Un FAI britannique teste une carte SIM qui force toutes vos données mobiles via Tor
Évitant d’être en ligne sans les protections de la vie privée

L’année 2018 a été profondément marquée par des révélations de violation de confidentialité des informations privées des utilisateurs des services Web. Les géants de la Silicon Valley ont principalement été, depuis lors, au centre de ces scandales. Celui qui a retenu le plus l’attention est l’affaire Cambridge Analytica, impliquant Facebook, révélée en mars et qui a entrainé la violation des données personnelles de 87 millions de personnes. Mais aussi le partage des données utilisateurs recueillies par les fournisseurs tels que Facebook et Google ont également contribué à l’exposition des données privées des utilisateurs. Concernant le partage de données personnelles, les utilisateurs ne savent plus à quel saint se vouer car cette pratique est le modèle économique même des fournisseurs de services Web gratuits notamment Google, Facebook, Twitter, Whatsapp, et bien d’autres fournisseurs.

Cependant, une société de télécommunication du Royaume-Uni, Brass Horn Communications, fournisseur de services Internet à but non lucratif axé sur la confidentialité et les services anti-surveillance, s’applique à améliorer la confidentialité en ligne pour les utilisateurs britanniques en renforçant le pouvoir du réseau d'anonymat de Tor par le biais des smartphones.

Tor est un logiciel couplé à un réseau associé géré par des volontaires qui permet de faire transiter le trafic de l’utilisateur par de multiples nœuds Tor avant d’atteindre la destination finale, permettant de protéger l’adresse IP de l’utilisateur contre des espions et collecteurs des données personnelles. Couramment, le moyen pour utiliser la navigation protégée de Tor, c’est en utilisant le navigateur Tor sur PC ou l’application Orbot sur Android. Tor, dans son utilisation actuelle, n’est pas parfaitement imperméable pour protéger les actes illégaux de certaines personnes, mais il peut aider à surfer sur le Web dans des pays dotés de pare-feu restrictifs et assurer davantage d'intimité pour les utilisateurs, même s’il ne garantit pas totalement que tout le trafic de votre appareil sera acheminé via Tor. Aussi, Tor n’est pas conçu pour une utilisation avec certaines applications telles que Twitter qui pourrait encore faire fuir l’adresse IP de l’utilisateur.

Nom : Moth002.png
Affichages : 2291
Taille : 168,3 Ko

Pour éviter de se tromper, particulièrement sur les smartphones, et de dévoiler ses données en ligne, Brass Horn espère compter sur sa carte SIM qui est en teste actuellement. La carte SIM contient uniquement que des données et empêche tout trafic autre que Tor de quitter le téléphone, offrant ainsi un moyen plus robuste d'utiliser Tor lors des déplacements.

« Il s’agit de coller le majeur au filtrage mobile et à la surveillance de masse », a déclaré Gareth Llewelyn, fondateur de Brass Horn Communications. Llewelyn a été déconcerté par l’engagement du Royaume-Uni à adopter une loi qui permet la surveillance et ruine le chiffrement - la loi sur les pouvoirs d'investigation (Investigatory Powers Act), qui contraint notamment les fournisseurs de services Internet à conserver les « enregistrements de connexion Internet » de leurs clients pendant 12 mois. Parallèlement à ses efforts visant à développer davantage de nœuds Tor au Royaume-Uni pour augmenter ses vitesses encore lentes, Llewelyn teste désormais en version bêta une carte SIM qui acheminera automatiquement vos données via Tor et évitera aux utilisateurs de naviguer accidentellement sans protection. « Le point clé est que c'est un système sécurisé, si vous n'avez pas Tor, alors rien ne peut accéder à Internet », a déclaré Llewelyn.

La nouvelle carte SIM nécessitera une certaine configuration. Les utilisateurs doivent créer un nouveau nom de point d'accès sur leur périphérique pour que ce dernier puisse se connecter au nouveau réseau. La carte SIM exige également que Orbot soit installé et fonctionne sur le périphérique lui-même, et elle ne fonctionne actuellement qu'au Royaume-Uni – une carte SIM fournie à Motherboard, à des fins de test, confirme que la carte SIM transfère des données.

« À un niveau élevé, je pense qu'une carte SIM réservée à Tor est une excellente idée », a ajouté Nathan Freitas, du Guardian Project, qui gère Orbot. « Si Facebook peut vendre des cartes SIM qui ne se connectent qu'à leurs sites approuvés « gratuits », alors pourquoi ne pas proposer une alternative orientée vers la confidentialité qui n'autorise que Tor? ». « Sur le plan technique, il s'agit également de la bonne approche : n'alternez pas automatiquement toutes les connexions via Tor, mais veillez à ce que le trafic non-Tor ne fuit pas. Malheureusement, cela ne fournirait cette assurance que sur une connexion de données mobile, et non sur le WiFi », a-t-il ajouté.

La Carte SIM de Tor est effectivement une solution qui va améliorer la confidentialité des données utilisateur mais cela exige d’utiliser exclusivement les données mobiles de Tor. Cependant, les utilisateurs qui veulent utiliser certaines applications telles que Twitter, qui bloque Tor, seront obligés d’utiliser une autre connexion que Tor avec le risque de continuer à exposer leurs données personnelles.

La société Brass Horn prévoit de rendre sa carte SIM disponible au grand public au Royaume-Uni l'année prochaine. Pour participer à la version bêta, les informations sont disponibles ici.

Source : Motherboard

Et vous ?

Que pensez-vous la carte SIM de Brass Horn ?
Pensez-vous qu’elle est une bonne solution d’amélioration de la confidentialité ?

Voir aussi

Le navigateur Tor est disponible en téléchargement dans sa version 8.0 : tour d'horizon des principales nouveautés
Mozilla a silencieusement déployé la fonctionnalité First Party Isolation empruntée à Tor, pour endiguer le profilage des régies publicitaires
Des opérateurs de service proxy Tor ont détourné les paiements en bitcoins, effectués par des victimes de ransomwares
Onion Browser : la version officielle du navigateur Tor pour iOS est maintenant gratuite, pour une meilleure protection des données personnelles
Tor serait financé en grande partie par des agences gouvernementales américaines, et coopérerait avec des agences du renseignement