Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Google a congédié quatre employés actifs dans l'organisation du travail
    Google a congédié quatre employés actifs dans l'organisation du travail pour violations de ses politiques de sécurité des données,
    Mais ces derniers brandissent un autre motif

    La tension est encore montée entre la direction du géant de la Silicon Valley Google et les travailleurs militants. La raison : l’entreprise de technologie a licencié quatre employés pour ce qu’elle a qualifié de « violations claires et répétées de nos politiques de sécurité des données ». Une note de service vue par le New York Times (NYT), qui indiquait ce motif des licenciements avec des explications, a été adressée à tous les employés par l'équipe de sécurité et d'enquêtes de Google. Les licenciements ont ensuite été confirmés par Jenn Kaiser, une porte-parole de Google, qui n’a pas ajouté d’autres commentaires, a rapporté le NYT lundi.

    Google, longtemps considéré comme un modèle de culture d'entreprise ouverte qui encourageait la libre expression, est devenu ces dernières années un champ de protestation des employés. Selon le New York Times, ces tensions ce sont exacerbées à mesure que Google s'est attaqué à cet environnement transparent entre les travailleurs et la direction, qui a influencé de nombreuses startups de la Silicon Valley.


    Rebecca rivers (à gauche) et Laurence Berland (à droite)

    Google a récemment annulé une série de réunions régulières à l'échelle de l'entreprise qui permettaient aux travailleurs de poser des questions aux cadres supérieurs et a commencé à travailler avec une société de conseil connu pour avoir aidé les entreprises à réprimer les efforts de syndicalisation, selon le quotidien.

    Plus tôt ce mois, Google a mis deux employés, Laurence Berland et Rebecca Rivers, en congé administratif, en leur disant qu'ils étaient entrés dans des documents confidentiels qui n'étaient pas pertinents pour leur travail. Ces derniers faisaient partie des quatre travailleurs qui ont été licenciés, d’après le NYT qui a cité deux personnes qui connaissent bien les licenciements. Rivers a confirmé son licenciement sur Twitter lundi, mais le quotidien n’a pas pu joindre les deux employés pour commentaires. Au moment où le NYT faisait son rapport lundi soir, l'identité des deux autres employés n'était pas claire.


    Certains membres du personnel de Google se sont organisés et ont protesté contre leur employeur au cours des deux dernières années sur des questions telles que le travail de l'entreprise avec l'armée américaine, un service de recherche censuré en Chine et son traitement des cadres accusés de harcèlement sexuel. Ces licenciements devraient exacerber les relations déjà difficiles entre la direction de Google et ce groupe de travailleurs militants.

    Pour rappel, en août, près de 1 500 employés de Google ont signé une pétition demandant à l'entreprise de ne pas poursuivre un contrat avec les douanes et la protection des frontières, ce qu'ils ont qualifié de complicité dans des « violations des droits de l'homme ». En septembre, Google a embauché un ancien membre du personnel du Département de la sécurité intérieure, Miles Taylor, une décision qui a provoqué une réaction négative de la part de certains travailleurs. Google a supprimé les questions sur l'embauche de M. Taylor des systèmes internes, a rapporté le NYT en citant BuzzFeed News.

    Les employés protestataires ciblés par Google

    « Nos équipes se sont engagées à enquêter sur ces questions et aujourd'hui, nous avons congédié quatre employés pour des violations claires et répétées de nos politiques de sécurité des données ». « Nous tenons à préciser qu'aucune de ces personnes n'a été congédiée pour avoir simplement regardé des documents ou des calendriers dans le cours normal de leur travail. Au contraire, notre enquête approfondie a révélé que les individus étaient impliqués dans des recherches systématiques de matériel et de travail d'autres employés. Cela comprend la recherche, l'accès et la diffusion d'informations commerciales en dehors du cadre de leur travail », peut-ont lire dans la note de service de Google.

    Google a même déclaré que l'un des travailleurs a mis en place des notifications pour recevoir des courriels détaillant le travail et les allées et venues d'autres employés sans leur consentement. « Ce n'est pas ainsi que la culture ouverte de Google fonctionne ou n'a jamais été destinée à fonctionner », a déclaré l’entreprise dans son mémo.

    Mais Laurence Berland et Rebecca Rivers disent qu’ils sont simplement victimes de leur participation aux protestations des travailleurs contre l’entreprise. Vendredi dernier, en parlant de leur suspension lors d'un rassemblement auquel ont participé plus de 100 travailleurs de Google à l'extérieur des bureaux de la société à San Francisco, Rivers a dit avoir été ciblée à cause d'une manifestation contre la collaboration de leur employeur avec le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, qui teste actuellement un produit Google en nuage. Rivers a déclaré que le personnel de sécurité de Google l'avait interrogée sur sa participation à cette protestation.


    Berland a également dit qu'il avait également travaillé sur la pétition et qu'il avait soulevé des questions au sujet de la décision de l'entreprise d'embaucher M. Taylor.
    « Si nous ne pouvons pas parler de ces questions qui nous préoccupent au sujet de notre travail », a dit Berland, « comment pourrions-nous nous maintenir, nous et les autres, au niveau élevé dont nous avons besoin et que le monde mérite ? Le silence et le secret ne sont pas le moyen pour nous de résoudre ensemble les problèmes », a-t-il, d’après le NYT.

    Ils ont, tous les deux, reconnu n'avoir jamais eu accès à aucun document qu'ils n'étaient pas autorisés à consulter, et ont également dit la semaine dernière qu’ils ne faisaient pas confiance à l'explication officielle de l'entreprise pour les punir.

    La Coalition des travailleurs de la technologie, un groupe de pression, a déclaré sur Twitter lundi que les quatre employés avaient été licenciés pour « organisation au travail » et a encouragé les travailleurs de Google à « se prononcer contre cet acte draconien ». « C'est pour effrayer les travailleurs, ne le laissez pas faire », dit le tweet.


    Les employés de Google qui ont participé au rassemblement de vendredi ont déclaré qu'ils protestaient contre la suspension de M. Berland et de Mme Rivers et ont exigé qu'ils retournent au travail. Stephanie Parker, une employée de Google, qui a pris la parole lors de la manifestation a déclaré : « Google les a suspendus de leur emploi et les a interrogés pour avoir pris la parole ». « Nous sommes ici aujourd'hui pour leur montrer notre soutien et pour exiger que Google les ramène au travail immédiatement », a-t-il ajouté.

    Mais les travailleurs congédiés pourraient rejoindre leur poste. En effet, le droit fédéral du travail restreint les représailles contre les employés en cas d'action collective. Jeffrey Hirsch, professeur de droit à l'Université de Caroline du Nord et ancien avocat de la Commission nationale des relations de travail, a déclaré : « Lorsque d'autres employés ont participé à la conduite citée par Google dans sa note, ont-ils été licenciés ? » « Sinon, Google devra probablement réintégrer les employés et leur rembourser leur salaire ».

    La cause des travailleurs militants de Google est soit noble, mais qu’espèrent-ils obtenir de l’action collective contre l’entreprise, s’est questionné un commentateur du sujet.

    Source : The New York Times

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Quel commentaire faites-vous des raisons des licenciements des quatre employés avancées par Google ?
    Que pensez-vous de ce changement chez Google ?

    Lire aussi

    Maintenant, les Googlers protestent contre les accords cloud de la firme avec les entreprises pétrolières, selon eux, les objectifs de l'entreprise pour le climat ne sont pas suffisants
    Les employés de Google demandent l'arrêt de l'arbitrage forcé dans l'industrie technologique, et invitent les employés du secteur à se joindre à eux
    Des employés de Google demandent à l'entreprise de renoncer à son projet Dragonfly, une version censurée du moteur de recherche pour le marché chinois
    Google : un employé a créé un fonds de grève pour aider les employés qui décident de se retirer du projet Dragonfly, qui avance à grands pas
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre confirmé
    Qu’en pensez-vous ?
    Que le licenciement/mise à pied n'était clairement pas justifié, mais qu'il leur (Google) fallait bien une excuse .

    Quel commentaire faites-vous des raisons des licenciements des quatre employés avancées par Google ?
    Que les motifs annoncés sentent fort le bullshit .

    Que pensez-vous de ce changement chez Google ?
    Qu'une entreprise comme Google, voulant de toutes les façons possibles faire du bénéfice (comme toute entreprise capitaliste normalement constitué), va forcement ce retrouver avec des choix idéologiques à faire, à un moment ou un autre.
    Et clairement, les choix fait par Google, ne semblent pas aller dans le sens du bien commun .

    Mais mise à part le comportement de Google, je trouve les employés vraiment faux-cul sur ce coup là.
    S'il ne sont pas d'accord avec les décisions prisent par leur entreprise d'un point de vue morale, ils n'ont cas tous partir.
    Au lieu de ça, ils veulent tous avoir de très gros salaire payé par ces même décisions/dirigeants qu'ils fustigent.
    D'un côté ils critiques Google et de l'autre ils sont les premiers à en profiter et ne veulent absolument pas partir.
    Du coup, la vrai question à ce poser serait : Est-ce que les employés de Google seraient Schizophrène ?
    Et, du coup, question subsidiaire : Est-ce un prérequis pour passer les tests préalables à l'embauche ?

  3. #3
    Membre actif
    C'est juste la honte
    C'est juste la honte... Pour moi ce sera une raison de plus de réfléchir à quatre fois avant d'acheter un quelconque produit Google.

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Ils ont, tous les deux, reconnu n'avoir jamais eu accès à aucun document qu'ils n'étaient pas autorisés à consulter, et ont également dit la semaine dernière qu’ils ne faisaient pas confiance à l'explication officielle de l'entreprise pour les punir.
    Peut-être qu'ils mentent et que Google possède les preuves, ils ont peut-être réellement accédé et diffusé des informations commerciales en dehors du cadre de leur travail, on ne sait pas.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Les employés de Google qui ont participé au rassemblement de vendredi ont déclaré qu'ils protestaient contre la suspension de M. Berland et de Mme Rivers et ont exigé qu'ils retournent au travail.
    Est-ce que vous aimeriez revenir bosser dans une entreprise qui a essayé de vous virer ? L'ambiance avec la hiérarchie ne doit pas être très bonne.

    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    acheter un quelconque produit Google.
    La plupart des services Google sont gratuit :
    • Google
    • YouTube
    • Waze
    • Android
    • Google Earth
    • Picasa
    • Chrome
    • SketchUp
    • Google Actualités
    • Google Maps

    Si vous n'aimez pas que Google collabore avec l'armée US, si vous n'aimez pas que Google propose un moteur de recherche censuré en Chine ou si vous n'aimez pas que Google ne soit pas sympa avec les syndicalistes, il faut boycotter Chrome, YouTube, Waze, etc.
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #5
    Membre confirmé
    Ce message n'a pas pu être affiché car il comporte des erreurs.

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Oui enfin attendez :
    Google a même déclaré que l'un des travailleurs a mis en place des notifications pour recevoir des courriels détaillant le travail et les allées et venues d'autres employés sans leur consentement. « Ce n'est pas ainsi que la culture ouverte de Google fonctionne ou n'a jamais été destinée à fonctionner », a déclaré l’entreprise dans son mémo.
    C'est quand même grave et peut largement justifier un licenciement.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  7. #7
    Rédacteur/Modérateur

    Je ne suis pas particulièrement fan de Google, loin de là, et son omniprésence m'agace.
    Aussi, on a souvent le réflexe de prendre la défense du "petit" contre le "grand".
    Mais en l'espèce, sur le dossier, à part des échanges de tweets et de communiqués sur internet, on ne sait pas grand chose.
    Laissons faire la justice et les enquêteurs. Mon sentiment étant qu'il y a tout de même à parier que les employés ne soient pas si blanc comme neige que cela.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  8. #8
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par defZero Voir le message
    Donc quelque part les créateurs de contenues, les utilisateurs, paient les services qu'ils consomment.
    Oui les utilisateurs paient avec leur données personnelles, mais je répondais juste à phil995511 qui disait :
    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    avant d'acheter un quelconque produit Google.
    On n'achète pas YouTube ou Waze, on les utilise et on donne nos données.

    Citation Envoyé par defZero Voir le message
    Pour vous en convaincre, naviguer sur n'importe quel site, même les plus simples et vous constaterez la présence quasi systématique de Google Analytics, Google Ads, Google Syndication ...etc
    Peut-être que ça aide à se faire référencer ou avoir des statistiques sur quels pages sont visités, comment les utilisateurs ont trouvé le site, etc.
    Les pubs sont nécessaires, il faut bien payer le serveur, les sites sans pub sont louche, d'où vient l'argent ? Personnellement voir des pubs me rassure.

    Bref les sites ont besoin d'être vus et de générer de l'argent pour payer les frais, donc ils ne peuvent pas se passer de Google.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #9
    Membre régulier
    Si google a des preuves de l'accès aux fichiers confidentiels, ils ne peuvent pas le rendre public sans compromettre le contenu desdits fichiers ? Ils doivent bien avoir une sorte de registre d'accès ou un truc du genre

  10. #10
    Membre habitué
    google et ses emloyees
    Je croyais qu'ils étaient là pour travailler:-) Cette politique de dialogue est néfaste, en voici la preuve.