA se targuant de pouvoir identifier dans la rue des personnes ayant même une faible fièvre, selon un rapport

    La surveillance de masse en Chine ne date pas d’aujourd’hui, et les Chinois savent bien qu’ils sont suivis au quotidien par les systèmes de surveillance électronique les plus sophistiqués au monde. Cependant, l'urgence sanitaire liée à l’épidémie du coronavirus a occasionné l’émergence une importante partie de cette technologie restée longtemps à l’ombre, fournissant aux autorités une justification pour les méthodes de balayage du contrôle social de haute technologie.

    Selon un rapport de Reuters, les sociétés d'intelligence artificielle et de caméras de sécurité se targuent de pouvoir scanner les rues à la recherche de personnes ayant même une faible fièvre, de reconnaître leur visage même si elles portent un masque et de les signaler aux autorités. En raison de l’urgence du virus, le système de nom réel de la compagnie ferroviaire peut fournir une liste des personnes assises à proximité d’un patient atteint de coronavirus monte à bord d'un train, a rapporté Reuters vendredi.


    Reuters rapporte qu’un homme de Hangzhou en Chine, dont la voiture a été repérée grâce à sa plaque d'immatriculation dans la ville voisine de Wenzhou, lorsqu’il était de retour d’un voyage, a été contacté par la police une fois rentré chez lui. La police lui a demandé de rester à l'intérieur pendant deux semaines. Alors qu’il s’ennuyait après être resté à domicile pendant environ 12 jours, il est sorti. Et cette fois, non seulement la police l'a contacté à nouveau, mais son patron aussi. En effet, il avait été repéré par une caméra dotée d'une technologie de reconnaissance faciale, et les autorités avaient alerté sa société en guise d'avertissement, a rapporté Reuters.

    « J'ai été un peu choqué par la capacité et l'efficacité du réseau de surveillance de masse. Ils peuvent essentiellement suivre nos mouvements grâce à la technologie de l'IA et au big data, à tout moment et en tout lieu », a déclaré l'homme qui a demandé à rester anonyme.

    Selon Reuters, des applications mobile peuvent indiquer aux utilisateurs s'ils sont dans un avion ou un train avec un porteur de coronavirus connu, et les cartes peuvent leur montrer l'emplacement des bâtiments où vivent les patients infectés. Cependant, selon le rapport, les citoyens chinois semblent pour l’instant accepter cette surveillance supplémentaire, ou même y adhérer, comme un moyen de combattre l'urgence sanitaire, bien qu'il y ait eu quelques récriminations anonymes sur les médias sociaux.

    Selon Carolyn Bigg, associée du cabinet d'avocats DLA Piper à Hong Kong, « Dans les circonstances, les individus sont susceptibles de considérer cela comme raisonnable même s'ils ne sont pas spécifiquement informés à ce sujet ».

    Les Chinois sont déjà assez accoutumés à la surveillance. La Chine utilise l’IA pour suivre les citoyens chinois dans certaines parties du pays. En novembre dernier, IPVM, une autorité mondiale en matière de vidéosurveillance, a rapporté que la police chinoise utilise désormais une caméra basée sur l'IA et des analyses raciales pour suivre les Ouïghours, vivant dans la région dite autonome du Xinjiang en Chine, afin de les distinguer de la majorité Han.

    The Telegram a aussi rapporté en septembre dernier que la Chine a dévoilé une caméra de 500 mégapixels dotée d'IA capable d'identifier un seul visage parmi des dizaines de milliers de personnes, faisant craindre aux défenseurs de la vie privée une répression accrue des libertés civiles. The South China Morning Post a rapporté l’année dernière également que Shenzhen, métropole moderne au sud-est de la Chine, était en train de mettre au point un service de billetterie par reconnaissance faciale qui permettra aux voyageurs de pouvoir scanner leur visage sur un écran de la taille d'une tablette montée sur le portail d'entrée du train et faire déduire automatiquement le tarif de leur compte lié.

    En février 2019, Victor Gevers, chercheur en sécurité et co-fondateur de la Fondation GDI, a découvert grâce à une base de données non sécurisée en ligne que la Chine suit de près les déplacements de près de 2,6 millions de personnes dans la région du Xinjiang où vivent des minorités musulmanes. La base de données contenait les noms, les numéros de carte d'identité, les dates de naissance et les données de localisation.

    Les nouvelles technologies sorties de l’ombre en faveur de l’épidémie du coronavirus

    La présente crise a révélé que les entreprises de télécommunications ont longtemps suivi discrètement les mouvements de leurs utilisateurs. En effet, au cours de cette semaine, China Mobile a envoyé des SMS aux habitants de Pékin pour leur dire qu'ils pouvaient vérifier où ils se trouvaient au cours des 30 derniers jours, a rapporté Reuters. L’utilité de la technologie n’a pas été expliquée, mais elle pourrait servir si une personne devait fournir des informations sur ses déplacements aux autorités ou à son employeur.


    « À l'ère du big data et de l'Internet, le flux de chaque personne peut être clairement vu. Nous sommes donc différents de l'époque du sras maintenant », a déclaré l'épidémiologiste Li Lanjuan dans une interview accordée la semaine dernière à la chaîne publique chinoise CCTV, comparant l'épidémie à un virus qui a tué 800 personnes en 2003. « Avec ces nouvelles technologies, nous devrions les utiliser pleinement pour trouver la source de l'infection et la contenir », a-t-il ajouté.

    Megvii, une société de reconnaissance faciale, a déclaré mardi, selon Reuters, qu'elle avait développé une nouvelle méthode pour repérer et identifier les personnes atteintes de fièvre, avec le soutien des ministères de l'Industrie et des Sciences. Son nouveau « système IA de mesure de la température », qui détecte la température avec des caméras thermiques et utilise les données du corps et du visage pour identifier les personnes, est déjà testé dans un quartier de Pékin.

    Le port des masques ne devrait plus constituer un obstacle pour les autorités chinoises. SenseTime, une autre société d'IA de premier plan, a déclaré avoir construit un système similaire pour les entrées des bâtiments, qui peut identifier les personnes portant des masques. La société de caméras de surveillance Zhejiang Dahua affirme qu'elle peut détecter les fièvres avec des caméras infrarouges avec une précision de 0,3ºC.

    Reuters a rapporté un entretien de l'agence de presse Xinhua avec Zhu Jiansheng de l'Académie chinoise des sciences ferroviaires. Il a expliqué comment la technologie peut aider les autorités à trouver des personnes susceptibles d'être exposées à un cas confirmé ou suspecté de coronavirus dans un train. Il a déclaré à ce sujet :

    « Nous allons récupérer les informations pertinentes sur le passager, y compris le numéro du train, le numéro du wagon et les informations sur les passagers qui étaient proches de la personne, comme les personnes assises sur trois rangées de sièges avant et après la personne ». Il a continué en disant que « Nous extrairons les informations et les fournirons ensuite aux services de prévention des épidémies concernés ».

    Certes, de nouveaux systèmes de surveillance sont en train de sortir de l’ombre dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, mais la surveillance de masse en Chine était-elle encore « dans l'ombre » ?

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la multiplication des applications de surveillance, alors que le coronavirus continue de sévir ?
    Ces applications aident à faire face à l’urgence sanitaire. Les citoyens chinois devraient-ils se plaindre de l’aspect vie privée en pareille circonstance ?

    Lire aussi

    Nintendo déclare "inévitables" les retards de production et d'expédition dus au coronavirus, l'industrie du téléphone mobile n'est pas non plus à l'abri
    En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
    Une IA aurait fourni les premières alertes sur l'épidémie du coronavirus de Wuhan, à l'aide du big data pour suivre et anticiper la propagation des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde
    En Chine, vous serez bientôt en mesure de payer votre billet de métro avec votre visage, une initiative soutenue par l'IA et le réseau 5G
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #16
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Ces applications aident à faire face à l’urgence sanitaire. Les citoyens chinois devraient-ils se plaindre de l’aspect vie privée en pareille circonstance ?
    Les chinois ne se préoccupent pas de l'aspect vie privée. Ils sont totalement dans un autre délire.
    En plus là ça surveille les gens qui ont de la fièvre et ça les force à restez chez eux, donc ça peut rassurer des citoyens.
    La Chine pourra dire que sans surveillance de masse il y aurait beaucoup plus de personnes infectées par la maladie.
    Keith Flint 1969 - 2019

  17. #17
    Membre expert
    Je suis très dubitatif sur toutes ces news et l'efficacité réelle ou supposée de ces systèmes de reconnaissance quand on voit qu'au royaume uni les résultats d'une expérimentation donnait 80% de faux positifs.
    Les systèmes "confondent" aussi les personnes à la peau sombre au passage alors avec un masque sur la figure...

    Je pense que c'est plus du flanc qu'autre chose mais ça permet de maintenir la pression sur la population et de toute façon les autorités chinoises ne communiquent pas sur le taux d'erreur.
    De plus en chine quand on est victime d'une erreur de la police, le meilleur moyen de ne pas se retrouver en prison c'est de fermer sa gueule...

  18. #18
    Membre averti
    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Je suis très dubitatif sur toutes ces news et l'efficacité réelle ou supposée de ces systèmes de reconnaissance quand on voit qu'au royaume uni les résultats d'une expérimentation donnait 80% de faux positifs.
    Les systèmes "confondent" aussi les personnes à la peau sombre au passage alors avec un masque sur la figure...
    Je vais aller dans ton sens mais pas pour tout.
    Les sources des articles concernant la chine sur developpez sont souvent sujet à cautions comme celles de Telegram.
    Genre une boite chinoise a sortie une camera de 500 Megapixels ==> ça c'est vrai, il y avait une démo. Par contre il n'y a pas d'IA et elle n'a jamais été prévue pour faire de la surveillance.
    Sur les Ouïghours par contre il y a unbe très grosses répressions avec camps d'internement tout comme ce fut le cas pour les tibétains à l'époque. Mais la plupart des chinois je dois dire l'ignore.

    Sinon c'est bizarre mais cette news extraite de Reuters rentre un peu en conflit avec une autre news de Reuters où justement des responsables chinois se plaignaient qu'avec les masques il ne pouvaient plus identifier correctement les personnes.

    @sergio_is_back Et pour répondre à ton interrogation sur comment les chinois le vivent. Bah la plupart apprécient pour la simple raison c'est que ça a permit de résoudre pas mal de problèmes de respect de la loi et qu'ils ont une sainte horreur de se faire arnaquer.

  19. #19
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Reuters rapporte qu’un homme de Hangzhou en Chine, dont la voiture a été repérée grâce à sa plaque d'immatriculation dans la ville voisine de Wenzhou, lorsqu’il était de retour d’un voyage, a été contacté par la police une fois rentré chez lui. La police lui a demandé de rester à l'intérieur pendant deux semaines. Alors qu’il s’ennuyait après être resté à domicile pendant environ 12 jours, il est sorti. Et cette fois, non seulement la police l'a contacté à nouveau, mais son patron aussi. En effet, il avait été repéré par une caméra dotée d'une technologie de reconnaissance faciale, et les autorités avaient alerté sa société en guise d'avertissement, a rapporté Reuters.

    « J'ai été un peu choqué par la capacité et l'efficacité du réseau de surveillance de masse. Ils peuvent essentiellement suivre nos mouvements grâce à la technologie de l'IA et au big data, à tout moment et en tout lieu », a déclaré l'homme qui a demandé à rester anonyme.
    Bon là il y a le prétexte de limiter l'épidémie, mais n'empêche que ça craint qu'un système sache où tout le monde se trouve en permanence.

    En France aussi on a l'a technologie qui permet de lire les plaques d'immatriculation :
    Système de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques

    Au niveau de la reconnaissance faciale on est pas encore au niveau de la Chine :
    Lancement de la reconnaissance faciale en France : mais qu'allons-nous faire dans cette galère ?
    La nouvelle est revenue dans le débat par l'intermédiaire d'un magazine américain. Début octobre, le media financier américain Bloomberg affirme que la France deviendra bientôt le premier pays européen à utiliser la reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée. Lancée par un décret en mai, l'application mobile Alicem (version courte d'"Authentification en ligne certifiée sur mobile"), utilisable uniquement sur Android, doit permettre de s'authentifier sur les sites accessibles via le portail d'accès du service public FranceConnect.gouv, comme ceux de la sécurité sociale et des impôts. Lors de son inscription, l'usager montrera sa bobine afin que le système vérifie qu'elle correspond à la photo de son titre d'identité. Une application de la reconnaissance faciale qui paraît a priori bénigne mais qui doit s'examiner à la lumière de deux tendances mondiales : d'un côté, l'emploi de la technologie en Chine avec son fameux "crédit social", de l'autre, le cas de plus en plus de villes américaines qui choisissent, elles, de l'interdire.
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Selon Reuters, des applications mobile peuvent indiquer aux utilisateurs s'ils sont dans un avion ou un train avec un porteur de coronavirus connu, et les cartes peuvent leur montrer l'emplacement des bâtiments où vivent les patients infectés. Cependant, selon le rapport, les citoyens chinois semblent pour l’instant accepter cette surveillance supplémentaire, ou même y adhérer, comme un moyen de combattre l'urgence sanitaire, bien qu'il y ait eu quelques récriminations anonymes sur les médias sociaux.
    Ça doit craindre quand t'es officiellement contaminé, à chaque fois que t'entres quelque part les gens sont informé qu'il y a un infecté.

    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Les systèmes "confondent" aussi les personnes à la peau sombre au passage alors avec un masque sur la figure...
    Ce type de système s'améliore, à chaque fois qu'on lui remonte une erreur il apprend quelque chose.
    C'est comme chez les humains, on apprend plus de nos échecs que de nos succès.

    Et là il y avait pas de problème le gars a reconnu que la police lui avant demandé de resté et qu'il était sortie, c'était la bonne plaque d'immatriculation et c'était le bon visage.
    Keith Flint 1969 - 2019

  20. #20
    Membre habitué
    Big Brother
    Chouette voilà des défis à relever, comment tromper toute cette surveillance et l'utiliser :-)
    Pas le citoyen lambda mais les dictateurs millionnaires du parti ?

###raw>template_hook.ano_emploi###