La startup de neurosciences d’Elon Musk lève plus de fonds, Neuralink prévoit 51 millions USD
pour tenter de relier le cerveau humain à l’ordinateur

Le mois dernier, Elon Musk a annoncé l’arrivée très prochaine d’une interface capable de connecter le cerveau humain aux ordinateurs. Selon lui, cela permettra à l’homme de rattraper son retard sur les machines et de pouvoir rivaliser avec elles. Elon Musk a longtemps estimé que les progrès rapides observés dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) ne laisseront, à un moment donné, que deux options aux êtres humains : fusionner avec l’IA ou devenir obsolètes. Il a donc lancé la start-up Neuralink en 2016 pour tenter d’apporter une solution. Neuralink a été présentée comme une entreprise de biotechnologie spécialisée en neuro-ingénierie. Depuis lors, Neuralink travaille activement sur un projet qui vise à développer des neuroprothèses pouvant être utilisées comme des interfaces cerveau-machine à très haut débit afin de connecter le cerveau humain et des ordinateurs via des implants cybernétiques et de permettre à l’esprit humain de s’interfacer avec des gadgets et des programmes.

La start-up a récemment levé une somme de 39 millions de dollars sur un cycle de financement prévu de 51 millions de dollars, selon un document déposé vendredi à la Securities and Exchange Commission (SEC), l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. Le but de ce financement supplémentaire est sans doute dans l'optique de tenter de relier le cerveau humain à l'ordinateur. En 2017 déjà, à l’occasion d’un TED Talk, Elon Musk avait déclaré « Je pense qu'il est important d'avoir un avenir inspirant et attrayant ». En début de cette année, dans une série de tweets, il a décrit sa vision de l’avenir, à la manière d’un ingénieur, c’est-à-dire en essayant d’être le plus pratique possible et en prenant le soin de donner un flux de résultats probables : « J’envisage l’avenir du point de vue des probabilités. C’est comme un flux de probabilités en branches, et nous pouvons prendre des mesures qui affectent ces probabilités ou qui accélèrent une chose ou en ralentissent une autre », a-t-il déclaré.

Comme Elon Musk, ils sont nombreux ceux qui pensent que les machines sont en train de prendre une avance considérable sur le cerveau humain. Ils estiment que si rien n’est fait pour rattraper le retard, les humains pourraient ressembler à des animaux devant les machines de demain. Dans les technologies qui font grincer les dents, il y a notamment l’intelligence artificielle que Musk et beaucoup d’autres considèrent comme une chose plus dangereuse que l’arme nucléaire. « L'aspiration à long terme avec Neuralink serait de réaliser une symbiose avec l'intelligence artificielle ... pour parvenir à une sorte de démocratisation de l'intelligence, de sorte qu'elle ne soit pas monopolisée dans une forme purement numérique par des gouvernements et grandes entreprises », avait déclaré le milliardaire de la Tech en novembre.

Nom : z1.png
Affichages : 2204
Taille : 235,8 Ko

Cela se fera en connectant des électrodes d'ordinateur aux neurones de votre cerveau - « une puce et un tas de minuscules fils » qui seront « implantés dans votre crâne », a déclaré Musk. « Je pense que cela peut être fait, c'est probablement de l'ordre d'une décennie », avait-il estimé. La fusion du cerveau humain avec un ordinateur changerait notre espèce pour toujours. Pour l'instant, il est possible de détecter les ondes cérébrales et de suivre les impulsions électriques dans les neurones de notre cerveau. Les chercheurs utilisent ces informations pour aider les personnes handicapées et faciliter la vie de tous. Alex Pinkerton, 16 ans, fait partie de ces chercheurs.

Dans les années 1970, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire avait commencé à financer des recherches sur l’interface cerveau-ordinateur. Cette technologie présenterait un fort potentiel économique, un marché qui pourrait atteindre 1,72 milliard de dollars d’ici 2022, selon Grand View Research, une société d’études de marché et de conseil.

En dehors d'Elon Musk, plusieurs autres acteurs se sont lancés dans ce défi. C'est le cas de CTRL Labs qui avait commencé à travailler sur un produit dénommé CTRL-kit, un système de contrôle par la pensée qui pourrait rendre claviers, souris et écrans tactiles obsolètes. C'est un bracelet qui mesure les impulsions électriques du cerveau d’une personne, lui permettant ainsi de contrôler un ordinateur. De nouvelles et passionnantes recherches dans le domaine débordent dans des universités telles que le MIT et l’Université de Californie à San Francisco. Il faudra peut-être encore des décennies avant que nous puissions transmettre nos pensées complexes en données via un ordinateur. Les projets de recherche pour y parvenir ne manquent.

En 2009, les chercheurs du laboratoire de recherche d'Intel à Pittsburgh avaient fait une déclaration assez surprenante. Ils s'attelaient à trouver des moyens de lire et d'utiliser les ondes du cerveau humain afin de contrôler divers appareils électroniques (ordinateurs, postes de télévision et téléphones mobiles). Leur méthode était d'implanter des puces Intel dans le cerveau des personnes (toutes volontaires, évidemment) afin de leur permettre de diriger les ondes émises par l'organe. Les scientifiques espéraient que la liberté apportée par ce type d'implant rencontrera le succès auprès du public. Avec ce système, plus besoin de chercher pendant des heures dans son sac ou dans sa poche pour retrouver son appareil.

En début de cette année, une équipe de chercheurs basés à New York a été en mesure de reconstruire des mots en utilisant uniquement l'activité cérébrale, une innovation qui pourrait ouvrir la voie à des technologies contrôlées par le cerveau comme, par exemple, un téléphone intelligent qui peut traduire vos pensées en messages texte. Le Dr Nima Mesgarani, professeure agrégée à l'Université Columbia, a dirigé l'étude et a déclaré qu'il voit un grand potentiel pour aider à rétablir la parole chez les personnes qui se rétablissent d'un AVC ou qui vivent avec la sclérose latérale amyotrophique. Plus tard, ce type de technologie pourrait également ouvrir la porte à des téléphones intelligents connectés au cerveau qui pourraient permettre aux utilisateurs d'envoyer des SMS en utilisant leur esprit, même si c'est encore loin d'être le cas. Les travaux de cette recherche ont été publiés dans la revue scientifique Scientific Reports.

Sources : Bloomberg, CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
L'homme parviendra-t-il un jour à connecter son cerveau à l'ordinateur, selon vous ?

Voir aussi

Une startup travaille sur un système de contrôle par la pensée qui pourrait rendre claviers, souris et écrans tactiles obsolètes

Une machine Neuralink reliant le cerveau humain à des ordinateurs et donc l'IA va bientôt voir le jour déclare Elon Musk

Vous serez en mesure de connecter votre cerveau aux ordinateurs dans 10 ans, estime le milliardaire de la Tech Elon Musk

Des chercheurs ont créé un nouveau système qui peut traduire des pensées simples en parole en utilisant l'IA et un synthétiseur de parole