Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 794
    Points : 124 720
    Points
    124 720
    Par défaut USA : l'enquête antitrust pourrait s'élargir au-delà du secteur de la publicité chez Google
    Google pourrait faire face à une enquête antitrust imminente du ministère américain de la Justice,
    sur ses vastes activités en ligne

    Le ministère américain de la Justice prépare une enquête sur Google pour Alphabet Inc. afin de déterminer si le géant de la technologie a enfreint la loi antitrust en exploitant ses vastes activités en ligne, ont déclaré deux sources proches du dossier à Reuters.

    Des responsables de la division antitrust du ministère de la Justice et de la Commission fédérale du commerce (FTC), qui appliquent tous deux la loi antitrust, se sont réunis ces dernières semaines pour discuter du cas de Google, ont déclaré les sources, qui ont demandé à conserver l'anonymat parce qu'elles n'étaient pas autorisées à prendre la parole.

    Auparavant, la FTC avait engagé des poursuites contre la société en 2011 au sujet de l’installation de cookies de suivi dans le navigateur Safari d’Apple. Cette affaire a été résolue un an plus tard par une condamnation civile de 22,5 millions de dollars, à l'époque le plus important jugement de ce genre jamais remporté par la FTC devant les tribunaux.

    La FTC a lancé une autre enquête sur Google en 2013 pour de vastes violations des lois antitrust, mais a clos le dossier sans engager de poursuite, se contentant de lui donner une tape sur les doigts. Sous la pression de la FTC, Google a accepté de mettre fin à la pratique consistant à « supprimer » les critiques et autres données des sites Web des concurrents pour ses propres produits, et à permettre aux annonceurs d’exporter des données afin d’évaluer leurs campagnes de manière indépendante.

    À présent, le ministère de la Justice est à la tête d'une nouvelle évaluation antitrust potentiellement sans précédent de la société. En effet, une source a déclaré que l'enquête potentielle, rapportée pour la première fois par le Wall Street Journal, portait sur des accusations selon lesquelles Google donnerait la préférence à ses propres entreprises dans les recherches.

    Nom : bureau.jpg
Affichages : 1788
Taille : 19,4 Ko

    La recherche de Google, YouTube, les critiques, les cartes et d’autres activités, largement gratuites pour les consommateurs car financées par la publicité, ont permis à Google de passer du statut de jeune entreprise à multinationale figurant parmi les plus riches du monde en seulement deux décennies.

    En cours de route, Google s’est fait des ennemis à la fois dans le monde de la technologie, étant donné que ses concurrents se sont plaints à plusieurs reprises d’un abus de position dominante, et à Washington, où les législateurs se sont plaints de problèmes allant de son prétendu parti pris politique à ses projets pour la Chine.

    Le directeur général et co-fondateur de TripAdvisor, Stephen Kaufer, s'est félicité des informations selon lesquelles Google pourrait être soumis à un contrôle antitrust du Département de la justice.

    « TripAdvisor reste préoccupée par les pratiques de Google aux États-Unis, dans l'Union européenne et dans le monde entier » , a déclaré Kaufer dans un communiqué.

    « Pour le bien des consommateurs et la concurrence sur Internet, nous nous félicitons de tout regain d’intérêt des autorités de réglementation américaines pour le comportement anticoncurrentiel de Google ».

    La candidate démocrate à la présidence, Elizabeth Warren, a fait pression pour que Google, ainsi que d’autres grandes entreprises de la technologie, soient dissociées. La sénatrice Kamala Harris, également candidate à la présidence du parti démocrate, lui a fait écho.

    « Il s'agit d'une très grosse nouvelle et attendue depuis longtemps », a déclaré sur Twitter le sénateur Josh Hawley, critique républicain de Google, à propos de l'enquête.

    La situation européenne

    Google a fait également face à des accusations d’abus de position dominante en Europe :

    Android

    Mi-juillet, la Commission européenne a infligé une amende de 4,34 milliards d'euros (soit 5 milliards de dollars) à Google pour violation des règles de concurrence de l'UE avec Android. « Aujourd'hui, l'internet mobile représente plus de la moitié du trafic internet mondial. Il a changé la vie de millions d'Européens », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué. « L'affaire qui nous occupe porte sur trois types de restrictions imposées par Google aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux pour faire en sorte que le trafic sur les appareils Android soit dirigé vers le moteur de recherche de Google. De cette manière, Google utilise Android comme un véhicule pour consolider la position dominante de son moteur de recherche. Ces pratiques ont privé ses concurrents de la possibilité d'innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des avantages d'une concurrence effective sur le marché important des appareils mobiles », dit-elle.

    Nom : google-ue-google.jpg
Affichages : 1540
Taille : 105,4 Ko

    Restrictions sur AdSense

    En mars 2019, le géant de la recherche a été condamné à payer 1,49 milliard d’euros en raison de ses restrictions sur AdSense, la régie publicitaire qui détient 80 % du marché européen de l’intermédiation publicitaire en ligne.

    « Google a consolidé sa position dominante dans les annonces de recherche en ligne et s'est protégé de la pression concurrentielle en imposant des restrictions contractuelles anticoncurrentielles aux sites Web tiers. C'est illégal en vertu des règles antitrust de l'UE. L'inconduite a duré plus de dix ans et a privé d'autres entreprises de la possibilité de rivaliser sur le fond et d'innover - et les consommateurs des avantages de la concurrence » a déclaré Margrethe Vestager.

    Nom : google.png
Affichages : 1554
Taille : 208,2 Ko

    AdSense est la régie publicitaire de Google utilisant les sites web ou les vidéos YouTube comme support pour ses annonces. Pour qu'un webmaster devienne partenaire d'AdSense et génère des revenus publicitaires pour son propre compte, il doit publier du contenu sur son propre site et y faire figurer le code Adsense fourni par Google.

    La débauche de Google concerne l’interdiction aux éditeurs de placer des moteurs de recherche concurrents sur leurs sites web. Pire encore, les éditeurs devaient demander l’autorisation écrite de Google avant d'entrer tout changement concernant l’affichage de publicités rivales.

    Google Shopping

    En 2017, Google a été menacé d’une amende de 2,4 milliards d'euros par la Commission européenne. Pour y échapper, l’entreprise devait créer des conditions de concurrence équitables, selon des concurrents tels que les sites de comparaison britanniques Foundem et Kelkoo et d'autres les marchés de la recherche, de la cartographie numérique et de l'édition.

    La proposition de Google consiste à permettre aux concurrents d'enchérir sur les annonces en haut d'une page de recherche afin de leur donner la chance de concourir sur un pied d'égalité.

    Nom : mar.png
Affichages : 1536
Taille : 220,0 Ko
    Margrethe Vestager

    Un an après, les commissaires européens se sont appuyés sur des chiffres pour indiquer que la concurrence allait en s’améliorant. Margrethe Vestager a déclaré en juin 2018 : « Nous savons, d’après notre suivi, qu’il y a eu une augmentation constante des chiffres au cours des derniers mois. Les données les plus récentes montrent qu’au moins un rival apparaît dans environ un tiers des nouveaux encarts commerciaux , contre 15 % en mars dernier ».

    Une situation qui s’avère donc meilleure que celle qui prévalait, bien qu’encore loin d’une situation d’une solution considérée comme plus équitable par les lobbies.

    Quant aux clics sur les produits affichés par les solutions rivales de Google Shopping, ils sont aussi en hausse : ils sont passés de 2,5 % en février 2018 à 6,1 % en juin 2018 : « De même, la part des clics des produits des concurrents dans les boîtes de shopping Google a également augmenté de 2,5 % en février à 6,1 % maintenant. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Nous continuerons notre surveillance active et parlerons aux participants du marché », a-t-elle fait savoir.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette situation ? Cela est-il surprenant ou pouvait-on s'y attendre ?

    Voir aussi :

    Vente de smartphones : Huawei enregistre la plus forte croissance et reste second malgré son absence aux USA, d'après les statistiques de Gartner
    La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei
    Huawei dépose une plainte pour l'annulation du décret d'interdiction de ses équipements aux USA, signé par Trump, qu'il juge « anticonstitutionnel »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Développeur backend junior - Symfony
    Inscrit en
    janvier 2018
    Messages
    293
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 25
    Localisation : France, Aisne (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur backend junior - Symfony
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2018
    Messages : 293
    Points : 675
    Points
    675
    Par défaut
    Cela irai dans le sens de la volonté des actionnaires d'Alphabet de faire un démantèlement de la structure en entités distinctes du coup.

  3. #3
    Membre expert Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    DevOp, Tech leader
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 051
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : DevOp, Tech leader

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 051
    Points : 3 785
    Points
    3 785
    Par défaut
    Sauf que le ministère de la Justice s'attaque aussi à Apple; la FTC se chargeant de Facebook et Amazon. source les échos et le figaro.fr source
    Après l'Europe et Margrethe Vestager, les Etats-Unis siffle la fin de la récréation.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 794
    Points : 124 720
    Points
    124 720
    Par défaut Les USA envisagent une importante enquête antitrust sur Apple, Amazon, Google et Facebook
    Les USA envisagent une importante enquête antitrust sur Apple, Amazon, Google et Facebook,
    une menace qui fait chuter le prix des actions

    Le gouvernement américain se prépare à enquêter pour savoir si Amazon, Apple, Facebook et Google font un usage abusif de leur énorme pouvoir de marché, ont déclaré lundi à Reuters des sources proches, pavant le chemin de ce qui pourrait être la plus grande enquête américaine sur des entreprises figurant parmi les plus importantes du monde.

    La Federal Trade Commission et le ministère de la Justice, qui appliquent les lois antitrust aux États-Unis, se sont partagées l’examen de ces quatre sociétés, ont déclaré deux sources, Amazon et Facebook étant sous la surveillance de la FTC, et Apple et Google sous celle du ministère de la Justice. .

    Une fois la juridiction établie, l'étape suivante consiste pour les deux agences fédérales à décider si elles souhaitent ouvrir des enquêtes formelles. Les résultats ne seront probablement pas rapides. Une précédente enquête FTC de Google a pris plus de deux ans.

    Aux États-Unis et dans le monde entier, les entreprises technologiques font face à des réactions négatives, alimentées par les inquiétudes de leurs concurrents, des législateurs et des groupes de consommateurs, selon lesquelles les entreprises ont trop de pouvoir et nuisent aux utilisateurs et aux entreprises rivales.

    Le ministère de la Justice et la FTC ne parlent généralement pas des enquêtes.

    Nom : amazon.png
Affichages : 2087
Taille : 251,6 Ko

    Le président américain, Donald Trump, a appelé à un examen plus approfondi des entreprises de médias sociaux et de Google, les accusant de supprimer les voix conservatrices en ligne, sans présenter aucune preuve.

    Il a à plusieurs reprises reproché à Amazon d’avoir profité du service postal américain, également sans preuves. Trump s’est souvent attaqué au directeur général d’Amazon, Jeff Bezos, qui détient en privé le Washington Post, un journal qui critique souvent Trump.

    Les législateurs approuvent

    Les principaux législateurs des deux côtés de l'allée se sont félicités des enquêtes potentielles menées sur les grandes entreprises de technologie.

    La présidente du comité judiciaire du Sénat, Lindsey Graham, républicaine, a déclaré à Reuters que le modèle économique de sociétés telles que Google et Facebook devait être examiné de près. « C’est tellement puissant et tellement non réglementé », a-t-elle déclaré. La sénatrice Marsha Blackburn, une autre républicaine, a déclaré que le panel ferait ce qu’elle a appelé une « plongée plus profonde » dans les grandes entreprises de technologie.

    Nom : apple.png
Affichages : 1790
Taille : 120,2 Ko

    Le sénateur démocrate Richard Blumenthal, qui a déclaré lundi que les autorités américaines devaient faire plus que se tordre les mains au sujet de l’influence des entreprises, a également pris la parole.

    « Leur pouvoir prédateur exige une enquête stricte et rigoureuse et une action antitrust », a écrit le sénateur du Connecticut sur Twitter.

    Par ailleurs, le Comité judiciaire de la Chambre des représentants a ouvert sa propre enquête sur la concurrence sur les marchés numériques, les républicains et les démocrates s'inquiétant du pouvoir exercé par les géants de la technologie.

    Vendredi dernier, le ministère de la Justice préparait le terrain pour enquêter sur Google afin de déterminer si la plus grande plateforme de publicité en ligne au monde utilisait sa taille pour écarter les petits concurrents, enfreignant les lois conçues pour assurer une concurrence loyale.

    Le Washington Post a rapporté samedi qu'Amazon relèverait de la compétence de la FTC dans toute enquête.

    Les personnes informées à ce sujet affirment que ni le ministère de la Justice ni la FTC n'ont contacté Google ou Amazon à propos de telles enquêtes, et que les dirigeants de l'entreprise ne sont pas au courant des problèmes examinés par les régulateurs.

    Déjà un impact sur le prix des actions

    Les actions d’Alphabet Inc. ont cédé 6% lundi à la suite d’informations selon lesquelles le ministère américain de la Justice pourrait ouvrir une enquête sur Google pour avoir entravé la concurrence.

    L'enquête potentielle constitue la dernière attaque contre une société de technologie par l'administration Trump, qui a accusé les sociétés de médias sociaux et Google de réprimer les voix conservatrices sur leurs plateformes en ligne.

    La capitalisation boursière d’Alphabet a été réduite de 54 milliards de dollars, ses actions enregistrant leur plus forte baisse hors bénéfice depuis avril 2011. Facebook Inc a clôturé à la baisse de 7,5%, tandis qu’Amazon.com a chuté d’environ 5%.

    Nom : google.png
Affichages : 1800
Taille : 277,3 Ko

    Les actions d’Amazon ont également été influencées par la nouvelle que la société pourrait faire face à une surveillance antitrust accrue dans le cadre d’un nouvel accord entre les autorités de réglementation américaines, qui met le géant du commerce électronique sous le contrôle de la commission du commerce.

    L’analyste Evercore ISI, Kevin Rippey, a réduit son objectif de cours sur l’action Alphabet de 50 USD à 1 200 USD, le deuxième plus bas de Wall Street et bien en deçà de l’objectif de cours médian de 1350 USD.

    « Pour les investisseurs, l’enquête intervient à un moment où l’affaire à la hausse du titre est remise en cause par les craintes d’un ralentissement brutal des recettes au dernier trimestre », a déclaré Rippey.

    « Alors que précédents suggèrent que Google dispose d'un large pouvoir discrétionnaire sur l'orientation des résultats de la recherche, les questions soulevées à la suite d'une enquête remettront en cause la possibilité d'expansion multiple », a-t-il ajouté.

    La recherche de Google, YouTube, les critiques, les cartes et d’autres activités, largement gratuites pour les consommateurs mais financées par la publicité, l’ont propulsée de la jeune entreprise qu’elle était à l’une des plus riches du monde en seulement deux décennies.

    En cours de route, Google s'est fait des ennemis dans le monde de la technologie, qui se sont plaints auprès des autorités judiciaires de sa domination du marché, ainsi qu'à Washington, où les législateurs se sont plaints de problèmes allant de son prétendu parti pris politique à ses projets pour la Chine.

    Nom : facebook.png
Affichages : 1785
Taille : 90,3 Ko

    Justin Post, analyste chez Merrill Lynch, de la Bank of America, a déclaré qu'une éventuelle enquête pourrait conduire à un démantèlement.

    « Pour démanteler Google, le ministère de la justice devrait probablement intenter une action en justice et convaincre les juges que Google a compromis la concurrence. Il est très rare de démanteler une entreprise, mais ça ne sera pas une première », a écrit Post dans une note.

    Google a également été confronté à une panne généralisée dimanche en raison de son taux de congestion élevé dans l'est des États-Unis, affectant de nombreux services dans Google Cloud, G Suite et YouTube. La société a déclaré par la suite avoir identifié la cause fondamentale et résolu le problème, sans donner plus de détails.

    Le ministère américain de la Justice est compétent pour une éventuelle enquête sur Apple Inc dans le cadre d'un examen plus large visant à déterminer si les géants de la technologie utilisent leur taille pour agir de manière anticoncurrentielle, ont déclaré à Reuters deux sources.

    Le ministère américain de la Justice envisage également d’enquêter sur Apple

    Comme pour le cas de Google, c’est le ministère américain de la Justice qui est compétent pour une éventuelle enquête sur Apple Inc dans le cadre d'un examen plus large visant à déterminer si les grandes enseignes de la technologie utilisent leur position dominante pour agir de manière anticoncurrentielle.

    Les sources n’ont pas précisé les inquiétudes potentielles du gouvernement concernant Apple.

    Spotify Technology SA, leader de la musique en streaming, a critiqué les pratiques du fabricant d’iPhone, décrivant la société comme anticoncurrentielle dans le cadre d’une plainte déposée auprès des autorités de contrôle de la concurrence de l’Union européenne. La plainte de Spotify repose sur des frais de 30%. Apple demande aux fournisseurs de services basés sur le contenu d’utiliser le système d’achat intégré d’Apple.

    La société a déjà défendu ses pratiques en affirmant qu'elle ne perçoit une commission que si un bien ou un service est vendu via une application. « Nos utilisateurs font confiance à Apple - et cette confiance est essentielle à la manière dont nous gérons un magasin équitable et compétitif pour la distribution d'applications pour développeurs », a déclaré Apple précédemment.

    Sources : Reuters (1, 2)

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Vente de smartphones : Huawei enregistre la plus forte croissance et reste second malgré son absence aux USA, d'après les statistiques de Gartner
    La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei
    Huawei dépose une plainte pour l'annulation du décret d'interdiction de ses équipements aux USA, signé par Trump, qu'il juge « anticonstitutionnel »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre expert Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    DevOp, Tech leader
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 051
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : DevOp, Tech leader

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 051
    Points : 3 785
    Points
    3 785
    Par défaut
    J'en pense que cela va ouvrir une voie royale à MS.

    Edit : Du fait de la particularité des GAFA, le Congrès se penche sur le cas pour faire une loi. Cela pourrait atténuer les sanctions sans pour autant ne pas freiner leur expansion et leur monopole.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  6. #6
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 794
    Points : 124 720
    Points
    124 720
    Par défaut Tim Cook : Apple n'est pas en situation de monopole puisqu'il vend moins que Samsung et Huawei
    Tim Cook : Apple n'est pas en situation de monopole puisqu'il vend moins que Samsung et Huawei,
    « Nous n’avons une position dominante sur aucun marché »

    Apple continue à se défendre contre les multiples accusations selon lesquelles la société aurait recours à des pratiques monopolistiques via son App Store. Juste après avoir présenté des nouveautés à la communauté des développeurs et à la presse lors de l’édition 2019 de la WWDC, Tim Cook a accordé une interview à CNBC pour présenter ses arguments.

    Le PDG d'Apple est clair : Apple n'est pas en situation de monopole. Pour le justifier, il s’appuie sur la part de marché de l’iPhone dans le monde, qui est loin d’être dominante. Le PDG indique que Samsung et Huawei, par exemple, sont plus avancés en termes de ventes d'appareils.

    « Je pense que nous devrions être surveillés. Mais si vous regardez notre politique, quelle que soit la mesure prise, Apple détient-elle un monopole ou non ? Je ne pense pas que quiconque raisonnable puisse en venir à la conclusion que Apple détient un monopole », précisant que « Notre part est beaucoup plus modeste. Nous n’avons une position dominante sur aucun marché ».

    Apple a pris du retard sur Samsung et Huawei en termes de part de marché mondiale pour les smartphones à partir du premier trimestre de 2019, selon l'International Data Corporation. Alors que l’iPhone semble omniprésent aux États-Unis, d’autres marques sont plus répandues à l’international.

    Étant donné la part de marché relativement réduite d’Apple dans cet espace, Cook a déclaré: « Nous ne sommes pas en situation de monopole ».

    Nom : app store.png
Affichages : 1863
Taille : 379,8 Ko

    Le monopole ne concerne pas la quantité d’iPhone vendus

    Mais l'argument antitrust contre Apple ne repose pas sur ses ventes d'iPhone. Les partisans du démantèlement des grandes entreprises technologiques, parmi lesquels figure la candidate démocrate à la présidence, la sénatrice Elizabeth Warren du Massachusetts, affirment que des sociétés comme Apple ne devraient pas être en mesure de gérer des marchés et de vendre leurs propres produits.

    La situation de Spotify

    Les développeurs d'applications comme Spotify se sont plaints que Apple utilise son App Store pour limiter injustement ses concurrents à ses propres services.

    Pour rappel, tout a commencé en 2016 lorsque, dans le combat pour contrôler le marché du streaming musical, une mise à jour de l’application Spotify sur iOS a été refusée. Spotify, sans évoquer explicitement les motifs de rejet, s’en est prise à Apple. Elle a accusé la firme de Tim Cook d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique. En guise de justification, Apple a expliqué que l’éditeur ne respecte pas les règles commerciales. En effet, Spotify ne proposait plus à ses utilisateurs la possibilité de s’inscrire à son offre premium depuis son application. Une décision qui ne plairait pas à beaucoup d’utilisateurs, mais qui permettait au service d’éviter de payer les 30 % de commission à Apple comme l’exigent les règles de l’App Store. Or, Spotify proposait de le faire en passant par son site officiel, ce qui serait contraire aux règles imposées par Apple, qui stipulent qu’un développeur doit proposer la possibilité de s’abonner depuis l’application si un tel abonnement pouvait être souscrit ailleurs.

    La firme de Cupertino a estimé que les propos tenus par Spotify sont infondés et ne justifient guère son agacement. De plus, la firme a déclaré regretter le fait que Spotify a décidé de rendre l’affaire publique. Bruce Sewell, directeur juridique d’Apple, a envoyé un courrier pour clarifier la situation avec une certaine ironie : « Il ne fait aucun doute que Spotify a largement bénéficié de son association avec l’App Store. Depuis votre arrivée en 2009 sur l’App Store, la plateforme d’Apple vous a fourni 160 millions de téléchargements pour votre application, engendrant des centaines de millions de dollars de revenus incrémentiels pour Spotify. C’est pourquoi nous sommes troublés que vous demandiez à être exemptés des règles qui s’appliquent à tous les développeurs ».

    Nom : spotify.png
Affichages : 1734
Taille : 105,9 Ko

    Apple a souligné dans sa lettre que ses règles s’appliquent à tout le monde, dans le but de favoriser la compétition et non pas de la dissoudre. Les autres services concurrents de streaming de musique proposent leurs applications sur l’App Store et sont soumis aux mêmes conditions. Pour la firme, Spotify demande un traitement de faveur, elle voudrait profiter des avantages de l’écosystème mis en place par Apple sans suivre les règles et payer une compensation. Bruce Sewell a précisé les motifs du rejet de la mise à jour de l’application Spotify, à savoir l’impossibilité de s’abonner directement depuis l’application iOS et l’affichage d’une simple bannière d’information, une tentative « manifeste de contourner les règles d’achats in-App de l’App Store ». Enfin il a noté qu’il serait heureux de permettre et de faciliter la validation de la mise à jour de Spotify sur iOS, dès qu’elle sera conforme aux règles et réincorporera la fonction d’abonnement dans l’application.

    Les possesseurs d’iPhone attaquent Apple

    Récemment, la Cour suprême a statué contre Apple, affirmant que les consommateurs pourraient intenter une action en justice selon laquelle c’est à cause de la commission de 30% prélevé sur les ventes d’applications transitant sur sa vitrine de téléchargement que les développeurs et les entreprises sont obligés de faire répercuter sur eux le prix final.

    D'autres développeurs poursuivent Apple

    Des développeurs iOS ont lancé un recours collectif contre Apple, affirmant que l’éditeur d’iOS s’était accaparé le marché des applications iOS avec son App Store et s’est servi de son monopole pour mettre en œuvre des commissions et des frais « destructeurs de profits » pour les développeurs qui donnent vie aux produits Apple, selon les avocats de Hagens Berman.

    Les développeurs ont déclaré qu'Apple maintenait depuis des années un monopole sur la vente et la distribution d'applications iOS et ont décidé de poursuivre l’éditeur devant un tribunal fédéral américain dans le but de mettre un terme à sa « monopolisation abusive de ce marché ». L’action en justice vise le statut d’action collective, de sorte qu’elle pourrait potentiellement représenter toute personne ayant déjà vendu une application iOS aux États-Unis.


    Il ne fait aucun doute qu'Apple a un contrôle presque complet sur la distribution des applications iOS. À quelques exceptions près, toutes les applications doivent passer par l’App Store et toutes doivent se conformer aux règles d’Apple pour pouvoir accéder aux plateformes matérielles d’Apple. La question est de savoir si le fait qu’Apple maintient un tel contrôle constitue une situation de monopole illégal.

    Les plaignants, les développeurs d'une application pour trouver des prénoms de bébés et d'une application d'entraînement en basket-ball, affirment qu'Apple « étouffe l'innovation », déprécient les achats réalisés avec et au sein d'applications iOS et limite le développement global en appliquant de telles règles strictes.

    Déjà des retombées sur les actions des GAFA à l’annonce d’une menace

    L’examen renouvelé d’Apple fait partie d’un objectif plus général des grandes autorités antitrust américaines. En effet, le gouvernement américain se prépare à enquêter pour savoir si Amazon, Apple, Facebook et Google font un usage abusif de leur énorme pouvoir de marché, pavant le chemin de ce qui pourrait être la plus grande enquête américaine sur des entreprises figurant parmi les plus importantes du monde.

    La Federal Trade Commission et le ministère de la Justice, qui appliquent les lois antitrust aux États-Unis, se sont partagées l’examen de ces quatre sociétés : Amazon et Facebook étant sous la surveillance de la FTC, et Apple et Google sous celle du ministère de la Justice.

    La FTC réfléchit déjà aux conséquences pour Facebook liées à son enquête visant à déterminer si l’entreprise avait enfreint un décret de consentement de 2011 sur la gestion des données des utilisateurs. Facebook a déclaré aux investisseurs que cette amende pourrait être comprise entre 3 et 5 milliards de dollars.

    Source : CNBC

    Et vous ?

    Que pensez-vous des affirmations de Tim Cook ?

    Voir aussi :

    Vente de smartphones : Huawei enregistre la plus forte croissance et reste second malgré son absence aux USA, d'après les statistiques de Gartner
    La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei
    Huawei dépose une plainte pour l'annulation du décret d'interdiction de ses équipements aux USA, signé par Trump, qu'il juge « anticonstitutionnel »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #7
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Développeur backend junior - Symfony
    Inscrit en
    janvier 2018
    Messages
    293
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 25
    Localisation : France, Aisne (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur backend junior - Symfony
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2018
    Messages : 293
    Points : 675
    Points
    675
    Par défaut
    il est en situation de monopole sur ces produits, pas sur le marché.

    De plus, il ne peut pas nier la question du monopole que sa firme a dès lors que tu as un produit lié à son écosystème : une fois dedans, cela devient compliquer de s'en sortir sans subir de graves conséquences mais ça, il va pas le dire parce que sinon, ça flingue toute la communication que ses employés font (Apple, la tyrannie du cool qui est un documentaire d'Arte très intéressant à ce propos).

  8. #8
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Sodium
    Femme Profil pro
    Développeuse web
    Inscrit en
    avril 2014
    Messages
    1 746
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeuse web

    Informations forums :
    Inscription : avril 2014
    Messages : 1 746
    Points : 1 725
    Points
    1 725
    Billets dans le blog
    1
    Par défaut
    Ils gardent un certain monopole sur le marché des tablettes, celui des Android est assez morne. Il y a quelques temps je voulais me racheter une tablette 10" et je voulais du 4/3 parce que les 16/9 ou 16/10 c'est juste merdique pour l'utilisation d'une tablette. Il n'y avait absolument rien, j'ai du me rabattre sur une Galaxy tab S2, ce qui commence tout de même sérieusement à dater. Il y a bien les MicroSoft Surface qui sont pas mal, à condition de ne pas essayer de s'en servir comme tablette.

  9. #9
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    août 2018
    Messages
    57
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2018
    Messages : 57
    Points : 148
    Points
    148
    Par défaut
    @NBoulfroy
    "en situation de monopole sur ses propres produits"

    Comment peut-il en être autrement ?
    C'est tellement ridicule comme déclaration. Un monopole c'est sur un marché, pas sur un produit.
    Sinon, toute entreprise est en monopole sur ses propres produits, Sony, Huawey, Renault, MacDo, Bonduelle,...

  10. #10
    Membre émérite
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    910
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 910
    Points : 2 720
    Points
    2 720
    Par défaut
    Citation Envoyé par bk417 Voir le message
    @NBoulfroy
    "en situation de monopole sur ses propres produits"

    Comment peut-il en être autrement ?
    Microsoft n'est pas en situation de monopole sur la distribution de software au sein de son produit Windows.
    Citation Envoyé par bk417 Voir le message
    C'est tellement ridicule comme déclaration. Un monopole c'est sur un marché, pas sur un produit.
    Si on définit le marché applicatif disponible pour un OS, alors Oui, Apple a un monopole à 100% pour iOS.
    Google à 80% sur android (les tablettes Fire d'amazon ont un store alternatif et tu peux installer des stores open sources, comme Fdroid par exemple),
    Microsoft a un store depuis Windows 8, et le store n'est pas en monopole sur son OS : tu peux toujours installer des applications en standalone tout seul comme un grand.
    Linux alors là c'est le must du must: tu as l'équivalent d'un store par défaut et le fait de le changer ou de le compléter est parfaitement géré par l'OS. Absolument tous les avantages du store sans les inconvénients des concurrents! (et ça depuis 20 ans)

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 794
    Points : 124 720
    Points
    124 720
    Par défaut Les dirigeants d'Apple, Facebook, Google et Amazon seront appelés à témoigner
    Les dirigeants d'Apple, Facebook, Google et Amazon seront appelés à témoigner,
    dans l'enquête antitrust menaçant leurs entreprises

    Les dirigeants de grandes entreprises technologiques seront invités à témoigner dans le cadre d’une enquête visant à déterminer si les entreprises font un usage abusif de leur énorme pouvoir de marché, a déclaré mardi le chef du sous-comité judiciaire de la Chambre des États-Unis à la tête de l'enquête.

    Ces déclarations ont été faites après la publication d’un article sur Reuteurs affirmant que, sous couvert de l’anonymat, des sources ont déclaré que la branche exécutive américaine se préparait à lancer une enquête sur Amazon, Apple, Facebook et Alphabet (maison mère de Google), pavant le chemin pour ce qui pourrait être une vaste enquête sans précédent aux États-Unis sur certaines des plus grandes entreprises du monde.

    Lundi, le Comité judiciaire de la Chambre des représentants a ouvert sa propre enquête sur la concurrence sur les marchés numériques. Républicains et Démocrates ont exprimé leur inquiétude face au pouvoir exercé par plusieurs de ces sociétés.

    Le représentant David Cicilline a déclaré : « Il sera nécessaire que certains des dirigeants des sociétés de technologie participent à cette discussion ».

    Le démocrate a ajouté qu'il préparait une liste de témoins et qu'il « s'attend à ce qu'un certain nombre d'entre eux témoignent devant le comité ou soient interrogés dans le cadre de l'enquête ».

    Nom : google.png
Affichages : 2045
Taille : 277,3 Ko

    Le chef républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse qu'il était nécessaire de surveiller les grandes entreprises de haute technologie telles que Google. « Je pense qu’il est juste que les gens l'examinent », a-t-il indiqué, en précisant qu'il ne voyait pas en quoi démanteler ces entreprises aiderait à résoudre les problèmes de confidentialité.

    « Personnellement, je suis préoccupé par la vie privée », a déclaré McCarthy. Notant que quelques entreprises ont beaucoup de contrôle du marché, il a demandé: « cela permet-il au marché de fonctionner correctement ? »

    Un sénateur estime qu’une enquête de cette complexité pourrait être mieux abordée par les organismes fédéraux

    Le sénateur Mike Lee, un républicain, a néanmoins déclaré que la complexité des enquêtes antitrust pouvait être mieux gérée par les organismes fédéraux que le Congrès.

    Le chef de la direction d'Apple, Tim Cook, a déclaré dans une interview accordée à CBS News que la société n’était pas en situation de monopole, affirmant que le fabricant d'iPhone contrôlait une part modérée du marché. Il a fait valoir qu’il n’était pas d'accord avec les appels au démantèlement lancés par certains politiciens américains.

    « À cause de notre taille, je pense qu’avoir du contrôle est juste. Je pense que nous devrions être surveillés », a-t-il déclaré. Mais, a-t-il ajouté, « je ne pense pas que quiconque de raisonnable puisse en venir à la conclusion qu’Apple est en situation de monopole ».

    Nom : facebook.png
Affichages : 1992
Taille : 90,3 Ko

    Les commentaires de Cook ont ​​été diffusés le jour même où deux développeurs d’applications ont poursuivi Apple en justice pour son utilisation de l’App Store, affirmant que la société avait pris une commission injuste sur les ventes d’applications pour iPhone.

    Les revendications sont centrées sur les mêmes pratiques d’Apple mises en évidence dans une action en justice intentée par les consommateurs, faisant valoir que les pratiques d’Apple avaient gonflé artificiellement le prix des logiciels sur l’App Store.

    La Federal Trade Commission et le ministère de la Justice, qui appliquent les lois antitrust aux États-Unis, se sont partagé la surveillance des quatre sociétés : Amazon et Facebook sont tombés sous la surveillance de la FTC, tandis qu’Apple et Alphabet (Google) sont tombés sous celle du ministère de la justice.

    La FTC a déjà enquêté sur le partage par Facebook de données appartenant à 87 millions d'utilisateurs avec le cabinet britannique de conseil politique britannique, aujourd'hui disparu, Cambridge Analytica. En avril, Facebook a déclaré s’attendre à une amende pouvant atteindre 5 milliards de dollars de la part de l'organisme de réglementation.

    Le propriétaire des rivaux de l'époque, Instagram et WhatsApp, compte plus de 1,5 milliard d'utilisateurs quotidiens et exerce une influence considérable dans de nombreux pays. Il a été critiqué pour avoir autorisé des publications trompeuses et des « fake news » sur son service.

    Dans l'interview accordée à CBS, Cook a également déclaré que « les fake news n'étaient pas sous contrôle » et, en réponse à une question sur Facebook, avait ajouté: « Je m'inquiète de toute propriété qui introduit aujourd'hui des informations dans un flux.».

    Les enquêtes pourraient avoir des implications financières pour les entreprises.

    Source : Reuters

    Voir aussi :

    Tim Cook : Apple n'est pas en situation de monopole puisqu'il vend moins que Samsung, « nous n'avons une position dominante sur aucun marché »
    Apple demande aux développeurs de placer son bouton de connexion au-dessus de ceux de Google et Facebook, dans les applications pour iPhone et iPad
    Apple WWDC : Microsoft présente Minecraft Earth, son nouveau jeu en réalité augmentée et une première démo grand public sur iOS
    La révolte des actionnaires de Facebook devient sanglante : les investisseurs impuissants votent massivement, pour évincer Zuckerberg de la présidence
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #12
    Membre extrêmement actif
    Femme Profil pro
    None
    Inscrit en
    août 2012
    Messages
    308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : None

    Informations forums :
    Inscription : août 2012
    Messages : 308
    Points : 596
    Points
    596
    Par défaut
    J'ai jamais compris le problème avec le monopole... Ok ils sont en position de faire ce qu'ils veulent, d'augmenter les prix ou de les baisser à un niveau déloyal (pour Apple on est quand même plus sur le premier cas...), de fournir ou pas tel service... Mais monopole ça ne veut pas dire qu'il n'y a qu'un fournisseur, et rien n'empêche le consommateur d'aller voir ailleurs. Prenez par exemple les grands distributeurs alimentaire genre carrefour, ils ont en quelque sorte une monopole (surtout si on compte les filiales), ça n'empêche pas qu'il y a de plus en plus de gens qui vont dans leur petit magasin bio même si c'est plus cher... (bon est-ce que c'est justifié ou non c'est un autre débat...)

  13. #13
    Membre éprouvé
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    818
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 818
    Points : 1 125
    Points
    1 125
    Billets dans le blog
    1
    Par défaut
    @TheLastShot

    Un monopole est mauvais pour le consommateur, parce que dans un marché ouvert, il y a toujours un fournisseur qui va tenter de se démarquer en réduisant sa marge de profit et en vendant moins cher. Dans un marché sans compétition, il n'existe pas d'incitatif pour offrir les meilleurs prix.

    Pour les fournisseurs, c'est également situation dangereuse, puisqu'ils ne sont pas en mesure de négocier. Soit ils acceptent les conditions du distributeur soit ils déclarent faillite.
    intel i7
    OpenSuse Leap 42.2
    Plasma et Cinnamon

  14. #14
    Rédacteur/Modérateur

    Avatar de bouye
    Homme Profil pro
    Information Technologies Specialist (Scientific Computing)
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    6 276
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Nouvelle-Calédonie

    Informations professionnelles :
    Activité : Information Technologies Specialist (Scientific Computing)
    Secteur : Agroalimentaire - Agriculture

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 6 276
    Points : 22 649
    Points
    22 649
    Billets dans le blog
    49
    Par défaut
    Citation Envoyé par bk417 Voir le message
    @NBoulfroy
    "en situation de monopole sur ses propres produits"

    Comment peut-il en être autrement ?
    C'est tellement ridicule comme déclaration. Un monopole c'est sur un marché, pas sur un produit.
    Sinon, toute entreprise est en monopole sur ses propres produits, Sony, Huawey, Renault, MacDo, Bonduelle,...
    Vu qu'ici on parle de logiciel, on parle principalement de service et non pas de produit fini (il faudrait te mettre a la page), donc je ne vois pas ce que Renault, Mc Do ou Bonduelle viennent faire ici. EDIT - et quand tu prends ton sac de haricots verts congelés extra-fins y a pas un truc dans la poche qui te verrouille chez Bonduelle pour acheter tes dés de pomme de terre congelés

    Apple est en situation de monopole sur son store en refusant de permettre a d'autres stores de s'installer sur leur produits ou même des vente de jeux via d'autres apps (Steam s'y est casse le dents il me semble). Et c'est la même chose pour mac et iDevices. Cote musique / media il y a eut aussi des soucis avec Spotify recement il me semble (puisqu'Apple veut que Music reste la destination principale des utilisateurs). Cela induit forcement une marge tres importante prélevée par Apple (resp Google) et donc des prix élevés pour les consommateurs et abonnes de ces memes services.

    Sur Android, chez Samsung, on a au moins Google Play et Galaxy Store en situation de pseudo concurrence même si j'ai cru lire que les termes et conditions d'inscriptions chez Google ne permettraient pas une vrai liberté des prix (c'est a dire qu'un éditeur qui distribue ses apps via Google Play doit aligner les prix de ces mêmes apps dans Galaxy Store, hors promo spéciale - a vérifier je n'ai pas la source de l'info).

    Sur Windows, concernant les jeux même si Steam est en position dominante, on a une foultitude de marchés alternatifs (GOG, Origin, U-Play. etc.) et cote apps normales tu n'es pas non-plus oblige de passer par le Microsoft Store pour les installer ou en acheter des nouvelles, n'importe quel éditeur peut aussi fournir un market place s'il en a les moyens.
    Merci de penser au tag quand une réponse a été apportée à votre question. Aucune réponse ne sera donnée à des messages privés portant sur des questions d'ordre technique. Les forums sont là pour que vous y postiez publiquement vos problèmes.

    suivez mon blog sur Développez.

    Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the universe is winning. ~ Rich Cook

  15. #15
    Membre extrêmement actif
    Femme Profil pro
    None
    Inscrit en
    août 2012
    Messages
    308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : None

    Informations forums :
    Inscription : août 2012
    Messages : 308
    Points : 596
    Points
    596
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    @TheLastShot

    Un monopole est mauvais pour le consommateur, parce que dans un marché ouvert, il y a toujours un fournisseur qui va tenter de se démarquer en réduisant sa marge de profit et en vendant moins cher. Dans un marché sans compétition, il n'existe pas d'incitatif pour offrir les meilleurs prix.

    Pour les fournisseurs, c'est également situation dangereuse, puisqu'ils ne sont pas en mesure de négocier. Soit ils acceptent les conditions du distributeur soit ils déclarent faillite.
    Selon l'article Apple est accusé d'abus de monopole...

    Donc soit on prend le mot "monopole" au sens strict, ce que tu sembles faire, et il est alors incohérent de dire qu'Apple a un quelconque monopole étant donné qu'il a bon nombre de concurrent (même en dehors de samsung, il y a d'autres entreprises qui fabrique des téléphones, des ordinateur portable, des tablettes tactile etc.).

    Soit on prend le mot "monopole" au sens plus large de "a la majorité du marché" et dans ce cas on en revient à ce que j'ai dit, et ton argumentaire ne tient pas la route car comme dit précédemment il y a des alternative à Apple et si le consommateur choisi Apple malgré les prix exorbitants et les produits concurrent bien moins couteux pour une qualité tout à fait acceptable (perso j'ai un portable à 150€ qui pour mon utilisation est bien plus rentable q'une iPhone à 1K) c'est leur responsabilité... Parce que si on estime que chacun a un droit de vote égal pour des élections régional ou présidentiel (je déborde un peu mais c'est pour illustrer le propos) qui peut impacter la vie de millions d'autres personnes alors on devrait estimer qu'ils sont capables de des faire des choix qui n'implique qu'eux-même (en l'occurrence, choisir son fournisseur de matériel informatique). Donc qu'il y ait monopole (dans ce sens là, car je rappel que dans l'autre signification l'accusation n'a aucun sens) ou pas au final la responsabilité revient à celui qui prend la décision d'acheter tel marque plutôt qu'une autre.

  16. #16
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 967
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 967
    Points : 9 031
    Points
    9 031
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    il y a toujours un fournisseur qui va tenter de se démarquer en réduisant sa marge de profit et en vendant moins cher.
    Il arrive que les grosses entreprises se mettent d'accord sur les prix, ce qui est complètement illégal.
    Il y a eu ce genre d'accord entre Orange, SFR et Bouygue :
    Affaire de l'entente entre trois opérateurs de téléphonie mobile en France

    Ces entreprises ont également tout fait pour empêcher Free d'arriver sur le marché de la téléphonie mobile.
    Avant Free il n'y avait pas d'offre SMS, appelles, données illimité à 16€/mois (sans abonnement).

    ===
    Mais là c'est encore différent c'est que si t'as un iPhone t'es obligé de passer par le seul store qui existe.
    Keith Flint 1969 - 2019

  17. #17
    Membre extrêmement actif
    Femme Profil pro
    None
    Inscrit en
    août 2012
    Messages
    308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : None

    Informations forums :
    Inscription : août 2012
    Messages : 308
    Points : 596
    Points
    596
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Mais là c'est encore différent c'est que si t'as un iPhone t'es obligé de passer par le seul store qui existe.
    Obligé.... C'est vraiment seulement t'as la toute dernière version sortie la semaine dernière ou n'avais fait aucune recherche... Parce que le jailbreak ça existe, et de ce que j'ai vu la dernière version d'iOS est déjà craquée...
    Et côté android c'est pas tellement, t'as le play store, à la limite un store spécifique au fabriquant (genre samsung store), et basta... Donc là aussi, si tu te sors pas un peu les doigts du fondements pour savoir comment où trouver des apk et comment les installer bah ça vaut pas mieux que l'iPhone... (et le grand public à une vision d'Apple qui serait plus user friendly que les autres... donc faut pas s'imaginer qu'un utilisateur lambda sous android ira plus loin que le play store...)

  18. #18
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 967
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 967
    Points : 9 031
    Points
    9 031
    Par défaut
    Citation Envoyé par TheLastShot Voir le message
    Parce que le jailbreak ça existe, et de ce que j'ai vu la dernière version d'iOS est déjà craquée...
    C'est interdit de jailbreaker son téléphone. (ça doit détruire la garantie j'imagine)
    Ce n'est pas quelque chose qu'on peut recommander à l'ensemble des consommateurs.

    Citation Envoyé par TheLastShot Voir le message
    Et côté android c'est pas tellement, t'as le play store, à la limite un store spécifique au fabriquant (genre samsung store), et basta...
    La situation n'est pas exactement la même puisqu'il existe plusieurs stores.
    Chez Apple il n'y a pas d'alternative officielle.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #19
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Développeur backend junior - Symfony
    Inscrit en
    janvier 2018
    Messages
    293
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 25
    Localisation : France, Aisne (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur backend junior - Symfony
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2018
    Messages : 293
    Points : 675
    Points
    675
    Par défaut
    Citation Envoyé par TheLastShot Voir le message
    Selon l'article Apple est accusé d'abus de monopole...

    Donc soit on prend le mot "monopole" au sens strict, ce que tu sembles faire, et il est alors incohérent de dire qu'Apple a un quelconque monopole étant donné qu'il a bon nombre de concurrent (même en dehors de samsung, il y a d'autres entreprises qui fabrique des téléphones, des ordinateur portable, des tablettes tactile etc.).

    Soit on prend le mot "monopole" au sens plus large de "a la majorité du marché" et dans ce cas on en revient à ce que j'ai dit, et ton argumentaire ne tient pas la route car comme dit précédemment il y a des alternative à Apple et si le consommateur choisi Apple malgré les prix exorbitants et les produits concurrent bien moins couteux pour une qualité tout à fait acceptable (perso j'ai un portable à 150€ qui pour mon utilisation est bien plus rentable q'une iPhone à 1K) c'est leur responsabilité... Parce que si on estime que chacun a un droit de vote égal pour des élections régional ou présidentiel (je déborde un peu mais c'est pour illustrer le propos) qui peut impacter la vie de millions d'autres personnes alors on devrait estimer qu'ils sont capables de des faire des choix qui n'implique qu'eux-même (en l'occurrence, choisir son fournisseur de matériel informatique). Donc qu'il y ait monopole (dans ce sens là, car je rappel que dans l'autre signification l'accusation n'a aucun sens) ou pas au final la responsabilité revient à celui qui prend la décision d'acheter tel marque plutôt qu'une autre.
    Si vous préférez, on va parler de système fermer et non ouvert à la concurrence ?

    Donc si on suit la logique de vos propos, le client est pris en otage entre favorisé la concurrence (acheter un produit Apple et non Samsung malgré son prix) plutôt que prendre le moins cher ? C'est un peu le paradoxe du Marché. Apple joue sur ça en plus de l'image qu'à la marque pour se permettre ce genre de comportement mais on va pas nier que si une autre entreprise était dans cette situation, elle ne se gênerai pas. C'est un peu comme le crunch (même si cela n'a pas sens ici, c'est pour donner un autre exemple du choix lié à un paradoxe généré par le Marché), qui pousse le consommateur a choisir au final entre refuser de participer à ce phénomène en ne payant pas le jeu d'une société pratiquant cela (et donc provoquer des possibles licenciements) ou acheter et participer au système. A un moment, il faut aussi réfléchir un peu avant de parler ...

    Le problème ici est avant tout du au fait que la firme se gave sans vergogne et empêche, en quelque sorte, l’accroissement de l'offre lié à une demande qui reste en augmentation (de mémoire) tout en empêchant la possibilité d'innovation en apportant de nouvelles applications qui ne peuvent voir le jour sans devoir passer à la caisse (Mac obligatoire pour la compilation, compte développeur à 100$, 30% sur les transactions dans l'application, je suppose la commission pour l'achat d'une application, etc ... ).

  20. #20
    Membre extrêmement actif
    Femme Profil pro
    None
    Inscrit en
    août 2012
    Messages
    308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : None

    Informations forums :
    Inscription : août 2012
    Messages : 308
    Points : 596
    Points
    596
    Par défaut
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Si vous préférez, on va parler de système fermer et non ouvert à la concurrence ?
    Mais il y en a de la concurrence... rien que parmi les plus gros on a Microsoft et Samsung, après on en a d'autre moins connu/populaire comme Huwaei, wikon motorola et d'autres.... La seul différence c'est la comm', mais dans ce cas c'est pas une histoire d'abus de monopole, c'est un problème de "les gens achètent sans réfléchir" (je parle des gens lambdas, pas des gens qui s'y connaisse un minimum en tech ou qui sont prêt à prendre un peux te temps à à comparer les produit, parce que ça c'est une minorité (genre je me rappel d'une fille qui avait acheté un macbook (donc deux fois plus cher qu'un autre pc qui lui aurait permi la même utilisation) juste parce que Apple est plus user friendly.... donc est-ce qu'on peut vraiment mettre en cause une entreprise juste parce que les consommateurs sont des feignasses ? Perso je pense que non, si l'utilisateur est prêt à payer plus cher pour économiser des efforts c'est de sa faute.... mais tout le monde est pas obligé d'être de mon avis))

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Donc si on suit la logique de vos propos, le client est pris en otage entre favorisé la concurrence (acheter un produit Apple et non Samsung malgré son prix) plutôt que prendre le moins cher ?
    Euh alors là t'es pas logique dan tes propos parce que "favoriser la concurrence" c'est justement ce qui permet d'éviter les abus de position dominantes... Donc à quel moment le client est pris en otage ? De mon point de vue il est pris en otage soit par sa flemme (et là il est totalement en tort) soit par la pub (et pour le coup je suis plutôt d'accord de prendre des disposition pour stopper le matraquage publicitaire, mais pour le coup c'est pas spécialement spécifique à Apple (ce qui fait la force de l'image d'Apple c'est plus les reste de l'époque où t'avais Steve Jobs qui tuait tout le monde en matière de comm')).


    Après on peut-être faire des lois pour empêcher tout ce qui est abus des biais et défauts des gens.... Mais dans ce cas faudrait que ça soit généralisé et juste au niveau des grands méchants patrons (sinon c'est totalement hypocrite), mais ça je suis pas suis pas convaincue que ça arrive ou que ce soit....

Discussions similaires

  1. Réponses: 54
    Dernier message: 07/01/2018, 22h27
  2. Réponses: 30
    Dernier message: 19/04/2014, 22h54
  3. requete oracle pour obtenir des montant sur 12 mois glissant
    Par gueulederack dans le forum Oracle
    Réponses: 7
    Dernier message: 16/06/2011, 16h06
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 24/03/2009, 01h24
  5. avoir que des chiffres sur jtextfield
    Par ulysse031 dans le forum Composants
    Réponses: 10
    Dernier message: 02/03/2009, 21h30

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo