Oracle fait mieux que prévu pendant le deuxième trimestre de son année fiscale 2019,
et est porté par son activité cloud

Oracle Corp, le groupe informatique spécialisé dans les logiciels et services à destination des entreprises, a annoncé lundi un bénéfice supérieur aux prévisions pour le deuxième trimestre de son année fiscale 2019, après que la croissance de son unité de services de cloud computing et de support de licences ait aidé le fabricant de logiciels d'entreprise à dépasser les attentes de Wall Street.

Les actions ont augmenté de 5%, la société affirmant qu'excluant les fluctuations des taux de change, le bénéfice ajusté du troisième trimestre devrait se situer entre 86 et 88 cents par action. Les analystes s'attendaient en moyenne à 84 cents, selon les données IBES de Refinitiv.

Le chiffre d'affaires du groupe est resté presque inchangé par rapport à la même période de l'an dernier (en hausse de 2% à taux de change constant, par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière). Mais à 9,56 milliards de dollars, il est ressorti un peu au-dessus des attentes des analystes.

Le bénéfice net quant à lui est apparu en hausse de 5%, à 2,33 milliards de dollars. Avec un bénéfice ajusté de 80 cents par action, Oracle fait mieux qu'anticipé par les analystes, qui tablaient sur 78 cents.

Oracle opère ces dernières années son virage vers le cloud, l'informatique dématérialisée, vers lequel se tournent de plus en plus de clients professionnels pour alléger les coûts liés à une infrastructure informatique interne. Le groupe a mis en avant lundi ses activités de Cloud ERP, notamment le Enterprise Ressource Planning, logiciel professionnel qui permet à une entreprise de gérer toutes ses opérations (stocks, commandes, personnels, comptabilité...) via une plateforme unique.

Nom : oracle.png
Affichages : 1637
Taille : 286,8 Ko

« Les deux activités ERP dans le cloud d’Oracle, Fusion ERP et NetSuite ERP, ont généré un taux de croissance combiné de 32% au deuxième trimestre », a déclaré Mark Hurd, PDG d’Oracle. « Avec près de 6 000 clients Fusion ERP et plus de 16 000 clients NetSuite ERP, Oracle est clairement le leader des solutions ERP dans le cloud. Les solutions ERP ont toujours constitué le segment le plus important du marché des applications d'entreprise. Nous avons donc beaucoup de marge de croissance pour nos clients ERP sur site vers le cloud Oracle Fusion ERP ».

Le chiffre d’affaires de son unité de services en cloud et de support de licences, la plus importante, a progressé de 2,7% à 6,64 milliards de dollars, dépassant ainsi les estimations des analystes, alors que de plus en plus de sociétés se sont tournées vers le cloud computing pour réduire leurs coûts.

« La base de données autonome Oracle pour l’entreposage de données et le traitement des transactions est la seule base de données au monde autonome », a déclaré Larry Ellison, CTO d’Oracle. « La base de données autonome Oracle réduit les coûts en éliminant le travail humain et augmente la fiabilité en éliminant les erreurs humaines. Et Oracle est la seule base de données qui se corrige et se met à niveau automatiquement lors de l'exécution ».

Oracle arrive tardivement dans le secteur en croissance rapide des logiciels basés sur le cloud, mais il a intensifié ses efforts pour rattraper ses concurrents tels que Workday Inc, Microsoft Corp et Salesforce.com Inc.

« La croissance d’Oracle dans les services cloud et le support de licence de seulement 3% semble contredire la vigueur du marché global du cloud », a déclaré Daniel Morgan, gestionnaire de portefeuille principal de Synovus Trust Co, qui détient 152 500 actions de la société.

Le mois dernier, Workday a annoncé une hausse de 35% de ses revenus d’abonnement au cloud, tandis que son produit phare, Sales Cloud, avait progressé de 11%.

« Oracle traîne toujours derrière d’autres vieux acteurs du secteur des logiciels d’entreprise tels que Microsoft, qui est en train de devenir une entreprise cloud de premier plan », a déclaré Morgan, dont la société détient également des actions dans Salesforce et Microsoft Corp.

Les résultats d'Oracle sont ventilés en quatre activités. La plus importante, de loin, les Cloud Services and License Support, a rapporté 6,64 milliards de dollars (+3%) en chiffre d'affaires, en ligne avec ce que les analystes attendaient.

Quant aux Cloud license and on-premise license, le chiffre d’affaires est en repli de 9%, à 1,22 milliard, mais un peu au-dessus des attentes. Les appareils ("Hardware") ont représenté 891 millions de dollars de chiffre d’affaires (-5%) et les services, 817 millions (-5%), un peu en-deçà des attentes dans les deux cas.

Rappelons qu'une année fiscale est différente d'une année civile. Tandis que la dernière commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre, la première correspond à une période de douze mois pendant laquelle l'entreprise enregistre tout ses faits économiques nécessaires à l'établissement de sa comptabilité. Elle peut donc varier en fonction de plusieurs paramètres (pays, date de début d'activités, etc.).

Source : Oracle

Voir aussi :

D'ici fin 2019, Amazon aura complètement abandonné les bases de données d'Oracle, selon le PDG d'Amazon Web Services
Le secteur de consommation d'Amazon a désactivé son entrepôt de données Oracle, dans des efforts de la société de se séparer des produits Oracle
Un problème technique affecte un entrepôt d'Amazon, suite à la migration de bases de données Oracle vers sa propre technologie de base de données
Oracle annonce la sortie officielle de Java 11 : tour d'horizon des principales nouveautés de cette version LTS
MariaDB rachète la technologie de base de données distribuée Clustrix, pour concurrencer Oracle RAC