Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Membre éprouvé

    Homme Profil pro
    Écrivain public
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    157
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 157
    Points : 1 101
    Points
    1 101
    Billets dans le blog
    36

    Par défaut Enjeux de la contrefaçon logicielle

    Peu comprennent comment fonctionne la contrefaçon logicielle. Une copie informatique d’un original est identique et l’informatique permet d’automatiser. Donc quiconque connaissant l’informatique peut créer une copie logicielle d’un logiciel en série.

    Pour aller plus loin, on s’aperçoit aussi que les logiciels privatifs sont créés essentiellement à partir de sources partagées dites libres. On dit que les logiciels privatifs, pour lesquels Richard Stallman indique régulièrement qu’ils enlèvent des droits parce que l’on cache les sources, afin de les améliorer certes, sont conçus pour que ça rapporte d’une manière ou d’une autre, alors que les sources partagées actuelles vous permettent d’avoir 80 % des logiciels dits privatifs.

    Donc la contrefaçon logicielle relève plus de la fainéantise ou de la désinformation, au mieux elle relève de la performance. Ainsi, si vous expliquez à un enfant comment on crée un logiciel, celui-ci s’apercevra que seuls les logiciels dont a besoin une entreprise nécessitent un paiement permettant garantie, puisqu’il constatera que les logiciels libres couvrent ce dont ont besoin les particuliers.

    Seulement, beaucoup d’entrepreneurs qui achètent des logiciels croient qu’une licence privative serait morale, ce qui est loin d’être le cas. En effet, il y a d’abord le principe de la copie qui demande à vérifier d’où vient le logiciel, alors que la licence privative empêche de savoir cela.

    Mais ça ne s’arrête pas là. Beaucoup de licences privatives indiquent que vous perdez des droits avec le logiciel que vous achetez ou qu’on vous donne aussi. Il n’y a aucune garantie de pérennité sur les logiciels privatifs si vous n’êtes pas en contact direct avec l’entreprise qui crée le logiciel. Par contre un éditeur pourra négocier une garantie si vous la demandez.

    La garantie la plus cruciale est de pouvoir continuer à utiliser le logiciel. Seul le partage des sources permet cela. Ainsi la contrefaçon logicielle nécessite bien plus qu’une comparaison avec des produits industriels. En effet, un logiciel est un service, pas une industrie.

    Une industrie produit en série des articles, ce qui peut être fait avec un ordinateur pour le logiciel. Pourtant, personne n’indique qu’il est un industriel quand il possède un ordinateur. Un logiciel n’agit en réalité de façon industrielle qu’avec des produits matériels.

    Un logiciel peut être diffusé à la vitesse de la lumière partout dans le monde. Donc le logiciel n’est pas comparable à une industrie, nécessitant du temps pour concevoir quelque chose de matériel.

    Un logiciel permet surtout de créer des industries rapidement, de gérer à la vitesse de la lumière partout dans le monde. Ainsi beaucoup de créateurs savent qu’il ne faut aucunement parler de leur idée industrielle tant qu’elle n’est pas produite.

    Par contre, il est très facile pour une entreprise de logiciel de s’approprier les sources d’un logiciel. Plus elle gère partout dans le monde, plus c’est facile d’ailleurs. Il est même facile pour cette entreprise de préparer l’appropriation de logiciels grâce au privatif. En effet, le seul moyen de vérifier qui a contrefait des sources est de comparer certaines parties de l’ensemble des logiciels avec ce qu’on a fait. Seulement, il faut avoir le logiciel pour faire cela, donc l’acheter ou le pirater. Une entreprise qui gère partout dans le monde peut facilement empêcher le piratage de son logiciel. Donc si votre logiciel a une forte valeur monétaire, vous pouvez vous dire qu’il faudra beaucoup d’argent pour vérifier s’il a été copié, ce que vous ne ferez donc pas.

    Le seul moyen actuel pour faire respecter une licence d’un logiciel libre est le contrat. Donc votre logiciel libre ne vous rapportera pas sur la copie mais sur le service, puisque vous obtiendrez le contrat par un service. La démarche est la même pour le logiciel privatif de PME avec le piratage, le piratage des sources d’une PME étant accessible.

    Si vous voyez qu’il n’y a aucun intérêt monétaire à créer du logiciel libre actuellement, vous pouvez aussi constater que pour les PME il est aussi très difficile de perdurer avec seulement du logiciel privatif. Donc il est intéressant pour les PME concurrentes de partager leur logiciel libre de gestion d’entreprise, au lieu de payer chacune un logiciel privatif pouvant être abandonné à tout moment.

    La création d’un logiciel ne relève donc plus de la trouvaille actuellement, mais de la possibilité de développement maximal avec peu de coup, nécessitant le respect des concurrents. Les PME ont cet esprit.

    Les grosses entreprises de logiciel ont par contre intérêt au chacun pour soi pour atteindre un maximum de gains monétaires. En effet, on parle d’industrie du logiciel parce ces grosses entreprises peuvent gérer des industries avec les logiciels privatifs qu’elles possèdent, même s’ils sont gratuits. Une information sur une entreprise peut en effet aller contre cette entreprise.

    L’informatique signifie information électronique, sachant que le logiciel informatique permet d’avoir cette information. Donc un pays qui ne possède pas son informatique ou son réseau national de communication sera dépendant du pays qui possède cette informatique ou ce réseau, les entreprises du pays devant utiliser ce réseau.

    Le logiciel permet donc un développement rapide des industries. Seulement, le réseau d’information du pays permettra de posséder les industries. Si le pays possède son matériel informatique et permet des logiciels libres permettant aux entreprises de développer ses entreprises, celui-ci possédera ses entreprises. Dans l’autre cas, la possession des entreprises relèvera de celui qui possède les informations du pays.

    Il est donc primordial pour un pays de posséder des serveurs d’informations dans ses terres, suffisamment libres grâce aux corporations ou fondations, pour permettre l’association des entreprises permettant développement, puis de posséder l’électronique après avoir acquis les logiciels grâce aux logiciels libres et aux serveurs d’informations locaux.
    Matthieu Giroux - Rennes - 13 Rue François Tanguy Prigent A 15
    Livres : editions.liberlog.org/
    Contact : matthius@framasphere.org
    Tous les liens : www.agoravox.tv/auteur/matthius

  2. #2
    Modérateur
    Avatar de gangsoleil
    Homme Profil pro
    Cyber sécurité
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    9 679
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Cyber sécurité

    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 9 679
    Points : 25 984
    Points
    25 984

    Par défaut

    Bonjour,

    Je n'ai pas tout compris, loin de là, à ton discours, mais il y a quand même plusieurs points sur lesquels je ne suis pas d'accord, notamment celui-ci :
    les logiciels privatifs sont créés essentiellement à partir de sources partagées dites libres
    Si tu penses que les logiciels propriétaires sont des copiés/collés de tout ou partie de logiciels libres, tu es très loin de la vérité. À l'heure actuelle, chez les éditeurs logiciels que je connais, soit l'entreprise utilise directement un logiciel gratuit (peu importe qu'il soit libre ou non), soit s'il n'existe pas de logiciel permettant de faire ce qu'elle veut, alors elle en fait le développement en interne, et cela devient un logiciel propriétaire.

    Mais la plupart des développeurs savent que prendre des bouts de truc à droite et à gauche pour en faire un autre bidule, c'est se tirer une balle dans le pied. Ça n'empêche pas certains de le faire parfois, mais c'est très loin d'être la majorité des développements.

    Pour le reste, je n'ai pas compris, notamment sur le coût de faire valoir ses droits sur un logiciel.
    "La route est longue, mais le chemin est libre" -- https://framasoft.org/
    Les règles du forum

  3. #3
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Technicien maintenance
    Inscrit en
    novembre 2012
    Messages
    252
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vienne (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien maintenance
    Secteur : Administration - Collectivité locale

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2012
    Messages : 252
    Points : 592
    Points
    592

    Par défaut

    Bonjour,

    Donc quiconque connaissant l’informatique peut créer une copie logicielle d’un logiciel en série.
    Faux, certains logiciels comme les jeux disposent de protection contre la copie et il n'est pas donné à tout le monde d'en faire des copies.

    Pour aller plus loin, on s’aperçoit aussi que les logiciels privatifs sont créés essentiellement à partir de sources partagées dites libres.
    Quelles sont vos sources ? Beaucoup de logiciels privatifs sont des créations originales dont le code source n'est pas diffusé.

  4. #4
    Membre éprouvé

    Homme Profil pro
    Écrivain public
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    157
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 157
    Points : 1 101
    Points
    1 101
    Billets dans le blog
    36

    Par défaut

    Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
    Bonjour,

    Je n'ai pas tout compris, loin de là, à ton discours, mais il y a quand même plusieurs points sur lesquels je ne suis pas d'accord, notamment celui-ci :


    Si tu penses que les logiciels propriétaires sont des copiés/collés de tout ou partie de logiciels libres, tu es très loin de la vérité. À l'heure actuelle, chez les éditeurs logiciels que je connais, soit l'entreprise utilise directement un logiciel gratuit (peu importe qu'il soit libre ou non), soit s'il n'existe pas de logiciel permettant de faire ce qu'elle veut, alors elle en fait le développement en interne, et cela devient un logiciel propriétaire.

    Mais la plupart des développeurs savent que prendre des bouts de truc à droite et à gauche pour en faire un autre bidule, c'est se tirer une balle dans le pied. Ça n'empêche pas certains de le faire parfois, mais c'est très loin d'être la majorité des développements.

    Pour le reste, je n'ai pas compris, notamment sur le coût de faire valoir ses droits sur un logiciel.
    essentiellement signifie un article qui indique qu'il y a 80 % de logiciels libres dans un logiciel privatif quelconque, sachant qu'il s'agit surtout de pouvoir vérifier cela.

    Avec le RAD c'est facile. DELPHI c'est WINDOWS. Lazarus est plus joli avec GTK2 ou 3.
    Matthieu Giroux - Rennes - 13 Rue François Tanguy Prigent A 15
    Livres : editions.liberlog.org/
    Contact : matthius@framasphere.org
    Tous les liens : www.agoravox.tv/auteur/matthius

  5. #5
    Membre éprouvé

    Homme Profil pro
    Écrivain public
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    157
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 157
    Points : 1 101
    Points
    1 101
    Billets dans le blog
    36

    Par défaut

    Citation Envoyé par xdelatour Voir le message
    Bonjour,


    Faux, certains logiciels comme les jeux disposent de protection contre la copie et il n'est pas donné à tout le monde d'en faire des copies.
    La question est à ce niveau plutôt quand avec qui.
    Si vous avez un ami geek pauvre, il peut vous faire cela gratuitement. Cela se trouve en France.

    Citation Envoyé par xdelatour Voir le message

    Quelles sont vos sources ? Beaucoup de logiciels privatifs sont des créations originales dont le code source n'est pas diffusé.

    La licence libre permet de trouver la source. Donc vous ne devriez pas utiliser le mot source.

    Vous vous intéressez à l'article. J'explique dans l'article que le problème est plutôt combien vous possédez en argent pour faire cela sans le dire.

    La création dite originale permet la fraude effectivement.
    Matthieu Giroux - Rennes - 13 Rue François Tanguy Prigent A 15
    Livres : editions.liberlog.org/
    Contact : matthius@framasphere.org
    Tous les liens : www.agoravox.tv/auteur/matthius

  6. #6
    Modérateur
    Avatar de gangsoleil
    Homme Profil pro
    Cyber sécurité
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    9 679
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Cyber sécurité

    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 9 679
    Points : 25 984
    Points
    25 984

    Par défaut

    Citation Envoyé par matthius Voir le message
    essentiellement signifie un article qui indique qu'il y a 80 % de logiciels libres dans un logiciel privatif quelconque, sachant qu'il s'agit surtout de pouvoir vérifier cela.
    Serait-il possible d'avoir la source de cet article ?
    Ce chiffre me paraît énorme, et les logiciels propriétaires sur lesquels j'ai travaillé sont très très loin de ce chiffre. Je parle ici de logiciels dépassant le million de lignes de code.

    Avec le RAD c'est facile. DELPHI c'est WINDOWS. Lazarus est plus joli avec GTK2 ou 3.
    Pourrais-tu faire des phrase complètes, qui permettrait de mieux te comprendre ? Oui, Delphi tourne principalement sur Windows, mais je ne vois pas le rapport. Le fait de développer avec un RAD n'a rien à voir avec le fait d'intégrer tout ou partie d'un logiciel libre dans une application -- les licences des RAD sont très claires quant au fait que la licence s'applique sur le RAD en lui-même, et pas du tout sur le code produit.

    Quelles sont vos sources ? Beaucoup de logiciels privatifs sont des créations originales dont le code source n'est pas diffusé.
    La licence libre permet de trouver la source. Donc vous ne devriez pas utiliser le mot source.
    Et pourtant, on parle bien des sources d'un article, d'un journaliste, etc. Il s'agit de l'origine si vous préférez, mais l'emploi du mot source est tout à fait justifié ici, et ne porte nullement à confusion.
    Par ailleurs, quel rapport entre source et licence libre ?

    J'explique dans l'article que le problème est plutôt combien vous possédez en argent pour faire cela sans le dire.

    La création dite originale permet la fraude effectivement.
    Je suis désolé, mais là encore j'ai du mal à te suivre... La création orginale permet la fraude, ce n'est pas antinomique ?? En quoi est-ce que ca permet la fraude ?
    Sinon, pour "l'argent", je suppose que tu te réfères à ce paragraphe :
    Par contre, il est très facile pour une entreprise de logiciel de s’approprier les sources d’un logiciel. Plus elle gère partout dans le monde, plus c’est facile d’ailleurs. Il est même facile pour cette entreprise de préparer l’appropriation de logiciels grâce au privatif. En effet, le seul moyen de vérifier qui a contrefait des sources est de comparer certaines parties de l’ensemble des logiciels avec ce qu’on a fait. Seulement, il faut avoir le logiciel pour faire cela, donc l’acheter ou le pirater. Une entreprise qui gère partout dans le monde peut facilement empêcher le piratage de son logiciel. Donc si votre logiciel a une forte valeur monétaire, vous pouvez vous dire qu’il faudra beaucoup d’argent pour vérifier s’il a été copié, ce que vous ne ferez donc pas.
    Mais déjà là, tu n'es pas clair : veux-tu dire que seules les grosses entreprises ont la possibilité de faire valoir leur droit ? Qu'il est impossible de faire respecter une licence libre (laquelle d'ailleurs) ? Ou autre chose ?
    "La route est longue, mais le chemin est libre" -- https://framasoft.org/
    Les règles du forum

  7. #7
    Membre du Club Avatar de openlowcode
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    juin 2019
    Messages
    31
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : juin 2019
    Messages : 31
    Points : 60
    Points
    60

    Par défaut

    Citation Envoyé par xdelatour Voir le message
    Faux, certains logiciels comme les jeux disposent de protection contre la copie et il n'est pas donné à tout le monde d'en faire des copies.
    D'ailleurs, je me demande toujours si le goût de nos éditeurs de jeux pour rendre obligatoire le réseau n'est pas particulièrement motivé par l'excellente protection contre la fraude que cela constitue.
    Open Lowcode Applications sur mesure, résultats rapides et à coûts réduits (repo Github)

  8. #8
    Membre éprouvé

    Homme Profil pro
    Écrivain public
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    157
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 157
    Points : 1 101
    Points
    1 101
    Billets dans le blog
    36

    Par défaut

    Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
    Serait-il possible d'avoir la source de cet article ?
    Ce chiffre me paraît énorme, et les logiciels propriétaires sur lesquels j'ai travaillé sont très très loin de ce chiffre. Je parle ici de logiciels dépassant le million de lignes de code.


    Pourrais-tu faire des phrase complètes, qui permettrait de mieux te comprendre ? Oui, Delphi tourne principalement sur Windows, mais je ne vois pas le rapport. Le fait de développer avec un RAD n'a rien à voir avec le fait d'intégrer tout ou partie d'un logiciel libre dans une application -- les licences des RAD sont très claires quant au fait que la licence s'applique sur le RAD en lui-même, et pas du tout sur le code produit.


    Et pourtant, on parle bien des sources d'un article, d'un journaliste, etc. Il s'agit de l'origine si vous préférez, mais l'emploi du mot source est tout à fait justifié ici, et ne porte nullement à confusion.
    Par ailleurs, quel rapport entre source et licence libre ?


    Je suis désolé, mais là encore j'ai du mal à te suivre... La création orginale permet la fraude, ce n'est pas antinomique ?? En quoi est-ce que ca permet la fraude ?
    Sinon, pour "l'argent", je suppose que tu te réfères à ce paragraphe :

    Mais déjà là, tu n'es pas clair : veux-tu dire que seules les grosses entreprises ont la possibilité de faire valoir leur droit ? Qu'il est impossible de faire respecter une licence libre (laquelle d'ailleurs) ? Ou autre chose ?
    J'ai créé un savoir-faire dit BPM à partir de 2003, puis partagé avec autorisation en 2006 en GNU*GPL.
    Matthieu Giroux - Rennes - 13 Rue François Tanguy Prigent A 15
    Livres : editions.liberlog.org/
    Contact : matthius@framasphere.org
    Tous les liens : www.agoravox.tv/auteur/matthius

  9. #9
    Membre éclairé Avatar de viper1094
    Homme Profil pro
    Lycéen
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    490
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations professionnelles :
    Activité : Lycéen

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 490
    Points : 719
    Points
    719

    Par défaut

    Citation Envoyé par openlowcode Voir le message
    D'ailleurs, je me demande toujours si le goût de nos éditeurs de jeux pour rendre obligatoire le réseau n'est pas particulièrement motivé par l'excellente protection contre la fraude que cela constitue.
    Minecraft , ils ont essayé pendant un moment si mes souvenirs sont bon.
    "C'est d'un ennui…"

    Shikamaru Nara

    Mon site (en construction) : http://arhacknide.com

  10. #10
    Membre chevronné
    Avatar de Bidouille
    Inscrit en
    mars 2003
    Messages
    1 206
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : mars 2003
    Messages : 1 206
    Points : 1 867
    Points
    1 867

    Par défaut

    Un logiciel libre est mis à disposition avec une licence.
    Cette dernière donne ou non le droit d'utilisation dans un logiciel propriétaire.

    Je ne vois aucune illégalité là-dedans.
    Rédacteur PHP / Delphi ADO / Novell / OpenOffice.org

    Inutile de m'envoyer vos questions par MP, je ne réponds que par le forum.

Discussions similaires

  1. Quel logiciel (EDI) pour débuter en programmation ?
    Par mimosa69 dans le forum Débats sur le développement - Le Best Of
    Réponses: 13
    Dernier message: 17/01/2016, 16h45
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 17/02/2010, 09h14
  3. Victime d'une contrefaçon logicielle
    Par NFS162009 dans le forum Windows XP
    Réponses: 3
    Dernier message: 12/06/2009, 11h31
  4. Cours, tutoriels, logiciels, F.A.Q,... pour le langage SQL
    Par Marc Lussac dans le forum Langage SQL
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/04/2002, 10h21

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo