IA : 41 % des entreprises britanniques pensent que d'ici 5 ans, l’IA fera disparaître leurs modèles économiques actuels
selon un rapport

Dans le monde de la technologie et de l'informatique, une expression est sur toutes les lèvres : intelligence artificielle. On est avide de savoir comment cette nouvelle technologie va révolutionner le monde. Les rapports se multiplient donc sur les effets qu’auront l'intelligence artificielle sur les entreprises. La plupart des ces rapports prédisent une disparition des modèles économiques actuelles, une réduction des emplois (400 à 800 millions d'ici 2030 selon McKinsey) ou leur réorientation à grande échelle. D’autres plus optimistes disent même que l'intelligence artificielle créera des emplois (deux millions d'emplois d'ici 2025 selon Gartner).

Parmi ces rapports, un s'est intéressé aux ressentis des entreprises britanniques vis-à-vis de l’intelligence artificielle. Il s’agit du rapport de Microsoft publié le mercredi dernier qui se base sur les témoignages de près de 5000 employés et patrons d'entreprises britanniques. Dans ce rapport, il est dit que près de 41 % des entreprises britanniques pensent que l’intelligence artificielle causera la disparition de leurs modèles économiques actuels d’ici 5 ans. Le mode habituel de fonctionnement dans le monde des affaires ne sera plus d'actualité d'ici 5 ans.

Nom : raw.jpeg
Affichages : 567
Taille : 105,0 Ko

Par contre, une chose assez surprenante a été révélée par ce rapport. Si 41 % des entreprises savent pertinemment que leur mode de fonctionnement changera, 51 % des entreprises concernées n’ont pas encore mis en place une stratégie d'adaptation à l'intelligence artificielle. Ce qui est assez inquiétant quand on sait que selon le même rapport, 45 % des emplois actuels risquent d'être perdus et 51 % des employés ne sont toujours pas préparés aux nouveaux changements qui se profilent à l'horizon. Cette politique de l'autruche que pratique les entreprises pourrait devenir problématique pour les employés qui n'essaient pas pour le moment d'acquérir les compétences nécessaires pour réussir à s'adapter aux changements qui seront imposés par l'intelligence artificielle. Comme le dit Clare Barclay, la chef du bureau des opérations de Microsoft en Angleterre à CNBC dans une interview téléphonique, « comme pour tous les changements, il est plus facile de ne rien faire que de faire quelque chose ».

Par ailleurs, cette dernière déplore fortement l’attitude des entreprises car elle estime que l'intelligence artificielle leur serait plus bénéfique qu'autre chose. Selon ce rapport, les entreprises qui utilisent l'intelligence artificielle sont plus performantes que les autres entreprises qui ne l'utilisent pas, en termes de production, de performance et de rendements. Et parmi les entreprises utilisatrices de l'intelligence artificielle, celles qui s'efforcent de rendre cette technologie éthique sont encore plus performantes que les autres. Il est important que l'intelligence artificielle intègre les notions de morale et d’éthique afin que l’être humain ne soit pas considéré comme un simple algorithme. Vu sous cet angle, les entreprises ont donc tout intérêt à faire de l’intelligence artificielle une chance de développement et non une menace. Car pour Barclay « sur la base des résultats que nous voyons, les patrons doivent se concentrer sur l'intelligence artificielle pour rendre leurs entreprises plus fortes, et non chercher à les en débarrasser ».

Toutefois beaucoup restent sceptiques face à ce nouvel arrivant. Il est vrai que des grandes entreprises telles que Microsoft, Google et Amazon investissent déjà dans l'intelligence artificielle. Mais l’intelligence artificielle semble être toujours considérée comme une menace. Les internautes ont des avis très mitigés sur la question. Pour les uns, on craint les pertes d’emplois ou les échecs de réorientation de carrière. Pour les autres l'intelligence artificielle ne pourra jamais vraiment remplacer l'homme et restera juste un assistant. Pour ces derniers les craintes par rapport à l'intelligence artificielle sont exagérées.

rappelons qu'un autre rapport publié il y a quelques semaines par le World Economic Forum (WEF), une fondation suisse à but non lucratif, a établi une estimation selon laquelle la robotique et l’intelligence artificielle généreraient 58 millions d’emplois de plus qu’elles n’en coûteront au cours des cinq prochaines années. Ainsi, selon le rapport « The Future of Jobs 2018 », d’ici 2022, les technologies d’automatisation et d’intelligence artificielle pourraient entraîner la suppression de 75 millions d’emplois.

Pendant ce temps, elles pourraient potentiellement en créer 133 millions. Le rapport a précisé cependant que la qualité, l’emplacement et le format de ces nouveaux emplois pourraient subir de grosses modifications, suggérant ainsi que l’offre d’emploi permanent à temps plein pourrait éventuellement diminuer. Certaines entreprises pourraient opter pour les travailleurs temporaires, les travailleurs indépendants ou encore les entrepreneurs spécialisés, tandis que d’autres pourraient opter pour l’automatisation tous azimuts des tâches.

Source : CNBC

Et vous ?

Comment les entreprises peuvent-elles s'adapter à l'IA ?
L'IA menace-t-elle les emplois selon vous ?

Voir aussi

Les robots ne représenteraient pas une si grande menace pour l'emploi et c'est surtout le cas en Afrique selon un journaliste

Une banque suédoise ayant opté pour l'automatisation poussée réalise des bénéfices record, le secteur bancaire prochain eldorado de l'automatisation ?

McKinsey rapporte que l'automatisation supprimera 400 à 800 millions d'emplois d'ici 2030 et 375 millions de travailleurs devront se reconvertir

Une étude révèle que l'automatisation pourrait détruire plus de 2 millions d'emplois en France mais va-t-elle en créer beaucoup plus ?