Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #641
    Membre régulier
    Moi aussi je pense que la plupart des voyageurs ne se préoccupent pas du modèle de l'avion qu'ils vont prendre
    Bonjour,
    Ben il y a 30 ans le seul avion pour la Réunion non Air-France hors de prix était celui de l'agence le Point air le premier charter français, , un DC10, vétuste, surchargé, le DC10 était un avion au nombre de crashs célèbres, j'étais terrifié, deux ans plus tard, j'ai payé le prix et le confort du boeing 747, un gros pépère tellement puissant que pas besoin de jouer au dragster au bout du tarmac,la moitié la piste suffisait. Je ne monterais jamais dans ce Boeing, même si l'Airbus est réellement inconfortable.

  2. #642
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par pemmore Voir le message
    le DC10
    Hey mais ça me rappelle une blague ! (enfin c'est plus DC-8, DC-9, DC-D)

    - Et un autre de transcontinental asiatique Airline Unlimited
    - Et bien translecont...
    - Te voilà bien baisé avec tes calembours !
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #643
    Membre extrêmement actif
    Peut-être que, partout dans le monde, des 737 Max voleront en 2021 :
    Boeing 737 MAX: le chef de l'aviation américaine «a apprécié» son vol test
    Il reste plusieurs étapes avant que les autorités accordent officiellement leur feu vert technique au 737 MAX. Les compagnies devront ensuite procéder aux modifications demandées sur les appareils qu'elles utilisent et dispenser les formations requises.

    Steve Dickson n'a pas souhaité s'avancer sur le calendrier, soulignant seulement que la FFA travaillait en étroite collaboration avec ses homologues en Europe, au Canada ou au Brésil «pour parvenir à un consensus» sur les problèmes soulevés par chacun d'entre eux. Le patron de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), Patrick Ky, a récemment déclaré qu'il pourrait donner son feu vert technique «courant novembre», ce qui pourrait conduire à un retour en service du 737 MAX «d'ici la fin de l'année».
    ===
    Ryanair a commandé 200 737 Max.
    BOEING 737 MAX: EXECUTIVE DEFENDS DESIGN AS EXPERTS AND PILOTS CONVENE AT GATWICK
    The biggest customer in Europe is Ryanair, which has 200 on order of a special high-capacity variant of the Boeing 737 Max. The budget airline has not yet taken delivery of any of the aircraft, and continues to fly only the 737-800.

    In a statement, the planemaker said: "Boeing has made significant progress over the past several months in support of safely returning the 737 Max to service.

    “The company has also made significant governance and operational changes to further sharpen its focus. These two tragic accidents continue to weigh heavily on everyone at Boeing.”
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #644
    Membre extrêmement actif
    Boeing 737 MAX : une reprise des vols, mais à quelles conditions ?
    La conclusion du groupe d'experts des États-Unis, du Canada, du Brésil et de l'Union européenne, réunis récemment à Londres, est la suivante : simulateur de vol obligatoire pour les pilotes avant de prendre (ou reprendre) les commandes du Boeing 737 MAX. Pour passer du 737 NG (la version précédente) au 737 MAX, les séances de deux heures porteront sur la découverte du MCAS en fonctionnement normal et dégradé ainsi que sur la réaction aux alertes multiples du poste de pilotage dans des conditions inhabituelles.

    On est loin de l'heure d'autoformation sur iPad vantée par Boeing auprès de ses clients intéressés par le MAX. Avec cette initiation minimaliste, l'avionneur évitait les coûteuses séances de simulateur de vol et vendait moins cher le MAX. Là où le bât blesse – et qui complique le calendrier de remise en vol du 737 MAX –, c'est le manque de disponibilité de simulateurs MAX. Le québécois CAE, principal fournisseur de simu, avait reçu 48 commandes l'an dernier et 19 livraisons avaient été effectuées. Ces chiffres modestes sont à mettre en face de la demande potentielle de près de 15 000 pilotes si le millier de 737 MAX existant sont remis en service. La file d'attente sera longue. Aussi des compagnies comme American Airlines ont déjà bâti un planning des séances de formation de leurs pilotes.
    Il y a moyen de reproduire les scenarios des crashs en simulateur pour entrainer les pilotes. Tous les pilotes sauront maitriser le MCAS.
    Il est probable qu'en 2021 des gens voyagent en 737 Max.
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #645
    Chroniqueur Actualités

    Boeing 737 Max jugé sûr par le régulateur européen de l'aviation
    Boeing 737 Max jugé sûr par le régulateur européen de l'aviation,
    Qui a déclaré que « le niveau de sécurité atteint est suffisamment élevé pour nous »

    L’avionneur américain Boeing est conforté dans son objectif de faire voler son jet 737 Max avant la fin de cette année. L’EASA, le principal régulateur européen de l'aviation, a déclaré vendredi qu'il était satisfait que les modifications apportées au 737 Max aient rendu l'avion suffisamment sûr pour qu'il puisse regagner le ciel dans la région avant la fin de 2020, même si une nouvelle mise à niveau exigée par l’organisme ne sera pas prête avant deux ans, a rapporté Bloomberg.

    Après les vols d'essai effectués en septembre, l' EASA est en train de procéder à l'examen des documents finaux en prévision d'un projet de directive sur la navigabilité qu'elle devrait publier le mois prochain, a déclaré Patrick Ky, directeur exécutif de l'Agence européenne de la sécurité aérienne, d’après Bloomberg. Cela sera suivi de quatre semaines de commentaires publics, a-t-il dit. Pendant ce temps, le développement d'un capteur dit synthétique exigé sur le 737 Max pour ajouter de la redondance pourrait prendre de 20 à 24 mois. Selon Ky, la solution logicielle sera nécessaire sur la variante Max 10, plus grande, avant son lancement prévu pour 2022, et sera adaptée sur d'autres versions.

    Patrick Ky, directeur exécutif de l'EASA

    « Notre analyse montre que cette solution est sûre, et le niveau de sécurité atteint est suffisamment élevé pour nous », a déclaré Ky lors d'une interview. « Ce dont nous avons discuté avec Boeing est le fait qu'avec le troisième capteur, nous pourrions atteindre des niveaux de sécurité encore plus élevés », a-t-il ajouté, selon Bloomberg.

    Les points de vue de l'EASA ont un poids énorme compte tenu des lacunes du processus de certification initial qui ont entaché la réputation de l'organisme de réglementation américain, la FAA. Ky a déclaré que le capteur synthétique simplifierait le travail des pilotes lorsqu'un ou les deux capteurs mécaniques d'angle d'attaque du Max tombent en panne. Le dispositif logiciel MCAS, qui surveille si le nez du Max est pointé vers le haut, a mal fonctionné dans les deux accidents qui ont tué 346 personnes. Le premier crash s’est produit au large des côtes indonésiennes en octobre 2018 et le second, cinq mois plus tard, en Éthiopie.

    « Nous pensons que c'est un bon développement qui va augmenter le niveau de sécurité », a déclaré Ky. « Il n'est pas disponible maintenant et il le sera en même temps que le Max 10 devrait être certifié ».

    Ces commentaires marquent la plus ferme adhésion d'un important régulateur à l'objectif de Boeing de remettre en service son avion le plus vendu d'ici la fin de l'année, après de nombreux retards et revers. Le Max, la dernière version du vénérable 737 à fuselage étroit, a été immobilisé au sol en mars 2019 à la suite des deux accidents, qui ont déclenché une crise qui a coûté à Boeing des milliards de dollars et à son PDG de l'époque, Dennis Muilenburg, son poste.

    Alors que l'Administration fédérale de l'aviation, principal organisme de certification de Boeing, est plus avancée dans son examen, elle s'est abstenue de faire des prévisions sur le calendrier. Le chef de la FAA, Steve Dickson, a piloté le Max à la fin du mois dernier et a déclaré que les commandes de l'avion étaient « très confortables », mais que le processus de révision n'était pas terminé.

    Selon Bloomberg, bien que Patrick Ky soit favorable à un retour du Max cette année, la FAA doit agir avant que l'EASA et d'autres agences dans le monde puissent lever l'immobilisation au sol, en vertu du droit international. Boeing n'a pas soumis son dossier final de documentation comprenant les audits logiciels et les évaluations de sécurité, a déclaré une personne connaissant bien le processus et qui s’est adressée à Bloomberg sous couvert de l’anonymat. Les soumissions sont attendues prochainement.

    De l’espoir pour le secteur suite aux commentaires du régulateur européen

    Selon Bloomberg, Boeing a grimpé de 3,1 % à 169,35 dollars vendredi à 12h17 à New York. Jusqu'à jeudi, les actions avaient perdu la moitié de leur valeur cette année, enregistrant la plus forte baisse sur l'indice Dow Jones des valeurs industrielles, alors que l’avionneur travaillait à remettre son avion en vole. Les principaux fournisseurs ont également progressé, le fabricant de moteurs General Electric ayant fait un bond de 6,1 % à 7,29 $, soit la plus forte hausse de l'indice S&P 500. Spirit AeroSystems Holdings, qui fabrique des fuselages, a augmenté de 4 % à 19,41 $.


    Les commentaires de l’EASA arrivent alors qu’une période de plus d’un mois de commentaires sur une liste de correctifs au 737 Max proposé par la FAA a pris fin en septembre. Alors que le syndicat des pilots britanniques BALPA a dénoncé les limites des modifications proposées par l’Agence américaine, le Joint European Max Operators' Group (JEMOG), un groupe d’opérateurs européens qui comprend les compagnies comme Ryanair, Norwegian et Tui Group, a fait quelques suggestions mineures de modifications textuelles tout en rassurant la FAA qu'elles « n'ont pas d'impact sur le programme RTS [retour en service] prévu » pour le 737 Max.

    Même le syndicat représentant les ingénieurs de la FAA, qui supervise la nouvelle conception du 737 Max cloué au sol, a affirmé dans leurs commentaires que les solutions proposées par le gouvernement pour réparer l'avion ne vont pas assez loin. Le syndicat a proposé que les réglementations les plus récentes doivent s'appliquer au Max.

    Les crashs de Max ont mis à rude épreuve les relations entre la FAA et les autorités mondiales de l'aviation, y compris l' EASA qui a agi plus rapidement pour mettre le jet au banc d'essais et a fait des demandes qui vont au-delà des exigences américaines pour autoriser son retour. La relation de la FAA avec Boeing a également changé, après que le fabricant de l'avion ait été accusé de cacher des changements qui ont amplifié les différences entre le modèle Max et les modèles 737 précédents afin de réduire les coûts et de minimiser les besoins en formation.

    Selon Bloomberg, un autre point inconnu pour le retour de Max à l’échelle mondiale est la Chine, où la demande d'avions a explosé avant la pandémie du coronavirus. La Chine a participé à certains des examens du Max mais n'a pas été impliquée dans les essais en vol qui incluent les régulateurs du Canada et du Brésil ainsi que la FAA et l'EASA, a déclaré Ky. « Je ne sais vraiment pas où ils en sont » avec leur évaluation, a-t-il dit. Un porte-parole de l'Administration de l'aviation civile de Chine n'a pas répondu à une demande de commentaires de Bloomberg.

    Quant à l’autorité de l'aviation civile éthiopienne, elle effectuera ses propres contrôles de sécurité sur la flotte Max de l'Ethiopian Airlines, dont l'avion a subi le second crash fatal, a déclaré à Bloomberg vendredi par téléphone Amdye Ayalew Fanta, l'enquêteur en chef du gouvernement. L’Éthiopie chercherait à compléter son précédent rapport sur l'accident mortel qui a tué les 157 personnes à bord de l'avion l’année dernière.

    L’EASA va s’assurer du bon équilibre entre la technologie moderne et les anciennes plateformes

    Alors que l’avion 737 Max de Boeing s’apprête à regagner le ciel, l'EASA travaille avec d'autres régulateurs pour appliquer les leçons apprises aux futures certifications, selon Bloomberg. L'un des domaines sur lesquels se porte le travail des régulateurs est l'évaluation de modèles dérivés comme le Max qui permet d’apporter la technologie moderne sur des plateformes plus anciennes. Le défi consiste à trouver le bon équilibre et à s'assurer que les pilotes ont les connaissances nécessaires pour piloter les avions en toute sécurité, a déclaré le directeur exécutif de l’EASA.

    L'un des dérivés à venir est le Boeing 777X, la prochaine version de son gros-porteur de 25 ans qui aura des ailes repliables. Comme beaucoup d'avions Boeing, il est équipé de deux capteurs d'angle d'attaque (les avions Airbus en ont trois ou plus). Bien que le 777X ne dispose pas du système logiciel qui a joué un rôle dans les crashs du Max, Ky a déclaré que l'EASA étudiera de près les systèmes de contrôle de vol du nouveau 777 et analysera tout point de défaillance potentiel dans le cadre de son examen.

    Quant à savoir si cela ralentirait le processus d'approbation européen pour le nouveau gros-porteur : « Cela dépend beaucoup de la capacité de Boeing à nous donner les bonnes solutions et la bonne analyse sur l'évaluation des risques » a-t-il déclaré. « Il peut y avoir d'autres problèmes ; nous examinons vraiment ce nouvel avion et nous nous assurons que notre évaluation de la sécurité et celle de Boeing sont faites correctement et ne laissent aucune question sans réponse ».

    D’autres commentaires de Ky ont porté sur le travail de l’Agence européenne de l’aviation dans le domaine des technologies, logiciels et systèmes de propulsion du futur. Selon ky, certains logiciels d'aviation sont développés en utilisant des normes de sécurité datant des années 1980. Les entreprises non aéronautiques qui travaillent sur le pilotage autonome, par exemple, peuvent avoir une approche « qui construit en fait des logiciels plus robustes que ceux que nous certifions » en utilisant le processus existant, a-t-il déclaré. L'EASA est en train d’investir, dit-il, pour renforcer les compétences des régulateurs dans l'évaluation de technologies telles que l'intelligence artificielle et l'apprentissage machine.

    Source : Bloomberg

    Et vous ?

    Que pensez-vous des déclarations de l’EASA ?
    « Notre analyse montre que cette solution est sûre, et le niveau de sécurité atteint est suffisamment élevé pour nous ». Quels commentaires en faites-vous ?
    Aurez-vous vraiment envie de monter dans un Boeing 737 Max, une fois autorisé à voler ?

    Voir aussi :

    Les correctifs proposés par la FAA ne sont pas suffisants pour le 737 Max, cloué au sol à cause des problèmes logiciels, d'après un dénonciateur de Boeing
    Boeing a caché les défauts de conception des jets 737 Max aux pilotes et aux régulateurs, notamment la dissimulation de l'existence même du logiciel MCAS, d'après un rapport du Congrès
    Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
    La proposition de correction américaine pour les problèmes du Boeing 737 Max ne tient pas compte du scénario de crash d'Ethiopian Airlines, met en garde le syndicat des pilotes britanniques
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #646
    Membre régulier
    Le régulateur européen n'a absolument aucune raison de faire une fleur à Boeing compte-tenu des 15% de taxes douanières sur les Airbus aux USA. Plus longtemps le 737 max sera interndit de voler en Europe, et mieux ce sera.

  7. #647
    Membre éclairé
    J'espère que cette histoire servira de leçon à Boeing, faire concevoir des softs par des ingé à 9$ de l'heure en outsourcing n'est pas l'idée du siècle. Finalement leurs ingé qui sont spécialisés dans ce type de système ont du réécrire complètement le soft de A à Z et bizarrement ça fonctionne vachement mieux

  8. #648
    Membre éprouvé
    En somme, si nous prenons quatre smartphones d'entrée de gamme 2020, que nous les plaçons au bout de chaque aile (à l'emplanture devrait aussi marcher), dans le nez et dans la queue et que nous relevons les altitudes et les accélérations qu'ils nous donnent, que nous combinons intelligemment ces données, nous pouvons vendre à Boeing une solution qui sera infiniment plus sécurisée que ce qu'ils ont prévu d'origine. Non ? Sans parler du prix, bien sûr...
    Ne pas savoir quand le nez d'un avion pique et demander deux ans pour apprendre à le mesurer... c'est d'un autre temps, simplement.

  9. #649
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par redcurve Voir le message
    ça fonctionne vachement mieux
    [quand c'est fait sur place.]

    C'est marrant, ce constat est récurrent depuis les années 90, au début de l'out-sourcing en Inde. Les financiers ont vraiment la tête dure, ou les chefs de projets devraient de temps en temps développer un peu eux-mêmes avant de donner des délais et des budgets...

  10. #650
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    [quand c'est fait sur place.]

    C'est marrant, ce constat est récurrent depuis les années 90, au début de l'out-sourcing en Inde. Les financiers ont vraiment la tête dure, ou les chefs de projets devraient de temps en temps développer un peu eux-mêmes avant de donner des délais et des budgets...
    Quand le nouveau PDG est arrivé il a halluciné, l'ancien avait viré une bonne partie des équipes pour faire des économie sur des trucs sur lesquels économiser est franchement pas une bonne idée . Il a voulu faire des économies sur ce projet.

  11. #651
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Selon Bloomberg, Boeing a grimpé de 3,1 % à 169,35 dollars vendredi à 12h17 à New York. Jusqu'à jeudi, les actions avaient perdu la moitié de leur valeur cette année, enregistrant la plus forte baisse sur l'indice Dow Jones des valeurs industrielles, alors que l’avionneur travaillait à remettre son avion en vole. Les principaux fournisseurs ont également progressé, le fabricant de moteurs General Electric ayant fait un bond de 6,1 % à 7,29 $, soit la plus forte hausse de l'indice S&P 500. Spirit AeroSystems Holdings, qui fabrique des fuselages, a augmenté de 4 % à 19,41 $.
    Ça arrange bien l'économie que le principal régulateur européen de l'aviation juge que le 737 max est suffisamment sûr pour qu'il puisse regagner le ciel.
    Les cours de plusieurs actions ont du chuter à cause de cette histoire.
    Keith Flint 1969 - 2019

  12. #652
    Membre averti
    Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
    Le régulateur européen n'a absolument aucune raison de faire une fleur à Boeing compte-tenu des 15% de taxes douanières sur les Airbus aux USA. Plus longtemps le 737 max sera interdit de voler en Europe, et mieux ce sera.
    En effet, quoi qu'on ne dise, on n'a plus du tout l'envie de voler en 737 max...

  13. #653
    Membre régulier
    OMC
    Pour rappel: L'OMC vient d'autoriser l'Europe à taxer les avions de Boeing et le ketchup américain pour 4,1 milliards de dollars (https://www.air-journal.fr/2020-10-1...x-5223272.html).
    Le "redécollage" du 737Max risque de ne pas aller très vite, d'autant plus avec la pandémie de COVID qui plombe les voyages internationaux.
    Mais je m'éloigne de l'informatique...

  14. #654
    Membre régulier
    Mais bien sûre...
    Entre "cama", on finit toujours par s'arranger... Cet avion n'aurait jamais dû volé, et ne devrait plus jamais le faire... Il a été mal conçu dès le départ (plusieurs ingénieur l'ont affirmer), et compter sur le "software" pour résoudre un problème "hardware", ça a des limites, ça reste une emplâtre sur une jambe de bois... Mais le "software" coûte moins cher que le hardware, alors certains abusent de cette "possibilité". Au prochain crash de ce cercueil volant, ont trouvera sûrement un responsable, et je parie que ce sera le pilote, le co-pilote ou une hôtesse de l'air qui aura fait du café à un "mauvais moment"...

  15. #655
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par OuftiBoy Voir le message
    Au prochain crash de ce cercueil volant
    Si des nouveaux crashs ont lieu ils seront probablement causés par un autre problème car tous les pilotes seront formés au problème du MCAS, donc ils sauront comment réagir si un scénario de ce genre venait à se reproduire.
    Et si ça se trouve les régulateurs ont réellement fait leur travail correctement et le 737 Max est vraiment sûr maintenant, on ne sait pas.
    Keith Flint 1969 - 2019

  16. #656
    Membre régulier
    mais enfin quoi...
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Si des nouveaux crashs ont lieu ils seront probablement causés par un autre problème car tous les pilotes seront formés au problème du MCAS, donc ils sauront comment réagir si un scénario de ce genre venait à se reproduire.
    Et si ça se trouve les régulateurs ont réellement fait leur travail correctement et le 737 Max est vraiment sûr maintenant, on ne sait pas.
    Quel est la "formation" reçue ? Sur "papier" ou sur simulateur Je n'en sais rien. On peut me mettre dans un simulateur de voiture, et peut-être que je réagirais correctement si la voiture tourne à gauche alors que j'essaye de tourner à droite et qu'un voyant s'allume me disant de lâcher le volant pour que la voiture retrouve sa route... Mais si ça m'arrive sur la route, en condition réel, la "panique" peut prendre le dessus. Tout ça n'est pas normal...

    Je me souviens d'une expérience qui avait était faites avec des plongeurs confirmés. On leur avait mis une ceinture de plomb, rendant impossible de remonter à la surface. Avant le test, on leur avait bien expliqué comment "détacher" la ceinture de plomb, pour remonter à la surface d'eux même. Il suffisait de presser un bouton pour "larguer" la-dite ceinture... Sans me souvenir des chiffres exacts, une partie de ces plongeurs confirmés (des gars qui avaient des heures de plongées derrière eux), pris par la panique en essayant d'abord de remonter d'eux-mêmes, avaient dû être secourus, car ils n'arrivait pas à presser correctement le bouton ou n'essayait même pas... C'était un test fait dans une piscine avec des plongeurs (sans la ceinture) près a intervenir au moindre risque.

    Un homme reste un homme, et peut être pris de panique, malgré toutes les "formations" reçues... Il est anormale de faire voler un tel engin. Il a été conçu dans la panique par Boeing (et les "cama" les ont laissés s'auto certifié en plus...) pour contrer je ne sais plus quel modèle d'Airbus (qui était plus économes en carburant, l'argent, le "nerf" de la guerre, a poussé Boeing a faire ce qu'il a fait...).

  17. #657
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par OuftiBoy Voir le message
    Sur "papier" ou sur simulateur
    En janvier ça parlait de simulateur :
    Boeing recommande finalement une formation des pilotes sur simulateur pour le 737 MAX
    Boeing a finalement recommandé mardi 7 janvier une formation des pilotes sur simulateur, qui reproduit les conditions de vol réelles, avant la remise en service de l'avion 737 MAX cloué au sol depuis près de 10 mois après deux accidents ayant fait 346 morts.
    Des articles plus récents en parlaient mais j'ai la flemme de les retrouver.

    Citation Envoyé par OuftiBoy Voir le message
    Un homme reste un homme, et peut être pris de panique, malgré toutes les "formations" reçues...
    Ouais mais là c'est la base de leur job.
    C'est comme si un pompier se mettait un jour à paniquer en voyant un blessé…

    On verra bien si le 737 Max se crashera à nouveau ou pas. Si c'est le cas, ça risque d'avoir un impact négatif sur Boeing et la FAA.
    Keith Flint 1969 - 2019

  18. #658
    Membre régulier
    ...en parlant de "formations"...
    Je pense qu'on connait tous des développeurs, qui ont été "formés" et qui chient (désolé d'être grossier) pourtant de la merde à longueur de journée... Si on bon développeur s'en aperçoit dans l'équipe, qu'il ose émettre des doutes, on le lui fera payer très cher son "franc-parler"... Tu n'as pas l'esprit d'équipe, tu es un perfectionniste, t'es jamais content, etc... Alors, lassé, on la ferme...

    Des "managers" envoient des jeunes qui sorte de l'école suivre une "formation certifiée" dans tel ou tel domaine... C'est pas en regardant 20 "slides PowerPoint" qu'on peut devenir spécialiste dans un domaine particulier... Encore une fois, le "software" est une discipline relativement récente (par rapport à d'autres comme la chirurgie ou l’architecture par exemple), qui doit encore "formaliser" ses pratiques. Je me répète (je deviens vieux ), mais qui se laisserait opérer du coeur par un dentiste ayant visionné 2 tutos et lu un bouquin (s'il en existe) au titre "Comment devenir chirurgien en 24H" ? Pas moi...

  19. #659
    Membre régulier
    Si ? ... Je dirais Quand...
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

    Ouais mais là c'est la base de leur job.
    C'est comme si un pompier se mettait un jour à paniquer en voyant un blessé…
    ça doit bien arriver quelques fois je pense... Il y a aussi des électriciens chevronnés, trop sûre d'eux, qui se font électrocutés...

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    On verra bien si le 737 Max se crashera à nouveau ou pas. Si c'est le cas, ça risque d'avoir un impact négatif sur Boeing et la FAA.
    On prend le pari ? Ce n'est pas "si" un 737 MAX se crashera à nouveau ou pas dont il faut parler, c'est "quand" il se crashera... Ce ne sera pas dû forcément au MCAS ou autres, mais ça arrivera. Si un des "managers" responsable de ce désastre (pas que pour Boeing, pour l'aviation toute entière) en avait dans le pantalon, il déclarerait l'arrêt définitif de cet engin... Mais ce serait reconnaître sa propre erreur, c'est difficile...

    Aussi, je regarde un peu une chaine (me souvient plus du nom exacte), qui constatait un nombre "anormalement" élevé d'accident d'ULM depuis quelques années (par rapport aux années précédentes...), et se demandait si le trop plein d'assistance (pour pouvoir vendre à Mr et madame tout le monde...) n'en était pas la cause...

    Un peu comme l'ajout de 25 "airbag" dans les nouvelles voiture donne un sentiment de sécurité à certains, pensant que même si accident, ils s'en sortiront... Et bien, pas tous malheureusement, certains y reste, et leur famille avec...

    Il faut, dans pleins de domaine, en revenir à plus de simplicité, rester humble, ce que les gens qui nous vendent leur brols (marketing, publicité, on appelle ça comme on veut) sont incapables de faire, faut produire, consommer. Perso, je ne saurait pas faire ce genre de "métier" en me regardant dans la glace tous les matins et en me demandant comment je vais pouvoir "mentir" pour faire "acheter" mon nouveau gadget à la mode qu'il te faut sinon t'es un gros naze...

  20. #660
    Membre confirmé
    Je me demande pourquoi ils n'ont pas simplement abandonné ce modèle max avec une communication du type : 'mea culpa. nous retournons aux modèles qui ont fait notre succès et qui ont une sécurité maximale prouvée par le temps'.
    Qui voudra retourner dans un 'nouveau modèle corrigé' d'une compagnie forcée à l'arrêt depuis des mois ?

###raw>template_hook.ano_emploi###