La Fondation Linux lance ELISA, un projet open source pour la conception de systèmes basés sur Linux
Où la sécurité est critique

L’usage des machines, en particulier l'utilisation des machines autonomes déployées dans des scénarios critiques pour la sécurité comme les robots industriels ou les voitures sans conducteur, pose un problème de confiance par rapport au matériel en lui-même. Une série d’enquêtes publiées par l’American Automobile Association en janvier dernier et plus tôt en mai 2018 par Gallup a révélé que 63 % des gens ont peur de rouler dans un véhicule sans conducteur entièrement autonome et que plus de la moitié d’entre eux ne choisiraient jamais d’en emprunter un. Un autre rapport publié par les analystes de Pew en 2017 laissait même supposer que 70 % des Américains se disent préoccupés par le fait que les robots exécutent des tâches qui sont en temps normal confiées à des humains.

Afin d’apaiser ces inquiétudes, la Fondation Linux vient de lancer le programme « Enabling Linux in Safety Applications » (alias ELISA), un projet open source incorporant des outils destinés à aider les entreprises à concevoir et certifier des systèmes basés sur Linux dont la défaillance pourrait entraîner des pertes en vies humaines, des dommages matériels importants ou des dégâts environnementaux. En partenariat avec des entreprises de premier plan comme Arm, BMW, Kuka, Linutronix, Amazon et Toyota, la fondation Linux, au travers d’ELISA, travaillera avec des organismes de certification et de normalisation dans « de multiples industries » pour établir comment Linux peut constituer la base des systèmes critiques de sécurité dans toutes les industries.

Nom : 0.jpg
Affichages : 13805
Taille : 25,1 Ko

Le lancement d’ELISA fait suite au lancement, l’an dernier, d’Automotive Grade Linux (AGL) 5,0, la toute dernière version d’un projet de la Fondation Linux visant à apporter la technologie open source à l’industrie automobile. Les versions précédentes portaient principalement sur les systèmes d’info-divertissement, mais la version 5.0 a introduit des solutions télématiques et cartographiques qui permettent aux OEM de partager les données cartographiques générées par des voitures autonomes, en plus d’offrir une sécurité améliorée et une plateforme de sécurité fonctionnelle.

À ce propos, Kate Stewart, responsable principale des programmes stratégiques à la Fondation Linux, estime que toutes les grandes industries veulent « utiliser Linux pour des applications critiques sur le plan de la sécurité, car il leur permet de mettre leurs produits sur le marché plus rapidement et de réduire le risque d’erreurs de conception critiques ». D’après elle, le principal défi restait « le manque de documentation claire et d’outils nécessaires pour démontrer qu’un système basé sur Linux répond aux exigences de sécurité nécessaires à la certification ».

Kate Stewart a avoué que les précédentes tentatives pour résoudre ce problème n’ont pas rencontré le succès escompté pour établir une méthodologie largement discutée et acceptée, mais semble sure qu’avec ELISA tout sera différent : « Nous serons en mesure de tirer parti de l’infrastructure et du soutien de la communauté élargie de la Fondation Linux qui sont nécessaires pour faire de cette initiative un succès », a-t-elle confié.

Les responsabilités d’ELISA devraient porter principalement sur l’élaboration de la documentation de référence et des différents scénarios d’utilisation, l’information de la communauté open source sur les meilleures pratiques en matière d’ingénierie de la sécurité et l’activation d’un « retour continu » afin d’améliorer les processus et automatiser les tests d’assurance qualité. En outre, l’organisation aidera les membres à surveiller les dangers et les composants critiques du système et à jeter les bases d’un ensemble de règles que les équipes d’intervention des membres peuvent suivre en cas de problème.

Nom : the_linux_foundation_logo.jpg
Affichages : 13814
Taille : 18,0 Ko

Rappelons que la Fondation Linux est un consortium technologique à but non lucratif fondé en 2000 pour soutenir la croissance de Linux et promouvoir son adoption. Cette organisation compte plus de 1000 entreprises membres, notamment les constructeurs automobiles Ford, Mazda, Honda, Subaru et Suzuki, ainsi que des fournisseurs tels que Denso, Panasonic, LG. Les géants du logiciel Microsoft et IBM, et les acteurs historiques de l’industrie des semi-conducteurs tels que Nvidia, Intel Arm, et AMD en sont aussi membres.

« Les logiciels open source font désormais partie intégrante de notre stratégie technologique et nous souhaitons faciliter l’utilisation des applications basées sur Linux », a déclaré Masato Hashimoto, directeur général de la Division responsable du développement de l’architecture E/E chez Toyota, dans un communiqué. « Toyota pense que le projet ELISA soutiendra les cas d’utilisation de CASE d’une manière innovante pour l’industrie automobile. »

Source : The Linux Foundation

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Les fondations Linux et RISC-V annoncent un partenariat pour œuvrer à la promotion des processeurs open source
GNU/Linux : après plus de 25 ans d'existence, retour sur l'histoire mouvementée de l'OS libre
OS desktop : Linux a plus de 3 % de parts de marché selon StatCounter et Net Applications, si l'on inclut Chrome OS parmi les distributions Linux
Linus Torvalds annonce la disponibilité de la version 4.20 du noyau Linux, juste avant Noël