IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 080
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 080
    Points : 45 961
    Points
    45 961
    Par défaut Facebook aurait embauché une entreprise de relation publique pour écrire des articles critiques sur ses rivaux
    Facebook aurait embauché une entreprise de relation publique pour écrire des articles critiques sur ses rivaux
    dont Apple et Google

    Après la parution au grand public du scandale Cambridge Analytica, le réseau social a dû faire face à des conséquences sans précédent. Nous en avons parlé de long en large. Au-delà des suppressions de comptes effectuées par l’entreprise pour faire le ménage sur sa plateforme, de nombreux utilisateurs ont commencé à s’éloigner peu à peu du réseau social. Parmi ces utilisateurs, on note Steve Wozniak, le cofondateur d’Apple ; Elon Musk, le propriétaire de SpaceX et de Tesla. En plus de la désertion du réseau par un grand nombre d’utilisateurs, Facebook a également reçu plusieurs convocations judiciaires.

    Pendant que Marc Zuckerberg faisait face à cette pression, Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait supervisé une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à l'encontre de Facebook, à tourner le regard du grand public vers les entreprises rivales. Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain pour discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Elle aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites. C'est en tout cas ce qu'a rapporté hier The New York Times. Le quotidien new-yorkais ajoute qu'en octobre 2017, Facebook aurait également élargi son action avec un cabinet de communication basé à Washington, Definers Public Affairs, qui aurait été initialement embauché pour surveiller la couverture médiatique du réseau social.

    Nom : 105434665-1536182274436gettyimages-1027070566.530x298.jpeg
Affichages : 1659
Taille : 16,5 Ko

    Facebook aurait cherché à nuire à des rivaux, dont Google et Apple, en encourageant la production d’articles critiques à leur endroit. Ces articles auraient été écrits par une firme liée à Definers et étaient souvent récupérés par Breitbart News, un média politique conservateur américain d’extrême droite, qui est populaire auprès des conservateurs. Le réseau social aurait voulu retirer une publication de Donald Trump, alors candidat à la présidentielle, qui appelait à bannir les immigrants musulmans des États-Unis. Choqué par la publication, Marc Zuckerberg, PDG de Facebook aurait confié le dossier à des subordonnés qui ont décidé de laisser tomber pour ne pas choquer les républicains. The New York Times dit également que Facebook a ordonné à ses gestionnaires d’utiliser exclusivement des appareils mobiles Android, après que le grand patron d’Apple, Tim Cook, eut critiqué Facebook dans la foulée du scandale Cambridge Analytica.

    Definers Public Affairs aurait également exhorté les journalistes à explorer les liens financiers de Soros avec des groupes qui avaient protesté contre Facebook lors des audiences du Congrès tenu en juillet. Ces trois dernières années, Facebook aurait travaillé conjointement avec Definers Public Affairs pour gérer les différents scandales auxquels le réseau social faisaient face notamment l'ingérence de la Russie lors des dernières élections présidentielles américaines et du scandale Cambridge Analytica en mars dernier. Facebook n'a pas tardé à réagir suite à la publication du quotidien new-yorkais. Dans un billet de blog publié ce matin, Facebook a annoncé la fin de sa relation avec Definers Public Affairs hier soir. « Hier, le New York Times a publié un article sur les deux dernières années de Facebook. Il y a un certain nombre d'inexactitudes dans l'histoire », peut-on lire sur le billet de blog de Facebook ce matin.

    La société a nié avoir demandé à Definers de rédiger des articles. « Le New York Times a tort d’avancer que nous avons demandé à Definers de payer pour des articles ou d’écrire des articles au nom de Facebook, ou de répandre de la désinformation », précise Facebook.Definers Public Affairs a bien « encouragé » des journalistes à se pencher sur le financement de Freedom from Facebook, admet-elle, mais « l’intention était de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un groupe populaire né spontanément, comme il le disait, mais qu’il était soutenu par un critique bien connu de notre compagnie », dit Facebook dans le billet de blog sans indexer Soros. « Suggérer qu’il s’agissait là d’une attaque antisémite est répréhensible et faux », affirme le réseau social.

    « Nous avons reconnu publiquement à plusieurs reprises - y compris devant le Congrès - que nous n'avions pas identifier à temps les interférences russes sur Facebook, ainsi que d'autres utilisations abusives. Mais au cours de ces deux dernières années qui ont suivi l'élection présidentielle de 2016, nous avons beaucoup investi dans la technologie pour améliorer la sécurité et la sûreté de nos services. Bien que nous ayons encore beaucoup de chemin à parcourir, nous sommes fiers des progrès que nous avons accomplis dans la lutte contre la désinformation, la suppression des contenus illicites et l’empêchement d’acteurs étrangers de manipuler notre plateforme », a conclut Facebook dans son billet de blog.

    Source : CNBC, Billet de blog de Facebook, NYT

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Conséquence scandale Cambridge Analytica : le taux de visiteurs mensuels enregistré par Facebook a baissé de 5,15 % en avril, selon SimilarWeb

    Scandale Cambridge Analytica : le Parlement européen demande un audit complet de Facebook et d'autres réseaux mais pourra-t-il parvenir à ses fins ?

    Steve Wozniak quitte Facebook à cause du scandale Cambridge Analytica le réseau social bannit aussi deux autres firmes d'analyse de données

    Scandale Cambridge Analytica : Elon Musk retire SpaceX et Tesla de Facebook le réseau social fait désormais face à plusieurs procédures judiciaires
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 250
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 250
    Points : 2 871
    Points
    2 871
    Par défaut
    ouais bon, ok. le truc c'est que google et apple sont capable de faire (font?) pareil donc bon ca relativise non ?

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 548
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 548
    Points : 35 910
    Points
    35 910
    Par défaut Les investisseurs de Facebook appellent Zuckerberg à démissionner du poste de président suite à un rapport
    Facebook : les investisseurs appellent Mark Zuckerberg à démissionner de son poste de président
    A la suite d'un nouveau rapport

    Il devient de plus en plus improbable pour MarK Zuckerberg de conserver encore longtemps son double fauteuil de président du conseil d’administration et de directeur général de Facebook, en raison des fréquentes actions d’hostilité contre ce cumule de poste par des investisseurs qui y trouvent les causes des déboires répétés du réseau social.

    En effet, depuis 2017 des actionnaires de Facebook ont fait une proposition visant à mettre fin à cette concentration de poste qu’ils qualifient d’improductif. Mais la proposition a été rejetée par certains gros investisseurs tels que les fonds Vanguard Total Stock Market Index et Fidelity Contrafund en votant contre. En octobre derniers, quatre grands fonds publics américains qui détiennent des actions dans Facebook Inc. ont rejoint la revendication de démettre Mark Zuckerberg en tant que président-directeur général au profit d’un président indépendant en justifiant leur proposition par la série de scandales qui ont émaillé la vie du réseau social depuis un certain temps et en espérant obtenir le soutien de grands gestionnaires d'actifs. Par ailleurs, à la réunion annuelle du 1er juin dernier, un actionnaire de Facebook a accusé Zuckerberg de pratiquer la « dictature d'entreprise ».

    En effet, le géant des réseaux sociaux fait l’objet de sévères critiques dans la gestion des différentes crises qu’il traverse depuis l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016 aux piratages majeurs des comptes des utilisateurs du réseau social en passant par l’affaire Cambridge Analytica qui a entrainé la violation des données de plus de 87 millions de personnes, la diffusion des fausses actualités sur le réseau social et les révélations de partage des données utilisateurs avec des dizaines de société tierces.

    Selon le Telegraph, des investisseurs ont réitéré leur proposition de mettre fin à la fonction de président du conseil d’administration qu’exerce Mark Zuckerberg en plus de son poste de directeur général de Facebook, depuis la publication du rapport. Ce dernier appel à la démission de Zuckerberg fait suite à un rapport selon lequel Facebook aurait embauché une entreprise de relations publiques pour lutter contre les critiques dirigés contre la société.

    En effet, selon un article paru dans The New York Times la semaine dernière, Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain, Definers, pour mener une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à son encontre afin de tourner le regard du grand public vers les entreprises rivales et de discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Selon le quotidien, Facebook aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites.

    Nom : Zuck001.png
Affichages : 6926
Taille : 163,0 Ko

    Ce nouvel appel des investisseurs intervient dans un conteste où Sir Nick Clegg a rejoint la société depuis le mois dernier en tant que nouveau responsable mondial des politiques et de la communication. Selon The Telegraph, la tâche ne sera pas facile pour M. Clegg qui a été mandaté à procéder à un examen de l'utilisation des cabinets de lobbying par Facebook. En effet, depuis la publication du rapport, Zuckerberg et Clegg sont tous deux sous pression.

    L'appel des investisseurs à la démission de Zuckerberg

    Plusieurs voix d’investisseurs majeurs de Facebook se sont levées pour appeler à la démission de Zuckerberg en tant que président. Jonas Kron, vice-président directeur de Trillium Asset Management, un investisseur américain qui détient une participation de 8,5 millions £ dans Facebook, a appelé M. Zuckerberg à quitter son poste de président du conseil d'administration, le même jour de la publication du rapport. « Facebook se comporte comme un spécial flocon de neige », a déclaré M. Kron. « Il ne l’est pas. C'est une entreprise et les entreprises doivent avoir un président et un directeur général séparés. »

    Selon The New York Times, la campagne de lobbying qui aurait cherché à nuire à ses concurrents, dont Google et Apple, en encourageant la production d’articles critiques à leur endroit avait pour objectif d'aider Facebook à réparer sa réputation salie par d'intenses critiques suite à la mauvaise gestion des crises de la confidentialité des données utilisateurs par la plateforme dirigée par Zuckerberg. Cependant, M. Zuckerberg a rejeté les accusations du rapport, après sa publication, dans un entretien téléphonique accordé aux journalistes. « Dès que j'ai appris cela, j'ai parlé à notre équipe et nous ne travaillons plus avec ce cabinet », a déclaré Zuckerberg, qui a ensuite confié à M. Clegg de mener un examen de l'utilisation par Facebook des sociétés de lobbying politique.

    Toute fois, selon M.Kron, cette révélation constitue de nouvelles raisons qui devraient convaincre ceux qui s’opposent encore au départ de Zuckerberg de la présidence du conseil d’administration. « Le dernier rapport devrait dissiper les doutes persistants que certains auraient pu avoir », a-t-il déclaré. En effet, Trillium Asset Management est l’un des investisseurs initiateurs de la proposition de révocation de Zuckerberg en tant que président.

    Selon certains investisseurs, la tâche confiée à M. Clegg par l’actionnaire majoritaire (60 %) et qui cumule deux postes majeurs à la tête de la société est improbable. De surcroît, ce dernier ne connait pas l’environnement de la Silicon Valley. Julie Goodridge, directrice générale de l'investisseur Facebook NorthStar Asset Management, qui possède plus de 50 000 actions de la société, a qualifié de « folle » la nomination de M. Clegg pour enquêter sur le lobbying de Facebook, a rapporté The Telegraph.

    « Je ne pense pas que vous puissiez nommer quelqu'un qui reste essentiellement subordonné au conseil d'administration et subordonné à la direction générale », a-t-elle déclaré. « Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que cette personne vienne et ait le même pouvoir que Zuckerberg, Sandberg, Peter Thiel et les autres membres du conseil. Quels pouvoirs ce type va-t-il vraiment avoir? », a-t-elle interrogé. En effet, M. Clegg relève de la direction de l’exploitation de Facebook, conduite par Sheryl Sandberg.

    Kron a abordé dans le même sens que Mme Goodridge et a qualifié la nomination de M. Clegg de « coup de massue » par Facebook qui n’était pas la solution au problème attendue par les actionnaires qui proposent d’avoir un président du conseil indépendant.

    Natasha Lamb, investisseur de Facebook et directeur-associé chez Arjuna Capital, quant à elle, a averti que ce cumule de poste de président et de directeur général empêche Facebook de pouvoir régler correctement les problèmes au sein de l'entreprise. « Cette concentration de pouvoir crée beaucoup de défensives au sein de l'entreprise », a-t-elle déclaré. « C’est un exercice de dissimulation d’un problème plutôt que d’admettre qu’il existe un problème et d’établir une feuille de route pour le résoudre. »

    Cependant, la concentration des postes de directeur général et de président n’est l’apanage de Facebook. Selon The Telegraph, c’est une pratique courante dans la Silicon Valley qui permet aux fondateurs de garder le contrôle des entreprises, même après leur introduction en bourse.

    Source : The Telegraph

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Facebook : Les actionnaires influents s'associent pour révoquer Zuckerberg en tant que président, afin d'améliorer la surveillance du réseau social
    En colère, un actionnaire de Facebook compare Zuckerberg à Vladimir Poutine, il est accusé de pratiquer la « dictature d'entreprise »
    Le père du Web a persuadé Google et Facebook d'adhérer à son code de déontologie, parce qu'ils font tellement de dégâts à sa création
    Macron lance « l'Appel de Paris » pour remédier aux problèmes d'Internet, la France va coopérer avec Facebook pour examiner ses efforts de modération
    Facebook, l'entreprise tech la moins fiable en matière de protection de données personnelles, seulement 22 % des Américains lui font confiance
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Ingénieur sécurité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    158
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 26
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur sécurité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 158
    Points : 461
    Points
    461
    Par défaut
    Du coup d'un côté on a les actionnaires qui sont là pour des gains à court terme et de l'autre on à Zuckerberg qui est là pour faire évoluer sa société.

    D'un côté on a des personnes qui s'y connaissent en gestion d'entreprise pour faire du profit de l'autre une personne qui est la depuis le début de sa société.

    D'un côté on a des fantômes qui tire des ficelles et qui sont difficiles à retrouver, de l'autre un homme qui représente son entreprise et se croit aux dessus des états.

    Je n'aime aucun des deux mais entre un fantôme manipulateur attiré par l'argent rapide et de l'autre un mégalomane attiré par son gain personnel via son entreprise dont il a besoin pour "etre" quelqu'un.

    Je préfère le gas dont je peux imprimer sa face sur une cible et lancer des fléchettes plutôt qu'un mur blanc.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    mars 2012
    Messages
    1 969
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mars 2012
    Messages : 1 969
    Points : 3 257
    Points
    3 257
    Par défaut
    France : les investisseurs appellent Emmanuel Macron à démissionner de son poste de président
    Si la réponse vous a aidé, pensez à cliquer sur +1

  6. #6
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 080
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 080
    Points : 45 961
    Points
    45 961
    Par défaut USA : des sénateurs menacent d'imposer des règles de confidentialité à Facebook
    USA : des sénateurs menacent d'imposer des règles de confidentialité à Facebook
    s'il ne prend pas des mesures adéquates contre la désinformation

    Le scandale Cambridge Analytica impliquant Facebook où les informations personnelles d'environ 87 millions d'utilisateurs du réseau social ont été mal utilisées par le cabinet de conseil politique a révélé les pratiques de confidentialité douteuses du géant américain du net. Dans la suite de l’affaire, vous vous rappelez que le géant des réseaux sociaux a admis, dans un rapport remis au Congrès des Etats-Unis en juin dernier, avoir partagé les données de ses utilisateurs avec des dizaines d'entreprises. Depuis lors, Facebook, dans des efforts d’assainissement de sa plateforme de réseau social, a mis à jour ses règles de confidentialité et a engagé ses partenaires de s’y conformer. La société est allée plus loin en bloquant l’accès aux données utilisateur à des milliers d'applications qui n'ont pas été soumises à son processus d'examen approfondi.

    Facebook a par la suite été convoqué à plusieurs reprises pour s'expliquer devant différentes Commissions sénatoriales aussi bien au USA qu'en Union européenne. Après la parution au grand public du scandale Cambridge Analytica, le réseau social a dû faire face à des conséquences sans précédent. Nous en avons parlé de long en large. Au-delà des suppressions de comptes effectuées par l’entreprise pour faire le ménage sur sa plateforme, de nombreux utilisateurs ont commencé à s’éloigner peu à peu du réseau social. Récemment, un article du New York Times a annoncé que pendant que Marc Zuckerberg faisait face à cette pression, Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait supervisé une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à l'encontre de Facebook, à tourner le regard du grand public vers les entreprises rivales.

    Nom : faceb.jpg
Affichages : 5108
Taille : 18,4 Ko

    Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain pour discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Elle aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites. Le quotidien new-yorkais ajoute qu'en octobre 2017, Facebook aurait également élargi son action avec un cabinet de communication basé à Washington, Definers Public Affairs, qui aurait été initialement embauché pour surveiller la couverture médiatique du réseau social.

    Facebook s'est empressé de nier ces allégations du quotidien new-yorkais dans un billet de blog anonyme. Cependant, cela a attiré l'attention des sénateurs Chris Coons (membre du Parti démocrate et sénateur représentant le Delaware) et Bob Corker (membre du Parti républicain et sénateur du Tennessee au Congrès) qui ont averti vendredi dernier que le Congrès imposerait de nouvelles règles à Facebook à moins que la société de médias sociaux ne réponde à leurs préoccupations concernant la confidentialité et la propagation de la désinformation sur sa plateforme. Lors d'un entretien conjoint en marge d'un forum sur le développement à Wilmington, dans le Delaware, les deux sénateurs ont déclaré que Facebook n'aimerait probablement pas ce que le Congrès mijote. Pour eux, le réseau social devrait donc commencer par trouver une solution.

    « S'ils ne le font pas, s'ils continuent d'agir comme s'ils étaient incapables des mesures correctives sur le réseau social, ils seront réglementés et seront désagréablement surpris de la rapidité avec laquelle cela se fera. Je pense que Facebook a beaucoup d'explications à donner », a déclaré Coons, membre du Comité judiciaire du Sénat. Les deux sénateurs et d'autres législateurs ont publié une lettre qu'ils ont écrite à Facebook pour demander à Marc Zuckerberg de répondre au New York Times et à d'autres reportages sur ses pratiques. Amy Klobuchar (sénatrice démocrate du Minnesota) et Mark Warner (membre du Parti démocrate et sénateur de la Virginie), ont également demandé à Zuckerberg de préciser dans quelle mesure Facebook aurait pu collecter et diffuser des informations négatives au sujet d'élus et d'autres critiques qui examinaient les politiques de la société.

    Rappelons que Facebook avait nié avoir demandé à Definers de rédiger des articles. « Le New York Times a tort d’avancer que nous avons demandé à Definers de payer pour des articles ou d’écrire des articles au nom de Facebook, ou de répandre de la désinformation », avait précisé Facebook dans son billet de bolg. Definers Public Affairs a bien « encouragé » des journalistes à se pencher sur le financement de Freedom from Facebook, admet-elle, mais « l’intention était de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un groupe populaire né spontanément, comme il le disait, mais qu’il était soutenu par un critique bien connu de notre compagnie », dit Facebook dans le billet de blog sans indexer Soros. « Suggérer qu’il s’agissait là d’une attaque antisémite est répréhensible et faux », avait affirmé le réseau social.

    « Nous avons reconnu publiquement à plusieurs reprises - y compris devant le Congrès - que nous n'avions pas identifier à temps les interférences russes sur Facebook, ainsi que d'autres utilisations abusives. Mais au cours de ces deux dernières années qui ont suivi l'élection présidentielle de 2016, nous avons beaucoup investi dans la technologie pour améliorer la sécurité et la sûreté de nos services. Bien que nous ayons encore beaucoup de chemin à parcourir, nous sommes fiers des progrès que nous avons accomplis dans la lutte contre la désinformation, la suppression des contenus illicites et l’empêchement d’acteurs étrangers de manipuler notre plateforme », avait conclut Facebook dans son billet de blog.

    Ces déclarations de Facebook ne convainquent donc pas les sénateurs américains qui invitent le PDG de Facebook à se prononcer lui-même sur les allégations de New York Times. Coons a déclaré qu'il s'attendait à ce que le Congrès élabore des règles de confidentialité comparables au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne qui oblige les entreprises à indiquer clairement quand elles collectent des données personnelles et à demander le consentement des utilisateurs. Rappelons aussi qu'à la suite de ces allégations de NYT, des investisseurs de Facebook ont réitéré leur proposition de mettre fin à la fonction de président du conseil d’administration qu’exerce Mark Zuckerberg en plus de son poste de directeur général de Facebook.

    Source : Fortune

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Le Congrès devrait-il imposer des règles de confidentialité à Facebook selon ? Pourquoi ?

    Voir aussi

    Facebook : les investisseurs appellent Mark Zuckerberg à démissionner de son poste de président, à la suite d'un nouveau rapport

    Brian Acton, co-fondateur WhatsApp, explique pourquoi il est parti de Facebook et a abandonné 850 millions de $

    Facebook souhaite enregistrer les sons autour des téléphones en s'appuyant sur des signaux cachés émis par des pubs à la télé, pour ou contre cela ?

    Facebook lance au Canada « Facebook Dating », son outil de rencontres malgré les préoccupations de confidentialité des données des utilisateurs

    Facebook annonce une série de modifications importantes dans l'utilisation de ses API dans l'optique d'améliorer la confidentialité sur sa plateforme
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #7
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Intégrateur Web
    Inscrit en
    août 2012
    Messages
    241
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Intégrateur Web
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : août 2012
    Messages : 241
    Points : 873
    Points
    873
    Par défaut Ça ne fait pas avancer le schmilblick...
    Citation Envoyé par Tagashy Voir le message
    Je préfère le gas dont je peux imprimer sa face sur une cible et lancer des fléchettes plutôt qu'un mur blanc.
    Moi, je préfère le gars grâce auquel Facebook collectera le moins de données possibles sur les utilisateurs, les protégera le mieux possible et en fera le moins mauvais usage possible.

    Lancer des fléchettes sur la photo du "méchant" est peut-être bon pour l'ego mais ça ne fait pas avancer le schmilblick.

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 080
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 080
    Points : 45 961
    Points
    45 961
    Par défaut Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de viser George Soros
    Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de viser George Soros
    et de travailler sur ses concurrents

    Récemment, un article du New York Times a annoncé que pendant que Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait supervisé une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à l'encontre de Facebook, à tourner le regard du grand public vers les entreprises rivales. Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain pour discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Elle aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites. Le quotidien new-yorkais avait ajouté qu'en octobre 2017, Facebook aurait également élargi son action avec un cabinet de communication basé à Washington, Definers Public Affairs, qui aurait été initialement embauché pour surveiller la couverture médiatique du réseau social.

    Facebook n'a pas tardé à réagir suite à la publication du quotidien new-yorkais. Dans un billet de blog publié le 15 novembre dernier, Facebook a annoncé la fin de sa relation avec Definers Public Affairs. « Le New York Times a publié un article sur les deux dernières années de Facebook. Il y a un certain nombre d'inexactitudes dans l'histoire », pouvait-on lire sur le billet de blog de Facebook. La société a nié avoir demandé à Definers de rédiger des articles. « Le New York Times a tort d’avancer que nous avons demandé à Definers de payer pour des articles ou d’écrire des articles au nom de Facebook, ou de répandre de la désinformation », précise Facebook.Definers Public Affairs a bien « encouragé » des journalistes à se pencher sur le financement de Freedom from Facebook, admet-elle, mais « l’intention était de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un groupe populaire né spontanément, comme il le disait, mais qu’il était soutenu par un critique bien connu de notre compagnie », dit Facebook dans le billet de blog sans indexer Soros. « Suggérer qu’il s’agissait là d’une attaque antisémite est répréhensible et faux », a affirmé le réseau social.

    Nom : index.png
Affichages : 2131
Taille : 2,7 Ko

    Ce post du quotidien new-yorkais a attiré l'attention des sénateurs Chris Coons (membre du Parti démocrate et sénateur représentant le Delaware) et Bob Corker (membre du Parti républicain et sénateur du Tennessee au Congrès) qui ont averti vendredi dernier que le Congrès imposerait de nouvelles règles à Facebook à moins que la société de médias sociaux ne réponde à leurs préoccupations concernant la confidentialité et la propagation de la désinformation sur sa plateforme. Lors d'un entretien conjoint en marge d'un forum sur le développement à Wilmington, dans le Delaware, les deux sénateurs ont déclaré que Facebook n'aimerait probablement pas ce que le Congrès mijote. Pour eux, le réseau social devrait donc commencer par trouver une solution.

    « S'ils ne le font pas, s'ils continuent d'agir comme s'ils étaient incapables des mesures correctives sur le réseau social, ils seront réglementés et seront désagréablement surpris de la rapidité avec laquelle cela se fera. Je pense que Facebook a beaucoup d'explications à donner », a déclaré Coons, membre du Comité judiciaire du Sénat. Les deux sénateurs et d'autres législateurs ont publié une lettre qu'ils ont écrite à Facebook pour demander à Marc Zuckerberg de répondre au New York Times et à d'autres reportages sur ses pratiques. Amy Klobuchar (sénatrice démocrate du Minnesota) et Mark Warner (membre du Parti démocrate et sénateur de la Virginie), ont également demandé à Zuckerberg de préciser dans quelle mesure Facebook aurait pu collecter et diffuser des informations négatives au sujet d'élus et d'autres critiques qui examinaient les politiques de la société.

    Dans un nouveau billet de blog publié hier, les responsables de Facebook ont admis avoir connu le milliardaire juif George Soros et ses concurrents moins d'une semaine après que le New York Times eut publié son article. Elliot Schrage, responsable de la communication et des politiques chez Facebook, explique la décision de la société de recruter Definers Public Affairs, une firme de recherche dans l'opposition républicaine, et explique pourquoi elle visait les critiques de la société, dont Soros.

    « Nous avons embauché Definers en 2017 dans le cadre de nos efforts pour diversifier nos conseillers après les élections. Comme beaucoup d'entreprises, nous devions élargir notre champ d'action. Nous avons également été confrontés à la pression croissante de nos concurrents dans les secteurs de la technologie, des télécommunications et des médias qui souhaitent que le gouvernement nous réglemente. Cette pression est devenue particulièrement vive en septembre 2017 après la publication des détails de l'interférence de la Russie sur notre service. Nous avons embauché des entreprises associées à la fois aux républicains et aux démocrates - Definers était l'une des entreprises affiliées aux républicains », peut-on lire sur le billet de blog. Au passage, Sheryl Sandberg a expliqué que « personne n'a jamais eu l'intention de faire un récit antisémite à l'encontre de Soros ou de quiconque ».

    Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur George Soros. « En janvier 2018, l'investisseur et philanthrope George Soros a attaqué Facebook lors d'un discours à Davos, nous qualifiant de "menace pour la société". Nous n'avions jamais entendu de telles critiques de sa part et nous voulions savoir s'il avait une quelconque motivation financière. Definers a donc investiqué à ce propos en utilisant des informations publiques. Plus tard, lorsque la campagne "Freedom from Facebook" est devenue une coalition dite de base, l’équipe a demandé à Definers de l’aider à comprendre les groupes qui se trouvaient derrière eux. Ils ont appris que George Soros finançait plusieurs membres de la coalition. Ils ont préparé des documents et les ont distribués à la presse pour montrer qu’il ne s’agissait pas simplement d’un mouvement populaire spontané », explique Facebook dans le billet de blog.

    Facebook a aussi reconnu avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur ses concurrents. « Definers nous a aidé à répondre aux critiques injustes à propos de Facebook. Ils nous ont également aidés à nous distinguer de la concurrence », précise Elliot Schrage. Toutefois, Facebook nie avoir demandé à Definers Public Affairs de créer et de distribuer de fausses informations.

    Source : Billet de blog

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Facebook aurait embauché une entreprise de relation publique pour écrire des articles critiques sur ses rivaux dont Apple et Google

    USA : des sénateurs menacent d'imposer des règles de confidentialité à Facebook s'il ne prend pas des mesures adéquates contre la désinformation

    Facebook : les investisseurs appellent Mark Zuckerberg à démissionner de son poste de président, à la suite d'un nouveau rapport

    Brian Acton, co-fondateur WhatsApp, explique pourquoi il est parti de Facebook et a abandonné 850 millions de $

    Facebook souhaite enregistrer les sons autour des téléphones en s'appuyant sur des signaux cachés émis par des pubs à la télé, pour ou contre cela ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2018
    Messages
    133
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 21
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2018
    Messages : 133
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Pauvre George Soros qui ne peut pas financer son activisme politique sans être nommé ...

    Quel vil anti-sémite ce Mark Zuckerberg.

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 374
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 374
    Points : 15 006
    Points
    15 006
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur George Soros. « En janvier 2018, l'investisseur et philanthrope George Soros a attaqué Facebook lors d'un discours à Davos, nous qualifiant de "menace pour la société". Nous n'avions jamais entendu de telles critiques de sa part et nous voulions savoir s'il avait une quelconque motivation financière. Definers a donc investiqué à ce propos en utilisant des informations publiques. Plus tard, lorsque la campagne "Freedom from Facebook" est devenue une coalition dite de base, l’équipe a demandé à Definers de l’aider à comprendre les groupes qui se trouvaient derrière eux. Ils ont appris que George Soros finançait plusieurs membres de la coalition. Ils ont préparé des documents et les ont distribués à la presse pour montrer qu’il ne s’agissait pas simplement d’un mouvement populaire spontané », explique Facebook dans le billet de blog.
    Si on m'avait dit qu'un jour Facebook serait la cible d'attaque de la part de George Soros je ne l'aurais probablement pas cru.
    Mais depuis il y a eu l’élection de Trump, d'après Gerge Soros, Facebook n'a pas assez filtré les messages pro Trump pendant la campagne électorale...

    Soros n'arrête pas de financer des mouvements qui se font passer pour "populaire et spontané"...

    Tout le monde est fâché après Facebook.
    Mark Zuckerberg répond à Donald Trump qui affirme que Facebook est "contre lui"
    "Trump dit que Facebook est contre lui. La gauche affirme que nous avons aidé Trump. Les deux camps sont mécontents des idées et des contenus qu'ils n'aiment pas", a répondu Mark Zuckerberg sur Facebook, qu'il présente comme une "plateforme pour toutes les idées".
    Les gens qui bossent pour Facebook, étaient majoritairement pro Hillary :
    Clinton is largest beneficiary of Facebook donations
    The Hill’s tally comes as Facebook battles accusations from some former contractors that the company suppressed conservative news on its “trending” feature that has prime placement on its many platforms. The company said it takes the charges seriously but “found no evidence that the anonymous allegations are true.”

    The Hill’s review found that about 78 employees who work on engineering, communications, public policy, strategy, marketing, human resources and other areas have donated to Clinton.
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #11
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 060
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 060
    Points : 1 466
    Points
    1 466
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Si on m'avait dit qu'un jour Facebook serait la cible d'attaque de la part de George Soros je ne l'aurais probablement pas cru.
    Mais depuis il y a eu l’élection de Trump, d'après Gerge Soros, Facebook n'a pas assez filtré les messages pro Trump pendant la campagne électorale...

    Soros n'arrête pas de financer des mouvements qui se font passer pour "populaire et spontané"...

    Tout le monde est fâché après Facebook.
    Mark Zuckerberg répond à Donald Trump qui affirme que Facebook est "contre lui"

    ]
    Ils se sont fait pincer avec une vidéo qui démontre qu'ils donnaient des directives à leur employé de censurer les commentaires favorables à Trump en pratiquant la censure invisible. Pour les gens qui ne sont pas au courant du truc. La différence de ce type de censure que vos messages ne disparaissent pas, mais il n'y a que vous qui peuvent les voir !
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  12. #12
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 370
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 370
    Points : 154 880
    Points
    154 880
    Par défaut Démission de Zuckerberg du poste de PCA Facebook : « Ce n'est pas dans mes plans »
    Démission de Zuckerberg du poste de PCA Facebook : « Ce n'est pas dans mes plans »,
    le fondateur s'exprime dans un entretien avec CNN

    Dans une interview brève mais amplement animée avec CNN, le fondateur et chef de la direction de Facebook a de nouveau répondu aux critiques concernant la dernière crise de la société.

    L’interview, extraite d’une longue série de questions-réponses pour une série de CNN intitulée «Human Code», a permis de répondre à la plupart des principales questions soulevées par les critiques au sujet des défaillances de Facebook et du contrôle unilatéral de la société par Zuckerberg.

    Bien que nous n’ayons pas appris beaucoup de choses, la presse avait déjà relayé la position la plus récente de la société face aux problèmes de leadership, le premier étant que Sheryl Sandberg reste en sécurité dans ses fonctions de directrice de l’exploitation.

    « Sheryl est une partie très importante de cette société. Elle est un partenaire important qui est avec moi depuis 10 ans », a déclaré Zuckerberg à CNN. « Je suis vraiment fier du travail que nous avons accompli ensemble et j'espère que nous travaillerons encore ensemble pendant des décennies ».

    Pour rappel, récemment, un article du New York Times a annoncé que Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait supervisé une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à l'encontre de Facebook en tournant le regard du grand public vers les entreprises rivales. Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain pour discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Elle aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites. Le quotidien new-yorkais avait ajouté qu'en octobre 2017, Facebook aurait également élargi son action avec un cabinet de communication basé à Washington, Definers Public Affairs, qui aurait été initialement embauché pour surveiller la couverture médiatique du réseau social.

    Nom : zuckerberg.png
Affichages : 9189
Taille : 239,9 Ko

    Le second concernait Mark Zuckerberg directement. Face à la vague de scandales qui a éclaboussé Facebook, certains investisseurs ont fait valoir que Mark Zuckerberg ne devait pas cumuler les postes de PCA (Président du Conseil d’Administration) et PDG, estimant que c’est le manque d’indépendance de ces deux postes qui a été en parti responsable de la façon légère dont Facebook a géré les problèmes..

    La réponse de Zuckerberg ne s’est pas faite attendre. Lors d'un appel à la presse la semaine dernière, Zuckerberg a déclaré aux journalistes qu'il n’allait pas se retirer de cette fonction et qu'il « ne pensait pas que cette proposition spécifique était la bonne voie à suivre ».

    Lorsqu’il lui a encore été demandé durant l’entretien avec CNN s'il envisageait désormais de quitter son poste de président face à ce énième scandale qui secoue Facebook, Zuckerberg n’a pas changé son discours et s’est montré suffisamment ferme pour que le doute ne puisse pas subsister : « Ce n'est pas dans mes plans. Je ne pense pas pour le moment que cela a du sens ».

    En raison du nombre de parts qu’il détient, Mark Zuckerberg est l’actionnaire majoritaire et dispose de facto de la majorité des voix au sein de la société qu’il a fondée. Sans aucun mécanisme par lequel il pourrait être démis de ses fonctions de PCA, Zuckerberg rappelle à nouveau que lui et Facebook sont un et indivisible, et le temps où il va céder le contrôle de sa société n’est pas prêt d’arriver.

    Source : CNN

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la proposition des investisseurs qui voudraient que Mark Zuckerberg démissionne de son poste de PCA ?
    Cela pourrait-il résoudre un problème selon-vous ? Lequel ?
    Que pensez-vous de l'attitude de Mark Zuckerberg ?

    Voir aussi :

    Facebook a été critiqué pour avoir permis à une jeune mariée de 16 ans d'être vendue aux enchères au Sud-Soudan, au plus offrant sur sa plateforme
    Facebook ne compte pas payer l'amende de 565 000 € que lui a infligé l'ICO pour le scandale Cambridge Analytica
    Facebook a demandé un brevet basé sur des photos de famille pour prédire qui vit à la maison, afin d'améliorer le ciblage publicitaire
    Mark Zuckerberg aurait ordonné à tous les dirigeants de Facebook d'utiliser des téléphones Android, après les critiques de Tim Cook contre Facebook
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 13/10/2019, 10h36
  2. Réponses: 4
    Dernier message: 18/04/2018, 18h43
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 25/08/2017, 11h51
  4. Réponses: 6
    Dernier message: 22/11/2007, 20h04
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 20/06/2006, 07h06

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo