IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 028
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 028
    Points : 148 206
    Points
    148 206
    Par défaut GitHub bloque Google FLoC sur tous les sites Web GitHub Pages
    Google se donne deux ans pour éliminer de son navigateur Chrome les cookies tiers,
    en accord avec sa vision d'un Web « plus privé »

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa dernière vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « En août, nous avons annoncé une nouvelle initiative (connue sous le nom de Privacy Sandbox) pour développer un ensemble de normes ouvertes pour améliorer fondamentalement la confidentialité sur le Web. Notre objectif pour cette initiative open source est de rendre le Web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs. Aujourd'hui, nous aimerions vous informer de nos plans et vous demander votre aide pour accroître la confidentialité de la navigation sur le Web.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation.

    « Les utilisateurs exigent une plus grande protection de leur vie privée (notamment de la transparence, le choix et le contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées) et il est clair que l'écosystème Web doit évoluer pour répondre à ces demandes croissantes. Certains navigateurs ont réagi à ces préoccupations en bloquant les cookies tiers, mais nous pensons que cela a des conséquences inattendues qui peuvent avoir un impact négatif sur les utilisateurs et l'écosystème Web. En sapant le modèle commercial de nombreux sites Web financés par la publicité, les approches contondantes des cookies encouragent l'utilisation de techniques opaques telles que le fingerprinting (une solution de contournement invasive pour remplacer les cookies), qui peuvent en fait réduire la protection de la vie privée et le contrôle des utilisateurs. Nous croyons que nous, en tant que communauté, pouvons et devons faire mieux.

    « Heureusement, nous avons reçu des commentaires positifs dans des forums comme le W3C, selon lesquels les mécanismes sous-jacents au Privacy Sandbox représentent des cas d'utilisation clés et vont dans la bonne direction. Cette rétroaction et les propositions connexes d'autres participants aux normes nous donnent confiance que les solutions dans cet espace peuvent fonctionner. Et notre expérience de travail avec la communauté des normes pour créer des alternatives et éliminer progressivement Flash et NPAPI a prouvé que nous pouvons nous unir pour résoudre des défis complexes

    « Nous poursuivrons également nos efforts pour rendre les technologies Web actuelles plus sécurisées et plus garantes des protections de la vie privée. Comme nous l'avons annoncé précédemment, Chrome limitera le suivi intersite non sécurisé à partir de février, en traitant les cookies qui n'incluent pas d'étiquette SameSite uniquement en tant que propriétaire, et exigera que les cookies étiquetés pour une utilisation tierce soient accessibles via HTTPS. Cela rendra les cookies tiers plus sûrs et donnera aux utilisateurs des contrôles plus précis des cookies du navigateur. Dans le même temps, nous développons des techniques pour détecter et atténuer le suivi et les solutions de contournement secrètes en lançant de nouvelles mesures anti-fingerprinting pour décourager ces types de techniques trompeuses et intrusives, et nous espérons lancer ces mesures plus tard cette année.

    « Nous travaillons activement à travers l'écosystème afin que les navigateurs, éditeurs, développeurs et annonceurs aient la possibilité d'expérimenter ces nouveaux mécanismes, de tester s'ils fonctionnent bien dans diverses situations et de développer des implémentations de support, y compris la sélection et la mesure des annonces, la prévention du déni de service (DoS), l'anti-spam / fraude et l'authentification fédérée ».

    Nom : cookie.jpg
Affichages : 2629
Taille : 21,3 Ko

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas. Apple a adopté une mesure similaire en 2017 dans son navigateur Safari, mais la part de marché mondiale de Chrome est plus de trois fois supérieure à celle d'Apple ; environ 64 %, selon la société de suivi Statcounter.

    Pendant près de trois décennies, les cookies placés par des sociétés relativement inconnues sur presque tous les sites Web ont alimenté la publicité sur Internet. Il en existe plusieurs types. Nous pouvons citer par exemple les cookies de session qui permettent aux utilisateurs d'être reconnus sur un site web afin que tous les changements ou toutes les sélections d'articles ou de données qu'ils effectuent sur une page soient gardés en mémoire d'une page à une autre. L'exemple le plus commun de cette fonctionnalité est l'option de panier d'achats de n'importe quel site d'e-commerce. Lorsque vous visitez une page d'un catalogue et que vous sélectionnez des articles, le cookie de session se souvient de votre sélection afin que votre panier contienne les articles que vous avez sélectionnés lorsque vous êtes prêt à procéder au règlement. Sans cookies de session, si vous cliquez sur PAYER, la nouvelle page ne reconnaîtrait pas vos activités passées sur les pages précédentes et votre panier d'achats serait toujours vide.

    Mais certains ont choisi d'utiliser les cookies comme une large fenêtre à travers laquelle il peuvent savoir quelles pages Web un utilisateur visite. Lorsque ces informations sont partagées avec des annonceurs, les données permettent de prédire quelles publicités l'individu trouverait pertinentes.

    Cependant, au cours des trois dernières années, les violations de données et les nouvelles lois sur la confidentialité en Europe et en Californie ont provoqué des changements majeurs au sein des entreprises Internet. Google a déclaré que sa nouvelle restriction n'entrerait en vigueur que lorsque des alternatives que Google considère plus respectueuses de la vie privée seraient viables. Toute transition majeure dans la technologie Web nécessite un investissement important de la part des opérateurs de sites Web, et il n'est pas clair si des données plus limitées sur les utilisateurs feraient baisser les prix des publicités en ligne.

    Bien que l'objectif de deux ans soit nouveau, l'annonce de Google était attendue dans l'industrie depuis des mois. Les analystes financiers s'attendent à un effet minimal sur les propres activités publicitaires de Google, car il recueille des données sur les utilisateurs de nombreuses autres manières.

    Source : Google

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette décision de Google ?
    Quelles sont les implications potentielles pour un site soutenu par la publicité ?

    Voir aussi :

    La version 80 de Google Chrome bloquera automatiquement les demandes de notifications ennuyeuses, fini les popups indésirables
    L'extension Chrome Shitcoin Wallet, qui propose aux utilisateurs de gérer leur portefeuille Ethereum, surprise en train d'injecter du code JavaScript pour voler les mots de passe et clés privées
    Google annonce la disponibilité de la version bêta de Chrome 80 avec l'API d'indexation de contenu, les modules Workers et bien d'autres
    Chrome 79 est disponible avec le gel des onglets, le blocage par défaut des « subresources » non sécurisées HTTP sur les pages HTTPS et d'autres fonctionnalités
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    août 2018
    Messages
    211
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 52
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : août 2018
    Messages : 211
    Points : 462
    Points
    462
    Par défaut
    Encore 2 ans à à attendre avant qu'ils ne respectent de ce point de vue la vie privée des utilisateurs sous Chrome ;(

    Google semble être dans le genre à retourner sa veste toujours du bon côté, mais sans avoir la moindre réelle intention de base de respecter nos vies privées.

    Je me demande ce qu'ils font, dans les faits, de toutes les données qu'ils recueillent des utilisateur d'Android...

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 234
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 234
    Points : 2 809
    Points
    2 809
    Par défaut
    pour un web plus privé il suffit de ne pas utilisé chrome. ils ont du culot quand même

  4. #4
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    janvier 2020
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Aveyron (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2020
    Messages : 6
    Points : 14
    Points
    14
    Par défaut
    Un navigateur fermé qui se permet ce genre de propos, c'est qu'ils ont un grand sens de l'humour chez google !

  5. #5
    Membre éclairé
    Profil pro
    curiosité
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    219
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : curiosité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 219
    Points : 697
    Points
    697
    Par défaut
    Que pensez-vous de cette décision de Google ?
    Que maintenant qu'ils ont l'hégémonie, l'internet tient dans leur main et il devient temps d'en profiter, comme par exemple en éliminant les cookies de leurs concurrents pour commencer, sous prétexte de "protéger" la vie privée, alors même qu'ils sont une des plus grosses boîte d’espionnage massif existante...

    Je note avec humour qu'il a fallu 15 ans à la Commission € pour sous prétexte de nous protéger, nous imposer un bandeau qui nous oblige en général à accepter des cookies avec un clic de plus* (alors même que le temps que la Commission se réveille, les publicitaires ont développé des techniques de suivi bien plus élaborées), et voilà que finalement google vient nous sauver en bien moins de temps...

    * il y a i don't care about cookies pour les enlever.

  6. #6
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 028
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 028
    Points : 148 206
    Points
    148 206
    Par défaut Google progresse dans sa lutte contre les cookies tiers sur Chrome
    Google progresse dans sa lutte contre les cookies tiers sur son navigateur et propose une fonctionnalité Chrome
    qui permettra aux internautes d'avoir des informations sur les publicités qui sont diffusées

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

    L'entreprise a fait un pas de plus dans cette direction. Dans un billet de blog, Mike Schulman Vice President Ads Privacy and Safety a expliqué : « La confidentialité est au cœur de notre travail chez Google et de notre vision d'un Internet prospère où les gens du monde entier peuvent continuer à accéder au contenu financé par la publicité, tout en ayant la certitude que leurs données sont protégées. Mais pour y parvenir, nous devons accroître la transparence du fonctionnement de la publicité numérique, offrir aux utilisateurs des contrôles supplémentaires et veiller à ce que les choix des utilisateurs concernant l’utilisation de leurs données soient respectés, non contournés ou ignorés.

    « Aujourd'hui, nous partageons des mises à jour sur notre travail dans ces domaines, y compris de nouveaux outils qui fournissent aux internautes plus d'informations sur les annonces qu'ils voient. Nous présentons également de nouvelles ressources destinées aux spécialistes du marketing et aux éditeurs qui offrent des conseils sur la façon de naviguer dans l'environnement de confidentialité actuel, ainsi que des exemples concrets de marques et de sociétés de médias qui offrent des expériences publicitaires efficaces et respectueuses de la confidentialité qui utilisent les données de manière responsable. »

    Pendant de nombreuses années, Google a proposé une fonctionnalité appelée Why this ad (Pourquoi cette annonce), grâce à laquelle, depuis une icône dans une annonce numérique, les utilisateurs pouvaient obtenir plus d'informations sur certains des facteurs qui ont été utilisés pour sélectionner l'annonce à leur place, ou choisir de ne plus voir cette annonce. Selon Google, il y a plus de 15 millions d'interactions d'utilisateurs par jour avec Why this ad ; les internautes cherchent à en savoir plus sur les publicités qu'ils voient et à les contrôler, et l'éditeur a récemment étendu cette fonctionnalité aux publicités sur les téléviseurs connectés.

    « Au cours des prochains mois, nous améliorerons l'expérience avec une nouvelle fonctionnalité appelée About this ad, qui montrera également aux utilisateurs le nom vérifié de l'annonceur derrière chaque annonce. About this ad sera initialement disponible pour les annonces graphiques achetées via Google Ads et Display & Video 360, et nous la diffuserons sur d'autres surfaces publicitaires tout au long de 2021. »

    Nom : about.png
Affichages : 2861
Taille : 56,8 Ko

    « Notre engagement à accroître la transparence et à offrir aux utilisateurs plus de contrôle va au-delà des publicités diffusées par Google. En raison de la complexité de l'écosystème des annonces numériques et du grand nombre d'entités impliquées, les utilisateurs ne savent généralement pas quelles entreprises sont même impliquées dans la diffusion d'une annonce. Pour fournir aux internautes des informations détaillées sur toutes les annonces qu'ils voient sur le Web, nous lançons un nouvel outil appelé Ads Transparency Spotlight, qui peut désormais être testé en tant qu'extension alpha sur le Chrome Web Store. Nous continuerons d'améliorer cette extension en fonction des commentaires des utilisateurs et, au fil du temps, nous prévoyons de proposer des informations supplémentaires sur les annonces, ainsi que d'introduire des contrôles. Nous espérons que d'autres fournisseurs de technologies intégreront également des capacités de transparence et de contrôle similaires dans les expériences qu'ils offrent. »

    Faire évoluer Internet financé par la publicité

    Google a parlé d'une évolution de Privacy Sandbox, une suite d'API ouvertes venant remplacer les cookies tiers pour permettre la diffusion de publicités ciblées, tout en étant plus respectueux de la vie privée des internautes. Les données relatives aux utilisateurs sont en effet stockées directement dans son navigateur et les annonceurs y ont accès, via lesdites API, de manière agrégée. Chaque API est une réponse à un cas d'usage que Google a identifié, en partenariat avec le marché.

    Dans un avenir sans cookies, Google souhaite que le ciblage publicitaire, la mesure et la prévention de la fraude soient conformes aux normes définies par son Privacy Sandbox, dans lequel les cookies sont remplacés par cinq interfaces de programmation d'application. Les annonceurs utiliseront chaque API pour recevoir des données agrégées sur des problèmes tels que la conversion (la performance de leurs annonces) et l'attribution (quelle entité est créditée, par exemple, pour un achat). Privacy Sandbox représente une voie alternative que Google propose à l'industrie de la publicité, en s'appuyant sur des signaux anonymisés (qui ne sont pas des cookies) dans le navigateur Chrome d'une personne pour profiter des habitudes de navigation de cet utilisateur.

    « Chrome continue d'explorer d'autres moyens de faire progresser la confidentialité pour que le navigateur Web prenne en charge les publicités numériques avec l'initiative de normes ouvertes Privacy Sandbox. Dans le cadre du Privacy Sandbox, plusieurs propositions ont été publiées pour de nouvelles API qui permettraient de résoudre des cas d'utilisation tels que la sélection d'annonces, la mesure des conversions et la protection contre la fraude d'une manière qui ne révèle pas d'informations d'identification sur les utilisateurs individuels. L'une des API proposées sont les Trust Token qui pourraient lutter contre la fraude publicitaire en distinguant les robots des vrais utilisateurs, est désormais disponible pour les tests par les développeurs, et d'autres passeront bientôt aux tests en direct. »

    Concernant le dernier point, Google se propose de lutter contre la fraude avec sa Trust Token API. Ce programme, version revisitée de la captcha, permettra à Chrome de distinguer les internautes humains des robots. Il s'agit tout simplement de permettre aux annonceurs de s'assurer que leurs publicités ne sont pas vues par des bots.

    « Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, Chrome prévoit de supprimer progressivement la prise en charge des cookies tiers. Ces propositions sont activement discutées dans des forums comme le W3C. Notre équipe publicitaire contribue activement à ce dialogue - comme nous encourageons toute partie intéressée à le faire - et nous prévoyons d'intégrer les nouvelles solutions dans nos produits dans les années à venir.

    « Nous explorons également une gamme d'autres approches pour améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en garantissant que les éditeurs peuvent gagner ce dont ils ont besoin pour financer un contenu de qualité et que les annonceurs peuvent toucher les bonnes personnes pour leurs produits. Par exemple, nous prenons en charge l'utilisation des données propriétaires des annonceurs et des éditeurs (en fonction des interactions directes avec les clients avec lesquels ils entretiennent des relations) pour offrir des expériences plus pertinentes et utiles, à condition que les utilisateurs aient la transparence et le contrôle sur l'utilisation de ces données. Ce qui n'est pas acceptable, c'est l'utilisation de techniques opaques ou cachées qui transfèrent des données sur des utilisateurs individuels et leur permettent d'être suivis d'une manière secrète, comme le fingerprinting. Nous pensons que toute tentative de traquer des personnes ou d'obtenir des informations qui pourraient les identifier, à leur insu et sans leur autorisation, doit être bloquée. Nous continuerons d’adopter une position ferme contre ces pratiques.

    « Une grande partie de la conversation récente sur l'amélioration de la confidentialité des publicités numériques s'est concentrée sur le Web, mais il existe une gamme d'environnements dans lesquels les gens interagissent avec les publicités numériques. Notre approche technique et les détails de mise en œuvre peuvent varier en fonction des caractéristiques uniques de chacun, mais notre vision d'améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en préservant l'accès au contenu gratuit est cohérente sur le Web, les applications mobiles, la télévision connectée, l'audio numérique et quel que soit le domaine qui pourrait émerger ».

    Source : Google
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #7
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 028
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 028
    Points : 148 206
    Points
    148 206
    Par défaut Google présente l'évolution de ses travaux sur l'alternative aux cookies tiers à des fins publicitaires
    Google présente l'évolution de ses travaux sur l'alternative aux cookies tiers à des fins publicitaires dans Chrome,
    FLoC propose de rassembler les profils utilisateurs par centres d'intérêt

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans (à compter de janvier 2020) de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

    Une mise à jour du projet

    Dans la dernière mise à jour de son projet de remplacement des cookies tiers à des fins publicitaires, Google a déclaré que les tests sur une proposition particulière semblaient prometteurs.

    Google prévoyait de partager quelques nouvelles découvertes montrant l'efficacité de sa proposition Federated Learning of Cohorts (FLoC) qui fait partie du Privacy Sandbox. Les ingénieurs de Chrome ont travaillé avec le secteur à une plus large échelle, notamment avec l'organisation de normalisation Web W3C, sur des idées sur Sandbox qui ont été proposées par Google et d'autres acteurs de la technologie publicitaire. Selon Google, il est probable qu'un certain nombre de ces idées soient explorées plus en profondeur.

    « C'est une proposition », a rappelé Chetna Bindra, chef de produit du groupe pour la confiance des utilisateurs et la confidentialité chez Google, concernant les progrès de FLoC. « Ce n'est absolument pas la proposition finale ou singulière de remplacer les cookies tiers... Il n'y aura pas une API finale que nous allons explorer plus en profondeur, ce sera une collection d'entre ces API qui permettent des choses comme la publicité basée sur les intérêts, ainsi que pour les cas d'utilisation de mesure, où il est essentiel de pouvoir garantir que les annonceurs peuvent mesurer l'efficacité de leurs annonces ».

    Bindra a déclaré que la société était « extrêmement confiante » quant aux progrès réalisés sur les propositions et les tests jusqu'à présent.

    Le message de Google indique que les résultats des tests montrent que FLoC est « un signal de remplacement efficace axé sur la confidentialité pour les cookies tiers ». Il indique que les annonceurs peuvent s'attendre à voir au moins 95% des conversions par dollar dépensé par rapport à la publicité basée sur les cookies.

    FLoC placerait essentiellement les personnes dans des groupes basés sur des comportements de navigation similaires, ce qui signifie que seuls des « identifiants de cohorte » et non des identifiants d'utilisateurs individuels seraient utilisés pour les cibler. L'historique Web et les entrées pour l'algorithme seraient conservés sur le navigateur, le navigateur exposant uniquement une « cohorte » contenant des milliers de personnes.

    « Nous constatons vraiment que l'une de ces premières technologies Sandbox pour les publicités basées sur les intérêts est littéralement presque aussi efficace que les cookies tiers », a déclaré Bindra. « Il y a certainement beaucoup plus de tests à venir. Nous souhaitons vivement que les annonceurs et les techniciens publicitaires s'engagent directement. »

    Bindra a déclaré que ces cohortes, qui pourraient inclure des personnes qui ont des comportements comme un intérêt pour le jardinage ou la musique rock, permettraient toujours un ciblage basé sur ces intérêts. Au lieu de cibler au niveau individuel, cela ciblerait des groupes.

    Nom : cookie.jpg
Affichages : 2860
Taille : 21,3 Ko

    « La différence sera simplement que maintenant, ils ne suivent plus chaque utilisateur sur le Web. Il y a vraiment cette notion de confidentialité pour les utilisateurs qui sont maintenant regroupés au sein d'une cohorte », a déclaré Bindra.

    Elle a ajouté que les chiffres des tests de FLoC devraient rassurer les éditeurs. Ensuite, Chrome rendra les cohortes disponibles pour des tests publics avec sa prochaine version en mars, et prévoit de commencer à tester des cohortes basées sur FLoC avec des annonceurs dans Google Ads au deuxième trimestre, selon le billet de blog.

    Myles Younger, directeur principal de la pratique mondiale des données chez MightyHive, a déclaré que les propositions de Sandbox visent toutes à « définir comment nous pouvons intégrer de nouvelles fonctionnalités dans le navigateur Web Chrome pour résoudre simultanément la confidentialité des utilisateurs et la mort du cookie tiers tout en préservant la capacité des marques à faire de la publicité efficacement. » Il a parlé avant que les dernières découvertes de Google ne soient publiées.

    Une question est de savoir si les acteurs vont réellement l'utiliser.

    « Je ne suis pas sûr que Google puisse simplement basculer un interrupteur et l'activer », a déclaré Myles Younger, directeur principal de la pratique mondiale des données chez MightyHive. « Les éditeurs doivent l'utiliser. Les gens doivent commencer à utiliser ce système. [Google] doit prouver que cela fonctionne. »

    De potentiels abus

    Paul Bannister, directeur de la stratégie chez CafeMedia, a déclaré que les annonceurs et les éditeurs avaient une certaine peur de l'inconnu en ce qui concerne la suite. « Je pense que nous voulons tous croire que ce sera une bonne chose et nous voulons tous arriver à un endroit où les utilisateurs ont plus d'intimité et où le Web fonctionne mieux », a-t-il déclaré. Mais étant donné la complexité et la technicité du processus, on ne sait pas vraiment ce qui va se passer ensuite.

    Il a avancé qu'il y avait une certaine crainte que ces types d'actions puissent profiter aux « jardins clos » d'entreprises comme Facebook, et s'éloigner de la publicité sur le Web ouvert.

    Les autorités antitrust britanniques ont également un œil sur les projets et examinent si le projet de suppression des cookies tiers de Chrome pourrait nuire à la concurrence publicitaire en ligne. L’Autorité de la concurrence et des marchés examine si les projets de Google pourraient amener les annonceurs à transférer leurs dépenses vers les propres outils de Google au détriment de ses concurrents.

    En guise de réponse, Bindra a déclaré : « Le Privacy Sandbox est une initiative ouverte depuis le début et nous nous félicitons de la participation de l'AMC alors que nous travaillons à développer de nouvelles propositions pour soutenir un site Web sain et financé par la publicité sans cookies tiers ».

    Certains défenseurs de la vie privée sont également sceptiques quant à l'approche «FLoC». L'Electronic Frontier Foundation a écrit en 2019 que ces cohortes pourraient être utilisées de manière préjudiciable, permettant aux annonceurs discriminatoires d'identifier et de filtrer les groupes représentant les populations vulnérables.

    « Un nom de cohorte serait essentiellement un pointage de crédit comportemental : un tatouage sur votre front numérique qui résume succinctement qui vous êtes, ce que vous aimez, où vous allez, ce que vous achetez et avec qui vous vous associez », a estimé le technologue du personnel de l'EFF Bennett Cyphers. « Les noms des cohortes seront probablement impénétrables pour les utilisateurs, mais pourraient révéler des informations incroyablement sensibles à des tiers ».

    La question de savoir si l'apprentissage automatique créerait des cohortes basées sur des problèmes de santé, un statut de faible revenu ou d'autres attributs sensibles est une question importante pour certains. « Cela peut potentiellement permettre de faire des choses très effrayantes et sans doute illégales », a déclaré Bannister. « Comment Chrome se protégera-t-il contre cela ? »

    Google a déclaré dans des documents que son analyse évalue si une cohorte peut être sensible sans savoir pourquoi elle est sensible, et a déclaré que les cohortes qui révèlent des « catégories sensibles » telles que la race, la sexualité ou les difficultés personnelles ont été bloquées ou que les algorithmes de regroupement ont été reconfigurés pour réduire la corrélation.

    Google a ajouté qu'il était contraire à ses règles de diffuser des annonces personnalisées sur ces catégories sensibles.

    Source : Google, Chromium, Federated Learning of Cohorts (FLoC), EFF

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative ?

    Voir aussi :

    La version 80 de Google Chrome bloquera automatiquement les demandes de notifications ennuyeuses, fini les popups indésirables
    L'extension Chrome Shitcoin Wallet, qui propose aux utilisateurs de gérer leur portefeuille Ethereum, surprise en train d'injecter du code JavaScript pour voler les mots de passe et clés privées
    Google annonce la disponibilité de la version bêta de Chrome 80 avec l'API d'indexation de contenu, les modules Workers et bien d'autres
    Chrome 79 est disponible avec le gel des onglets, le blocage par défaut des « subresources » non sécurisées HTTP sur les pages HTTPS et d'autres fonctionnalités
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 028
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 028
    Points : 148 206
    Points
    148 206
    Par défaut L'approche de Google dans le remplacement des cookies tiers suscite l'attention des régulateurs
    Pourquoi l'approche de Google dans le remplacement des cookies tiers à des fins publicitaires suscite l'attention des régulateurs ?
    Quelques éléments de réponses

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans (à compter de janvier 2020) de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

    Les réactions des régulateurs de la concurrence

    La décision de Google de supprimer les cookies tiers a déjà suscité de multiples poursuites antitrust et une enquête du Congrès américain. Désormais, sa tentative de remplacement du cookie attire l'attention des régulateurs.

    Le 8 janvier, l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés a lancé une enquête pour savoir si les propositions de Google visant à remplacer les cookies tiers, grâce à un projet que Google a baptisé Privacy Sandbox, « pourraient amener les dépenses publicitaires à se concentrer encore plus sur l'écosystème de Google aux frais de ses concurrents », selon une annonce de la CMA au sujet de l'enquête.

    Sous la pression des gouvernements et des consommateurs en raison de problèmes de violation de la confidentialité des données, Google a annoncé en 2019 qu'il désactiverait les cookies tiers d'ici 2022 dans son navigateur Chrome, qui est utilisé par plus de 60 % des utilisateurs du Web dans le monde. Cette décision désactivera effectivement un moyen principal de ciblage des annonces et de personnalisation du contenu sur les sites des éditeurs. Par extension, cela pourrait compromettre la capacité des éditeurs à gagner de l'argent grâce à la publicité en ligne.

    La décision de Google de désactiver le cookie tiers a également été citée comme des exemples de comportement anticoncurrentiel lors de récentes poursuites antitrust contre l'entreprise. Une action antitrust multiÉtats déposée en décembre a affirmé que Google utilise son « énorme avantage informationnel de manière stratégique pour nuire à tout éditeur qui refuse d'utiliser ses intermédiaires ». Une autre action antitrust récente intentée au nom d'éditeurs a affirmé que la décision de Google en matière de cookies était « l'exclusion ». Les législateurs fédéraux ont également souligné les préoccupations antitrust concernant les plans de cookies tiers de Google dans un rapport 2020 du sous-comité de la Chambre des États-Unis sur l'antitrust.

    Dans le cadre de son initiative Privacy Sandbox, Google a proposé une collection évolutive de méthodes de ciblage et de mesure des annonces pour remplacer les cookies tiers. Le projet sandbox est ouvert à la participation d'autres sociétés de technologie publicitaire qui peuvent participer via un forum en ligne, le Worldwide Web Consortium. Cependant, les fournisseurs de technologie publicitaire et les éditeurs se méfient de l'ouverture réelle de Google à leur participation.

    « Privacy Sandbox tente de remplacer une technologie ouverte et interopérable par une technologie contrôlée par Google », a écrit James Rosewell, directeur de Marketers for an Open Web, un groupe dont les plaintes contre Google ont contribué à déclencher l'enquête CMA. « Cela forcera davantage de spécialistes du marketing à entrer dans leur jardin clos et signifiera la fin du Web indépendant et ouvert ». Rosewell est PDG de 51 Degrees, une société de technologie de publicité et d'édition mobile.

    Nom : cookie.jpg
Affichages : 15574
Taille : 21,3 Ko

    Les critiques remettent en question l'engagement de Google envers un processus collaboratif de remplacement des cookies

    Malgré le cadre apparemment collaboratif, le Privacy Sandbox de Google est de plus en plus surveillé dans l'industrie des médias numériques et maintenant de la part du gouvernement britannique, car Privacy Sandbox est sous le contrôle de Google.

    « Google a magnanimement permis à l'industrie de jouer un rôle », a déclaré Alan Chapell, président du cabinet d'avocats en matière de protection de la vie privée Chapell and Associates, avec un peu de sarcasme. « Google ne devrait pas être autorisé à appeler cela un projet consensuel de l'industrie ».

    Un cadre de Google a défendu l'entreprise à la lumière de l'enquête CMA. « Le Privacy Sandbox est une initiative ouverte depuis le début et nous nous félicitons de l'implication de l'AMC alors que nous travaillons à développer de nouvelles propositions pour soutenir un site Web sain et financé par la publicité sans cookies tiers », a déclaré Chetna Bindra, chef de produit du groupe, utilisateur confiance et confidentialité chez Google.

    En ce qui concerne l'enquête Privacy Sandbox, Andrea Coscelli, directeur général de la CMA britannique, a déclaré dans un communiqué le mois dernier que l'agence « a l'esprit ouvert et n'est parvenue à aucune conclusion à ce stade sur la question de savoir si le droit de la concurrence a été violé. » Il a également déclaré que l'agence « continuera à collaborer avec Google et d'autres acteurs du marché pour garantir que les problèmes de confidentialité et de concurrence puissent être résolus au fur et à mesure de l'élaboration des propositions ».

    L'approche de Google pourrait favoriser son activité de navigation, estiment les critiques

    Les entreprises de technologie publicitaire participent à l'effort de sandbox de Google. Mais certains, y compris Criteo, se méfient d'une approche qu'ils disent trop centrée sur le navigateur.

    « Les propositions de Chrome restent très centrées sur le navigateur, ce que Criteo a déjà indiqué comme faisant partie de nos préoccupations », a déclaré Arnaud Blanchard, responsable des analyses et des produits chez Criteo.

    Si certaines parties de l'opération publicitaire se produisent à l'intérieur de l'appareil au niveau du navigateur, les demandes de stockage et de traitement des données seront trop lourdes et peut-être même discriminatoires à l'encontre des personnes disposant de plans de données limités, a déclaré Blanchard.

    L'une des propositions de Criteo pour fournir plus d'équilibre dans le processus de ciblage et de mesure sans cookies est de mettre en place un « gardien indépendant » tel qu'un fournisseur de services cloud ou un SSP pour « offrir aux gens plus de contrôle et de transparence », a déclaré Blanchard.

    En réponse aux préoccupations concernant le contrôle centré sur le navigateur, Google a récemment dévoilé sa dernière méthode de ciblage, Federated Learning of Cohorts (FLoC) qui placerait essentiellement les personnes dans des groupes basés sur des comportements de navigation similaires, ce qui signifie que seuls des « identifiants de cohorte » et non des identifiants d'utilisateurs individuels seraient utilisés pour les cibler. L'historique Web et les entrées pour l'algorithme seraient conservés sur le navigateur, le navigateur exposant uniquement une « cohorte » contenant des milliers de personnes. FloC intègre un serveur de confiance.

    Lorsqu'il lui a été demandé quelles qualités déterminaient si un serveur était digne de confiance et si Google ou une autre entité contrôlerait un tel serveur de confiance, Bindra a déclaré que ces problèmes seraient déterminés par le biais de discussions sur forum public avec ceux qui participent au développement des méthodes publicitaires Privacy Sandbox.

    Un problème de confiance

    La confiance (ou son absence) en Google est au cœur de la plupart des plaintes concernant le processus Privacy Sandbox. En fin de compte, a déclaré Chapell, les gens doivent être surs que Chrome fera ce qu'il y a de mieux pour les utilisateurs, que les chiffres de Google sont exacts, que Google utilisera lui-même l'approche qu'il conçoit pour le Web ouvert et que d'autres sociétés de technologie publicitaire ont une réelle capacité de compétition une fois en place.

    Toute méthode qui pourrait donner à Google encore plus de contrôle sur le processus publicitaire fait sourciller les annonceurs, les éditeurs et les entreprises de technologie publicitaire.

    « Ce serait certainement un pas dans la bonne direction s'il s'agissait d'une entité indépendante », a déclaré Chapell. « Tout le monde, sauf Google, représenterait un pas dans la bonne direction ».

    Sources : enquête du Congrès américain, enquête de l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés, rapport du sous-comité de la Chambre des États-Unis sur l'antitrust, déclarations d'Andrea Coscelli, directeur général de l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Inscrit en
    mai 2015
    Messages
    346
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2015
    Messages : 346
    Points : 1 264
    Points
    1 264
    Par défaut
    ...des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes ...
    Faut oser parler de "Web sain" et de financement par la pub .
    ...Ca donne quand même une bonne indication de la personnes en question (pour ceux qui ne comprendraient pas la référence, allez voir "Les Tontons flingueurs" )

    Sinon, plus sérieusement, c'est à partir du moment ou la pub est arrivés que le web à commencé son déclin.
    Dés l'instant ou les publicitaire ont commencer à "offrir" tous les services aux utilisateurs sans jamais rien leurs faire payer (directement) et qu'ils ont eu l'impression d'avoir "le droit" à tout pour rien, le mal était fait.
    Comment voulez vous justifier à quelqu'un qui a grandit avec l'idée que sont abonnement internet lui donné le droit à la TV + Telephone + Mail + Stockage dans le Cloud + ...etc (mettez tous les services que vous pouvez imaginer), qu'en fait tout a un coup et que rien n'est gratuit, impossible.

    Déjà, quand certains clients sont étonnés de devoir payer pour des services sur le net (site, hébergement, ...etc), ça me fait toujours un peut rigoler ().

  10. #10
    Membre éclairé Avatar de scandinave
    Homme Profil pro
    Développeur Java, NodeJs/Angular
    Inscrit en
    mai 2009
    Messages
    270
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java, NodeJs/Angular

    Informations forums :
    Inscription : mai 2009
    Messages : 270
    Points : 862
    Points
    862
    Par défaut
    Voila la boucle est bouclé. Après avoir tuer la concurrence dans les navigateurs web, avec Chrome maintenant utiliser par une grande majorité des gens, Google va s’accaparer le marché de la publicité en ligne en bloquant tout moyens de tracer les gens autrement que via son navigateur. Effet bonus, ils vont pouvoir se faire passer pour des chevaliers blancs auprès des crédules.

    Après je vais pas pleurer sur les sociétés comme Criteo. Cependant leur technique à aussi un point faible et est à double tranchant. Il vont certes dans l'immédiat s'accaparer le marché de la publicité. Mais il suffirait que les gens switch massivement de navigateur comme cela s'est passé sur IE à l'époque pour qu'il n'y est plus aucuns moyens de tracer les gens, tout les navigateurs ayants supprimés les cookies et accentuer leurs mesures de blocage pour suivre Google.

  11. #11
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Ingénieur de recherche
    Inscrit en
    décembre 2011
    Messages
    64
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur de recherche
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2011
    Messages : 64
    Points : 305
    Points
    305
    Par défaut
    Seul Firefox défend vos droits.

    sudo apt-get install firefox firefox-locale-fr

    A oui, vous auriez déjà du mettre Windows & Android aux oubliettes...
    La lâcheté du confort immédiat, confort inutile en plus, comme le google-home.

  12. #12
    Membre averti Avatar de Christian_B
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    octobre 2016
    Messages
    234
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2016
    Messages : 234
    Points : 432
    Points
    432
    Par défaut
    Citation Envoyé par gallima
    Seul Firefox défend vos droits.
    sudo apt-get install firefox firefox-locale-fr
    A oui, vous auriez déjà du mettre Windows & Android aux oubliettes...
    Sur les ordinateurs, oui (je suis déjà dans ce cas).

    Mais sur les téléphones mobiles, pour le moment c'est problématique. J'ai égaré mon vieux téléphone (2G à peu près) et j'ai un problème car les banques exigent de plus en plus (pour des raisons de sécurité) un téléphone pour accéder à son compte. Si on ne vend plus de téléphone basique (sans Google ni Apple ni GPS ni MachinTooth-anti-covid-BalanceTonContact ou autre) je ne saurai pas trop quoi faire. Peut-être acheter un coffre-fort
    Linux Mint 20.1 Mate.
    Les armes nucléaires sont interdites depuis le 22 janvier. Y a plus qu'à ...

  13. #13
    Futur Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    mai 2005
    Messages
    7
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : mai 2005
    Messages : 7
    Points : 6
    Points
    6
    Par défaut
    Le problème vient du fait que Google est acteur dans la publicité et dans le navigateur (merci Captain Obvious). Pour le déjouer, il faut soit que l'instruction en cours aux USA en antitrust donne un effet (d'ici quelques années) soit que Chrome cesse d'être majoritaire dans les parts d'utilisation de navigateurs.
    Reste-t-il quelqu'un pour désirer utiliser Chrome OS ?

  14. #14
    Membre confirmé

    Inscrit en
    novembre 2008
    Messages
    326
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2008
    Messages : 326
    Points : 490
    Points
    490
    Par défaut
    Mais sur les téléphones mobiles, pour le moment c'est problématique. J'ai égaré mon vieux téléphone (2G à peu près) et j'ai un problème car les banques exigent de plus en plus (pour des raisons de sécurité) un téléphone pour accéder à son compte. Si on ne vend plus de téléphone basique (sans Google ni Apple ni GPS ni MachinTooth-anti-covid-BalanceTonContact ou autre) je ne saurai pas trop quoi faire. Peut-être acheter un coffre-fort
    Il reste /e/. J'ai mis ça sur mon fairphone et je suis plutôt satisfait. Il reste le GPS... Mais pas d'outil google de base.
    Au moins on a la sensation d'avoir un minimum de contrôle.
    Bien entendu, n'étant pas capable de vérifier que tout est conforme à ce qui est dit, il y a une question de confiance en jeu.

  15. #15
    Membre averti Avatar de Christian_B
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    octobre 2016
    Messages
    234
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2016
    Messages : 234
    Points : 432
    Points
    432
    Par défaut
    Citation Envoyé par fatbob Voir le message
    Il reste /e/
    Bien entendu, n'étant pas capable de vérifier que tout est conforme à ce qui est dit, il y a une question de confiance en jeu.
    S'il est effectivement "open source" comme ils le disent, et si des gens connus pour leur indépendance ont entrepris de l'examiner alors en effet c'est une solution. A vérifier. Sinon ... Quand on voit qu'un logiciel de sécurité célèbre avait été racheté par la CIA :
    https://www.developpez.com/actu/3103...urs-decennies/
    Linux Mint 20.1 Mate.
    Les armes nucléaires sont interdites depuis le 22 janvier. Y a plus qu'à ...

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 028
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 028
    Points : 148 206
    Points
    148 206
    Par défaut Google affirme qu'il n'utilisera pas de nouvelles méthodes de pistage
    Google affirme qu'il n'utilisera pas de nouvelles méthodes de pistage,
    tandis qu'il procède progressivement à la suppression des cookies tiers à des fins publicitaires de son navigateur

    Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

    « Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

    En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans (à compter de janvier 2020) de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

    Mercredi, Google a clarifié ses projets de publicité ciblée, promettant de ne pas utiliser d'autres moyens de « suivre » les utilisateurs sur Internet après avoir mis fin à la prise en charge des cookies tiers dans Chrome d'ici début 2022. La société a déclaré dans un billet de blog qu'elle n'utiliserait que des « technologies de protection de la vie privée » qui reposent sur des méthodes telles que l'anonymisation ou l'agrégation de données.

    Le billet de blog de David Temkin, directeur de la gestion des produits pour la confidentialité et la confiance des publicités, indique que le numéro un de la recherche s'est interrogé sur son intention de « rejoindre d'autres acteurs du secteur de la technologie publicitaire qui envisagent de remplacer les cookies tiers par des identifiants alternatifs au niveau de l'utilisateur ». Les acteurs de la technologie publicitaire ont travaillé sur des moyens d'équilibrer la confidentialité des consommateurs tout en maintenant la personnalisation de la publicité après qu'ils ne puissent plus utiliser de cookies.

    « Il est difficile de concevoir Internet que nous connaissons aujourd'hui – avec des informations sur tous les sujets, dans toutes les langues, à la portée de milliards de personnes – sans la publicité comme fondement économique. Mais comme notre industrie s'est efforcée de fournir des publicités pertinentes aux consommateurs sur le Web, elle a créé une prolifération de données d'utilisateurs individuels dans des milliers d'entreprises, généralement collectées via des cookies tiers. Cela a conduit à une érosion de la confiance: en fait, 72 % des gens estiment que presque tout ce qu'ils font en ligne est suivi par des annonceurs, des entreprises technologiques ou d'autres entreprises, et 81 % disent que les risques potentiels auxquels ils sont confrontés en raison des données collectées l'emportent sur les avantages, selon une étude du Pew Research Center. Si la publicité numérique n'évolue pas pour répondre aux préoccupations croissantes des gens concernant leur vie privée et la façon dont leur identité personnelle est utilisée, nous risquons l'avenir du Web gratuit et ouvert.

    « C’est la raison pour laquelle Chrome a annoncé l’année dernière son intention de supprimer la prise en charge des cookies tiers et pourquoi nous avons travaillé avec le secteur dans son ensemble sur le Privacy Sandbox pour créer des innovations qui protègent l’anonymat tout en fournissant des résultats aux annonceurs et aux éditeurs. Malgré tout, nous continuons à nous demander si Google rejoindra d'autres acteurs du secteur de la technologie publicitaire qui envisagent de remplacer les cookies tiers par d'autres identifiants au niveau de l'utilisateur. Aujourd'hui, nous expliquons clairement qu'une fois les cookies tiers supprimés, nous ne créerons pas d'autres identifiants pour suivre les individus lorsqu'ils naviguent sur le Web, et nous ne les utiliserons pas non plus dans nos produits.

    « Nous sommes conscients que cela signifie que d’autres fournisseurs peuvent offrir un niveau d’identité de l’utilisateur pour le suivi des publicités sur le Web, contrairement aux graphiques PII basés sur les adresses e-mail des utilisateurs. Nous ne pensons pas que ces solutions répondront aux attentes croissantes des consommateurs en matière de confidentialité, ni ne résisteront aux restrictions réglementaires en évolution rapide et ne constitueront donc pas un investissement durable à long terme. Au lieu de cela, nos produits Web seront alimentés par des API préservant la confidentialité qui empêchent le suivi individuel tout en fournissant des résultats pour les annonceurs et les éditeurs ».

    Nom : cookie.jpg
Affichages : 4501
Taille : 21,3 Ko

    Les cookies sont de petits morceaux de code que les sites Web fournissent au navigateur d'un visiteur et restent lorsque la personne visite d'autres sites. Ils peuvent être utilisés pour suivre les utilisateurs sur plusieurs sites afin de cibler les annonces et voir leurs performances. Google a déclaré l'année dernière qu'il mettrait fin à la prise en charge de ces cookies dans Chrome au début de 2022 une fois qu'il aurait compris comment répondre aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs et proposer des outils pour atténuer les solutions de contournement.

    Pour ce faire, Google a lancé son initiative « Privacy Sandbox » pour trouver une solution qui protège la confidentialité des utilisateurs et permet au contenu de rester librement disponible sur le Web ouvert. Google a déclaré en janvier qu'il était « extrêmement confiant » quant à l'avancement de ses propositions de remplacement des cookies et qu'il prévoyait de commencer à tester une proposition avec des annonceurs dans Google Ads le trimestre prochain. Cette proposition, appelée « Apprentissage fédéré des cohortes », placerait essentiellement les personnes dans des groupes basés sur des comportements de navigation similaires, ce qui signifie que seuls des « identifiants de cohorte » et non des identifiants d'utilisateurs individuels seraient utilisés pour les cibler.

    Google dit qu'il s'agit du fonctionnement de ses propres produits publicitaires et qu'il ne limiterait pas ce qui peut se passer sur Chrome par des tiers. La société a déclaré qu'elle n'utiliserait pas Unified ID 2.0 ou LiveRamp ATS dans ses produits publicitaires, mais ne parlerait pas spécifiquement d'une initiative en particulier.

    Unified ID 2.0, une initiative sur laquelle certaines grandes entreprises de technologie publicitaire travaillent ensemble, s'appuierait sur des adresses e-mail hachées et chiffrées suite au consentement des consommateurs. La société publique LiveRamp a également ce qu'elle appelle sa « solution de trafic authentifié », qui, selon elle, implique que les consommateurs choisissent de prendre le contrôle de leurs données et, d'autre part, que les marques et les éditeurs puissent utiliser ces données.

    Temkin a déclaré dans le billet :

    « Les internautes ne devraient pas avoir à accepter d'être suivis sur le Web pour bénéficier des avantages d'une publicité pertinente. Et les annonceurs n'ont pas besoin de suivre les consommateurs individuels sur le Web pour profiter des avantages de la publicité numérique en termes de performances.

    « Les progrès en matière d'agrégation, d'anonymisation, de traitement sur appareil et d'autres technologies de préservation de la vie privée offrent une voie claire pour remplacer les identifiants individuels. En fait, nos derniers tests de FLoC montrent un moyen de supprimer efficacement les cookies tiers de l'équation publicitaire et de masquer à la place des individus au sein de grandes foules de personnes ayant des intérêts communs. Chrome a l'intention de rendre les cohortes FLoC disponibles pour des tests publics via des essais d'origine avec sa prochaine version ce mois-ci, et nous prévoyons de commencer à tester les cohortes FLoC avec des annonceurs dans Google Ads au deuxième trimestre. Chrome proposera également la première itération de nouveaux contrôles utilisateur en avril et développera ces contrôles dans les versions futures, à mesure que de plus en plus de propositions atteindront la phase d'essai d'origine et qu'elles recevront davantage de commentaires des utilisateurs finaux et du secteur.

    « Cela indique un avenir où il n'est pas nécessaire de sacrifier la publicité et la monétisation pertinentes pour offrir une expérience privée et sécurisée ».

    Plus loin, il explique que :

    « Développer des relations solides avec les clients a toujours été essentiel pour que les marques bâtissent une entreprise prospère, et cela devient encore plus vital dans un monde axé sur la confidentialité. Nous continuerons à soutenir les relations de première partie sur nos plates-formes publicitaires pour les partenaires, dans lesquelles ils ont des liens directs avec leurs propres clients. Et nous approfondirons notre soutien aux solutions qui s'appuient sur ces relations directes entre les consommateurs et les marques et éditeurs avec lesquels ils interagissent.

    « Garder Internet ouvert et accessible à tous nous oblige à faire plus pour protéger la vie privée – et cela signifie la fin non seulement des cookies tiers, mais aussi de toute technologie utilisée pour suivre les personnes individuelles lorsqu'elles naviguent sur le Web. Nous restons déterminés à préserver un écosystème dynamique et ouvert dans lequel les utilisateurs peuvent accéder à un large éventail de contenus financés par la publicité avec l'assurance que leur vie privée et leurs choix sont respectés. Nous sommes impatients de travailler avec d'autres acteurs de l'industrie sur la voie à suivre ».

    Source : Google

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ? Un pas dans la bonne direction ? Dans quelle mesure ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #17
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 412
    Points : 31 888
    Points
    31 888
    Par défaut Le FLoC de Google est une idée terrible, affirme l’EFF
    Le FLoC de Google est une idée terrible, affirme l’EFF,
    La nouvelle méthode de pistage visant à remplacer les cookies tiers créerait de nouveaux risques pour la vie privée

    Au fil des ans, les cookies tiers sont devenus le moteur principal du commerce publicitaire numérique, mais les préoccupations croissantes concernant les atteintes à la vie privée ont conduit les principaux fournisseurs de navigateurs, tels qu'Apple, Mozilla, Brave et Microsoft, à introduire des contre-mesures pour mettre fin à la technologie de suivi invasive. Ce qui a obligé Google à réagir en proposant des solutions similaires de protection de la vie privée, sous peine de perdre la confiance de ses clients. L’une des propositions est le FLoC (Apprentissage fédéré des cohortes).

    Le géant de la recherche – dans une tentative d'équilibrer son double rôle de développeur de navigateur Web et de propriétaire de la plus grande plateforme publicitaire du monde – a annoncé au début de l'année dernière son intention d'éliminer les cookies tiers dans Chrome au profit d'un nouveau cadre appelé "Privacy Sandbox", qui vise à protéger l'anonymat tout en diffusant des publicités ciblées sans avoir recours à des techniques plus opaques comme les empreintes informatiques.

    Nom : e01.png
Affichages : 12953
Taille : 117,1 Ko

    À cet effet, Google a proposé un ensemble de méthodes de ciblage et de mesure des annonces publicitaires, en constante évolution, visant à supplanter les cookies tiers, dont les principaux sont le FLoC et le TURTLEDOVE, dont il espère qu'ils feront émerger les normes de diffusion des annonces sur le Web.

    Le FLoC vise essentiellement à classer les utilisateurs en ligne en groupes basés sur des comportements de navigation similaires, le navigateur de chaque utilisateur partageant ce que l'on appelle un "identifiant de cohorte" avec les sites Web et les spécialistes du marketing, qui peuvent alors cibler les utilisateurs avec des publicités basées sur les groupes auxquels ils appartiennent. Si cela n’est pas assez clair, pensez à ceci : votre "FLoC ID" sera comme un résumé succinct de votre activité récente sur le Web, qui sera partagé afin que vous receviez des publicités.

    En d'autres termes, les données recueillies localement à partir du navigateur ne sont jamais partagées et ne quittent jamais l'appareil. En utilisant cette approche publicitaire basée sur les intérêts, l'idée est de cacher les utilisateurs "dans la foule", ce qui permet de garder privé l'historique de navigation d'une personne et offre des protections contre le suivi et le profilage individualisés.

    Signifiant un changement majeur dans son modèle commercial axé sur les annonces, Google a déclaré mercredi sans équivoque qu'il ne construirait pas d'autres identificateurs ou outils pour suivre les utilisateurs sur plusieurs sites Web une fois qu'il commencera à éliminer progressivement les cookies de suivi tiers de son navigateur Chrome d'ici le début de 2022.

    « Nos produits Web seront plutôt alimentés par des API préservant la vie privée qui empêchent le suivi individuel tout en fournissant des résultats aux annonceurs et aux éditeurs », a déclaré David Temkin, directeur de la gestion des produits de Google pour la confidentialité et la confiance dans les annonces. « Les progrès réalisés en matière d'agrégation, d'anonymisation, de traitement sur les appareils et d'autres technologies de protection de la vie privée ouvrent la voie au remplacement des identifiants individuels ».

    La preuve de concept de Google a utilisé les domaines des sites que chaque utilisateur a visités comme base pour regrouper les gens. Il a ensuite utilisé un algorithme appelé SimHash pour créer les groupes. SimHash peut être calculé localement sur la machine de chaque utilisateur, il n'est donc pas nécessaire d'avoir un serveur central pour collecter les données comportementales. Cependant, un administrateur central pourrait jouer un rôle dans l'application des garanties de confidentialité.

    Afin d'éviter qu'une cohorte ne soit trop petite (c'est-à-dire trop identifiante), Google propose qu'un acteur central puisse compter le nombre d'utilisateurs affectés à chaque cohorte. Si certaines sont trop petites, elles peuvent être combinées avec d'autres cohortes similaires jusqu'à ce qu'un nombre suffisant d'utilisateurs soit représenté dans chacune d'entre elles. Pour que le FLoC soit utile aux annonceurs, la cohorte d'un utilisateur révélera nécessairement des informations sur son comportement, d’après un document nommé "Évaluation des algorithmes de cohorte pour l'API Floc" publié sur GitHub.

    Google va tester publiquement des cohortes basées sur FLoC dans le courant de ce mois, en commençant par Chrome 89, avant de prolonger les essais avec les annonceurs dans Google Ads au cours du deuxième trimestre.

    Préoccupations liées à la méthode de ciblage FLoC, selon l’EFF

    Si ces plans de préservation de la vie privée permettent de réduire la transmission de données personnelles à des tiers, des questions sont soulevées quant à la manière dont les utilisateurs seront regroupés et quant aux garde-fous mis en place pour éviter toute discrimination illégale à l'encontre de certains groupes sur la base d'attributs sensibles tels que l'appartenance ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.

    Soulignant, dans un article publié mercredi, que la nouvelle proposition implique le partage de nouvelles informations avec les annonceurs, l'Electronic Frontier Foundation (EFF) a assimilé le FLoC à un « score de crédit comportemental », le qualifiant de « terrible idée » qui crée de nouveaux risques pour la vie privée.

    « Le FLoC est censé être un nouveau moyen de faire en sorte que votre navigateur fasse le profilage que les traqueurs tiers faisaient eux-mêmes : dans ce cas, il s'agit de réduire votre activité de navigation récente en un label comportemental, puis de le partager avec les sites Web et les annonceurs. Cette technologie permettra d'éviter les risques d'atteinte à la vie privée liés aux cookies tiers, mais elle en créera de nouveaux au cours du processus. Elle peut également exacerber bon nombre des pires problèmes de non-respect de la vie privée liés aux publicités comportementales, notamment la discrimination et le ciblage prédateur », a déclaré l’EFF.

    L'argumentaire de Google à l'intention des défenseurs de la vie privée est qu'un monde avec le FLoC (et d'autres éléments du "privacy sandbox") sera meilleur que le monde que nous avons aujourd'hui, où les courtiers en données et les géants de la publicité suivent et profilent en toute impunité. Mais ce cadrage, selon l’EFF, est basé sur une fausse prémisse selon laquelle nous devons choisir entre "l'ancien suivi" et le "nouveau suivi". Ce n'est pas l'un ou l'autre. Au lieu de réinventer la roue du tracking, nous devrions imaginer un monde meilleur sans les innombrables problèmes liés aux publicités ciblées, a écrit l’organisation.

    Nom : e02.jpg
Affichages : 3725
Taille : 41,7 Ko

    Les préoccupations relatives à l’empreinte informatique d’un navigateur

    Selon l’EFF, la première limite du FLoC est celle liée au traitement réservé aux empreintes informatiques des navigateurs. La prise d'empreinte informatique d'un navigateur est une pratique qui consiste à recueillir de nombreuses informations discrètes sur le navigateur d'un utilisateur afin de créer un identifiant unique et stable pour ce navigateur.

    « Google a promis que la grande majorité des cohortes FLoC comprendra des milliers d'utilisateurs chacune, donc un identifiant de cohorte seul ne devrait pas vous distinguer de quelques milliers d'autres personnes comme vous. Toutefois, cela donne aux "fingerprinters" une avance considérable. Si un tracker démarre avec votre cohorte FLoC, il n'a qu'à distinguer votre navigateur de quelques milliers d'autres (plutôt que quelques centaines de millions) », lit-on.

    « En termes de théorie de l'information, les cohortes FLoC contiendront plusieurs bits d'entropie – jusqu'à 8 bits, dans le cadre du test de preuve de concept de Google. Cette information est d'autant plus puissante qu'il est peu probable qu'elle soit corrélée avec d'autres informations que le navigateur expose. Il sera ainsi beaucoup plus facile pour les traqueurs d'établir une empreinte informatique unique pour les utilisateurs de FLoC ».

    Selon l’EFF, il est notoirement difficile d'arrêter la prise d’empreintes informatiques. Des navigateurs comme Safari et Tor se sont engagés dans une guerre d'usure contre les traqueurs, sacrifiant une grande partie de leurs propres fonctionnalités afin de réduire les surfaces d'attaque des empreintes informatiques.

    Les préoccupations relatives à l’exposition croisée

    L’EFF cite un passage de la page GitHub du projet FLoC qui dit :

    Cette API démocratise l'accès à certaines informations sur l'historique général de navigation d'un individu (et donc, sur les intérêts généraux) à tout site qui y adhère. ... Les sites qui connaissent les PII d'une personne (par exemple, lorsque les gens se connectent en utilisant leur adresse électronique) pourraient enregistrer et révéler leur cohorte. Cela signifie que des informations sur les intérêts d'une personne peuvent éventuellement devenir publiques.

    Comme décrit ci-dessus, les cohortes FLoC ne devraient pas fonctionner comme des identificateurs à elles seules. Cependant, toute entreprise capable d'identifier un utilisateur d'une autre manière, par exemple en offrant des services de "log in with Google" à des sites sur Internet, pourra relier les informations qu'elle obtient du FLoC au profil de l'utilisateur, a déduit l’EFF.

    « Cela signifie que chaque site que vous visitez aura une bonne idée du type de personne avec laquelle vous êtes en contact pour la première fois, sans avoir à faire le travail de vous suivre sur le Web. De plus, comme votre cohorte FLoC s'actualisera au fil du temps, les sites qui peuvent vous identifier d'autres manières pourront également suivre l'évolution de votre navigation. N'oubliez pas qu'une cohorte FLoC n'est ni plus ni moins qu'un résumé de votre activité de navigation récente », a indiqué l’EFF.

    « Si vous visitez un site pour des informations médicales, vous pouvez lui confier des informations sur votre santé, mais il n'y a aucune raison qu'il ait besoin de connaître vos opinions politiques », a déclaré de l'EFF. « De même, si vous visitez un site de vente au détail, il ne devrait pas avoir besoin de savoir si vous avez récemment pris connaissance d'un traitement contre la dépression. Le FLoC érode cette séparation des contextes, et présente au contraire le même résumé comportemental à toutes les personnes avec lesquelles vous interagissez ».

    Au-delà des problèmes de la vie privée

    « Le pouvoir de cibler est le pouvoir de discriminer », d’après l’EFF. Par définition, les publicités ciblées permettent aux annonceurs d'atteindre certaines catégories de personnes tout en en excluant d'autres. Un système de ciblage peut être utilisé pour décider qui peut par exemple voir les offres d'emploi aussi facilement que les annonces de chaussures.

    Il convient également de noter une autre portée et les implications potentielles des cohortes FloC. Avec une part de marché de plus de 60 % pour Chrome sur les ordinateurs de bureau et les appareils mobiles, les tentatives de Google de remplacer les cookies ont été accueillies avec scepticisme et refus par certains critiques, sans parler du fait qu'elles ont fait l'objet d'un examen réglementaire au début de l'année en raison des inquiétudes que « les propositions pourraient entraîner une concentration encore plus grande des dépenses publicitaires sur l'écosystème de Google au détriment de ses concurrents ».

    Les nouveaux outils étant appelés à être placés sous le contrôle de Google, les régulateurs craignent qu'ils ne servent qu'à resserrer l'emprise de la société sur le secteur de la publicité et le Web dans son ensemble, ce qui, selon les critiques, « forcera davantage de spécialistes du marketing à entrer dans leur jardin clos et signifiera la fin du Web indépendant et ouvert ». Cependant, Google a fait remarquer qu'il a pris en compte les réactions concernant le contrôle centré sur le navigateur.

    « Le système sera probablement "opt-in" pour les annonceurs qui en bénéficieront, et "opt-out" pour les utilisateurs qui risquent d'être lésés. Google va certainement présenter cela comme un pas en avant pour "la transparence et le contrôle des utilisateurs", sachant très bien que la grande majorité de ses utilisateurs ne comprendront pas le fonctionnement du FLoC, et que très peu d'entre eux feront tout leur possible pour le désactiver », a estimé l’EFF.

    L’EFF déclare qu’il rejette « catégoriquement l'avenir du FloC », car « ce n'est pas le monde que nous voulons ni celui que les utilisateurs méritent ». Il exhorte Google à tirer les bonnes leçons de l'ère du suivi par des cookies tiers et « concevoir son navigateur de manière à ce qu'il fonctionne pour les utilisateurs, et non pour les annonceurs ».

    Source : EFF

    Et vous ?

    Que pensez-vous des déclarations de l’EFF à propos des cohortes FloC de Google ?
    Quels commentaires faites-vous des préoccupations de l’EFF concernant la vie privée ?
    La mise en œuvre de FloC pourrait être en "opt-out" pour les utilisateurs, selon l’EFF. Si c’est le cas, allez-vous vous retirer des cohortes FloC ou préférerez-vous le ciblage par comportement ?

    Voir aussi :

    Pourquoi l'approche de Google dans le remplacement des cookies tiers à des fins publicitaires suscite l'attention des régulateurs ? Quelques éléments de réponses
    Google présente l'évolution de ses travaux sur l'alternative aux cookies tiers à des fins publicitaires dans Chrome, FLoC propose de rassembler les profils utilisateurs par centres d'intérêt
    Google affirme qu'il n'utilisera pas de nouvelles méthodes de pistage, Tandis qu'il procède progressivement à la suppression des cookies tiers à des fins publicitaires de son navigateur
    Google se donne deux ans pour éliminer de son navigateur Chrome les cookies tiers, en accord avec sa vision d'un Web « plus privé »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #18
    Membre éclairé
    Profil pro
    curiosité
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    219
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : curiosité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 219
    Points : 697
    Points
    697
    Par défaut Je n'en pense que du mal pour la vie privée
    Comme dit plus haut, ce système permettra d'affiner et accélérer le fingerprinting.

    Tor browser ajoute nativement de l'alé pour créer une empreinte différente à chaque calcul.

    Par contre, la dernière fois que j'ai testé firefox même focus sous android, l'empreinte reste la même à chaque à chaque usage, et laisse passer des informations assez identifiantes (fontes, os précis, version précise du navigateur, état des périphériques...), ce qui rend bien moins utile le reste de sa protection anti-pistage.
    Est-ce que quelqu'un connait un navigateur qui randomise l'empreinte sous android ? (je crois que Brave ne le fait pas non plus).

  19. #19
    Membre averti
    Homme Profil pro
    salarié
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    137
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : salarié

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 137
    Points : 343
    Points
    343
    Par défaut
    Nettoyer en profondeur historique de navigation et cookies devient plus jamais vital.
    TOUS les jours, voire PLUSIEURS fois par jour.

  20. #20
    Membre averti Avatar de Christian_B
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    octobre 2016
    Messages
    234
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2016
    Messages : 234
    Points : 432
    Points
    432
    Par défaut
    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Nettoyer en profondeur historique de navigation et cookies devient plus jamais vital.
    TOUS les jours, voire PLUSIEURS fois par jour.
    Ce serait pénible et vite lassant. Impraticable à long terme. Le faire de temps en temps (après avoir fermé les onglets douteux) n'est déjà pas mal.
    Des options de camouflage par les navigateurs vaudront bien mieux si elles progressent. Il ne faut évidemment pas compter sur Chrome pour cela.
    Quelques précautions faciles comme interdire les cookies tiers sont utiles pour le moment.

    Fournir ici et là des informations fausses sur soi. Et aucune d'intime sur internet (sauf envoi krypté à des relations personnelles). Enfin c'est assez théorique pour les courriels, faute de norme appropriée.
    Également ne pas utiliser toujours le même moteur de recherche. Il en existe plusieurs qui donnent souvent de bonnes réponses. Qui a besoin de 28 millions de réponses (fictives) à une recherche ?
    Google n'échappe pas aux réponses parfois médiocres ou suspectes :
    Ex récent "klondike" (images) : Sur Google, une tripotée de plateaux du jeu Klondike où les autres références sont noyées. Récemment, géographie du klondike et ruée vers l'or (sur Qwant je crois). Zut, vérifié, aujourd'hui ils font tous pareil. Ils ont copié ?

    Je suis toujours effaré du nombre d'organismes et de gens pourtant critiques qui s'inscrivent sur Facebook ou aux services Google ou autres sans nécessité réelle.

    Mais les deux mamelle de l'importance extravagante prise par la publicité ciblée sont la naïveté et la passivité.
    Principes de base : Ne jamais répondre à une sollicitation. Prendre l'initiative. Comparer par plusieurs voies les offres similaires sur ce qui vous intéresse réellement.
    Si ces seuls principes étaient appliqués largement des empires factices s'effondreraient.
    Est-ce que maintenant on enseigne cela à l'école ? Parfois l'intention de développer l'esprit critique est affichée mais je demande à voir. C'est contraire à la tradition scolaire, en France comme dans beaucoup d'autres pays, je pense.
    Linux Mint 20.1 Mate.
    Les armes nucléaires sont interdites depuis le 22 janvier. Y a plus qu'à ...

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 01/06/2012, 12h54
  2. [SP-2007] WebService disponible sur tous les sites
    Par ludojojo dans le forum SharePoint
    Réponses: 10
    Dernier message: 28/06/2011, 15h52
  3. Propagation des droits sur tous les éléments d'1 site
    Par mazu29 dans le forum SharePoint
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/07/2008, 16h06
  4. Mon site fonctionne sur tous les navigateurs sauf IE6 :-(
    Par acrylica dans le forum Général JavaScript
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/11/2007, 11h39
  5. action (visible) sur tous les panels d'une page?
    Par cortex024 dans le forum ASP.NET
    Réponses: 5
    Dernier message: 11/06/2007, 17h18

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo