Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    834
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 834
    Points : 28 438
    Points
    28 438
    Par défaut Android : Google dit comment il va s’arrimer aux versions vanilla du noyau Linux pour réduire la fragmentation
    Android : Google dit comment il compte s’arrimer aux versions vanilla du noyau Linux
    Pour réduire voire éliminer la fragmentation de l'écosystème

    Google travaille à faire en sorte que son système d’exploitation pour mobiles (Android) s’appuie sur des versions vanilla du noyau Linux. L’entreprise a présenté ses avancées en la matière lors de l’édition 2019 de la dernière Linux Plumbers Conference (LPC). De façon brossée, il s’agit d’apporter des modifications au cycle de vie d’une version du système d’exploitation Android.

    En effet, à partir d’une version LTS du noyau Linux, l’équipe Android publie une mise à jour du système d’exploitation dénommée Android Common Kernel. Les fabricants de puces (Qualcomm, Samsung Exynos, etc.) effectuent les premiers des modifications de cette dernière pour l’adapter aux puces qui équiperont les appareils. La version modifiée par les fabricants de puces est ensuite mise à la disposition des fabricants d’équipements tels que Samsung, LG, HTC, etc. qui eux aussi procèdent à leur tour à des personnalisations pour l’adapter à leurs appareils. Le processus est long et fastidieux et a de nombreuses répercussions : fragmentation de l’écosystème Android, retards dans le déploiement des nouvelles versions du système d’exploitation et des mises à jour de sécurité…

    À titre d’exemple, le smartphone Pixel 4 de Google disponible depuis octobre 2019 est livré avec une version d’Android qui s’appuie sur le noyau Linux 4.14 – une version LTS de novembre 2017. Une fois de plus la raison d’un tel état de choses est consignée dans l’illustration qui suit :

    Nom : 12.png
Affichages : 11733
Taille : 81,1 Ko

    Lors de l’édition 2018 de la Linux Plumbers Conference, les équipes de Google ont commencé à partager sur l’approche à adopter pour pallier les problèmes posés par l’actuel cycle de vie d’une version du système d’exploitation. Cette année, elles sont, dans une présentation de près de 4 heures, allées dans plus de détails. La solution de Google : proposer une ABI stable pour les noyaux Android.

    Lors de l’édition 2019 de la Linux Plumbers Conference, l’équipe de Google a procédé à la présentation d’une architecture particulière du système d’exploitation Android qui s’appuie sur les bases posées par le projet Treble. Grosso modo, il s’agit pour Google de proposer une image générique du noyau (GKI) accompagnée de modules génériques du noyau. Google prévoit que cet ensemble expose une ABI et une API stables. Les pilotes dédiés aux architectures matérielles spécifiques sont alors chargés comme modules du noyau. D’après l’équipe Google, la manœuvre devrait, via la modularisation, de réduire voire d’éliminer la fragmentation de l’écosystème. Détail additionnel : la stabilisation ne vise que les versions du noyau Linux qui bénéficient d’un support à long terme (LTS). Deux branches sont citées : la 4.19.x et la 5.x.y (à date, pas de détail de la part de Google sur x et y).


    Une approche sujette à controverse

    On n’en est pas encore au définitif, car, de l’avis des ingénieurs de Google, le chemin à parcourir reste considérable. Néanmoins, l’approche de la firme n’est pas sans soulever de controverse. En effet, l’un des principes de la communauté Linux autour des noyaux vanilla est de fournir une ABI instable. La manœuvre permet d’amener les fabricants d’équipements à ouvrir les pilotes de leurs périphériques et à les intégrer aux branches de développement mainline.

    En choisissant de fournir une ABI stable, Google fragilise ce dispositif. Ce positionnement vient avec à minima un avantage pour les OEM et autres : le code source de leurs pilotes peut rester fermé. Mais les inconvénients sont aussi présents : pas de mise à jour possible d’une version du noyau Linux à l’autre puisque seule une LTS est prise en charge par l’approche de Google.

    En tout cas, il y a comme une espèce de guerre qui couve. En effet, les mainteneurs de noyaux vanilla sont clairs sur ceci qu’ils ne prennent pas en charge de bases de code en dehors des branches dédiées. Google pour sa part est lancé sur la voie opposée. C’est la capacité du géant de la Tech. à assurer un certain soutien technique aux fabricants qui vont s’engouffrer dans cette brèche qui est interpellée. En effet, la question est de savoir si Google est capable d’accrocher les ressources nécessaires à cette tâche afin de rivaliser à l’échelle du projet Linux.

    Source : vidéo de la présentation LPC

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’approche de Google ?

    Le système d’exploitation Android est-il le seul « dérivé » de Linux dans cette situation ?

    Quelle est selon vous la meilleure approche pour l’arrimage d’Android aux versions vanilla du noyau Linux ?

    Voir aussi :

    Android est-il véritablement gratuit et open source ? Entres mythes et réalités, la question reste posée

    USA : 71 % des smartphones Android fonctionnent avec des correctifs de sécurité obsolètes, une situation attribuée à la nature open source de l'OS
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Inactif  

    Homme Profil pro
    Écrivain public, Économiste et Programmeur Free Pascal
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    351
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public, Économiste et Programmeur Free Pascal
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 351
    Points : 954
    Points
    954
    Billets dans le blog
    40
    Par défaut
    Et Vega explosa. La gestion du byte-code serait facilement centralisée avec des entreprises publiques ou du logiciel appartenant réellement à l'aérospatiale.

    Le libre intervient par exemple par savoir-faire linux pour au moins mettre plus facilement d'accord les entreprises privées de logiciel.

  3. #3
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    août 2018
    Messages
    79
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 50
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : août 2018
    Messages : 79
    Points : 176
    Points
    176
    Par défaut
    Il est juste de signaler qu'ils font tourner de vieux noyaux, remarquez que si ils sont parchés en interne malgré leur âge comme c'est le cas chez Red Hat, il ne devrait pas trop y avoir de problèmes.

    Adopter une compatibilité avec les futures sources vanilla assurerait à Google de fournir moins de travail à patcher en interne. Si les fabricants de puces et de téléphones fournissaient leurs drivers & softwares directement sous la forme d'images snaps / flatpaks, cela mettrai un sacré coup de turbo à leur système... et on pourrait avoir couramment des kernels en toute dernière version sur nos smartphones Androids.

    Pour moi, le gros problème des smartphones Android est qu'ils ne sont plus patchés du tout au niveau sécurité 3 ans après la date de sortie d'un modèle sur le marché. De plus, d'après ce que j'ai pu lire, il semblerai que les constructeurs font +/- sérieusement leur travail de sécurisation de leurs smartphones selon leur +/- bonne volonté...

    Ce qu'il faut c'est un canal de diffusion unique de cet OS, via Google, tel que c'est le cas avec tous les fournisseurs d'OS à part eux et que des mises-à-jour régulières soient garanties durant 5 ans au grand minimum.

  4. #4
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Inscrit en
    mai 2015
    Messages
    141
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2015
    Messages : 141
    Points : 383
    Points
    383
    Par défaut
    Que pensez-vous de l’approche de Google ?
    Qu'elle ne colle pas avec l'esprit de la grande majorité de la communauté Linux.
    Et qu'au lieu de vouloir changer le process de développement du noyaux pour qu'il s'adapte à leur désidérata, il ferait mieux de pousser pour que les constructeurs/OEMs libères leurs drivers en branche mainline.
    Là il propose juste que la communauté leur face cadeau du noyau.
    "Don't be evil" qu'il disait.

    Le système d’exploitation Android est-il le seul « dérivé » de Linux dans cette situation ?
    Non, tout développement commerciale voulant ce basé sur Linux va potentiellement ce retrouver dans cette situation s'ils ne veulent pas suivre la branche mainline du noyau et donc accessoirement fournir les sources des dit drivers (ce qui serait la moindre des choses puisque tout le reste leur est offert).
    C'est pour cette raison qu'on ce retrouve avec des noyaux antédiluviens sur nos appareil utilisant Linux (et donc des failles de partout).

    Quelle est selon vous la meilleure approche pour l’arrimage d’Android aux versions vanilla du noyau Linux ?
    Android et Linux sont fondamentalement opposé dans leurs façon de faire.
    Il n'est donc pas possible pour Google d'utilisé la communauté à sa guise et pour sont propre intérêt, comme il n'est visiblement pas possible pour la communauté de s'attendre à ce que Google leurs facilite la vie en demandant à ses partenaires commerciaux, de libérer leur drivers (ou les spec complete, on s'en contenterai ).

    Enfin bon, Google dit plein de chose, mais les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 03/01/2019, 18h33
  2. IBM dévoile ses plans pour le cloud hybride
    Par Michael Guilloux dans le forum Cloud Computing
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/02/2015, 10h38
  3. Réponses: 125
    Dernier message: 27/12/2010, 11h35
  4. Réponses: 111
    Dernier message: 13/12/2010, 14h31
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 03/12/2010, 19h50

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo