Epic Systems indique à ses clients qu'il va arrêter l'intégration de ses produits à Google Cloud,
la société privée de logiciels de santé préfère envisager AWS ou Microsoft Azure

Epic Systems Corporation, ou Epic Systems, est une société privée de logiciels de santé. Selon la société, les hôpitaux utilisant son logiciel détenaient les dossiers médicaux de 54% des patients aux États-Unis et de 2,5% des patients dans le monde en 2015.

La société a informé ses clients qu'elle ne prévoyait plus de poursuivre les intégrations avec Google Cloud, et se concentrera plutôt sur l'intégration dans les plateformes proposées par Amazon Web Services et le service Azure de Microsoft, selon un rapport de CNBC.

Ce rapport note que « l'intérêt insuffisant » des clients d'Epic pour Google est à l'origine de la décision de concentrer plutôt les efforts sur ses concurrents sur le marché du cloud. Le vice-président de la recherche et du développement d'Epic, Seth Hain, a déclaré à CNBC « qu'Epic investit beaucoup de temps et d'efforts d'ingénierie dans l'évaluation et la compréhension de l'infrastructure sur laquelle Epic fonctionne », en l'occurrence Google Coud. Il a ajouté que « l'évolutivité, la fiabilité et la sécurité sont des facteurs importants que nous considérons lors de l'évaluation de ces technologies sous-jacentes », et a déclaré que l'entreprise priorise « les infrastructures que la communauté Epic utilise aujourd'hui et est susceptible d'utiliser à l'avenir ».

Un rapport publié dans le Wall Street Journal plus tôt ce mois-ci a noté que Cerner, le principal rival d'Epic dans le domaine des dossiers médicaux numériques, qui a également choisi AWS pour ses besoins de stockage dans le cloud, a fait le choix malgré l'offre de « 250 millions de dollars de remises et d'incitations » de la part de Google. Cerner a depuis élargi sa relation avec AWS, le désignant comme un fournisseur préféré d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique et visant à migrer ses applications principales vers AWS.

La décision d'Epic est un coup porté aux efforts de Google pour trouver de nouveaux segments de clientèle pour ses produits cloud, car la société est loin derrière Amazon Web Services et Microsoft Azure en part de marché pour le cloud computing. La société espère rattraper son retard en accueillant des clients de renom tels que Mayo Clinic et en mettant l'accent sur ses capacités d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique.

« Nous avons toujours vu des systèmes hospitaliers prendre ces décisions indépendamment de leur fournisseur », a déclaré Aneesh Chopra, président de la société de technologie de la santé CareJourney. « Il sera intéressant de voir si la décision d'Epic aura un impact sur la répartition des parts de marché du cloud ».


Google est sur la défensive depuis des mois après que le Wall Street Journal ait révélé qu'il s’est associé à Ascension, le deuxième plus grand système de santé des États-Unis, pour recueillir secrètement et analyser les renseignements personnels détaillés sur la santé de millions de personnes dans 21 États. L’initiative, qui s’inscrit dans le cadre d'un effort ambitieux baptisé « Project Nightingale », permet à plusieurs employés de Google d’accéder aux données sensibles sur les patients d’Ascension. Selon rapport, ni les médecins ni les patients n'ont été informés de l'effort. Toutefois, les sociétés ont assuré au quotidien que le projet n’enfreignait aucune loi.

Dans le cadre de Nightingale, au moins 150 employés de Google consultent des informations sur la santé des patients, notamment des diagnostics, des résultats de tests de laboratoire, des dossiers d'hospitalisation, le nom et la date de naissance des patients et d'autres données, a rapporté le journal en citant les documents vus ainsi que des sources. Au total, des dossiers médicaux complets des patients sont mis à la disposition du géant de la Silicon Valley dans le cadre du projet, a noté le journal. Dans un rapport publié à la suite de celui du Wall Street Journal, le New York Times a corroboré une grande partie du premier rapport en écrivant que des « douzaines d'employés de Google » pourraient avoir accès à des données sensibles sur des patients et que certains employés de Google pourraient avoir téléchargé certaines de ces données.

Selon le WSJ, Google utilise les données en partie pour concevoir un nouveau logiciel, soutenu par une intelligence artificielle avancée et l'apprentissage automatique, qui se concentrent sur les patients individuels pour suggérer des changements à leurs soins. Le nouveau logiciel va se servir des outils IA pour personnaliser les soins offerts aux patients des établissements d’Ascension. Pour travailler sur le logiciel, les employés de Google, ont accès à l'information des patients, comme nous l’avons dit plus haut, y compris certains employés de Google Brain, une division de recherche scientifique de l'entreprise.

Selon des personnes qui ont connaissance du projet, certains employés d'Ascension ont soulevé des questions sur la façon dont les données sont collectées et partagées, tant d'un point de vue technologique qu'éthique. Cependant, dans un communiqué de presse qui a suivi la publication du rapport du Wall Street Journal, les entreprises ont déclaré que l'initiative est conforme à la loi fédérale sur la santé et que leur projet comprend des protections solides pour les données des patients.

Le docteur David Feinberg, vice-président de Google Health, a défendu publiquement le partenariat durant le Startup Health Festival qui a eu lieu la semaine dernière :

« La presse a transformé ce partenariat en quelque chose qu'il n'est pas », a déclaré Feinberg. « Ce n'est pas nous qui exploitons les dossiers de quelqu'un pour vendre des publicités, pour en tirer des leçons, pour faire de l'apprentissage automatique, pour développer des produits. Nous avons développé cela sur des données anonymisées. Nous avons apporté cela à Ascension. Nous travaillons avec eux ».


Dans un billet publié après celui du Wall Street Journal, Google a expliqué par le biais de Tariq Shaukat, President, Industry Products and Solutions :

« Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer davantage de détails sur notre partenariat avec Ascension, l’un des principaux systèmes de santé à but non lucratif du pays, afin de leur apporter une technologie qui les aide à fournir de meilleurs soins aux patients de l’ensemble des États-Unis. Il y a eu beaucoup de spéculations sur ce partenariat, nous voulons donc nous assurer que tout le monde dispose des faits.

« Premièrement : quel est le travail que nous faisons avec Ascension ? En juillet, lors de notre appel aux résultats du deuxième trimestre, nous avions annoncé que "les solutions d'IA et de ML de Google Cloud aident les organisations de soins de santé telles qu'Ascension à améliorer l'expérience et les résultats en matière de soins de santé". Notre collaboration avec Ascension est exactement cela : un arrangement d'affaires visant à aider un fournisseur en lui fournissant les dernières technologies, au même titre que ce que nous faisons avec des dizaines d'autres fournisseurs de soins de santé. Ces organisations, comme Ascension, utilisent Google pour gérer en toute sécurité les données de leurs patients, dans le respect de normes de confidentialité et de sécurité strictes. Ils sont les gardiens des données et nous fournissons des services en leur nom.

« Notre travail avec Ascension se concentre sur trois choses :
  • Migration de l’infrastructure d’Ascension vers le cloud : le partenariat modernisera l’infrastructure d’Ascension, ce qui leur permettra de migrer leur entrepôt de données sur site et leurs environnements d’analyse vers leur propre environnement Google Cloud privé et sécurisé. Les éléments clés de ce travail porteront sur la connectivité réseau et système, l'intégration des données, la confidentialité et la sécurité, ainsi que la conformité.
  • Utilisation des outils de productivité de G Suite : cela renforcera la capacité des employés d’Ascension à communiquer et à collaborer en toute sécurité en temps réel, en soutenant les équipes de soins interdisciplinaires et d’opérations sur les sites de soins Ascension.
  • Extension des outils aux médecins et au personnel infirmier pour améliorer les soins : notre objectif est de fournir des outils que Ascension pourrait utiliser pour améliorer la qualité clinique et la sécurité des patients.

« Deuxièmement : qu'en est-il des données sur les patients ? Tous les travaux de Google avec Ascension respectent les réglementations en vigueur dans l’industrie (y compris HIPAA) en ce qui concerne les données des patients et sont accompagnés de directives strictes en matière de confidentialité, de sécurité et d’utilisation des données. Nous avons conclu un contrat d’association avec Ascension, qui régit l’accès aux informations de santé protégées dans le but d’aider les prestataires à prendre en charge les soins des patients. Il s’agit là d’une pratique courante dans le domaine des soins de santé, car les données des patients sont fréquemment gérées dans des systèmes électroniques largement utilisés par les infirmières et les médecins pour dispenser les soins. Soyons clairs: en vertu de cet arrangement, les données d’Ascension ne peuvent être utilisées que pour fournir les services que nous proposons en vertu de l’accord, et les données des patients ne peuvent pas et ne seront pas combinées avec des données de consommateurs de Google.

« Enfin : certaines des solutions sur lesquelles nous travaillons avec Ascension ne sont pas encore en déploiement clinique actif, mais plutôt en phase de test précoce. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons utilisé un nom de code pour le travail - dans ce cas, "Nightingale" ».

Bien que Google ait apparemment signé un accord de partenariat commercial avec Ascension, et la portée du partage de données semble être conforme aux allocations HIPAA, il y a encore de nombreuses questions sur la façon dont les informations sur les patients sont utilisées.

Source : CNBC, Wall Street Journal

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Coup dur porté à Google ?
Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer cette situation ?