Alphabet bat les prévisions des analystes au 2T19 avec un chiffre d'affaire en hausse de 20%,
mais l'entreprise est de plus en plus attaquée en justice

Alphabet, la maison mère de Google, a publié jeudi un bénéfice net de près de 10 milliards de dollars au deuxième trimestre, largement supérieur aux attentes du marché, et un chiffre d'affaires de 38,9 milliards, en hausse de près de 20% sur un an.

La société a dégagé un bénéfice de 14,21 dollars par action, soit 9,9 milliards de dollars au cours du trimestre, soit près du triple de ce qu’elle avait réalisé l’an dernier en payant une amende de 5,1 milliards de dollars à la Commission européenne.

Les analystes interrogés par FactSet s'attendaient à ce qu'Alphabet publie un bénéfice par action de 11,10 dollars sur un chiffre d'affaires de 38,2 milliards de dollars au deuxième trimestre.

« Nos efforts pour créer un Google plus utile pour tous offrent de nombreuses possibilités d'aider chaque jour les utilisateurs, les partenaires et les entreprises », a déclaré Sundar Pichai, directeur général de Google. « Des améliorations apportées aux produits d’information de base tels que Search, Google Maps et Google Assistant, aux nouvelles avancées en matière d’intelligence artificielle en passant par notre offre croissante en Hardware ainsi que sur le Cloud, je suis extrêmement enthousiasmé par la dynamique des activités de Google et par l’innovation.qui alimente notre croissance »

« Avec un chiffre d’affaires de 38,9 milliards de dollars, en hausse de 19% par rapport au deuxième trimestre de 2018 et de 22% à taux de change constants, nous enregistrons une forte croissance », a déclaré Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet. « Nos investissements continus dans les capacités de calcul et le talent en ingénierie reflètent les opportunités fascinantes que nous voyons dans toute la société »

Nom : google.png
Affichages : 1457
Taille : 81,1 Ko

Alphabet a en outre autorisé le rachat d'actions à hauteur de 25 milliards de dollars, une opération bien accueillie par les investisseurs.

Le titre du géant américain de la recherche en ligne bondissait de plus de 8% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.
Les revenus publicitaires de Google ont à eux seuls représenté 32,6 milliards de dollars, en hausse de 14% sur un an.

Le moteur de recherche, capable de vendre aux annonceurs un ciblage personnalisé et à très grande échelle des consommateurs, capte 31% de parts de marché de la publicité numérique dans le monde, d'après eMarketer

Alphabet investit aussi dans de nombreuses autres domaines comme le Cloud, les solutions de paiement mobile, les appareils (téléphones, enceintes connectées), ou encore les voitures autonomes. Ces activités, rassemblées dans la catégorie Other Bets (autres paris) ont rapporté 162 millions de dollars, et représenté 989 millions de pertes opérationnelles.

Une entreprise sous pression ?

La société n’a pas communiqué sur les préoccupations réglementaires fédérales dans son rapport trimestriel (contrairement à Facebook, qui a déclaré que la Federal Trade Commission avait lancé une enquête antitrust contre elle).

Les élus et les organismes de réglementation fédéraux exercent des pressions croissantes sur divers sujets (tels que son pouvoir de marché, son rôle présumé de catalyseur dans la diffusion des fake news, etc.). Des élus affirment, souvent sans preuve, que son moteur de recherche populaire et ses autres services sont biaisés contre les politiciens et les points de vue conservateurs.

La société a nié ces affirmations à plusieurs reprises.

Nom : gg.png
Affichages : 1413
Taille : 277,3 Ko

Jeudi, la campagne de Tulsi Gabbard, candidate à la présidentielle démocrate, avait poursuivi Google en justice, alléguant que la société avait suspendu son compte de publicité à la suite du premier débat présidentiel. Dans la plainte, il est indiqué que Google a « réduit la campagne au silence » .

Les comptes publicitaires sont automatiquement suspendus dans certains cas, y compris en cas de modification importante des dépenses, a déclaré le porte-parole de Google, Jose Castaneda.

« Nous sommes fiers d'offrir des produits publicitaires qui aident les campagnes à entrer directement en contact avec les électeurs, et nous le faisons sans parti pris pour un parti ou une idéologie politique quelconque », a-t-il déclaré.

Début juin, des sources proches du dossier ont indiqué à Reuters que le gouvernement américain se prépare à enquêter pour savoir si Amazon, Apple, Facebook et Google font un usage abusif de leur énorme pouvoir de marché, pavant le chemin de ce qui pourrait être la plus grande enquête américaine sur des entreprises figurant parmi les plus importantes du monde.

La Federal Trade Commission et le ministère de la Justice, qui appliquent les lois antitrust aux États-Unis, se sont partagées l’examen de ces quatre sociétés, ont déclaré deux sources, Amazon et Facebook étant sous la surveillance de la FTC, et Apple et Google sous celle du ministère de la Justice. .

Une fois la juridiction établie, l'étape suivante consiste pour les deux agences fédérales à décider si elles souhaitent ouvrir des enquêtes formelles. Les résultats ne seront probablement pas rapides. Une précédente enquête FTC de Google a pris plus de deux ans.

Source : Alphabet

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Google catalyseur de fake news ?
Les accusations selon lesquelles Google aurait une dent contre les conservateurs vous semblent-elles fondées ?
Google abuse-t-il de sa position dominante selon vous ? De quelle manière ?

Voir aussi :

L'interception HTTPS du Kazakhstan cible déjà des domaines comme ceux de Facebook, Twitter et Google, soulevant des craintes chez les chercheurs
Google règle pour 11 millions de dollars un procès pour discrimination à l'égard des demandeurs d'emploi plus âgés
Chrome 76 : Google va empêcher les sites Web d'actualité de détecter le mode incognito pour protéger la navigation privée dans son navigateur
Google tente de rassurer les joueurs sur sa vision à long terme pour Stadia, sa plateforme de cloud gaming, qui sera lancée en novembre 2019