Google bloque les annonces qui aident à contourner la censure en Chine,
Décision « totalement indépendante » d’une tentative de rentrer dans ce pays

Google a pris une décision brusque le lundi dernier qui a surpris plus d’un. Le Financial Times a rapporté que l'entreprise a cessé d'autoriser deux sites Web qui évaluent les logiciels anti-censure – les réseaux privés virtuels (VPN) – à diffuser de la publicité sur son réseau publicitaire. Les services VPN de VPNMentor et Top10VPN ne pourront plus permettre aux Chinois de contourner les restrictions locales et la censure pour accéder à l'Internet mondial gratuitement, y compris les sites Web comme Google, Facebook et bien d’autres sites Web que la Chine bloque.

VPNMentor, est une société qui évalue les services de réseaux privés virtuels qui permettent aux utilisateurs de contourner les contrôles Internet de la Chine et d'éviter la surveillance. La semaine dernière la société a déclaré que Google avait refusé de vendre ses publicités aux utilisateurs chinois, après avoir passé plus de deux ans à le faire. Mercredi dernier, Top10VPN, un autre site Web d'évaluation des services VPN, a déclaré à son tour qu'il avait reçu le même avis après plusieurs mois de publicité avec Google. VPNMentor a posté sur Twitter une capture d'écran d'un courriel. L'e-mail, qui semble provenir de Google, indique que la politique actuelle de Google est de refuser la promotion des services VPN en Chine en raison des restrictions légales chinoises, a rapporté le Financial Times.

Nom : Gogo.jpg
Affichages : 839
Taille : 54,2 Ko

Cette mesure est vue de mauvais œil par certains critiques. Pour eux, cette décision de Google de cesser de faire la publicité des services VPN ferait partie des efforts du géant américain de la technologie pour gagner la faveur de Pékin. « Google s'est déjà retiré de Chine et cette scène n'était pas agréable, donc s'ils veulent revenir, ils doivent montrer un signal de « gentillesse » plus fort. »

Mais, Google a déclaré que sa décision de bloquer les publicités de VPNMentor et Top10VPN était « totalement indépendante » de sa tentative de rentrer en Chine. Google a rappelé une décision qu’il a prise en décembre dernier concernant son moteur de recherche censuré en Chine : « Comme nous l'avons dit depuis de nombreux mois, nous n'avons pas l'intention de lancer Search en Chine et il n'y a pas de travail en cours sur un tel projet », a ajouté la société, se référant à son projet « Dragonfly » précédemment divulgué.

La plupart des produits de Google ont été bloqués par le gouvernement chinois depuis que la société a quitté le marché chinois des moteurs de recherche en 2010 après avoir subi des cyberattaques et des blocages périodiques du gouvernement. Mais Google a maintenu certaines activités dans le pays, telles que la recherche en intelligence artificielle pour ne citer que celle-là.

En août 2018, The Intercept a dévoilé un projet secret de Google baptisé « Dragonfly », une version censurée de son moteur de recherche en Chine qui va bloquer des sites Web ainsi que certains termes de recherche sur les droits de l'homme, la démocratie, la religion et les manifestations pacifiques, que l’entreprise se préparait à déployer en Chine.

Ce projet a rencontré une large vague de contestation de la part des régulateurs, des organisations de défense des droits de l’homme et des employés de Google. Sundar Pichai, qui avait annoncé au départ que la firme n’allait pas reculer, a déclaré le mardi 11 décembre à un panel du Congrès américain que Google n'avait pas l'intention de relancer un moteur de recherche en Chine, bien qu'il avait dit continuer d'étudier cette idée.

Selon le Financial Times, le régulateur du marché chinois a demandé vendredi dernier aux plateformes Internet de renforcer leur censure des publicités et des VPN, bien qu'il n'y ait pas d'interdiction générale de la vente de VPN en Chine. En 2017, les organismes de réglementation avaient interdit l'usage non autorisé des réseaux privés virtuels et soumis l’exploitation des services VPN dans le pays à une condition préalable de l'obtention d'une licence d'exploitation. Certaines personnes pensent que la décision de Google d’interdire les publicités des services VPN en Chine serait prise pour préparer un éventuel retour en Chine.

Google qui continue de diffuser des annonces sur des sites Web tiers en Chine, a déclaré qu'il avait « des politiques de longue date interdisant les publicités sur notre réseau pour les serveurs privés, dans les pays où de tels serveurs sont illégaux », ajoutant que l'interdiction des publicités VPN en Chine a été en place depuis plusieurs années.

Charlie Smith de GreatFire, une organisation de surveillance de la censure, a critiqué l'action brutale de Google par rapport à VPNMentor et Top10VPN comme étant trop large. Il a déclaré que : « Il y a des VPN légalement enregistrés en Chine, donc soit Google ne s'est pas tenu au courant des réglementations locales, soit ils dépassent leurs limites ». « Si Google s'occupe d'élargir l'accès à l'information, pourquoi ne conçoit-il pas ses activités en ces termes en Chine ? », s’est-il questionné.

Cette décision de Google intervient également dans un contexte où le PDG de Google, Sundar Pichai, a eu une rencontre avec le Président Donald Trump la semaine dernière. Le président Trump s’est exprimé plus tard dans un tweet à propos de la l’entrevue avec M. Pichai : « Il a déclaré avec force qu'il est totalement dévoué à l'armée américaine, et non à l'armée chinoise. Nous avons également discuté de l'équité politique et de diverses choses que Google peut faire pour notre pays. La réunion s'est très bien terminée ! »

Source : The Financial Times

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de bloquer les publicités des deux sites Web ?

Lire aussi

Cybersécurité : la Chine interdit l'usage non autorisé des réseaux privés virtuels (VPN), pour se connecter à Internet
Un grand nombre d'applications VPN gratuites populaires sur Google Play et App Store sont détenues par des entités chinoises, ou sont basées en Chine
Google interdit les publicités pour les produits VPN en Chine, pour se conformer aux restrictions légales du pays
Google aurait décidé d'avorter « au moins à court terme » son projet de moteur de recherche censuré en Chine, face à la protestation de ses employés
Les Googlers contre le conseil d'éthique de l'IA de Google, car il privilégie la proximité du pouvoir, sur le bien-être des groupes marginalisés