Google met fin à la prise en charge du contenu Flash par son moteur de recherche à la fin de l’année en cours :
« plus d’indexation des fichiers swf autonomes », dit l’entreprise

Google met fin à la prise en charge d’Adobe Flash par son moteur de recherche à la fin de l’année en cours. L’entreprise ne va plus traiter les contenus swf autonomes, ce, que ce soit sur des sites web conçus dans leur entièreté en Flash ou sur des pages web qui comportent des parties en Flash.

« Google Search va arrêter avec la prise en charge de Flash à la fin de cette année. Le moteur de recherche va ignorer le contenu Flash au sein de pages qui en contiennent. Google Search ne va plus indexer les fichiers SWF autonomes », écrit l’entreprise. En d’autres termes, le contenu Flash sera bientôt introuvable par le moteur de recherche de la firme de Mountain View.

Nom : 2.png
Affichages : 1628
Taille : 100,8 Ko

Google poursuit ainsi avec ses efforts pour se débarrasser de Flash. En effet, à partir de Chrome 69 disponible depuis plus d’un an, le plugin d’Adobe fait l’objet de désactivation par défaut. « Chrome continuera à éliminer Flash au cours des prochaines années, d’abord en demandant votre permission pour exécuter Flash dans plusieurs situations et finalement en le désactivant par défaut », indiquait la firme de Mountain View à mi-parcours de l’année 2017.

À la réalité, la plupart des éditeurs de navigateurs ont annoncé la fin du support de Flash. En effet, depuis 2016, Microsoft envisage le blocage par défaut de tout contenu Flash. D’après une annonce de la firme de Redmond reprise en juillet 2017, Flash fait l’objet de désactivation par défaut dans Microsoft Edge et Internet Explorer. « En 2019, Flash sera désactivé par défaut dans Microsoft Edge et Internet Explorer. Les utilisateurs qui le souhaitent pourront les réactiver manuellement dans chaque navigateur », annonçait l’entreprise américaine.

Firefox 69 est pour sa part disponible depuis septembre et l’un des aspects les plus saillants est que cette version du navigateur (et celles qui suivront) désactive par défaut le plugin Flash d’Adobe. La sortie de cette mouture du navigateur fait suite à la publication de la feuille de route de suppression du support de Flash. « À partir du mois prochain, les utilisateurs choisiront les sites Web qui peuvent exécuter le plug-in Flash. Flash sera désactivé par défaut pour la plupart des utilisateurs en 2019, et seuls les utilisateurs exécutant la version de support étendu (ESR) de Firefox pourront continuer à utiliser Flash jusqu’à l’arrêt complet en fin d’année 2020. Afin de préserver la sécurité de l’utilisateur, dès que Flash n’est plus pris en charge par les correctifs de sécurité Adobe, aucune version de Firefox ne va charger le plugin », précisait la Fondation Mozilla en début d’année.

Grosso modo, ces éditeurs de navigateurs se rejoignent encore sur le fait que la prise en charge de Flash arrivera à son terme au courant de l’année à venir (2020). En tout cas, le timing semble s’aligner avec celui de la fin du support du plugin tel qu’annoncé par Adobe.

« Adobe envisage de mettre fin à la vie de Flash. Plus précisément, nous arrêterons la mise à jour et la distribution de Flash Player à la fin de 2020 et encouragerons les créateurs de contenus à migrer tout contenu Flash existant vers ces nouveaux formats ouverts », indiquait l’éditeur à mi-parcours de l’année 2017.

Que Google, Microsoft, Mozilla et autres soient donc en train de prendre des dispositions pour abandonner cette technologie n’est pas surprenant. En effet, l’un des principaux problèmes de Flash est sa vulnérabilité et les risques de sécurité auxquels il expose les utilisateurs. Adobe Flash Player est par exemple connu comme l’un des produits les plus vulnérables et les plus exploités par les pirates. En sus, Flash est devenu obsolète au regard des nouveaux standards du web. De plus en plus de sites sont en train de passer à HTML 5, ce, sous les recommandations des éditeurs des principaux navigateurs et leurs politiques restrictives vis-à-vis de Flash. Seulement, certains développeurs ne veulent pas voir la technologie disparaître après 2020. Ces derniers préconisent donc la voie de l’ouverture de la technologie.

Flash programmé pour mourir, mais encore bien présent et ce, peut-être pour toujours

En 2018, on tendait encore vers 5 % des sites web qui s’appuient sur la technologie Flash pour la gestion de contenus interactifs. Il s’agit d’une part de marché en constante baisse depuis 2011, mais on peut relever qu’elle n’est pas si mince lorsqu’on sait qu’Adobe arrête de fournir le support technique en 2020. Il y a certainement là des développeurs accrochés à leurs acquis en matière de savoir-faire avec cette technologie. Sur GitHub, une pétition pour l’ouverture des spécifications Flash et Shockwave est lancée depuis un an.

On peut, sans se tromper de beaucoup, penser que bon nombre d’intervenants de ce fan club 5 % en sont des signataires aux motifs additionnels que : « Flash est un élément important de l'histoire d'Internet et s’en débarrasser signifie que les générations futures ne pourront pas accéder au passé. Rendre Flash open source serait une bonne solution pour maintenir les projets Flash en vie pour des raisons d'archives. Un moyen de convertir swf/fla en HTML5/canvas/webgl/webassembly pourrait émerger grâce à la communauté. »

Toutefois, la question est sujette à controverse. D’autres intervenants de la sphère trouvent cette idée ridicule considérant qu’il est temps de se débarrasser de Flash et l’ouvrir ne fera que le faire vivre pour toujours. Dans ce lot, on estime d’ailleurs que cela ne permettra de corriger que les bogues et problèmes de sécurité les plus banals, en laissant de nombreuses vulnérabilités à la portée des pirates.

Source : Google

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Comment envisagez-vous le web sans le plugin flash ?

Les alternatives actuelles vous rendent-elles le même niveau de satisfaction sur le plan technique ?

Une ouverture de Flash par Adobe peut-elle être utile selon vous ?

Voir aussi :

Mort de Flash : HTML5 sera déployé par défaut pour certains utilisateurs Chrome 55 en janvier 2017, ils devront alors activer Flash manuellement

Firefox 55 : les utilisateurs devront autoriser l'activation de Flash par défaut, bientôt l'arrêt du support du plugin dans le navigateur ?
Microsoft Edge envisage de bloquer tout contenu Flash par défaut dans une prochaine mise à jour pour accélérer la transition vers HTML5
Adobe : mort annoncée du Flash Player pour Linux après la version 11.2, Google et Chrome prendront le relais