Adobe et Twitter collaborent pour développer un système qui attache de façon permanente les noms de personnes à l'origine d'une image,
dans le cadre de la Content Authenticity Initiative

Adobe, Twitter et le New York Times Company ont annoncé un nouveau système permettant d'ajouter une attribution aux photos et à d'autres contenus. Un outil enregistre qui a créé un élément de contenu et s’il a été modifié par une autre personne, puis permet à d’autres personnes et plateformes de vérifier ces données.

Le projet s’appelle Content Authenticity Initiative (Initiative sur l’authenticité du contenu) et ses participants en parleront plus au cours des prochains mois. Basé sur ce qu'Adobe a annoncé, l'outil d'attribution est une métadonnée pouvant être attachée à un fichier. Adobe ne décrit pas précisément comment il va sécuriser ces métadonnées ou empêcher quelqu'un de copier le contenu de manière à le supprimer. Scott Belsky, responsable des produits chez Adobe, a déclaré que certains détails techniques seront mis au point lors du sommet.

« Avec la prolifération du contenu numérique, les gens veulent savoir que le contenu qu’ils voient est authentique », a déclaré Dana Rao, vice-présidente exécutive et avocate générale d’Adobe. « Même s’il s’agit d’un défi formidable, nous sommes ravis de défendre l’adoption d’un système d’attribution de contenu à l’échelle de l’industrie, aux côtés de The New York Times Company et de Twitter. Il est essentiel que les entreprises de technologie et de médias se réunissent maintenant pour donner aux consommateurs les moyens de mieux évaluer et comprendre le contenu en ligne ».

Dans un billet de blog, Adobe a assuré être en train de développer un système de souscription qui permettra aux créateurs et aux éditeurs de joindre en toute sécurité des données d'attribution au contenu qu'ils souhaitent partager. L'éditeur assure que framework est conçu pour permettre aux auteurs de vérifier leur contenu afin qu’ils reçoivent l’attribution appropriée et pour fournir aux consommateurs un chemin d’attribution permettant de leur donner une plus grande confiance en l’authenticité du contenu qu’ils consomment. Adobe a présenté un prototype de sa technologie d’attribution de contenu intégrée à Photoshop à Adobe MAX.

Nom : contentauthenticityinitiative-288x216.jpg
Affichages : 702
Taille : 7,4 Ko

« Discerner des informations fiables sur Internet est l’un des plus grands défis auxquels les consommateurs soient confrontés aujourd’hui », a déclaré Marc Lavallee, responsable de la recherche et du développement au New York Times Company. « Pour lutter contre la désinformation, l'ensemble de l'écosystème (créateurs, éditeurs et plateformes) devra collaborer. Cette initiative pose les bases pour y parvenir grâce à des normes et des protocoles ouverts ».

« Servir et améliorer la conversation publique mondiale est notre mission principale sur Twitter », a déclaré Del Harvey, vice-président, Global Trust and Safety, Twitter. « Nous sommes ravis de travailler avec Adobe et le New York Times Company pour trouver des moyens nouveaux et innovants de soutenir nos efforts existants. Tout le monde a un rôle à jouer dans la qualité de l’information et l’éducation aux médias. La collaboration sur des questions aussi complexes que cela est essentiel - nous nous félicitons du partenariat ».

Adobe a décrit ce système comme un moyen de vérifier l’authenticité en ligne. Et Marc Lavallee, responsable de la recherche et du développement au New York Times Company, a suggéré de lutter contre la désinformation en aidant les gens à discerner les « informations fiables » sur les plateformes de médias numériques.

Cependant, les utilisations les plus évidentes consistent à identifier la source d’une photo et à s’assurer que les artistes obtiennent un crédit pour leur travail. De nombreuses photos et webcomics circulent anonymement sur des plateformes telles que Twitter, et une balise d'attribution aiderait à retracer ces images jusqu'à leur créateur. Cela dépend toutefois entièrement du fonctionnement du système CAI. Les balises ne seraient pas très utiles si elles pouvaient être facilement modifiées ou supprimées, mais si le système préservait la sécurité en contrôlant étroitement la manière dont les personnes peuvent interagir avec l'image, il pourrait présenter les mêmes inconvénients que d'autres systèmes de gestion des droits numériques.

Les trois membres fondateurs de la CAI souhaitent également que davantage d’entreprises soutiennent le projet, car sa valeur dépend en grande partie du nombre de personnes qui y adhèrent. « Nous pensons que beaucoup de créateurs seront heureux de fournir ces informations. Et, avec le temps, les consommateurs s'attendent à ce que le contenu soit associé à l'attribution », a déclaré Belsky.

Source : Adobe (1, 2)

Et vous ?

Que pensez-vous d'un tel outil ?
Un système de gestion des droits numériques déguisé sur fond de lutte contre les intox et la désinformation ?