IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 039
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 039
    Points : 45 780
    Points
    45 780
    Par défaut Google condamné à une amende de plus de 100 millions d'euros en Italie pour abus de position dominante
    Italie : Google se retrouve dans le viseur de l'autorité de la concurrence,
    accusé d’abus de position sur le marché des smartphones

    Reuters a rapporté ce vendredi que les autorités italiennes du domaine de la concurrence ont ouvert une enquête sur Google pour vérifier si l’entreprise n’abuse pas de sa position sur le marché des smartphones. D’après les informations qui ont été rapportées par le média, la plainte va à l’encontre de Google et Alphabet, sa maison mère, car l’entreprise aurait refusé d’intégrer « Enel X Recharge », une application de tierce dans Android Auto au profit de Google Maps.

    Enel (Ente Nazionale per l'Energia Elettrica) était, jusqu'à sa privatisation en 1999, la société nationale italienne d'électricité. Elle demeure néanmoins aujourd’hui la principale entreprise productrice d'énergie électrique du pays. La société a conçu une application dénommée « Enel X Recharge » pour permettre aux utilisateurs de voitures électriques d'identifier des points de recharge et les réserver ensuite.

    D’après Reuters, le litige est parti du fait que lorsque Enel a demandé à Google de procéder à l’intégration de son application dans Google Android Auto, la filiale d’Alphabet a répondu non à la requête de ce dernier. Android Auto, rappelons-le, est une version du système d'exploitation mobile Android conçue par Google pour s’intégrer dans les tableaux de bord automobile. Android Auto permet de son côté aux propriétaires de smartphones Android d'utiliser de manière facile et sûre certaines applications quand ils conduisent.

    Nom : z1.png
Affichages : 1057
Taille : 179,3 Ko

    Ainsi, l'autorité de la concurrence en Italie a annoncé ce vendredi avoir ouvert une enquête pour un possible abus de position dominante contre le géant américain Google et sa maison mère Alphabet, les soupçonnant d'avoir refusé une application liée aux véhicules électriques pour favoriser Google Maps. « Google, à travers son système d’exploitation Android, occupe une position dominante sur le marché des systèmes d’exploitation pour appareils intelligents », a déclaré le régulateur.

    La société italienne Enel n’a pas apporté de commentaire sur cette affaire, mais de son côté, Google a déclaré par le biais d’une porte-parole ce qui suit : « Nous sommes en train d’étudier la plainte et sommes impatients de travailler avec les autorités pour répondre à leurs inquiétudes ». Il faut dire que les plaintes antitrust se multiplient pour les géants du numérique depuis le début de cette année. En mars dernier et après un peu plus de trois ans d’enquête antitrust sur Google par les autorités belges, la firme s’est vue infliger une amende de 1,49 milliard d'euros en rapport avec des restrictions sur AdSense.

    Il s’agit de la troisième sanction majeure que Google a encourue en Europe en deux années. Le moteur de recherche est accusé d’abus de position dominante dans le marché très lucratif de la publicité en ligne. La commissaire européenne de la concurrence Margrethe Vestager a informé en mars que la firme a contraint les clients de son activité AdSense à refuser la publicité des concurrents de Google, une pratique qui se serait étalée sur plus de 10 ans.

    « Google a consolidé sa position dominante dans les annonces de recherche en ligne et s'est protégé de la pression concurrentielle en imposant des restrictions contractuelles anticoncurrentielles aux sites Web tiers. C'est illégal en vertu des règles antitrust de l'UE. L'inconduite a duré plus de dix ans et a privé d'autres entreprises de la possibilité de rivaliser sur le fond et d'innover », avait déclaré la commissaire européenne.

    Plus tôt cette semaine, Apple a été accusé par les autorités américaines d’être à l’origine de la montée des prix des applications. De ce fait, l’entreprise fait depuis l'objet de poursuites antitrust par la Cour suprême du pays. Dans le même temps, un sondage réalisé récemment a révélé que 40 % des Américains sont favorables à une action antitrust contre Facebook. Un sondage CNN que Hall a mis en évidence a également révélé que 42 % des personnes interrogées étaient favorables à une réglementation gouvernementale plus stricte des entreprises du secteur de la technologie, mais dans ce groupe de 42 %, 64 % ont déclaré que « ces entreprises ne devraient pas être obligées de vendre leurs parts ».

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    App Store : la Cour suprême US autorise les poursuites antitrust contre Apple, accusé d'être la raison de la hausse des prix des applications

    Antitrust : Bruxelles inflige une amende de 1,49 milliard d'euros à Google, après 3 ans d'enquête sur ses restrictions sur AdSense

    Sondage : 40% des Américains soutiennent une action antitrust contre Facebook. Quelle est votre position ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert confirmé Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 266
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 266
    Points : 4 910
    Points
    4 910
    Par défaut
    S'ils continuent ainsi, ils vont finir par se faire éclater.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 320
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 320
    Points : 154 586
    Points
    154 586
    Par défaut Google condamné à une amende de plus de 100 millions d'euros en Italie pour abus de position dominante
    Google condamné à une amende de plus de 100 millions d'euros en Italie pour abus de position dominante
    sur sa plateforme Google Play

    Le gendarme de la concurrence en Italie a annoncé, jeudi 13 mai, imposer à Google une forte amende pour abus de position dominante. Cette amende, d’un montant de plus de 102 millions d’euros, est justifiée par le refus du géant de la recherche en ligne d’accepter sur sa plateforme Google Play une application tierce permettant de trouver des bornes de recharge pour les voitures électriques, précise un communiqué de l’Autorité garante de la concurrence et du marché (AGCM).

    L'Autorité italienne de la concurrence et du marché (AGCM) a infligé une amende de plus de 100 millions d'euros aux sociétés Alphabet Inc., Google LLC et Google Italy Srl. Grâce au système d'exploitation Android et à l'App Store Google Play, Google occupe une position dominante qui lui permet de contrôler l'accès des développeurs d'applications aux utilisateurs finaux. L'AGCM a rappelé qu'en Italie, environ les trois quarts des smartphones utilisent Android, notant au passage que « Google est un opérateur absolument important, au niveau mondial, dans le contexte de l'économie numérique et dispose d'une solidité financière très importante ».

    Le problème ? Google n'a pas autorisé l'interaction de l'application Juicepass (appartenant à Enel X) avec Android Auto, une fonction Android qui permet aux applications d'être utilisées lorsque les gens conduisent conformément aux exigences de sécurité et de réduction des distractions. JuicePass permet une large gamme de services fonctionnels de recharge de véhicules électriques, allant de la recherche d'une borne de recharge à la gestion de la session de recharge, en passant par la réservation d'une borne; cette dernière fonction garantit la disponibilité effective de l'infrastructure une fois que l'utilisateur l'a atteinte.

    Cette application est en concurrence avec l’application Google Maps de la grande enseigne américaine, qui ne permet pour le moment que de chercher les bornes de recharge pour les véhicules électriques.

    « Google, en empêchant à Enel X Italia de rendre JuicePass disponible sur Android Auto, a injustement limité les possibilités pour les utilisateurs d'utiliser l'application Enel X Italia lors de la conduite d'un véhicule électrique et d'un besoin de la recharger. De cette manière, Google a privilégié sa propre application Google Maps, utilisable sur Android Auto et disposant de services fonctionnels de recharge de véhicules électriques, actuellement limités à la recherche de bornes de recharge et de navigation, mais qui à l'avenir pourront inclure d'autres fonctionnalités, pour exemple de réservation et de paiement.

    « L'exclusion de l'application Enel d'Italie X Android Auto a duré plus de deux ans. La poursuite de cette conduite pourrait définitivement compromettre la possibilité pour Enel X Italia de se constituer une base d'utilisateurs solide, dans le contexte d'une phase de croissance significative des ventes de véhicules électriques. De plus, l'application JuicePass pourrait ne plus figurer dans le catalogue des applications utilisées, entraînant une réduction significative du choix des consommateurs et un frein au progrès technologique ».

    L'Autorité antitrust demande désormais à Google de rendre l'application Enel X disponible sur Android Auto qui, entre autres, permet la recherche et la réservation d'une borne de recharge; en plus de gérer la session de charge :

    « Outre l'imposition de la sanction, l'Autorité a jugé nécessaire d'indiquer dans la mise en demeure le comportement que Google devra adopter pour mettre fin à l'abus et aider à prévenir les effets négatifs découlant de l'exclusion de l'application Enel X Italy d'Android Auto. L'Autorité antitrust a donc demandé à Google de mettre à la disposition d'Enel X Italia, ainsi que d'autres développeurs d'applications, des outils de programmation d'applications interopérables avec Android Auto. Elle surveillera la mise en œuvre efficace et correcte des obligations imposées en faisant appel à un expert indépendant responsable de la mise en œuvre et le suivi des obligations imposées à Google doit fournir toute la collaboration et les informations demandées ».

    « Nous sommes respectueusement en désaccord avec la décision [de l’Antitrust], a réagi jeudi Google dans un communiqué. La priorité numéro un d’Android Auto est de garantir que les applications puissent être utilisées en sécurité pendant la conduite. C’est pour cette raison que nous avons des lignes directrices strictes sur les types d’applications supportées. »

    Le groupe assure qu’il y a « des milliers » d’applications compatibles avec Android Auto et fait savoir qu’il examinera la documentation de l’Antitrust italien pour « décider des prochaines actions ».

    Nom : google.png
Affichages : 17770
Taille : 187,6 Ko

    Un peu plus tôt cette année, l'Autorité italienne de la concurrence et du marché a infligé une amende de 7 millions d'euros à Facebook pour ne pas s'être conformé à une ordonnance antérieure concernant la manière dont il informe les utilisateurs du type d’exploitation commerciale qu'il fait de leurs données. L'AGCM a commencé à enquêter sur certaines pratiques commerciales de Facebook en 2018, notamment sur les informations fournies aux utilisateurs lors de leur inscription et sur l'absence d'option de refus de la publicité.

    À la fin de la même année, le régulateur a infligé une amende de 10 millions d'euros au géant des médias sociaux pour avoir induit en erreur les utilisateurs locaux sur la manière dont leurs données seraient collectées et partagées avec des services tiers. Le régulateur a également déclaré que Facebook avait enfreint le code italien de la consommation en affirmant que son service était gratuit, tout en utilisant les données des consommateurs à des fins commerciales. Facebook a fait appel de cette décision, la faisant réduire à 5 millions d'euros au début de 2020, bien que le tribunal ait largement confirmé les affirmations du régulateur.

    Mais l'action d'AGCM ne s'est pas arrêtée là. Elle a ensuite lancé une nouvelle procédure contre Facebook en 2020, affirmant que le géant de la technologie n'avait toujours pas informé les utilisateurs « avec clarté et immédiateté » sur la façon dont il monétisait leurs données.

    « Facebook Ireland Ltd. et Facebook Inc. n'ont pas respecté l'avertissement de supprimer la pratique déloyale sur l'utilisation des données des utilisateurs et n'ont pas publié la déclaration corrective demandée par l'Autorité », a déclaré l'AGCM. « Ils ne fournissent toujours pas d'informations immédiates et claires sur la collecte et l'utilisation des données des utilisateurs à des fins commerciales », a ajouté le régulateur. « Il s'agit d'informations dont le consommateur a besoin pour décider de s'abonner ou non au service, compte tenu de la valeur économique que Facebook accorde aux données fournies par l'utilisateur, qui représentent un paiement pour l'utilisation du service ».

    En plus de la précédente amende, le régulateur italien a également ordonné à Facebook de corriger cette pratique – et de publier un avis de « modification » sur son site Web et ses applications pour les utilisateurs en Italie. Ce que Facebook n'a pas fait, selon le régulateur. Facebook, pendant ce temps, s'est battu contre l'ordonnance de l'AGCM via le système juridique italien – en présentant une pétition au Conseil d'État. Une audience de l'appel de Facebook contre la procédure de non-conformité a eu lieu en septembre de l'année dernière et une décision est toujours attendue.

    Source : Autorité italienne de la concurrence et du marché
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre éclairé
    Femme Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2012
    Messages
    227
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Italie

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2012
    Messages : 227
    Points : 808
    Points
    808
    Par défaut
    Chez moi en Italie on a la "mauvaise" habitude de reduire l'amende a chaque fois qu'on n'est pas d'accord...
    Si tu payes tout de suite on peu redure a 1/3 l'import, si tu vas en second degré le juge souvent la rebaisse encore, etc.

  5. #5
    Membre habitué

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    février 2006
    Messages
    36
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : février 2006
    Messages : 36
    Points : 176
    Points
    176
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    Tout ceci est du aux plus (iOS) ou moins (Android) environnement fortement verrouillé..

    Il faut clairement que la justice interdise tout simplement la commercialisation de tout produit ou l'utilisateur n'est pas maitre de son produit sans hacking ou sans être "ingénieur".

    C'est à dire : avoir accès à un compte root ou admin sans hacking. Installer ce que l'on souhaite facilement. Et tout choix doit être configurable par l'utilisateur (comme autoriser n'importe quelle app avec Android Auto).
    Même si les GAFAS lâchent petit à petit du lest face a des amendes, pendant ce temps cela tue la concurrence et habitue les utilisateurs qu'a une solution. Il faut que la justice soit radicale rapidement pour le bien de tous.

Discussions similaires

  1. Email se retrouve dans mailroot\queue
    Par Dirty Harry dans le forum Serveurs (Apache, IIS,...)
    Réponses: 6
    Dernier message: 11/01/2007, 02h22
  2. Comparer du texte et retrouve dans select
    Par johweb dans le forum Général JavaScript
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/10/2006, 17h02
  3. [VB.NET]retrouver dans un combobox la "clé" de l'i
    Par Golzinne dans le forum Windows Forms
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/04/2006, 16h31
  4. Ou retrouver dans la FAQ pour personnaliser MsgBox ?
    Par samlepiratepaddy dans le forum Access
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/10/2005, 10h58

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo