IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

La Free Software Foundation serait en train de mourir

  1. #301
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 676
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 676
    Points : 18 642
    Points
    18 642
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    « Depuis mon adolescence, j'ai eu l'impression qu'un rideau de film me séparait des autres personnes de mon âge. J'ai compris les mots de leurs conversations, mais je ne pouvais pas comprendre pourquoi ils avaient dit ce qu'ils faisaient. Bien plus tard, j'ai réalisé que je ne comprenais pas les signaux subtils auxquels les autres répondaient.

    « Plus tard dans la vie, j'ai découvert que certaines personnes avaient des réactions négatives à mon comportement, ce que je ne savais même pas. Tendant à être direct et honnête avec mes pensées, je mettais parfois les autres mal à l'aise ou même les offensais - en particulier les femmes. Ce n'était pas un choix: je ne comprenais pas suffisamment le problème pour savoir quels choix il y avait.
    Il est un peu autiste en fait. Enfin il manque de capacité sociale (il n'a pas d'intelligence émotionnelle).
    Il ne comprend pas que ce qu'il va dire peu blesser des gens.
    Keith Flint 1969 - 2019

  2. #302
    Membre éprouvé Avatar de der§en
    Homme Profil pro
    Chambord
    Inscrit en
    Septembre 2005
    Messages
    779
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chambord
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2005
    Messages : 779
    Points : 982
    Points
    982
    Par défaut
    Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, j'en connais quelques "monstres" en développement, et force est de reconnaitre que eux aussi, ils sont un peu (beaucoup) en manque de capacités sociales, et si tu fais abstraction de cela, c'est des amis sincères et fiable...

    Et pour revenir a RMS, il y a eu un vote, et la majorité a voté pour qu'il revienne, le reste, c'est a chacun de se positionner face a cela....

  3. #303
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Mars 2021
    Messages
    54
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2021
    Messages : 54
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Que de mauvaises décisions... Laisser rms à sa tête alors qu'il avoue lui même ne pas avoir de social skills et donc de facto qu'il est pas fait pour être directeur (ils auraient pas pu l'enlever de la tête mais le garder en tant que consultant ou un truc du genre s'ils voulaient garder son avis). Se priver par la même occasion des subventions de Mozilla, Red Hat et autres.

  4. #304
    Membre émérite Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    Juillet 2010
    Messages
    597
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 32
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2010
    Messages : 597
    Points : 2 443
    Points
    2 443
    Par défaut
    Citation Envoyé par MetalFlower Voir le message
    Se priver par la même occasion des subventions de Mozilla, Red Hat et autres.
    Mais au moins ils ne se privent pas de leur liberté pour une histoire de fric.
    L'inverse aurait montré que le "Free" dans leur nom n'existe pas vraiment.

    Comme quoi c'est peut être pas une si mauvaise décision.
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  5. #305
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Citation Envoyé par MetalFlower Voir le message
    Se priver par la même occasion des subventions de Mozilla, Red Hat et autres.
    Mozilla est elle-même une fondation. Son but est de recevoir de l'argent, pas d'en donner.

    Quant à Red Hat, ça fait deux ans qu'elle n'a rien donné à la FSF si on se fie à leur site web : https://www.fsf.org/patrons/fy2020 , et ce alors même que RMS n'en faisait plus partie.

  6. #306
    Membre éprouvé
    Femme Profil pro
    Inscrit en
    Juillet 2012
    Messages
    263
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Italie

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2012
    Messages : 263
    Points : 1 001
    Points
    1 001
    Par défaut
    Il a eu tort de ne pas jouer la carte de l'autisme, il aurait eu un laissez-passer pour tout

  7. #307
    Membre confirmé Avatar de pierre.E
    Homme Profil pro
    Développeur en systèmes embarqués
    Inscrit en
    Janvier 2016
    Messages
    241
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur en systèmes embarqués
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2016
    Messages : 241
    Points : 574
    Points
    574
    Par défaut
    bref de la barbuphobie

  8. #308
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 606
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 606
    Points : 200 708
    Points
    200 708
    Par défaut Debian vote pour ne publier aucune déclaration sur le retour de Stallman au conseil d'administration de la FSF
    Debian vote pour ne publier aucune déclaration sur le retour controversé de Stallman au conseil d'administration de la FSF,
    qui continue d'alimenter la polémique

    Le secrétaire du projet Debian, Kurt Roeckx, a annoncé les résultats d'un vote étroitement surveillé sur la déclaration qui serait faite au sujet de la réadmission de Richard Stallman au conseil d'administration de la Free Software Foundation. Le vote était ouvert de la période allant du 4 au 17 avril 2021.

    Sept options ont été envisagées, les 420 développeurs votants du projet Debian ayant également demandé de classer leurs résultats préférés:
    1. Option 1: « Appel à la suppression du conseil d’administration de la FSF, comme dans rms-open-letter.github.io »
    2. Option 2: « Appel à la démission de Stallman de tous les organes de la FSF »
    3. Option 3: « Décourager la collaboration avec la FSF alors que Stallman occupe une position de leader »
    4. Option 4: « Appeler la FSF à poursuivre ses processus de gouvernance »
    5. Option 5: « Soutenir la réintégration de Stallman, comme dans rms-support-letter.github.io »
    6. Option 6: « Dénoncer la chasse aux sorcières contre RMS et la FSF »
    7. Option 7: « Debian ne fera pas de déclaration publique sur ce problème »

    Alors que les sept options ont atteint le quorum des voix, deux n'ont pas réussi à obtenir la majorité – les options 5 et 6 (notamment « Soutenir la réintégration de Stallman » et « Dénoncer la chasse aux sorcières contre RMS et la FSF ») L'option qui a recueilli le plus de votes était la 7ème (« ne pas faire de déclaration publique ») – mais ce n’était pas si simple. Le résultat final du vote a été déterminé en comparant toutes les paires d'options possibles pour déterminer quelle option serait toujours préférée par une majorité d'électeurs dans chaque comparaison possible.

    Ci-dessous les textes proposés pour les différentes options.

    Option 1 : Appel à la démission du bureau de la FSF, comme dans rms-open-letter.github.io

    « Le Projet Debian cosigne la déclaration concernant la réadmission de Richard Stallman au conseil d’administration de la FSF pouvant être consultée sur https://github.com/rms-open-letter/r.../main/index.md. Le texte de la déclaration est fourni ci-après.

    « Richard M. Stallman, couramment appelé RMS, constitue depuis longtemps un danger pour la communauté du logiciel libre. Il s’est lui-même affiché comme misogyne, capacitiste et transphobe, entre autres accusations graves. Ces sortes d’idées n’ont pas leur place dans le logiciel libre, les droits numériques et les communautés technologiques. Par le fait de sa réintégration dans le conseil d’administration de la Free Software Foundation, nous appelons le conseil en son entier à revenir sur cette décision et d’exclure RMS de tout rôle de dirigeant.

    « Nous, les cosignataires, croyons à la nécessité de l’autonomie numérique et à l’importance de la liberté de l’utilisateur pour la protection de nos droits fondamentaux. Afin de réaliser la promesse que la liberté logicielle pour toutes choses soit possible, un changement radical doit advenir dans la communauté. Nous croyons à un présent et un futur où toutes les technologies augmentent les droits des personnes, non pas leur oppression. Nous savons que cela n’est possible que dans un monde où la technologie est construite pour respecter nos droits dans tous leurs aspects les plus fondamentaux. Quoique ces idées aient été popularisées d’une certaine manière par Richard M. Stallman, il ne parle pas en notre nom. Nous n’acceptons pas ses actions et ses opinions. Nous n’admettons pas son commandement ou la direction de la Free Software tels qu’ils se présentent aujourd’hui.

    « Il y a eu trop de tolérance à propos du comportement et des idées répugnantes de RMS. Nous ne pouvons permettre qu’une personne gâche la signification de notre travail. Nos communautés n’ont pas de place pour des gens comme Richard M. Stallman, et nous ne continuerons pas à souffrir de son comportement, en lui donnant un rôle primordial, ou autrement en considérant son idéologie blessante et dangereuse comme acceptable.

    « Nous appelons à la démission du conseil d’administration de la Free Software Foundation dans sa totalité. Ce sont des gens qui ont permis et soutenu RMS depuis des années. Ils l’ont encore démontré en lui permettant de rejoindre le bureau de la FSF. Il est temps que RMS se retire du logiciel libre, de l’éthique technologique, des droits numériques parce qu’il ne peut nous fournir le leadership dont nous avons besoin. Nous appelons aussi à ce que Richard M. Stallman soit exclu de toutes ses positions de direction, y compris du Projet GNU.

    « Nous exhortons tous ceux en position de le faire d’arrêter de soutenir la Free Software Foundation, à refuser de contribuer aux projets relatifs à la FSF et RMS. Ne participez pas aux évènements de la FSF où à ceux qui accueillent RMS et son image d’intolérance. Nous demandons aux contributeurs de projets de logiciel libre de prendre position sur le sectarisme et la haine dans leurs projets. En faisant cela, expliquez pourquoi à ces communautés et à la FSF.

    « Nous avons rapporté plusieurs incidents publics du comportement de RMS. Quelques-uns d’entre nous ont leur propre histoire sur RMS et leur relation, des faits qui ne sont pas rapportés dans des courriels ou des vidéos. Nous espérons que vous lirez ce qui a été partagé et considérerez le préjudice qu’il a causé à notre communauté comme à d’autres ».

    Option 2 : Appel à la démission de Stallman de tous les organismes de la FSF

    « Conformément à la section 4.1.5 de la Constitution, les développeurs ont fait la déclaration suivante :

    « Déclaration de Debian à propos de Richard Stallman intégrant le bureau directeur de la FSF

    « Nous, membres de Debian, sommes profondément déçus d’entendre que Richard Stallman est réélu à une position dirigeante de la Free Software Foundation après une série d’accusations sérieuses de mauvaise conduite ayant conduit à sa démission de président et membre du bureau de la FSF en 2019.

    « Un facteur crucial dans le fait de rendre notre communauté plus ouverte est de reconnaître et mettre en avant quand d’autres personnes sont blessées par nos propres actions et intégrer cela dans nos actions futures. La manière dont Richard Stallman a annoncé son retour dans le bureau manque malheureusement de toute considération de cette sorte de processus de réflexion. Nous sommes profondément déçus que le conseil d’administration de la FSF l’ait de nouveau élu comme membre du bureau en dépit qu’il n’ait fait aucune démarche perceptible pour répondre, bien moins que faire amende honorable, de ses anciennes actions ou des blessures infligées à d’autres. Enfin, nous sommes aussi troublés par le processus mystérieux de sa réélection et par la façon dont elle a été tardivement communiquée [0] aux collaborateurs et amis de la FSF.

    « Nous pensons que cette démarche et la façon dont la communication a été faite envoient un message mauvais et blessant et nuisent au futur du mouvement du logiciel libre. Le but de celui-ci est de permettre à tout le monde de contrôler sa technologie et donc de créer une meilleure société pour tout un chacun. Le logiciel libre est destiné à tout le monde quelque soit son âge, ses capacités ou son handicap, son identité sexuelle, son origine ethnique, sa nationalité, sa religion ou son orientation sexuelle. Cela nécessite un environnement ouvert et diversifié accueillant de la même manière tous les contributeurs. Debian réalise que nous-mêmes et le mouvement du logiciel libre devons encore travailler dur pour parvenir à ce que chacun se sente en sécurité et respecté pour participer, et parvenir à remplir la mission du mouvement.

    « C’est pourquoi nous appelons à sa démission de tous les organismes de la FSF. Celle-ci doit réfléchir sérieusement à sa décision ainsi qu’à la manière dont elle a été prise pour prévenir de problèmes similaires dans le futur. Par conséquent, dans la situation actuelle, nous sommes incapables de collaborer à la fois avec la FSF et n’importe quelle autre organisation dans laquelle Richard Stallman a une position dirigeante. À la place, nous continuerons avec les individus et les groupes qui encouragent la diversité et l’égalité dans le mouvement du logiciel libre pour remplir notre but commun de permettre à tous les utilisateurs de contrôler leur technologie ».

    Nom : rms.png
Affichages : 3047
Taille : 215,9 Ko

    Option 3 : Déconseiller de collaborer avec la FSF si Stallman fait partie des dirigeants

    « Conformément à la section 4.1.5 de la Constitution, les développeurs ont fait la déclaration suivante :

    « Déclaration de Debian à propos de Richard Stallman intégrant le bureau directeur de la FSF

    « Nous, membres de Debian, sommes profondément déçus d’entendre que Richard Stallman est réélu à une position dirigeante de la Free Software Foundation après une série d’accusations sérieuses de mauvaise conduite ayant conduit à sa démission de président et membre du bureau de la FSF en 2019.

    « Un facteur crucial dans le fait de rendre notre communauté plus ouverte est de reconnaitre et mettre en avant quand d’autres personnes sont blessées par nos propres actions et d’intégrer cela dans nos actions futures. La manière dont Richard Stallman a annoncé son retour dans le bureau manque malheureusement de toute considération de cette sorte de processus de réflexion. Nous sommes profondément déçus que le conseil d’administration de la FSF l’ait de nouveau élu comme membre du bureau en dépit qu’il n’ait fait aucune démarche perceptible pour répondre, bien moins que faire amende honorable, de ses anciennes actions ou des blessures infligées à d’autres. Enfin, nous sommes aussi troublés par le processus mystérieux de sa réélection et par la façon dont elle a été tardivement communiquée [0] aux collaborateurs et amis de la FSF.

    « Nous pensons que cette démarche et la façon dont la communication a été faite envoient un message mauvais et blessant et nuisent au futur du mouvement du logiciel libre. Le but de celui-ci est de permettre à tout le monde de contrôler sa technologie et donc de créer une meilleure société pour tout un chacun. Le logiciel libre est destiné à tout le monde quelque soit son âge, ses capacités ou son handicap, son identité sexuelle, son origine ethnique, sa nationalité, sa religion ou son orientation sexuelle. Cela nécessite un environnement ouvert et diversifié accueillant de la même manière tous les contributeurs. Debian réalise que nous-mêmes et le mouvement du logiciel libre devons encore travailler dur pour parvenir à ce que chacun se sente en sécurité et respecté pour participer, et parvenir à remplir la mission du mouvement.

    « Par conséquent, dans la situation actuelle, le Projet Debian déconseille de collaborer à la fois avec la FSF et n’importe quelle autre organisation dans laquelle Richard Stallman a une position dirigeante. À la place, nous continuerons avec les individus et les groupes qui encouragent la diversité et l’égalité dans le mouvement du logiciel libre pour remplir notre but commun de permettre à tous les utilisateurs de contrôler leur technologie ».

    Option 4 : Appel à la FSF de revoir ses processus de gouvernance

    « Voici une prise de position des développeurs Debian conformément à notre constitution, section 4.1.5.

    « Les développeurs croient fermement que les personnes influentes dans n’importe quelle organisation prépondérante sont, et devraient être, tenues aux normes les plus hautes de responsabilité.

    « Nous sommes vraiment désolés que les problèmes de transparence et de responsabilité dans la gouvernance de la Free Software Foundation aient conduit à des griefs sérieux et non résolus d’inconvenances de la part de son fondateur, Richard Stallman, depuis un certain nombre d’années comme président ou membre du bureau. En particulier, nous sommes profondément navrés que le bureau ait jugé utile de le réintégrer sans bien prendre en compte les effets de ses actions sur les plaignants.

    « Les développeurs acceptent que des personnes commettent des fautes, mais croient que lorsque ces personnes sont dans une position influente, elles doivent être responsables de leurs erreurs. Nous croyons que la chose la plus importante lorsque des erreurs sont faites est d’apprendre de celles-ci et de modifier son comportement. Nous sommes très inquiets par le fait que Richard et le bureau n’aient pas suffisamment tenu compte des problèmes qui ont touché un grand nombre de personnes et que Richard conserve une influence significative sur le bureau de la FSF comme sur le projet GNU.

    « Nous exhortons la Free Software Foundation à revoir les mesures qu’elle a prises en mars 2021 pour remanier la gouvernance de l’organisation et à travailler inlassablement pour que ses engagements soient réalisés. Nous croyons que c’est à travers d’une gouvernance pleinement responsable que les membres d’une organisation sont certains que leur voix sera entendue. La Free Software Foundation doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger son personnel et ses membres, ainsi que la communauté dans son sens large, y compris par un processus robuste et transparent pour traiter les plaintes.

    « Nous exhortons Richard Stallman et les autres membres du bureau qui l’ont réintégré à revoir leurs positions.

    « Les développeurs sont fiers que les contributeurs au logiciel libre viennent de toutes les branches de la société et que nos expériences et nos opinions multiples sont une force pour le logiciel libre. Mais nous devons toujours poursuivre nos efforts pour être certains que tous les contributeurs soient traités avec égards et qu’ils se sentent en sécurité dans nos communautés – y compris lors de rencontres physiques ».

    Option 5 : Soutenir la réintégration de Stallman, comme dans rms-support-letter.github.io

    « Le Projet Debian cosigne la déclaration concernant la réadmission de Richard Stallman au conseil d’administration de la FSF pouvant être consultée sur https://rms-support-letter.github.io/. Le texte de la déclaration est fourni ci-après.

    « Richard M. Stallman, couramment appelé RMS, a été une force motrice depuis des décennies pour le mouvement du logiciel libre, avec des contributions incluant notamment le système d’exploitation GNU et Emacs.

    « Récemment, de viles attaques ont été lancées en ligne cherchant à ce qu’il soit démis du conseil d’administration de la FSF à cause de l’expression de ses opinions personnelles. Nous avons déjà vu cela d’une manière organisée avec d’autres activistes et programmeurs majeurs du logiciel libre. Nous ne resterons pas les bras croisés cette fois-ci alors qu’une icône de la communauté est attaquée.

    « La FSF est une entité autonome capable de traiter ses membres d’une façon honnête et impartiale et ne devrait pas se soumettre à des pressions sociales externes. Nous exhortons la FSF à considérer les arguments contre RMS objectivement et à bien comprendre le sens de ses mots et de ses actions.

    « Historiquement, RMS a exprimé sa façon de voir d’une manière qui a bouleversé beaucoup de gens. Il est généralement plus porté aux fondements philosophiques et à la poursuite de la véracité objective et du purisme linguistique, tout en sous-estimant les sentiments des personnes sur les sujets qu’il commente. Cela rend ses arguments vulnérables à une mauvaise compréhension et à une déformation des faits, chose que nous pensons qui arrive dans la lettre appelant à sa démission. Ses mots doivent être interprétés dans ce contexte et il doit être pris en compte que le plus souvent, il ne cherche pas à présenter les choses de manière diplomatique.

    « Quoi qu’il en soit, l’opinion de Stallman sur le fait qu’il est persécuté n’a aucun rapport avec sa capacité à diriger une société telle que la FSF. De plus, il a le droit d’exprimer ses opinions comme tout un chacun. Les membres et les sympathisants ne sont pas obligés d’être d’accord avec ses opinions, mais doivent respecter son droit à la liberté de penser et de s’exprimer.

    « Concernant la FSF :

    « La démission de RMS troublerait l’image de la FSF et serait un revers important pour le dynamisme du mouvement du logiciel libre. Nous vous exhortons à envisager vos actions soigneusement, puisque ce que vous déciderez aura un impact sérieux sur le futur de l’industrie logicielle.

    « Concernant le groupe en embuscade se liguant contre Richard Stallman et contre ses arguments raisonnables dans le débat et ses opinions et convictions diverses exprimées depuis des décennies en tant que personnalité publique :

    « Vous n’êtes nullement concerné dans le choix de la gouvernance de n’importe quelle communauté. Particulièrement, pas à travers une attaque groupée qui ne ressemble en rien à un débat bien conduit comme l’ont illustré de meilleures gens tels que Richard Stallman ».

    Option 6 : Condamnation de la chasse aux sorcières à l’encontre de RMS et de la FSF

    Debian refuse de participer et condamne la chasse aux sorcières à l’encontre de Richard, de la Free Software Foundation et des membres du bureau de la Free Software Foundation.

    Option 7 : Debian ne publiera pas de déclaration sur ce problème

    Le Projet Debian ne publiera pas de déclaration publique sur le fait que Richard Stallman devrait être écarté ou non de ses positions dirigeantes.

    Toute personne (y compris les membres de Debian) désirant (co)signer n’importe quelle lettre ouverte sur ce sujet est invitée à le faire à titre personnel.

    Source : Debian

    Et vous ?

    Quelle option auriez-vous choisie parmi les 7 ? En auriez-vous envisagé une huitième ?
    Que pensez-vous du choix de ne pas faire de déclaration publique ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #309
    Membre extrêmement actif Avatar de darklinux
    Homme Profil pro
    Chef de projet en SSII
    Inscrit en
    Novembre 2005
    Messages
    570
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 47
    Localisation : France, Seine et Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de projet en SSII
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2005
    Messages : 570
    Points : 1 023
    Points
    1 023
    Par défaut Je ne suis pas étonné
    Débian , prendre des risques ? Ce n 'est pas dans l ' ADN de la fondation

  10. #310
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Octobre 2010
    Messages
    83
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2010
    Messages : 83
    Points : 536
    Points
    536
    Par défaut Raisonable
    Quand un sujet est autant divisible, je trouve qu'être neutre permet d'éviter les conflits internes. Après j'ai peut-être un biais qui me fait aimer la neutralité
    les algorithmes qui oublient leur histoire sont condamnés à la répéter

  11. #311
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 598
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 598
    Points : 7 450
    Points
    7 450
    Par défaut
    Citation Envoyé par redbullch Voir le message
    Quand un sujet est autant divisible, je trouve qu'être neutre permet d'éviter les conflits internes. Après j'ai peut-être un biais qui me fait aimer la neutralité
    C'est clair que quand on voit la polémique générée dans la communauté Debian avec systemd, la neutralité est clairement la meilleure des réponses.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  12. #312
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut Une initiative d'une inutilité affligeante, une perte d'energie
    Bonjour,

    Je trouve la lettre adressée contre RMS comme étant le pamphlet le plus cliché et représentatif de l'état actuel du débat public, au moins sur le Net.

    - On lui reproche de ne pas appeler le viol perpétré par Marvin Minsky un viol, car la victime serait consentante selon VICE (sic ) alors que la fin du propos est "[...] en supposant qu'elle ait été contrainte par Epstein, il aurait eu toutes les raisons de lui dire de cacher [son consentement] à la plupart de ses associés."
    - On lui reproche de nier la notion de violence lors de ce viol, car il n'y a eu aucune mention de ceci dans le rapport, RMS dénonçant l'hypocrisie du rapport qui protège Marvin en omettant cette notion.
    - On lui reproche de justifier la pédopornographie car il mentionne que certains mineurs sont consentants à avoir des rapports sexuels; C'est faux, tout simplement, il mentionne le fait que certains articles infantilisent les adolescents (Dans le cas présent agés de 16 ans) lorsqu'il s'agit de méfaits sexuels, et que ces "enfants" sont exploités par leur propre conditions de vie. Ils sont esclaves de leurs conditions et sont contraints à vendre leur corps par nécessité. Le choix venant d'eux, il est difficile de définir un non-consentement, puisque l'intéressé qui prospecte est l'"enfant" et non le client.
    - On lui reproche plusieurs fois exactement la même chose ci-dessus.
    - On lui reproche de comparer la loi US et Soudanaise sur le viol, disant que le caractère variant de la loi en fait un mauvais outil de droit. Rappel de la loi US : "Le "viol" inclue les relations sexuelles volontaires avec des personnes âgées de moins de N ans (où N varie)." ce qui ne correspond pas du out à la réelle définition d'un viol.
    - On lui reproche d'avoir déclaré "J'aurais aimé qu'une femme attirante me 'maltraite' de cette façon quand j'avais 14 ans" à propos d'une affaire concernant une relation entre une enseignante et un élève de 14 ans, alors que son coeur de propos lors de la déclaration reste que le non-consentement n'a jamais été avéré et que l'"enfant" de 14 ans à participé à ceci à 4 reprises auparavant sans encombres apparentes.
    Aussi, son propos est tronqué pour ne garder que la partie polémique puisque suivi de "I would have learned many important things and had a much happier life.". Mais bon c'est une première, aucun média n'a jamais tronqué la partie non-polémique d'un de ses propos pour faire du clic.
    - On lui reproche de légitimer la possession de pornographie infantile, à propos des mangas animés de ce type; Propos détourné et extrapolé par la partie accusation sur des photos d'enfants réelles. Le problème ici est que je pourrais très bien déposer des fichiers compromettants sur les stockages de mes "ennemis" afin de les accuser de pédopornographie et de ruiner leur vie. La présomption d'innocence est violée ici, ironiquement.
    - On lui reproche de justifier la pédophilie encore une fois, bien qu'il n'ait jamais dit grand chose pour. Un aparté qu'il a fait des années plus tard est interprété comme une excuse par la lettre ouverte.
    - On l'accuse de "transphobie mal déguisée" lorsqu'il laisse une note de pied-de-page sur l'utilisation du pronom "They" pour la dénomination de personnes.

    Bref, je ne vais pas le défendre sur chaque point, mais je pense que le tribunal social populaire d'Internet est encore en train de s'acharner sur un bouc émissaire sans avoir de réelles revendications. Beaucoup de ces propos sont tirés sur blog personnel de Stallman, et parfois ces propos datent de + de 5 ans. Ce n'est pas une époque révolue, mais cette mode de tenir pour responsable sur des propos hors-contexte après plus de 5 ans est assez malsaine. Elle satisfait le besoin de justice karmique à des personnes en recherche de validation morale.
    En conclusion; Si aucun d'efforts étaient déployés sur de vraies affaires comme justement celle d'Epstein, ou Harvey Weinstein, nous serions probablement d'accords. Mais ici, ça ne ressemble qu'à de l'acharnement gratuit, faussement constructif et surtout douteux, car cela ressemble beaucoup plus à un coup monté par des personnes ayant réellement un intérêt à faire tomber Stallman, que d'une vraie justice légitime. Un bien triste monde.
    Dernière modification par Invité ; 19/04/2021 à 11h55. Motif: Ajout des sources en lien

  13. #313
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 606
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 606
    Points : 200 708
    Points
    200 708
    Par défaut La FSF adopte de nouvelles mesures de gouvernance : un accord des membres du conseil d'administration
    La FSF adopte de nouvelles mesures de gouvernance : un accord des membres du conseil d'administration
    et un code d'éthique

    Suite à la situation de Richard Stallman, au départ des membres du conseil d'administration, aux projets cherchant une plus grande transparence de la part de la FSF et à d'autres problèmes au sein de la Free Software Foundation au cours des deux dernières années, la FSF a finalement adopté un nouveau cadre de gouvernance pour les membres du conseil d'administration. Les membres du conseil d'administration de la Free Software Foundation devront désormais s'engager à respecter le Board Member Agreement (littéralement l'accord des membres du conseil d'administration) et un code d'éthique afin d'assurer une plus grande transparence, responsabilité et éthique. L'accord des membres du conseil énonce diverses attentes et devoirs. Leur code d'éthique va de ne pas accepter de cadeaux pour un traitement spécial pour des questions relatives à la FSF à ne pas entreprendre des efforts qui pourraient considérablement nuire à la FSF à divers autres éléments.

    Le conseil d'administration de la Free Software Foundation « a approuvé et mis en œuvre deux nouvelles mesures conçues pour aider à rendre la gouvernance de la FSF plus transparente, responsable, éthique et responsable », selon une annonce de la FSF.

    D'abord un accord des membres du conseil d'administration « énumère les responsabilités des membres du conseil d'administration ». Et il existe également un code d'éthique « qui énonce des principes pour guider leurs décisions et leurs activités ».

    Les nouvelles mesures sont les premiers produits d'un examen semestriel mené par des consultants. Ils formalisent des aspects cruciaux de la gouvernance de la FSF et guideront les membres du conseil d'administration pour qu'ils comprennent et s'acquittent de leurs responsabilités vis-à-vis de la mission mondiale de l'organisation à but non lucratif visant à promouvoir la liberté des utilisateurs des ordinateurs.

    Le nouvel accord des membres du conseil énonce dix-neuf devoirs et responsabilités, y compris les attentes minimales en matière de surveillance organisationnelle et financière, la participation aux activités du conseil, le recrutement de membres associés et les évaluations annuelles des performances. Le code d'éthique détaille treize dispositions spécifiques établissant comment le conseil d'administration mènera les affaires commerciales de l'organisation de bonne foi et avec honnêteté, intégrité, diligence raisonnable et compétence.

    Tous les membres actuels du conseil d'administration ont adhéré et s'engagent à respecter les nouvelles normes de gouvernance.

    L'accord précise que les membres du Conseil n'ont aucune autorité individuelle directe sur le personnel de la FSF. Les membres du Conseil acceptent également de ne pas participer aux discussions et aux votes où ils pourraient avoir un conflit d'intérêts.

    « En signant ce document, je comprends qu'aucun quota n'est fixé, qu'aucune norme rigide de mesure ou de réalisation n'est fixée. J'espère que les autres membres du conseil agiront de bonne foi pour exécuter ces accords au mieux de leurs capacités ».

    « La FSF a toujours été un phare pour la liberté et contre les abus généralisés des utilisateurs d'ordinateurs », a déclaré le président de la FSF, Geoffrey Knauth, dans l'annonce. « Au cours de la dernière année, le conseil d'administration s'est rendu compte que nous étions confrontés à un défi et à une opportunité d'améliorer nos pratiques de gouvernance et de recruter de nouveaux dirigeants au sein du conseil d'administration de la FSF. Je suis fier de cette étape importante dans ce travail en cours ».


    Le contexte

    Lundi 16 septembre 2019, Richard Matthew Stallman, principale protagoniste du mouvement du logiciel libre et initiateur du projet GNU, a démissionné de son poste au sein du CSAIL, le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT. Plus tard dans la même journée, Richard Stallman a également démissionné de son poste de président de la Free Software Foundation et de son conseil d’administration.

    En cause de la démission, la publication d’un e-mail envoyé par Stallman une semaine avant dans une conversation tenue au sein du MIT, au sein d'une boucle de discussion consacrée aux répercussions de l’affaire Epstein dans la grande université américaine. Le campus du MIT connaissait, en effet, un très vif débat qui avait déjà duré plusieurs semaines, après des révélations dans la presse américaine montrant que le Media Lab de l’université avait accepté d’importantes donations de la part de Jeffrey Epstein, que l’université avait anonymisées. Joy Ito, l’ancien directeur du Media Lab, a démissionné le 8 septembre 2019 à la suite de la révélation de cette affaire.

    « À la communauté du MIT, je démissionne immédiatement de mon poste de CSAIL au MIT. Je le fais en raison de la pression exercée sur le MIT et moi-même à la suite d'une série de malentendus et de descriptions erronées », a annoncé Stallman sur son site Web de diffusion. Cette démission intervient après que Stallman eut fait des commentaires sur les victimes de Jeffrey Epstein. Selon certaines sources, Stallman s’est prononcé sur le cas de Marvin Minsky, accusé d’avoir agressé sexuellement une des victimes de Jeffrey Epstein. Selon Stallman, la victime d'Epstein « s'est présentée à[Marvin Minsky] comme tout à fait consentante ». Stallman s'est également interrogé sur la définition du mot « viol » et sur la question de savoir si ce terme s'applique aux victimes.

    Cependant, plus tôt cette année, Richard Stallman a annoncé lors de l'événement virtuel LibrePlanet de la Free Software Foundation qu'il avait rejoint le conseil d'administration et n'avait pas l'intention de démissionner à nouveau. Avant la conférence, il a déclaré : « J'ai une annonce à faire. Je suis à nouveau membre du conseil d'administration de la Free Software Foundation. Nous travaillions sur une vidéo pour l'annoncer, mais cela s'est avéré difficile, aussi nous ne l'avons pas fait. Je n'ai pas l'expérience de faire ce genre de chose, donc ça n'a pas été fini, mais voici l'annonce. Certains d'entre vous seront heureux de cela, et certains pourraient être déçus, mais qui sait ? En tout cas, c'est comme ça, et je n'ai pas l'intention de démissionner une deuxième fois. »

    Nom : stallman.png
Affichages : 1602
Taille : 169,0 Ko

    Les personnes déçues n'ont pas tardé à le faire savoir. L'Open Source Initiative n'a pas hésité à exprimer publiquement son indignation face à ce choix. Sa position est claire : l'organisation refuse que Stallman occupe une quelconque position de leader dans tout ce qui a trait à l'open source et au logiciel libre, et ne collaborera plus avec la FSF si ces deux exigences ne sont pas satisfaites. « Pour réaliser pleinement la promesse de l'open source, l'OSI s'engage à construire un environnement inclusif où une communauté diverse de contributeurs se sent bien accueillie. Ceci n'est clairement pas possible si nous incluons ceux qui ont démontré un modèle de comportement incompatible avec ces objectifs », a-t-elle déclaré.

    Des centaines de partisans du logiciel libre et l'open source ont signé une lettre ouverte pour demander au fondateur du mouvement du Libre de rendre son tablier, mais aussi à l'ensemble du conseil d'administration de la FSF de démissionner. Parmi les signataires de la pétition, on retrouve des développeurs, contributeurs et hauts responsables d'organisations et projets des logiciels libres et de l'open source, y compris la GNOME Foundation, l'Open Source Initiative, la Software Freedom Conservancy, l'Apache Software Foundation, la Wikimedia Foundation, l'EFF... On retrouve aussi des universitaires, et même un ancien eurodéputé membre du Parti pirate suédois, en l'occurrence Amelia Andersdotter. Tous s'insurgent contre le comportement jugé indésirable de RMS, qui, selon eux, est une épine dans le pied de la communauté des logiciels libres et open source.

    L'organisation, qui était comme restée silencieuse depuis le début de la vague d'oppositions, a annoncé le 29 mars la démission de trois éminents membres de l'équipe dirigeante. « Certains de nos collègues de la FSF ont décidé de démissionner. Nous leurs sommes reconnaissants pour le bon travail qu'ils ont accompli pendant si longtemps, et ils vont nous manquer. Nous regrettons de les perdre ; nous regrettons la situation qui les a poussés à partir », a-t-elle écrit.

    « Nous apprécions leur fort engagement envers le logiciel libre et nous voulons trouver des remplaçants ayant une compétence et un engagement similaires. Nous sommes ouverts aux suggestions et aux candidatures pour ces postes. Enfin, nous tenons aussi à remercier les nombreux amis du mouvement du logiciel libre qui nous ont récemment rejoints, ainsi que ceux qui nous ont quittés et nous ont fait des suggestions pour nous aider à traverser cette période difficile », a-t-elle ajouté. Les trois concernés ont également écrit un message sur le site de la FSF le 30 mars pour confirmer leur départ à la communauté.

    Red Hat, l'Open Source Initiative, la fondation X.org, l'organisme de stage de code Outreachy, la fondation Processing, la société de sécurité Bad Packets et de nombreux autres ont déclaré qu'ils retireraient leur financement de la FSF et couperaient les liens avec l'organisation tant que Stallman resterait au conseil. Toutefois, l'annonce du 29 mars indiquait que le conseil d'administration de la FSF était déterminé à rester avec RMS même après qu'un grand nombre d'organisations ont retiré leur financement en réponse à sa réinstallation, sans parler de ces trois premières démissions.

    Bien sûr, le retour de Stallman dans le cercle dirigeant de la FSF n'a pas provoqué que de la colère. Certains l'ont bien accueilli comme Leah Rowe est ingénieure en électronique, militante du logiciel libre et des droits des personnes transgenres britanniques. Elle est notamment la fondatrice du projet de BIOS libre Libreboot : « Je suis très heureuse de voir Richard Stallman réintégré au conseil d'administration de la FSF. Cela a été annoncé aujourd'hui dans les flux de LibrePlanet. Il n'est pas président, mais il siège au conseil. FSF n'est pas pareil sans lui. Ils ont besoin de sa force et de sa passion ».

    Face aux vives réactions qu'a suscitées son retour, ses partisans ont entrepris de faire une lettre ouverte pour signifier leur soutien. Une note a été adressée à la FSF qui lui dit :

    « La suppression de RMS nuira à l’image de la FSF et portera un coup dur à l’élan du mouvement du logiciel libre. Nous vous exhortons à réfléchir attentivement à vos actions, car ce que vous déciderez aura un impact sérieux sur l'avenir de l'industrie du logiciel.

    À la foule embusquée qui se ligue contre Richard Stallman pour des arguments raisonnables dans le débat et diverses opinions et croyances exprimées pendant des décennies en tant que personnalité publique :

    Vous n'avez aucun rôle à jouer dans le choix du leadership d'une quelconque communauté. Surtout pas via une autre attaque de foule qui ne ressemble pas de loin à un débat assez mené comme illustré par de meilleures personnes telles que Richard Stallman ».

    Source : FSF (1, 2)
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #314
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 106
    Points : 2 962
    Points
    2 962
    Par défaut
    Je soutiens totalement Richard Stallman contre les accusations diffamatoires et sans fondement dont il a fait l'objet, et je suis totalement d'accord avec les membres du forum prenant sa défense.

    Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
    Mais au moins ils ne se privent pas de leur liberté pour une histoire de fric.
    L'inverse aurait montré que le "Free" dans leur nom n'existe pas vraiment.
    Je suis totalement d'accord ; cela prouve la légitimité de la FSF à parler au nom du logiciel libre.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Red Hat, l'Open Source Initiative, la fondation X.org, l'organisme de stage de code Outreachy, la fondation Processing, la société de sécurité Bad Packets et de nombreux autres ont déclaré qu'ils retireraient leur financement de la FSF et couperaient les liens avec l'organisation tant que Stallman resterait au conseil. Toutefois, l'annonce du 29 mars indiquait que le conseil d'administration de la FSF était déterminé à rester avec RMS même après qu'un grand nombre d'organisations ont retiré leur financement en réponse à sa réinstallation, sans parler de ces trois premières démissions.
    Je pense que ces fondations n'ont plus de légitimité pour parler au nom du logiciel libre ; on ne demande pas la démission de quelqu'un qui n'a rien fait de répréhensible.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Bien sûr, le retour de Stallman dans le cercle dirigeant de la FSF n'a pas provoqué que de la colère. Certains l'ont bien accueilli comme Leah Rowe est ingénieure en électronique, militante du logiciel libre et des droits des personnes transgenres britanniques. Elle est notamment la fondatrice du projet de BIOS libre Libreboot : « Je suis très heureuse de voir Richard Stallman réintégré au conseil d'administration de la FSF. Cela a été annoncé aujourd'hui dans les flux de LibrePlanet. Il n'est pas président, mais il siège au conseil. FSF n'est pas pareil sans lui. Ils ont besoin de sa force et de sa passion ».
    Pour compléter, Leah Rowe à écrit un article très intéressant sur cette affaire : https://web.archive.org/web/20211030...ws/rms.fr.html ou elle explique bien la collusion entre certaines fondations et certaines entreprises commerciales.

  15. #315
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Webmaster
    Inscrit en
    Janvier 2014
    Messages
    1 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmaster
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2014
    Messages : 1 089
    Points : 26 555
    Points
    26 555
    Par défaut La Free Software Foundation serait en train de mourir,
    La Free Software Foundation serait en train de mourir,
    d’après Drew DeVault, le hacker derrière SourceHut, Sway, wlroots et de nombreux autres projets open source

    Avec le mouvement du logiciel libre lancé depuis les années 1980 par Richard M. Stallman (RMS), il y a aujourd’hui plus de logiciels libres que jamais et pratiquement tous les nouveaux logiciels contiennent des composants de logiciels libres. Pour atteindre à tel niveau d’expansion, la Free Software Foundation (FSF) créée en 1985 par Stallman a joué un rôle majeur à travers sa mission de promotion de la liberté de l’utilisateur avec les ordinateurs. Toutefois, sans méconnaître le rôle que cette fondation a joué dès le départ par la fondation FSF, Drew DeVault, le hacker derrière SourceHut, Sway, wlroots et de nombreux autres projets pense qu’elle est train de mourir. Triste réalité ou déclaration alarmiste ?

    Quelques arguments de Drew DeVault pour expliquer la mort en cours de la FSF

    Après plus de 40 ans d’existence, Drew DeVault estime que la FSF se meurt. Si le blogueur reconnaît que la FSF a contribué jusqu'à un moment donné à faire avancer le mouvement du logiciel libre, il soutient néanmoins que la fondation a échoué sur sa mission principale qui est de :

    • diffuser la philosophie du logiciel libre ;
    • développer, publier et promouvoir des licences de copyleft ;
    • surveiller la santé du mouvement du logiciel libre.


    Et selon DeVault, vu que la fondation a échoué dans sa mission principale, elle investit maintenant ses ressources dans des distractions. Pour mieux se faire comprendre, il explique par exemple que dans son rôle de leader d’opinion de la philosophie du logiciel libre, le message de la FSF a une portée étroite. Les messages de l’organisation sont sourds, inefficaces et myopes. Les pages d’essais philosophiques denses et les FAQ mal organisées ne fournissent pas un point d’entrée ou une référence utile pour la communauté. Pour DeVault, le message ne peut pas se propager ainsi.

    Des notions comme copyleft et logiciel sont mal appréhendées par le public. La famille des licences GPL qui est essentielle pour le mouvement du logiciel libre est mal comprise du public, malgré la FAQ de 16 000 mots qui la complète. DeVault avance également que la FSF ne comprend pas sa place dans le monde dans son ensemble ni sa relation avec les mouvements progressistes qui se déroulent dans l’écosystème et au-delà. Pour lui, la fondation ne s’adresse pas aux nouveaux dirigeants de la communauté (comme ceux de la communauté Free Open Source Software), les laissant former des institutions insulaires et faibles entre elles, sans direction centrale, et nous laissant vulnérables à l’exploitation de mouvements croissants comme le noyau ouvert et les attaques commerciales contre la marque du logiciel libre et open source.

    Quelques solutions proposées par Drew DeVault pour sortir la FSF de sa léthargie

    Pour éviter la mort imminente de la fondation FSF, DeVault suggère les changements suivants :

    • réformer la direction : il est temps pour Richard Stallman de partir. Sa rhétorique polémique rivalise même avec la mienne, et la démographie qu’il représente devient minoritaire au sein du mouvement du logiciel libre. Nous avons besoin de plus de leaders de couleur, de femmes, de représentation LGBTQ et d’autres encore. La direction actuelle, en particulier celle de RMS, crée un environnement d’exclusion dans un lieu où l’inclusion et la représentation sont importantes pour le succès du mouvement ;
    • réformer l’institution : La FSF doit corriger sa vision myope de l’écosystème, tendre la main aux leaders émergents dans le monde des logiciels libres et leur demander de prendre en charge la mission de la FSF. Ce sont ces leaders qui tiennent les rênes du mouvement du logiciel libre aujourd’hui — pas la FSF. Si la FSF veut toujours être impliquée dans le mouvement, elle doit reconnaître et responsabiliser les leaders qui font avancer la cause ;
    • reformuler le message : les gens dépendent de la FSF pour établir une solide expérience dans la philosophie et les pratiques du logiciel libre au sein de la communauté, et la FSF ne fournit pas cela. Le message doit être rendu beaucoup plus accessible et uniforme dans le ton, et la relation entre le logiciel libre et l’open source doit être réformée afin que la FSF et l’OSI soient ensemble comme les piliers à la base de notre écosystème ;
    • découpler la FSF du projet GNU : la FSF et GNU ont travaillé main dans la main pendant des décennies pour construire le mouvement à partir de zéro, mais leur relation privilégiée est devenue obsolète. Le projet GNU représente une fraction infime de l’écosystème du logiciel libre aujourd’hui, et il est nécessaire que la Free Software Foundation soit indépendante de tout projet particulier et se concentre sur la santé de l’écosystème dans son ensemble ;
    • développer de nouvelles licences copyleft : la famille de licences GPL nous a bien servi, mais nous devons faire mieux. La meilleure licence copyleft aujourd’hui est la MPL, dont la forme concise et le langage accessible surpassent la GPL à bien des égards. Cependant, il n’apporte pas de réponse complète aux besoins du copyleft, et de nouvelles licences sont nécessaires pour occuper d’autres niches du marché — la FSF devrait rédiger ces licences. De plus, la FSF devrait présenter à la communauté une perspective de logiciel libre sur les licences en tant que ressource sur laquelle les chefs de projet peuvent compter pour comprendre l’importance de leur choix de licence afin qu’ils comprennent l’attrait des licences copyleft sans se sentir éloignés des approches permissives ;
    • le mouvement du logiciel libre a besoin d’une force forte pour l’unir : nous sommes confrontés à des défis de plusieurs côtés, et la Free Software Foundation d’aujourd’hui n’est pas à la hauteur de la tâche. L’écosystème FOSS est en plein essor, et il est temps pour la FSF de prendre le volant et de diriger ses succès à venir au nom de la liberté du logiciel.


    Nom : Free-Software-Foundation.jpg
Affichages : 6930
Taille : 27,0 Ko

    Un rappel des faits qui ont secoué la FSF et Richard M. Stallman, pour mieux comprendre le contexte des propositions de Drew DeVault

    Pour bien comprendre certains aspects des suggestions de DeVault, il convient de rappeler certains faits survenus depuis quelques années. Depuis la création en 1985, la FSF fut dirigée par Stallman qui occupa les postes de président et membre du conseil d’administration. Mais le 16 septembre 2019, il a dû démissionner de ces deux postes. En cause de la démission, la publication d’un e-mail envoyé par Stallman une semaine avant dans une conversation tenue au sein du MIT, dans une boucle de discussion consacrée aux répercussions de l’affaire Epstein dans la grande université américaine, où il explique au sujet de Virginia Giuffre, l’une des victimes du réseau de prostitution de mineurs du milliardaire Epstein, qu’« il est possible d’imaginer de nombreux scénarios, mais le plus plausible est qu’elle s’est présentée comme entièrement consentante ». Il ajouta qu’il est « moralement absurde de définir le viol d’une façon qui dépend de détails mineurs comme le pays où cela s’est produit ou le fait que la victime ait 18 ou 17 ans. ». À propos d’une femme ayant des relations sexuelles avec un mineur, il déclara : « J’aurais aimé qu’une femme attirante m’ait » abusé « de cette façon quand j’avais 14 ans. » Ces propos qui ont choqué les internautes ont suscité de vives réactions qui l’ont poussé à la démission de son poste de président de la Free Software Foundation et de son conseil d’administration ainsi que celui de son poste au sein du CSAIL, le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT.

    Plus d’un an plus tard après sa démission, c’est-à-dire en mars 2021, Richard M. Stallman annonce son retour au conseil d’administration de la FSF. Bien évidemment, cela a provoqué une vague de réactions aussi bien en faveur qu’en défaveur de la figure de proue du logiciel libre. Quelques jours après avoir annoncé son retour à la tête de la FSF, l’Open Source Initiative a annoncé ne plus vouloir collaborer avec la FSF tant que RMS sera à la tête de la fondation. Presque au même moment où l’OSI dénonçait la réintégration de RMS, des centaines de défenseurs du logiciel libre ont écrit une lettre ouverte pour demander sa démission, et celle de tous les autres du conseil d’administration de la FSF pour leur passivité. Parmi les signataires de la lettre, on retrouve des développeurs, contributeurs et hauts responsables d’organisations et projets du libre et de l’open source, y compris la GNOME Foundation, l’Open Source Initiative, la Software Freedom Conservancy, l’Apache Software Foundation, la Wikimedia Foundation, l’EFF, ainsi que Mozilla et Tor et bien d’autres encore. De leur côté, les partisans de Richard M. Stallaman ont également écrit une lettre ouverte qui aurait reçu plus de 6000 signatures pour marquer leur soutien au fondateur de la FSF. Malgré la pression des acteurs du monde libre, qui a même poussé l’équipe de direction de la FSF à démissionner, RMS est resté dans le conseil d’administration de la FSF et la figure emblématique du mouvement du logiciel libre. Mais depuis lors, il s’est fait beaucoup d’ennemis qui souhaitent ne plus le voir au-devant de la FSF et du mouvement du logiciel libre.

    Quelques réactions des internautes à la suite de l’analyse de DeVault

    À la suite des critiques de DeVault contre la FSF et Stallman, plusieurs internautes ont réagi pour approuver ou contester ses positions. Kronyb, un internaute qui a également réagi sur ce sujet, souligne que la première chose qui l’a été interpellé dans les propositions de DeVault est le fait qu’il demande à Richard Stallman de partir. « Je m’attendais à voir ça », soutient l’internaute, qui ajoute « qu’il n’y a rien de plus que les entreprises aimeraient plus que de le voir partir. Ensuite, elles pourront prendre le contrôle total de la FSF. Elles y ont déjà la main ». Il convient de souligner que la diversité que prône DeVault pour remplacer Stallman a été déjà demandée par Red Hat. Concernant la position de Stallman à la tête de la FSF, Dale_Glass, un autre intervenant, pense par contre que Stallman a fait un travail excellent et précieux en général. Mais il ne fait tout simplement pas un leader efficace. Pour lui, Stallman ferait un bien meilleur « gourou ». La FSF devrait le mettre de côté dans une sorte de rôle de consultant et donner le rôle de visage public à quelqu’un qui peut communiquer plus efficacement. Et de terminer en précisant que « dans tous les cas, cela va être nécessaire dans un laps de temps assez court, puisque l’homme est juste vieux. Il ne peut pas faire cela éternellement, il doit donc exister un digne successeur ».

    Dradley de son côté se montre plus virulent envers Stallman. Pour lui, le leader du logiciel n’a pas vraiment fait avancer la cause ces 15 dernières années. Il soutient qu’avant même ses déclarations qui lui ont valu sa démission :


    • il a contribué activement au déclin de GCC et a abandonné le monde des outils basés sur le compilateur et de la recherche sur le compilateur à LLVM en insistant pour rendre impossible l’utilisation de GCC en tant que bibliothèque. Il a énervé les mainteneurs d’Emacs dans le processus ;
    • il a énervé les responsables de la glibc en essayant d’opposer son veto à la suppression d’une blague sur l’avortement du manuel, même s’il n’a pas été impliqué dans la glibc depuis des années. Sur cette base, beaucoup d’autres responsables se sont énervés du niveau de contrôle qu’il exigeait sur des détails qui n’ont rien à voir avec la liberté du logiciel ;
    • il n’a absolument rien fait pour faire face à toute menace pesant sur les logiciels libres depuis 2005, ou s’adapter autrement aux besoins changeants des développeurs pour que la FSF/GNU reste pertinente. RMS n’a même aucune idée de ce que sont ces besoins parce que l’homme lit son e-mail avec cURL.


    Et maintenant, il est de retour depuis un certain temps, et rien ne continue de se produire. Et la FSF est de moins en moins pertinente d’année en année.

    Amno toutefois prend le contrepied des choses et trouve malséant de vouloir se débarrasser de Stallman comme une vieille chaussette usagée dont on n’a plus besoin. « Vous croyez que vous ne vieillirez jamais ? Souhaitez-vous que votre famille et vos amis se retournent contre vous parce que vous êtes vieux et que vous n’avez plus la même énergie que lorsque vous aviez 20 ans ? La question est de savoir à quoi ressemblerait le paysage aujourd’hui et s’il n’y avait pas eu l’open source au sens large tel que nous le voyons aujourd’hui avec des licences permissives » ? Il ajoute que « vous ne pouvez regarder les erreurs d’une personne, mais vous pouvez aussi regarder tout le bien qu’une personne a fait. Ne faites-vous pas des erreurs ? N’avez-vous jamais pris de mauvaises décisions de toute votre vie ? L’erreur est humaine. À quoi ressemblerait le monde si tout le monde était expulsé de son travail et de la société lorsqu’il commettait une erreur, et si tout dans le monde était jugé sur ses erreurs et non sur la valeur qu’il ajoute ? Réfléchissez d’abord à vous-même, êtes-vous sûr d’être qualifié pour lancer une pierre ? »

    Roenxi, quant à lui, « trouve fascinant à quel point les appels peuvent être sans fondement ». Il fait remarquer qu’« il n’y a pas d’alternative concrète proposée. Les gens sont sûrs que le FSF est en train de mourir, mais ne semblent pas avoir le charisme ou la gravité sociale pour l’en détourner ». Pour lui, « Stallman est bien mieux que rien — honnêtement, il est plutôt bon, nous allons probablement le voir remplacé par quelqu’un de moins capable — et comme vous le soulignez, les alternatives seront probablement des compromis qui diluent la liberté pour servir les intérêts des entreprises ».

    Source : Blog de Drew DeVault

    Et vous ?

    Quels commentaires faites-vous des déclarations de DeVault ?

    Pensez-vous que la FSF est en train de mourir ? Ou plutôt, pensez-vous qu’elle se porte bien et avance dans ses missions ?

    Souhaitez-vous voir Stallman partir de la FSF ? Pourquoi ?

    Si un jour Stallman devait partir, qui pensez-vous pourrait incarner la figure de proue du mouvement du logiciel libre ?

    Voir aussi

    La FSF envoie à Microsoft un disque dur vide pour récupérer le code source de Windows 7, et demande à l'entreprise de tenir aux engagements qu'elle a pris envers la communauté du logiciel libre

    La FSF avertit que Windows 11 prive les utilisateurs de leur liberté et de leur autonomie numérique en raison des exigences matérielles strictes du nouvel OS

    Les Pays-Bas vont-ils accorder la priorité aux logiciels libres dans les marchés publics ? La FSF observe et entend obtenir que les softs financés par le contribuable soient libres

    Un ancien mainteneur de noyau de GNU partage ses réflexions sur le départ de Richard Stallman : « il est temps que la communauté des logiciels libres quitte l'adolescence et passe à l'âge adulte »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #316
    Membre éprouvé Avatar de electroremy
    Homme Profil pro
    Ingénieur sécurité
    Inscrit en
    Juin 2007
    Messages
    934
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur sécurité
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2007
    Messages : 934
    Points : 1 276
    Points
    1 276
    Par défaut
    Il faudrait d'abord et surtout que le débat soit recentré sur le cœur du sujet :
    - le développement informatique
    - l'accès aux codes sources (et si logiciel non libre, la question de l'abandonware et du reverse engineering, pour que les utilisateurs ne soient pas coincés)
    - les formats de fichiers ouverts VS les formats de fichiers propriétaires
    - faire en sorte que les données des utilisateurs appartiennent aux utilisateurs et qu'ils ne soient pas piégés par un éditeur de logiciel propriétaire qui augmente ses prix tout en rendant les données incompatibles avec les autres logiciels
    - mettre un terme à l'ambiguïté libre / gratuit, car un logiciel peut être libre tout en permettant aux développeurs d'en vivre

    Par exemple je trouve la récente déclaration de Joseph Prusa pertinente :
    https://blog.prusa3d.com/fr/letat-de...en-2023_76659/

    En revanche, toutes les polémiques n'ayant rien à voir avec l'informatique n'ont fait que desservir les logiciels libres...
    Si RMS et les militants progressistes ont des différents à régler, faites le mais en dehors.
    Quand deux personnes échangent un euro, chacun repart avec un euro.
    Quand deux personnes échangent une idée, chacun repart avec deux idées.

  17. #317
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    Août 2007
    Messages
    26
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Août 2007
    Messages : 26
    Points : 74
    Points
    74
    Par défaut On mélange tout
    les mouvements LGBTQ n'ont rien à faire dans une réflexion sur le logiciel libre.

Discussions similaires

  1. Le projet GNU annonce l'intégration du langage de programmation D dans GCC
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 13
    Dernier message: 30/06/2017, 01h48
  2. Les 30 ans du projet GNU
    Par zoom61 dans le forum Logiciels Libres & Open Source
    Réponses: 5
    Dernier message: 30/09/2013, 13h01
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 16/03/2013, 10h26
  4. Comment contribuer au projet GNU linux?
    Par djisse dans le forum Distributions
    Réponses: 4
    Dernier message: 30/07/2009, 20h57
  5. Gestion d'un projet GNU
    Par klipper dans le forum Linux
    Réponses: 11
    Dernier message: 11/11/2006, 10h45

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo