Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #81
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par slowsaz Voir le message
    Menacer ses "alliés', merci de nous rappeler que le mot allié n'a pas la même définition en politique que dans le dictionnaire ou que les Etats-Unis ne sont pas nos alliés ?
    Le meilleur des alliés n'est il pas celui qui est soumis et a juré de servir sans réfléchir ? Oh wait (ceci n'est pas un discours anti USA, juste un fait par rapport à la politique étrangère et le jeu politique mondial depuis l'avènement des USA comme "gendarmes du monde") ...

  2. #82
    Membre averti
    Et puis bien sur ce n'est pas les USA qui justement avait espionné les téléphones des dirigeants européens comme celui de Merkel ?

  3. #83
    Nouveau Candidat au Club
    les chine est un pays mauvais qui utilise des pratiques ultra déloyale
    les état unis ne sont pas gentil mais sont bien moins mauvais que les chinois, je préfére un monde américain qu'un monde chinois.

    depuis l'élection de donald Trump les état unis devienne meilleurs ils se retire de l'afrique par exemple, tandis que les chinnois eux arrivent... mais aux achète carrément des pays africains entiers et font entrer leurs ouvriers chinois pour bosser...
    mais rigoler pas car les chinois font aussi la même chose en France, en France vous n'aurez bientôt plus rien, tous sera la propriété insaisissable de la république populaire de chine.
    LA chine a des part non négligeable de Peugeot ou encore de Air France ou encore contrôle totalement l'aéroport de Blagnac

    Les américain aux aujourd'hui reste chez eux ou rentre chez eux et laissent les peuples face à leurs destin.
    Si il y'a quelques années je chrachait sur les américians nottament sur la politque immonde bush ou pire encore d’Obama, aujourd'hui je regrette presque cette époque..
    je préféré être payer pour cirer les bottes de l'oncle sam que être enchaîner et non payer à cirer les bottes que Zhen Bao dans un camp

  4. #84
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    les chine est un pays mauvais qui utilise des pratiques ultra déloyale
    les état unis ne sont pas gentil mais sont bien moins mauvais que les chinois, je préfére un monde américain qu'un monde chinois.

    depuis l'élection de donald Trump les état unis devienne meilleurs ils se retire de l'afrique par exemple, tandis que les chinnois eux arrivent... mais aux achète carrément des pays africains entiers et font entrer leurs ouvriers chinois pour bosser...
    mais rigoler pas car les chinois font aussi la même chose en France, en France vous n'aurez bientôt plus rien, tous sera la propriété insaisissable de la république populaire de chine.
    LA chine a des part non négligeable de Peugeot ou encore de Air France ou encore contrôle totalement l'aéroport de Blagnac

    Les américain aux aujourd'hui reste chez eux ou rentre chez eux et laissent les peuples face à leurs destin.
    Si il y'a quelques années je chrachait sur les américians nottament sur la politque immonde bush ou pire encore d’Obama, aujourd'hui je regrette presque cette époque..
    je préféré être payer pour cirer les bottes de l'oncle sam que être enchaîner et non payer à cirer les bottes que Zhen Bao dans un camp
    Il est tout a fait vrai que les USA se retirent petit à petit et adoptent, sous Trump, une politique autarcique, ce qui n'est pas un mal mais attention : beaucoup de pays restent dépendant des USA comme le Japon ou même la Corée du Sud qui ont besoin de sa présence militaire pour garantir l'intégrité territoriale face à des nations belliqueuses et revanchardes (on va pas non plus dire que les japonais sont des victimes mais ils essaient de "réparer" les erreurs passées depuis l'arrivée au pouvoir de Shinzō Abe qui reste le premier ministre du Japon ayant eu la plus longue durée en poste à ce jour, ce qui confirme une réelle confirmation de la population japonaise dans le programme politique en cours bien qu'il faille faire attention car en réalité, la participation électorale au Pays du Soleil Levant est assez faible).

    L'achat des terres en Afrique n'est pas un fait nouveau et ce processus, appelé je crois "néo colonialisme" a débuté bien avant l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping au pouvoir pour la Chine (nous même, la France, gardons main basse sur nos anciennes colonies car nous y avons des intérêts d'où la présence militaire important, je parle évidemment pas de nos DOM-TOM (oui, cela n'existe plus mais je me ferai jamais à leur nouveau nom)).

    Alors en effet, la Chine investit énormément dans les entreprises occidentales, ce qui est un mal (R.I.P. Volvo) mais n'oublions pas que sans l'introduction au capital de ce pays au sein de Peugeot, la société aurai probablement été dévoré par ses concurrents compte tenu de son état lors de la crise de 2008.

    Non, les USA ne laissent pas les peuples face à leur destin : on a l'exemple d'Israël avec la problématique de la Palestine dont tout le monde sait que ce n'est pas normal mais personne ne lève le doigt par peur de se faire taxer d'antisémitisme ou de racisme notoire alors que dans les faits et avant, environ, Kennedy et sa montée au pouvoir (le processus électoral j'entends), les USA (comme les anglais avant de partir suite à l'explosion de leur quartier général et les français qui sentaient que c'était pas un bon plan et dieu seul sait qu'on était des billes au Moyen-Orient) étaient contre l'idée d'un état hébreux car ils savaient que cela allaient provoquer des tensions inutiles dans une région du monde déjà assez instable car soumis aux lutes de pouvoir entre l'Iran, l'Irak et l'Arabie Saoudite qui se disputaient alors le rôle de leadership de la zone (aujourd'hui, il reste l'Iran et l'Arabie Saoudite, compte tenu des tensions avec l'Iran, on sait vers qui les puissantes nations se tournent alors que l'Iran serai un bien meilleur partenaire car ne fournissant pas des financements aux fondamentalismes musulmans bien qu'aucune preuve à ce jour n'a été donné mais il y a de fortes présomptions, ce qui explique pourquoi les terroristes se tiennent loin d'eux).

    Obama a tenté une ouverture mais certaines lobbies, comme celui pro Israël qui gangrène le système électoral américain permettant l'injection de millions de dollars (voir des milliards, je ne sais plus) d'aide à Israël alors que ce pays ne le mérite pas, qui influencent bien trop ce pays.

    La Chine est, comme tout pays développer de ce monde et ayant un poids sur la scène internationale, à surveiller car elle n'a pas les mêmes aspirations idéologiques que les pays "démocratiques" dans lesquels nous vivons (oui, j'ai mis des guillemets, cela ne concerne que mon avis et il est assez dur). Aujourd'hui, l'avenir se joue probablement dans les choix qu'il va falloir faire : trouver de nouveaux partenaires fiables et suffisamment puissant pour ainsi forger de nouvelles alliances politiques et économiques. La Chine et la Russie l'ont bien compris, ils travaillent de concert pour liquider tous les dollars qu'ils ont et établir une sorte d'union européenne à leur sauce. La grande question étant maintenant de savoir : la construction européenne qui vise à créer un super état fédéral au final réussira t'elle à s'imposer ?

  5. #85
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    tandis que les chinnois eux arrivent... mais aux achète carrément des pays africains entiers et font entrer leurs ouvriers chinois pour bosser...
    Ben quoi il y a un problème avec les immeubles algérien construit par des chinois ?

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    mais rigoler pas car les chinois font aussi la même chose en France, en France vous n'aurez bientôt plus rien, tous sera la propriété insaisissable de la république populaire de chine.
    Ça c'est une volonté politique des gouvernements successifs Sarkozy / Hollande / Macron, effectivement beaucoup de trésor de la France sont vendu à des étranges, c'est souvent des américains, des japonais ou des chinois qui rachètent.

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    Les américain aux aujourd'hui reste chez eux ou rentre chez eux et laissent les peuples face à leurs destin.
    Ça c'est dans les discours de Trump mais en pratique c'est autre chose qui ce passe...

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    je préféré être payer pour cirer les bottes de l'oncle sam que être enchaîner et non payer à cirer les bottes que Zhen Bao dans un camp
    Contrairement aux USA la Chine ne nous ordonne rien. (Mais c'est vrai que ça fait chier que le patrimoine français se fasse racheter par n'importe qui... Le gouvernement privatise des services rentable, par exemple et c'est pas un bon plan stratégique à long terme.)

    Là par exemple les USA font du chantage :
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Dans l'une des demandes les plus explicites encore adressées à un allié sur Huawei, le gouvernement américain a demandé à l'Allemagne d'abandonner la société chinoise de ses projets ou de risquer de perdre l'accès à certaines données des services de renseignement américains, rapporte le Wall Street Journal.
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    beaucoup de pays restent dépendant des USA comme le Japon ou même la Corée du Sud qui ont besoin de sa présence militaire pour garantir l'intégrité territoriale face à des nations belliqueuses et revanchardes
    Qui menace le Japon et qui menace la Corée du Sud exactement ?
    Grâce à Trump les 2 Corées se sont rapproché et de toute façon le Nord est une menace pour personne...

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Shinzō Abe qui reste le premier ministre du Japon ayant eu la plus longue durée en poste à ce jour
    Ce serait pas mal qu'il dégage parce qu'il est particulièrement nul.
    Il fait QE sur QE et à chaque fois ça aggrave la situation économique du Japon.
    Ce n'est plus vrai maintenant l'histoire "les japonais détiennent leur dette", les japonais n'ont plus de patrimoine.

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    L'achat des terres en Afrique n'est pas un fait nouveau et ce processus, appelé je crois "néo colonialisme" a débuté bien avant l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping au pouvoir pour la Chine
    L'Afrique déborde de ressources, mais les africains ne les exploitent pas, ils laissent des étrangers venir les exploiter.
    Bon à la limite sous Kadhafi l'argent du pétrole bénéficiait aux Libyens et il y a eu des projets pour rendre l'Afrique indépendante, comme le satellite RASCOM-QAF 1 par exemple.

    « L’Afrique devient un échiquier où les Etats-Unis et la Chine avancent leurs pièces »
    Le continent africain est le terrain d’une guerre d’influence sans précédent entre les grandes puissances : Chine, Etats-Unis, Russie, mais aussi Japon, Inde et Turquie… Ces pays ont remis le cap sur l’Afrique avec un objectif : tisser de nouveaux réseaux d’influence et contrer la montée en puissance de leurs ennemis.

    Approuvée juste avant Noël par le président des Etats-Unis, la nouvelle politique américaine vise d’abord à contrer la présence chinoise et russe sur le continent. Des pays qui ciblent « délibérément et de manière agressive leurs investissements dans la région pour avoir un avantage compétitif sur les Etats-Unis », a justifié John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.
    Ça doit être frustrant pour les africains, ils doivent être sur le continent le plus riche et globalement ils ne bénéficient pas tellement des ressources présentes sur leur territoire.
    Ils devraient se renseigner sur le panafricanisme de Kémi Séba.

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    on a l'exemple d'Israël avec la problématique de la Palestine dont tout le monde sait que ce n'est pas normal mais personne ne lève le doigt par peur de se faire taxer d'antisémitisme ou de racisme notoire alors que dans les faits et avant
    De temps en temps il y a quand même l'ONU qui dit "Attention c'est contraire aux traités ce que vous faites, vous ne respectez pas les résolutions de l'ONU" mais ça ne change rien...

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Obama a tenté une ouverture mais certaines lobbies, comme celui pro Israël qui gangrène le système électoral américain permettant l'injection de millions de dollars (voir des milliards, je ne sais plus) d'aide à Israël alors que ce pays ne le mérite pas, qui influencent bien trop ce pays.
    La campagne de Trump n'a pas bénéficié de l'argent de l'AIPAC, enfin c'est ce qu'il a dit :
    Trump to Jewish donors: ‘I don’t want your money’
    Republican presidential candidate Donald Trump likes to remind audiences that he is for the most part paying his own way on the campaign trail.

    He took the strategy a step further on Thursday at the Republican Jewish Coalition, teasing wealthy Republican Jewish donors that they probably won’t support him because he would not accept the money they might offer as a way of currying favor with the New York billionaire should he win the White House.
    C'était un gros truc de sa campagne "je n'accepte l'argent de personne, de cette façon si jamais je prend le pouvoir je n'aurais pas de service à rendre".

    En cherchant cette news je suis tombé sur quelque chose de plus récent :
    Trump: les démocrates sont devenus «un parti anti-Israël, anti-juifs»
    De nombreuses voix se sont immédiatement élevées contre des propos rappelant, selon elles, le stéréotype sur la "double allégeance" supposée des juifs, qui ne seraient pas "loyaux" au pays où ils vivent. D'autant plus qu'en février, Ilhan Omar avait déjà provoqué un tollé en affirmant que l'Aipac finançait "les responsables politiques américains pour être pro-Israël". Elle s'était alors excusée "sans équivoque".
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    La Chine et la Russie l'ont bien compris, ils travaillent de concert pour liquider tous les dollars qu'ils ont et établir une sorte d'union européenne à leur sauce.
    Ils ne veulent pas faire une sorte d'Union Européenne, ils veulent faire une alliance qui bénéficie à ses membres

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    La grande question étant maintenant de savoir : la construction européenne qui vise à créer un super état fédéral au final réussira t'elle à s'imposer ?
    Ben non...
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #86
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ben quoi il y a un problème avec les immeubles algérien construit par des chinois ?

    Ça c'est une volonté politique des gouvernements successifs Sarkozy / Hollande / Macron, effectivement beaucoup de trésor de la France sont vendu à des étranges, c'est souvent des américains, des japonais ou des chinois qui rachètent.

    Ça c'est dans les discours de Trump mais en pratique c'est autre chose qui ce passe...

    Contrairement aux USA la Chine ne nous ordonne rien. (Mais c'est vrai que ça fait chier que le patrimoine français se fasse racheter par n'importe qui... Le gouvernement privatise des services rentable, par exemple et c'est pas un bon plan stratégique à long terme.)

    Là par exemple les USA font du chantage :

    Qui menace le Japon et qui menace la Corée du Sud exactement ?
    Grâce à Trump les 2 Corées se sont rapproché et de toute façon le Nord est une menace pour personne...

    Ce serait pas mal qu'il dégage parce qu'il est particulièrement nul.
    Il fait QE sur QE et à chaque fois ça aggrave la situation économique du Japon.
    Ce n'est plus vrai maintenant l'histoire "les japonais détiennent leur dette", les japonais n'ont plus de patrimoine.

    L'Afrique déborde de ressources, mais les africains ne les exploitent pas, ils laissent des étrangers venir les exploiter.
    Bon à la limite sous Kadhafi l'argent du pétrole bénéficiait aux Libyens et il y a eu des projets pour rendre l'Afrique indépendante, comme le satellite RASCOM-QAF 1 par exemple.

    « L’Afrique devient un échiquier où les Etats-Unis et la Chine avancent leurs pièces »

    Ça doit être frustrant pour les africains, ils doivent être sur le continent le plus riche et globalement ils ne bénéficient pas tellement des ressources présentes sur leur territoire.
    Ils devraient se renseigner sur le panafricanisme de Kémi Séba.

    De temps en temps il y a quand même l'ONU qui dit "Attention c'est contraire aux traités ce que vous faites, vous ne respectez pas les résolutions de l'ONU" mais ça ne change rien...

    La campagne de Trump n'a pas bénéficié de l'argent de l'AIPAC, enfin c'est ce qu'il a dit :
    Trump to Jewish donors: ‘I don’t want your money’

    C'était un gros truc de sa campagne "je n'accepte l'argent de personne, de cette façon si jamais je prend le pouvoir je n'aurais pas de service à rendre".

    En cherchant cette news je suis tombé sur quelque chose de plus récent :
    Trump: les démocrates sont devenus «un parti anti-Israël, anti-juifs»

    Ils ne veulent pas faire une sorte d'Union Européenne, ils veulent faire une alliance qui bénéficie à ses membres

    Ben non...
    Je ne peux pas dire pour la question des bâtiments en Algérie.

    Pour la question des "trésors", compte tenu que ce sont des entreprises privées, ce n'est nullement un bien national, n'en déplaise aux détracteurs (par contre, si EDF acceptait une introduction dans son capital de la Chine, se serai un gros problème).

    Le Japon est menacé par la politique territoriale actuelle de la Chine et les menaces sur les frontières vis à vis des îles de l'archipel Nippon au nord.

    Je ne pense pas qu'on peut dire qu'il est nul, il s'inscrit juste dans une volonté des Japonais d'entretenir une politique dite "survaliste". Il fait plutôt bien son travail en l'état actuel mais on ne peut pas non plus faire des miracles quand on sait que d'ici 2050, plus de la moitié de la population japonaise va avoir plus de 60 ans et que, de par les contraintes géographiques, le pays ne peut que dépendre des importations pour les ressources du quotidien.

    Le Japon est dans une situation économique précaire depuis les années 2000 et la crise monétaire qui les a touché après une abondance de richesse dans les années 1980 (merci les bêtises de la banque nationale). Je tiens à préciser que depuis quelques mois, le Japon est le seul pays au monde dont la banque nationale a appliqué un taux d'emprunt négatif : cette mesure vise à inciter à la relance de la consommation. Donc dire qu'il n'a fait qu'aggraver la situation est un peu gros compte tenu du fait qu'initialement, c'était déjà pas la gloire. Le patrimoine Japonais se trouve aujourd'hui dans son savoir faire et sa capacité à produire des biens à forte valeur ajoutée (technologie, tout ça tout ça).

    Si l'Afrique n'exploite pas ses ressources, c'est peut être à cause des pays du Nord dont on fait parti qui maintiennent des régimes politiques dictatoriaux arrangeant les multinationales. Alors oui, je suis assez méchant là mais quand on voit ce qu'est en réalité le Franc CFA, pardon du peu mais on appel ça "dominer". Ce n'est pas en forçant une valeur monétaire décider par une nation extérieur d'être inférieure aux autres que cela va les aider, après, je ne dis rien.

    L'ONU ou l'institution ou les faux semblants sont maintenus depuis bien trop longtemps : une organisation qui se dit "vouloir la paix dans le monde" mais dont les sièges permanent sont occupés par les pays producteurs et vendeurs d'arme les plus important tout en étant, pour certains, des pays qui maintiennent des régimes politiques non légitimes dans certains pays sans compter la volonté non déguisé de certains d'intervenir dans ces mêmes pays aux yeux de tous sans que personne ne dise rien. La moralité et le sens même initial de cette institution est juste du "bullshit" en barre. Je vous invite à regarder le film "Lord of War" entre autres.

    Non, Trump n'a peut être pas eu cet argent mais il n'en reste pas moins que le Congrès et le Sénat américain ont eu de l'argent de la part de ces lobbies et manque de bol, dans le système législatif américain, ce sont eux qui font et défont les lois, pas le président (même s'il peut abroger des décrets). De ce fait, il est forcément obliger de subir les directives de ces lobbies. De plus, il n'a d'ordre à recevoir à personne mais il est bien obligé d'appliquer certaines choses pour garantir son poste sinon, la destitution, tu l'as sent venir (c'est déjà limite limite depuis quelques temps vis à vis des enquêtes en cours).

    Pour la Russie et la Chine, j'ai bien dit "une sorte" : l'UE est à la base une alliance qui au final devrai aboutir à un super état fédéral.

    Je suis convaincu que l'idée de l'Europe Fédérale sera un jour aboutie mais en l'état actuel, il faut expliquer aux gens le monde de nos jours et non arrêter de croire qu'on est pile aux lendemains de la Guerre Froide avec d'un côté les USA et de l'autre les reliquats du monde post soviétique. La Russie devient un réel actuel économique et politique, on l'a bien vu avec la Syrie (coucou la France qui a provoqué le bazar à la base) et pire avec les sanctions de l'Europe qui n'ont aucun impact au final (au delà du fait qu'on est les seuls à avoir fait quelque chose à ce propos). Je ne dis pas qu'on doit sympathiser comme pas permis avec ce pays mais il faut néanmoins prendre en considération que réaliser des traités commerciaux avec ce pays serai favorable pour l'économie de la zone euro (oui, Poutine est un méchant, il est proche de la dictature, bla bla bla mais depuis quand la morale a un réel impact sur le marché ou sur la vie politique ? Hm ?).

  7. #87
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Pour la question des "trésors", compte tenu que ce sont des entreprises privées, ce n'est nullement un bien national, n'en déplaise aux détracteurs (par contre, si EDF acceptait une introduction dans son capital de la Chine, se serai un gros problème).
    Il y a des bâtiments qui appartenaient à l'état qui ont été vendu. (un aéroport par exemple)
    L'état a aussi lâché des entreprises dont elle a possédait une grosse part (la française des jeux par exemple).

    2011 :
    Privatisation du patrimoine : l'Etat a-t-il franchi la ligne jaune ?
    Jusqu'où l'Etat peut-il aller dans la grande braderie de ses biens immobiliers ? Il a besoin d'argent. L'objectif affiché consiste à vendre les bijoux de famille aux plus offrants pour renflouer les caisses. Depuis trois ans, l'opération s'accélère. 1 700 édifices seraient en sursis. Dernière cible en date : l'emblématique hôtel de la Marine. Début 2009, il est question de vente. Face à la stupéfaction générale, Eric Woerth recule : "C'est un monument très sensible, il ne sera pas cédé, mais loué sur une longue durée. La compétition sera ouverte dans quelques mois", indique le cabinet du ministre du budget d'alors.
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Il fait plutôt bien son travail en l'état actuel mais on ne peut pas non plus faire des miracles quand on sait que d'ici 2050, plus de la moitié de la population japonaise va avoir plus de 60 ans et que, de par les contraintes géographiques, le pays ne peut que dépendre des importations pour les ressources du quotidien.
    La dette publique du Japon doit être de 300%, je ne sais pas si on peut appeler ça du bon boulot.
    Si les japonais ne font plus d'enfants c'est peut-être parce qu'ils sentent qu'il n'y a pas d'avenir. (le Japon va être obligé d’accueillir des travailleurs étrangers )

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Je tiens à préciser que depuis quelques mois, le Japon est le seul pays au monde dont la banque nationale a appliqué un taux d'emprunt négatif
    Des taux négatifs il y en a un peu partout depuis un moment et c'est une aberration dans un système capitaliste.
    Bon ça c'est récent mais il existe des exemples plus vieux :
    LES BANQUES POURRAIENT TAXER DAVANTAGE LES CLIENTS
    De plus en plus de banques suisses envisagent de répercuter les taux négatifs sur leurs clients. La facturation de frais supplémentaires aux petits épargnants demeure toutefois un tabou, selon une étude réalisée par le géant du conseil Ernst & Young (EY).

    Les banques se plaignent des taux négatifs et critiquent la politique monétaire actuelle, résume jeudi EY dans un communiqué. Dans ce contexte défavorable, il n'est pas étonnant qu'un nombre décroissant d'établissements bancaires acceptent encore de supporter ce fardeau financier, qui réduit la rentabilité.
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Si l'Afrique n'exploite pas ses ressources, c'est peut être à cause des pays du Nord dont on fait parti qui maintiennent des régimes politiques dictatoriaux arrangeant les multinationales.
    Les africains n'ont qu'a dégager les dictateurs qui bossent pour des pays occidentaux.
    Ils ont bien eu Kadhafi, donc ça montre qu'il peut y avoir des bons gars en Afrique. (bon après si un chef africain dit un truc qui plait pas aux USA il est assassiné rapidement, Kadhafi voulait faire un dinar or pour ne pas vendre son pétrole en dollar, il n'a pas vécu très longtemps après ça)
    Il parait qu'il y a eu des gars comme Thomas Sankara qu'étaient pas mal.

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Non, Trump n'a peut être pas eu cet argent mais il n'en reste pas moins que le Congrès et le Sénat américain ont eu de l'argent de la part de ces lobbies et manque de bol, dans le système législatif américain, ce sont eux qui font et défont les lois, pas le président
    Ça me rappelle un documentaire que j'ai vu sur France 2, c'était un œil sur la planète, et ça parlait de l'impact de l'AIPAC sur la politique US.
    C'était affreux, encore pire que le CRIF en France...

    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Je suis convaincu que l'idée de l'Europe Fédérale sera un jour aboutie
    Moi j'y crois pas, je pense que les peuples vont se réveiller et ça en sera fini de l'UE.
    Si le Royaume Uni sort, il suffira du départ d'un seul pays riche pour que tout s'effondre.
    Ce sera peut-être l'Italie ou l'Allemagne je sais pas (j'ai pas tellement d'espoir pour la France, il y a beaucoup trop peu de critique de l'UE en France c'est n'importe quoi...).
    La France est le pays le plus pro union-européen c'est démoralisant.

    Quoi que Philippe de Villiers s'y est mis, il lancera peut-être la mode ^^
    Le livre de Philippe de Villiers paru ce 6 mars 2019 apporte de nouvelles révélations accablantes sur Walter Hallstein, concepteur de la « Nouvelle Europe » et enseignant le nazisme aux troupes de la Wehrmacht…
    Keith Flint 1969 - 2019

  8. #88
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il y a des bâtiments qui appartenaient à l'état qui ont été vendu. (un aéroport par exemple)
    L'état a aussi lâché des entreprises dont elle a possédait une grosse part (la française des jeux par exemple).

    2011 :
    Privatisation du patrimoine : l'Etat a-t-il franchi la ligne jaune ?

    La dette publique du Japon doit être de 300%, je ne sais pas si on peut appeler ça du bon boulot.
    Si les japonais ne font plus d'enfants c'est peut-être parce qu'ils sentent qu'il n'y a pas d'avenir. (le Japon va être obligé d’accueillir des travailleurs étrangers )

    Des taux négatifs il y en a un peu partout depuis un moment et c'est une aberration dans un système capitaliste.
    Bon ça c'est récent mais il existe des exemples plus vieux :
    LES BANQUES POURRAIENT TAXER DAVANTAGE LES CLIENTS

    Les africains n'ont qu'a dégager les dictateurs qui bossent pour des pays occidentaux.
    Ils ont bien eu Kadhafi, donc ça montre qu'il peut y avoir des bons gars en Afrique. (bon après si un chef africain dit un truc qui plait pas aux USA il est assassiné rapidement, Kadhafi voulait faire un dinar or pour ne pas vendre son pétrole en dollar, il n'a pas vécu très longtemps après ça)
    Il parait qu'il y a eu des gars comme Thomas Sankara qu'étaient pas mal.

    Ça me rappelle un documentaire que j'ai vu sur France 2, c'était un œil sur la planète, et ça parlait de l'impact de l'AIPAC sur la politique US.
    C'était affreux, encore pire que le CRIF en France...

    Moi j'y crois pas, je pense que les peuples vont se réveiller et ça en sera fini de l'UE.
    Si le Royaume Uni sort, il suffira du départ d'un seul pays riche pour que tout s'effondre.
    Ce sera peut-être l'Italie ou l'Allemagne je sais pas (j'ai pas tellement d'espoir pour la France, il y a beaucoup trop peu de critique de l'UE en France c'est n'importe quoi...).
    La France est le pays le plus pro union-européen c'est démoralisant.

    Quoi que Philippe de Villiers s'y est mis, il lancera peut-être la mode ^^
    Le livre de Philippe de Villiers paru ce 6 mars 2019 apporte de nouvelles révélations accablantes sur Walter Hallstein, concepteur de la « Nouvelle Europe » et enseignant le nazisme aux troupes de la Wehrmacht…
    Alors pour l'aéroport & consort, c'est comme je disais avec EDF, c'est pas bon. La France est principalement solvable car l'État à la main mise sur beaucoup de patrimoine encore à ce jour en plus de capitaux dans divers entreprises (Renault par exemple ou même Areva bien que celle-ci se prenne des coups de bâton en boucle).

    Oui, en 2011, donc Shinzō Abe a du faire avec les bêtises de ses prédécesseurs même s'il faut restituer une chose : la crise monétaire du Japon est à l'origine d'une grosse partie de la dette en plus de la problématique des séismes. A ton avis, ils ont fait comment pour reconstruire dans les années 1980 et avoir les bâtiments d'aujourd'hui qui limitent les risques ? A ton avis, ils ont payé comment l'un des plus puissants super ordinateurs du monde qui a juste été conçu pour simuler et alerter en cas de tsunami lors de chaque séisme ? La dette japonaise est colossale mais ils ont aussi un bon garant : dans les années 1980, les USA ont forcé le Japon a prendre des bons au trésor (le même délire qu'avec la Chine sous Bush et sa brillante idée). Du coup, ils ont un magnifique garant si le FMI & cie les ennuie car il vaut mieux avoir les USA avec soit que contre soit.

    Le problème de la natalité est lié probablement au mal-être de la société japonaise depuis que l'OMC a mis son nez dans les affaires du pays et à provoquer la fin de l'ancien système qui régissait le monde du travail là bas : le travail à vie (dans la limite où tu ne te fais pas virer évidemment) mais l'OMC, grande institution juste et honnête de notre merveilleux monde ultra libéral a dit "c'est pas bien car ça tue la concurrence avec les autres pays", du coup pour pas voir de souci, le Japon a du entâmer des changements drastiques en réalisant des réformes violentes dans le secteur du travail. En réalité, le Japonais lambda ne se sent pas impliquer dans la vie politique de son pays globalement, c'est un phénomène qui date d'avant Shinzō Abe à nouveau et il ne fait que s'aggraver. Ironiquement, il a été élu, de mémoire, par l'électorat jeune du pays qui en avait marre de la ligne politique des précédents premiers ministres. Quand tu vois que depuis cette réforme, le taux de suicide a explosé au travail, tu comprends un peu pourquoi je pense ...

    Dégager les dictateurs ? Tu te rappel de l'armée française qui squatte certains pays ? Cela va être difficile de faire quoi que ce soit sans subir une répression.

    Ne parlons du CRIF, rien que vois les lettres me fait mal ... Je pense avoir vu ce reportage mais après, j'ai aussi lu quelques articles à ce propos.

    Je suis hélas de la génération qu'on a bercé sur l'idée de l'Europe unie donc bon, je vais pas nier que j'ai de l'espoir dans ce projet qui en réalité existe depuis ... très longtemps (avant 1933, je précise car je le sens venir ...). L'Europe est bercé par une histoire et une culture commune mais hélas, quand il s'agit de faire copain pour autre chose qu'un ennemi physique commun (j'entends par là une nation), plus personne n'est là et ça part dans son coin jusqu'au jour ou le FMI & cie viennent frapper à la porte du pays pour réclamer leur du.

    Et pour ce monsieur dont tu parle (le sujet du livre), j'avoue ne pas être spécialement étonné quand on voit pour Derick (il a bien réussi son coup le bougre). Maintenant, on nous ennuie avec la moralité mais elle n'existe plus : je rappel qu'avant de parler de politiciens des autres pays, on devrait peut être faire le ménage chez nous (c'est facile mais à chaque fois, on se fait humilier et cela devient énervant quand on parle à des amis étrangers). Après, cet homme a l'air assez problématique quand même ... Tout dépend par contre de l'idée qu'il a, je vais lire de ce pas l'article que tu as partagé mais attention, c'est un article d'un parti politique et de ce fait, il faut prendre cela avec des pincettes (la démagogie et le populisme, tout ça tout ça).

  9. #89
    Membre extrêmement actif
    Vu que je vois que l'on rameute encore une partie des fans de FA et que cela repart une énième fois sur Walter, je pose ça là :



    Il faut moins de 10 mn à FA pour comprendre qu'il est en train de se faire debunker ses propos, et que du coup, il vaut mieux qu'il coupe court à la conversation, car ses premiers éléments ne tiennent déjà pas la route, elle est obligé de dire que non pour le garder en ligne.

    Quand elle lui demande des éléments précis, il rebondit sur autre chose, ou dit qu'il n'affirme rien, qu'il n'est pas historien, que ce ne sont que des "présomptions" (en bon français, des présomptions, cela veut dire que tu n'es pas sûr à 100%).

    Au final quand on l'écoute, on comprend bien qu'il n'a aucun élément concret, c'est lui qui prend des faits à droite et à gauche, et qui tout seul dans sa tête "estime" (pour reprendre ses propres termes), que ceci ou cela, en faisant des raccourcis à la Ryu. Et la plupart des sources qu'il avance, sont démenties par les sources elles-mêmes limite...

    Le mec est tellement dans le mal suite à ses questions, qu'il dévie sur Macron, les gilets jaunes, Trump / Poutine, etc. pour noyer le poisson.

    Il a tellement aucune nuance que pour lui, vu que Walter était pas un résistant, c'était forcément un nazi, ce qui montre quand même le niveau de réflexion du mec...

    Et surtout il avoue lui-même ne pas avoir de scans ou de preuve d'un document de construction de la nouvelle Europe par Hallstein.

    La dame lui démonte certains de ses arguments (genre la carte de membre du parti) mais le mec il tourne en boucle et ressort le scan de la carte comme argument. Ca ressemble tellement à du Ryu que si il faisait moins de fautes dans ses messages sur le forum, on pourrait croire que c'est la même personne.

    Il vous mène en bateau comme tous les autres...


    Même dame qui fait admettre à Chouard qu'il s'est trompé, et qui dit lui-même qu'il n'aurait pas du écouter Asselineau sans vérifier ses dires.




    Y'a pas de quoi !

  10. #90
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
    Il vous mène en bateau comme tous les autres...
    A priori, Dupont-Aignan a repris le même "argument" qu'Asselineau dans son dernier bouquin... ils n'ont aucune imagination, c'est dingue

  11. #91
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
    A priori, Dupont-Aignan a repris le même "argument" qu'Asselineau dans son dernier bouquin... ils n'ont aucune imagination, c'est dingue
    NDA aussi ? Car l'article de Ryu au dessus parlait de De Villiers.

    Décidément, ils se sont passés le mot en effet...

  12. #92
    Chroniqueur Actualités

    Le blocus Huawei de Trump fléchit dans le déploiement de 5G en Europe
    Le blocus Huawei de Trump fléchit en Europe
    Qui ne veut pas prendre de retard dans le déploiement de la 5G

    Le rendez-vous du réseau 5G est imminent. Les pays se préparent à déployer cette nouvelle technologie ultra-rapide, tandis que Huawei, l’un des acteurs majeurs pour sa mise en œuvre est depuis lors sous le coup de sanctions américaines. En effet, les États-Unis ont fait valoir que Huawei représente un risque parce que ses équipements pourraient être utilisés par les autorités chinoises pour espionner les communications et perturber les réseaux de télécommunications. Cette position a conduit les principales entreprises de télécommunications sans fil aux États-Unis et les agences gouvernementales à éviter les produits de Huawei et de traiter avec les entreprises qui utilisent ces mêmes produits.

    L’administration Trump ne s’est pas arrêtée là. Selon le Wall Street Journal, les États-Unis ont lancé, en novembre dernier, une « campagne extraordinaire de sensibilisation » de ses alliés afin de tenter de persuader les fournisseurs d'accès à Internet sans fil dans ces pays d'éviter les équipements de télécommunication provenant du chinois Huawei, évoquant des préoccupations de sécurité nationale. La Maison-Blanche a même envoyé des responsables du gouvernement dans les capitales européennes pour avertir que l'équipement de Huawei ouvrirait une porte dérobée aux espions chinois.


    Cependant, si la stratégie américaine contre le géant chinois a marché chez certains alliés comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, elle rencontre quelques difficultés en Europe où les États-Unis ont même menacé de mettre fin à l'échange de renseignements si l'Europe ignorait ses conseils. En effet, jusqu'à présent, aucun pays européen n'a interdit Huawei, selon un article de Bloomberg publié le mardi.

    Moins d’un mois après l’appel des États-Unis à ses alliés de boycotter les équipements télécoms du chinois Huawei, l’Allemagne a exprimé son scepticisme concernant cette exhortation américaine, affirmant n'avoir trouvé aucune preuve que la société pourrait utiliser son équipement pour l’espionnage. Spiegel Arne Schoenbohm, chef de l'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information (BSI) a déclaré que pour des décisions aussi sérieuses qu'une interdiction, il faut des preuves, ajoutant que son agence ne disposait pas de telles preuves. Il a fait également savoir que les experts du BSI avaient examiné les produits et composants Huawei du monde entier avant de se prononcer.

    En février dernier, la Grande-Bretagne a emboité le pas à l’Allemagne en refusant de céder aux pressions des Etats-Unis pour bannir Huawei, en citant, elle aussi, l'absence d'élément de preuves d'espionnage. En effet, en parlant au nom de la Grande-Bretagne, Ciaran Martin, directeur du National Cyber Security Centre (NCSC), a affirmé qu’aucun élément de preuve susceptible de confirmer une quelconque activité malveillante de la part de l’entreprise technologique Huawei n’existe et qu’elle est en mesure de gérer les risques de sécurité liés à l’utilisation des équipements de télécommunications fournis par ladite entreprise.

    Depuis l’année dernière, la Maison-Blanche a accentué ses pressions sur l’équipementier chinois. Si l’interdiction ne tient pas, Huawei est en lice pour des contrats de construction de réseaux téléphoniques 5G, la technologie sans fil ultra-rapide que les leaders européens espèrent pour alimenter la croissance d'une économie basée sur les données.

    Selon Bloomberg, le chef espion du Royaume-Uni a déclaré qu'une interdiction de Huawei en Grande-Bretagne est peu probable, citant un manque d'alternatives viables pour améliorer les réseaux de télécommunications britanniques. Quant au gouvernement italien, il a refusé d’obéir aux conseils des États-Unis à un moment où le pays cherche à stimuler le commerce avec la Chine, selon Bloomberg. En Allemagne, qui vend des ondes 5G dans le cadre d'une vente aux enchères qui devrait rapporter jusqu'à 5 milliards d'euros (5,7 milliards de dollars), les autorités ont proposé des règles de sécurité plus strictes pour les réseaux de données plutôt que de faire blocage à Huawei. La France qui a examiné pendant longtemps l'idée de restrictions sur Huawei, a fini par opter pour le renforcement de ses règles de sécurité au lieu de bannir l’entreprise.

    « Le déploiement de la 5G est l'un des projets technologiques les plus complexes et les plus coûteux jamais entrepris », a déclaré Paul Triolo, analyste chez Eurasia Group, une société de conseil en risques politiques. « Le défi pour l'Europe est de trouver un moyen de minimiser les risques de sécurité liés aux fournisseurs chinois, mais pas de retarder la 5G, qui est si importante pour la région. », a-t-il ajouté.

    Lors d'une conférence qui s’est tenue mardi à Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel s’est exprimée relativement aux conseils des Etats-Unis à ses alliés. « Il y a deux choses auxquelles je ne crois pas », a-t-elle déclaré. « D'abord, pour discuter publiquement de ces questions de sécurité très sensibles, et ensuite, pour exclure une société simplement parce qu'elle vient d'un certain pays. », a-t-elle ajouté.


    Selon Bloomberg, ces gouvernements européens ont considéré ce qu’ont dit certaines compagnies de téléphone comme Vodafone Group Plc, Deutsche Telekom AG et Orange SA, qui ont averti que l’éviction de Huawei retarderait la mise en œuvre de la technologie 5G de plusieurs années et ajouterait des milliards d'euros en coûts. « Nous n'avons vu aucune preuve de portes dérobées dans le réseau », a déclaré Helen Lamprell, la meilleure avocate et lobbyiste en chef de Vodafone au Royaume-Uni, d’après le rapport de Bloomberg. « Si les Américains ont des preuves, qu'ils les mettent sur la table ».

    Par ailleurs, lors d'une conférence de presse au Mobile World Congress à Barcelone en février dernier, le président de Vodafone, Nick Read, a déclaré qu'abandonner les équipements Huawei retarderait le déploiement de la 5G en Europe « de probablement deux ans ». Lors de l’événement, Huawei et Vodafone ont vanté leur partenariat commercial appuyé d’une démonstration 5G. La société britannique s'appuie sur les équipements de la société chinoise pour gérer bon nombre de ses réseaux, selon CNBC.

    En février, les États-Unis ont envoyé des représentants à MWC Barcelona, le plus grand salon annuel de l'industrie, qui ont encore exhorté les dirigeants et les politiciens à éviter Huawei et ses pairs chinois. Et ce mois-ci, l'ambassadeur des États-Unis à Berlin a écrit une lettre au gouvernement allemand pour lui dire qu'il devrait laisser tomber Huawei ou risquer d'étouffer le partage des renseignements américains.

    Huawei a commencé à réagir à la pression américaine. Le 18 février dernier, lors d’une interview accordée à BBC New, Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei a déclaré qu’« Il n'y a aucun moyen pour que les Etats-Unis puissent nous écraser », a-t-il dit. « Le monde ne peut pas nous quitter parce que nous sommes plus avancés. Même s'ils persuadent d'autres pays de ne pas nous utiliser temporairement, on peut toujours réduire un peu les choses. », a-t-il ajouté. En début de mars, Huawei a intenté un procès contre le gouvernement américain qui alléguait que la société avait été injustement et incorrectement interdite comme une menace pour la sécurité.

    Huawei pourrait toujours être sous le coup d’une probable interdiction en Europe

    Toutefois, Huawei pourrait être toujours menacé par une probable interdiction. Selon Bloomberg, les tenants de la ligne dure au sein de la communauté du renseignement, en Allemagne, affirment que l'entreprise n'est pas digne de confiance, et les règles de sécurité actualisées que le gouvernement est en train de rédiger pourraient rendre plus difficile pour Huawei d’obtenir des contrats. Aussi, la plus grande compagnie de téléphone danoise, TDC A/S, a refusé de renouveler un contrat avec Huawei et a plutôt choisi Ericsson comme partenaire stratégique pour développer son réseau 5G, a rapporté Bloomberg. Selon Bloomberg, le géant chinois subirait des pressions partout en Europe pour qu’il permette un meilleur contrôle de sa technologie et augmenter les garanties que ses équipements ne sont pas accessibles aux espions chinois.

    Cependant, Huawei rassure que les pays partenaires ne risquent rien en utilisant ses équipements. L’entreprise dit avoir « placé la cybersécurité et la protection de la vie privée des utilisateurs au premier rang de ses priorités », a déclaré un représentant de l'entreprise par courriel. La protection des réseaux relève de la responsabilité conjointe des fournisseurs, des entreprises de télécommunications et des organismes de réglementation, a-t-il ajouté.

    Les signaux seraient même au vert en Europe pour la société chinoise. D’après Bloomberg, des entreprises ferroviaires nationales d'Allemagne et d'Autriche ont acheté les équipements de l'entreprise, et des opérateurs tels que Deutsche Telekom et Telefonica mènent des projets de test 5G avec ses produits.

    Source : Bloomberg

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous que Huawei obtiendra des marchés de déploiement de la technologie 5G en Europe, malgré les menaces des USA ?
    Selon vous, quelles seront les conséquences d’un retrait de Huawei de l’Europe ?

    Lire aussi

    L'Europe doit se méfier de Huawei, dit un responsable technique européen, après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête
    Huawei prévoit une enveloppe de 2 milliards USD sur cinq ans pour la cybersécurité, afin de rassurer ses clients occidentaux
    Huawei a été accusé d'avoir triché sur les tests de plusieurs flagships, en se servant d'un « mode performance » pour booster ses appareils
    Les liens de Google avec Huawei vus d'un mauvais œil par des législateurs américains, qui y voient une menace pour la sécurité des États-Unis
    La demande mondiale de nouveaux smartphones serait en chute libre, Huawei pourrait en profiter pour devenir le numéro 2 du marché devant Apple
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #93
    Membre éclairé
    C'est pas une belle alliance avec les USA ça que de menacer ces alliés de couper court aux échanges d'information si on ne dit pas "oui" à tout ce qu'ils disent ? Franchement ... Cela n'a pas suffit à ce pays de se faire choper pour des surveillances illégales et des fuites d'informations majeurs qui ont provoqué des précédents en plus de détériorer les relations avec ses "allié" qui ressemblent de plus en plus à des sous-fifres.

    Parfois, je pense qu'il est justifié de se demander s'il ne faudrait pas miser sur un autre État disposant aussi d'une aura diplomatique importante (oui, je parle de la Russie et de la Chine, le but étant, comme je l'ai dit précédemment, d'avoir des rapports cordiaux sans forcément être les meilleurs amis du monde, histoire d'avoir un allié puissant à nos cotés pour ainsi dire et profiter de son aura diplomatique pour obtenir des accords privilégiés avec certains États proches de ces États).

  14. #94
    Membre régulier
    "manque d'alternatives viables" Ericsson et Nokia sont ils déjà enterrés ?

  15. #95
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Pensez-vous que Huawei obtiendra des marchés de déploiement de la technologie 5G en Europe, malgré les menaces des USA ?
    Chaque pays devrait décider. Comme ça on verrait lesquels sont soumis aux USA et lesquels sont libre.
    C'est pas très sympa de la part des USA de faire ce chantage, juste parce qu'ils veulent vendre leur matériel réseau et pouvoir nous surveiller.

    Je ne vois pas en quoi ça les regarde...
    Les pays européen on le droit de ne pas utiliser de système étasuniens.
    Keith Flint 1969 - 2019

  16. #96
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Chaque pays devrait décider. Comme ça on verrait lesquels sont soumis aux USA et lesquels sont libre.
    C'est pas très sympa de la part des USA de faire ce chantage, juste parce qu'ils veulent vendre leur matériel réseau et pouvoir nous surveiller.

    Je ne vois pas en quoi ça les regarde...
    Les pays européen on le droit de ne pas utiliser de système étasuniens.
    Je pense qu'ils n'ont pas besoin de ça pour surveiller les États européens (on a eu une confirmation avec le scandale des écoutes illégales).

    C'est cela qui les ennuie je pense, c'est qu'ils ne sont pas compétitifs pour un rond dans ce domaine et c'est la Chine qui a l'un des meilleurs constructeurs dans ce domaine.

  17. #97
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
    Cela qui les ennuie je pense, c'est qu'ils ne sont pas compétitifs pour un rond dans ce domaine et c'est la Chine qui a l'un des meilleurs constructeurs dans ce domaine.
    Ah ouais ?
    Ça expliquerait donc pourquoi Trump disait "bougez-vous le cul et ne prenez pas du retard sur la futur norme 6G !".
    En fait il voulait dire aux entreprises US qu'elles s'étaient fait distancer par les chinois.

    La Chine dépasse les USA dans de plus en plus de domaines.
    Bon après moi perso la 5G ne m'intéresse pas, je suis pas fan de l'internet sans fil, j'aime bien les câbles réseaux.
    Cela dit j'ai utilisé mon smartphone comme modem USB une fois et j'ai été impressionné par le débit de la 4G qui était bien supérieur au débit de ma box ADSL (vivement la fibre optique).
    Keith Flint 1969 - 2019

  18. #98
    Expert éminent sénior
    L'équipement réseau de Huawei fait toujours courir des risques de sécurité « importants »
    L'équipement réseau de Huawei fait toujours courir des risques de sécurité « importants »
    Selon le Royaume-Uni

    En novembre 2010, le géant chinois des réseaux et des télécommunications Huawei a conclu un accord avec le gouvernement du Royaume-Uni afin de permettre des examens approfondis de la sécurité du matériel et des logiciels du géant chinois. Cette mesure visait à dissiper les craintes selon lesquelles la société poserait un risque de sécurité pour les réseaux du Royaume-Uni. Depuis lors, le Centre d’évaluation de la cybersécurité de Huawei (HCSEC) a donné aux responsables britanniques un aperçu des pratiques de l’entreprise en matière de sécurité de l’information.

    Mais un rapport du gouvernement britannique publié en juillet de l’année dernière a révélé que des problèmes techniques affectant la chaîne d’approvisionnement des équipements du groupe chinois avaient exposé les réseaux de télécoms nationaux à de nouveaux risques de sécurité. Après plusieurs mois d’observation, un nouveau compte rendu suggère que les responsables britanniques ne sont toujours pas satisfaits des progrès réalisés par Huawei qui avait pourtant promis des investissements importants pour résoudre ces problèmes, notamment en décembre dernier avec une enveloppe de 2 milliards de dollars étalée sur cinq ans pour la cybersécurité afin de rassurer ses clients occidentaux.


    Dans le rapport de 46 pages publié récemment, le Comité de surveillance du HCSEC, composé de représentants du Centre national de cybersécurité, du GCHQ et d’autres agences, ainsi que d’un haut responsable de Huawei, a averti que Huawei n’avait pas apporté les modifications promises depuis longtemps au niveau de son logiciel et de ses pratiques d’ingénierie, des modifications pourtant indispensables à l’amélioration de la sécurité.

    « ;Les travaux de HCSEC ont continué à identifier les problèmes liés à l’approche de Huawei en matière de développement de logiciels, entraînant une augmentation significative des risques pour les opérateurs britanniques ;», ont noté les membres du Comité de surveillance. Ils estiment en outre qu’aucun progrès matériel n’a été accompli pour remédier à ces problèmes depuis leur constatation, précisant que des audits et des examens conduits par le HCSEC ont permis de mettre en évidence « ;d’autres problèmes techniques importants dans les pratiques d’ingénierie de Huawei ;».

    Citation Envoyé par le Comité de surveillance du HCSEC
    « ;À l’heure actuelle, le Comité de surveillance n’a encore rien vu qui puisse lui donner confiance dans la capacité de Huawei à mener à bien les éléments de son programme de transformation qu’il a proposé comme moyen de remédier à ces défauts sous-jacents. Le Comité exigera des preuves soutenues de l’amélioration de la qualité de l’ingénierie logicielle et de la cybersécurité, vérifiées par HCSEC et le NCSC. Dans l’ensemble, le Conseil de surveillance ne peut donner qu’une assurance limitée que tous les risques pour la sécurité nationale du Royaume-Uni découlant de la participation de Huawei aux réseaux critiques du Royaume-Uni peuvent être suffisamment atténués à long terme ;».
    Ce rapport intervient alors que Huawei est sur le point de jouer un rôle majeur dans le déploiement des communications sans fil 5G au Royaume-Uni, malgré l’insistance du gouvernement américain qui milite pour le bannissement des équipements réseau du chinois par qu’ils constitueraient d’après lui une menace pour la sécurité. L’administration Trump veut persuader ses alliés qu’en raison des forts soupçons de collusion existant entre Huawei et le gouvernement et l’armée de Chine, les logiciels et le matériel de la société pourraient être utilisés par Pekin pour le cyberespionnage ou le sabotage.


    La Grande-Bretagne a malgré tout refusé de céder aux pressions US pour bannir Huawei, affirmant qu’aucun élément de preuve susceptible de confirmer une quelconque activité malveillante de la part de l’entreprise technologique Huawei n’existe et qu’elle est en mesure de gérer les risques de sécurité liés à l’utilisation des équipements de télécommunications fournis par ladite entreprise. Les problèmes mis au jour par le HCSEC suggèrent que la plus grande menace vis-à-vis de Huawei est que l’équipement fourni par cette entreprise pourrait être piraté par à peu près tout le monde qui s’en donnerait la peine. Et à cause de la manière dont le géant chinois gère son développement logiciel, il est impossible d’accorder une certification générale pour la sécurité de n’importe quel produit.

    Un problème majeur cité par le rapport est qu’une grande partie de l’équipement réseau de Huawei repose toujours sur la version 5.5 du système d’exploitation en temps réel (RTOS) VxWorks de Wind River, qui est arrivée en « ;fin de vie ;» et ne sera bientôt plus prise en charge. Huawei a acheté une licence premium pour le support à long terme de VxWorks qui expire en 2020. Cela pourrait mettre en péril le matériel installé par les entreprises de télécommunications.

    Même si Huawei développait son propre RTOS pour éventuellement remplacer VxWorks, la sécurité de ce système d’exploitation suscite des inquiétudes, car le processus de développement logiciel de Huawei n’était pas vraiment fiable. HCSEC a indiqué que le processus de conception de logiciel utilisé par l’entreprise donnait lieu à des incohérences entre les images logicielles. En d’autres termes, les produits sont livrés avec des logiciels dont les empreintes digitales varient considérablement. Il est donc impossible de déterminer si le code est le même sur la base de sommes de contrôle. En outre, le RTOS interne de Huawei est basé sur le noyau Linux, et son intégration au code Huawei existant n’est pas claire.

    Malgré les efforts déployés par le Royaume-Uni pour amener Huawei à améliorer ses processus de gestion de la configuration depuis 2010, le géant chinois a appliqué la gestion de la configuration de manière incohérente d’un produit à l’autre. Par exemple, lors d’une visite sur le terrain au centre de développement de Huawei à Shanghai, le Comité de surveillance s’est rendu compte qu’un « ;nombre ingérable ;» de versions de la bibliothèque OpenSSL pouvait être utilisé dans des produits, y compris certains avec des vulnérabilités connues. « ;La conclusion rapportée au Conseil de surveillance est que le processus d’ingénierie de base de Huawei ne gère pas correctement l’utilisation des composants ni les problèmes de maintien du cycle de vie, laissant les produits impossibles à prendre en charge en général ;», indique le rapport.

    En conséquence, le Comité conclut qu’il est « ;difficile d’être certain que différents déploiements d’équipements Huawei similaires sont globalement sécurisés ;». L’absence de versions logicielles cohérentes signifie qu’il est difficile (au mieux) de déterminer si un bogue trouvé dans une version du logiciel a été entièrement corrigé dans une autre version.

    Citation Envoyé par un porte-parole de Huawei
    « ;Les problèmes identifiés dans le rapport OB (comité de surveillance) apportent une contribution essentielle à la transformation en cours de nos capacités d’ingénierie logicielle ;».
    Source : CNBC, Rapport du HCSEC (PDF)

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Après l'Allemagne, la Grande-Bretagne refuse de céder aux pressions US pour bannir Huawei, citant l'absence d'élément de preuves d'espionnage
    Le blocus Huawei de Trump fléchit en Europe qui ne veux pas prendre de retard dans le déploiement de la 5G
    Les USA menacent l'Allemagne de diminuer la quantité de données partagées par ses services de renseignements si elle collabore avec Huawei
    Huawei poursuit le gouvernement des USA pour ce qu'il appelle une interdiction injuste, l'obligeant à rendre publiques ses accusations à son encontre
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #99
    Chroniqueur Actualités

    Technologie 5G : la France dégaine la « loi Huawei »
    Technologie 5G : la France dégaine la « loi Huawei »
    Ou plutôt une « réponse technique et technologique à un problème technique et technologique »

    Le monde s’apprête à un grand déballage technologique 5G, l’Europe y comprise. La recherche et développement dans le cadre de cette nouvelle norme de téléphonie mobile est avancée et le processus de déploiement est imminent. Toutefois, l’inquiétude liée aux risques potentiels de sécurité que pourraient poser les équipements de certains constructeurs, en l’occurrence le géant Huawei, pourrait retarder le déploiement de la 5G en Europe. Et la campagne de sensibilisation des Etats-Unis lancée en novembre dernier, pour tenter de persuader les fournisseurs d'accès à Internet sans fil des pays alliés d'éviter les équipements de télécommunication provenant de Huawei, évoquant des préoccupations de sécurité nationale, n’arrange pas la situation.

    Néanmoins, certains pays ont déjà commencé le processus d’octroi de la 5G, sans avoir banni l’équipementier Huawei. C’est le cas de l’Allemagne qui a lancé, le mardi 19 mars dernier, une vente aux enchères de plusieurs semaines pour les fréquences 5G qui devrait rapporter jusqu'à 5 milliards d'euros (5,7 milliards de dollars), après avoir proposé des règles de sécurité plus strictes pour les réseaux de données plutôt que de faire blocage à Huawei.

    La France n’a plus de temps à perdre, le lancement des appels d’offres pour attribuer les fréquences 5G aux opérateurs étant prévu pour l'automne prochain. Elle a donc intérêt à fixer au plus vite les règles qui vont orienter ce processus afin de limiter les risques. C’est ainsi qu’un nouveau texte de loi a été initié à l’Assemblé nationale le mercredi dernier. Le contexte a été rappelé par le rapporteur de la loi, le député LaREM, Eric Bothorel, qui a expliqué qu’avec les nouveaux usages très étendus que promet cette nouvelle technologie ultra-rapide dans les domaines de mobilité, e-santé, industrie, robotique, et bien d’autres domaines, « notre niveau d’exposition aux risques devient un peu plus important. Il faut donc faire évoluer le périmètre pour s’assurer que les usages puissent se dérouler dans de bonnes conditions. », a-t-il dit.


    Les opérateurs télécom doivent s’attendre à avoir l’autorisation des autorités avant de choisir les équipements dans le cadre du déploiement de la 5G. Selon un article de RFI publié le mercredi, en fonction de plusieurs critères, le Premier ministre sera l’autorité habilitée à autoriser les équipements qui ne constitueront pas un risque pour la défense ou la sécurité nationale.

    Les risques liés aux équipements de la 5G que redoutent les pays, y compris la France, ne devraient pas être seulement d’ordre de la sécurité nationale et de l’origine de l’équipementier comme évoqué dans les arguments de campagne des Etats-Unis, mais également de niveau logiciel et des pratiques d’ingénierie du géant chinois Huawei. En effet, le rapport Huawei Cyber Security Evaluation Centre (HCSEC) Oversight Board 2019 publié en mars par le Comité de surveillance du HCSEC, a averti que Huawei n’avait pas apporté les modifications promises depuis longtemps au niveau de son logiciel et de ses pratiques d’ingénierie, des modifications pourtant indispensables à l’amélioration de la sécurité.

    En effet, un précédent rapport du gouvernement britannique publié en juillet 2018 avait révélé que des problèmes techniques, affectant la chaîne d’approvisionnement des équipements du groupe chinois et qui avaient exposé les réseaux de télécoms nationaux à de nouveaux risques de sécurité, existaient. Depuis lors Huawei avait promis des investissements importants pour résoudre ces problèmes de cybersécurité afin de rassurer ses clients occidentaux. Toutefois, les responsables britanniques ne sont toujours pas satisfaits, selon le rapport 2019.

    « ;Les travaux de HCSEC ont continué à identifier les problèmes liés à l’approche de Huawei en matière de développement de logiciels, entraînant une augmentation significative des risques pour les opérateurs britanniques ;», ont noté les membres du Comité de surveillance. Ils estiment en outre qu’aucun progrès matériel n’a été accompli pour remédier à ces problèmes depuis leur constatation précédente, au contraire, des audits et examens ont mis en évidence « d’autres problèmes techniques importants dans les pratiques d’ingénierie de Huawei ;».

    Cette nouvelle loi de la France était attendue par les opérateurs pressés de comprendre la situation afin de faire le choix de partenariat dans leur future mise en œuvre de la technologie 5G. Selon RFI, Philippe Lucas, vice-président d’Orange, chargé de la standardisation et du développement des écosystèmes, « souhaite avant tout que la situation se clarifie. Ensuite, on verra si chacun des industriels répond aux besoins ou aux cahiers des charges qui seront fixés par le régulateur. On est au début d’un nouveau processus. On encourage nos partenaires opérateurs européens à contribuer à ces cadres de sécurité. D’où l’importance aussi d’avoir une saine concurrence sur les équipementiers au niveau infrastructures pour que nos clients puissent en bénéficier à des coûts raisonnables ».

    En effet, en ce début d’un nouveau processus décisif pour les opérateurs télécom, ils s’attendent à signer avec des partenaires qui couvent leurs besoins de déploiement technologique, mais également, ils s’attendent à ce que plusieurs équipementiers soient dans la course, ce qui pourrait réduire les tarifs pour le bonheur des clients. Pour l’instant, le suédois Ericsson et le finlandais Nokia sont en lice en Europe. Quant à Huawei, s’il n’est pas banni par la pression américaine sur ses alliés européens, son entrée en liste est encore soumise à certaines conditions contenues dans des règles plus strictes que les pays européens sont en train de mettre en œuvre.

    La France, en train d’adopter une « réponse technique et technologique à un problème technique et technologique. »

    Certains partenaires des Etats-Unis, comme le Japon, l’Australie, et la Nouvelle-Zélande, ont déjà cédé à la pression américaine et ont déjà écarté le géant chinois de la 5G. Huawei n’est encore banni par aucun pays européen. La Commission européenne a, par ailleurs, déjà lancé un plan pour sécuriser la 5G qui ne mentionne pas Huawei. C’est également le cas dans la loi, apparemment imperméable à toutes les pressions, en cours d’élaboration à l’Assemblée nationale française, selon RFI.

    « La meilleure façon d’y répondre, ce n’est pas de désigner un acteur parce qu’il aurait telle ou telle nationalité. Sans être ni naïf ni paranoïaque, il faut conduire une proposition de loi qui est de nature à rassembler tous les éléments qui permettent de sécuriser les réseaux, et qui s’appliquent à tous. C’est la meilleure façon de ne pas succomber à des logiques géopolitiques. », a déclaré le député Bothorel. Le rapporteur de la loi a également réfuté l’appellation « loi Huawei » que la presse française a adoptée, et parle plutôt d’une « réponse technique et technologique à un problème technique et technologique. »

    Quelle que soit la position des uns et des autres, ceux qui l’ont déjà banni ou pas encore, Huawei demeure un acteur majeur dans le cadre du futur déploiement de la technologie 5G. N’eût été la pression constante des Etats-Unis en Europe, Huawei serait le partenaire naturel dans plusieurs pays européens. Le groupe chinois semble même avoir pris plusieurs longueurs d’avance dans le domaine de recherche, selon RFI. Il a, par ailleurs depuis un certain temps, commencé à se défendre face à la pression américaine et à multiplier les initiatives pour rassurer les pays européens, y compris la France. C’est dans ce contexte que la France s’engage dans le processus de la 5G sans avoir banni Huawei, après une visite européenne du président chinois Xi Jinping.

    Dans le contexte de ces efforts continus de Huawei, permettre aux industriels européens de lutter à armes égales serait une piste pour éviter de dépendre de la technologie chinoise, d’après RFI. Plusieurs utilisateurs d’un site web communautaire d’actualités sociales seraient même prêts à croire en la qualité de la technologie Huawei à l’exception du niveau logiciel de la firme qu’ils jugent est en retard.

    Source : RFI

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelle loi française en cours d’élaboration ?
    Pensez-vous que son contenu pourraient priver Huawei des partenariats français ?
    Pensez-vous que ces règlements qui sont en train d’être adoptés par les pays européens pourront écarter tous les risques liées au matériels ?

    Lire aussi

    Le blocus Huawei de Trump fléchit en Europe, qui ne veux pas prendre de retard dans le déploiement de la 5G
    Abandonner les équipements Huawei retarderait le déploiement de la 5G en Europe « de probablement deux ans », selon le PDG de Vodafone
    Les USA menacent l'Allemagne de diminuer la quantité de données partagées par ses services de renseignements, si elle collabore avec Huawei
    L'Europe doit se méfier de Huawei, dit un responsable technique européen, après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête
    Huawei présente le Kunpeng 920, le processeur le plus complexe au monde, mais il ne sera disponible que sur les plateformes Huawei
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #100
    Membre chevronné
    Ce texte peut s'appliquer aussi aux autres équipementiers américains et européens.
    Il en aurait fallu un quand la NSA installait des back doors sur les équipements CISCO
    Il me semble équilibré, d'un côté on ne cède pas aux USA et met en garde les chinois.
    Consultez mes articles sur l'accessibilité numérique :

    Comment rendre son application SWING accessible aux non voyants
    Créer des applications web accessibles à tous

    YES WE CAN BLANCHE !!!

    Rappelez-vous que Google est le plus grand aveugle d'Internet...
    Plus c'est accessible pour nous, plus c'est accessible pour lui,
    et meilleur sera votre score de référencement !

###raw>template_hook.ano_emploi###