La Chine exclut l'extraction du bitcoin de la liste des activités restreintes,
Alors qu’elle est en train de développer sa propre cryptomonnaie, selon un rapport

Les offres initiales des cryptomonnaies avaient été interdites depuis 2017 en Chine, mais la publication de la version finale d’un nouveau catalogue, qui guidera la restructuration de l'industrie à partir du 1er janvier 2020, laisse croire que les autorités chinoises ont changé d’avis. Le document a été publié par la Commission nationale chinoise pour le développement et la réforme (NDRC), une agence de planification économique de haut niveau qui relève du Conseil d'État chinois. Il y a plus de six mois, la Commission nationale avait proposé de classer le minage du bitcoin comme une industrie devant être progressivement éliminée du pays, il semble que l'agence ait maintenant abandonné ce plan, a rapporté CoinDesk le mercredi dernier.

La NDRC, officiellement créée en 1998, est aujourd'hui l'un des 26 départements ministériels qui forment ensemble le Conseil d'État du gouvernement central chinois. Comme rôle principal, la NDRC se focalise sur l'étude et l'élaboration de stratégies et de politiques de réforme économique à mettre en œuvre au niveau des gouvernements locaux. L’agence publie ses catalogues de réformes industrielles depuis 2005, en regroupant les secteurs industriels en trois types – ceux que l'agence conseille au pays d'encourager, restreindre ou éliminer.

Nom : ch02.jpg
Affichages : 688
Taille : 37,0 Ko

CoinDesk a rapporté qu’en avril dernier, l’agence gouvernementale a sollicité l'opinion publique sur l’ébauche initiale de la dernière mise à jour du catalogue des industries qu'elle voulait encourager, restreindre ou éliminer. Cette liste révisée classait en ce moment le minage du bitcoin ainsi que les autres monnaies virtuelles dans la catégorie des industries à éliminer et recommandait aux gouvernements locaux d'éliminer progressivement l'exploitation du bitcoin du pays, qui est estimé représenter la moitié du pouvoir mondial de hachage du bitcoin, a rapporté CoinDesk. Selon CoinDesk, l’idée de continuer de classer les activités liées aux cryptomonnaies comme illégales a été prise à l'époque par de nombreuses entités étatiques, y compris de grands organes d'information.

Mais après la période de consultation publique du projet de plan stratégique qui a duré des mois, la version finale, qui remplacera la version actuelle publiée en 2011, n’a pas retenu l'extraction du bitcoin ou d'autres activités d'extraction de devises virtuelles dans la catégorie initialement proposée des industries qui devraient être éliminées de la Chine. Par ailleurs, la description relative à la monnaie virtuelle ou à l'extraction de bitcoin n'est pas disponible dans la version révisée du catalogue en chinois, selon CoinDesk.

Que s’est-il passé entre temps ? Selon CoinDesk, les responsables chinois ont déclaré mercredi dernier, lors d'une conférence de presse de la NDRC, que depuis la publication de l'ébauche initiale pour la consultation publique, l'agence a reçu plus de 2 500 suggestions sur diverses questions, dont la plupart ont été prises en considération. Toutefois, les responsables n'ont pas fait de commentaires sur aucune suggestion particulière concernant l'extraction du bitcoin, interdit dans le pays depuis 2017.

La Chine est le plus grand marché mondial du matériel informatique destiné à l'extraction du bitcoin et d'autres cryptomonnaies, selon Reuters, mais ces activités sont tombées dans une zone grise réglementaire depuis quelques années. En septembre 2017, la Chine a interdit aux individus et aux organisations de recueillir des fonds grâce au système ICO, pour Initial Coin Offering, affirmant que la pratique constituait une collecte illégale de fonds. Un ICO est un token (qui peut correspondre à une part) mis en vente avant la mise sur le marché d’une monnaie. Des tokens achetés seront ensuite convertis en monnaie. Il s’agit en clair d’une levée de fonds en monnaie électronique.

Dans un communiqué publié à l’époque, la Banque populaire de Chine, des organismes de réglementation des valeurs mobilières et bancaires et d'autres ministères chinois ont déclaré conjointement que les personnes et les organisations qui avaient levé des fonds suite à un ICO devraient prendre des dispositions pour les retourner. Le communiqué avait été affiché sur le site Web de la banque centrale à l’époque.

La monnaie numérique serait en train de sortie de la zone grise réglementaire chinoise

Mais la situation est en train de changer, alors que la Chine est en train de créer sa propre monnaie numérique. Selon un précédent rapport de Reuters, la nouvelle monnaie numérique proposée par la Chine ressemblerait à Libra de Facebook Inc. et pourrait être utilisée sur les principales plateformes de paiement telles que WeChat et Alipay, a déclaré un haut responsable de la banque centrale le mois dernier.

Cette décision des responsables de la NDRC est intervenue après que le président Xi Jinping ait marqué son soutien à a technologie de la blockchain. En octobre, Xi Jinping a déclaré devant le Bureau politique du Comité central du parti communiste que le pays doit « saisir l'opportunité » offerte par la technologie de la blockchain en tant que base de l'innovation. « Nous devons considérer la blockchain comme une percée importante pour l'innovation indépendante des technologies de base ». « Nous devons clarifier l'orientation principale, accroître les investissements, nous concentrer sur un certain nombre de technologies clés et accélérer le développement de la technologie de la blockchain et l'innovation industrielle ».

Un intérêt accru pour la blockchain et le bitcoin était évident en Chine après la publication du commentaire de Xi jinping. Selon un précédent rapport de CoinDesk, les recherches pour les termes blockchain et bitcoin sur Baidu, le plus grand moteur de recherche du pays, a bondi d’environ 200 %, avant de retomber 24 heures après. De même, les recherches sur WeChat, la principale plateforme de messagerie mobile en Chine, ont connu de forts gains à la suite de la publication de Xinhua. Plusieurs cryptomonnaies importantes d'origine chinoise, dont Qtum, Vechain, Ontology, NEO, Tron et Bytom, avaient affiché de fortes hausses allant de 25 à 90 %, suite à la diffusion du commentaire.

Reuters a rapporté que près de la moitié des gisements miniers de bitcoin se trouvent dans la région Asie-Pacifique, selon une étude de l'Université de Cambridge l'année dernière. L’agence de presse a écrit également que les entreprises chinoises comptent parmi les plus grands fabricants de matériel de minage de bitcoin. Elle a rapporté que le mois dernier, Canaan Creative, l'un des plus grands fabricants chinois de matériel informatique pour minage de bitcoin, aurait déposé une demande d'inscription sur le Nasdaq afin de recueillir 400 millions de dollars, sa troisième tentative en ce sens après des essais ratés en Chine continentale et à Hong Kong.

Sources : Reuters, CoinDesk

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
La Chine serait-elle en train de lever définitivement l’interdiction sur les activités liées aux monnaies numériques ?
Selon vous, pourquoi la Chine s’ouvrirait maintenant au bitcoin et aux autres monnaies virtuelles ?

Lire aussi

La Chine veut que les membres du Parti communiste s'engagent à la loyauté sur une blockchain, alors que le président Xi Jinping a soutenu la technologie le mois dernier
La Chine adopte une loi sur la cryptographie alors qu'elle s'apprête à adopter la monnaie numérique, qui pourrait être utilisée sur les plateformes de paiement telles que WeChat et Alipay
Le Bitcoin maintient le cap après que la Chine ait exprimé son soutien à la blockchain, la cryptomonnaie ayant enregistré un bond de 24 % entre vendredi et samedi
Monnaie électronique : la Chine rend les levées de fonds de type ICO illégales, et invite ceux qui en ont profité à procéder à des remboursements