Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Google se donne deux ans pour éliminer de son navigateur Chrome les cookies tiers
    Google se donne deux ans pour éliminer de son navigateur Chrome les cookies tiers,
    en accord avec sa vision d'un Web « plus privé »

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa dernière vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « En août, nous avons annoncé une nouvelle initiative (connue sous le nom de Privacy Sandbox) pour développer un ensemble de normes ouvertes pour améliorer fondamentalement la confidentialité sur le Web. Notre objectif pour cette initiative open source est de rendre le Web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs. Aujourd'hui, nous aimerions vous informer de nos plans et vous demander votre aide pour accroître la confidentialité de la navigation sur le Web.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation.

    « Les utilisateurs exigent une plus grande protection de leur vie privée (notamment de la transparence, le choix et le contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées) et il est clair que l'écosystème Web doit évoluer pour répondre à ces demandes croissantes. Certains navigateurs ont réagi à ces préoccupations en bloquant les cookies tiers, mais nous pensons que cela a des conséquences inattendues qui peuvent avoir un impact négatif sur les utilisateurs et l'écosystème Web. En sapant le modèle commercial de nombreux sites Web financés par la publicité, les approches contondantes des cookies encouragent l'utilisation de techniques opaques telles que le fingerprinting (une solution de contournement invasive pour remplacer les cookies), qui peuvent en fait réduire la protection de la vie privée et le contrôle des utilisateurs. Nous croyons que nous, en tant que communauté, pouvons et devons faire mieux.

    « Heureusement, nous avons reçu des commentaires positifs dans des forums comme le W3C, selon lesquels les mécanismes sous-jacents au Privacy Sandbox représentent des cas d'utilisation clés et vont dans la bonne direction. Cette rétroaction et les propositions connexes d'autres participants aux normes nous donnent confiance que les solutions dans cet espace peuvent fonctionner. Et notre expérience de travail avec la communauté des normes pour créer des alternatives et éliminer progressivement Flash et NPAPI a prouvé que nous pouvons nous unir pour résoudre des défis complexes

    « Nous poursuivrons également nos efforts pour rendre les technologies Web actuelles plus sécurisées et plus garantes des protections de la vie privée. Comme nous l'avons annoncé précédemment, Chrome limitera le suivi intersite non sécurisé à partir de février, en traitant les cookies qui n'incluent pas d'étiquette SameSite uniquement en tant que propriétaire, et exigera que les cookies étiquetés pour une utilisation tierce soient accessibles via HTTPS. Cela rendra les cookies tiers plus sûrs et donnera aux utilisateurs des contrôles plus précis des cookies du navigateur. Dans le même temps, nous développons des techniques pour détecter et atténuer le suivi et les solutions de contournement secrètes en lançant de nouvelles mesures anti-fingerprinting pour décourager ces types de techniques trompeuses et intrusives, et nous espérons lancer ces mesures plus tard cette année.

    « Nous travaillons activement à travers l'écosystème afin que les navigateurs, éditeurs, développeurs et annonceurs aient la possibilité d'expérimenter ces nouveaux mécanismes, de tester s'ils fonctionnent bien dans diverses situations et de développer des implémentations de support, y compris la sélection et la mesure des annonces, la prévention du déni de service (DoS), l'anti-spam / fraude et l'authentification fédérée ».


    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas. Apple a adopté une mesure similaire en 2017 dans son navigateur Safari, mais la part de marché mondiale de Chrome est plus de trois fois supérieure à celle d'Apple ; environ 64 %, selon la société de suivi Statcounter.

    Pendant près de trois décennies, les cookies placés par des sociétés relativement inconnues sur presque tous les sites Web ont alimenté la publicité sur Internet. Il en existe plusieurs types. Nous pouvons citer par exemple les cookies de session qui permettent aux utilisateurs d'être reconnus sur un site web afin que tous les changements ou toutes les sélections d'articles ou de données qu'ils effectuent sur une page soient gardés en mémoire d'une page à une autre. L'exemple le plus commun de cette fonctionnalité est l'option de panier d'achats de n'importe quel site d'e-commerce. Lorsque vous visitez une page d'un catalogue et que vous sélectionnez des articles, le cookie de session se souvient de votre sélection afin que votre panier contienne les articles que vous avez sélectionnés lorsque vous êtes prêt à procéder au règlement. Sans cookies de session, si vous cliquez sur PAYER, la nouvelle page ne reconnaîtrait pas vos activités passées sur les pages précédentes et votre panier d'achats serait toujours vide.

    Mais certains ont choisi d'utiliser les cookies comme une large fenêtre à travers laquelle il peuvent savoir quelles pages Web un utilisateur visite. Lorsque ces informations sont partagées avec des annonceurs, les données permettent de prédire quelles publicités l'individu trouverait pertinentes.

    Cependant, au cours des trois dernières années, les violations de données et les nouvelles lois sur la confidentialité en Europe et en Californie ont provoqué des changements majeurs au sein des entreprises Internet. Google a déclaré que sa nouvelle restriction n'entrerait en vigueur que lorsque des alternatives que Google considère plus respectueuses de la vie privée seraient viables. Toute transition majeure dans la technologie Web nécessite un investissement important de la part des opérateurs de sites Web, et il n'est pas clair si des données plus limitées sur les utilisateurs feraient baisser les prix des publicités en ligne.

    Bien que l'objectif de deux ans soit nouveau, l'annonce de Google était attendue dans l'industrie depuis des mois. Les analystes financiers s'attendent à un effet minimal sur les propres activités publicitaires de Google, car il recueille des données sur les utilisateurs de nombreuses autres manières.

    Source : Google

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette décision de Google ?
    Quelles sont les implications potentielles pour un site soutenu par la publicité ?

    Voir aussi :

    La version 80 de Google Chrome bloquera automatiquement les demandes de notifications ennuyeuses, fini les popups indésirables
    L'extension Chrome Shitcoin Wallet, qui propose aux utilisateurs de gérer leur portefeuille Ethereum, surprise en train d'injecter du code JavaScript pour voler les mots de passe et clés privées
    Google annonce la disponibilité de la version bêta de Chrome 80 avec l'API d'indexation de contenu, les modules Workers et bien d'autres
    Chrome 79 est disponible avec le gel des onglets, le blocage par défaut des « subresources » non sécurisées HTTP sur les pages HTTPS et d'autres fonctionnalités
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Encore 2 ans à à attendre avant qu'ils ne respectent de ce point de vue la vie privée des utilisateurs sous Chrome ;(

    Google semble être dans le genre à retourner sa veste toujours du bon côté, mais sans avoir la moindre réelle intention de base de respecter nos vies privées.

    Je me demande ce qu'ils font, dans les faits, de toutes les données qu'ils recueillent des utilisateur d'Android...

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    pour un web plus privé il suffit de ne pas utilisé chrome. ils ont du culot quand même

  4. #4
    Membre à l'essai
    Un navigateur fermé qui se permet ce genre de propos, c'est qu'ils ont un grand sens de l'humour chez google !

  5. #5
    Membre confirmé
    Que pensez-vous de cette décision de Google ?
    Que maintenant qu'ils ont l'hégémonie, l'internet tient dans leur main et il devient temps d'en profiter, comme par exemple en éliminant les cookies de leurs concurrents pour commencer, sous prétexte de "protéger" la vie privée, alors même qu'ils sont une des plus grosses boîte d’espionnage massif existante...

    Je note avec humour qu'il a fallu 15 ans à la Commission € pour sous prétexte de nous protéger, nous imposer un bandeau qui nous oblige en général à accepter des cookies avec un clic de plus* (alors même que le temps que la Commission se réveille, les publicitaires ont développé des techniques de suivi bien plus élaborées), et voilà que finalement google vient nous sauver en bien moins de temps...

    * il y a i don't care about cookies pour les enlever.

  6. #6
    Chroniqueur Actualités

    Google progresse dans sa lutte contre les cookies tiers sur Chrome
    Google progresse dans sa lutte contre les cookies tiers sur son navigateur et propose une fonctionnalité Chrome
    qui permettra aux internautes d'avoir des informations sur les publicités qui sont diffusées

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

    L'entreprise a fait un pas de plus dans cette direction. Dans un billet de blog, Mike Schulman Vice President Ads Privacy and Safety a expliqué : « La confidentialité est au cœur de notre travail chez Google et de notre vision d'un Internet prospère où les gens du monde entier peuvent continuer à accéder au contenu financé par la publicité, tout en ayant la certitude que leurs données sont protégées. Mais pour y parvenir, nous devons accroître la transparence du fonctionnement de la publicité numérique, offrir aux utilisateurs des contrôles supplémentaires et veiller à ce que les choix des utilisateurs concernant l’utilisation de leurs données soient respectés, non contournés ou ignorés.

    « Aujourd'hui, nous partageons des mises à jour sur notre travail dans ces domaines, y compris de nouveaux outils qui fournissent aux internautes plus d'informations sur les annonces qu'ils voient. Nous présentons également de nouvelles ressources destinées aux spécialistes du marketing et aux éditeurs qui offrent des conseils sur la façon de naviguer dans l'environnement de confidentialité actuel, ainsi que des exemples concrets de marques et de sociétés de médias qui offrent des expériences publicitaires efficaces et respectueuses de la confidentialité qui utilisent les données de manière responsable. »

    Pendant de nombreuses années, Google a proposé une fonctionnalité appelée Why this ad (Pourquoi cette annonce), grâce à laquelle, depuis une icône dans une annonce numérique, les utilisateurs pouvaient obtenir plus d'informations sur certains des facteurs qui ont été utilisés pour sélectionner l'annonce à leur place, ou choisir de ne plus voir cette annonce. Selon Google, il y a plus de 15 millions d'interactions d'utilisateurs par jour avec Why this ad ; les internautes cherchent à en savoir plus sur les publicités qu'ils voient et à les contrôler, et l'éditeur a récemment étendu cette fonctionnalité aux publicités sur les téléviseurs connectés.

    « Au cours des prochains mois, nous améliorerons l'expérience avec une nouvelle fonctionnalité appelée About this ad, qui montrera également aux utilisateurs le nom vérifié de l'annonceur derrière chaque annonce. About this ad sera initialement disponible pour les annonces graphiques achetées via Google Ads et Display & Video 360, et nous la diffuserons sur d'autres surfaces publicitaires tout au long de 2021. »


    « Notre engagement à accroître la transparence et à offrir aux utilisateurs plus de contrôle va au-delà des publicités diffusées par Google. En raison de la complexité de l'écosystème des annonces numériques et du grand nombre d'entités impliquées, les utilisateurs ne savent généralement pas quelles entreprises sont même impliquées dans la diffusion d'une annonce. Pour fournir aux internautes des informations détaillées sur toutes les annonces qu'ils voient sur le Web, nous lançons un nouvel outil appelé Ads Transparency Spotlight, qui peut désormais être testé en tant qu'extension alpha sur le Chrome Web Store. Nous continuerons d'améliorer cette extension en fonction des commentaires des utilisateurs et, au fil du temps, nous prévoyons de proposer des informations supplémentaires sur les annonces, ainsi que d'introduire des contrôles. Nous espérons que d'autres fournisseurs de technologies intégreront également des capacités de transparence et de contrôle similaires dans les expériences qu'ils offrent. »

    Faire évoluer Internet financé par la publicité

    Google a parlé d'une évolution de Privacy Sandbox, une suite d'API ouvertes venant remplacer les cookies tiers pour permettre la diffusion de publicités ciblées, tout en étant plus respectueux de la vie privée des internautes. Les données relatives aux utilisateurs sont en effet stockées directement dans son navigateur et les annonceurs y ont accès, via lesdites API, de manière agrégée. Chaque API est une réponse à un cas d'usage que Google a identifié, en partenariat avec le marché.

    Dans un avenir sans cookies, Google souhaite que le ciblage publicitaire, la mesure et la prévention de la fraude soient conformes aux normes définies par son Privacy Sandbox, dans lequel les cookies sont remplacés par cinq interfaces de programmation d'application. Les annonceurs utiliseront chaque API pour recevoir des données agrégées sur des problèmes tels que la conversion (la performance de leurs annonces) et l'attribution (quelle entité est créditée, par exemple, pour un achat). Privacy Sandbox représente une voie alternative que Google propose à l'industrie de la publicité, en s'appuyant sur des signaux anonymisés (qui ne sont pas des cookies) dans le navigateur Chrome d'une personne pour profiter des habitudes de navigation de cet utilisateur.

    « Chrome continue d'explorer d'autres moyens de faire progresser la confidentialité pour que le navigateur Web prenne en charge les publicités numériques avec l'initiative de normes ouvertes Privacy Sandbox. Dans le cadre du Privacy Sandbox, plusieurs propositions ont été publiées pour de nouvelles API qui permettraient de résoudre des cas d'utilisation tels que la sélection d'annonces, la mesure des conversions et la protection contre la fraude d'une manière qui ne révèle pas d'informations d'identification sur les utilisateurs individuels. L'une des API proposées sont les Trust Token qui pourraient lutter contre la fraude publicitaire en distinguant les robots des vrais utilisateurs, est désormais disponible pour les tests par les développeurs, et d'autres passeront bientôt aux tests en direct. »

    Concernant le dernier point, Google se propose de lutter contre la fraude avec sa Trust Token API. Ce programme, version revisitée de la captcha, permettra à Chrome de distinguer les internautes humains des robots. Il s'agit tout simplement de permettre aux annonceurs de s'assurer que leurs publicités ne sont pas vues par des bots.

    « Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, Chrome prévoit de supprimer progressivement la prise en charge des cookies tiers. Ces propositions sont activement discutées dans des forums comme le W3C. Notre équipe publicitaire contribue activement à ce dialogue - comme nous encourageons toute partie intéressée à le faire - et nous prévoyons d'intégrer les nouvelles solutions dans nos produits dans les années à venir.

    « Nous explorons également une gamme d'autres approches pour améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en garantissant que les éditeurs peuvent gagner ce dont ils ont besoin pour financer un contenu de qualité et que les annonceurs peuvent toucher les bonnes personnes pour leurs produits. Par exemple, nous prenons en charge l'utilisation des données propriétaires des annonceurs et des éditeurs (en fonction des interactions directes avec les clients avec lesquels ils entretiennent des relations) pour offrir des expériences plus pertinentes et utiles, à condition que les utilisateurs aient la transparence et le contrôle sur l'utilisation de ces données. Ce qui n'est pas acceptable, c'est l'utilisation de techniques opaques ou cachées qui transfèrent des données sur des utilisateurs individuels et leur permettent d'être suivis d'une manière secrète, comme le fingerprinting. Nous pensons que toute tentative de traquer des personnes ou d'obtenir des informations qui pourraient les identifier, à leur insu et sans leur autorisation, doit être bloquée. Nous continuerons d’adopter une position ferme contre ces pratiques.

    « Une grande partie de la conversation récente sur l'amélioration de la confidentialité des publicités numériques s'est concentrée sur le Web, mais il existe une gamme d'environnements dans lesquels les gens interagissent avec les publicités numériques. Notre approche technique et les détails de mise en œuvre peuvent varier en fonction des caractéristiques uniques de chacun, mais notre vision d'améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en préservant l'accès au contenu gratuit est cohérente sur le Web, les applications mobiles, la télévision connectée, l'audio numérique et quel que soit le domaine qui pourrait émerger ».

    Source : Google
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###