Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Membre confirmé
    Vous avez quitté une SSII pour un client ou assimilé, et?
    Bonjour à tous,

    vous avez quitté une SSII pour un client ou assimilé, et au final: considérez-vous y avoir plus gagné que perdu?

    Personnellement je suis consultant depuis près de huit ans, et si lorsque j'ai débuté dans ce métier je voulais à tout prix partir le plus vite possible, je suis plus circonspect aujourd'hui, d'où la question écrite plus haut.

    Parce qu'en ce qui me concerne:

    points positifs:

    - je suis dans une énorme boîte avec beaucoup de clients et donc de missions différentes. Je n'ai rien fait d'exceptionnel au cours de ma carrière (mes compétences ne sont pas formidables), mais j'ai quand même pu faire beaucoup de choses différentes et au final faire évoluer assez facilement mes activités vers ce qui m'intéressait, chose qui aurait été beaucoup plus difficile chez un client (chez ceux où j'ai été consultant).

    - je n'ai aucune hiérarchie sur le dos, tant que je suis en mission on me fout la paix (horaires, etc... très pratique, vu que j'étudie au CNAM en cours du soir).

    - j'aime finalement assez bien le fait de ne pas être un membre à part entière de l'équipe client dans laquelle je travaille: je n'ai rien à foutre du fait que le service soit mal organisé (étant donné qu'à terme je vais en partir), je me fous que le chef soit un con (je peux l'ignorer voire lui dire sans rien risquer), bref je n'ai pas de statut local à défendre, je suis là pour observer et m'amuser.

    Et j'en oublie sans doutes.

    Points négatifs:

    - et si en fin de compte je me retrouve en inter-contrat à devoir lutter pour ne pas me faire envoyer à bab-el-oued?

    - je suis un pur technique (si j'étais un encravaté aux dents longues j'aurais cent fois plus d'opportunités en SSII, mais ce n'est pas le cas) ne risque-je pas à terme de devenir un vieux périmé et d'être mis au placard?

    - le salaire (mais ça c'est parce que j'ai tout fait pour ne pas courir après le fric, dont je me méfie, je pourrais changer de SSII et largement gagner à ce niveau).

    Et j'en oublie sans doutes.

    A ceux qui ont quitté leur SSII: qu'en pensez-vous avec le recul?

    Ch.

  2. #2
    Expert éminent sénior
    Salut,

    j'ai fait 6 ans en SS2I (dans deux crémeries différentes) avant de rentrer chez le client final chez qui je suis depuis.

    Je dirais que l'avantage du client final c'est que tu es à peu près sur de ne pas être envoyé à Bab-El-Oued, ce qui est appréciable quand tu as une vie de famille, des enfants, ou que tu viens d'acheter un bien immobilier.

    L'inconvénient, c'est que c'est moins facile de se faire augmenter qu'en SS2I (et même si tu ne cours pas après l'argent, en SS2I, la rémunération est à peu près le seul élement de reconnaissance, donc à ta place, je demanderais quand même plus :p ).

    Après, tout dépends du client final, dans certains domaines d'activité, il y a des plus appréciables (intéressement, taux salariés pour les emprunts, etc...).

    Mais le principal, c'est de bien se sentir dans son job. Si tu t'éclates en SS2I, il n'y a aucune raison impérative pour rentrer à tout prix chez un client final. Chacun voit midi à sa porte.

  3. #3
    Expert éminent
    Bonjour, j'ai fait 8 ans en SSII (j'en ai fait deux, la seconde était bien meilleure que la première) et je suis interne depuis 1 an et demi (mon troisième client). J'y ai gagné sur tous les plans (salaire, primes, congés et le poste est intéressant ce qui ne gâte rien).

  4. #4
    Membre éprouvé
    Ca fait 5ans que je suis en SSII, je rentre en interne dans les prochains mois, et je pense qu'il ne faut pas trop séparer SSII/Client finale, dans les deux cas, ça reste un boulot avec des avantages et des inconvénients.

    On peut pantoufler en SSII comme en client final (même si c'est plus simple en client final, mais même en étant une tanche, on peut toujours te trouver une place dans un CDS)

    Le salaire, ça se négocie, que ce soit en SSII ou en client final, avec la contrainte que le client final, à part si tu es un méga cador qu'on veut à tout prix, tu te pliera à la sacro-sainte grille de ton statu de poste et c'est tout. Mais compensé souvent par les avantages d'une vraie convention collective (prime, intéressement, participation, CE etc.)

    On peut tout autant démissionner et se barrer ailleurs que ce soit d'une SSII ou d'un client final : Au départ je pensais que c'était mal vu de quitter un client final, mais pour en avoir discuter avec les RH du client, quand j'ai dit que j'avais peur de les lâcher dans 2ans car je suis sûr que je pourrais déjà avoir +10-15% de plus actuellement que ce qu'ils me proposent, ils m'ont répondu sans broncher : "Nous savons, c'est dans l'air du temps, pas de problème, tu peux venir maintenant et partir quand tu veux". Après c'est sûrement spécifique à l'informatique où les compétences évoluent vites.

    Pour le reste, ça dépend de l'équipe, des locaux et des projets : Si l'ambiance est bonne, on se plaît au boulot, ça dépend pas du contrat. On peut être dans une SSII pourri avec une mission géniale, et dans un grand compte "affreux" mais dans une équipe sympa.

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Ekolamar
    Ca fait 5ans que je suis en SSII, je rentre en interne dans les prochains mois, et je pense qu'il ne faut pas trop séparer SSII/Client finale, dans les deux cas, ça reste un boulot avec des avantages et des inconvénients.
    Amen

    On peut pantoufler en SSII comme en client final (même si c'est plus simple en client final, mais même en étant une tanche, on peut toujours te trouver une place dans un CDS)

    Citation Envoyé par Ekolamar
    On peut tout autant démissionner et se barrer ailleurs que ce soit d'une SSII ou d'un client final : Au départ je pensais que c'était mal vu de quitter un client final, mais pour en avoir discuter avec les RH du client, quand j'ai dit que j'avais peur de les lâcher dans 2ans car je suis sûr que je pourrais déjà avoir +10-15% de plus actuellement que ce qu'ils me proposent, ils m'ont répondu sans broncher : "Nous savons, c'est dans l'air du temps, pas de problème, tu peux venir maintenant et partir quand tu veux". Après c'est sûrement spécifique à l'informatique où les compétences évoluent vites.
    Faut faire gaffe, certaines boites sont assez trop corporate limite corporatistes...
    Une grosse boîte de l'énergie française, que je ne citerai pas donc je ne donnerai que ses initiales, GDF, est bien connue pour dire qu'on ne sort jamais de chez eux... j'ai connu un gars interne chez eux, qui s'est barré (salaire) en SSII, et on l'a renvoyé dans son ancien service tout de suite après ; il a morflé auprès de ses anciens collègues, qui lui ont jamais pardonné d'avoir quitté la famille...
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

  6. #6
    Membre chevronné
    J'ai fait Editeur -> SSII -> Interne -> SSII -> Interne -> SSII

    Globalement je préfère travailler dans le conseil. L'un dans l'autre on fait globalement la même chose ici ou là interne ou externe mais je n'ai pas trop supporté la gestion de la politique en étant interné. Les guéguerres carriéristes pour être le mieux placé sur le plan d'avancement... J'aime aussi la tension pour rester à jour de l'état de la mode plus présente dans les SSII quand en interne on reste davantage sur les solutions connues. (même si on alterne mission top mode et mission hyper legacy !)
    On a tendance aussi à plus faire du labo rigolo ou mettre en place des trucs que gérer le run et le suivi opérationnel. (en moyenne)

    Bref je retournerai peut être interne un jour et recommencer peut être encore un cycle interne -> externe ! (et oui l'effet bab el oued ça compte quand même, même si quand on est sénior dans un marché porteur c'est facile de dire "lol non").


    Après la rémunération c'est un peu mieux globalement en conseil en moyenne mais comme tout se négocie et que ce n'est qu'une moyenne on peut trouver mieux ailleurs. (on trouve toujours mieux ailleurs au bout d'un moment)

    Le boulot c'et juste du boulot. On va là où la soupe est bonne, il peut y avoir interne ou externe écrit sur l'assiette peu importe. Il y a en moyenne des différences mais comme il y a beaucoup de variabilité il ne faut pas avoir d'a priori sur les situations individuelles.

  7. #7
    Membre éprouvé
    J'ai fait en 13 ans :
    SSII -> plusieurs éditeurs et autres boîtes interne -> SSII -> SSII

    Au final je préfère la SSII, tout simplement parce que tu as bien moins le côté politique et lèche botte. Après par contre faut bien choisir ta SSII car beaucoup craignent, même d'anciennes gloires de la place parisiennes. Mais si tu choisis bien tu peux facilement dire f*ck à un client qui abuserait sur les astreintes et autres, en lui faisant bien comprendre que tu es là pour faire ton taff, que tu ne tolèreras pas les abus et que s'il n'est pas content il n'a qu'à trouver quelqu'un d'autre. Bizarrement la plupart ferment le clapet. ;-)

  8. #8
    Expert éminent sénior
    Mon témoignage : bientôt 13 ans que je travaille.
    J'ai fait une SSII 4 ans + SSII 2.5 ans + période d'essai 7 mois (finalement la SSII n'a pas évolué dans le sens qu'elle voulait :p) + SSII 1 an + freelance depuis.

    Quand j'ai commencé mon taf, ma première SSII m'a envoyé plein de belles phéromones : consultant c'est génial, t'apprends plein de chose, la SSII te forme, te trouve les missions adéquates etc.
    Au final : formation, tu fais une croix dessus. Intercontrat : ils jouent avec des pincettes, parce qu'ils savent qu'avec un profil classique, tu peux te barrer en deux-deux.
    Avantage : mission courte, tu apprends des choses, tu t'investis peu dans la vie politique de ton client.
    Inconvénient : tu évolues plus difficilement, au bon vouloir des postes que ne veut pas le client.

    Mes parents, en bon 68-ard, m'ont demandé au bout d'un an pourquoi j'essayais pas de rentrer en interne (j'étais alors en prestation dans une boite chaotique, sur un poste qui sur le coup m'intéressait pas trop).

    Finalement, j'adore pouvoir rester un an ou deux, découvrir des environnements, des technos, puis partir.
    C'est la raison pour laquelle freelance m'a semblé le meilleur compromis, étant donné que j'ai relativmement peu d'intercontrat (quand j'en avais, je me bougeais franchement pas le cul pour avoir une mission, chacun son job) et j'ai eu 3 jours d'arrêt-maladie.
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

###raw>template_hook.ano_emploi###