Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    47 procureurs généraux ont rejoint l’enquête antitrust menée contre Facebook
    Le Département américain de la justice s’apprête à ouvrir une enquête antitrust contre Facebook
    d'après une source proche du dossier

    Décidément, le calvaire n’est pas terminé pour Facebook. Après avoir été frappé par la FTC il y a pas longtemps d’une amende de 5 milliards de dollars pour avoir partagé des données de 87 millions d'utilisateurs avec le cabinet britannique de conseil politique Cambridge Analytica, Facebook comme d’autres sociétés de technologie, continue de faire l’objet d’enquêtes de la part de cette agence. Seulement, à en croire une source proche de ce dossier, il se pourrait que le département américain de la justice ouvre très bientôt une enquête antitrust contre Facebook.

    Cette source fait savoir que cette enquête serait du fait de William Barr qui est le procureur général des États-Unis. S’il s'avère que cette enquête sera ouverte, on aboutira à un scénario rare : une entreprise confrontée à des enquêtes parallèles menées par deux agences fédérales distinctes. Il faut tout de même savoir qu’en juin dernier la FTC avait réclamé la surveillance de Facebook dans un accord entre elle et le ministère de la Justice. Rappelons que les deux agences partagent le pouvoir de faire respecter les lois antitrust et concluent souvent des soi-disant accords de dédouanement, dont certains peuvent impliquer des disputes considérables dans les coulisses, pour éviter les chevauchements.


    Il était donc question dans cet accord que la FTC se charge de la juridiction antitrust sur Facebook et Amazon alors que le Département de la justice serait en charge d’enquêter sur Apple et Google. Seulement, d’après cette source proche du dossier, le procureur Barr aurait décidé de passer outre cet accord et conservé sa compétence sur Facebook. Les signes de l’intérêt manifesté par le ministère de la Justice pour Facebook sont apparus publiquement à la fin du mois de juillet, lorsqu’il a annoncé un vaste examen des grandes plates-formes technologiques.

    Peu de temps après, en août dernier, le responsable antitrust du ministère de la Justice a déclaré lors d'une conférence technique que le gouvernement examinait les acquisitions précédemment approuvées dans le cadre de son vaste examen des grandes entreprises de technologie. Ce qui n’est peut-être pas une bonne nouvelle pour Facebook, surtout quand on sait que depuis 2003, la société a acheté près de 90 entreprises parmi lesquelles figurent ses concurrents Instagram et WhatApp.

    Tout ceci aurait emmené les législateurs, en particulier le sénateur Mike Lee, président du comité antitrust du Comité sénatorial chargé de la justice, à faire part la semaine dernière, de leurs inquiétudes au sujet de l’éventualité d’un total chevauchement entre ces enquêtes. La FTC n'est pas du tout ravie que le ministère de la Justice se mêle de ses affaires et son président, Joe Simons, estime que le ministère de la Justice a violé son territoire et il a d’ailleurs écrit une lettre au ministère à ce sujet. Pour certaines personnes, le fait que le Département de la Justice ouvre une enquête sur Facebook, n’est que de la provocation et un gaspillage des ressources.

    Source : Reuters

    Et vous?

    Qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous que cette enquête du département de la justice soit nécessaire ou alors qu’il s’agit juste d’une simple provocation ?

    Voir aussi :

    Aux États-Unis, la FTC enquête sur l'entreprise de Zuckerberg, Facebook est soupçonné de pratiques antitrust à cause de sa politique d'acquisition
    Sondage : 40 % des Américains soutiennent une action antitrust contre Facebook Quelle est votre position ?
    50 États et territoires américains annoncent une vaste enquête antitrust sur Google Pendant que Facebook fait l'objet d'une enquête sur sa position dominante dans l'industrie des réseaux sociaux
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Inactif  
    Après la loi anti-trust il y a le ménage dans les banques, puis la monnaie productive publique, permettant de défaire la valeur par l'abondance, puis l'économie jubilaire, qu'on peut commencer à appliquer en ce moment par le droit et la constitution.

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    47 procureurs généraux ont rejoint l’enquête antitrust menée contre Facebook
    47 procureurs généraux ont rejoint l’enquête antitrust menée contre Facebook
    comme l’a annoncé Letitia James, procureure générale de l'État de New York

    Il semblerait que Facebook ne soit pas encore au bout de ses peines. L’entreprise qui était déjà sous le coup d’une enquête initiée le mois dernier pour violations des lois antitrust, voit aujourd’hui cette enquête prendre plus d’ampleur du fait de l’implication de 47 procureurs généraux. Cette déclaration a été faite mardi dernier par Letitia James, procureure générale de l'État de New York. L'enquête a été lancée avec le soutien initial des procureurs généraux de 9 États : New York, Floride, Colorado, Iowa, Nebraska, Caroline du Nord, Ohio et Tennessee et Washington DC. Mais aujourd’hui, presque tous les États du pays enquêtent sur le géant des médias sociaux.

    Selon plusieurs personnes proches du dossier, cette annonce intervient un jour après la rencontre lundi entre des représentants du gouvernement fédéral et des procureurs généraux des États-Unis, au cours d'une session d'une journée, afin de débattre des voies de recours possibles dans le cadre d'une future affaire antitrust contre Facebook. Après tous les scandales qui ont éclaboussé Facebook au cours de ces derniers mois, les autorités sont en droit de se poser des questions sur les agissements de l’entreprise et James le fait bien comprendre.


    « Après des conversations bipartites avec des procureurs généraux de tout le pays, j’annonce aujourd’hui que nous avons considérablement élargi la liste des États, districts et territoires enquêtant sur Facebook pour des violations potentielles des lois antitrust. Notre enquête a maintenant l’appui de 47 procureurs généraux du pays, qui s’inquiètent du fait que Facebook pourrait avoir mis en danger les données des consommateurs, réduit la qualité des choix des consommateurs et augmenté le prix de la publicité. Alors que nous poursuivons notre enquête, nous utiliserons tous les outils d’enquête dont nous disposons pour déterminer si les actions de Facebook ont étouffé la concurrence et mis les utilisateurs en danger ». C’est en ces propos que s’est exprimée la procureure de New York.

    En réponse à cela, l'entreprise a fait savoir que ses utilisateurs avaient plusieurs choix pour les services fournis par l'entreprise et s’est dite prête à collaborer avec toutes les entités de ce secteur d’activités afin de le faire évoluer. « Nous comprenons que si nous nous arrêtons d'innover, les gens peuvent facilement quitter notre plate-forme. Cela souligne la concurrence à laquelle nous sommes confrontés. Nous travaillerons de manière constructive avec les procureurs généraux des États et nous nous réjouissons de pouvoir discuter avec les décideurs de l'environnement concurrentiel dans lequel nous évoluons ». C’est ce qu’a déclaré Will Castleberry, vice-président de la politique nationale et locale chez Facebook.

    Il faut rappeler que Facebook fait déjà face à une enquête antitrust distincte lancée par la Federal Trade Commission en juillet. Il semble que tout ceci fasse partie d’une grande campagne visant à assainir les grosses entreprises de technologie, bien que pour certains, il s’agit juste d’un acharnement sur Facebook.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Partagez-vous le point de vue de ceux qui pensent qu’il s’agit d’un acharnement sur Facebook ?

    Voir aussi :

    50 États et territoires américains annoncent une vaste enquête antitrust sur Google Pendant que Facebook fait l'objet d'une enquête sur sa position dominante dans l'industrie des réseaux sociaux
    Aux Etats-Unis, la FTC enquête sur l'entreprise de Zuckerberg, Facebook est soupçonné de pratiques antitrust à cause de sa politique d'acquisition
    Le Département américain de la justice s'apprête à ouvrir une enquête antitrust contre Facebook D'après une source proche du dossier
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre confirmé
    Le probleme n'est pas Facebook, mais que Facebook a aussi Instagram et surtout Whatsapp

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Surtout que Facebook tout seul c'était déjà un monopole...
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  6. #6
    Membre confirmé
    A mon humble avis, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un acharnement contre Facebook. On est tous d'accord pour dire que Facebook est répréhensible sur beaucoup de choses, mais cette entreprise ne l'est pas plus que d'autres, alors pourquoi est-ce que c'est toujours Facebook qui est au centre de l'attention des autorités ?

###raw>template_hook.ano_emploi###