Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    778
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 778
    Points : 3 113
    Points
    3 113
    Par défaut La vérité sur le réchauffement climatique : voila pourquoi on est foutu
    La vérité sur le réchauffement climatique : voila pourquoi on est foutu

    <<Ne me traitez pas de pessimiste sur le changement climatique. Je suis un réaliste
    Pour voir clairement notre destin, nous devons faire face à ces dures réalités en matière d'énergie, de croissance et de gouvernance. Première partie sur deux.
    William E. Rees 11 nov 2019

    William E. Rees est professeur émérite d'écologie humaine et d'économie écologique à l'Université de la Colombie-Britannique.

    Personne ne veut être le déprimant au parti, et certains diraient que je suis un pessimiste non réformé. Mais considérez ceci - le pessimisme et l'optimisme sont de simples états d'esprit qui peuvent ou non être ancrés dans la réalité. Je préférerais être étiqueté comme un réaliste, quelqu'un qui voit les choses telles qu'elles sont, qui a un respect sain pour les bonnes données et une analyse solide (ou du moins une théorie crédible).
    Annonces, événements et plus encore de Tyee et de partenaires sélectionnés

    Pourquoi est-ce important ? Eh bien, si Greta Thunberg et ses disciples veulent inspirer plus qu'une libération émotionnelle au sujet du changement climatique, le monde doit faire face à des faits concrets qui suggèrent que nous allons vers une catastrophe. En même temps, le scepticisme est la marque d'une bonne science ; les réalistes aussi doivent être ouverts au défi posé par les faits nouveaux.

    Ainsi, aujourd'hui, et dans un article à suivre, je présente un argument impopulaire mais basé sur des faits sous la forme de deux questions "Ai-je tort ? Si vous acceptez mes faits, vous verrez l'énorme défi auquel nous sommes confrontés dans la transformation des hypothèses humaines et des modes de vie sur Terre.

    J'apprécie qu'on me dise quels sont les faits cruciaux que je pourrais manquer. Même un réaliste - peut-être surtout un réaliste dans les circonstances actuelles - veut parfois se tromper.

    Question 1 : Le monde moderne est profondément dépendant des combustibles fossiles et l'énergie verte n'est pas un substitut. Ai-je tort ?
    Le Tyee est soutenu par des lecteurs comme vous

    Nous pouvons probablement convenir que les sociétés techno-industrielles sont totalement dépendantes de l'abondance d'énergie bon marché juste pour se maintenir - et encore plus d'énergie pour se développer. Le fait est qu'aujourd'hui, 84 % de l'énergie primaire mondiale provient des combustibles fossiles.

    Il n'est donc pas surprenant que le dioxyde de carbone provenant de la combustion de combustibles fossiles soit le déchet métabolique le plus important, en poids, produit par les économies industrielles. Le changement climatique est un problème de gestion des déchets !

    L'énergie fossile bon marché a permis au monde de s'urbaniser, et ce processus se poursuit. L'ONU s'attend à ce que la population urbaine atteigne 6,7 milliards d'habitants, soit 68 % de l'humanité, d'ici 2050. Il y aura 43 mégapoles de plus de 10 millions d'habitants chacune dès 2030, principalement en Chine et dans d'autres pays asiatiques.

    La construction de ces villes et de centaines d'autres grandes villes nécessitera une grande partie du budget de carbone admissible restant. De plus, les habitants actuels et futurs de toutes les villes modernes dépendent absolument de la productivité fossile de l'arrière-pays éloigné et du transport fossile pour leur approvisionnement quotidien en toutes les ressources essentielles, y compris l'eau et la nourriture.

    Fait : La civilisation urbaine ne peut exister sans des quantités prodigieuses d'énergie fiable.

    Tout cela génère une véritable urgence. En 2018, la combustion des combustibles fossiles à elle seule rejetait 37,1 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Ajoutez à cela les émissions nettes de carbone provenant du défrichement (oxydation des sols) et les incendies de forêt plus violents, et nous pouvons voir pourquoi les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone ont atteint un niveau record de 415 parties par milliard au début de 2019. C'est 48 % de plus que les niveaux préindustriels et les concentrations augmentent de façon exponentielle.

    Et, bien sûr, tous ceux qui ont une cellule cérébrale active savent que le CO2 est le principal facteur humain du réchauffement planétaire et du changement climatique qui y est associé.

    Lancez le refrain des techno-optimistes : "Ne vous inquiétez pas, tout ce que nous avons à faire, c'est de passer à une énergie verte et renouvelable !"

    En fait, l'idée que les technologies vertes sont notre sauveur bénéficie d'un large soutien superficiel. On nous répète à maintes reprises que les coûts de la fourniture d'énergie renouvelable sont tombés si bas qu'ils seront bientôt pratiquement gratuits. Les professeurs australiens Andrew Blakers et Matthew Stocks affirment que "l'énergie solaire photovoltaïque et éolienne devient rapidement moins chère et plus abondante - à tel point qu'elle est en passe de supplanter complètement les combustibles fossiles dans le monde entier en deux décennies". Heureusement, la transition ne prendra même pas beaucoup de place : Professeur à l'Université de Berkeley, Mehran Moalem affirme qu'"une région de la Terre de 335 kilomètres sur 335 kilomètres avec des panneaux solaires.... fournira plus de 17,4 TW puissance...... Cela signifie que 1,2 % du désert du Sahara est suffisant pour couvrir tous les besoins énergétiques du monde en énergie solaire."
    Le premier problème que posent ces affirmations est que, malgré la croissance rapide de la production d'énergie éolienne et solaire, la transition vers l'énergie verte ne se produit pas vraiment. Le graphique ci-dessous montre qu'au cours des dernières années (sauf en 2009, à la suite de la crise financière mondiale de 2008), la hausse de la demande mondiale d'énergie électrique a dépassé la production totale de l'ensemble des installations solaires accumulées sur 30 ans dans le monde. Entre 2017 et 2018, l'augmentation de la demande a dépassé de 60 % l'offre totale d'énergie solaire ; l'augmentation de la demande sur deux ans absorbe la production totale d'énergie solaire et éolienne combinée.


    Nom : EnergyDemandChart.png
Affichages : 131
Taille : 17,8 Ko
    L'augmentation annuelle de la demande d'électricité dépasse la production totale des installations photovoltaïques. Graphique gracieuseté de Pedro Prieto, avec sa permission.

    Tant que la croissance de la demande dépassera l'augmentation de l'offre d'énergies renouvelables, celles-ci ne pourront pas remplacer les combustibles fossiles, même dans la production d'électricité - et n'oubliez pas que l'électricité représente encore moins de 20 % de la consommation totale d'énergie, le reste étant fourni principalement par des combustibles fossiles.

    De même, aucune transition verte n'est susceptible d'être bon marché. Le coût du terrain est considérable et, bien que le prix des panneaux solaires et des éoliennes ait chuté de façon spectaculaire, il est indépendant des coûts élevés associés au transport, à la stabilisation du réseau et à l'entretien des systèmes. Pour que l'électricité éolienne et solaire soit toujours fiable, il faut intégrer ces sources au réseau au moyen de batteries ou d'accumulateurs hydroélectriques pompés, de sources de secours (p. ex. turbines à gaz, moteurs à combustion interne de navires de croisière) et relever d'autres défis qui en font augmenter le coût.

    Source >>
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  2. #2
    Expert confirmé Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ
    Homme Profil pro
    dba
    Inscrit en
    juillet 2007
    Messages
    4 789
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : dba

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2007
    Messages : 4 789
    Points : 5 896
    Points
    5 896
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    Personne ne veut être le déprimant au parti

    Pour la précision, c'est une traduction approximative de l'article donné en référence.

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    6 120
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 6 120
    Points : 9 469
    Points
    9 469
    Par défaut
    Rien de neuf... Ce sont des choses qui ont déjà été dites 1000 fois, on dépend trop des énergies fossiles et l'augmentation de la production d’énergies renouvelables n'est pas une solution miracle qui peut nous sauver instantanément.
    Tous les discours réaliste sur le sujet vont dans ce sens.

    Les passages important :
    • Le monde moderne est profondément dépendant des combustibles fossiles et l'énergie verte n'est pas un substitut.
    • Le fait est qu'aujourd'hui, 84 % de l'énergie primaire mondiale provient des combustibles fossiles.
    • l'électricité représente encore moins de 20 % de la consommation totale d'énergie, le reste étant fourni principalement par des combustibles fossiles.
    • De même, aucune transition verte n'est susceptible d'être bon marché. Le coût du terrain est considérable et, bien que le prix des panneaux solaires et des éoliennes ait chuté de façon spectaculaire, il est indépendant des coûts élevés associés au transport, à la stabilisation du réseau et à l'entretien des systèmes. Pour que l'électricité éolienne et solaire soit toujours fiable, il faut intégrer ces sources au réseau au moyen de batteries ou d'accumulateurs hydroélectriques pompés, de sources de secours (p. ex. turbines à gaz, moteurs à combustion interne de navires de croisière) et relever d'autres défis qui en font augmenter le coût.
    À mon avis, l'histoire : «L'ONU s'attend à ce que la population urbaine atteigne 6,7 milliards d'habitants, soit 68 % de l'humanité, d'ici 2050. Il y aura 43 mégapoles de plus de 10 millions d'habitants chacune dès 2030, principalement en Chine et dans d'autres pays asiatiques.» n'arrivera pas. Entre aujourd'hui et 2050 le krach mondial va très probablement se produire, il n'y aura plus de croissance, la population mondiale va diminuer, etc.
    Vous voyez les années 1920 ? Et ben ce sera bien pire.
    Bon alors là je vais dire un truc de bisounours, beaucoup trop optimiste, mais peut-être que sur les cendres de ce monde les survivants pourront créer un nouveau monde plus respectueux envers les ressources et l'environnement. Ils limiteront la pollution mondiale, ils se rapprocheront de la nature, ils consommeront beaucoup moins, etc.

    Pour l'instant le pétrole ne coûte quasiment rien, même si les automobilistes ne sont pas content de payer 1,5€ pour 1L de diesel, il faut savoir que c'est relativement très bon marché par rapport à ce que ça pourrait être.
    Le pétrole va continuer de se raréfier, les prix finiront par exploser et tout s'effondrera.
    Le pétrole est un pilier de l'économie industrielle actuelle :
    car le pétrole fournit la quasi-totalité des carburants liquides — fioul, gazole, kérosène, essence, GPL — tandis que le naphta produit par le raffinage est à la base de la pétrochimie, dont sont issus un très grand nombre de matériaux usuels — plastiques, textiles synthétiques, caoutchoucs synthétiques (élastomères), détergents, adhésifs, engrais, cosmétiques, etc. — et que les fractions les plus lourdes conduisent aux bitumes, paraffines et lubrifiants.
    L'agriculture industrielle n'est pas prête à se passer du pétrole :
    L’agriculture ne représente qu’une fraction modeste de la consommation de pétrole, mais c’est peut-être ce secteur qui en est le plus dépendant, les engrais synthétiques et pesticides étant produits à partir du pétrole ou du gaz naturel. Parmi les engrais fréquemment utilisés, c'est-à-dire ceux basés sur l'azote, le phosphore et le potassium (N, P, K), les engrais azotés sont synthétisés à partir de gaz naturel.
    Les personnes qui pensent que la transition vers les éoliennes et les panneaux solaires sauvera notre monde, sont déconnecté de la réalité. Les états veulent juste se donner bonne conscience, mais ils veulent toujours de la croissance, donc augmenter la pollution et l'exploitation des ressources.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #4
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 236
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 236
    Points : 2 185
    Points
    2 185
    Par défaut
    Tout ce que j'ai compris est que le gars est un professeur d'université membre du Club de Rome donc malthusien.

    Et que qui dit coûts considérables dit énergie considérable. La révolution verte de la "transition écologique solidaire citoyenne" est donc tout sauf verte, tout cela pour fabriquer des voitures électriques étant un gouffre énergétique, et plus polluantes que l'essence ou le diesel.

  5. #5
    Membre expert
    Inscrit en
    avril 2008
    Messages
    2 251
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 59

    Informations forums :
    Inscription : avril 2008
    Messages : 2 251
    Points : 3 786
    Points
    3 786
    Par défaut
    bonjour
    Le changement climatique est un problème de gestion des déchets !
    Je présume que l'honorable prof veut dire recyclage des déchets...
    C'est là un point de vue nouveau ,et je pense qu'une partie de l'avenir de la révolution industrielle à venir se situe là :réinventer des processus techniques consommateurs d’énergies fossiles capables de capter le CO2 produit afin de le recycler (en quoi ,je laisse Ryu2000 développer cette "avenue" de l'avenir,mes connaissances en chimie étant très limitées ,j'ai toujours eu horreur de la chimie qui ressemble à de la botanique)...
    Le recyclage des déchets industriels actuels est un vrai problème ,et il ne s'agit pas seulement de s'en débarrasser mais de voir la résolution de ce problème comme un moyen de faire face à l’épuisement des ressources naturelles .

  6. #6
    Modérateur

    Avatar de CinePhil
    Homme Profil pro
    Ingénieur d'études en informatique
    Inscrit en
    août 2006
    Messages
    16 204
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 56
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur d'études en informatique
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : août 2006
    Messages : 16 204
    Points : 32 405
    Points
    32 405
    Billets dans le blog
    12
    Par défaut
    Le réchauf-changem-dérègelement (où est le règlement ?) climatique est l'escrologie du siècle pour nous pomper encore plus de fric et nous priver encore plus de liberté.
    https://www.wikiberal.org/wiki/R%C3%..._zNWytkfoLxhVU
    https://fr.theepochtimes.com/80-ans-...WLwwG5WHvlZ_gs
    http://www.science-climat-energie.be...BQTY#more-6379
    http://cogito-ergo-sum.over-blog.com...lCCGsaktLx1sjg
    http://www.populartechnology.net/200...EtZjpWQvDd96uk
    https://vu-dailleurs.com/2018/07/26/..._DkXHHIxZIOOX0
    http://www.scmsa.eu/rechauff0.htm?fb...M34hqn6kHKFZMs
    http://revue-arguments.com/articles/...vP_BZ0R5oZy6dg
    https://www.contrepoints.org/tag/rec...ent-climatique
    www.pensee-unique.fr
    http://www.mauvaisenouvelle.fr/?arti...e-humain--1141
    http://www.zetetique.ldh.org/rechauf...limatique.html
    http://revue-arguments.com/articles/...f0aHMYR139CyYk
    http://guerredeclasse.fr/2019/08/07/...wRwW20_CbTo5N0

    << Dans la recherche et la modélisation du climat, nous devrions être conscients que nous avons affaire à un système à couplage non linéaire chaotique et que les prévisions à long terme des états climatiques futurs sont impossibles.>>
    Caché dans les 774 pages du rapport du GIEC.

    "Consensus des scientifiques"?

    On nous assène régulièrement le chiffre de 97% des climatologues qui approuveraient les thèses du GIEC sur le réchauffement climatique d'origine anthropique.
    Qu'en est-il réellement?
    Ce chiffre trouve sa source dans un article publié dans Environmental research letter du 15 mai 2013 sous le titre « Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific littérature ».
    Ils ont recensé 11 944 articles publiés entre 1991 et 2011 par environ 29 000 scientifiques dans environ 2 000 revues.
    Quels sont les résultats réels?
    - approuvent explicitement la thèse du RCA: 8,2%
    - approuvent implicitement la thèse du RCA: 24,4%
    - ne se prononcent pas: 66,7%
    - désapprouvent explicitement: 0,2%
    - désapprouvent implicitement: 0,5%
    Le chiffre publié largement par les médias exclut les "abstentionnistes".
    Mais en réalité, seuls un tiers des articles publiés confirment le RCA, dont seulement 8% de façon explicite.
    On est loin d'un "consensus".
    Via Jean-Nicolas Boullenois sur Facebook.
    Philippe Leménager. Ingénieur d'étude à l'École Nationale Supérieure de Formation de l'Enseignement Agricole. Autoentrepreneur.
    Mon ancien blog sur la conception des BDD, le langage SQL, le PHP... et mon nouveau blog sur les mêmes sujets.
    « Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». (Nicolas Boileau)
    À la maison comme au bureau, j'utilise la suite Linux Mageïa !

  7. #7
    Membre expert
    Inscrit en
    avril 2008
    Messages
    2 251
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 59

    Informations forums :
    Inscription : avril 2008
    Messages : 2 251
    Points : 3 786
    Points
    3 786
    Par défaut
    Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
    Le réchauf-changem-dérègelement (où est le règlement ?) climatique est l'escrologie du siècle pour nous pomper encore plus de fric et nous priver encore plus de liberté.
    J'aime ce néologisme escrologie il sonne fort ,mais je lui préfère celui-là : esrocologie plus long , pompeux pour servir de fondement à une nouvelle science: qui s'occupe des milles et façons de faire des entourloupettes & tromperies civilisées pour gruger et dépouiller ses semblables.
    Il est remarquable de constater que la science jusqu'à maintenant a fondé milles & une disciplines utiles
    .
    Mais a omis les disciplines les plus utiles à notre conservations celles qui s'occupent des penchants nuisibles de l'homme : tromperie,duplicité, sournoiserie, avidité,cupidité,agressivité etc...

Discussions similaires

  1. Le réchauffement climatique est irréversible : Bientôt la fin du monde ?
    Par Pierre Louis Chevalier dans le forum Écologie
    Réponses: 987
    Dernier message: 25/11/2019, 12h20
  2. La vérité sur la conception de jeux amateurs
    Par loka dans le forum Projets
    Réponses: 444
    Dernier message: 06/04/2015, 21h43
  3. Une erreur sur le free.. Oui mais pourquoi ?
    Par MonsieurAk dans le forum C
    Réponses: 7
    Dernier message: 22/12/2005, 21h51

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo