Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Membre confirmé Avatar de slowsaz
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    141
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vaucluse (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 141
    Points : 642
    Points
    642
    Par défaut
    On peut déjà citer la Russie dans cette liste ainsi que la France avec les élections donc cela ne concerne pas que les USA.

  2. #22
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 840
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 840
    Points : 8 715
    Points
    8 715
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    Et tu as la liste de ces pays ?
    Il faudrait rechercher sur le site, mais rien que sur Wikipedia on peut voir qu'il y a des histoires qui concernent la Belgique et la Suisse :
    WikiLeaks - Affaires médiatisées - Années 2000

    Après si il y a beaucoup de documents qui accablent les USA, c'est parce que statistiquement c'est le pays qui commet le plus de crimes.
    Dans toute l'histoire de l'humanité jamais un pays n'a autant foutu la merde.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

  3. #23
    Expert éminent Avatar de disedorgue
    Homme Profil pro
    Ingénieur intégration
    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    3 224
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur intégration
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 3 224
    Points : 9 193
    Points
    9 193
    Par défaut
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    J'adore ce fil.

    D'un coté, il y a "c'est un héros! il est dans notre camp! il faut le sauver!"

    De l'autre, il y a "c'est un salaud! il est dans l'autre camp! il doit payer!"

    On va aller loin, comme ça
    Bah, quand on voit ce qu'est devenu Jésus, l'un des premiers lanceur d'alerte de l'histoire...
    Cordialement.

  4. #24
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    mars 2012
    Messages
    1 928
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mars 2012
    Messages : 1 928
    Points : 3 131
    Points
    3 131
    Par défaut
    Quand ça dérange tout le monde, c'est vite fait d'accuser un homme et de le mettre à mort.
    Si la réponse vous a aidé, pensez à cliquer sur +1

  5. #25
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 134
    Points : 2 470
    Points
    2 470
    Par défaut
    Comme toujours, il y a le légal d'un coté et l’éthique de l'autre.

    Dans chaque pays, divulguer des informations classifiées est passible de poursuites, rien donc d'exceptionnel ici.

    Mais d'un point de vue éthique c'est discutable, il a mit a jour les horreurs pratiqué par les américains, ok.
    Mais ça aurait aussi pu être la divulgation de secrets technologique stratégique / militaire a des puissances étrangère, et la ça parait beaucoup moins cool

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 134
    Points : 2 470
    Points
    2 470
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il faudrait rechercher sur le site, mais rien que sur Wikipedia on peut voir qu'il y a des histoires qui concernent la Belgique et la Suisse :
    WikiLeaks - Affaires médiatisées - Années 2000

    Après si il y a beaucoup de documents qui accablent les USA, c'est parce que statistiquement c'est le pays qui commet le plus de crimes.
    Dans toute l'histoire de l'humanité jamais un pays n'a autant foutu la merde.
    foutu la merde de manière visible, car c'est une démocratie et que leur système permet la divulgation de beaucoup d'information.
    Quand tu ne tue pas directement la source, ça aide a ce que l'infos perdure un certain temps.

    Pas sur que la chine, la russie, la turquie ou encore l'arabie saoudite ne foutent pas la merde, le truc c'est qu'on a pas d'infos, ca ne veut pas dire qu'il ne font rien.
    vous savez ce qui arrivent aux rebelles dans ses pays la, a une époque les penseurs et journalistes qui dénonçaient le régime en chine ce faisait fusillé ( 40 ans c'est pas loin), en Turquie, ou en Russie la liberté de la presse et la corruption ethatique on connait, l’Arabie saoudite j'en parle mème pas. et yen a encore bien d'autres des pays ou tout peux ce passer, sans que ça finisse dans les journaux. logique ? ya pas de journaux ou de contre vérités.

  7. #27
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 134
    Points : 2 470
    Points
    2 470
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il craint que le procès pour viol soit un prétexte pour l'emmener aux USA où il risque la peine de mort.
    Les USA aimeraient bien mettre la main dessus...

    Mais ce serait bien que le procès pour viol ait lieu et qu'on en parle plus.



    Ça ne donne pas envie de devenir lanceur d'alerte...
    et si c'était vraiment un violeur, qui cri au complot pour échapper aux poursuites ? t'y a pensé a cette hypothèse ? t'en dit quoi ? on s'en fou, de la fille, il a dénoncé des pratique scandaleuses est ça c'est bien ?

  8. #28
    Membre extrêmement actif

    Profil pro
    Grand Timonier des Chats
    Inscrit en
    décembre 2011
    Messages
    879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Grand Timonier des Chats

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2011
    Messages : 879
    Points : 3 296
    Points
    3 296
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    et si c'était vraiment un violeur, qui cri au complot pour échapper aux poursuites ? t'y a pensé a cette hypothèse ? t'en dit quoi ? on s'en fou, de la fille, il a dénoncé des pratique scandaleuses est ça c'est bien ?
    Le hic, c'est qu'il n'est pas accusé de viol (selon les définitions Britannique, Française, Européene ou internationale). L'un des chefs d'accusation se traduit litérallement par "viol au degré mineur", soit. Mais à la base les deux femmes sont allées à la police pour l'obliger à faire un dépistage de MST et c'est ensuite que les autorités Suédoises ont passé leurs témoignages au peigne fin pour en sortir le maximum d'éléments équivoques et formuler des chefs d'accusations en utilisant des lois Suédoises qui sont carrément misandres et non-conformes aux droits de l'homme—des choses comme refuser d'utiliser un préservatif dans une relation consensuelle devenant criminelles, mais uniquement pour le partenaire masculin.

    Quand tu lis le résumé des témoignages
    , il en ressort que c'est sans doute un salaud coureur de jupons (et nul au lit ) mais il n'est pas question de viol.

  9. #29
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 840
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 840
    Points : 8 715
    Points
    8 715
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    foutu la merde de manière visible, car c'est une démocratie et que leur système permet la divulgation de beaucoup d'information.
    Il y a aussi plein d'histoires secrètes qui ne seront peut-être jamais déclassifié.
    Heureusement qu'il y a des lanceurs d'alerte comme Snowden et Assange pour que des secrets sortent.
    Les USA ont de très très très loin le plus gros budget militaire, ils font de la surveillance de masse à l'échelle mondiale.

    Aujourd'hui les USA ont des bases partout dans le monde, plus que n'importe quel autre pays.
    Ils ont aidé des terroristes à renverser des gouvernements, ils ont organisé des coups d'états, ils ont utilisé des armes interdites, ils ont détruit des pays en utilisant des mensonges (comme en Irak ou en Syrie par exemple), ils ont testé 2 technologies de bombes atomiques sur des civils japonais, etc.

    Alors ok l'Arabie Saoudite ne respectent pas les droits de l'homme, il y a des histoires d'assassinat et ce genre de chose, mais par rapport à ce que font les USA c'est quasiment négligeable...
    Cela dit les USA et l'Arabie Saoudite sont copain et parfois l'argent de l'Arabie Saoudite finance le terrorisme dans le sens des intérêts commun entre USA et Arabie Saoudite.
    Donald Trump au roi d'Arabie saoudite : « Vous ne seriez pas là sans nous »
    Agacé par les cours élevés du pétrole, le président américain exhorte son allié saoudien à faire baisser le prix du baril et à lui acheter davantage d'armes.
    Si tu demandes aux peuples "Which Country Is The Greatest Threat to World Peace?" ça te donne ça :


    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    et si c'était vraiment un violeur, qui cri au complot pour échapper aux poursuites ? t'y a pensé a cette hypothèse ?
    J'y crois pas trop...
    J'ai plutôt le sentiment que le seul crime qu'il a commis c'est de divulguer des secrets.
    Les USA veulent le punir, ils ont du essayer de monter n'importe quelle histoire pour lui donner une mauvaise image.

    Je ne pense pas que le type soit dans le trip "j'aime les relations SM" comme Tariq Ramadan, ou "j'aime violer les femmes de ménages" comme DSK, ou "j'aime forcer les jeunes actrices à coucher avec moi" comme Weinstein, ou "j'aime drogué et sodomiser des mineures" comme Polanski, ou "j'aime faire du tourisme sexuel en Thaïlande" comme Frédéric Mitterrand.

    Julian Assange
    Le 21 août 2010, la justice suédoise révèle suspecter Julian Assange de délits sexuels (viol mineur) à l'encontre de deux femmes suédoises. Les deux femmes, amies, ont fait une déposition commune auprès du commissariat local quelques jours après avoir eu des relations sexuelles séparées et répétées avec Julian Assange. Quelques heures après l'émission du communiqué de presse, le Parquet lève l'avis de recherche « estimant qu'en fait M. Assange « n'était pas suspect de viol ». En revanche, l'enquête pour agression se poursuit. » Julian Assange nie formellement les faits, et reconnaît avoir eu une relation sexuelle, consentie, avec les deux femmes. Ces dernières ne nient pas que la relation était initialement consentie, mais affirment qu'Assange aurait retiré son préservatif sans qu'elles l'y aient autorisé. De nombreux sites de presse rapportent que selon son avocat, Assange ne serait pas poursuivi pour un délit de « viol », mais pour un délit de « sexe par surprise » ou « viol mineur », acte condamnable en droit suédois.

    Cette accusation survient peu de temps après que WikiLeaks a publié 77 000 documents confidentiels de l'armée américaine sur la guerre en Afghanistan, déclenchant la « fureur du Pentagone », puis annoncé, le 15 août 2010, vouloir en publier 15 000 nouveaux. Cette concomitance ne semble pas fortuite à certains commentateurs. « Cette affaire ressemble fort à un coup tordu des services, à l'ancienne », affirme, par exemple, Le Canard enchaîné.
    Donc le truc c'est "Est-ce que préservatif a vraiment été enlevé ? Si oui est-ce que c'était volontaire ?".
    Est-ce qu'il leur a refilé des IST ?
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

  10. #30
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juillet 2018
    Messages
    973
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Essonne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2018
    Messages : 973
    Points : 3 190
    Points
    3 190
    Par défaut
    Mais faites-le taire...

  11. #31
    Membre confirmé
    Inscrit en
    mai 2006
    Messages
    151
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : mai 2006
    Messages : 151
    Points : 615
    Points
    615
    Par défaut
    La fonction bloquer est ton amie

  12. #32
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 840
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 840
    Points : 8 715
    Points
    8 715
    Par défaut
    Vous ne comprenez rien à mes blagues... Mais c'est normal.
    Mais par contre je suis sérieusement d'accord avec le canard enchaîné, cette histoire de "viol" semble être un coup des services US.

    Snowden a tweeté à propos de cette affaire :
    https://twitter.com/Snowden/status/1116285397284290560/
    Important background for journalists covering the arrest of Julian #Assange by Ecuador: the United Nations formally ruled his detention to be arbitrary, a violation of human rights. They have repeatedly issued statements calling for him to walk free--including very recently.
    UN experts urge UK to honour rights obligations and let Mr. Julian Assange leave Ecuador embassy in London freely
    https://twitter.com/Snowden/status/1116288726601277440
    Images of Ecuador's ambassador inviting the UK's secret police into the embassy to drag a publisher of--like it or not--award-winning journalism out of the building are going to end up in the history books. Assange's critics may cheer, but this is a dark moment for press freedom.
    J’espère qu'Assange s'en sortira bien, c'est important pour les droits de l'homme et la liberté de la presse.
    Je me demande ce qu'a gagné l'équateur pour avoir lâché Assange.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

  13. #33
    r0d
    r0d est déconnecté
    Expert éminent

    Homme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    août 2004
    Messages
    4 261
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ain (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : août 2004
    Messages : 4 261
    Points : 6 526
    Points
    6 526
    Billets dans le blog
    1
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    Comme toujours, il y a le légal d'un coté et l’éthique de l'autre.

    Dans chaque pays, divulguer des informations classifiées est passible de poursuites, rien donc d'exceptionnel ici.
    En fait, selon moi, le gros du problème se situe plutôt du côté légal que du côté éthique.

    Assange n'est pas américain, il n'a même jamais mis les pieds aux USA il me semble. Assange est Australien.
    Or, s'il est interdit pour un américain de divulguer des données classifiées, un état ne peut dicter ses règles à un citoyen étranger, concernant des actes qui ne sont pas produit sur son sol.
    Ce qui est en train de se passer avec le cas Assange c'est : un pays (les USA) juge un étranger pour un acte qu'il a commis à l'étranger.
    C'est comme si demain la justice française demandait aux USA de leur livrer un journaliste américain parce qu'il a publié un article révisionniste dans la gazette de son patelin, afin de le juger et de l'emprisonner en France (le révisionnisme est interdit en France mais pas aux USA).

    En fait, quand il y a un litige entre pays, il faut passer par la cours pénale internationale.
    Donc, ce qui se joue dans cette histoire, c'est que les USA sont en train de nous dire qu'ils font ce qu'ils veulent où ils veulent.
    On peut penser ce qu'on veut d'Assange, de WikiLeaks, des lanceurs d'alerte etc, mais il y a des règles de droit international, et qu'un pays se permettre de les enfreindre aussi facilement est embarrassant.
    Tester c'est douter, corriger c'est abdiquer.

  14. #34
    Membre extrêmement actif

    Profil pro
    Grand Timonier des Chats
    Inscrit en
    décembre 2011
    Messages
    879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Grand Timonier des Chats

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2011
    Messages : 879
    Points : 3 296
    Points
    3 296
    Par défaut
    Citation Envoyé par r0d Voir le message
    En fait, selon moi, le gros du problème se situe plutôt du côté légal que du côté éthique.

    Assange n'est pas américain, il n'a même jamais mis les pieds aux USA il me semble. Assange est Australien.
    Or, s'il est interdit pour un américain de divulguer des données classifiées, un état ne peut dicter ses règles à un citoyen étranger, concernant des actes qui ne sont pas produit sur son sol.
    Ce qui est en train de se passer avec le cas Assange c'est : un pays (les USA) juge un étranger pour un acte qu'il a commis à l'étranger.
    C'est comme si demain la justice française demandait aux USA de leur livrer un journaliste américain parce qu'il a publié un article révisionniste dans la gazette de son patelin, afin de le juger et de l'emprisonner en France (le révisionnisme est interdit en France mais pas aux USA).

    En fait, quand il y a un litige entre pays, il faut passer par la cours pénale internationale.
    Donc, ce qui se joue dans cette histoire, c'est que les USA sont en train de nous dire qu'ils font ce qu'ils veulent où ils veulent.
    On peut penser ce qu'on veut d'Assange, de WikiLeaks, des lanceurs d'alerte etc, mais il y a des règles de droit international, et qu'un pays se permettre de les enfreindre aussi facilement est embarrassant.
    Tu veux sans doute dire négationisme et pas révisioniste?

    Sinon, ce n'est pas ce qui est en train de se passer. Les USA accusent Assange, pas d'avoir divulguer les documents, mais d'avoir conspiré avec Chelsea Manning (qui se trouvait aux USA) pour avoir sorti les documents du système informatique protégé (toujours aux USA). Assange lui-même ne se trouvait pas aux USA mais avec Internet ça ne l'empeche pas d'avoir agi sur le sol US.

    La plupart des chefs d'accusation font ruer les journalistes dans les brancards car la "conjuration" d'Assange et de Manning représente simplement ce que les journalistes font pour faire parler une source. Par contre il y a un point où les journalistes lachent Assange, c'est qu'il aurait fourni un logiciel à Chelsea Manning pour pirater un mot de passe. Mais bon, il est peu probable qu'il ait un procès équitable maintenant...

  15. #35
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    1 015
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 1 015
    Points : 27 904
    Points
    27 904
    Par défaut L'Équateur affirme avoir été touché par 40 millions de cyberattaques
    L'Équateur affirme avoir été touché par 40 millions de cyberattaques
    Depuis qu’il a livré Julian Assange aux autorités britanniques

    L’Équateur aurait subi 40 millions de cyberattaques depuis qu’il a permis à la police britannique de contraindre le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, à quitter son ambassade à Londres, a rapporté l’Agence France-Presse (AFP).

    Patricio Real, vice-ministre de l’Équateur des technologies de l’information et de la communication, a confié que les attaques ont commencé peu après l’arrestation d’Assange le 11 avril 2019 par des agents du service de police métropolitain (MPS). Elles avaient principalement pour origine les États-Unis, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Roumanie, la France, l’Autriche, le Royaume-Uni et l’Équateur et le Brésil. Javier Jara, sous-secrétaire du Département de l’administration électronique du ministère des Télécommunications, a déclaré à ce propos que son pays avait subi des attaques volumétriques qui ont bloqué l’accès à Internet à la suite de « menaces émanant de groupes liés à Julian Assange ».

    Nom : 45.jpeg
Affichages : 2631
Taille : 39,0 Ko

    Les attaques volumétriques représentent une forme d’attaque par déni de service distribué (DDoS) dans laquelle les attaquants inondent les serveurs de requêtes afin de les surcharger et d’empêcher les utilisateurs légitimes d’y accéder : l’attaquant utilise le botnet pour générer un trafic important et engorger la cible.

    Les 40 millions de cyberattaques évoquées précédemment correspondent au nombre cumulé de tentatives automatisées de perturbation ayant affecté les systèmes cibles (les sites Web du ministère des Affaires étrangères, de la banque centrale, du bureau du président Lenin Moreno, des autorités fiscales et de nombreux autres sites Web gouvernementaux). Mais aucune institution n’a signalé de tentative réussie de vol ou de destruction de données.

    Julian Assange, fondateur de l’organisme international à but non lucratif Wikileaks, avait à l’origine demandé et obtenu l’asile à l’ambassade de l’Équateur à Londres en 2012. Mais à cette époque, les autorités britanniques cherchaient à extrader Assange vers la Suède où elles enquêtaient sur deux affaires distinctes — une agression sexuelle et un viol — impliquant ce dernier. Assange cherchait à présenter les allégations comme un prétexte pour obtenir son extradition vers les États-Unis, où il ferait l’objet de poursuites pour avoir divulgué des secrets gouvernementaux et militaires.

    Les autorités suédoises ont par la suite abandonné l’enquête, mais le Royaume-Uni a continué à demander son arrestation pour avoir refusé de verser une caution. Assange est resté à l’ambassade équatorienne au fil du temps, usant apparemment de la patience de l’Équateur. L’ambassade aurait interrompu son accès à Internet en 2018 pour ingérence politique présumée, Moreno ayant qualifié Assange de « problème hérité » de son prédécesseur, Rafael Correa.

    Nom : 2019-04-11t124116z_825179019_rc1779ea9070_rtrmadp_3_ecuador-assange.jpg
Affichages : 2589
Taille : 34,1 Ko

    En fin de compte, les États-Unis ont accusé Assange d’avoir conspiré avec Chelsea Manning, celui qui a été à l’origine de la fuite de données sensibles en rapport avec les opérations de l’armée US en Irak pour le compte de WikiLeaks, pour tenter de pirater le réseau informatique protégé du Département US de la Défense (le Secret Internet Protocol Network, SIPRNet). Cette tentative aurait échoué, mais Manning a finalement fourni à Wikileaks des centaines de milliers de dossiers gouvernementaux qui ont été publiés en 2010. Ceux-ci allaient de câbles diplomatiques à d’autres données impliquant le personnel militaire américain en Irak et en Afghanistan dans la dissimulation de victimes civiles, la torture, des bavures ayant débouché sur la mort de journalistes… qui ont humilié le gouvernement américain.

    Source : AFP

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Voici l'acte américain d'accusation contre Julien Assange, le fondateur de Wikileaks, arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur
    Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur à Londres où il s'était réfugié
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #36
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    603
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 603
    Points : 17 994
    Points
    17 994
    Par défaut Le gouvernement américain admet qu'il ne sait pas si Assange a pu pirater un mot de passe pour Manning
    Le gouvernement américain admet qu'il ne sait pas si Assange a pu pirater un mot de passe pour Manning
    Selon un affidavit non scellé

    Julian Assange n’est plus à l’ambassade de l’Equateur à Londres où il s'était réfugié depuis 7 ans par crainte d’être extradé vers les États-Unis pour y être interrogé sur les activités de Wikileaks, son organisation non gouvernementale fondée en 2006, dont l'objectif est de publier des documents à caractère sensible, ce, dans le but de les rendre accessibles à tous.

    Une publication du Washington Post du jeudi dernier a confirmé les craintes du fondateur de WikiLeaks. D’après ce qu’a rapporté le quotidien américain, les autorités britanniques ont arrêté le fondateur de WikiLeaks en réponse à une demande d'extradition des États-Unis après que l'Équateur a annulé son asile à son ambassade à Londres. Dans un post sur Twitter, Jennifer Robinson, avocat de Julian Assange a écrit : « Assange a été arrêté non seulement pour violation des conditions de sa mise en liberté sous caution, mais aussi à la suite d'une demande d'extradition américaine. »

    Le jeudi 11 avril dernier, le service de police métropolitain de Londres a été obligé d'exécuter le mandat au nom du tribunal de première instance de Westminster et après avoir été autorisé par l'ambassadeur de l’Equateur à entrer dans l'ambassade afin d’arrêter Assange. Il a été placé en garde à vue dans un commissariat central de Londres où il restera avant d'être présenté dès que possible devant le tribunal de première instance de Westminster, selon une note d'information du service métropolitain de Police de Londres.

    Cependant, selon un article de Motherboard publié le lundi, le gouvernement américain n'a aucune preuve que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a réussi à briser un mot de passe pour la dénonciatrice Chelsea Manning. En effet, la Cour de district des États-Unis pour le district Est de la Virginie a levé les scellés de l'affidavit écrit par un agent du FBI le 21 décembre 2017, qui contient plus de détails sur les échanges entre Assange et Manning. Le document révèle qu’en décembre 2017, le gouvernement américain ne savait pas si Assange avait réellement piraté le mot de passe.

    Nom : JA.jpg
Affichages : 3349
Taille : 44,0 Ko

    A l’origine de l’affaire, selon l’acte d'accusation à l'encontre de Julian Assange dévoilé par le gouvernement américain le jour de son arrestation à l’ambassade de l’Equateur, le fondateur de WikiLeaks est accusé d’avoir conspiré pour voler des dossiers secrets du gouvernement américain. Dans l'acte d'accusation, le gouvernement affirme qu'Assange a travaillé avec Chelsea Manning pour obtenir des documents classifiés. Les procureurs américains ont déclaré que Manning avait accédé à des fichiers gouvernementaux classifiés et les avait fournis à Assange.

    Chelsea Elizabeth Manning, l'ex-analyste du renseignement, est la personne à l'origine de la fuite de données sensibles en rapport avec les opérations de l'armée américaine en Irak pour le compte de WikiLeaks. Il avait envoyé au site de Julian Assange des télégrammes diplomatiques et des vidéos de combats en 2010 et avait fait face à 22 chefs d'accusation dont elle avait été reconnue coupable et condamnée en 2013 pour 10 d'entre eux dont la possession et la diffusion d'informations classées secrètes sur l'Irak et l’Afghanistan.

    L’arrestation du jeudi dernier est intervenue officiellement parce qu’Assange avait violé sa liberté sous caution dans le cadre d'allégations d'inconduite sexuelle en Suède, d’après Motherboard. Dans l’acte d’accusation dévoilé par le gouvernement américain ce même jour, le ministère de la Justice a accusé le fondateur de WikiLeaks d'avoir accepté d'aider Manning à pirater un mot de passe qui aurait aidé l'ex-analyste militaire à accéder à un système informatique classifié sous un nom d'utilisateur qui ne lui appartenait pas, ce qui aurait compliqué la tâche des enquêteurs pour retrouver la fuite éventuelle.

    Cependant, d’après l’affidavit dévoilé le lundi, les Etats-unis n’ont pas les preuves que Julian Assange avait réussi pirater le mot de passe pour aider Manning. Jusqu’à présent, selon Matherboard, ce que le gouvernement américain était au courant, c’est qu’Aqssange avait tenté de briser un mot de passe pour Manning.

    Dans l’affidavit daté du 21 décembre 2017, l'agent du FBI Megan Brown a déclaré :

    « Les enquêteurs n'ont pas trouvé de réponse à la question de Manning à Assange, et il n'y a aucune autre preuve de ce qu'Assange a fait, le cas échéant, en ce qui concerne le mot de passe ».

    Toutefois, selon les avocats, la simple offre d'aide peut être considérée comme faisant partie d'un complot visant à transgresser la Loi sur la fraude et les abus informatiques, a rapporté Motherboard.

    Bradley, un avocat du cabinet d'avocats Mark Zaid P.C. à Washington, DC, en s’adressant à Motherboard par courriel, a déclaré :

    « Aux fins d'une accusation de complot, il n'est pas nécessaire que l'action soit couronnée de succès. Tout ce qu'il faut, c'est une action manifeste pour faire avancer le complot, à savoir les efforts d'Assange pour déchiffrer le mot de passe pour Manning ». « Qu'il ait échoué est hors de propos », a-t-il ajouté.

    L'allégation selon laquelle Assange aurait offert son aide à Manning a été révélée pour la première fois en 2011, dans le cadre de la poursuite de Manning. À l'époque, les procureurs ont montré les mêmes échanges entre Manning et une personne présumée être Assange qui sont maintenant à la base de l'accusation contre le fondateur de WikiLeaks.

    L’EFF contre l’arrestation d’Assange

    Dès le jeudi dernier, jour d’arrestation, l’EFF a produit une déclaration concernant l’accusation portée à l’encontre d’Assange par le gouvernement des Etats-Unis :

    « Bien que l'acte d'accusation de Julian Assange porte sur une tentative présumée de briser un mot de passe - une tentative qui n'a apparemment pas réussi – il s'agit encore, à la base, d'une attaque contre la publication de documents divulgués et de l'acte le plus récent d'une tentative qui s'étend sur presque dix ans de punir une personne qui a donné l'alerte et l'éditeur du document qui s'y trouve. Plusieurs parties de l'acte d'accusation décrivent un comportement journalistique très courant, comme l'utilisation du stockage dans le Cloud ou le fait de recevoir sciemment des informations classifiées ou de censurer des informations d'identification concernant une source. D'autres parties rendent suspects les outils logiciels libres courants comme Linux et Jabber. Et bien que nous soyons soulagés que le gouvernement n'ait pas choisi d'inclure aujourd'hui des accusations fondées sur la publication, si Assange est effectivement extradé, le gouvernement peut émettre des actes d'accusation de substitution. Il ne devrait pas le faire. Les fuites sont un élément essentiel de la libre circulation de l'information qui est essentielle à notre démocratie. Les reportages sur les fuites de documents, y compris les reportages sur des informations classifiées, constituent un rôle essentiel du journalisme américain.»

    Pour l’heure, Assange est en détention au Royaume-Uni, en attendant le début du processus qui pourrait le conduire aux États-Unis. Selon les experts, ce processus peut prendre des mois, voire des années.

    Selon certains utilisateurs d’un site web communautaire d’actualités sociales, qui ont eu connaissance du contenu de l’affidavit non scellé, Manning est le véritable criminel dans l’affaire de fuite d’information. Selon eux, Assange est juste un blogueur glorifié qui est juste imbu de lui-même.

    Source : Motherboard

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Lire aussi

    Julian Assange quittera « sous peu » l'ambassade d'Équateur à Londres, où il est réfugié depuis 26 mois déjà
    WikiLeaks : Bradley Mannings écope de 35 ans d'emprisonnement, la peine la plus longue infligée en matière de fuite de documents confidentiels
    WikiLeaks : première bande-annonce de « The Fifth Estate », irez-vous voir le film qui retrace l'affaire et la vie de Julian Assange ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #37
    r0d
    r0d est déconnecté
    Expert éminent

    Homme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    août 2004
    Messages
    4 261
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ain (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : août 2004
    Messages : 4 261
    Points : 6 526
    Points
    6 526
    Billets dans le blog
    1
    Tester c'est douter, corriger c'est abdiquer.

  18. #38
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    803
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 803
    Points : 27 652
    Points
    27 652
    Par défaut Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange condamné à 11 mois de prison par la justice britannique
    Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange condamné à 11 mois de prison par les Britanniques
    En attendant une éventuelle extradition vers les USA

    Ce mercredi, Julian Assange comparaissait devant un tribunal londonien pour sa soustraction à la justice après l’obtention, en 2012, de l'asile dans l'ambassade d’Équateur à Londres pour éviter de se présenter aux autorités britanniques en charge de dire le droit. Le tribunal de Southwark vient de le condamner à 50 semaines de prison pour avoir rompu les termes de sa liberté provisoire.

    Nom : claudia rebazza.png
Affichages : 1470
Taille : 16,5 Ko

    11 mois de prison, c’est 1 mois de moins que la peine maximale que le fondateur de WikiLeaks risquait pour les charges retenues contre lui par la justice britannique. La période passée en détention depuis le 11 avril sera prise en compte et Assange pourra demander sa libération provisoire après avoir effectué la moitié de sa peine. Tous calculs faits, il ne devrait y rester que 22 semaines, soit près de 6 mois. « La peine de Julian Assange, pour avoir demandé et reçu l'asile, est deux fois plus lourde que celle prévue par les lignes directrices en matière de détermination de la peine », commente WikiLeaks.

    Nom : Wikileaks comment.png
Affichages : 1440
Taille : 17,7 Ko


    Les points saillants de l’audience de ce jour …

    Julian Assange, qui est détenu à la prison de Belmarsh, dans l'Est de Londres, a fait valoir qu'il ne devrait pas être emprisonné pour cette infraction, car il a été effectivement emprisonné à l'ambassade. Ce mercredi premier mai, à Southwark Crown Court à Londres, la juge Deborah Taylor a rejeté cet argument.

    « Il est difficile d'envisager un exemple plus sérieux de ce délit. En vous cachant dans l'ambassade, vous vous êtes mis de façon délibérée hors de portée, tout en restant au Royaume-Uni », rapportent des médias anglais des propos de la juge à l’intention de Julian Assange.

    Avant sa condamnation, le tribunal a eu lecture d'une lettre d'excuses de Julian Assange dans laquelle il déclarait qu'il était aux prises avec des circonstances difficiles. « J'ai fait ce que je pensais à l'époque être la meilleure ou peut-être la seule chose que j'aurais pu faire. Je regrette la tournure actuelle des événements », rapportent des médias anglais des propos de Julian Assange lors de l’audience.

    Cet argumentaire a été réitéré par son avocat lors des échanges devant la cour britannique. Selon son conseil, Assange s'est réfugié dans l’ambassade d’Équateur car se sachant recherché par les autorités américaines. Il lui fallait un refuge où il ne pourrait pas « être kidnappé et ramené de force aux États-Unis. » Son avocat a également expliqué qu'Assange craignait une extradition vers les USA car les relations entre le pays et la Suède pouvaient impliquer des processus d'extradition.

    Dans un document de 9 pages, l’équipe Assange revient en détail sur les raisons qui expliquent son choix de se réfugier à l’ambassade d’Équateur à Londres ainsi que sur les conditions de son séjour.

    « Il a passé près de sept ans dans des conditions d'isolement, sans accès à des soins médicaux adéquats, à l'espace et à la lumière naturelle, circonstances dans lesquelles sa santé physique et psychologique s'est considérablement détériorée. Dans le délai qui s'est écoulé depuis qu'il a été avisé de l'inscription de cette affaire sur la liste, il n'a pas été possible de fournir des preuves médicales à jour. Nous joignons pour l'arrêt de la cour des informations sur des preuves médicales antérieures du Dr Michael Korzinski décrivant les conséquences psychologiques [onglet 16] et du Dr Tim Ladbrooke décrivant les conséquences physiques [onglet 17]. Nous espérons que le tribunal acceptera de ses avocats que, depuis son admission à HMP Belmarsh, l'accusé fait actuellement l'objet d'une batterie de tests et d'interventions médicales », lit-on.

    « En juin 2012, lorsque l’ordre d’extradition vers la Suède est devenu définitif, sa mise à disposition de ce pays était désormais inévitable. A l'époque des faits, la Suède avait des antécédents bien documentés de refoulement direct de personnes vers des États où elles risquaient d'être victimes de mauvais traitements, notamment de torture et de mort », peut-on encore souligner.

    D’après WikiLeaks, la défense d'Assange a fourni de nombreux éléments de preuve à l'audience concernant les mesures d'atténuation pour la détermination de la peine prononcée ce jour, mais le juge n'en a pas tenu compte.

    Nom : Wkileaks 1.png
Affichages : 1554
Taille : 41,9 Ko


    Que va-t-il arriver ensuite ?

    L’audience de ce jour marque le début d’une nouvelle chaîne d’ennuis légaux pour Julian Assange. Jeudi 2 mai, il fera une nouvelle fois face au tribunal pour des échanges relatifs à une demande d’extradition vers les USA. Une publication du Washington Post parue à mi-parcours du mois d’Avril de l’année en cours confirme cette crainte du fondateur de WikiLeaks. Y faisant suite, les États-Unis ont dévoilé un acte d’accusation contre à l’encontre du fondateur de WikiLeaks.

    Dans l'acte d'accusation, le gouvernement affirme qu'Assange a travaillé avec Chelsea Manning (ex-analyste du renseignement américain) pour obtenir des documents classifiés. Les procureurs ont déclaré que Manning avait accédé à des fichiers gouvernementaux classifiés, les avait fournis à Assange et avait ensuite collaboré avec Assange pour tenter de déchiffrer le mot de passe d'un réseau gouvernemental classé. L'acte d'accusation décrit les communications entre Manning et Assange à partir du printemps 2010. WikiLeaks a par la suite publié une cache importante des télégrammes du département d'État, et Manning a été inculpé. Elle a été condamnée à une peine de prison, mais sa peine a été commuée par le président Obama. Le mois dernier, elle a de nouveau été emprisonnée pour avoir refusé de témoigner au sujet de WikiLeaks.

    Les procureurs ont également affirmé qu'Assange avait activement encouragé Manning à consulter des dossiers. À date, Assange est accusé d'avoir accéder sciemment à un ordinateur, sans autorisation, pour obtenir des informations qui ont été déterminées par le gouvernement américain comme protégées contre toute divulgation non autorisée pour des raisons de défense nationale et relations publiques. Notamment, des documents relatifs à la défense nationale classés "Secret Défense" avec des raisons de penser que, si de telles informations étaient révélées, cela pourrait être utilisé pour faire du tort aux États-Unis. Il est également accusé de complot en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur. Il risque jusqu'à 5 ans de prison.

    WikiLeaks s’est avancé sur le terrain de ce qui pourrait être l’issue du procès à venir et exprime ses craintes sur ceci que la messe semble dite. « Nous sommes très inquiets de savoir s'il bénéficiera d'un procès d'extradition équitable au Royaume-Uni », lit-on.

    Nom : WikiLeaks2.png
Affichages : 1416
Taille : 14,4 Ko


    Sources : NYT, Notes sur les mesures d’atténuation, WikiLeaks

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Quelles chances pour que la décision d’extradition de julian Assange vers les USA ne soit pas prononcée dans l’audience à venir ?

    Voir aussi :

    Julian Assange quittera « sous peu » l'ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis 26 mois déjà

    WikiLeaks : première bande-annonce de « The Fifth Estate », irez-vous voir le film qui retrace l'affaire et la vie de Julian Assange ?

    Un grand nombre de documents russes qui ont fait l'objet de fuites ont été publiés sur Internet par un collectif d'activistes de la transparence

    Macron Leaks : WikiLeaks publie plus de 21 000 emails certifiés comme fiables en Marche compte en informer le Procureur de la République
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #39
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    803
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 803
    Points : 27 652
    Points
    27 652
    Par défaut Julian Assange ne souhaite pas se livrer à une extradition vers les États-Unis
    Julian Assange ne souhaite pas se livrer à une extradition vers les États-Unis
    Pour « avoir fait du journalisme qui a remporté de nombreux prix »

    Julian Assange a fait vœu de lutter contre l'extradition vers les États-Unis dans ce qui pourrait devenir une longue et compliquée bataille juridique.

    Lors d'une audience hier à Londres, le juge Michael Snow lui a fait savoir qu'il pouvait consentir à une extradition vers les États-Unis, ce, alors que ses partisans se rassemblaient à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience, scandant et tenant des pancartes demandant sa liberté.

    Nom : free assange.png
Affichages : 1836
Taille : 605,2 Ko

    « Je ne souhaite pas me livrer à une extradition pour avoir fait du journalisme qui a remporté de nombreux prix et protégé de nombreuses personnes », a déclaré Julian Assange à la cour via un direct vidéo depuis la cellule de prison où il se trouve, selon les médias.

    Le fondateur de WikiLeaks a été arrêté en avril. L'ambassade de l’Équateur à Londres venait d’expulser l'homme de 47 ans après lui avoir accordé près de sept ans d'asile. La police métropolitaine de Londres s'était chargée de son arrestation au sein de l'ambassade et de son transport vers son actuel lieu de détention. Ainsi s'ouvrait une nouvelle ère de batailles juridiques pour le personnage controversé.

    Y faisant suite, le gouvernement américain a publié un acte d’accusation contre le fondateur de WikiLeaks. Dans ce que le département de la Justice des États-Unis a récemment qualifié d’ « une des plus grandes compromissions d'informations classifiées de l'histoire des États-Unis », Julian Assange est accusé d'avoir aidé l’ex-analyste du renseignement des USA, Chelsea Manning, à accéder à des milliers de documents et de communications sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi qu'à des câbles et mémoires diplomatiques sur des détenus de Guantanamo Bay. D’après Ben Brandon, représentant des USA lors des échanges, Julian Assange est parvenu à télécharger 90 000 rapports de guerre concernant l'Afghanistan, 400 000 de la guerre en Irak, 800 évaluations de détenus de Guantanamo Bay et 250 000 câbles du département d'État. Plusieurs de ces documents ont fait l’objet de publications sur WikiLeaks en 2010 et 2011.

    L'audience d'extradition de jeudi fait suite à une comparution en cour mercredi, au cours de laquelle le tribunal de Southwark a condamné Assange à 11 mois de prison pour avoir rompu les termes de sa liberté provisoire. La période passée en détention depuis le 11 avril sera prise en compte et Assange pourra demander sa libération provisoire après avoir effectué la moitié de sa peine. Tous calculs faits, il ne devrait y rester que 22 semaines, soit près de 6 mois.

    Ben Brandon, l'avocat représentant le gouvernement américain, a déclaré jeudi à la cour qu'Assange pourrait être passible d'une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans s'il est jugé coupable par les juridictions américaines. Le calcul de cette peine s’appuierait principalement sur des preuves de communications entre Assange et Chelsea Manning. Deux autres audiences sont programmées pour les 30 mai et 12 juin, ce, après obtention, par les avocats d'Assange, du contenu complet de la demande d'extradition américaine.

    Les avis d’experts en droit sur les conditions à remplir pour que l’extradition soit envisageable

    D’après Anna Bradshaw, expert en droit pénal européen, l’extradition d’Assange vers les USA est conditionnée par la réussite d’un certain nombre de tests que les autorités britanniques vont se charger de mener. « Ils sont relativement simples. L'infraction qu'il est accusé d'avoir commise doit avoir une correspondance en vertu de la loi britannique », indique-t-elle. Elle précise toutefois que le camp Assange est susceptible d’user d’un certain nombre de leviers, notamment, celui des droits de l’Homme. En effet, des craintes subsistent quant aux traitements qu’Assange pourrait subir s’il venait à être extradé vers les États-Unis. Cette carte dans la manche du camp Assange s’aligne bien avec le fait que le Royaume-Uni est signataire d’une convention européenne sur les droits de l’homme.

    Daniela Nadj, professeur de droit à l’université Queen Mary de Londres, coupe court : « il existe d’importants obstacles juridiques pour ce qui est de la demande d’extradition des États-Unis. » De nombreux experts sont d’accord là dessus : c’est parti pour de nombreux mois (voir années) de batailles juridiques.

    Assange : journaliste ou criminel ?

    Londres n'est pas le seul endroit où les partisans d'Assange se sont réunis à l'occasion de cette audience. Ils se sont également rassemblés devant l'ambassade des États-Unis à Berlin. Là, l'un des manifestants s'est chargé de lire une déclaration écrite par le célèbre transfuge de la National Security Agency, Edward Snowden, qui a lui aussi eu à divulguer des informations classifiées : « ce n'est pas seulement un homme qui est en danger, mais l'avenir de la liberté de la presse. »

    Sources : NYT, USATODAY, NPR

    Et vous ?

    Que pensez-vous du cas Assange ?

    Quel commentaire faites-vous de la position des USA ?

    Voir aussi :

    Julian Assange quittera « sous peu » l'ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis 26 mois déjà

    WikiLeaks : première bande-annonce de « The Fifth Estate », irez-vous voir le film qui retrace l'affaire et la vie de Julian Assange ?

    Un grand nombre de documents russes qui ont fait l'objet de fuites ont été publiés sur Internet par un collectif d'activistes de la transparence

    Macron Leaks : WikiLeaks publie plus de 21 000 emails certifiés comme fiables en Marche compte en informer le Procureur de la République
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #40
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 840
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 840
    Points : 8 715
    Points
    8 715
    Par défaut
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Que pensez-vous du cas Assange ?
    C'est quelqu'un qui s'est sacrifié pour partager des vérités.
    Il n'a pas donné interprétation, il a donné toutes les sources et démerdez-vous.

    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Quel commentaire faites-vous de la position des USA ?
    Les USA veulent être dur avec les lanceurs d'alerte pour refroidir ceux qui voudraient faire pareil.
    C'est difficile d'avoir le courage de Snowden ou Assange quand on sait ce qu'on risque.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

Discussions similaires

  1. Réponses: 28
    Dernier message: 19/08/2016, 11h16
  2. Le fondateur de WikiLeaks est désormais recherché par Interpol
    Par Katleen Erna dans le forum Actualités
    Réponses: 85
    Dernier message: 06/12/2010, 17h11
  3. Réponses: 6
    Dernier message: 12/08/2009, 15h37
  4. [MySQL] Optimisation d'un traitement arrêté par mon hébergeur
    Par lodan dans le forum PHP & Base de données
    Réponses: 17
    Dernier message: 27/02/2007, 20h37
  5. boucle jusqu'a arrêt par un bouton
    Par Yepazix dans le forum Langage
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/04/2006, 13h11

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo