Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 670
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 670
    Points : 121 774
    Points
    121 774
    Par défaut Le Pentagone estime que la Chine a un avantage sur les USA en matière d'applications militaires de l'IA
    Le Pentagone estime que la Chine a un avantage sur les USA en matière d'applications militaires de l'IA,
    dans la mesure où il y a une grande collaboration entre l'armée et l'industrie technologique

    Nous assistons littéralement à une « ruée vers l'intelligence artificielle » des grandes puissances dans de nombreux domaines d'application (transport, santé, commerce, assistant personnel, industrie, finance, défense, etc.). L'apprentissage automatique, l'un des champs d'études de l'intelligence artificielle, apporte des capacités technologiques de pointe offrant de nombreuses possibilités, à la fois dans l'espace civil que dans la sphère militaire. L'intelligence artificielle peut signifier une analyse complexe des données et une prise de décision accélérée, ce qui constitue un avantage considérable.

    Pour la Chine, l'un de ses avantages les plus significatifs est la collaboration entre l'armée et l'industrie commerciale civile. En revanche, les grandes entreprises américaines telles que Google ne collaborent pas avec l'armée américaine sur l'IA. « Si nous ne trouvons pas un moyen de renforcer les liens entre le gouvernement des États-Unis, l'industrie et le monde universitaire, je dirais que nous avons le risque réel de ne pas avancer aussi vite que la Chine en matière d'intelligence artificielle », a déclaré le général Gen Jack Shanahan lors d'un point presse vendredi au Pentagone.

    Shanahan, directeur du Centre commun d'intelligence artificielle du Pentagone, a déclaré que la fusion chinoise du civil et du militaire « est à leur avantage », ajoutant que le ministère de la Défense « devra travailler dur pour renforcer les relations que nous avons avec le secteur commercial ».

    La « ruée chinoise vers l'intelligence artificielle » est une stratégie nationale bénéficiant du soutien de l'armée, du gouvernement, des universités et de l'industrie. « L'idée de cette fusion civilo-militaire renforce leur capacité à prendre des décisions commerciales et à permettre des usages militaires aussi rapides que possible », a expliqué Shanahan.

    Nom : google.png
Affichages : 1565
Taille : 336,4 Ko

    Le Pentagone a été abandonné à plusieurs reprises par des partenaires commerciaux. Par exemple, entre les mois de mars et de juin de cette année, nous sommes partis de Google aide le Pentagone à développer une IA pour analyser les vidéos capturées par drone à Google ne renouvellera pas son contrat avec le DoD dans le projet controversé Maven. À ceux qui ont manqué les multiples épisodes entre les deux mentionnés, on rappelle de façon brossée qu’il a fallu la mobilisation de plus de 3000 employés du géant technologique et d’organisations de protections des libertés sur Internet comme l’Electronic Frontier Foundation pour en arriver là.

    En fait, c'est un groupe de 9 ingénieurs qui a déclenché cette mobilisation qui a conduit Google à arrêter de collaborer avec le Pentagone dans le cadre de ce projet en intelligence artificielle dénommé Maven. L’agence de presse Bloomberg a rapporté que plus tôt cette année, ce « groupe influent » d’ingénieurs du génie logiciel a été chargé d’implémenter un air gap – une espèce de cordon de sécurité autour de systèmes informatiques censés héberger des données sensibles. La manœuvre devait permettre à Google de passer le cap de la certification de son infrastructure informatique par le DoD et donc de se voir octroyer des contrats du genre dont on ne parle que dans des chambres noires. Seulement, pour le groupe de 9, une collaboration avec le Pentagone laissait entrevoir une utilisation de la technologie pour la guerre, ce contre quoi il a tenu à manifester son désaccord en refusant de procéder à la mise en œuvre de l’air gap. La suite, on la connaît avec l’effet boule de neige du vent de protestations.

    « J'ai demandé à quelqu'un qui passe du temps en Chine à travailler sur l'IA s'il y avait un scénario Google / Project Maven », a déclaré Shanahan vendredi. « Il a ri et a déclaré : "Pas pour très longtemps" ».

    Le président du Comité des chefs d'état-major, le général Joseph Dunford, a vivement critiqué Google au début de l'année, accusant l'entreprise d'aider la Chine.

    Shanahan a reconnu que les relations entre l'armée, l'industrie et le monde universitaire qui ont contribué à alimenter l'essor de la Silicon Valley se sont « fragmentées » pour diverses raisons, notamment un certain nombre d'incidents qui ont ébranlé la confiance du public dans le gouvernement. « C'est une limitation pour nous », a-t-il admis.

    « La stratégie chinoise de fusion civilo-militaire présente un défi concurrentiel qui doit être pris au sérieux », écrivait récemment Elsa Kania, experte du Centre pour la nouvelle sécurité américaine sur l'innovation militaire chinoise. « Pour ce qui est de l'avenir, la politique des États-Unis devrait viser à reconnaître et à redoubler nos propres initiatives visant à promouvoir le partenariat public-privé dans les technologies critiques, tout en maintenant et en augmentant les investissements dans la recherche et l'innovation américaines ».

    Les États-Unis ne sont pas sans avantages

    L’expérience américaine en matière de combat militaire est un avantage important pour les États-Unis, car elle ne se limite pas à l’intelligence artificielle, mais est également susceptible de servir à l’armée.

    Shanahan a déclaré aux journalistes au Pentagone que la Chine avait « un avantage sur les États-Unis en termes de rapidité d'adoption et de données », mais a expliqué que toutes les données ne sont pas créées égales. « Le fait qu'ils aient des données ne me dit pas qu'ils ont une force inhérente pour intégrer cela dans leurs organisations militaires », a-t-il déclaré.

    La Chine peut extraire des tonnes de données de ses sociétés, mais cela, a expliqué Shanahan, est un « type de données très différent d'une vidéo intégrale de combats en Afghanistan et en Irak » , qui peut être analysée avec soin et utilisée pour développer des capacités d'IA sur le champ de bataille.

    Le ministère de la Défense étudie de près l'utilisation de l'intelligence artificielle pour des tâches telles que la maintenance prédictive, la détection d'événements, la cartographie de réseau, etc. Shanahan a déclaré : « 2020 sera une année charnière pour le département lorsqu'il s'agira de mettre en œuvre des technologies basées sur l'IA », il ne reste plus qu'à attendre pour voir à quoi ressemblera exactement cette évolution majeure.

    La France n'est pas en reste

    La France comme les autres pays de l’Union européenne tentent depuis toujours de réduire au maximum l’écart technologique qui existe entre les pays de l’Europe et ses concurrents américains et asiatiques. Pour sa part, la France a décidé de s’attaquer à des zones stratégiques telles que la recherche en ligne, avec l’expérience de Qwant, et l’intelligence artificielle (IA). Sur ce dernier point, la France compte énormément s’investir et obtenir des résultats très concluants dans plusieurs domaines dans lesquels l’IA peut servir. Très enthousiaste sur le sujet, le président Emmanuel Macron a promis un investissement d’une valeur de 1,5 milliard d’euros pour booster le développement de l’IA d’ici 2022.

    Après la publication du rapport de Cédric Villani en mars 2018, Emmanuel Macron a levé le voile sur sa stratégie pour faire de la France l'un des leaders mondiaux de l'intelligence artificielle. Il s'est inspiré, sinon a validé les grandes idées proposées par le député LREM, à quelques changements près. Le président français s’est montré en effet plus réaliste que le mathématicien Cédric Villani et a exclu l'idée de doubler les salaires des talents de l'IA. L'augmentation des salaires en début de carrière dans l'IA, pour Cédric Villani, était pourtant un « minimum indispensable » pour endiguer la fuite des cerveaux. Mais Macron a plutôt préféré s'inspirer d'autres propositions faites par le député.

    Pour la circonstance, Emmanuel Macron a profité pour annoncer le déblocage d'une enveloppe de 1,5 milliard d'euros jusqu'en 2022 pour soutenir le développement et la recherche en IA en France. Dans ce fonds, un montant de 400 millions d’euros sera utilisé pour des « appels à projets et de défis d’innovation de rupture », a-t-il annoncé lors de son allocution au Collège de France. Ainsi, ces fonds seront issus de redéploiements budgétaires, de fonds publics existants et du nouveau fonds pour l’innovation de 10 milliards d’euros, censés produire 260 millions d’euros de ressources publiques par an.

    Nom : bruno.png
Affichages : 1384
Taille : 240,2 Ko

    Une enveloppe de 100 millions d’euros et de 70 millions d’euros les années suivantes sera consacrée à l’amorçage de start-ups dans l’intelligence artificielle et la deep tech. Emmanuel Macron compte aussi « augmenter la porosité entre la recherche publique et le monde industriel ». Les chercheurs français pourront à terme consacrer 50 % de leur temps à un groupe privé. Les choses semblent avoir été revues depuis cette allocution. Dans une apparition cette semaine, le ministre français de l’Économie a présenté un autre plan pour la subvention au développement de l’intelligence artificielle, tout en restant très clair sur les premiers secteurs auxquels les recherches seront consacrées.

    Environ un an après l’annonce du président, le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a étalé sur la table cette semaine le plan pour le décaissement des 1,5 milliard d’euros de subvention pour accroître les progrès de l’IA en France. Selon les propos du ministre, sur les 1,5 milliard d'euros promis d'ici 2022 dans le développement de l'intelligence artificielle en France, 650 millions seront réservés à la recherche et 800 millions aux premiers projets, notamment dans la santé, la cybersécurité et la certification des algorithmes. Les contours du plan et les principaux objectifs que vise cette subvention sont désormais très clairs.

    Avec l’aide de cette subvention, il s’agira de développer l'écosystème des start-ups spécialisées dans les solutions d'intelligence artificielle ; infuser l'IA dans tous les secteurs, y compris dans les PME avec le soutien des grands groupes et attirer des investissements étrangers en France. Le quatrième objectif clé de la vision française rejoint celui pour lequel, même les cadors américains de l’IA semblent ne pas avoir trouvé la solution à ce jour. De quoi parle-t-on ? « Une IA éthique ». Celle-là qui respecte la vie privée des personnes et qui se montre totalement transparente. En gros, la France a également pour ambition de construire une « IA, version française, qui sera à la fois éthique et transparente ». Pour ce faire, les entreprises locales seront les plus sollicitées.

    Source : Strategy Bridge, Insider

    Et vous ?

    Qu'est-ce qui peut, selon-vous, expliquer la fragmentation des relations entre l'armée, l'industrie et le monde universitaire ?
    Le fait que l'armée et les entreprises technologiques civiles coopèrent en Chine confèrent-il réellement un avantage à ce pays ?
    Au nom de la sécurité, les États gagneraient-ils à créer (ou recréer) une telle fusion de relation entre l'armée et l'industrie technologique ?
    Pensez-vous que les manifestations américaines qui ont poussé des entreprises comme Google a abandonné leurs projets militaires sont antipatriotiques ? Pourquoi ?

    Voir aussi :

    USA : Oracle fait appel de la décision de la Cour fédérale qui l'écarte de la course concernant le contrat JEDI du Pentagone de plus de 10 milliards $
    Aux États-Unis, le Pentagone teste des ballons de surveillance de masse pouvant constituer une plateforme de surveillance efficace et bon marché
    Donald Trump dit être en train d'examiner un gros contrat cloud du Pentagone qui favoriserait Amazon, au détriment d'autres entreprises technologiques
    Un juge rejette une poursuite d'Oracle concernant le contrat JEDI du Pentagone de plus de 10 milliards $, l'écartant définitivement du challenge
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre expert Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    DevOp, Tech leader
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 031
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : DevOp, Tech leader

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 031
    Points : 3 671
    Points
    3 671
    Par défaut
    Le monde universitaire chinois présente un potentiel de recrues quasiment sans limite, d'où le constat du Gal Shanahan. Je ne saurai dire si la Chine a atteint sa vitesse de croisière dans le champ de l'intelligence artificiel militaire mais il ne fait pas de doute qu'ils utilisent leur potentiel autant pour le civil que le militaire vu qu'ils ne s'encombrent pas d'éthique. Dès lors accuser Google d'antipatriotique devient injuste puisque par exemple IBM ne contribue pas non plus dans l'IA militaire.

    Bien que la DARPA soit à l'origine d'internet, le fossé s'est creusé entre les technophiles et les militaires depuis la guerre du Vietnam. Il s'agit peut-être d'un mal pour un bien puisque le monde guerrier devra identifier avec soin les points stratégiques et tactiques donnant le moins de biais possibles pour être performant. N'attendons pas une guerre pour que les deux se mesurent.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 663
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 663
    Points : 8 349
    Points
    8 349
    Par défaut
    Citation Envoyé par marsupial Voir le message
    Dès lors accuser Google d'antipatriotique devient injuste puisque par exemple IBM ne contribue pas non plus dans le militaire.
    Parfois IBM collabore avec l'armée US.
    IBM conclut un important accord 'cloud' avec l'armée américaine
    USAA et IBM s'associent pour servir les forces armées américaines
    Dans l'histoire IBM a travaillé avec d'autres gouvernements ^^

    Citation Envoyé par marsupial Voir le message
    Bien que la DARPA soit à l'origine d'internet, le fossé s'est creusé entre les technophiles et les militaires depuis la guerre du Vietnam.
    Il y a quand même la NSA qui appartient au département de la Défense.
    Les USA utilisent la technologie pour faire de la surveillance de masse. Chaque email, chaque SMS, chaque message privée est aspiré par la surveillance US.

    Citation Envoyé par marsupial Voir le message
    N'attendons pas une guerre pour que les deux se mesurent.
    Il y aura probablement une grande guerre avec la Chine dans un camp et les USA dans l'autre.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Shanahan a reconnu que les relations entre l'armée, l'industrie et le monde universitaire qui ont contribué à alimenter l'essor de la Silicon Valley se sont « fragmentées » pour diverses raisons, notamment un certain nombre d'incidents qui ont ébranlé la confiance du public dans le gouvernement. « C'est une limitation pour nous », a-t-il admis.
    Grâce aux lanceurs d'alertes comme Assange et Snowden l'armée et la surveillance US ont une mauvaise image.

    Mais il est possible de changer l'opinion public, il suffit d'instaurer une ambiance de guerre froide. Les politiciens et les médias peuvent convaincre les étasuniens que l’intelligence artificielle militaire chinoise est plus développé que celle des USA et qu'il est nécessaire que les entreprises et les universités collaborent avec l'armée pour pouvoir se défendre face à la Chine.
    Les gens n'aiment pas l'armée US car elle surveille des citoyens lambda (et elle commet des crimes de guerre un peu près partout sur terre), mais si on revient à un scénario «C'est eux ou nous» tout changerait.
    Si vous voulez souder un peuple il faut un grand ennemi.

    ====
    Plus on fera croire aux étasuniens que la Chine est une menace et qu'elle a de l'avance dans le domaine de l'IA militaire plus les gens seront ok pour que les entreprises US participent au développement de l'IA militaire.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

  4. #4
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2013
    Messages
    693
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2013
    Messages : 693
    Points : 1 773
    Points
    1 773
    Par défaut
    C'est toujours la même rengaine .
    Quand une agence américaine se sent menacée ou qu'elle a besoin de crédit elle crie au loup.
    Quand les chinois ont envoyé un homme dans l'espace, la NASA a agité le chiffon rouge, et dit que le leadership américain était menacé.
    Ils ont obtenus une augmentation de budget presque égal au budget du programme spaciale chinois.

    Comme dit plus haut les Etats-Unis sont une société de la peur.
    Rien de tel que dire on est menacé par les chinois les russes, les communistes,... our justifier des mesures contraignantes et avoir le soutien de l'opinion
    Consultez mes articles sur l'accessibilité numérique :

    Comment rendre son application SWING accessible aux non voyants
    Créer des applications web accessibles à tous

    YES WE CAN BLANCHE !!!

    Rappelez-vous que Google est le plus grand aveugle d'Internet...
    Plus c'est accessible pour nous, plus c'est accessible pour lui,
    et meilleur sera votre score de référencement !

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 663
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 663
    Points : 8 349
    Points
    8 349
    Par défaut
    Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
    Quand une agence américaine se sent menacée ou qu'elle a besoin de crédit elle crie au loup.
    Exactement !
    Les USA n'aiment pas quand on leur prend la place de numéro 1 dans un domaine.

    Cela dit, on doit pouvoir faire une analogie entre l'IA militaire aujourd'hui et les bombes atomiques après la seconde guerre mondiale.
    Plein de pays se sont dépêché de développer l'arme nucléaire pour ne pas laisser les USA être le seul pays a avoir ce type d'arme. Aujourd'hui les pays développent l'IA militaire pour ne pas se laisser dépasser par les autres.
    La probabilité qu'il y ait une troisième guerre mondiale dans un futur relativement proche est élevé (c'est généralement le scénario qui a lieu quand une crise économique devient trop forte), donc les USA veulent absolument avoir des bonnes armes.

    Aujourd'hui les gars qui bossent chez Google peuvent démissionner si ils refusent de bosser pour l'armée US.
    Google aide le Pentagone à développer une IA pour analyser les vidéos capturées par drone et certains de ses employés sont furieux
    Les Googlers contre le conseil d'éthique de l'IA de Google, car il privilégie la proximité du pouvoir sur le bien-être des groupes marginalisés
    Selon MIT Technology Review, deux membres du ATEAC posent problème : L'un d’eux est Dyan Gibbens, PDG de Trumbull, une société qui développe des systèmes autonomes pour l'industrie de la défense. Ce choix est controversé par les signataires de la lettre étant donné que des milliers d'employés de Google ont protesté contre la décision de la société de fournir à l'US Air Force de l'IA pour l'imagerie de drone. Cependant, le plus grand scandale a été l'inclusion de Kay Coles James, présidente de la Heritage Foundation, un groupe de réflexion qui s'oppose à la réglementation des émissions de carbone, adopte une position ferme sur l'immigration et s'oppose à la protection des droits des LGBTQ.
    Si la menace d'une guerre était plus pesante, on pourrait motiver les développeurs à être patriotique en collaborant avec l'armée US.
    Quand il y a une ambiance de guerre froide les étasuniens soutiennent leur armée.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

Discussions similaires

  1. La Chine estime que ses IA juges peuvent statuer dans les tribunaux
    Par Stéphane le calme dans le forum Intelligence artificielle
    Réponses: 8
    Dernier message: 22/08/2019, 14h56
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 05/06/2017, 15h54
  3. [WS 2008 R2] est ce que "Default domain policy" s'applique sur les pc dans conteneur "computers"?
    Par devlopassion dans le forum Windows Serveur
    Réponses: 2
    Dernier message: 21/03/2016, 20h48
  4. La Chine interdit Windows 8 sur les nouveaux PC du gouvernement
    Par Hinault Romaric dans le forum Windows 8
    Réponses: 96
    Dernier message: 05/07/2014, 15h41
  5. Réponses: 18
    Dernier message: 18/03/2007, 20h54

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo